Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication

François Cooren, Manière de faire parler. Interaction et ventriloquie

éd. Le bord de l’eau, 2013, 268 pages.
Bertrand Fauré
p. 183-184
Référence(s) :

François Cooren, Manière de faire parler. Interaction et ventriloquie, éd. Le bord de l’eau, 2013, 268 pages.

Texte intégral

Un participant (d’un air sévère) :
« Votre analyse métaphorique de la ventriloquie dans l’interaction est fascinante, mais elle repose sur une vision disons… audacieuse de l’action. Car enfin, soyons sérieux, une marionnette – de même qu’un texte ou un « non-humain » -n’a pas d’influence en soi, n’agit pas par elle-même. »

Francois Cooren (le regard bleu qui doute) :
« Certes. Je vous l’accorde. Mais peut-on affirmer que quoique ce soit (humain ou non) puisse avoir une influence en soi ? Je peux me tromper mais il me semble plus fructueux, au moins analytiquement de considérer que nous sommes agis tout autant que nous agissons (p. 221) et que les textes nous font parler, nous ventriloquisent, tout autant que l’inverse. »

Propos reconstruits sur la base de notes prises lors de divers séminaires et conférences
(CHOCQ, Toulouse, 2008 ; ICA, Montréal, 2008, IADA, Montréal, 2011).

1« Manière de faire parler » (Cooren, 2013) est la version française d’un ouvrage publié en 2010 sous le titre « Action and Agency in Dialogue » (Cooren, 2010) aux éditions John Benjamins Publishing dans la collection « Dialogue Studies ». Assumant une conception du dialogue comme équivalent à la notion d’interaction au sens large (voir Weigand, 2009, Language as dialogue), cette collection, ainsi que la revue « Language and Dialogue », est éditée par l’International Association for Dialogue Analysis (IADA) dont François Cooren est actuellement le président.

2Cette collection publie des travaux interdisciplinaires (sociolinguistique, psychologie du langage, sociologie interactionniste, pragmatique conversationnelle) sur l’étude des usages dialogiques du langage (au travail, dans la vie quotidienne, dans la littérature…) sous toutes ses formes  (textes, discours, conversations… ). François Cooren livre dans cet ouvrage une synthèse des réflexions théoriques et méthodologiques (Comment analyser une interaction, un dialogue ou une conversation ?) menées au sein de ce réseau.

3Directeur du département de communication de l’Université de Montréal, Ancien président de l’International Communication Association, François Cooren est pourtant plutôt connu pour ses travaux sur le rôle constitutif de la communication dans les processus d’émergence, maintien et transformation des organisations, notamment pour les prolongements et les enrichissements que la notion de « textual agency » (Cooren, 2004) a apporté à la théorie Conversation-Texte initialement développée par Jim Taylor (Cooren, Taylor & Van Every, 2006). Ses deux précédents ouvrages sur «The organizing property of communication » (Cooren, 2000) et sur « Interacting and organizing » (Cooren, 2007) étaient ainsi explicitement inscrits dans le champ de la communication organisationnelle.

4L’objet de ce dernier ouvrage n’est plus la relation entre communication et organisation, mais l’interaction en tant que telle. « Qu’est-ce qui se passe quand deux personnes communiquent ? » est ainsi la question centrale qui sous-tend toutes les réflexions auxquelles nous invite Cooren. Bien sûr, l’organisation – ou plus précisément l’organizing – n’est pas absente des réponses qui sont apportées à une telle question, mais elle n’est pas problématisée spécifiquement. L’objet d’analyse est étendu à tout type de conversation/dialogue/interaction et l’accent est mis sur les phénomènes d’agentivité textuelle (Cooren, 2004, 2009). L’accent est mis sur la capacité d’action, le fait que, à un moment donné, quelqu’un ou quelque chose fasse une différence dans le cours des évènements. Cette différence peut introduire un changement ou au contraire renforcer l’existant. A la suite d’autres (Latour, Derrida, Simondon), Cooren propose une reconceptualisation de la notion d’action comme phénomène partagé, distribué entre les humains et les non humains, incarné et présentifié « pour une prochaine première fois » dans l’ici et maintenant des interactions « disloquées ».

5Le lecteur est embarqué dans une expédition conceptuelle de haute voltige parfois exubérante (communication extatique, présentification, incarnation, incorporation, chosification, exappropriation, exattribution) où les textes s’incarnent dans des conversations, où les figures d’autorité hantent les interactions sociales et où les humains sont peuvent être des portes parole des agents textuels qu’ils ont créé. Il est question de ventriloquie, c’est-à-dire d’un spectacle où un humain ventriloque ou fait parler une marionnette qu’il anime avec sa main et sa voix. Par extension métaphorique à la relation humain-texte, on peut dire que les humains font parler des textes : ils les lisent, les interprètent, les mettent en scène…bref, les ventriloquisent. L’idée centrale de l’ouvrage, dans la droite ligne de ses travaux antérieurs, c’est que cette relation est symétrique : ce sont parfois les textes qui nous font parler, qui nous ventriloquisent. Perdu dans l’hypertextualité organisationnelle, l’humain devient une marionnette docile, ânonnant des règlements édictés par des autorités lointaines (il s’agit d’une libre reformulation de ma part que Cooren ne partagerait sans doute pas).

6Revisitant Arendt, Cooren prend le cas d’Eichmann pour illustrer son propos. Obscur bureaucrate devenu le principal artisan de la mise en œuvre à grande échelle de la « solution finale » nazie, Eichmann comparu du 11 avril au 14 août 1961 devant le tribunal du district de Jérusalem pour « crime contre l’humanité ». Réanalysant les enregistrements des séances disponibles aux archives, Cooren montre que toute la défense d’Eichmann consiste à se présenter comme le rouage d’un système, n’exécutant que ce qui est prescrit, ne prenant aucune initiative et ne suggérant aucune idée d’amélioration. Il montre aussi comment cette ligne de défense fait vaciller le jugement d’un système judiciaire lui-même extrêmement textualisé et bureaucratique. S’assumant marionnette, Eichmann tend à ses juges un miroir dérangeant où se reflète leur propre ventriloquisation. À sa place, qu’auraient-ils fait ? Qui peut dire avec certitude qu’il refuserait d’obéir si une autorité lui demandait d’infliger des chocs électriques violents à quelqu’un qui ne peut s’y soustraire (Millgram)? Passionnément bureaucrates, les juges ne seraient-ils pas eux aussi devenus les marionnettes d’un ventriloque « banalement mauvais » ?

7L’ouvrage de Cooren marque peut-être un tournant décisif après presque un demi-siècle d’investigation herméneutique (interprétative, discursive…) appliquée aux productions textuelles des organisations modernes. Voilà bientôt 50 ans que des voix s’élèvent pour faire prendre conscience de l’influence des textes, des symboles sur notre vie sociale (Foucault, …). Ils ne sont pas de simples outils ou reflets. Ils sont aussi des agents partiellement autonomes de cette vie sociale. La dernière décennie a été caractérisée par une certaine banalisation de cet argument, notamment en sciences des organisations, sous l’influence des travaux de Latour sur l’interobjectivité. Le renversement qu’opère Cooren consiste à reconnaître que cette agentivité existe mais à faire pertinemment remarquer qu’elle n’existe que parce que nous le voulons bien, que c’est nous qui réifions nos propres symboles et qu’il ne tient qu’à nous d’apprendre à les mettre à distance.

8Le message subtil que cherche à transmettre Cooren est qu’à force de chercher à déconstruire/déréifier les phénomènes organisationnels on risque de perdre de vue le fait que la réification ou, pour reprendre ses termes, la chosification et la présentification, sont constitutifs de l’existence de ces phénomènes. S’organiser, c’est créer des artefacts que chacun sait « fabriqués » mais dont on accepte conventionnellement de reconnaître l’existence, c’est-à-dire in fine, d’agir avec eux… et éventuellement de s’y soumettre. A l’encontre d’un modèle de responsabilité fondé sur le strict respect des objectifs individuels définis par les directions, Cooren soutient vivement que la responsabilité consiste à ne pas toujours se protéger derrière les ordres et leurs représentants textuels – finis- mais plutôt à accepter de répondre de toutes les conséquences – infinies- de nos actes (Cooren, 2013, 242).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Fauré, « François Cooren, Manière de faire parler. Interaction et ventriloquie », Sciences de la société, 88 | 2013, 183-184.

Référence électronique

Bertrand Fauré, « François Cooren, Manière de faire parler. Interaction et ventriloquie », Sciences de la société [En ligne], 88 | 2013, mis en ligne le 11 février 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://sds.revues.org/460

Haut de page

Auteur

Bertrand Fauré

mcf en Sciences de l’information et de la communicaton, lerass, ea 827, Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org