Navigation – Plan du site

Le développement du logement durable : analyse d’une innovation en trois dimensions sociologiques

Development of sustainable housing: an analysis of an innovation in three sociological dimensions
Sophie Nemoz
p. 137-157

Résumés

En prenant à témoin le cas de la diffusion de l’éco-construction en France et ce, au titre du développement de l’habitat durable, il s’agit de faire état des opportunités offertes par la sociologie de l’innovation dans le cadre d’une approche systémique et multi-scalaire. Celle-ci permet de rompre avec une conception linéaire des processus innovants, ainsi qu’avec une analyse aveugle aux coévolutions parfois contradictoires aux différentes d’échelle d’observation macro, méso et microsociale. Du paysage sociopolitique aux domiciles des ménages, en passant par les niches de production sur les chantiers mis en œuvre, l’enquête offre une lecture en trois dimensions des changements et des inerties autour de la diffusion des logements écologiques. Il en ressort que les politiques peuvent soutenir et canaliser l’innovation en promouvant des normes et des organisations. Toutefois, elles ne peuvent empêcher que les transitions systémiques à l’œuvre échappent au contrôle dans la mesure où ces dernières ne peuvent ni être provoquées ni être arrêtées.

Haut de page

Texte intégral

1L’innovation est couramment présentée à travers un modèle linéaire de diffusion des découvertes scientifiques, dont les applications technologiques sont ensuite développées puis, prodiguées par la commercialisation de nouveaux produits sur le marché. Cette vision techniciste domine jusqu’à aujourd’hui. Omniprésente dans les documents de référence de l’OCDE et de la Commission Européenne, l’interprétation s’appuie sur « l’arrière fond économique auquel l’idée d’innovation renvoie historiquement » (Gallouj, 2002). En prenant plus largement appui sur les connaissances de la question en sciences sociales, nous l’adressons au développement de l’habitat durable. L’identification des freins et des facteurs de changement dans le secteur nécessite une compréhension élargie de l’innovation en tant que système dynamique. Au-delà des aspects techniques, l’éco-construction est un objet privilégié par lequel il est possible d’appréhender sous un angle nouveau, la rencontre tumultueuse des inventions avec les normes. Cet article propose d’approfondir leurs effets de transformations réciproques au fur et à mesure des mouvements de recomposition symbolique et organisationnelle.

  • 1 Le PUCA (Plan Urbanisme Construction et Architecture) et l’ADEME (Agence de l’Environnement et de l (...)

2Inscrivant le travail de thèse dans une problématique au cœur de l’actualité politique (Némoz, 2009), l’objectif consiste à porter le regard vers un cas concret d’expertise sociologique, à même d’ouvrir des pistes de réflexions théoriques et opérationnelles sur la conduite des processus d’innovation. Deux ordres de questionnements ont en effet guidé l’investigation empirique, initiée en 2006 au sein d’une institution française : le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire. La question centrale, qui intéresse ses services administratifs1, vise l’efficacité du rôle des pouvoirs publics dans le développement d’une niche d’innovation résidentielle. Quel que soit l’instrument politique déployé dans ce domaine, il importe de pouvoir en questionner la pertinence environnementale, sociale et économique. A cet égard, on ne peut manquer de se poser la question des risques d’une instrumentalisation de la recherche. La posture adoptée offre de les maintenir à distance par une démarche réflexive non seulement envers la demande de sociologie pour l’action innovante, mais aussi vis-à-vis de l’avancement des théories sociologiques de l’innovation.

3Dans un premier temps, la méthode fait appel aux techniques de l’analyse documentaire. L’accès à un vaste corpus de littérature grise s’accompagne d’entretiens à dire d’experts, au plus près des élites institutionnelles en France. Cette enquête qualitative, à la croisée de l’ethnographie et de la sociologie de l’action publique, se concentre sur l’émergence des logements écologiques, leur reformulation sous l’expression de l’habitat durable, ainsi que sur l’adoption et la mise en œuvre des politiques concernées. Cela dit, le bâtiment n’est pas seulement un champ d’intervention gouvernementale. Plus concrètement, c’est aussi un édifice matériel et local, produit par un milieu socioprofessionnel. D’un point de vue méthodologique, la recherche dans le secteur d’activités économiques prend la forme d’études de cas comparatifs entre diverses régions françaises. Composé d’observations et d’entretiens, le travail d’enquête s’applique à différents projets résidentiels signalés comme « durables » tant dans le champ de la construction que dans celui de la réhabilitation, aussi bien du côté de la maison individuelle, isolée ou groupée que de l’immeuble collectif. Notre propos se fonde sur près d’une soixantaine d’entrevues auprès des praticiens, et notamment avec les habitants car, en définitive, l’habitat abrite les pratiques quotidiennes des ménages. Toutes ces dimensions inhérentes au logement vont être examinées au travers de trois échelles d’observation sociologique. Le premier niveau d’analyse s’ouvrira sur l’horizon macro-social qui s’étend à de longues périodes et rend compte de l’évolution des grands imaginaires (Desjeux, 2004). Ainsi, nous pourrons tout d’abord revenir sur l’histoire des idées de l’éco-construction et sur l’émergence du contexte politico-institutionnel de l’habitat durable. Derrière l’innovation rhétorique, il importera de retracer la genèse des savoirs relatifs à l’écologie résidentielle. Comment la notion s’est-elle construite et reconfigurée en fonction des innovations conceptuelles et administratives ? Au fur et à mesure que leur diffusion opère un changement de règles, un aménagement des procédures anciennes en fonction de la création d’un nouveau cadre normatif, le glissement vers une focale méso-sociale nous permettra de saisir « les forces politiques en jeu autour du contrôle et de la régulation d’un marché » (Desjeux, 2006). Dans un deuxième temps, cette approche multi-scalaire ambitionne de faire état de la mise en forme instable d’innovations de produits et de services, telles qu’elles sont charriées par le mouvement organisationnel en France. In fine, les impacts seront scrutés à l’échelon micro-social qui révèle « les rapports domestiques, en partant des objets, des espaces et de la temporalité dans lesquels les acteurs sont engagés et auxquels ils donnent sens » (Desjeux, 2003).

4Le fil conducteur de cet article s’attache donc à montrer comment les interactions entre les dimensions macro, méso et microsociales influent sur la trajectoire innovante du développement de l’habitat durable. C’est un objet multidimensionnel pouvant mettre en perspective la richesse des analyses sociologiques de l’innovation. De fait, elles ne reposent pas sur une même théorie mais, sur divers angles d’approches dont l’avantage est de pouvoir embrasser un phénomène multiforme. La rencontre d’une question de recherche et d’un secteur donné sera ici l’occasion de sonder les connaissances de la discipline et ce, en étudiant plus particulièrement dans quelle mesure la récente théorie des « transitions technologiques » les réactualisent par les concepts de « paysage », de « régime » et de « niches sociotechniques » (Geels, 2002). Cette perspective théorique rejoint une question pragmatique puisque, somme toute, il s’agit de déterminer entre organisations et normes, comment le corps social peut participer à l’expérimentation collective d’une invention.

La notion d’habitat durable : une réinvention sociopolitique de l’éco-construction dans le paysage international de la fin du XXe siècle

5L’habitat a ceci de fascinant qu’étant généralement construit pour plusieurs décennies, il est néanmoins en constante transformation tant dans ses composantes matérielles (infrastructures et objets), cognitives (compréhension pratique, savoir-faire, compétences) ou normatives (connaissances institutionnalisées, règles et procédures), qu’à travers ses engagements, ses buts et ses significations. En ce sens, les préoccupations écologiques deviennent de plus en plus incontournables. Elles investissement tous les diagnostics, des politiques aux plans et projets de logement. Ce faisant, il n’empêche que la notion d’habitat durable a tout d’une catégorie floue. L’important retentissement médiatique qui entoure le concept de développement durable n’a effectivement pas dissipé les ambiguïtés, notamment par rapport à la pensée de l’écologie. Si les termes se recoupent, ils ne se recouvrent pas complètement. De même, dans le champ résidentiel, l’habitat durable ne saurait être assimilé à l’éco-construction. Au vu de la diversité et de la complexité des signifiés, la nécessité d’une clarification s’impose. Celle-ci tiendra compte de l’épaisseur historique des débats sur la question, ce qui permettra de mettre au jour le long processus d’innovation incrémentale qui parcourt les significations collectives de la qualité environnementale des résidences humaines.

6De fait, ce type de trajectoire innovante se propage au rythme de mutations de faible amplitude. Elles représentent un champ d’observation privilégié par la focale macro-sociale. Sensible au temps long, cette dimension de l’analyse sociologique contribue aux lectures rétrospectives et à la prise en compte des évolutions lentes. Cet horizon d’études découvre ce que la théorie des transitions technologiques appelle le « paysage sociotechnique », à savoir : l’environnement de l’invention sur lequel les pionniers n’ont pas de prise directe tant le changement nécessite du temps à ce niveau (Geels, 2002). Il est composé de l’ensemble des variables exogènes qui fixe le cadre des évolutions possibles : politiques nationales et internationales, macro-économie, démographie, évolution culturelle, changements climatiques, etc. Prenant du recul, le chercheur distingue à cette échelle les normes sociales et les conventions qui constituent un facteur crucial dans l’explication du développement des pratiques sociales. Les récents travaux de Shove (2003) par exemple, ont montré comment les normes de confort, d’hygiène et de commodité ont co-évolué avec les infrastructures matérielles et les compétences des usagers. C’est un nouveau cadre normatif qui s’est progressivement installé dans notre quotidien.

Les héritages évolutionniste et systémique

7Au préalable, « la mise en œuvre d’une nouveauté passe toujours par l’action de pionniers, de francs-tireurs, voire de marginaux. Ils détruisent les conventions établies. Mais ils sont également des créateurs : ils s’attachent à construire de nouvelles conventions » (Alter, 2003). L’émergence d’une innovation est ainsi caractérisée par l’entrée en conflit d’une minorité partisane contre l’ordre existant. D’hier à aujourd’hui, cet enseignement reste très largement partagé par les théoriciens des processus innovants. On le retrouve dans le concept de « niche » qui désigne le microcosme où l’innovation s’initie à travers des formes instables, selon les auteurs contemporains de la théorie des transitions technologiques (Geels, Raven, 2006 ; Schot, Geels, 2007). Spécialisés dans la conduite de projets environnementaux, ces derniers développent une approche interdisciplinaire à la croisée de la philosophie de la technologie, des sciences techniques, du management des innovations et de l’économie évolutionniste, dont Schumpeter est l’un des précurseurs (1935). Dès le début du xxe siècle, cet économiste formule l’idée d’une « destruction créatrice » qui rend bien compte de l’instabilité des phénomènes innovants.

Figure 1 – L’innovation modélisée par la théorie des transitions sociotechniques

Figure 1 – L’innovation modélisée par la théorie des transitions sociotechniques

Source : Geels, 2002

8Parce qu’ils bouleversent la société et la poussent dans des retranchements méconnus, les mécanismes de l’innovation sollicitent un éclairage particulier de la part de la sociologie. C’est sous l’angle du changement social que l’objet intéresse et institue la discipline au xixe siècle. Les pères fondateurs s’enquiè­rent des causes et privilégient un grand facteur d’explication, qu’il s’agisse d’une loi universelle de l’évolution de l’humanité comme celle « des trois états » théorisée par Comte (1844), des conditions matérielles de la pro­duc­tion et de leurs contradictions pointées par Marx (1867), ou encore des mutations du système de valeurs d’après Weber (1901). Toutefois, ce déter­mi­nisme macro historique ne prévaut plus. « La sociologie moderne, dans ses formes scientifiques, tend à répudier l’idée selon laquelle il existerait une cause dominante du changement social » (Boudon, Bourricaud, 1982). Du « pour­quoi ? » au « comment ? », les questionnements sociologiques tendent à ap­pro­fondir les logiques processuelles du changement, telles que les « fonc­tions du conflit social » (Coser, 1957) ou « la place du désordre » (Boudon, 1984).

9Au-delà du symptôme, il importe pour les sciences sociales de comprendre le caractère subversif de l’émergence d’une nouveauté. Si la mobilisation d’une fraction seulement de la société pour l’invention est à première vue une situation potentiellement conflictuelle, qu’est-ce qui peut bien motiver les acteurs ? Ce n’est pas une théorie qui détient des éléments de réponse à cette question. Ceux-ci s’appuient en revanche sur une accumulation d’études empiriques dont la confrontation a permis une certaine montée en généralisation : « les groupes les plus innovateurs sont ceux qui disposent de la distance critique la plus grande par rapport à la situation établie et qui ont « intérêt » au développement de l’innovation » (Alter, 2003). Sociologue de l’innovation en entreprise, Alter dresse le portrait des entrepreneurs dans ce contexte, tout en soulignant les similitudes avec les innovateurs identifiés par l’anthropologie de Balandier (1974) dans les sociétés traditionnelles de l’Afrique. Par ailleurs, ces traits communs ne sont pas sans faire penser à la « propension à innover » (innovativeness) que l’approche américaine a définie en fonction « du degré de précocité de toute unité d’adoption, dans son appropriation d’une idée nouvelle au regard des autres membres de son système social » (Rogers, 1962). S’agissant des préoccupations environnementales, la figure des précurseurs paraît bien incarnée par les « minorités actives » que Moscovici (1977) repère au sein des « mouvements naturalistes » du xxe siècle de par un engagement pressé de transformer les rapports de l’homme à la nature.

10Sans entrer dans la psychologie des individus à l’instar de ses contemporains (Moscovici, 1979), l’échelle d’observation macrosociologique peut reconstituer le contexte porteur de l’écologie politique dans les années 1960 et ce, au détour du paysage sociotechnique. Le parcours de ce dernier engage effectivement un travail de généalogie intellectuelle qui recouvre la genèse du monde des idées écologistes. Avant de remettre en cause les dogmes de la modernité tels que le progrès technologique, c’est une mutation des cadres cognitifs qui débute au xixe siècle. Dès cette époque, le biologiste allemand Haeckel (1866) invente la notion d’écologie en tant que science des relations entre les êtres vivants et leur milieu. L’innovation conceptuelle se décèle quelques temps après par la diffusion des approches écologiques en sciences de l’homme, que ce soit d’abord la démarche de « l’anthropo-géographie », qui cherche à analyser les formations culturelles dans leur rapport à l’environnement naturel (Ratzel, 1882), ou ensuite « l’écologie humaine » qui examine les interactions des groupes sociaux avec l’espace urbain (Mckensy, 1926). Encore très marginal vis-à-vis des paradigmes dominants, le concept systémique de l’écologie est néanmoins l’objet d’une propagation transdisciplinaire et intercontinentale. Le processus s’accélère à partir des années 1950, en prenant une tournure critique qui inculpe les villes de la dégradation des biotopes. Ce sont autant des zoologistes et des botanistes qu’un historien comme Mumford qui critique le « mythe de la mégalopole » et pronostique son déclin au vu des effets pervers en 1961. Leurs mécanismes sont pointés à travers la notion de « métabolisme urbain », telle que l’ingénieur Wolman (1965) la définit en cette période : « dans les villes entrent de la nourriture, de l’eau propre, des combustibles ; de la ville sortent des eaux usées, des déchets et des polluants atmosphériques ». Il y a là un aperçu du nouveau paysage sociotechnique que la « révolution urbaine » génère en Occident (Lefebvre, 1970). C’est précisément en réaction à cet environnement de plus en plus urbanisé que l’éco-construction est imaginée.

La néo-ruralité et le diffusionnisme

11L’invention se nourrit du rejet de la ville encombrée et polluée, ainsi que du souci d’un cadre de vie proche de la nature. En France, le désir d’un habitat plus respectueux de l’écosystème fait irruption sur la scène publique lors des événements de mai 1968. Le mouvement soixante-huitard catalyse la rencontre des pratiques de mobilisation gauchiste avec les premières revendications écologistes contre l’essor de la planification urbaine. A l’heure de l’industrialisation intense du bâtiment et de l’édification des grands ensembles résidentiels en forme de barre le long des chemins de grue tracés par l’État, les slogans aspirent à « la plage sous les pavés » et fustigent les institutions au nom de la nature, en les accusant, au mieux, d’indifférence au bien commun. Techniquement, c’est dans les campagnes françaises que sont expérimentés d’autres principes de construction comme l’architecture bioclimatique, l’économie de moyens (l’emploi de matériaux bruts sans préfabrication énergivore), ou la mise en valeur des savoir-faire vernaculaires.

Figure 2 – Réhabilitation écologique d’une ancienne ferme en pisé dans la campagne iséroise

Figure 2 – Réhabilitation écologique d’une ancienne ferme en pisé dans la campagne iséroise

12En quête d’une qualité de vie écologique, plusieurs groupuscules militants quittent la ville après les affrontements avec les forces de l’ordre, pour fonder des communautés à la marge du milieu rural traditionnel. Là, ils mettent en œuvre leurs projets de logement d’un nouveau genre. En l’occurrence, ces niches d’innovation sociotechnique ont une connotation un peu baba-cool », et les entrepreneurs passent alors pour des « Géo Trouve Tout » excentriques, des « architectes en chaussettes de laine ». Les témoignages recueillis auprès des pionniers de l’éco-construction permettent ainsi de découvrir dans quelle mesure l’innovation « résulte d’un processus socioculturel impliquant des phénomènes hétérogènes et mêlant de l’incertitude, de la transgression, des interactions et des croyances » (Bratianu, Bouchardy, 2009). Si les « critiques » et l’« atypisme » sont le lot commun de tous les « innovateurs », le signe de leur « capacité à transformer l’ordre des choses » (Alter, 2003), comment l’innovation peut-elle parvenir à inverser les normes ?

13La remise en cause de la crédibilité des conventions existantes est une étape déterminante des processus d’innovation, en ce qu’elle conduit à des phénomènes de propagation de plus large envergure. Ceux qui véhiculent l’idée d’une habitation saine pour l’homme et la nature prennent progressivement une ampleur internationale. L’inversion des normes nécessite du temps, celui d’une transition dont la théorie récente précise les contours comme une montée en régime sociotechnique de l’innovation (Geels, 2002). Dans un secteur donné, l’adoption de l’invention ne se limite plus à une niche. Dorénavant, l’appropriation concerne une série d’institutions dont les interactions tissent le lien entre production et consommation, que ce soit les connaissances scientifiques et techniques, les réseaux industriels, la politique sectorielle, les marchés et les usagers, ou encore l’infrastructure et la culture. Leurs différentes relations instaurent le régime sociotechnique en un ensemble dynamiquement stable. La trajectoire innovante est alors modélisée par une courbe en forme de « S ». Cette schématisation du mouvement se rapproche fortement de celle spécifiée par les approches diffusionnistes de l’innovation en sociologie, sans pour autant faire directement référence aux auteurs. Il s’agit d’abord de Ryan et Gross (1943), puis de Coleman, Katz et Menzel (1957), qui ont mis au jour ce « paradigme épidémiologique », en enquêtant sur le développement d’un nouveau médicament. Par la suite, Rogers (1962) l’a généralisé à travers la figure graphique du « S » qui représente les phases par lesquelles passe un produit de grande consommation sociale : le lancement entrepris par les innovateurs, suivis des premiers adoptants, la croissance portée par la majorité précoce, la maturité qui remporte la majorité tardive et les réfractaires et au final, le déclin par saturation du milieu concerné.

Fig. 3 – Courbe d’adoption des innovations et catégories d’adoptants selon l’approche diffusionniste

Fig. 3 – Courbe d’adoption des innovations et catégories d’adoptants selon l’approche diffusionniste

Source : Rogers, 1962

14En d’autres termes, les innovations évoluent, ont une histoire, un début, un essor et une fin qui dépendent de la force de l’imitation sociale. A l’origine, ce mécanisme de diffusion a été analysé par Tarde (1890). Le champ de l’éco-construction le distingue plus largement à partir des années 1970.

Le retour interventionniste

15Au niveau macroscopique du paysage international, les préoccupations environnementales trouvent leur expression dans plusieurs phénomènes porteurs d’incertitudes comme l’augmentation de la population jusque cela sans précédent, ou l’essor inégal de l’économie. Ce sont aussi les deux chocs pétroliers qui soulèvent la problématique du coût de l’énergie, avec le quintuplement du prix du baril entre 1973-1974, suivi en 1979-1980 d’un nouveau doublement. De plus, la période compte une série de catastrophes technologiques dans diverses régions du globe : naufrage du Torrey Canyon en Bretagne (1967), grave accident industriel à Seveso (rejet de dioxine par une usine italienne de pesticides en 1976), marée noire de l’Amoco-Cadiz au large du Finistère (1978), autre écoulement de gasoil dans le golfe du Mexique l’année d’après, sérieux dysfonctionnement de la centrale nucléaire de Three Mile Island (Etats-Unis : 1979), etc. Dans ce contexte, le noyau d’idées techno-apocalyptiques de l’écologisme a pu bénéficier de plus larges échos médiatiques et politiques qui relaient un diagnostic de crise sur la société contemporaine. Du local au global, les problématiques de cohabitation avec la nature s’étendent. Elles englobent la vie quotidienne dans ses dimensions les plus triviales et suscitent des controverses imbriquées au secteur du bâtiment, telles que la nocivité de l’amiante et les dangers liés à son usage massif dans l’industrialisation des constructions. La déstabilisation des normes sectorielles atteint un premier sommet international en 1976 à Vancouver : la conférence onusienne « Habitat I ». Dans cette arène politique, le conflit entre la logique de l’ordre et celle de l’innovation débouche sur la construction d’un problème public. Cette mobilisation d’une action collective visant à légitimer l’éco-construction comme une nouvelle catégorie d’intervention politique enclenche la phase d’institutionnalisation de l’innovation.

16Le processus ne s’est pas accompli en un jour mais, en quasiment deux décennies pendant lesquelles l’imagination des logements écologiques a été reformulée par le néologisme de « l’habitat durable ». C’est en 1996 en effet que la réinvention sémantique est proclamée à Istanbul lors du « Sommet des Villes », dit aussi : « Habitat II ». La nouvelle logique de désignation de l’écologie d’un bâtiment est significative du changement socio-symbolique, celui d’un recadrage des utopies au profit de l’idéologie. Pour Flichy (2001), il s’agit d’une mutation caractéristique de l’innovation qui se déplace ainsi entre « les deux pôles de l’imaginaire social, le premier cherchant à bouleverser l’ordre social, le second à le conserver ». Selon le modèle séquentiel de légitimation d’une nouvelle technique, mis à jour par ce sociologue (ibidem), nous pouvons identifier les différentes séquences de la promotion internationale de l’éco-construction au nom du développement durable. Au temps de sa création institutionnelle sous l’égide de Brundtland, c’est tout d’abord une « idéologie-masque » (ibidem) qui est conférée aux techniques de construction écologique. « Notre avenir à tous » est présenté dans un programme assez flou en 1987 (CMED), mais qui a l’avantage de surmonter l’antagonisme que l’écologisme a initialement dénoncé entre la croissance urbaine et la préservation de l’environnement naturel. Cette reconfiguration idéelle peut faire penser à ce que Janicke (2008) nomme « la modernisation écologique ». Si on remarque déjà cette perspective techno-messianique d’un découplage de l’urbanisation vis-à-vis des impacts polluants, le discours gagne en visibilité à partir du Sommet de la Terre (Rio, 1992). Le raisonnement est alors exposé en présence de nombreux chefs d’Etats qui inaugurent la séquence plus officielle d’une « idéologie-légitimante » (Flichy, op. cit.). Celle-ci s’accompagne de plusieurs innovations procédurales. Il y a « l’Agenda 21 local » qui s’adresse aux collectivités territoriales pour une structuration plus densifiée du développement urbain, sobre en énergie et en foncier. En outre, l’Organisation Mondiale de Normalisation (ISO) spécifie un « Agenda 21 industriel » par des modèles d’analyse de l’éco-efficience des produits de construction. Celui-ci permet de certifier les performances environnementales des entreprises, ce qui est susceptible de mieux informer les habitants. Dès lors, on peut déceler une « idéologie-mobilisation » au sens où Flichy (ibidem) la définit par « la fonction de mobiliser les producteurs de la technologie comme ses usagers ».

17En tant que référentiel légitime de l’éco-construction, la notion d’habitat durable est progressivement intégrée aux agendas politiques, à commencer par celui de l’Union Européenne qui publie un Livre vert sur l’environnement urbain dès la fin du xxe siècle. Il est ainsi recommandé « une utilisation multifonctionnelle de l’espace citadin, en favorisant les logements dans le périmètre de la ville de façon à ne pas obérer ses environs naturels » (CEE, 1990, 34). Par la suite, des performances chiffrées d’économie en énergie fossile sont attribuées au développement de l’habitat durable dans l’espace communautaire des politiques publiques (directive 2002/91/CE). La qualité environnementale des résidences se précise au-delà du mot d’ordre supranational, qui invoque de manière vague des opérations saines et confortables pour tout un chacun, préservant les éléments naturels ainsi que le patrimoine historique et culturel, à l’aide de moyens de production peu coûteux, en transport notamment. En ces termes relativement flous, le paradigme ne procure pas de « script sociotechnique » comme le Centre de Sociologie de l’Innovation l’entend, à savoir : « un scénario qui se veut prédétermination des mises en scène que les utilisateurs sont appelés à imaginer à partir du dispositif technique et des pré-scriptions qui l’accompagnent » (Akrich, 1987).

18A l’aube du xxie siècle, cette organisation plus formelle de l’usage des techniques de construction écologique paraît davantage stabilisée dans le cadre national. En France, la démarche « HQE® » propose un système de management environnemental des opérations résidentielles, avec une approche multicritère de quatorze cibles qui visent à structurer la réponse technique, architecturale et économique de l’ouvrage. Propriété d’une association reconnue d’utilité publique, cette marque d’éco-construction française fait l’objet d’un portage institutionnel pour le moins innovant. Créé à l’origine par des ingénieurs d’État, hauts fonctionnaires de l’administration sectorielle, le script sociotechnique de la HQE a été privatisé puis, soutenu à travers une série de mesures publiques cherchant à organiser l’innovation jusqu’à sa consécration politique lors du Grenelle de l’Environnement (2007). A ce niveau institutionnel, il ne s’agit toutefois que d’un artefact. Or, le déploiement d’un processus d’innovation peut-il se limiter aux lieux abrités entre corps constitués ?

La montée en régime sociotechnique des niches d’habitat durable en France : une incubation productive des jeux d’acteurs du systè­me d’innovation

19« A l’état d’équilibre, un système sociotechnique se reproduit grâce à l’activité coordonnée de différents groupes et acteurs sociaux. Cette coordination résulte de l’application de règles de comportement suffisamment cohérentes, d’attentes réciproques complémentaires, de significations communes largement partagées » (Boulanger, 2008). C’est ce que la théorie des transitions technologiques désigne sous l’appellation de « régime ». Pour ce qui est de l’éco-construction, nous avons observé l’environnement porteur de l’innovation, que ce soit l’explosion démographique et l’urbanisation consécutive, l’industrialisation du bâtiment et les risques sanitaires, ou encore les dividendes de la paix à travers la géopolitique des Nations Unies et l’internationalisation des structures socioculturelles de l’espace européen des politiques publiques. Parmi ces mouvements de fond où l’enjeu de l’écologie a pu être resitué dans une approche socio-historique, une grande part de l’analyse a été consacrée à l’avènement de nouvelles valeurs à l’égard de nos modes de construction avec la nature. Si l’expression légitime de l’habitat durable les dote d’« une dimension normative » avec des droits et des devoirs (Scott, 1995), l’imprécision de ces derniers peut rendre la formule trop énigmatique pour lui prêter des « dimensions cognitives et régulatrices » qui contribueraient à la coordination et à la structuration des activités professionnelles (ibidem). Dans l’optique de mieux connaître l’ancrage de cette notion dans le secteur français du bâtiment, cet article opère un changement d’échelle d’observation entre le niveau macro-social où un imaginaire novateur s’institue, et le niveau méso-social des maillages organisationnels où un « régime sociotechnique » peut concrètement émerger (Geels, 2004).

Les niches d’innovation

20Les interactions entre la réinvention sociopolitique de l’éco-construction et la sphère marchande de la production résidentielle ont été étudiées au cours de l’année 2007, précisément au moment de la médiatisation du cadre normatif au sommet de l’État en France. Sur le plan local des logements mis en chantier, l’enquête par entretiens a rencontré différents acteurs individuels ou collectifs qui revendiquaient leur participation au développement de l’habitat durable. La formule séduit tout en se rapportant à des énoncés, des pratiques et des expériences très diverses qui ont en commun de fortes prétentions écologiques. Le penchant environnemental de l’idéologie gagne du terrain. Bien que la méthode qualitative ne puisse pas quantifier sa notoriété grandissante d’un point de vue statistique ; l’hétérogénéité des parties prenantes et les divergences remarquables dans leurs grilles d’interprétation montre que l’innovation dépasse le cercle restreint des militants en dissidence avec l’État (Juan, 1985), premiers initiés dans l’esprit des communautés soixante-huitardes. Sous couvert d’habitat durable, le faisceau d’images associées à l’éco-construction s’élargit sans s’accorder sur une vision unique des opérations à mettre en œuvre.

21De fait, comme Alter (2003) l’a souligné, « l’innovation […] c’est l’histoire d’un état de tension permanente entre les possibilités que représente l’invention et les choix collectifs qui en sont progressivement tirés ». S’agissant des techniques d’écologie résidentielle sur le territoire français, l’échelle d’observation méso-sociale permet de distinguer des lieux d’apprentissage, d’expérimentation et de formation de réseaux sociaux qui soutiennent leur développement. En référence à la théorie des transitions (Geels, 2004), on peut parler de « niches sociotechniques » dans lesquelles surgissent « des processus de déviation » plus ou moins radicale par rapport au régime de construction classique (Garud, Karnøe, 2001). Ces niches offrent un abri à l’innovation dans la mesure où elles permettent aux acteurs de se mettre provisoirement à l’écart des règles qui régissent le monde économique. En ce sens, d’un point de vue sociologique, on peut identifier les « niches sociotechniques » à des terrains de « jeux » où interagissent des « stratégies », ces rationalités limitées, plurimodales (instrumentales, axiologiques, cognitives, institutionnelles) qui s’exercent en fonction des situations et des relations de pouvoir, plutôt qu’en réaction mécanique aux procédures existantes (Crozier, Friedberg, 1977).

22Dans l’interstice de ces marges de manœuvres favorables à l’éco-construction, nous allons découvrir « un système d’action concret » tel que l’approche stratégique de la sociologie des organisations désigne : « l’institution toujours précaire et problématique d’une structuration humaine des champs de l’action, d’un mode de rationalité et d’un mode de contrôle social gouvernant l’action collective des hommes dans une sphère d’emprise donnée » (ibidem). En l’occurrence, la sphère explorée par notre étude renvoie en termes économiques à un « système sectoriel d’innovation » qui délimitent ainsi un champ de coopération et de compétition à plusieurs niveaux (international, national, local) autour de la production d’un type de bien ou service inédit (Breschi, Malerba, 1997). Au cours des deux dernières décennies, un courant d’analyse systémique de l’innovation s’est étendu à plusieurs disciplines scientifiques. En sociologie, cet angle d’approche peut être aiguisé en croisant les focales macro, méso et microsociales. Le parcours des deux premières dimensions apprend comment la concurrence croissante de solutions alternatives déstabilise un régime de construction : le changement d’équilibre incube au sein de la structuration préexistante, ce qui influence la trajectoire des processus de déviation. En France, l’enquête des chantiers lancés au nom du développement de l’habitat durable a ainsi pu relever un « sentier de dépendance » au système politique du pays que la sociologie de l’action publique définit par son « mode de régulation néo-corporatiste » : l’aménagement des règles se décide dans des espaces restreints aux représentants et aux groupes les plus puissants et influents (Lascoumes, Le Galès, 2007). En effet, le décollage des niches d’éco-construction à ce niveau du marché va s’avérer fortement tributaire des opportunités et des contraintes fixées par l’administration centrale de l’État mais, encore faut-il les saisir…

23C’est en commençant par suivre les solutions les plus radicales en matière d’habitat durable que l’on se confronte à une résistance active du système industriel en vigueur. « La mise en œuvre du chanvre, de la ouate de cellulo­se, des isolants à base végétale (bois et autres fibres), ou à base animale (plu­mes de canards, poils de porcs, laines de mouton, etc.), suscite aujourd’hui des réticences à assurer la garantie décennale » (Sopriano, 2007). Sachant cette dernière obligatoire pour tous les corps de métiers du bâtiment depuis l’adoption en France de la loi dite Spinetta en 1978, les entrepreneurs de constructions en matières brutes, directement extraites de la nature locale, ont été rencontrés en retrait des marchés publics, dans le cadre plus confidentiel des projets d’« architecture mineure », ces maisons individuelles conçues sans architecte indépendant (Moulin et al., 1973). Sans machine ni organisa­tion complexe, cette niche de l’éco-construction française se forme en terri­toi­re rural par un jeu d’alliances entre artisans et habitants qui court-circuite bon nombre d’intervenants traditionnels dans les chantiers résidentiels.

24A l’abri de la compétition interprofessionnelle, cette situation périphérique sur le marché a été observée à l’œuvre de la rénovation écologique de vieilles fermes en terre crue dans les campagnes du nord de l’Isère, ou en bois dans la région de la Haute-Savoie. L’auto-construction est largement pratiquée par les familles d’origine citadine, maîtres de l’ouvrage, et assistée par de petites en­tre­prises polyvalentes, à la fois maître et main d’œuvre, grâce à des res­sour­ces hu­­maines rassemblant aussi bien de jeunes architectes frustrés par leurs pre­miers emplois, d’anciens cadres surchargés au sein d’autres secteurs d’ac­tivités, que des ouvriers du bâtiment dont la santé et le plaisir ont été atteints à force de manipuler des substances chimiques. Leur conception commune de l’habitat durable à l’image naturaliste et patrimoniale des cons­truc­tions verna­culaires, témoigne de ce qu’un processus d’apprentissage a été enclenché.

Figure 4a – Les modes de production du logement durable : un redéploiement des jeux d’acteurs de l’éco-construction

Figure 4a – Les modes de production du logement durable : un redéploiement des jeux d’acteurs de l’éco-construction

Une diversification du marché

25De fait, l’expérimentation n’est pas sans faire penser aux opérations pionnières des communautés soixante-huitardes, tout en faisant explicitement référence au développement durable. Dans ce contexte de « glocalisation » où le local et le global s’entremêlent, s’influencent mutuellement et de manière plurielle (Schuerkens, 2003), les premiers adoptants de l’innovation font figure de « francs-tireurs » en France. Empruntée à l’approche interac­tion­niste, l’expression définit en effet une catégorie d’individus qui ne s’en tiennent pas aux règles consacrées par le milieu pour réaliser leurs œuvres et qui, en conséquence, apparaissent « déviants » au regard des « pro­fes­sionnels intégrés », que ce soit les juges, les représentants ou les producteurs du style conventionnel (Becker, 1988). Sous la forme de la petite maison dans la prairie, cette niche sociotechnique d’habitat durable n’est pas franchement alignée avec les politiques de modernisation écologique des résidences urbaines. En porte-à-faux, les « militants d’aujourd’hui » se différencient de ceux d’hier, en ce que leurs actions sont moins guidées par des valeurs et un imaginaire utopique, que par la perspective d’« apporter une réponse immédiate, même provisoire aux problèmes considérés » (Ion et al., 2005). Il en est ainsi des ménages qui jouent les « consomm’acteurs » de l’éco-construction du patrimoine rural, comme des professionnels qui tablent sur la réalisation d’alternatives crédibles, quoique pas tout à fait réglementaires, pour faire pression sur les procédures industrielles d’évaluation de la qualité technique des produits de construction, et les amener à reconnaitre une place aux biomatériaux, ainsi qu’aux savoir-faire artisanaux.

26L’innovation tend à faire passer le régime à un état dynamique par une phase de « problématisation ». Selon la théorie de l’acteur-réseau (Callon, 1986), cette « première séquence d’une innovation sociotechnique » vise à rendre indispensable le traitement d’une offre guère habituelle pour les autres acteurs et ce, de manière à organiser de nouveaux alignements. Ceux-ci se configurent dans une deuxième séquence, dite d’« intéressement » car, au fur et à mesure, les positions sont plus largement investies par des dispositifs stimulant l’action des groupes initialement moins impliqués. Ces derniers ont été remarqués dans le cadre de deux programmes publics d’expérimentation résidentielle : l’un, appelé « SUNRISE » et subventionné par l’Union Européenne cherche à inciter l’usage de l’énergie solaire dans le bâtiment ; l’autre, issu quelques mois après en 2001 du ministère en charge de l’aménagement du territoire français par un appel d’offre expérimental sous le nom de « Villas Urbaines Durables ».

Figure 5a – Logements sociaux construits dans les années 1960 à Saint-Martin d’Hères, et récemment réhabilités dans le cadre du programme européen « SUNRISE »

Figure 5a – Logements sociaux construits dans les années 1960 à Saint-Martin d’Hères, et récemment réhabilités dans le cadre du programme européen « SUNRISE »

27De la commune de Saint-Martin-d’Hères à celle de Bourges, en passant par Chalon-sur-Saône, les projets lauréats affichent la quête d’un quartier résidentiel avec un environnement sain, de la cohésion sociale, de l’efficacité énergétique et économique. En tant que tels, ils bénéficient d’une situation protégée par les autorités politiques qui portent ces niches sociotechniques d’innovation comme des « arènes de transition ». La théorie définit ces dernières par « la rencontre régulière entre des personnes créatives, imaginatives et compétentes issues des différentes parties prenantes et jouissant d’une certaine autonomie au sein de leur organisation, mais en même temps suffisamment influentes pour y faire perfuser la vision d’avenir développée dans l’arène et y faciliter sa mise en œuvre » (Boulanger, 2008).

Figure 6a – Constructions du programme « Villas Urbaines Durables à Bourges (gauche) et à Chalon-sur-Saône (droite)

Figure 6a – Constructions du programme « Villas Urbaines Durables à Bourges (gauche) et à Chalon-sur-Saône (droite)

28Du point de vue des jeux d’acteurs, le rôle d’« entrepreneuriat social » est concrètement incarné par la maîtrise d’œuvre qui, sur les chantiers observés, « prend l’initiative et assume une responsabilité (…) avant tout sociale, c’est-à-dire qu’elle s’exerce par la mobilisation et l’animation d’autres personnes » (Friedberg, 1993). En parallèle, l’action publique accompagne ces niches d’innovation comme des concepts en action qui servent de référentiels aux nouvelles politiques urbaines. D’autres sociologues spécialistes ont effective­ment constaté le « passage d’une logique de l’institution à une logique de projet » (Hamman, Blanc, 2009). Il en ressort une certaine mutation des règles du jeu de l’aménagement local qui débouche sur une phase de stabilisation. Pour cadrer les missions accaparées de manière informelle par la maîtrise d’œuvre, le statut d’« Assistance à Maîtrise d’Ouvrage HQE® » est créé. Dans le même temps, on aperçoit une troisième séquence de l’innovation sociotechnique, celle de « l’enrôlement » (Callon, 1986). Elle a été remarquée dans la coévolution des acteurs du régime de construction industrielle en France, à commencer par le constructeur leader des maisons individuelles en vente sur catalogue dont la récente certification HQE lui a été vivement recommandée lors de rencontres avec les représentants de l’État.

Figure 7a – Prototype industriel d’écologie résidentielle par ajout de technologies efficientes en énergie au bout de la chaîne de prod. (installation panneaux solaires en toiture et poêle à bois)

Figure 7a – Prototype industriel d’écologie résidentielle par ajout de technologies efficientes en énergie au bout de la chaîne de prod. (installation panneaux solaires en toiture et poêle à bois)

29Selon le modèle de la niche sociotechnique, une mobilisation limitée aux services techniques et marketing apparaît au siège de cette grande entreprise aux nombreux sous-traitants : l’objectif est de perfectionner les solutions existantes au moyen d’améliorations marginales. Cette stratégie de mise en conformité montre combien la trajectoire de l’innovation sur le marché français est encastrée dans le système politique. S’il parvient à canaliser les jeux d’acteurs professionnels entre normes et organisations, qu’en est-il des habitants ?

La domestication d’une nouvelle éthique écologique : des limites à l’approche technicienne de l’innovation

30L’univers domestique constitue l’ultime dimension de la mise en œuvre de l’habitat durable. En définitive, cette réinvention sociopolitique de l’éco-construction interpelle les ménages par une injonction au changement des modes d’habiter. De l’idéologie aux technologies d’usage, les processus d’adoption vont être ici étudiés à la loupe microsociale. En effet, il s’agit de suivre fidèlement les modalités d’introduction dans des cadres bâtis d’un nouveau genre, ainsi que leur appropriation au quotidien. Pour commencer, l’emménagement sous ce fronton résidentiel prend place dans les parcours de vie des familles. Ce faisant, leur installation se confronte à la distribution inique des contraintes relatives à l’accès au logement.

31Dans un contexte de crise quantitative et qualitative, l’innovation est soumise à différents systèmes d’interprétation. Celui interrogé chez les ménages militants, maîtres d’ouvrage pour leur propre compte, procède de perceptions et aspirations à l’idée de bien-être. Sur fond de désagréments éprouvés en ville (insécurité, stress, pollution, cherté du logement, manque d’espace bâti ou paysager tel qu’un jardin privatif), le néologisme de l’habitat durable fait écho à une mise en désir de l’objet « nature » que ces divers foyers issus des classes moyennes reportent sur un milieu rural, leur évoquant plus directement la naturalité d’un cadre de vie.

32Egalement associés à la pureté et à la tranquillité, ces espaces vierges de toute urbanisation répondent au souhait d’un apaisement, voire d’un assainissement des événements marquant leurs expériences privées (cancer d’un jeune enfant, départ des plus âgés pour des études supérieures loin du foyer parental, arrivée d’un nouveau-né, ou encore l’héritage d’une vieille ferme suite au décès d’un proche). Si la construction écologique à l’image bucolique a une valeur refuge dans certaines familles, d’autres réinterprètent la propension environnementale des programmes publics d’habitat durable à l’aune des besoins inassouvis en situation de mal-logement. En construction ou en réhabilitation, cette offre sous contrat de location sociale est alors assimilée à une promesse de conditions de vie satisfaisant les nécessités élémentaires à la survie et à la dignité humaine. A entendre ces ménages plus précaires, c’est une opportunité rare de rompre avec un environnement insalubre, mal insonorisé, étriqué, sans confort thermique, voire en manque de lumière naturelle. Dans ce cas, l’accès à un jardin privatif, ou même à une baie vitrée, peut être perçu comme un effet d’aubaine lié à l’innovation. En revanche, sa certification HQE s’avère une option hors de portée pour les budgets très limités des foyers primo-accédants qui visitent les salons d’exposition des constructeurs industriels, après s’être déjà endettés pour l’acquisition du seul terrain foncier.

33Les effets de différenciation sociale, pervers comme bénéfiques, peuvent se comprendre en recoupant le vécu des individus à l’échelle microsociale, avec l’horizon macro-social de leurs appartenances à la stratification de notre société. Celle-ci fait partie du paysage sociotechnique où l’innovation chemine. En l’occurrence, la diffusion des résidences écologiques en France évolue d’une manière paradoxale par rapport au principe d’équité de l’habitat durable. D’une part, l’analyse multi-scalaire permet de distinguer l’influence du système politique sur l’ouverture des canaux de distribution vers un public précarisé. Si ces derniers ne sont pas déconnectés des niches de production couvées par le mode de régulation néo-corporatiste, on identifie un peu plus le sentier de dépendance à « un édifice étatique parfaitement prêt à se substituer au marché en tant que pourvoyeur de bien être » tel qu’Andersen (1999) a défini l’« État-providence conservateur-corporatiste ». D’autre part, les migrations résidentielles des familles citadines dans les campagnes périurbaines apparaissent comme une lame de fond. C’est une tendance macro-sociale, liée à la fois à l’amélioration générale des conditions de transport, aux écarts de coûts entre les territoires constructibles qui offrent aujourd’hui la possibilité d’acquérir des logements dans des espaces ruraux, reliés plus que jamais à la ville par le renforcement de la métropolisation. Cette dynamique de l’innovation dévie de l’objectif de lutte contre l’étalement urbain intrinsèque à la réinvention de l’éco-construction par l’idéologie de l’habitat durable.

34Toutes les innovations sont amenées à s’émanciper des imaginaires qui les ont insufflées. En l’occurrence, leur approche multi-niveaux a l’avantage de repérer des mécanismes d’émancipation à l’interaction des échelons macro, méso et micro de la réalité sociotechnique. Ces mécanismes délimitent in vivo le potentiel écologique, social et économique attribué à l’artefact. La croissance faible du marché privé certifié pour sa norme HQE indique bien que la nouvelle demande émerge difficilement au sein de l’existante. Ainsi, elle ne dépasse pas les contraintes structurelles et conjoncturelles d’un bien de moins en moins accessible à La France des « petits moyens », cet « entre-deux social coincé entre le haut des classes populaires et le bas des classes moyennes » (Cartier et al., 2008). Il y a là un écueil pour la matérialisation des changements résidentiels par le biais de l’innovation bâtie. Si cette dimension échappe en grande partie aux cadres de pensée politique de l’habitat durable, tout comme à l’approche trop techniciste des transitions sociotechniques, la sociologie peut contribuer au débat grâce à ses divers courants d’analyse de l’innovation.

35Ainsi, au-delà des interactions entre l’invention et son environnement sociopolitique, des changements et des inerties peuvent être décelés dans la confrontation des produits dérivés avec les représentations et les pratiques des usagers. L’équipement des individus en technologies sophistiquées (gestion de la température ambiante par télécommande, contrôle automatisé de la ventilation intérieure, système hyper programmé de l’eau chaude sanitaire par panneaux solaires, ou de l’électricité à partir de cellules photovoltaïques, etc.) peut paraître pratique et séduisant à court terme, compte tenu des progrès en efficacité technique. Toutefois, l’adoption de nouveaux objets n’est pas un acte passif (Lie, Sørensen, 1996). Elle nécessite des adaptations et des innovations dans le contexte des utilisateurs. Un tel processus de domestication implique un travail à la fois symbolique, pratique et cognitif de la part des habitants mais, pas seulement : cette démarche adaptative et évolutive est requise tant au niveau de l’action publique que dans le secteur professionnel, sans quoi la transition ne saurait être profonde et durable

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

Akrich (M.), 1987, « Comment décrire les objets techniques ? », Techniques et Culture, n° 9, p. 49-64.

Alter (N.), 2003, L’innovation ordinaire, Paris, Presses universitaires de France, p. 7-23.

Andersen (G.E.), 1999, Les trois mondes de l’Etat-providence. Essai sur le capitalisme moderne, Paris, Presses universitaires de France, coll. Le lien social, p. 42.

Balandier (G.), 1974, Anthropo-Logiques, Paris, Presses universitaires de France.

Becker (H.), 1988, Les mondes de l’art, Paris, Flammarion, p. 250-252.

Boudon (R.), 1984, La Place du désordre. Critique des théories du changement social, Paris, Presses universitaires de France.

Boulanger (P.M.), 2008, « Une gouvernance du changement sociétal : le transition management », La Revue Nouvelle, p. 61-73.

Breschi (S.), Malerba (F.), 1997, « Sectoral innovation systems : technological regimes, Schumpeterian dynamics, and spatial boundaries », in Edquist (C.), Systems of Innovation : Technologies, Institutions and Organization, London/Washington, Pinter, p. 130-156.

Callon (M.), 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique, vol. 36, p. 169-208.

Cartier (M). et al., 2008, La France des « petits moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte, coll. Textes à l’appui/Enquêtes de terrain.

Colman (J.), Katz (E.), Menzel (H.), 1957, « The Diffusion of an Innovation among Physicians », Sociometry, n° 20, p. 253-270.

Comte (A.), 2002 (1844), Discours sur l’Esprit positif : Ordre et progrès, Paris, Vrin, coll. Bibliothèque des textes philosophiques.

Coser (L.), 1982 (1957), Les Fonctions du conflit social, Paris, Presses universitaires de France.

Crozier (M.), Friedberg (E.), 1977, L’acteur et le système, Paris, Seuil, p. 97, 282.

Desjeux (D.), 2004, Les sciences sociales, Paris, PUF, coll. Que sais-je ? p. 6.

Desjeux (D.), 2006, La consommation, Paris, PUF, coll. Que sais-je ? p. 4.

Flichy (P.), 2001, « La place de l’imaginaire dans l’action technique », Réseaux, n° 109, p. 52-73.

Friedberg (E.), 1993, Le pouvoir et la règle : dynamiques de l’action organisée, Paris, Seuil, p. 327.

Gallouj (F.), 2002, Innovation in the Service Economy : the New Wealth of Nations, London, Edward Elgar, p. 13.

Garud (R.), Karnoe (P.), 2002, « Path creation as a process of mindful deviation », in Garud (R.), Karnøe (P.), Path Dependence and Creation, Mahwah, NJ, Lawrence Erlbaum Associates Publishers, p. 1-38.

Geels (F.W.), 2002, « Technological transitions as evolutionary reconfiguration processes : a multi-level perspective and a case study », Research Policy, vol. 31 (8/9), p. 1257-1274.

Geels (F.W.), 2004, « From sectoral system of innovation to socio-technical systems Insights about dynamics and change from sociology and institutional theory », Research Policy, vol. 33, p. 897-920.

Geels (F.W.), Raven (R.P.), 2006, « Non-linearity and expectations in niche-development trajectories : Ups and downs in Dutch biogas development (1973-2003) », Technology Analysis & Strategic Management, vol. 18 (3/4), p. 375-392.

Haeckel (K.), 1866, Generelle Morphologie der Organismen, vol. 2, Berlin, Gruyter.

Hamman (P.), Blanc (C.), 2009, Sociologie du développement durable urbain. Projets et stratégies métropolitaines françaises, Bruxelles, Presses Interuniversitaires Européennes – Peter Lange, Berlin, coll. EcoPolis p. 105.

Ion (J.) et al., 2005, Militer aujourd’hui, Paris, Autrement, p. 7.

Juan (S.), 1985, De la maison solaire à l’action anti-technocratique ; une approche sociologique de l’écologisme en France, Université Paris VII Jussieu, thèse de doctorat de 3ème cycle de sociologie.

Janicke (M.), 2008, « Ecological modernisation : new perspectives », Journal of CleanerProduction, vol. 16, p. 557-565.

Lascoumes P., Le Gales P., 2007, Sociologie de l’action publique, Paris, Armand Colin, coll. 128.

Lefebvre (H.), 1970, La révolution urbaine, Paris, Gallimard.

Lie (M.), Sorensen (K. H.), 1996, Making Technology Our Own : Domesticating Technology into Everyday Life, Oslo, Scandinavian University Press.

Marx (K.), 1968 (1867), Le Capital, Paris, Gallimard.

Mckenzie R.), 1926, « The Scope of Human Ecology », On Human Ecology, p. 19-32.

Moscovici (S.), 1977, Essai sur l’Histoire Humaine de la Nature, Paris, Flammarion.

Moscovici (S.), 1979, Psychologie des minorités actives, Paris, Presses universitaires de France, coll. Quadrige.

Moulin (R.) et al., 1973, Les Architectes, métamorphose d’une profession libérale, Paris, Calmann-Lévy, p. 23.

Mumford (L.), 1961, The City in History, San Diego, Harcourt Inc.

Ratzel (F.), 1882, Anthropo-geographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Geschichte, Stuttgart, Engelhorn.

Rogers (E.M.), 1962, Diffusion of Innovations, New York, Free Press, p. 246.

Ryan (B.), Gross (N.), 1943, « The diffusion of hybrid corn in Two lowa Communities », Rural Sociology, n° 8, p. 15-24.

Schot (J.W.), Geels (F.W.), 2007, « Niches in evolutionary theories of technical change : A critical survey of the literature », Journal of Evolutionary Economics, 17(5), p. 605-622.

Schuerkens (U.), 2003, « The social and anthropological study of glocalisation and localization », Current Sociology, vol. 51, p. 209-222.

Schumpeter (J.), 1999 (1935), Théorie de l’évolution économique, Paris, Dalloz.

Scott (W.R.), 1995, Institutions and organizations, London/New Delhi, Sage Publications.

Shove (E.), 2003, Comfort, cleanliness and convenience : the social organization of normality, Oxford, Berg.

Sopriano (V.), 2007, Etude sur le développement de produits assurantiels permettant la diminution des gaz à effet de serre, Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Thèse de doctorat professionnel.

Tarde (G.), 1979 (1890), Les lois de l’imitation. Etude sociologique, Paris, Slatkine.

Weber (M.), 1964 (1901), L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon.

Wolman (A.), 1965, « The Metabolism of Cities », Scientific American, n° 213, vol. 3, p. 179-190.

Documents de travail

Boudon (R.), Bourricaud (F.), 1982, Dictionnaire critique de sociologie, Paris, Presses universitaires de France, p. 590.

Bratianu (C.), Bouchardy (I.), 2009, « Organisations : entre innovations et normes », appel à contribution, Sciences de la Société, n° 81 en ligne :

http://calenda.revues.org/download.php?id=4376.

Commission des communautés européennes (CEE), 1990, Livre vert sur l’environnement urbain, communication de la Commission au Conseil et au Parlement, Luxembourg, office des publications officielles des communautés européennes, p. 34.

Commission mondiale sur l’environnement et le développement (CMED), 1987, Our common future, Montréal, Edition du Fleuve.

Desjeux (D.), 2003, « Réflexion sur la logique des innovations dans l’espace domestique. Une entrée anthropologique pour comprendre la consommation », Caen, Colloque Consommation & Société.

Haut de page

Notes

1 Le PUCA (Plan Urbanisme Construction et Architecture) et l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) ont soutenu à ce travail de thèse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – L’innovation modélisée par la théorie des transitions sociotechniques
Crédits Source : Geels, 2002
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2 – Réhabilitation écologique d’une ancienne ferme en pisé dans la campagne iséroise
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 3 – Courbe d’adoption des innovations et catégories d’adoptants selon l’approche diffusionniste
Crédits Source : Rogers, 1962
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4a – Les modes de production du logement durable : un redéploiement des jeux d’acteurs de l’éco-construction
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 4b.
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4c
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 4d
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 5a – Logements sociaux construits dans les années 1960 à Saint-Martin d’Hères, et récemment réhabilités dans le cadre du programme européen « SUNRISE »
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 5b
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Figure 6a – Constructions du programme « Villas Urbaines Durables à Bourges (gauche) et à Chalon-sur-Saône (droite)
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 6b
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 7a – Prototype industriel d’écologie résidentielle par ajout de technologies efficientes en énergie au bout de la chaîne de prod. (installation panneaux solaires en toiture et poêle à bois)
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 7b
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/887/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Nemoz, « Le développement du logement durable : analyse d’une innovation en trois dimensions sociologiques », Sciences de la société, 81 | 2010, 137-157.

Référence électronique

Sophie Nemoz, « Le développement du logement durable : analyse d’une innovation en trois dimensions sociologiques », Sciences de la société [En ligne], 81 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://sds.revues.org/887 ; DOI : 10.4000/sds.887

Haut de page

Auteur

Sophie Nemoz

Sociologue Ph.D., Institut de Gestion de l’Environnement et d’Aménagement du Territoire (IGEAT), Centre d’Etudes du Développement Durable (CEDD), Université Libre de Bruxelles (ULB)
sophie.nemoz@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org