Navigation – Plan du site

Traces de l’objet, traces du sujet. Comment les pratiques des traces contribuent à la compréhension de l’identité socioprofessionnelle du chercheur

Traces of the object, traces of the subject: how practical traces contribute to the understanding of the socio-professional identity of the researcher
Huellas del objeto, huellas del sujeto o ¿ Cómo las prácticas de las huellas contribuyen a la comprensión de la identidad socio-profesional del investigador ?
Jean-Pascal Fontorbes et Anne-Marie Granié
p. 112-125

Résumés

Cet article rend compte d’une approche socio filmique des traces du chercheur en écologie. Il montre comment les traces contribuent à la construction de l’identité socioprofessionnelle. Il donne à comprendre les rapports que le chercheur entretient avec ses traces. Il décrit les manières dont les chercheurs constituent, conservent et font vivre les traces de leurs travaux. Les traces apparaissent comme des preuves scientifiques et des preuves de soi. Le film fixe les traces des chercheurs comme les traces des chercheurs fixent le processus de recherche.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

« J’écris...
                                  J’écris : j’écris
                                  J’écris : « j’écris »
                                  J’écris que j’écris…
                                  etc.

J’écris : je trace des mots sur une page. Lettre à lettre, un texte se forme, s’affirme, s’affermit, se fixe, se fige (…). Il y a peu d’évènements qui ne laissent au moins une trace écrite. Presque tout, à un moment ou à un autre, passe par une feuille de papier, une page de carnet ou n’importe quel autre support de fortune (…) : cacher dans une revue donnant dans le domaine des sciences de la vie (life sciences), le sommaire de quasiment toutes les autres, les titres susceptibles d’intéresser les chercheurs dont je suis censé assurer la documentation bibliographique, rédiger les fiches, rassembler des références, corriger des épreuves, etc. » (G. Pérec, 2012, 21, 24, 25).

  • 1 Les documents photographiques de cet article sont tous des photogrammes du film.

1Les réflexions que nous développons à propos des traces sont issues d’une recherche en sociologie filmique1. L’approche théorique et méthodologique donne une place centrale à la sociologie compréhensive et aux interactions sociales. Nous avons privilégié l’observation et les récits de pratiques filmés Le cinéma permet de recueillir et de fixer le sens que les chercheurs donnent à leurs pratiques. Le contexte de quête d’informations par l’entretien filmé est particulier car il nous permet de pénétrer dans des univers sociaux inaccessibles par l’enquête orale seule et par les sources écrites. Le sujet, c’est à dire l’enquêté, livre directement « à chaud » ses façons de dire et ses façons de faire. Il prend place dans la scène d’énonciation et de monstration qui lui est proposée.

2Cette étude est centrée sur la compréhension de l’identité socioprofessionnelle du chercheur à partir de ses pratiques de traces. L’écriture filmique est choisie comme une lecture et une analyse montrée de la place des traces dans le processus de construction identitaire. L’utilisation de l’audiovisuel permet de capter la vie et les traces de l’objet-sujet étudié. Ici l’entretien filmé fixe les traces de l’objet du chercheur (c’est à dire les traces des coccinelles) et montre le chercheur dans sa pratique de construction, d’organisation ,de conservation et d’utilisation des traces et dans son rapport aux traces.

3Du logiciel (plus virtuel) à la boîte (plus concrète) c’est in fine la construction de la trace comme mémoire qui est mise en vue. Mémoire à propos de la trace et mémoire sur la manière de faire « trace »pour le chercheur s’imbriquent de façon complexe. Nous voulons dire par là qu’il y a des interactions entre la trace de l’objet et la trace du sujet. On ne peut pas séparer l’une de l’autre. En effet la trace est ce qu’elle est parce que le sujet l’a « construite ainsi » et ce mode de construction, d’organisation a à voir avec l’identité socio-professionnelle du sujet. L’énoncé paraît simple mais dans la lecture approfondie de l’assemblage, nous devons faire appel à différents indicateurs explicatifs pour comprendre que ce qui relie est complexe.

4Nous sommes dans « cette idée que toute connaissance est une traduction et une reconstruction –noyau de la pensée Kantienne- est devenue fondamentale » (Morin , 2004).

  • 2 Fontorbes J.-P., 2013, La mise en scène des identités. Constructions scientifiques au croisement de (...)

5Le film recherche nous permet de voir, d’entendre , de penser et de montrer autrement. « Nous faisons du cinéma avec des outils (légitimes ou moins légitimes) de la sociologie, tel que la mise en récit. Nous travaillons avec la sociologie descriptive. Notre écriture filmique qui tente de rendre compte d’une réalité n’en exclue aucune des dimensions. En effet le sensible, l’émotion, l’esthétique ne sont pas écartés de la réalité filmée. Le cinéma que nous faisons joue sur l’articulation entre sensible et savoir »2.

Le film recherche Sur les traces du chercheur

  • 3 Fontorbes J.-P., Granié A.-M., avec la participation de Cazenave J.-M., 2013, dr enfa, De traces en (...)

6Notre recherche sur les traces a consisté comme annoncé précédemment à faire un film recherche3. Nous avons choisi de travailler en cinéma avec deux enseignants-chercheurs en écologie, spécialistes de l’étude des relations entre des prédateurs et des proies dans le cadre du modèle biologique « coccinelles-pucerons ». Ces recherches se développent dans plusieurs directions : comprendre l’évolution des stratégies de chasse des prédateurs ; l’évolution des défenses chimiques des coccinelles et l’application pratiques à la lutte biologique contre les pucerons en agriculture.

7Ce film centré sur l’identité socio-professionnelle du chercheur, appréhende les modalités d’élaboration des savoirs au travers notamment de l’observation des pratiques quotidiennes d’écriture et des traces matérielles ou immatérielles produites par ces chercheurs dans leurs activités de recherche. Il soulève des questions d’ordre épistémologique : quel est le rapport d’un chercheur à ses sources ? Comment s’élaborent les sélections, transformations et utilisations des différents documents produits pendant la recherche ? Comment et à partir de quels documents se construisent les argumentations scientifiques ?

8Il s’agit de montrer les coulisses d’un savoir-faire et d’un savoir en fabrication, les moments de la recherche ou de l’écriture et les lieux de la recherche (bureau, paillasse, maison…), la relation du chercheur à ses traces (poubelle, archivage, relation affective…), les traces dans la construction de l’identité professionnelle du chercheur, le rôle du document dans la relation du chercheur avec son objet. Le pari pris est de filmer les traces de la recherche et les traces des coccinelles dans un rapport métaphorique d’un cinéma comme trace.

Expérience de relevés de ponte des coccinelles

« On travaille sur des traces chimiques que des larves de coccinelles déposent sur des plantes quand elles se déplacent. En fait, si les larves ont déposé une trace, cette trace indique que les larves sont là, qu’elles sont présentes. Donc pour la femelle ce n’est pas une bonne stratégie d’y pondre ses œufs parce que les petites larves qui vont sortir de ses œufs vont rentrer en compétition avec les grosses larves qui sont déjà là. Une colonie de pucerons c’est éphémère, donc il n’y aura pas à manger pour tout le monde, il y aura compétition et en plus les larves des coccinelles sont cannibales. Elles peuvent se manger entre elles et les grosses larves sont toujours avantagées (…) . Nous avons commencé à faire des traces au laboratoire ; nous avions émis l’hypothèse que des femelles de coccinelles seraient capables de reconnaître des traces de larves qu’elles sont susceptibles de rencontrer, parce que les coccinelles ne sont pas toutes partout. Il y en a qui aiment mieux les arbres, d’autres les plantes herbacées, d’autres les buissons. On pensait qu’une coccinelle femelle qui vit dans les arbres, n’était pas capable de reconnaître des larves d’une espèce qui vit ailleurs. Hé bien, non !

Avec les chimistes on s’est rendu compte que des larves de coccinelles d’espèces proches laissaient des traces chimiquement proches. On peut dire que des larves apparentées, génétiquement proches ont des cocktails de molécules qui se ressemblent. Donc on a pensé qu’il n’y avait pas de recouvrement d’habitat mais plus simplement une histoire de proximité génétique. Des chercheurs l’ont montré pour d’autres groupes d’insectes, donc on va vérifier » (A).

9La trace, ici, est convoquée comme élément déterminant pour comprendre le comportement, la ponte des coccinelles. Elle est scientifiquement construite et produite par le chercheur. Le parcours de la réflexion et de la mise en scène en expérimentation par lequel le chercheur passe, constitue une trace du cheminement de sa pensée. Il y a une tension entre la place de la trace dans la vie de la coccinelle et dans sa reproduction et l’acte scientifique du travail du chercheur qui va produire des traces pour vérifier ses hypothèses. La matérialité de la trace de l’objet (les coccinelles) et de la trace du chercheur (l’expérience) nous permet de prendre la mesure de l’importance de la trace que nous prélevons à partir de l’observation et par la fixation avec la caméra.

10Le travail que nous conduisons recueille, produit et fixe de la connaissance, qui in fine, sera constituée par des informations archivées dans le sens où elles témoignent et témoigneront de l’histoire du chercheur et de l’histoire du chantier du chercheur. Nous gravons des informations pertinentes pour l’analyse sociale. Dans le recueil des matériaux par l’audiovisuel, nous sommes centrés à la fois sur l’informateur et sur l’objet de l’information. Nous enregistrons l’expérience vécue, racontée et montrée. Ici, les histoires de vie des coccinelles sont mêlées aux histoires de vie scientifique des chercheurs. Ces expériences de traces constituent pour nous un tremplin pour accéder aux sens intimes, aux signifiés. Au plan méthodologique, nous avons choisi de croiser des pratiques de deux chercheurs sur un même objet. Le dispositif comporte des significations que nous devons prendre en compte dans la construction et dans la lecture audiovisuelle. A est une chercheuse plus jeune que B, son compagnon-collègue-chercheur. L’information émise tient compte des positions que ces deux chercheurs occupent dans le champ social. Ils appartiennent tous les deux au même laboratoire de recherche. Nous avons choisi de conduire les entretiens séparément afin de fixer une image, une parole qui ne soient pas sous le contrôle de l’autre. L’approche socio-filmique tente de rendre compte de la trace dans la construction de l’objet et du sujet. En d’autres termes on tente de montrer comment le chercheur analyse les traces des coccinelles en élaborant des traces scientifiques qui constituent des indicateurs de son identité socioprofessionnelle.

Pratiques du chercheur et identité socio professionnelle

11Nous choisissons deux entrées méthodologiques pour accéder à la compréhension des pratiques : l’observation des pratiques et le récit des pratiques énoncé par la locutrice et le locuteur. L’observation est une situation de rencontre sociale avec les chercheurs. En effet, c’est par des conversations et des interactions quasi quotidiennes que nous nous trouvons dans une posture d’observateurs. L’objectif de la quête d’informations est précisé ainsi que les positions de chacun. Notre place dans cette situation ne peut être gommée. Ce sont des chercheurs qui montrent et racontent à d’autres chercheurs. On n’échappe pas à la catégorisation. Il s’agit pour nous d’accéder à la manière dont les chercheurs font, laissent des traces, les conservent ou pas, et au sens qu’ils donnent. à leurs traces. « Définir une situation, c’est en particulier percevoir l’action de l’autre, chercher à s’assurer de sa signification et de l’intention de celui-ci » (Piette, 1996). On peut à la manière de Piette (1996) considérer que la situation d’observation est « une rencontre sociale », faite de conversations, de regards, d’« interactions ordinaires » qui favorisent la compréhension de l’autre et de ses intentions.

12Dans les situations d’observation, le chercheur raconte ce qu’il fait tout en le faisant et à d’autres moments en montrant comment il a fait. Dans tous les cas c’est son identité de chercheur qui est en mouvement. L’identité est appréhendée dans un mode de construction et d’expression socioprofessionnelle et dans une situation d’interaction. Le chercheur fait, montre et raconte ses pratiques à propos des traces. La représentation de soi est centrale. Les apports de Paul Ricœur sur l’identité narrative sont essentiels pour la compréhension des enjeux présents dans les traces racontées : « la sorte d’identité à laquelle un être humain accède grâce à la médiation de la fonction narrative » (Ricoeur, 1988).

« Ecoute, je range un peu les articles que j’ai lus dernièrement (…). Je fais un peu de façon ancienne si tu veux. Aujourd’hui, il y a les logiciels qui te permettent de ranger les articles pdf, de façon bien propre (…).Mais moi j’aime bien avoir le même article à deux endroits différents (…). Je travaille sur des pdf, mais ce que j’aime vraiment c’est avoir une version papier. Je n ‘arrive pas à me passer de la version papier que je stocke dans mes boites là, pour pouvoir annoter, gribouiller, un petit peu y mettre ma trace, si tu veux(…). J’ai plusieurs boites ici (…). Tu veux voir mes gribouillages ? » (A).

Gribouillage durable

Gribouillage durable

Gribouillage éphémère

Gribouillage éphémère
  • 4 Deseilligny O., 2012, « Matérialité de l’écriture : le chercheur et ses outils, du papier à l’écran (...)

13Cet extrait de récit de pratiques rend bien compte de l’implication du chercheur dans la construction de ses traces. On relève des indicateurs de la pensée, des goûts, des choix, et des gestes. L’écriture est importante. La main occupe une grande place, elle est le prolongement de la pensée ; elle rature, elle note. « L’écriture manuscrite est ainsi associée à un rapport physique intime, presque charnel avec le papier et le stylo » (Deseilligny, 2012)4. Le corps est lié au sentiment d’identité. La connaissance des pratiques des traces, nous permet d’accéder à l’histoire scientifique du chercheur et cette histoire est livrée par le récit qu’il nous en fait. Le chercheur inscrit sur le papier des éléments d’une étape de sa pensée à un moment donné. Les traces, ici, les notes, les gribouillages sont des empreintes matérielles. Ces empreintes sont vivantes puisque le chercheur pourra revenir sur ses traces et ainsi reconstruire le cheminement de son raisonnement, de ses avancées pratiques et théoriques ; et y a apporter de nouvelles remarques. Le chercheur nous donne ici à lire la construction dynamique de la recherche avec les traces et sa construction de chercheur toujours entrain de se faire.

14Si l’identité individuelle du chercheur peut être lue au travers de ses façons de faire des traces et des liens qu’il instaure avec elles ; dans le cadre de notre approche socio-filmique et de la méthodologie utilisée on repère des mises en vue et des mises en dire de l’identité collective des écologues.

« Souvent, en écologie, nous on travaille sur la bibliographie (…), imaginons qu’on ait trouvé une idée originale, on va la formuler sous forme d’hypothèse (…). On va organiser l’expérience. On écrit le protocole de A à Z. Je vais dire quel type de boite on a utilisé, quel type de proies on a donné à manger, parce que l’idée aussi dans notre travail c’est que quelqu’un puisse reprendre ton article, lire ton matériel et ton exposé de méthodes et refaire rigoureusement ton expérience et éventuellement prouver ou invalider nos résultats » (B).

15Deux indicateurs sont convoqués pour décliner les pratiques collectives. D’abord la discipline, ici l’écologie , renvoie selon les dires de B à des pratiques professionnelles spécifiques, la bibliographie est un marqueur de pratiques des écologues. On peut dire que des traces vont concerner ce champ. Ensuite le nous peut aussi signifier les écologues A et B qui travaillent ensemble dans la même élaboration de recherche. Le nous peut être élargi à l’équipe qui travaille sur les coccinelles ou autres prédateurs. Le processus d’expérimentation qui est décrit devient une trace écrite qui va passer par différentes étapes : condition nécessaire à l’élaboration du résultat.

16Les traces devenues résultats sont soumises à la confrontation. « Toute la science expérimentale est basée là-dessus » B. On considère la description du protocole de l’expérience comme une trace stabilisée incontournable pour discuter le processus et les résultats

17Les identités professionnelles, individuelles et collectives des chercheurs s’expriment et s’affirment à l’aune des traces produites. Ces traces sont au cœur de la reconnaissance scientifique.

Les traces comme preuves scientifiques et preuves de soi

18La question que l’on se pose est la place des traces dans le document scientifique, diffusé, l’article par exemple (élément essentiel de la carte d’identité du chercheur). Les traces prennent-elles part dans la construction de la science donnée à lire ou à voir, et en même temps dans la construction, l’affirmation et la reconnaissance du chercheur ? La trace est située temporellement en lien avec les pratiques du chercheur. Dans notre observation les traces des coccinelles sont un objet central de la recherche en permanence ré-interrogé par de nouvelles hypothèses. Les expériences répétées sont notées très méticuleusement dans le cahier de laboratoire et comme nous l’avons vu aboutissent à la dernière trace qui renvoie au résultat du temps de l’expérience. Ce résultat fera alors l’objet d’un écrit scientifique signé par le ou les chercheurs. on mesure alors à quel point la trace rentre dans le processus de la construction scientifique de l’objet et du sujet.

« Evidemment on note tout. Quand on fait l’expérience on espère toujours la réussir. Parfois, après coup, on se dit « ça n’a pas marché. Pourquoi ça n’a pas marché ? » Ce que l’on a écrit va nous aider : par exemple peut être que les boites étaient trop grandes ou que les coccinelles ne trouvaient jamais le stimuli…On écrit tout. Tout est écrit dans les cahiers du laboratoire, tout est consigné » (B).

« J’ai tout. J’ai tout. Oui, j’accumule tout. J’archive, j’ai les versions papiers (…) oui je garde tout (…), j’essaye au moins d’avoir une version intermédiaire et une version finale. Il faut que je puisse y revenir s’il le faut… » (A).

19On comprend bien que la trace est à la fois indispensable pour refaire le chemin lorsque c’est nécessaire et c’est aussi une preuve du travail accompli. La preuve de l’avancée du cheminement est aussi une preuve des pratiques des chercheurs. Chacun a ses cahiers.

« Même si A est peut être plus informatique que moi, parce qu’elle est plus jeune ; elle imprime quand même tout pour coller dans les cahiers » (B).

20Les traces contribuent à montrer comment on arrive à la validation de l’hypothèse. L’enregistrement des traces est à la fois un témoignage, et une preuve de la validité d’un travail scientifique. Lorsque le chercheur montre ses traces il donne la preuve que c’est lui qui a effectué l’expérience menant au résultat. Bien sûr les traces n’apparaissent pas le plus souvent en tant que telles, mais on les garde pour les raisons exprimées plus haut et aussi comme preuves de soi dans son métier de chercheur.

Le processus de recherche comme construction de l’esprit scientifique

21Le film reconstitue le processus. Les traces sont au centre de l’analyse et de la méthodologie des chercheurs en agro-écologie et plus largement dans les sciences et les techniques. Le chercheur note tout ce qui se passe depuis le départ : ici la collecte des coccinelles, la réalisation des échantillons, les expériences successives, les résultats…

« On va avoir besoin de produire des traces de différentes espèces, les faire analyser par nos chimistes et vérifier si une proximité génétique se traduit par une proximité chimique (..) » (A).

22Lorsque le processus de recherche commence les chercheurs procèdent par tâtonnements par vérifications. Ce cheminement est conservé dans sa totalité.

« Parce qu’il y a un moment où tu ne sais plus par où tu es passé, parce que la recherche est faite de détails et que tu ne peux pas tout avoir en tête. Il faut revenir au papier pour trouver la petite information pour savoir d’où elle vient. Je garde donc toute l’évolution » (A).

23Cette conservation du processus s’apparente à « la circulation de la référence (…) multiples pratiques qui aboutissent à des propositions articulées (…) cette référence semble d’autant mieux assurée qu’elle repose moins sur la ressemblance et davantage sur une série réglée de transformations, de transmutations, de traductions. Quelque chose se maintient d’autant plus durablement et se transporte d’autant plus loin et rapidement qu’elle se transforme davantage à chaque étape de cette longue cascade », dans les pratiques scientifiques dont parle Bruno Latour. (Latour, 2007 : 63).

  • 5 Bruno Latour suit, photographie et note une mission de terrain faite par des pédologues en Amazonie

24Ce travail de Bruno Latour5 qui suit à la trace les pratiques scientifiques des chercheurs en Amazonie est un éclairage qui nous permet de comprendre toutes les étapes effectuées par le chercheur en agro-écologie qui suit les traces des coccinelles en notant tous les détails du processus. Le va et vient des différentes expériences est noté avec minutie ainsi que le va et vient des résultats confrontés entre chercheurs. Tout ce qui aboutit au résultat de recherche renvoie aux traces qui ont été produites, prélevées, notées analysées, corrigées. Cette pratique scientifique contribue à affirmer la maîtrise scientifique du chercheur. Le film fixe le processus e le mode de raisonnement. Le chercheur porte un regard réflexif sur le fonctionnement de sa pensée. Les traces lui servent d’auto-socioanalyse (Bourdieu, 2004). Les chercheurs avec lesquels nous avons travaillé nous ont dit et montré l’importance des traces dans la construction de leur esprit scientifique.

La trace dans la compréhension et la construction du savoir et comme indicateur pédagogique de la transmission

« Tu vois dans cette trace on a le fil conducteur du raisonnement (…),. Quand je donne un cours d’écologie et que je fais appel à certains concepts et notions, j’illustre très souvent avec des résultats de mes recherches. Or je ne les présente pas comme quelque chose de fini. C’est plus pédagogique pour l’étudiant de comprendre d’où je suis partie et comment je suis arrivée à un résultat donné ; et donc je raconte le processus, donc je convoque la trace. Tu captives plus si tu racontes une histoire. C’est surtout ça, c’est une histoire. C’est une histoire de processus ! » (A).

25Dans ce cas le chercheur utilise le récit du processus comme acte pédagogique privilégié de transmission du savoir.

« Oui, quand je donne un cours, j’utilise beaucoup les traces. C’est même primordial (…). C’est important de connaître les circonstances dans lesquelles les découvertes ont été faites pour construire des connaissances » (B).

26Au dire du locuteur, au delà de la transmission, c’est aussi la compréhension qui est éclairée par les traces.

27Les traces dans la construction et la transmission des savoirs méritent une attention particulière. A et B accordent une grande importance aux méthodes d’apprentissage. Leurs manières d’enseigner tentent de rendre l’étudiant plus compétent que savant. Ces enseignants- chercheurs sont préoccupés par la construction des rapports aux savoirs disciplinaires chez les étudiants. En utilisant les traces dans leurs démonstrations, ils forment les étudiant à la maîtrise de la discipline ; ces derniers se l’approprient par la connaissance du cheminement des processus. L’autorité pédagogique des enseignants-chercheurs s’expose par ce qu’ils donnent à voir de leur identité socioprofessionnelle. L’importance de l’utilisation des traces pour la monstration et la démonstration d’un résultat est faite. Les deux chercheurs livrent leurs parcours d’expériences pour donner à comprendre leurs résultats. On pourrait dire que la trace est une sorte d’héritage qui est donné avec le résultat. Cela nous conduit à nous interroger sur : peut-on transmettre la culture scientifique en écologie notamment , sans parler des traces ? Pas toutes les traces comme le dit A «  mais ce qui me semble véritablement essentiel dans le processus »

28L’impératif de la preuve n’exclue aucune information. La communication des traces incontournables pour la démonstration est une reconstruction du cheminement et non une réécriture. La mobilisation des traces permet de rentrer dans la profondeur du résultat scientifique .

29Lorsque nous filmons les deux chercheurs dans le cadre des entretiens , des expériences qu’ils conduisent, des réunions de laboratoire qu’ils co-animent et lorsqu’ils nous montrent des traces, nous filmons tout ou partie de ce qui est entrain de se jouer. Nous regardons et nous écoutons avec une intention et avec attention. Nous avons essayé de rendre compte en cinéma et dans cet article des inter-relations et des interactions qui existent entre les traces de l’objet (ici les coccinelles) et les traces du sujet (les enseignants-chercheurs).

30Les traces des coccinelles permettent à ces chercheurs d’avancer dans la connaissance à propos de ce coléoptère. Les différents travaux, dont les expériences des chercheurs, sont écrits et conservés dans les cahiers de laboratoire, dans des articles classés dans des boîtes ou dans l’ordinateur. Ces différentes façons de conserver les traces des chantiers de recherche renvoient à l’identité personnelle et professionnelle des chercheurs. Les cheminements de leur pensée scientifique sont mémorisés par les traces ordinaires et conservés comme preuve ,ainsi que pour la démonstration et la transmission. Avec les traces ces chercheurs s’exposent et s’imposent comme partenaires d’autres scientifiques de leur famille disciplinaire et comme acteurs de constructions de méthodes pour accéder au savoir.

« La trace permet la remise en question du chercheur, la remise en cause des hypothèses . La trace nous dit cela (…). Les traces deviennent des résultats dans les articles de recherche Elles sont patrimonialisées scientifiquement (…). Chaque trace constitue des pierres dans le cheminement du chercheur » (A).

31L’identité personnelle et professionnelle d’enseignant-chercheur se construit en regard de l’objet d’‘étude et dans un double mouvement de ressemblance et de différence. A et B s’identifient chacun à leurs pairs (les autres chercheurs en écologie) et chacun se distingue par rapport à l’autre et par rapport aux autres. Les traces constituent un indicateur de la construction progressive d’un soi-chercheur et/ou d’un nous-chercheurs. Elles contribuent à l’affirmation du sentiment d’identité par les pratiques personnelles, et parfois collectives, dans le champ scientifique et par l’image que chacun a de soi et celle attribuée par les autres. L’utilisation du je dans les récits par la locutrice et le locuteur , les pratiques de chacun fixées par le film en témoignent. De la même manière l’utilisation du nous renvoie au travail ou /et à l’esprit collectif depuis l’équipe de recherche jusqu’à la communauté élargie des spécialistes des coccinelles.

32Si la connaissance de soi est une interprétation comme l’indique Paul Ricœur (1998) ; la connaissance des coccinelles est aussi une interprétation. Dans les deux cas les traces contribuent à l’élaboration de l’interprétation et plus largement elles permettent d’accéder à « la pensée – c’est à dire l’exercice raisonné de l’examen critique, de l’intelligence, de la réflexion – pour situer et insérer une connaissance dans une problématique et dans une globalité, et, inversement, pour relier une globalité aux parties qui la constituent, dont elle dépend et qui dépendent d’elle » (Morin, 2000).

33La recherche filmique a permis un travail de relevé des traces et de compréhension du sens que les chercheurs rencontrés leur donnent à la fois dans les rapports qu’ils établissent avec elles et dans ce qu’ils nous en disent. Le film rend la trace vivante : on la voit, et le chercheur parle avec elle et parle d’elle. La restitution audiovisuelle de l’appropriation de la trace comme composante de l’identité socioprofessionnelle du chercheur est montrée par les images des traces en train de se faire ou déjà faites ; par les soins donnés aux différents types de conservation des traces ; par les situations de travail autour et avec les traces ; par les réunions scientifiques au cours desquelles il est question des traces des coccinelles et dans ce même temps des traces des chercheurs révélées par leur travail

34Les traces permettent d’inscrire l’objet et le sujet dans un temps précis. On pointe ainsi l’épaisseur des traces dans l’histoire des sciences.

35Les traces renvoient à la notion de responsabilité. Au cours de notre observation nous avons noté que les chercheurs assument leurs traces. Ces traces leur permettent de prendre place dans l’histoire de leur champ scientifique. Les traces permettent d’avancer et de mesurer les progressions dans les modes de raisonnement, dans la dynamique de la pensée scientifique et dans les résultats à un temps T. Ainsi on peut dire que les traces occupent une place dans les processus de projection. A partir d’une trace à un moment donné on peut envisager ce que l’on va pouvoir construire après. Les traces permettent le marquage du cheminement des chercheurs. Ces derniers peuvent le ré-emprunter pour vérifier la trajectoire scientifique.

36« Les sciences ne parlent pas du monde mais en construisent artificiellement des représentations qui semblent l’éloigner toujours davantage et qui pourtant, le rapprochent ». (Latour, 2007). Les chercheurs en écologie nous montrent dans leurs travaux au quotidien, conduits avec minutie sur les comportement des coccinelles, comment ils se rapprochent de la réalité : c’est à dire de la compréhension de la lutte biologique coccinelles/ pucerons. Les chercheurs vivent chaque jour au rythme des observations diverses et de la ponte des coccinelles. Ils circulent du laboratoire à la salle de réunion, à leur bureau. Ces pratiques scientifiques sont entrecoupées de périodes de terrain proches et lointains pour collecter des coccinelles et confronter les pratiques et les résultats avec d’autres chercheurs. Au moment de l’enquête ils travaillent aux Acores et à La Réunion. Tout est enregistré, classé, étiqueté, nommé, dans des boites, des bocaux , comme nous l’avons montré dans le film. On peut parler d’indicateurs de traçabilité.

37Les chercheurs par la multiplicité des observations, des formes de travail, la continuité des relevés de résultats enregistrés comme traces rendent compte du parcours scientifique. « Propriété essentielle, cette chaîne doit demeurer réversible. La traçabilité des étapes doit permettre, en effet, de la parcourir dans les deux sens. Qu’on l’interrompe en n’importe quel point et voilà qu’elle cesse de transporter le vrai, de le produire, de le construire, de le conduire. La référence est une qualité de la chaîne dans son ensemble, et non plus de l’adequatio rei et intellectus . La vérité y circule comme l’électricité le long d‘un fil aussi longtemps qu’il n’est pas sectionné » (Latour, 2007, 74).

38Les traces constituent pour les chercheurs filmés une sorte de « référence » dans la mise en chaîne de leurs travaux scientifiques et dans la construction de leur identité socioprofessionnelle toujours entrain de se faire.

39Les traces constituent l’objet central de notre film recherche : traces des coccinelles, traces des chercheurs, et le film comme trace de l’étude. Les traces énoncées, produites, montrées, conservées constituent des indicateurs de l’identité socioprofessionnelle du chercheur. Le film fixe les choses, ici les traces des chercheurs et le regard que nous avons porté sur elles ; comme les  traces des chercheurs fixent le processus de recherche qu’ils appliquent aux traces des coccinelles.

40Les chercheurs cinéastes comme les chercheurs écologues conservent leurs traces. En effet les rushes constituent des traces pour les chercheurs-filmeurs et pour l’objet-sujet filmé. L’écriture filmique utilise les traces prélevées (une partie des rushes) pour le processus d’écriture et de réalisation du film recherche. Les traces non utilisées sont archivées. Elles constituent des traces en sommeil.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P., 2004, Esquisse pour une auto-analyse, Paris, Raisons d’agir.

Latour B., 2007, L’espoir de Pandore, Pour une version réaliste de l’activité scientifique, Paris, La Découverte.

Morin E., 2004, Dialogue sur la connaissance (Entretien avec des lycéens), Reliances, Poche Essai, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Pérec G., 2012, Espèces d’espaces, Paris, Galilée.

Piette A., 1996, Ethnographie de l’action, Paris, Métailié.

Ricœur P., 1998, « L’identité narrative », Revue Esprit, juillet.

Haut de page

Notes

1 Les documents photographiques de cet article sont tous des photogrammes du film.

2 Fontorbes J.-P., 2013, La mise en scène des identités. Constructions scientifiques au croisement de mon cinéma et d’une sociologie, hdr, tome1, Université de Toulouse.

3 Fontorbes J.-P., Granié A.-M., avec la participation de Cazenave J.-M., 2013, dr enfa, De traces en traces, (26 mn).

4 Deseilligny O., 2012, « Matérialité de l’écriture : le chercheur et ses outils, du papier à l’écran », Journée d’étude Les écritures ordinaires de la recherche, Toulouse, 25 juin.

5 Bruno Latour suit, photographie et note une mission de terrain faite par des pédologues en Amazonie.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Gribouillage durable
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Gribouillage éphémère
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/283/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pascal Fontorbes et Anne-Marie Granié, « Traces de l’objet, traces du sujet. Comment les pratiques des traces contribuent à la compréhension de l’identité socioprofessionnelle du chercheur », Sciences de la société, 89 | 2013, 112-125.

Référence électronique

Jean-Pascal Fontorbes et Anne-Marie Granié, « Traces de l’objet, traces du sujet. Comment les pratiques des traces contribuent à la compréhension de l’identité socioprofessionnelle du chercheur », Sciences de la société [En ligne], 89 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 26 avril 2017. URL : http://sds.revues.org/283 ; DOI : 10.4000/sds.283

Haut de page

Auteurs

Jean-Pascal Fontorbes

Maître de conférences hdr en cinéma
enfa, umr Dynamiques Rurales

Anne-Marie Granié

Professeure émérite de Sociologie, enfa, umr Dynamiques Rurales

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org