Navigation – Plan du site

Étudier des pratiques professionnelles de manière empirique : de l’intérêt de croiser productions et discours, le cas des journalistes d’informations régionales télévisées

Studying professional practices from an empirical point of view: the interest of combining professional productions and the speech of their authors about their work
Estudiar las prácticas profesionales de manera empírica : sobre el interés de cruzar las producciones profesionales con el discurso de sus autores
Élizabeth Bougeois
p. 29-39

Résumés

L’étude empirique de pratiques professionnelles journalistiques s’avère très féconde lorsqu’elle conjugue l’amont et l’aval du travail des acteurs. La reconsidération, par ces derniers, des actions professionnellement conduites apporte des informations fines sur les éléments qui sous-tendent les choix professionnels. Dans cet article, nous présentons un dispositif par lequel nous avons observé le travail de journalistes au sein d’une rédaction, analysé la production de cinq d’entre eux, questionné ces professionnels et présenté nos résultats sous forme de portraits professionnels. Les éléments les plus saillants d’une telle étude montrent que les pratiques professionnelles sont stables et très individualisées, qu’elles s’appuient notamment sur la compétence spectatorielle des acteurs, le public destinataire qu’ils construisent et les valeurs personnelles auxquelles ils se réfèrent, comme un guide à la pratique, dans un environnement professionnel faiblement déterminé du point de vue institutionnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous nous sommes intéressée au travail des rédacteurs.

1Dans cet article, nous entendons prolonger la réflexion méthodologique amorcée lors de notre recherche doctorale, travail par lequel nous avons étudié les pratiques professionnelles de journalistes d’informations régionales télévisée1 afin d’identifier et de donner à comprendre les éléments qui sous-tendent ces pratiques. Nous avons concentré notre étude sur la rédaction de France 3 Toulouse. Notre démarche méthodologique permet d’organiser la collecte et l’analyse de données recueillies par la mise en relation d’éléments d’extériorité – accessibles via l’étude de reportages – et d’éléments d’intériorité, portés par un ensemble de données issues du discours d’acteurs de l’information régionale télévisée, auteurs des documents analysés. Elle s’insère dans une lignée de travaux visant la compréhension fine et précise de pratiques situées. Elle nécessite donc l’élaboration d’un dispositif centré sur le discours d’acteurs placés en situation de reconsidération explicative d’actions conduites. C’est cette articulation particulière qui fait l’originalité du dispositif que nous présentons dans cet article.

2Le travail journalistique télévisuel peut se définir en tant qu’activité de reconstruction du réel via l’élaboration de discours en images, sons, voix synchrones et voix over visant l’information de publics. En tant que traitement d’actualités, il doit s’effectuer rapidement. Il est caractérisé par différents niveaux de travail en équipe : conférence de rédaction, tournage avec un journaliste reporteur d’images, post production avec un monteur puis un technicien son. La densité des ces différentes étapes ne permet pas le recours à une méthodologie type re-situ subjectif (Schmitt, 2013), par laquelle les actions en train de se faire sont filmées à l’aide d’une caméra « subjective », dont l’acteur est équipé, puis discutées au cours d’un entretien. L’autoconfrontation (Boubée, 2010), qui vise également l’étude de la pratique en train de se faire en filmant l’acteur puis en lui soumettant les éléments du tournage pour recueillir son discours ne convient pas, pour les mêmes raisons.

3Notre construction méthodologique entretient cependant un lien de parenté avec ces méthodes, notamment dans le sens où elle fait d’une part appel à la reconsidération d’actions conduites et où, d’autre part, elle amène à une co-analyse participant-chercheur à visée sémantique. Cette « famille » méthodologique nous paraît extrêmement riche car elle permet, entre autres, de « rendre compte, de rendre visible, des connaissances locales, au départ singulières et intimes, et de leurs rapports avec les actes, mais reste assise sur une conception du sujet dans ses rapports avec le monde » (Rix, Biache, 2004).

  • 2 Nous précisons que nous avons nous-même exercé la profession de journaliste pendant huit ans, une q (...)

4Nous2 présenterons dans cet article l’outillage méthodologique que nous avons construit, en explicitant ses apports. Nous analyserons ensuite plusieurs éléments saillants qu’il a permis de faire émerger. Nous nous questionnerons enfin sur les enjeux de ce dispositif et sur la place du chercheur dans une telle démarche.

Le dispositif méthodologique global mis en œuvre

5Le dispositif global sur lequel nous nous sommes appuyée comprend trois parties : une observation du travail des journalistes en groupe, lors des conférences de rédaction, une sélection et une analyse de reportages produits par les journalistes qui ont accepté de participer à notre étude, et des entretien avec ces derniers. Ce travail avait été anticipé : il nous fallait en effet présenter notre projet de recherche à plusieurs professionnels et obtenir leur accord de principe avant de commencer l’étude de leurs productions. Dans le dispositif que nous présentons, il nous semble important d’insister sur l’anticipation : il faut en effet identifier précisément, en amont de la conduite réelle de la recherche, les différents éléments qu’un terrain particulier recèle et les caractéristiques larges de ce terrain.

L’observation des conférences de rédaction

6Cette anticipation nous a entre autres été permise par l’observation du travail des journalistes en conférence de rédaction. Nous avions souvent demandé l’autorisation d’assister à ces réunions, laquelle nous avait été refusée, au motif que c’était gênant, et – même si cela n’était pas clairement exprimé – parce qu’il existait une crainte d’évaluation, de jugement de valeurs. Nous avons en fait saisi l’opportunité d’un changement à la tête de la rédaction pour démontrer notre intérêt pour le travail journalistique et obtenir le droit d’assister aux conférences de rédaction.

  • 3 En cas d’impossibilité de tournage, les journalistes ont recours à la pratique du « desk », qui con (...)

7Nous avons donc pu conduire une observation de ces conférences pendant un an, deux fois par semaine. De nos observations, nous avons retenu l’engagement argumentatif des journalistes sur différentes thématiques (Un journaliste : « Oui, mais ça, on en a déjà parlé vingt fois, on pourrait justement faire autre chose ». Le rédacteur en chef : » Non, c’est parce qu’on en a souvent parlé qu’il faut donner une suite, ça fait dossier ». Un autre journaliste : « un dossier, c’est pas ça, là, on reste dans la facilité parce qu’on a déjà tous les contacts ! »), sur les traitements possibles des différents sujets, la place des sujets dans le journal, etc. Nous avons également remarqué la très grande place que prenait l’intendance : c’est parce que l’on a une équipe de tournage, un preneur de son, un monteur disponibles que l’on peut, ou non, traiter un sujet sous forme de reportage3. Par cette observation, nous avons compris le cheminement complexe qui permet la diffusion d’un reportage, de son évocation en conférence de rédaction, des échanges et décisions prises, au travail sur le terrain (journaliste rédacteur, journaliste reporteur d’images, preneur de son) et à la réalisation complète du sujet (opérations de post production : montage et mixage) qui ne correspondait pas nécessairement à ce qui avait été arrêté lors de la conférence de rédaction. Nous avons notamment remarqué la place très importante que prennent les discussions argumentées lors des conférences et tout au long de la journée, noté le fait que toutes les étapes de construction d’un reportage télévisuel font l’objet d’échanges et de négociation entre les personnes impliquées aux différentes étapes de la fabrication du document. Nous avons encore observé que c’est le rédacteur qui tranche lorsqu’il y a désaccord : c’est à lui qu’incombe la responsabilité éditoriale du reportage.

L’analyse des reportages

  • 4 Pour cela, nous nous sommes appuyée sur les outils de l’analyse sémiopragmatique (Hanot, 2002 ; Mai (...)

8Nous avons retenu et analysé une centaine de reportages4 élaborés par cinq journalistes sur une année de diffusion. Pour sélectionner ces reportages, nous avons étudié l’intégralité de la production de chacun des journalistes qui avaient répondu favorablement à notre demande, afin de repérer des éléments saillants dans leur travail : thématiques abordées, angles de traitement priorisés, caractéristiques discursives, mise en scène par les images, choix des catégories de personnes interviewées, etc. Cette étude de « repérage » nous a permis d’isoler les reportages qui nous ont semblé les plus porteurs de sens, dans un corpus de plusieurs centaines de documents. Dans cette sélection, nous avons pris en compte les documents les plus représentatifs du travail de chacun des journalistes, en relation avec ce que nous avions observé en amont et avec les échanges informels que nous avions eus avec eux. Nous avons ainsi été attentive aux éléments récurrents et à l’élargissement thématique, en équilibrant les thématiques « routinières » et les thématiques « de crise ». Nous avons ainsi pu procéder à l’analyse sémiopragmatique d’une vingtaine de documents par auteur, laquelle devait nous conduire à vérifier une hypothèse relative à l’existence d’un style propre à chaque journaliste. Ce travail visait trois compétences qu’il nous fallait acquérir : i) la connaissance élargie du travail de journalistes à partir de leur production ; ii) la connaissance précise des moyens individuellement mis en œuvre dans l’effectuation du travail ; iii) la définition d’un éthos particulier à chaque journaliste, à partir de l’analyse des éléments sus-mentionnés.

9Le concept d’éthos nous semble ici particulièrement important. L’éthos concerne d’une part « l’image de soi que le locuteur construit dans son discours pour exercer une influence sur son allocutaire […] il se traduit par le ton, se rapporte aussi bien à l’écrit qu’au parlé » et « est ancré dans des stéréotypes […] un arsenal de représentations qui déterminent en partie la présentation de soi et son efficacité dans une culture donnée » (Charaudeau, Maingueneau, 2002). Par la centration sur l’éthos singulier de nos interlocuteurs, nous devenions apte à les questionner : la connaissance approfondie du travail de ces journalistes nous permettait de bien définir les axes à aborder lors des entretiens et de pointer un ensemble d’éléments méritant des explications relatives, par exemple, aux angles de traitement, au choix des interviewés, aux cadrages iconographiques, aux choix de montage, aux éléments livrés par le commentaire.

La conduite d’entretiens compréhensifs 

10Nous avons positionné notre recherche dans une dimension constructiviste de type inductif, et considéré les journalistes comme des acteurs centraux, aptes à livrer les éléments permettant au chercheur de connaître et comprendre les actions qu’ils conduisent sur le territoire professionnel qui les concerne. Nous postulions donc que leur expérience, en partie routinisée du fait de leur maîtrise professionnelle, était dicible et partageable (Dubet, 1994), de manière précise quant aux choix réalisés.

  • 5 Nous avions donné très peu d’information sur l’étude en question, afin de ne pas induire de réflexi (...)

11Les journalistes que nous avons questionnés – que nous appellerons également nos interlocuteurs – sont ceux auxquels nous avions présenté notre projet ; ils nous ont spontanément exprimé leur intérêt pour l’étude et accordé leur confiance5. Ces cinq professionnels étaient des personnes que nous croisions régulièrement sur notre lieu de travail ; s’il nous arrivait de discuter, nous n’entretenions cependant pas de relations en dehors du travail. Nous avions de l’intérêt pour leur travail et nous avions repéré une certaine disponibilité relationnelle au cours de nos brefs échanges. Les entretiens se sont déroulés à notre domicile ou à celui de mes interlocuteurs, à leur convenance ; il était convenu qu’ils ne se dérouleraient pas à France 3. Chaque entretien, organisé en deux parties, a duré environ quatre heures.

12La première partie des entretiens concernait différents aspects du parcours de nos interlocuteurs et de leur métier : formation, parcours professionnel, aspects définitionnels (mission, finalité…), prise en compte du public, éléments de satisfaction, contraintes, techniques particulières mises en œuvre… Les journalistes interrogés émaillaient très facilement leur propos d’exemples précis et de références à différents reportages : la connaissance de ces documents constituait donc un élément clé pour obtenir des échanges précis et profonds. Nos interventions se limitaient généralement à des demandes de précisions, ou à des reformulations. Par ce premier temps des entretiens, nous visions trois objectifs : i) recueillir les représentations singulières de nos interlocuteurs sur leur métier et leurs pratiques professionnelles – leurs discours sur l’expérience – ; ii) les mettre en relation avec nos analyses de leur production ; iii) comprendre et réutiliser, dans la suite des entretiens, les éléments qui sous-tendent des pratiques, de manière précise et contextualisée.

13Pour recueillir ce discours sur la pratique, nous avons soumis, dans la deuxième partie des entretiens, nos interlocuteurs au visionnage de quatre à cinq reportages qu’ils avaient réalisés quatre ans en amont (nous analyserons, dans la seconde partie de cet article le sens de la puissance et de l’efficacité mémorielle dont ils ont fait preuve). Après chaque visionnage, nous avons laissé nos interlocuteurs s’exprimer librement, puis nous les avons questionnés en fonction des repérages effectués lors du premier temps de l’entretien. Ici réside un moment fort de notre démarche, considérée dans sa globalité : il s’agit de recueillir un discours de et sur l’expérience, à partir des matériaux sémantiques contenus dans les reportages, afin de recueillir des informations « situées », au sens où l’entend l’ethnométhodologie.

14Les journalistes interviewés sont expérimentés : ils maîtrisent la narration, s’expriment aisément, entretiennent un rapport constant avec le réel qu’ils reconstruisent dans leurs récits médiatiques. Il nous fallait donc trouver un moyen de compléter les données recueillies via l’analyse des reportages et via la première partie des entretiens par des éléments très précis, factuels, professionnellement mis en situation. Il nous fallait également contourner un risque de performativité du discours par l’ancrage dans des situations concrètes : la parole livrée au cours d’un entretien peut exprimer des éléments conceptualisés, sans que ces derniers ne soient réellement ancrés dans des pratiques effectives. Nous avions ici trois objectifs : i) permettre à nos interlocuteurs d’expliquer aussi explicitement que possible des modalités précises dans leur travail de reportage ; ii) les mener à reconsidérer leurs pratiques professionnelles en complément de celles énoncées lors du premier temps de l’entretien ; iii) utiliser la réflexion en train de se faire de nos interlocuteurs pour étudier les éléments précis sur lesquels cette réflexion s’élaborait.

15Cette étape de subjectivation des pratiques professionnelles de journalistes par la reconsidération réflexive de documents qu’ils avaient réalisés – étape extrêmement dense –nous a permis d’analyser des éléments ouvrant une réflexion élargie de la pratique professionnelle, nous en présenterons trois exemples : i) la mise en œuvre de la compétence spectatorielle ; ii) la construction d’un « public modèle » ; iii) l’appui sur des valeurs personnelles pour cadrer les pratiques professionnelles.

  • 6 Nous donnons à cet adjectif le sens de Sonia Livingstone et Peter K. Lunt : « L’adjectif ”critique” (...)

16La pratique spectatorielle de nos interlocuteurs était en effet convoquée : face au visionnage de leurs reportages, ils devenaient spectateurs ; armés de leur expertise télévisuelle, ils se trouvaient en situation de réception. La posture de réception autorise une dimension critique6 ; dans le cas présent, la critique se basait de manière quasi systématique sur leurs propres attentes en tant que spectateurs. Nous avons ainsi pu mettre à jour le fait que la propre compétence spectatorielle était régulièrement utilisée dans l’effectuation de leur travail :

  • 7 Les prénoms de nos interlocuteurs ont été changés, ceux qui leur ont été attribués n’ont pas de sig (...)

Peter7 : « Oui, là, ce que j’ai essayé de faire, c’est simple, c’est ce que j’aime voir quand je regarde le JT : constat, explication, un avis, un avis différent, ouverture… » ; Jamilla : » y a pas longtemps, j’ai vu un reportage sur l’aéronautique, au salon du Bourget. Le journaliste commençait son sujet par un stand, un truc bateau, pas très intéressant, y a rien qui t’accroche, alors que plus tard, tu découvres le maire de Toulouse qui visite l’A 380 et qui s’installe au poste de pilotage, pour moi, il fallait commencer le sujet comme ça ! ».

17Dans cette situation particulière de réception, les journalistes que nous avons questionnés occupaient la place de leur public, des personnes auxquelles leur travail est destiné. C’est cette posture singulière, plus que nos questions, qui les a conduits à évoquer largement ce public, cette entité indéfinissable au sujet de laquelle ils disent tous ne rien savoir. Nous avons cependant repéré que cette entité « public » était une préoccupation centrale dans leur travail, qu’ils se considèrent eux-mêmes comme en faisant partie, qu’il est nécessaire de pouvoir s’adresser à quelqu’un, un téléspectateur imaginé, et que, pour ce faire, les journalistes construisent un public, d’une manière comparable au « lecteur modèle » que propose Umberto Eco (Eco, 1996). Les trois extraits suivants témoignent dans ce sens :

Peter : » Moi, je veux que chacun y trouve son compte, tu vois ?Mon père était vachement subtil, il faisait beaucoup de mots croisés, et des fois, je faisais des petits jeux de mots, dans les reportages, que mon père captait, et que ma mère captait pas du tout. Bon, il fallait que ce jeu de mots ne gêne pas ma mère, et qu’il puisse être apprécié par mon père » ; Marianne : « ben les gens qu’on croise tous les jours, sur le terrain, c’est aussi notre public, moi, c’est à eux que je m’adresse » ; Jamila : » les remarques de l’entourage, de la famille, elles permettent bien de savoir si ce qu’on a fait est passé ou non ».

  • 8 Sur ce point voir Denis Ruellan (Ruellan, 1993).

18Considérer le public, c’est décider de ce qui est important pour lui, dans le cadre de la mission professionnelle, et les contours de la profession sont très faiblement définis, institutionnalisés8. C’est aussi se positionner, parce qu’aucun discours n’est neutre. Ainsi, par la reconsidération d’exemples précis de leur travail, les journalistes que nous avons questionnés ont-ils fait la démonstration d’un appui très fort sur leurs valeurs personnelles, érigées en guides à l’action professionnelle. Nous pouvons citer par exemple l’incitation à l’action par la valorisation d’une expérience associative singulière, la volonté de donner une image positive de l’économie française par l’exemple de la bonne santé d’Airbus, ou encore la mise en avant d’une initiative locale pour démontrer qu’il est possible de s’en sortir lorsqu’on est sans emploi :

Marianne : « Je crois qu’on a eu raison de faire ce reportage-là, tu vois, pour donner, peut-être, l’envie à d’autres personnes de monter des opérations comme celle-là ! » ; David : « Un intérêt journalistique, il y en a un : c’est de ne pas donner une image négative de l’économie française, et d’arrêter de penser au pire ! » ; Peter : » C’est souvent bien pensant de faire un reportage sur des gens qui se plaignent parce qu’ils vont perdre leur emploi, hein. Ben moi, là je leur montre autre chose : il y a des choses qui marchent ! ».

Retour réflexif sur le dispositif et ses enjeux

19Pour chaque étape du travail conduit, nous avions prédéfini des objectifs par lesquels nous donnions sens et cohérence à une démarche plus globale. La construction de cette démarche s’est cependant affinée au fil du travail, et il nous semble important de souligner la disponibilité particulière dont le chercheur doit faire preuve au regard de tout ce qu’une étude ne permet pas d’anticiper. Ainsi en est-il de la dimension communicationnelle mise en œuvre dans une telle recherche et de la place du chercheur, dans ses interactions avec les personnes questionnées.

L’importance de la dimension communicationnelle dans le recueil des données

20Nous avons résolument ancré notre travail dans le champ des sciences de l’information et de la communication. Nous nous référerons ici à la triple dimension des objets communicationnels que définissent Yves Jeanneret et Bruno Ollivier : « le propre des objets communicationnels est qu’ils ont à la fois une dimension sociale, une dimension technique et une dimension sémiotique »(Jeanneret et Ollivier, 2004). L’outillage méthodologique que nous avons présenté fait apparaître une interconnexion analytique permanente entre des données issues de corpus différents et articulées entre elles, et c’est sur cette interconnexion que nous avons construit nos interprétations sémantiques, bâtissant ainsi ce que Joëlle le Marec appelle « une sorte de méta-corpus de contextes communicationnels auxquels sont référées les données en tant que savoirs sociaux » (Le Marec, 2002).

21Pour présenter les résultats de notre recherche, nous avons construit des portraits professionnels de journalistes. Ceci nous a permis de mettre en avant la dimension très individualisée des pratiques, que nous avions observée à chaque étape de notre travail, tout en restituant en partie la grande cohérence que nous repérions chez chacun de nos interlocuteurs : cohérence dans la conduite des actions professionnelles, dans le discours sur ces actions, et dans l’appui très fort sur des valeurs personnelles stables. Par la construction de portraits professionnels, nous souhaitions également restituer, autant que possible, l’épaisseur et la richesse issue de nos interactions avec des journalistes. Nous employons ici à dessein le terme d’interaction et non celui d’échange parce que nous pensons l’acte communicationnel comme un processus qui modifie la relation et les perceptions des personnes en présence pendant qu’il se produit, qui entraîne des effets réciproques sur les interlocuteurs.

22Nous ne considérons pas que la dimension relationnelle dans le recueil de discours sur l’expérience – et tout ce qu’elle implique et recèle – constitue une limite au travail, mais qu’elle est consubstantielle d’une étude qualitative dans le sens où elle offre au chercheur, outre l’accès à un grand nombre de données situées, une entrée possible dans l’intériorité de ce qui fonde les actions étudiées. Les éléments issus de l’étude de cette intériorité deviennent ainsi, sinon objectivables, du moins partageables parce qu’en partie factualisés. Ici, nous adhérons pleinement au propos de Joëlle le Marec : « Il s’agit de faire apparaître comment les contextes d’énonciation et plus généralement de communication, sont constitutifs des données […] ce que l’on recueille peut être considéré non pas comme des représentations, de préférence contextualisées avec précision, mais comme des communications qui font advenir des » faits » dans la mesure où rien, absolument rien de ce qui est construit dans l’enquête n’échappe au fait que cela n’existe que dans des situations de communication qui constituent la matière et la forme même de toute réalité sociale observable » (Le Marec, 2002).

La place du chercheur : sens du régime de justification dans les discours recueillis

23Afin d’illustrer l’importance de cette dimension communicationnelle, nous proposons une réflexion sur un élément prégnant relevé dans le discours de nos interlocuteurs ; il est relatif à la convocation très fréquente de la justification. Dans la mesure où nos interlocuteurs ignoraient que nous avions été journaliste, ils s’exprimaient en effet non pas face à une professionnelle des médias, mais face à une chercheure. Ce qui engageait chez eux une réflexion approfondie, à visée explicative et, surtout, permettait de contourner l’obstacle d’un discours qui aurait pu être « convenu », entre personnes qui se comprennent de manière implicite. Notre double statut de chercheure et membre de l’entreprise a cependant amené nos interlocuteurs à développer une argumentation circonstanciée, précise, dans laquelle la justification des actions conduites occupait une place dominante. Cette dimension justificative concernait les choix éditoriaux en référence au sens du métier tel que nos interlocuteurs le définissent.

24En situation d’entretien, il nous semble cependant intéressant de considérer que les procédures de justification revêtent un autre sens : nos interlocuteurs convoquaient en effet des éléments issus de processus identitaires fondés sur la prise en compte de l’altérité et de la communauté sociale (considération du travail des collègues, expression de l’image supposée des journalistes auprès du public…) ; ils satisfaisaient en même temps un besoin de parler et de dire, au travers de la reconsidération très impliquante du travail effectué, leur cohérence interne (Boltanski et Thévenot, 2005). La justification des actions légitime ainsi ces dernières dans un positionnement face à autrui. Dans notre dispositif particulier, le retour réflexif sur le travail réalisé, en visant le recueil d’explicitations fines et contextualisées, induisait, chez nos interlocuteurs une réflexion critique : l’enquêteur, dans un travail de recherche, observe, demande des précisions, des approfondissements, questionne et renvoie, par la-même, à la nécessité de cette réflexion critique.

25Lorsqu’ils analysent le régime de justification du discours en tant qu’ « impératif sur lequel repose la possibilité de coordination des conduites humaines », Luc Boltanski et Laurent Thévenot explicitent ainsi les termes de la contrainte de la justification : » la prise en compte de plusieurs mondes permet de préciser la contrainte de justification. Les personnes n’y seraient pas soumises si elles n’étaient affrontées à la critique. La possibilité de sortir de la situation présente et de la dénoncer en prenant appui sur un principe extérieur et, par conséquent, la pluralité des mondes, constitue donc la condition d’une action justifiée » (ibid, 53). En ce sens, la nature justificative du discours de nos interlocuteurs représente un processus d’expression identitaire professionnellement ancré et par lequel les acteurs, face à un interlocuteur chercheur, démontrent leur singularité de pensée et de pratiques.

La dimension justificative du discours comme expression de l’engagement

  • 9 Dans le dispositif que nous avons construit, chaque étape était longue : une année d’observation de (...)

26Nous associons fortement la dimension justificative du discours de nos interlocuteurs à l’engagement dont ils ont fait preuve dans le dispositif au sein duquel nous les avons placés, engagement expressif de celui qu’ils mettent en œuvre dans l’effectuation de leur travail et par la considération de leur rôle professionnel. Nous avons précisé plus haut que la phase de reconsidération du travail s’appuyait sur le visionnage de documents réalisés quatre ans en amont9. Cet étalement chronologique nous a permis de constater que les souvenirs de nos interlocuteurs, sur des documents vieux de quatre ans, étaient extrêmement précis (difficultés dans les prises de contact, composition de l’équipe de tournage, décisions prises sur le terrain, réajustement d’un angle de traitement, désaccords avec le monteur…). Ce phénomène exprime, nous semble-t-il, un engagement très fort dans le travail. Il est cohérent avec les éthos singuliers que l’analyse des reportages nous a permis de définir et avec les éléments définitionnels que les journalistes nous ont livrés dans la première partie des entretiens. Il entre également en résonnance avec la dimension très individualisée et axiologique des pratiques conduites.

27Justification d’actions professionnellement mises en œuvre et procédures d’engagement apparaissent ainsi constitutives d’une démarche par laquelle les acteurs parviennent à construire des discours à l’attention de publics : les reportages. Les deux sont également constitutives de la réflexion par laquelle les acteurs parviennent à rendre leurs pratiques et expérience partageables. Justification d’actions et procédures d’engagement sont ainsi liées ; elles sous-tendent une mise en commun d’éléments par lesquels des individus agissent à la fois de manière autonome et rationnelle, via des pratiques incorporées, et dans des contextes fort différents : l’adresse à des téléspectateurs, la réflexivité et l’explicitation des pratiques conduites face au chercheur qui les questionne.

28À ce stade, nous sommes tentée de rapprocher nos analyses conduites sur la base d’une étude empirique de la définition théorique des familles de modèles d’action que propose Laurent Thévenot, lesquelles considèrent la dimension du regard et du jugement d’autrui dans la préparation réfléchie à l’action, les choix autonomes des acteurs et la pérennité des pratiques (Thévenot, 2006). En matière de recherches en communication, la créativité méthodologique apparaît ainsi essentielle ; elle permet de conjuguer, par exemple, empirisme et modélisation théorique de l’action, c’est du moins un élément qui nous semble observable dans ce que nous avons mis en œuvre.

29En conclusion, il apparaît que les éléments qui sous-tendent les pratiques professionnelles de journalistes, telles que nous les avons étudiées, s’avèrent très stables, notamment parce qu’elles sont très individualisées et s’appuient fortement sur les prédispositions axiologiques des acteurs. De notre point de vue, ceci plaide a posteriori pour la pertinence du dispositif que nous avons présenté ici. Ce dispositif méthodologique a fait l’objet d’échanges critiques très féconds au sein de l’équipe de recherche qui nous accueille ; cela a conduit à reconsidérer nos pratiques et notre travail a considérablement avancé grâce à cette dynamique. Un tel dispositif peut être encore enrichi et mis en œuvre pour d’autres recherches. Nous pensons, par exemple, à des études concernant les pratiques d’utilisateurs de web médias, lesquelles cibleraient des actions en construction. Par ce même outillage méthodologique, pourraient être également étudiées les pratiques situées d’enseignants via, par exemple, les documents ou dispositifs qu’ils élaborent et mettent en ligne pour leurs étudiants. Ces deux objets partagent en effet avec celui que nous avons présenté la possibilité d’articuler l’étude de pratiques résultant en une production – la mise en œuvre d’une navigation particulière qui aboutit à la construction d’un document personnalisé ; la construction située d’une documentation pédagogique – et les explications justifiées qu’en fournissent leurs auteurs.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski, L., Thévenot, L. (2005). De la justification. Les économies de la grandeur. Paris : Gallimard.

Boubée, N. (2010). La méthode de l’autoconfrontation : une méthode bien adaptée à l’investigation de l’activité de recherche d’informations ? Études de communication, n° 35, 47-60.

Charaudeau, D., Maingueneau, D. (2002). Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Seuil.

Dubet, F. (1994). Sociologie de l’expérience. Paris : Seuil.

Eco, U. (1996). Six promenades dans les bois du roman et d’ailleurs. Paris : Grasset.

Garfinkel, H. (2007). Recherches en ethnométhodologie. Paris : PUF.

Goffman, E. (1991). Les cadres de l’expérience. Paris : Éditions de Minuit.

Hanot, M. (2002). Télévision, réalité ou réalisme ? Bruxelles : De Boeck.

Jeanneret, Y., Ollivier, B. (2004). Introduction. Les SIC en perspective. Hermès, n° 38, 86-89.

Joseph, I. (2002). Erving Goffman et la microsociologie. Paris : PUF.

Latour, B. (2006). Changer la société, refaire de la sociologie. Paris : La Découverte.

Le Marec, J. (2002). Situations de communication dans la pratique de recherche : du terrain aux composites. Études de Communication, n° 25.

Livingstone, S., Lunt, P. (2001). Un public actif, un téléspectateur critique. Hermès, n° 11-12, 146-158.

Maingueneau, D. (2005). Analyser les textes de communication. Paris : Armand Colin.

Mercier, A. (1996). Le journal télévisé. Paris : Presses de sciences po.

Mucchielli, A., Paille, P. (2005). L’analyse qualitative dans les sciences humaines et sociales, Paris : Armand Colin.

Neveu, E. (2004). Sociologie du journalisme. Paris : La Découverte.

Rix, G., Biache, M.J. (2004). Enregistrement en perspective subjective située et entretien en re-situ subjectif : une méthodologie de la construction de l’expérience. Intellectica, n° 38, 363-396.

Ruellan, D. (1993). Le professionnalisme du flou, identité et savoir-faire des journalistes français, Grenoble : PUG, 1993.

Schmitt, D. (2013). Décrire et comprendre l’expérience des visiteurs. In Actes du Colloque ICOFOM, Le visiteur particulier : chacun et n’importe lequel d’entre-nous, Rio de Janeiro.

Haut de page

Notes

1 Nous nous sommes intéressée au travail des rédacteurs.

2 Nous précisons que nous avons nous-même exercé la profession de journaliste pendant huit ans, une quinzaine d’années en amont de notre étude. Nous indiquons également que nous travaillons depuis une vingtaine d’années à France 3 Toulouse, mais dans un service différent de la rédaction, avec laquelle nous n’avons pas d’échanges professionnels.

3 En cas d’impossibilité de tournage, les journalistes ont recours à la pratique du « desk », qui consiste à traiter un sujet à partir d’images d’archives.

4 Pour cela, nous nous sommes appuyée sur les outils de l’analyse sémiopragmatique (Hanot, 2002 ; Maingueneau, 2005).

5 Nous avions donné très peu d’information sur l’étude en question, afin de ne pas induire de réflexion particulière. Nous nous sommes contentée d’indiquer qu’il s’agissait d’un travail de recherche pour lequel il était d’important de recueillir le discours de professionnels. Aucun de nos interlocuteurs ne nous a posé de question complémentaire.

6 Nous donnons à cet adjectif le sens de Sonia Livingstone et Peter K. Lunt : « L’adjectif ”critique” renvoie à un comportement informé, distancié ou analytique à l’égard d’une émission, non à une négation ou un rejet. La signification psychologique des réactions critiques est triple : elles révèlent le statut et le pouvoir que le spectateur confère au texte, les ressources interprétatives utilisées par le spectateur, et enfin la relation qu’établit le spectateur entre le texte et d’autres formes de connaissances sociales. » (2001, 146)

7 Les prénoms de nos interlocuteurs ont été changés, ceux qui leur ont été attribués n’ont pas de signification particulière.

8 Sur ce point voir Denis Ruellan (Ruellan, 1993).

9 Dans le dispositif que nous avons construit, chaque étape était longue : une année d’observation des conférences de rédaction, une année d’analyse de reportages…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élizabeth Bougeois, « Étudier des pratiques professionnelles de manière empirique : de l’intérêt de croiser productions et discours, le cas des journalistes d’informations régionales télévisées  », Sciences de la société, 92 | 2014, 29-39.

Référence électronique

Élizabeth Bougeois, « Étudier des pratiques professionnelles de manière empirique : de l’intérêt de croiser productions et discours, le cas des journalistes d’informations régionales télévisées  », Sciences de la société [En ligne], 92 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://sds.revues.org/988 ; DOI : 10.4000/sds.988

Haut de page

Auteur

Élizabeth Bougeois

Maitre de conférences, Université de Toulouse (Toulouse 2, IUT de Blagnac), LERASS, équipe GRECOM
elizabeth.bourgeois@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org