Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l’obésité

Paris, puf, 2009, coll. Sciences sociales et sociétés
Laure Séguy
p. 193-194
Référence(s) :

Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l’obésité, Paris, puf, 2009, coll. Sciences sociales et sociétés, 360 pages.

Texte intégral

1Jean-Pierre Poulain, sociologue et anthropologue de l’alimentation, nous livre ici son cinquième ouvrage en recentrant son analyse de l’évolution des rapports à l’alimentation et des caractéristiques des formes d’actes alimentaires sur l’analyse d’un risque précis et censé symboliser les paradoxes de l’alimentation moderne : l’obésité. L’auteur se demande ainsi pourquoi l’obésité, qualifiée « d’épidémie mondiale » par l’OMS, continue d’augmenter et de toucher de plus en plus d’individus à travers le monde en dépit de quarante années d’importantes actions gouvernementales menées à son encontre, notamment aux Etats-Unis. C’est ce paradoxe que Jean-Pierre Poulain nous propose d’éclairer grâce à l’aide des sciences sociales. Il nous propose aussi des pistes d’actions publiques pour permettre une meilleure prise en charge, à la fois collective et individuelle, de l’obésité. Cette pluralité d’objectifs propres à l’ouvrage se retrouve également dans la volonté forte de l’auteur de s’inscrire dans une interdisciplinarité et d’ouvrir un dialogue entre toutes les instances d’expertises qui travaillent sur l’obésité et entre les différentes sciences –sciences dures et sciences sociales– mobilisées pour étudier cette question.

2Ainsi, la première partie de l’ouvrage adopte le point de vue épidémiologiste et développe une posture dite de « Sociologie de l’obésité » pour penser le lien complexe entre biologique et culturel. Il s’agit d’apporter l’éclairage sociologique à l’expertise épidémiologique pour montrer en quoi l’obésité, considérée en premier lieu comme une maladie touchant des individus, peut également être envisagée comme un phénomène collectif, à la fois culturel, économique, politique et social, tout aussi lié à l’évolution des sociétés modernes et de leurs environnements qu’aux pratiques singulières et aux caractéristiques biologiques. L’auteur convoque diverses analyses pour montrer comment obésité et précarité sont intimement liées et forment une « double chaîne de causalité » (p. 40). Non seulement la précarité a un impact fort sur le développement de l’obésité, notamment infantile, mais l’obésité, qui, une fois installée, est très difficile à traiter, a une influence très forte dans les processus de précarisation et d’exclusion que subissent les individus. À ce titre, l’obésité est considérée par l’auteur comme un véritable « facteur de différenciation sociale négative » (p. 117) participant fortement aux inégalités sociales de santé et allant à l’encontre du projet égalitaire de notre société. Par ailleurs, la mobilisation du concept de « transition nutritionnelle » (p. 55), développée par Bernard Maire et Francis Delpeuch permet de penser l’influence, sur le développement de l’obésité, de l’évolution des modes de vie et des apports alimentaires. Ce concept permet ainsi d’analyser ce phénomène sur une échelle macrosociale et de mieux comprendre le lien entre un biologique « rigide » et un culturel « imprécis » à l’origine de la difficulté qu’il y a à cerner précisément l’obésité et à en délimiter les contours. Enfin, les divers travaux effectués sur l’image des obèses dans nos sociétés et sur les processus de stigmatisation dont ils sont victimes permettent de penser le lien entre obésité et image positive et socialement valorisée de la minceur dans nos sociétés en prenant en compte le rôle des médias et du marché.

3La seconde partie de l’ouvrage est déjà beaucoup plus critique dans sa posture. En effet, l’auteur la présente comme une partie s’inscrivant dans une « Sociologie sur l’obésité » dont le but est de mettre au jour les rapports de force et de concurrence qui ont présidé à l’établissement de l’obésité comme maladie puis comme épidémie et comme objet d’intervention publique à l’échelle internationale. L’auteur développe une analyse de la mise en agenda de la problématique obésité, mais il effectue également une démonstration, dans la lignée de la sociologie des controverses, qui montre le combat qui s’est joué et qui se poursuit autour de la mesure de l’obésité et du surpoids. Dans cette partie, l’auteur prend une posture non plus seulement d’expert mais de sociologue engagé qui met au jour les mécanismes invisibles qui président à l’établissement des connaissances scientifiques et qui ont un impact essentiel sur la mise sur l’agenda politique des problèmes de santé publics. À ce titre, la construction de l’Indice de Masse Corporelle (IMC) et sa consécration comme mesure universelle de l’obésité par l’OMS en 2000 constituent un exemple particulièrement révélateur de cette interaction entre science et politique. Jean-Pierre Poulain nous montre ainsi comment cette consécration de l’IMC, tout en ayant favorisé la coordination internationale des discours scientifiques et des actions en matière d’obésité, a également fortement participé à l’établissement de normes corporelles générales tout à fait contre-productives. Car ces normes ne tiennent absolument pas compte des caractéristiques propres à chaque individu, tant en matière physique qu’en termes d’origines géographiques ou culturelles. Ainsi, lorsque le seuil qui délimite la frontière entre surpoids et poids normal a été fixé à 25 alors qu’il se situait jusqu’à présent à 27, la catégorie des personnes américaines en surpoids a augmenté du jour au lendemain de 35 millions de personnes. De même, l’abaissement du seuil entre maigreur et poids normal, passant de 20 à 18, a entraîné selon l’auteur une normalisation des corpulences considérées avant cette décision comme trop minces et trop faibles. Or, c’est bien sur cette mesure que sont adossées et justifiées la plupart des actions et discours publics et médiatiques en matière d’obésité.

4Il s’agit également pour l’auteur de dénoncer la gestion ultra-médicalisée et individualiste de l’obésité, et de préparer ainsi l’arrivée de la troisième partie de l’ouvrage dont le titre ne laisse place à aucune ambiguïté puisqu’il s’agit bien pour Jean-Pierre Poulain de proposer une « Contribution à une politique de l’obésité ». Le but annoncé est de fournir aux acteurs des politiques publiques un cadre d’action « en faisant des facteurs sociaux un des leviers d’une politique de prévention » (p. 237). Sur la base des conclusions des deux parties précédentes l’auteur met en place des pistes d’intervention qui intègrent le social comme producteur de comportements et d’environnement général, mais également comme élément intervenant dans la production des connaissances scientifiques censées orienter la décision politique. Le modèle qu’il propose mélange des acquis de la sociologie politique, de la santé, de la sociologie des sciences, de la sociologie de l’alimentation, de l’épidémiologie et de la santé publique. Il propose une gestion dite en double cercle se décomposant en deux étapes, l’évaluation du risque et sa gestion. Il s’agit donc d’articuler connaissances plus ou moins consolidées, émanant d’univers experts ou profanes avec des scénarios d’actions possibles qui seraient proposés aux acteurs politiques. Après avoir endossé le rôle de sociologue au service de l’épidémiologie, puis celui de sociologue critique et engagé, Jean-Pierre Poulain adopte pour cette dernière partie le rôle d’expert de l’obésité et de sa gestion publique. Or, cette pluralité, qui se retrouve aussi bien dans les objectifs de l’ouvrage, dans les connaissances mobilisées et dans les rôles endossés, peut poser un problème de cohérence et de légitimité. Peut-on être compétent dans tous les domaines ? Est-ce le rôle du sociologue de se substituer aux décisionnaires politiques ou aux experts qui gravitent autour du pnns ? Avec cet ouvrage, Jean-Pierre Poulain se positionne lui-même en expert sociologue de l’obésité au même titre que les épidémiologistes par exemple, ou que les médecins qui participent malgré eux aux conséquences, parfois néfastes, associées à la mise en risque de l’obésité que l’auteur dénonce dans sa deuxième partie. Or, c’est là où se situe la difficulté mais aussi l’intérêt d’une telle démarche : il s’agit d’être l’objet de sa propre réflexion critique et de pouvoir assumer la pluralité des rôles qui nous traversent.

5L’évaluation tient une place essentielle dans le modèle de gestion proposé. Pour autant, l’auteur ne semble pas proposer de pistes claires quant aux outils théoriques et pratiques qui permettent concrètement d’appréhender les comportements, et donc de savoir si les mesures mises en place ont un impact réel. C’est donc bien cette question qui demeure : pourquoi les individus se comportent-ils de telle ou telle manière ? Comment changer ces comportements ? Sur cette question, il nous semble que l’ouvrage demeure un peu flou. Mais comment lui en tenir rigueur, quand la quête de la réponse à cette question met en échec ou motive non seulement les sciences sociales, mais également les acteurs politiques… sans oublier les acteurs du marché.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Séguy, « Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l’obésité », Sciences de la société, 80 | 2010, 193-194.

Référence électronique

Laure Séguy, « Jean-Pierre Poulain, Sociologie de l’obésité », Sciences de la société [En ligne], 80 | 2010, mis en ligne le 13 avril 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://sds.revues.org/795

Haut de page

Auteur

Laure Séguy

doctorante allocataire-monitrice en Sociologie,
certop (umr 5044), Université Toulouse 2-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org