Navigation – Plan du site

Les approches communicationnelles, discursives et langagières des processus d’organisation. Genèse et convergences d’un dialogue

Communicative, discursive and language approaches for organizational processes. Genesis and convergences of a dialogue
Bertrand Fauré et Daniel Robichaud
p. 3-20

Texte intégral

  • 1 Comme nous le verrons organizing ne se laisse pas aisément traduire. Toute solution – « dynamique o (...)

1L’enjeu de ce numéro de Sciences de la Société est de pointer certaines difficultés liées à la production de savoirs communs entre des communautés linguistiques et disciplinaires différentes. Sans prétendre apporter une réponse définitive aux questions soulevées, ce numéro propose de les surmonter via un travail de coédition entre un laboratoire français (lerass, Toulouse) et québécois (log, Montréal) et via la publication de certains articles dans les deux langues. Le thème retenu est celui des organisations, ou plutôt, comme nous le verrons, de l’organizing1.

  • 2 Voir les numéros 51/52 et 74 de Sciences de la société.

2Trois raisons justifient un tel choix: i) Sciences de la Société a, depuis son origine, accordé une place importante à ce thème (n° 74, 63, 61, 59, 50-51 pour les 10 dernières années); ii) les organisations et plus généralement les dynamiques et processus organisationnels (l’organisé et l’organisant) occupent une place croissante dans le fonctionnement des sociétés modernes et dans la vie sociale des individus qui les composent; iii) une thématique interdisciplinaire commune (communication, gestion, sociologie, psychologie) préoccupe les recherches anglophones et francophones sur les organisations: celle du « rôle de la communication dans les processus (de dislocation/ recomposition des différents niveaux) de structuration des organisations » (Le Moënne, 2000, p. 23) et des « transformations sociétales, politiques et économiques contemporaines que cette approche communicationnelle des organisation permet de prendre en compte » (Bouillon, Bourdin, Loneux, 2008, p. 8)2.

3Du côté anglophone, le « tournant interprétatif » (Putman et Pacanowski, 1983) a marqué l’émergence d’un champ disciplinaire – Organizational Communication – qui s’est peu à peu autonomisé ou « discipliné » (Mumby et Stohl, 1996) par rapport aux autres disciplines et qui est aujourd’hui structuré par des programmes universitaires et des réseaux scientifiques dont l’influence en Amérique du Nord et dans les sciences de la communication est attestée par la publication régulière de Handbooks (Jablin et Putnam, 2000). Parallèlement, un autre réseau – plutôt européen et plutôt inscrit dans les sciences de gestion – s’est constitué dans les années 1990 autour des « Organizational Discourse Studies » (Grant, Hardy, Oswick et Putnam, 2004, Alvesson et Käreman, 2000). Dans les années 2000, des espaces institutionnels ont été ouverts pour construire des ponts entre les études de communication et les études de discours (revue Discourse & Communication, voir notamment Jian, Schmisseur et Fairhurst, 2008).

4Du côté francophone, trois traditions disciplinaires (la sociologie du travail, les sciences de gestion et les sciences de la communication) reconnaissent le rôle fondamental du langage, du discours et de la communication dans la constitution des organisations. Au cours des deux dernières décennies, les recherches sur le « langage au travail » (Pène, Borzeix et Fraenkel, 2001; Boutet, 2001; Zarifian, 1996), sur « les approches narratives des organisations » (Giroux et Marroquin, 2005; Girin, 1995; Chanlat, 1990) et sur « les communications organisationnelles » (Le Moënne, 1998; Delcambre; 2000, Bouzon et Meyer, 2006; D’Almeida, 2001) ont connu des évolutions significatives au cours des années 2000, récemment marquées par des migrations conceptuelles (Bouillon, Bourdin et Loneux, 2007) et des emprunts théoriques renforcés (Bonnet, Rosette et Gramaccia, 2010).

  • 3 En 2012, le theme du Fourth International Symposium on Process Organization Studies était: “Languag (...)

5Au début des années 2010, le dialogue entre ces différentes approches est plus vif que jamais et animait en 2012 plusieurs colloques internationaux en communication et en gestion (International Communication Association, European Group of Organization Studies3). Un travail de définition, clarification, distinction est toujours en cours concernant les notions de langage, discours et communication (ainsi qu’avec d’autres notions dérivées telles que: relation, interaction, conversation, dialogue, texte, signification, etc… (Cooren, Letourneau, 2012). En invitant des chercheurs d’origines disciplinaires et linguistiques différentes à s’engager dans ces problématiques transversales, ce dossier visait à mieux comprendre les conditions et modalités d’enrichissement de leur dialogue mutuel sur des questions telles que: en quoi peut-on dire que « la communication, le discours ou le langage sont organisants et/ou constitutifs de l’organisation »? Comment comprendre des expressions telles que: « les organisations sont constituées par ou à travers le langage/ discours/ communication »? Par « constituées » voulons-nous dire que les organisations sont instituées, créées, produites ou formées par le langage/ discours/communication? Ou bien voulons-nous dire que les processus d’émergence, maintenance et transformation des organisations sont ancrés, encastrés, incorporés dans le langage/ discours/ communication?

  • 4 Chacun des articles présente amplement ce courant et ses différentes « Écoles ». Un bon exemple de (...)

6Ce dossier offre un portrait représentatif des débats que ces questions soulèvent par-delà les barrières linguistiques ou disciplinaires. Il est constitué de cinq articles d’universitaires Nord-Américains (Wisconsin, Québec) et Européens (Angleterre, France) novices ou confirmés en communication ou gestion. Publiés dans leur langue originelle et dans une traduction française, les articles d’Alex Wright (Angleterre) et John Moore (Wisconsin) encadrent ceux de leurs homologues francophones: Sylvie Grosjean (Québec), Alexia Jolivet (Québec-France) et Amaïa Errecart (France). La communication organisationnelle et les approches dites « constitutives » (Putnam et Nicotera, 2009)4 sont au centre d’une réflexion qui peut être soit purement théorique et méthodologique, soit appuyée sur des recherches empiriques (politique environnementale, processus de normalisation, collaboration inter-organisationnelle, usages des technologies).

7La première section de cette introduction retrace la genèse du dialogue interdisciplinaire dans lequel ces réflexions s’inscrivent ainsi que les convergences actuelles d’intérêts entre des différentes communautés de recherche anglophone et francophone. La seconde section introduit les recherches retenues pour ce numéro, les concepts discutés (« routines performatives », « savoirs pratiques », « travail d’organisation »), les méthodologies mises en œuvre (analyse de discours, analyse de conversation, étude de cas) et les apports pour les axes de convergence mis en avant dans la première section.

Un dialogue interdisciplinaire et interlinguistique

  • 5 Ces regroupements n’ont pas valeur universelle: les approches déductives ne sont ainsi pas nécessai (...)

8Par-delà les communautés disciplinaires, le même tournant épistémologique est à l’origine du dialogue sur le rôle de la communication, du discours et du langage dans les organisations: la nécessité de remplacer les approches fonctionnalistes, positivistes, déductives, normatives et/ ou prescriptives d’une « organisation-contenant-la-communication » (Axley, 1984), d’approches interprétatives, constructivistes, inductives et/ou compréhensives5 des « processus d’organisation » (ou « processus organisant » – organizing process –) posant au centre de la problématique les processus, activités et pratiques communicationnelles et considérant la communication non pas simplement comme un transfert d’information dans les organisations mais comme un processus constitutif de l’organisation (Putnam, Pacanowski, 1983; Weick, Browning, 1986).

Genèse interdisciplinaire

  • 6 Le lecteur familier des travaux sur les organisations reconnaîtra dans ces lignes des clins d’œil à (...)

9Des évolutions sociétales et organisationnelles « globales » sont à l’origine de ce tournant épistémologique et expliquent la vigueur du dialogue actuel. Mains visibles d’un management industrieux qui se pare de scientisme au début du xxe siècle, phénomènes d’une société qui généralise sa bureaucratisation dans les années de glorieuse croissance, les organisations et leurs technologies invisibles sont aujourd’hui l’esprit (si ce n’est la lettre) d’un capitalisme mondialisé et financiarisé. Revisitées par l’individualisme effréné des années 1980, les anciennes cages d’acier sont peut-être devenues des forteresses vulnérables dans les dérives technologiques des années 1990 (Taylor et Van Every, 1993), mais elles n’en sont pas moins porteuses d’un imaginaire qui colonise et ritualise des aspects sans cesse plus nombreux (politiques, familiaux, relationnels) de notre vie. L’économie des organisations est désormais une socio-économie par l’organisation: non seulement, nous (inter)agissons avec des organisations de plus en plus complexes, éphémères, disloquées dans le temps et dans l’espace, mais nous interagissons aussi de plus en plus au nom de la (ré)organisation permanente et de la responsabilité individuelle. Plus (dés)organisées dans leur temporalité et leur spatialité, se produisant dans des contextes sans cesse plus disloqués et avec des participants aux modes d’existence de plus en plus hybrides, les relations humaines doivent aussi être plus réflexives, ou plus organisantes, c’est-à-dire être le cadre d’un travail d’organisation et de construction de sens sur l’organisation6.

10L’accélération et l’amplification de ces dislocations/ recompositions spatio-temporelles (Cooren et Fairhurst, 2004; Cooren et Vasquez, 2013; Cunliffe, Luhman et Boje, 2004; Jones, McLean et Quattrone, 2004; Czarniawska, 2004; Le Moënne, 2004; Lorino et Tricard, 2012; Taylor et Van Every, 2000; Tsoukas et Chia, 2002) est une tendance anthropologique lourde qui touche non seulement les organisations mais aussi tous les autres aspects de notre vie sociale, les organisations étant le cheval de Troie de cette transformation. Dans les années 1980, ces évolutions contribuèrent à faire reconnaître la nécessité du nouveau paradigme sur les dimensions organisationnelles – organisées et organisantes – des pratiques communicationnelles, discursives ou langagières.

11Deux prémisses clés sont au cœur de l’analyse. D’abord, une ontologie processuelle, dont la formulation était donnée dès 1969 par Weick dans son ouvrage classique:

« L’argument central est que toute organisation est la manière même par laquelle elle passe par des processus organisants […]. L’organisation est une chose fluide, en changement continu, qui exige d’être constamment réaccomplie, et qui nous apparait comme une entité seulement lorsque cette fluidité est figée à un moment précis dans le temps. Cela entraîne que nous devons définir l’organisation [organization] en terme de processus organisants [organizing] ». (p. 90-91, traduction libre, italique dans l’original).

12Ensuite, la seconde prémisse est celle de la récursivité inhérente au langage qui rend possible la métacommunication, c’est-à-dire la construction d’un cadre qui devient ensuite lui-même à la fois l’objet et l’agent d’un travail d’organisation, de révision, de construction de sens (Robichaud, Giroux, Taylor, 2004). La communication, le discours et le langage peuvent être appréhendés dans leurs dimensions organisantes (as organizing), ou constitutives de l’organisation, lorsque ces deux prémisses sont articulées l’une à l’autre. L’organizing apparait alors dans la diversité des processus par lesquels les acteurs bâtissent alternativement des cadres ou des scripts, puis les réifient en s’y soumettant pour accomplir leurs activités et « faire sens » des situations qu’ils affrontent, pour éventuellement se placer à nouveau « au-dessus » de ces derniers (Latour, 2013) et les réécrire. En français, l’idée s’exprime mieux à la forme intransitive: s’organiser (se structurer, s’institutionnaliser, se réguler), c’est métacommuniquer (construire un métadiscours, un métatexte, une métaconversation) et engager le produit de cette métacommunication (cadre ou script) comme ressource dans la poursuite et la rationalisation de ses activités.

13Les problématiques soulevées par ce couplage vont enrichir les disciplines traditionnelles (micro-sociologie de la parole au travail (Drew et Heritage, 1992), psychosociologie de la construction de sens dans les organisations (Weick, 2012), socio-économie des institutions (Powell et DiMaggio, 1991), tout autant que des disciplines émergentes telles que les sciences de la communication (approches interprétatives de la communication dans les organisations (Deetz, 1982; Putnam et Pacanowsky, 1983) et les sciences de gestion (approches narratives des organisations (Boje, 1991; Morgan, 1988; Weick et Browning, 1986). Ces deux dernières approches deviendront par la suite des champs de recherche reconnus voyant « la communication comme constitutive des organisations » (Putnam et Nicotera, 2009) ou « les organisations comme des constructions discursives ou narratives » (Alvesson, Käreman, 2000; Fairhurst, Putnam, 2004; Czarniawska, 1998).

14Dans les années 1990, quatre problématiques « disciplinent » (Mumby et Stohl, 1996) les approches communicationnelles des organisations: prendre en compte d’autres « voix » que celle du top-management, d’autres modes de rationalisation des pratiques de communication, d’autres objectifs, logiques, rationalités et doctrines que la rentabilité économique et financière à court terme ou que la concurrence comme mode privilégié de régulation des échanges économiques.

15Les recherches sur les pratiques de la stratégie (strategizing) (Balogun & Johnson, 2004; Wittinghton, 1996); sur l’appropriation des technologies (Orlikowski, 1992, Groleau, 2002), sur le développement de savoirs pratiques (Gherardi, 2000) vont mettre en évidence la richesse des pratiques, processus, compétences communicationnelles (discursives, langagières, conversationnelles, interactionnelles) mises en œuvre à l’interface des cloisonnements institués (communication interne et externe, verticale et transversale, formelle et informelle, humaine et mécanique…) lors d’activités collaboratives et/ou interactives, médiatisées et/ou à distance, interculturelles et/ou inter-organisationnelles, routinières et/ou quotidiennes.

16D’autres dimensions des relations organisation-société, d’autres formes de management que celui par les chiffres ont été ainsi mises en avant. Les approches critiques (Alvesson, Willmott, 1992; Deetz, Mumby, 1995) se développent en soulignant les enjeux communicationnels d’une sociabilité de plus en plus colonisée par un modèle managérial d’organisation (Deetz, 1992), caractérisé par la logique de reddition de comptes (Munroe, Moritsen, 1996), la dévotion à l’idéologie normative du discours managérial (Barley, Kunda, 1992), l’inégalité institutionnalisée entre les élites et les salariés (Cavanaugh, 2000), entre les hommes et les femmes (Buzzanell, 1994).

17Longtemps taxées de relativisme (McPhee, Myers, Trethewey, 2006), voire de solipsisme, car refusant de supposer a priori l’existence et le pouvoir des structures sociales (cultures, hiérarchies, genres…), les approches inductives/ conversationnelles portent aujourd’hui leurs fruits. Plutôt qu’à l’amélioration des techniques de communication interne/ externe, verticale/ transversale ou à la critique des travers des modes de management contemporain, ces recherches inductives se sont intéressées aux situations, pratiques et processus communicationnels sans a priori sur qui, quoi et comment peut-être organisant. L’accent est mis sur les textes et les conversations (Taylor, Cooren, Giroux, Robichaud, 1996) comme objets privilégiés d’analyse et sur les théories en linguistique/ pragmatique (Austin, Searle, Dewey, James, Grice,), littérature (Greimas, Bakthine, Propp), philosophie politique (Habermas , Foucault), sémiologie (Perce, Barthes, Derrida), sociologie (Giddens, Luhman, Latour), micro-sociologie (Garfinkel, Goffman, Schlegoff) qui permettent d’analyser ce que font les textes, les discours, les récits, les narrations ainsi que les interactions, les dialogues, les conversations dans les organisations. Ces approches dressent un portrait nuancé des enjeux et problématiques de l’organizing de ce début de siècle.

18Forts de multiples enquêtes de terrain menées de par le monde depuis bientôt quarante ans, ces travaux montrent le potentiel critique des approches inductives ou interprétatives qui sans le chercher en tant que tel (le déduire), mettent en évidence le caractère central du pouvoir – ou plutôt des dimensions communicationnelles/ discursives/ langagières de l’autorité (Benoit-Barné, Cooren, 2009). La critique devient moins radicale, plus pragmatique (Hardy, Phillips, 2004; Courpasson, Clegg, 2006), suggérant par exemple le développement d’une formation critique au management (Grey, 2004; Dehler, Welsh, Lewis, 2004) permettant de devenir un « critical reflexif practitionner » (Cunliffe, 2004) ou le développement d’une communicologie féministe des organisations (Aschraft et Mumby, 2004). L’intérêt se porte sur la richesse des ressources et des savoirs qui peuvent être constitués par des modes de coordination non marchands et/ou non hiérarchiques. Les travaux de l’équipe de Montréal sur les associations humanitaires (Cooren, Matte, Taylor, Vasquez, 2007), les réseaux de quartier (Bencherkhi et Cooren, 2011) ou les partis politiques (Chaput, Brummans, Cooren, 2011) sont particulièrement représentatifs d’un intérêt renouvelé pour des logiques organisationnelles quelque peu exotiques. Mais ils ne sont pas les seuls (voir notamment les analyses portant sur les réseaux terroristes [Stohl, Stohl, 2011]).

Le développement du dialogue en France

19Opérant un tournant épistémologique analogue7 à celui de leurs homologues anglophones, des communautés de recherches francophones sur « le langage au travail et les approches narratives des organisations » (Boutet, 2001; Chanlat, 1990, Girin, 1995; Giroux, Marroquin, 2005; Pène, Borzeix, Fraenkel, 2001)8 et sur « les communications organisationnelles » ont su développer un dialogue interdisciplinaire aujourd’hui animé par des intérêts convergents similaires à ceux du dialogue international.

  • 9 Voir notamment le site « Promoting the communicative constitution of organization » http://orgcom.w (...)
  • 10 Voir notamment le site du « Groupe d’études et de recherche sur les communications organisationnell (...)

20En France, les approches communicationnelles des organisations – au sens (international) de « Communication Constitutive de l’Organisation »9 – se sont structurées au cours des 10 dernières années, poursuivant les travaux menés par le groupe Org&Co10 dans les années 1990 (Bouzon et Meyer, 2006; Le Moenne, 1998; Delcambre, 2000, Parent et Loneux, 2010) et approfondissant les débats/défis soulevés au début de la décennie qui suivit (Le Moënne, 2000) par une société conquise par la communication (Miège, 1997) et ses utopies (Breton, 1995) et par des entreprises de plus en plus « communicantes » (Zarifian, 1996).

21En 2010, un forum spécial de la revue Management Communication Quarterly (Cooren et Grosjean, 2010) faisait le point sur les principaux axes de recherche hexagonale autour des différents niveaux d’analyse (interaction, technologie, politique) et des différents objets (savoirs organisationnels, dynamique de projet, diversité culturelle, inter organisationnel) des approches communicationnelles (Bouillon, 2010). Le dossier soulignait la permanence des problématiques liées aux TIC en termes d’usages/pratiques, appropriation, structuration (Mayère, 2010) et mettait l’accent sur les enjeux d’une approche articulant l’écriture et l’oralité (Delcambre, 2010) comme processus sociogénétiques (Huët, 2010) ou performatifs (Fauré et Bouzon, 2010, Gramaccia, 2001).

22Cette question est toujours au cœur des débats actuels (Putnam et Nicotera, 2009; Robichaud et Cooren, 2013). Peut-on dire par exemple qu’une organisation « change » si ses textes (qui la stabilisent) et ses « conversations » (qui la font vivre) n’évoluent pas en interdépendance (Taylor, 1993)? Comment comprendre les « processus de dislocation /recomposition des différents niveaux de structuration des organisations » (Le Moenne, 2000) sans mettre la normativité de l’écriture (Cochoy, Garel et De Terssac, 1998; De La Broise et Grosjean, 2010; Douyère, 2010) et la performativité de la parole (Denis, 2006; Gramaccia, 2001) au centre de l’analyse (Delcambre, 2010; Fraenkel, 2006)?

23Le début des années 2010 est caractérisé par le développement d’approches critiques (Heller, Huët et Vidaillet, 2013; Bonneville, 2012) qui, tout en prolongeant les travaux pionniers de Floris (1996) et Olivesi (2006), mettent l’accent sur la portée sociétale des analyses communicationnelles de l’individu au travail (Morillon, Bouzon et Cooren, 2009). Ces approches soulignent également l’influence grandissante de la figure du manager et du management par les chiffres (Fauré, 2007; Le Moënne et, Parrini-Alemanno, 2010) et les nouvelles formes de dislocation spatio-temporelles des organisations par projet (Gardère, 2010).

24Les mêmes problématiques animent aussi les débats tenus au sein des approches gestionnaires et sociologiques du « langage au travail » (Giroux et Giordano, 1988; Chanlat et Bedard, 1990; Girin, 1990; Pène, Borzeix et Fraenkel, 2001; Giroux, Marroquin, 2005). Elles mettent l’accent sur le rôle de l’écriture et de l’oralité (Grosjean et Lacoste, 1998; Fraenkel, 2006), et éclairent le dualisme du management contemporain: le despotisme doux (Courpasson, 2000) des mots/maux de la gestion (Gouadain, 2001), l’idéologie du rendre compte (Boussard, 2001; Dumez, 2008) mais aussi les ressources langagières, discursives et communicationnelles sur lesquelles se développent de nouvelles compétences interorganisationnelles (Arnaud, 2008; Arnaud, Mills, 2012), stratégiques (Rouleau, Allard-Poesi, Warnier, 2007; Fauré, Rouleau, 2011).

Synthèse des problématiques et des apports du dossier

25Les approches communicationnelles, discursives et langagières des processus d’organisation sont désormais des champs de recherche reconnus au sein de leurs disciplines respectives. L’apport de ce dossier est de souligner des directions de recherches convergentes qui animent le dialogue entre ces différentes approches et qu’illustrent à divers titres les articles de ce numéro. Les discussions se concentrent sur des croisements théoriques ou méthodologiques.

Quelles « migrations conceptuelles » et quelles contributions au dialogue?

  • 11 La notion de « migration conceptuelle » fait référence au titre d’un numéro spécial de la revue Com (...)

26Chacun11 des articles publiés dans ce numéro éclaire une des problématiques récentes des approches communicationnelles, discursives ou langagières des organisations en mobilisant/discutant/retravaillant un concept, une théorie ou une méthodologie issue d’une autre discipline (sociologie du travail, gestion, sociolinguistique, politique).

27Alex Wright propose un système communicationnel d’enquête sur les routines organisationnelles en confrontant les approches gestionnaires des routines dynamiques (Pentland et Feldman, 2008) et l’approche Montréalaise des communications organisationnelles (Cooren, Taylor, Van Every, 2006). « Je suggère l’adoption d’une perspective communicationnelle qui substitue, à l’idée de routines ayant deux aspects (l’ostensif et le performatif), une perspective concevant les routines comme performatifs. C’est uniquement suite à ce recadrage ontologique que les chercheurs pourront affiner leurs études et que les praticiens pourront mieux comprendre l’impact des routines communicationnelles sur leur travail » écrit-il infra.

28Sylvie Grosjean analyse les savoirs en action élaborés par des consultants lors de réunions de rapport d’audit en confrontant les approches gestionnaires des savoirs pratiques (Gherardi, 2000) et les approches constitutives des pratiques communicationnelles (Putnam et Nicotera, 2009): « Nous constatons qu’il y a donc des rapprochements à faire entre les « Practices-Based Studies » et les approches constitutives (CCO), notamment en ce qui concerne leur vision de la communication. En effet, la communication y est abordée comme un processus par lequel les individus par et à travers leurs interactions agissent, constituent des savoirs qu’ils négocient, qu’ils structurent et qu’ils partagent » écrit-elle plus loin dans sa contribution à ce numéro.

29Alexia Jolivet analyse les jeux de pouvoirs qui se nouent au cours du processus de certification d’un établissement de santé en confrontant l’approche française du rôle de l’écriture dans le « travail d’organisation » (De Terssac et Lalande, 2002) et l’approche Montréalaise de l’agentivité textuelle dans la constitution des organisations (Cooren et Fairhurst, 2008): « Nous proposons de mettre à l’épreuve la notion de « texte » à deux niveaux: par une confrontation empirique (observer le texte dans sa dynamique communicationnelle) et une confrontation théorique (en mettant en complémentarité l’approche montréalaise plus descriptive avec une approche française plus critique de l’organisation, celle du « travail d’organisation » (Jolivet, ce numéro).

30Amaïa Errecart analyse les espaces communicationnels hybrides qui se construisent entre organisations partenaires en confrontant les approches performatives des discours politiques (Charaudeau, 2007) et les approches communicationnelles/narratives des organisations (Weick et Browning, 1986): « Cette analyse, s’inscrivant dans une perspective communicationnelle, repose sur l’apport de l’analyse discursive comme outil méthodologique privilégié. Cette approche va ainsi dans le sens de la rencontre encore récente mais féconde au plan heuristique entre ces deux « disciplines du discours » (Errecart, ce numéro).

31John Moore analyse les dispositifs interactionnels (interactional device) mobilisées par un centre d’appel en santé mentale en confrontant les approches sociolinguistiques du discours (Waring, 2007) et les approches ethnométhodologiques des interactions au travail (Drew et Heritage, 1992): « L’analyse qui suit viendra donc soutenir les découvertes de Kitziger tout en soulignant un usage spécifique des constructions si–alors dans l’accomplissement de buts organisationnels, ainsi que leur rôle dans la constitution de l’info-ligne Mind dans les interactions » (Moore, ce numéro).

32À des titres divers, ces discussions s’inscrivent dans les axes de convergence soulignés dans la première section:

  • comprendre le rôle de la communication dans les dislocations/ recompositions spatiotemporelles des formes organisationnelles. C’est notamment ici le cas de Wright la notion de téléaction des mobiles immuables et de Errecart avec les espaces communicationnels hybrides);

  • développer des cadres théoriques (performativité, agentivité, régulation, appropriation) permettant d’analyser le pouvoir des textes et des conversations ainsi que leur articulation. C’est notamment le cas ici de Jolivet avec la notion de malléabilité des textes), de Grosjean avec les savoirs-en-(inter)action), de Wright avec le système d’enquête communicationnelle et de Moore avec les dispositifs interactionnels;

  • analyser de manière inductive l’organisation-en-train-de-se-faire en partant de l’interaction (conversationnelle ou textuelle) et sans présumer l’origine (humaine ou non-humaine) de l’action, c’est-à-dire sans exclure de l’analyse le non verbal, les corps, les pratiques, la matière. C’est ce que fait ici Grosjean avec la notion d’approche multimodale des dimensions langagière, matérielle et corporelle et Wright avec la notion de coorientation humain-non humain;

33Approfondir la réflexion critique en communication organisationnelle et en analyse discursive des organisations. C’est ce que fait ici Jolivet avec l’analyse des jeux de pouvoir), Errecart avec l’analyse critique de discours et Wright avec l’analyse des modalités déontiques.

34Avec toutes les limites de l’exercice, le tableau suivant propose une synthèse de ces migrations conceptuelles et de ces apports.

Tableau 1 – Synthèse des migrations conceptuelles et des apports des articles

Auteurs

Problématique

Migrations conceptuelles

Apports

Jolivet

Normes, écriture, pouvoir

Sociologie du travail d’organisation

Malléabilité des textes lors d’un processus de certification

Grosjean

Corporalité, matérialité interaction

Practice-based studies of knowledge

L’élaboration des savoirs pratiques lors d’une réunion sur un rapport d’audit

Wright

Système d’enquête communicationnelle

Approche dynamique des routines

Rôle des non humains. Autorité des déontiques. Téléaction des mobiles immuables

Errecart

Relations inter-organisationnelle

Analyse de discours

Construction d’un espace communicationnel hybride entre organisations partenaires

Moore

Dispositifs interactionnels

Sociolinguistique

Rôle des constructions « si-alors » dans la constitution organisationnelle

Quels choix de traduction?

35Le titre de ce dossier soulève un problème qui loin d’être seulement linguistique est aussi épistémologique, théorique et peut-être idéologique: que vient faire un mot anglais « organizing » (US) ou « organising » (UK) dans un titre français? Une langue n’est pas, comme chacun le sait, un outil de communication, elle est aussi la matrice de façons de penser et d’agir propres à une culture, une communauté, un groupe. Utiliser l’anglais dans le français, c’est peut-être faire allégeance à un « impérialisme » linguistique, culturel et finalement économico-politique. Or, Sciences de la société est une revue francophone qui par principe tente de ne pas contribuer à cette anglicisation du vocabulaire dans les sciences de l’organisation.

36Pour autant, organizing est un terme presqu’impossible à traduire littéralement. En anglais, le gérondif « -ing » peut exprimer une action en cours sur quelque chose, l’état de cette chose ou l’action réalisée par cette chose. Par exemple, organizing comittee peut signifier le fait d’être en train d’organiser un comité, le fait que ce comité soit en cours d’organisation ou la fonction même de ce comité. Dépendante du contexte, cette signification peut être traduite en français par une proposition relative (comité qui (s’)organise), un participe présent (comité (s’)organisant), un infinitif ([être en train d’]organiser un comité) ou un complément d’objet (comité d’organisation). Le suffixe ing permet toute cette polysémie et cette adaptabilité sémantique. Conserver organizing c’est exprimer la complexité et la diversité du « en train de se faire », du « chemin qui se construit en marchant », des « processus pratiques de constitution de l’organisation » de manière plus précise et condensée qu’en français.

37C’est aussi inscrire le concept dans des filiations théoriques qu’une traduction – telle que celle de processus d’organisation retenue dans le titre de cette introduction au dossier – risque de faire perdre de vue. Organizing est devenu un concept de ralliement, un étendard pour tous ceux qui se réclament d’une vision processuelle, pratique, interprétative, discursive, communicationnelle de l’organisation (Chua, 2007). Un simple suffixe exprime en fait tout un paradigme qui traverse les frontières disciplinaires (communication, gestion, sociologie, psychologie), ouvrant la voie à un cortège d’autres concepts – sensemaking (Weick, 1995), storytelling (Boje, 1991), strategizing (Wittington, 1996) – qui mettent le langage, le discours, la communication au centre de l’analyse d’une organisation-en-train-de-se-faire: émergente, constituée, maintenue, transformée.

38Certes, une telle perspective peut contribuer à véhiculer le dogme actuel du changement permanent: l’individu, les organisations, les structures sociales… doivent s’adapter aux modifications de leur environnement: être flexibles, réactives, résilientes. Pour autant, organizing est un terme ambivalent ou iconoclaste au regard de la critique classique de l’idéologie sous-jacente à l’anglicisation du vocabulaire en management, car donnant droit de cité à une façon de concevoir et d’étudier les organisations plus soucieuses des processus continus qui assurent leur existence même. Les trois articles francophones publiés dans ce dossier l’ont tous utilisés à de telles fins analytiques.

39La décision finale de conserver dans le titre du dossier le terme anglais employé dans l’appel à communication est donc un choix épistémologique et théorique tout autant que linguistique. Ce choix motive aussi la décision de publier dans les deux langues deux articles soumis et révisés en anglais (Wright et Moore) et d’inclure un « guide anglais-français des principaux concepts ». Ce dossier espère ainsi indirectement contribuer au dialogue entre les approches communicationnelles et discursives des organisations en jetant les bases d’un lexique commun.

Haut de page

Bibliographie

Alvesson, M., Karreman, D. (2000). Varieties of discourse: On the study of organizations through discourse analysis. Human Relations, 53(9), 1125-1149.

Alvesson, M., Willmott, H. (1992). Critical management studies: Sage Publications Ltd.

Arnaud, N., (2008). Etudier, relever et analyser la communication organisationnelle en situation de gestion, ou comment accéder à la conversation et aux textes. Communication et Organisation, 32, n° 2, 168-191.

Arnaud, N. Mills, C. E. (2012). Understanding the inter-organizational agency: A communication perspective. Group & Organization Management, 37(4), 452-485.

Ashcraft, K. L., Mumby, D. K. (2004). Reworking gender: A feminist communicology of organization: Sage Publications, Inc.

Axley, S.R. (1984). Managerial and organizational communication in terms of the conduit metaphor. The Academy of Management Review, 9(3), 428-437.

Bencherki, N. Cooren, F. (2011). Having to be: The possessive constitution of organization. Human relations, 64(12), 1579-1607.

Benoit-Barné, C., Cooren, F. (2009). The Accomplishment of Authority Through Presentification. Management Communication Quarterly, 23(1), 5-31.

Barley, S.R, Kunda, G. (1992). Design and devotion: Surges of rational and normative ideologies of control in managerial discourse. Administrative Science Quarterly, 37, n° 3, 363-399.

Bernard, F. (2002). Contribution à une histoire de la communication des organisations dans les sic. In R. Boure, Les origines des sciences de l’information et de la communication: Regards croisés, Paris, Septentrion.

Boltanski, L., Chiapello, E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bonnet, J., Bonnet. R, Gramaccia, G. (2010). Management et communication. Mutations, emprunts et résonnances. Paris: L’Harmattan.

Bonneville, L. (2012). La place des travaux à caractère critique dans les revues nord-américaines de communication organisationnelle: le cas de trois grandes revues savantes. In Communications-Organisations et Pensées Critiques, in T. Heller, R. Huet and B. Vidaillet, Lille: Université Lille 2.

Bouillon, J.L. (2010). A Communicational Approach to Organizations: A Framework for Analyzing Contemporary Rationalizations. Management Communication Quarterly, 24(4), 643-650.

Bouillon, J.L., Bourdin, S., Loneux, C. (2007). De la communication organisationnelle aux « approches communicationnelles » des organisations: glissements paradigmatiques et migrations conceptuelles. Communication & Organisation (31), 7-26.

Bouillon, J.L., Bourdin, S., Loneux, C. (2008). Les approches communicationnelles des organisations. Sciences de la Société (74).

Boutet, J. (2001). Les mots du travail. In A. Borzeix & B. Fraenkel (ed.), Langage et travail. Communication, cognition, action (189-2003). Paris: CNRS Editions.

Bouzon, A., Meyer, V. (2006). La communication organisationnelle en question: méthodes et méthodologies. Paris: l’Harmattan.

Breton, P. (1995). L’utopie de la communication: Le mythe du « village planétaire ». Paris: La Découverte.

Buzzanell, P. M. (1994). Gaining a voice: Feminist perspectives in organizational communication. Management Communication Quarterly, 7, 339-383.

Chanlat, J.F. (ed.). (1990). L’individu dans l’organisation Les dimensions oubliées. Montréal: Les Editions Eska / Les Presses de l’Université de Laval.

Chaput, M., Brummans, B., Cooren, F. (2011). The role of organizational identification in the communicative constitution of an organization: A study of consubstantialization in a young political party. Management Communication Quarterly, 25(2), 252-282.

Charaudeau, P. (2007. Analyse du discours et communication. L’un dans l’autre ou l’autre dans l’un? Semen, n° 23, 65-77.

Chua, A. (2007). Accounting, measuring, reporting and strategizing-re-using verbs: A review essay. Accounting, Organizations and Society, 32, n° 4-5, 487-494.

Cooren, F., Fairhurst, G. T. (2004). Speech timing and spacing. The phenomenon of organizational closure. Organization, 11, n° 6, 793-824.

Cooren, F., Fairhurst, G.T. (2008). Dislocation and stabilization: How to scale up from interaction to organization. In L. L. Putnam, A. M. Nicotera, Building theories of organizing: The constitutive role of communication, 117-152, New York: Routledge.

Cooren, F., Grosjean, S. (2010). Organizational Communication in France: An Overview of Current Research. Management Communication Quarterly, 24(4), 607-611.

Cooren, F., Létourneau, A (dir.) (2012, (Re)presentations and dialogue, Amsterdam, J. Benjamins.

Cooren, F., Taylor, J. R., Van Every, E. (2006). Communication as organizing. Empirical and theoretical exploration in the dynamic of text and conversation. London: Lawrence Erblaum Associates.

Cooren, F., Matte, F., Taylor, J.R., Vasquez, C. (2007). A humanitarian organization in action: organizational discourse as an immutable mobile. Discourse & Communication, 1(2), 153-190.

Coulomb-Gully, M. (2009). Les sciences de l’information et de la communication: une discipline gender blind? Questions de communication (15), 129-153.

Courpasson, D., (2000). L’action contrainte: Organisations libérales et domination. Paris: Presses universitaires de France.

Courpasson, D., Clegg, S. R. (2006). Dissolving the iron cages? Tocqueville, michels, bureaucracy and the perpetuation of elite power. Organization, 13, n° 3, 319-343.

Cunliffe, A. L. (2004). On becoming a critically reflexive practitioner. Journal of Management Education, n° 4, 407.

Cunliffe, A. L., Luhman, J.T, Boje, D.M. (2004). Narrative temporality: Implications for organizational research. Organization Studies, 25, n° 2, 261-286.

Czarniawska-Joerges, B. (1998). A narrative approach to organization studies: Sage Publications, Inc.

Czarniawska, B. (2004). On time, space and action nets. Organization, 11, n° 6, 773-791.

D’Almeida, N. (2001). Les promesses de la communication. PUF.

De Céglie, A., Fauré, B. (2011). Les réseaux professionnels féminins: une nouvelle façon de penser la communication des organisations. In S. Agostinelli, D. Augey, & F. Laurie (ed.), La richesse des réseaux numériques (177‑188). Presses universitaires d’Aix‑Marseille.

Delcambre, P., (2000). Communications organisationnelles. Objets, pratiques, dispositifs. Rennes: Presses Universitaires de Rennes.

Deetz, S. (1992). Democracy in an age of corporate colonization: Developments in communication and the politics of everyday life: State Univ of New York Pr.

Delcambre, P. (2010). Written and Oral Communication in the Workplace-Deployment, Stabilized Forms of Interactions, and Workload: An Organizational Approach. Management Communication Quarterly, 24(4), 635-642.

Denis, J., Pontille, D, (2010). Performativité de l’écrit et travail de maintenance. Réseaux, n° 163, 105-130.

Detchessahar, M. (2011). Santé au travail. Quand le management n’est pas le problème, mais la solution. Revue française de gestion, 214, n° 5, 89-105.

De Terssac, G., Lalande, K. (2002). Du train à vapeur au TGV: sociologie du travail d’organisation. Paris: PUF.

Drew, P., Heritage, J. (1992). Talk at work: Interaction in institutional settings. Cambridge: Cambridge University Press.

Fairhurst, G. T., Putnam, L. (2004). Organizations as Discursive Constructions. Communication Theory, 14(1), 5-26.

Fauré, B. (2009). Le travail d’organisation des comptes: processus communicationnels et travail d’interaction. Questions de Communication (15), 297-321.

Fauré, B., Bouzon, A. (2010). French approaches to the performative properties of language at work: An Overview. Management Communication Quarterly, 24(4), 620-626.

Fauré, B., Rouleau, L. (2011). The strategic competence of accountants and middle managers in budget making. Accounting, Organizations & Society, 36(3), 167-182.

Fauré, B., Brummns, B., Giroux, H., Taylor, J.R. (2010). The calculation of business, or the business of calculation? Accounting as organizing through everyday communication. Human Relations, 63, n° 8, 1249-1273.

Floris, B. (1996). La communication managériale: la modernisation symbolique des entreprises. Grenoble: Presses universitaires de Grenoble.

Fraenkel, B. (2006). Actes écrits, actes oraux: La performativité à l’épreuve de l’écriture. Etudes de Communication, n° 26, 69-94.

Gherardi, S. (2000). Practice-based theorizing on learning and knowing in organizations. Organization, 7(2), 211-223.

Giroux, N., Giordano, Y. (1998). Les deux conceptions de la communication du changement. Revue française de gestion (120), 139-151.

Giroux, N., Marroquin, L. (2005). L’approche narrative des organisations. Revue française de gestion, 159, 15-42.

Grant, D., Hardy, C., Oswick, C., Putman, L. (ed.). (2004). The Sage Handbook of Organizational Discourse. London: Sage Publication Ltd.

Grabot, B. Botta-Genoulaz, V. (2005). Editorial: Special issue on enterprise resource planning (erp) systems. Computers in industry, 56, n° 6, 507-509.

Gramaccia, G. (2001). Les actes de langage dans les organisations, Paris: L’Harmattan.

Grey, C. (2002). What are business schools for? On silence and voice in management education. Journal of Management Education, 26, n° 5, 496.

Groleau, C. (2002). Structuration, situated action and distributed cognition. Rethinking the computerization of organizations. Systèmes d’Information et Management, 7, n° 2, 13-36.

Grosjean, M., Lacoste, S. (1998). L’oral et l’écrit dans les communications de travail ou les illusions du « tout écrit », Sociologie du travail, 439-461.

Hardy, C., Phillips, N. (2004). Discourse and power. In D. Grant, C. Hardy, C. Oswick, N. Phillips, L. Putnam, The sage handbook of organizational discourse, 299–316.

Heller, T.., Huët, R., Vidaillet, B. (2013). Communication et organisation: perspectives critiques: Presses Universitaires Septentrion.

Huët, R. (2010). For a Sociogenetic of Organizational Texts. Management Communication Quarterly, 24(4), 627-634.

Jablin, F. M., Putnam, L. (2000). The new handbook of organizational communication: Advances in theory, research, and methods. Sage Publications, Incorporated.

Jian, G., Schmisseur, A.M., Fairhurst, G.T. (2008). Organizational discourse and communication: The progeny of Proteus. Discourse & Communication, 2(3), 299-320.

Jones, G., Mc Lean, C., Quattrone, P. (2004). Spacing and timing », organization, 11, n° 6, 723-741.

Lavoie, D. (1987). The accounting of interpretations and the interpretation of accounts: The communicative function of the language of business. Accounting, Organizations and Society, 12, n° 6, 579-604.

Latour, B., (2013). What’s the story? Organizing as a mode of existence. In Robichaud et Cooren (dir.) Organizing and organization. Materiality, agency and discourse (37-51). New York: Routledge.

Le Moënne, C. (1997). Communication et induction dans les démarches de recompositions organisationnelles: d’une logique de la vérité à une logique de la convenance. Communication & organisation, n° 12, 2-15.

Le Moënne, C. (1998). Communications d’entreprises et d’organisations. Rennes: Presse Universitaires de Rennes.

Le Moënne, C. (2000). La communication organisationnelle en débat. Présentation. Sciences de la société, 50/51, 21-24.

Le Moënne, C. (2004). La communication organisationnelle à l’heure de la dislocation spatio-temporelle des entreprises. Sciences de la société, 62, 209-224.

Le Moigne, J.L. (1995). Les épistémologies constructivistes. Paris: PUF.

Loneux, C, Parent, B, (2010). Communication des organisations: Recherches récentes, Paris: L’Harmattan.

Lorino, P, Tricard, B. (2012). The bakhtinian theory of chronotope (time-space frame) applied to the organizing process ». In S. M. M. Schultz, A. Langley, H. Tsoukas, Constructing identity in and around organizations, 201-234, Oxford University Press.

Mayère, A. (2010). Organizational Communication and the Renewed Issue in Information and Communication Technologies. Management Communication Quarterly, 24(4), 612-619.

Mcluhan, M. (1967). War and peace in the global village. New York: Bantam Books.

McPhee, R., Myers, K., Trethewey, A. (2006). On collective mind and conversational analysis. Response to Cooren. Management Communication Quarterly, 19(3), 311-326.

McPhee, R. D., Zaug, P. (2008). The communicative constitution of organizations. In L. L. Putnam, A. M. Nicotera, Building theories of organization: The constitutive role of communication, 21-49, New York: Taylor & Francis

Morillon, L., Bouzon, A., Cooren, F. (2009). Pour une approche communicationnelle de l’individu au travail. Communication et organisation (36), 7-18.

Mucchielli, A., Noy, C. (2005). Etude des communications: Approches constructivistes. Paris: Armand Colin.

Mumby, D.K., & Stohl, C. (1996). Disciplining organizational communication studies. Management Communication Quarterly, 10(1), 50.

Munroe, R., Mouritsen, J. (1996). Accountability: power, ethos and the technologies of managing: Thomson Learning Emea.

Olivesi, S. (2006). La communication au travail: une critique des nouvelles formes de pouvoir dans les entreprises. Presses universitaires de Grenoble.

Orlikowski, W. (1992). The duality of technology: rethinking the concept of technology in organizations. Organization Science, 3(3), 398-427.

Oswick, C., Keenoy, T.W., Grant, D. (2000). Discourse, organizations and organizing: Concepts, objects and subjects. Human Relations, 53(9), 1115-1123.

Pène, S., Borzeix. A., Fraenkel. B. (2001). Le langage dans les organisations. Une nouvelle donne. Paris: Eska.

Pentland, B. T., Feldman, M. S. (2008). Designing routines: On the folly of designing artifacts, while hoping for patterns of action. Information and Organization, 18, n° 4, 235-250.

Powell, W.W., DiMaggio, P.J. (1991). The New Institutionalism in Organizational Analysis. Chicago: University of Chicago Press.

Putnam, L.L., Pacanowsky, M. E. (1983). Communication and organizations, an interpretive approach. Sage Publications, Inc.

Putnam, L.L., Nicotera, A. M. (ed.). (2008). Building theories of organizing: The constitutive role of communication. New York: Roultedge.

Robichaud, D., Cooren, F. (2013). Organization and organizing: Materiality, agency and discourse. Routledge.

Robichaud, D., Giroux, H., Taylor, J.R. (2004). The metaconversation: The recursive property of language as a key to organizing. Academy of Management Review, 29, n° 4, 617-634.

Rouleau, L. (2007). Le management stratégique en pratiques. Revue française de gestion (5), 15-24.

Rouleau, L., Allard-Poesi, F., Warnier, V. (2007). Le management stratégique en pratiques. Revue Française de Gestion, 33, n° 174, 15-24.

Stohl, C., & Stohl, M. (2011). Secret agencies: The communicative constitution of a clandestine organization. Organization Studies, 32(9), 1197-1215.

Suchman, L. (1987). Plans and Situated Action, the problem of human machine communication. Cambridge: Cambridge University Press.

Taylor, J. R. (1993). La dynamique de changement organisationnel: Une théorie conversation/texte de la communication et ses implications. Communication et Organisation, 1, n° 1, 51-94.

Taylor, J.R, & Van Every, E.J. (1993). The vulnerable fortress: Bureaucratic organization and management in the information age. Toronto: University of Toronto Press.

Tsoukas, H., Chia, R. (2002). On organizational becoming: Rethinking organizational change. Organization Science, 13, n° 5, 567-582.

Vaara, E. (2010). Taking the linguistic turn seriously: Strategy as a multifaceted and interdiscursive phenomenon. In J. Baum, J. Lampel, The globalization of strategy research (advances in strategic management), 29-50, New York, Emerald Group.

Van Dijk, T. A., (dir.) (1997). The study of discourse: Discourse as structure and process. London: Sage.

Vasquez, C. Marroquin, L. (2008). A l’intersection du texte et de la conversation: Comment jongler avec l’effet et le processus? Sciences de la société, n° 74, 27-43.

Vasquez, C. Cooren, F. (2013). Spacing practices: The communicative configuration of organizing through space-times. Communication Theory, 23, n° 1, 25-47.

Waring, H. Z. (2007). The multi-functionality of accounts in advice giving. Journal of Sociolinguistics, 11, n° 3, 367-369.

Weick, K. E. (1979). The social psychology of organizing, New York: Andom House.

Weick, K. E., Browning, L. D. (1986). Argument and Narration in Organizational Communication. Journal of Management, 12(2), 243-259.

Weick, K. E. (2012). Organized sensemaking: A commentary on processes of interpretive work », Human Relations, 65, n° 1, 141-153.

Whittington, R. (1996). Strategy as practice. Long Range Planning, 29(5), 731-735.

Zarifian, P. (1996). Travail et Communication. Essai de sociologie sur le travail dans la grande entreprise industrielle. Paris: PUF.

Haut de page

Notes

1 Comme nous le verrons organizing ne se laisse pas aisément traduire. Toute solution – « dynamique organisationnelle », « processus organisant » (ou « d’organisation » comme dans le titre de cette introduction) – risque de faire perdre de vue le fait que organizing est un concept de ralliement, un étendard pour tous ceux qui se réclament d’« approches » ou de « perspectives » processuelles des organisations, qu’il s’agisse des « tournants » interprétatif (Putnam et Pacanowski, 1983), discursif (Oswick, Keynoy et Grant, 2000), linguistique (Vaara, 2010) ou pratique (Gherardi, 2000).

2 Voir les numéros 51/52 et 74 de Sciences de la société.

3 En 2012, le theme du Fourth International Symposium on Process Organization Studies était: “Language and Communication @ Work: Discourse, Narrativity and Organizing” et le sous-theme 24 du 28th EGOS Colloquium s’intitulait: “Organizations as Phenomena of Language Use: Interconnecting Discourse and Communication”.

4 Chacun des articles présente amplement ce courant et ses différentes « Écoles ». Un bon exemple de forum actif et de dialogue interdisciplinaire sur ce courant est le site « Promoting the communicative constitution of organization », <http://orgcom.wordpress.com/>.
Un autre exemple est <
http://www.orgcominthenews.com>.

5 Ces regroupements n’ont pas valeur universelle: les approches déductives ne sont ainsi pas nécessairement fonctionnalistes et/ou normatives.

6 Le lecteur familier des travaux sur les organisations reconnaîtra dans ces lignes des clins d’œil à des titres connus et non référencés pour ne pas alourdir la bibliographie: Taylor (1911), Chandler (1977), (Crozier (1963), (Boltanski & Chiapello (1999), DiMaggio & Powell (1983), Taylor (1993), Deetz, (1992), De Terssac & Lalande (2002); Weick (1995), Fourastié (1974), Power (1997), Mayo (1977), Ciborra (2000), Williamson (1981), Berry (1983), Morgan (1988).

7 Voir notamment Lemoigne (2002) ou Mucchielli (2005). Ce positionnement épistémologique est au cœur de démarches de recherche prenant leurs distances avec des catégories pré-construites issues des pratiques professionnelles telles que la communication inter/externe, hiérarchique/transversale…(Bernard, 2002).

8 Voir notamment le site du réseau « Langage et Travail »: http://www.langage.travail.crg.polytechnique.fr/publications.htm

9 Voir notamment le site « Promoting the communicative constitution of organization » http://orgcom.wordpress.com/. Un autre exemple est: www.orgcominthenews.com

10 Voir notamment le site du « Groupe d’études et de recherche sur les communications organisationnelles »: http://www.org-co.fr/.

11 La notion de « migration conceptuelle » fait référence au titre d’un numéro spécial de la revue Communication & Organisation (Bouillon, Bourdin et Loneux, 2008).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Fauré et Daniel Robichaud, « Les approches communicationnelles, discursives et langagières des processus d’organisation. Genèse et convergences d’un dialogue », Sciences de la société, 88 | 2013, 3-20.

Référence électronique

Bertrand Fauré et Daniel Robichaud, « Les approches communicationnelles, discursives et langagières des processus d’organisation. Genèse et convergences d’un dialogue », Sciences de la société [En ligne], 88 | 2013, mis en ligne le 10 février 2014, consulté le 25 avril 2017. URL : http://sds.revues.org/366 ; DOI : 10.4000/sds.366

Haut de page

Auteurs

Bertrand Fauré

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, IUT de Tarbes, Université Toulouse 3, lerass
bertrand.faure@iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Daniel Robichaud

Professeur, département de Communication, Université de Montréal.
daniel.robichaud@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org