Navigation – Plan du site

Notes de la rédaction

Note rédigée par Bertrand Fauré, avec la collaboration de Nicolas Bencherki, Mathieu Chaput, Tamim Elbasha, Daniel Robichaud et Alex Wright.

Texte intégral

1Cette note revient sur certains problèmes de traduction soulevés par ce premier numéro bilingue de la revue Sciences de la Société : les différentes alternatives, les choix retenus et les conventions typographiques.

2Les auteurs de ces traductions ne sont pas des traducteurs/interprètes professionnels, mais sont par contre experts bilingues dans le domaine de la communication organisationnelle et de l’analyse discursive des organisations. Cette connaissance des échos théoriques de tel ou tel concept les a conduits à faire des choix de traduction différents compte tenu de la posture épistémologique de la version anglaise initiale.

3Par exemple, Nicolas Bencherki traduit embedded par « incorporé » car le texte de Wright s’inscrit dans le paradigme des approches dites as-practice où il est courant de le voir ainsi traduit. Mathieu Chaput et Daniel Robichaud le traduisent par « enchâssé » car dans le contexte où Moore l’utilise la référence est plutôt celle de la micro-sociologie Goffmanienne où telle est la traduction usuelle en français. Eut-il été fait référence à la socio-économie des institutions de Granovetter (1973), qu’il eut alors fallu traduire embedded par « encastré ». Enacted est un autre terme anglais qui peut être traduit différemment selon que l’ancrage de l’article est gestionnaire (où la tradition est de traduire le concept d’enacted environment de Weick (1979) par « environnement agi ») ou communicationnel (où la tradition est plutôt de suivre la traduction littérale du concept de Varela (1989) : « énacté »). Lorsque l’ancrage est interdisciplinaire, ce qui est le cas de l’article de Wright, il devient opportun de proposer une troisième alternative qui permet d’avoir une traduction neutre au regard de ces implicites théoriques : « mis en acte ».

4Cette prise en compte du contexte épistémologique dans lequel sont employés les termes anglais permet aussi de tracer une limite entre les termes qui soulèvent des enjeux théoriques importants ou non au regard de la problématique du dossier. Lorsque de tels termes sont identifiés, la traduction fait apparaître le mot anglais initial entre parenthèse après le mot français retenu (par exemple dans la traduction de Wright, « agrégation » (scaling up) ou la « distribution » (bearing down). En effet, scaling up et bearing down sont des concepts propres au champ. Les traduire sans les mentionner alors que les traductions proposées ne sont pas institutionnalisées risque de faire perdre l’ancrage théorique de l’article. Qui reconnaîtra scaling up derrière « agrégation » si ce choix de traduction n’est pas souligné au départ par un rappel du terme anglais entre parenthèse ? Or, sans cette signification, impossible de comprendre la portée de la discussion théorique à laquelle nous invite Wright.

5Tout ne peut cependant pas donner lieu à de telles précisions. Il eut par exemple été intéressant dans la traduction que Mathieu Chaput et Daniel Robichaud font du texte de Moore de signaler entre parenthèse que « responsabilisation » est la traduction de empowerment. Empowerment est un terme dont la traduction a suscité d’âpres débats selon que l’accent est mis sur l’empowerment comme « technique d’épanouissement personnel », comme « technique de management » ou comme « nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski et Chiapello, 1999). Dans le premier cas, le terme sera plutôt traduit par « enrichissement » ; dans le second il sera plutôt traduit par « autonomisation » et dans le troisième par « responsabilisation ». Cependant, la discussion de Moore ne porte pas sur ce concept en tant que tel (d’ailleurs présenté comme « quelque peu abstrait » en conclusion), mais sur des pratiques conversationnelles qui permettent son application dans les organisations (le rôle des constructions en si/alors). Le traduire directement par responsabilisation sans signaler le terme anglais initial ne dénature pas l’argumentation générale de l’article et son ancrage théorique.

6Un dernier arbitrage a ensuite porté sur le fait de conserver – ou non – le terme anglais dans le texte français. Nous avons conservé ce code typographique dans la traduction du texte de Wright lorsqu’organizing était utilisé dans un tel sens. Organisational routines se traduit ainsi aisément en « routines organisationnelles ». Routine organizing par contre est une expression qui peut être traduite dans un sens commun par « routines d’organisation » et dans un sens théorique par « organizing routinier ». C’est ce dernier choix qui a été retenu.

7Par convention, tous les termes en langue étrangère sont en italique. Les auteurs français ont utilisé cette convention pour faire référence à l’organizing en tant que concept fédérateur pour tout un vaste champ d’approches communicationnelles, discursives et langagières des processus d’organisation.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski, L., Chiapello, E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris: Gallimard.

Granovetter, M. S. (1973). The Strength of Weak Ties. American Journal of Sociology, 78, 1360-1380.

Varela, F. (1989). Connaître les sciences cognitives. Paris: Seuil.

Weick, K. E. (1979). The social psychology of organizing. New York: Random House.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Fauré, « Note de traduction », Sciences de la société, 88 | 2013, 158-159.

Référence électronique

Bertrand Fauré, « Note de traduction », Sciences de la société [En ligne], 88 | 2013, mis en ligne le 11 février 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://sds.revues.org/444

Haut de page

Auteur

Bertrand Fauré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org