Navigation – Plan du site
Notes de recherches

Le document de voyage, médiateur de savoirs

Sabine Roux
p. 125-129

Texte intégral

1L’étude menée porte sur le document de voyage en tant qu’objet textuel complexe dont la spécificité est d’associer un discours savant au compte-rendu d’une expérience de terrain –un voyage. Les textes du corpus, constitué de onze documents de voyage du XVIe siècle au XXe siècle, mettent également en jeu des implications politiques, économiques et un style d’écriture particulier. Ces documents de voyage, qui concentrent une écriture des frontières sont envisagés comme des objets textuels qui mêlent des domaines – science et littérature – et des régimes de sens – fiction et documentaire – traditionnellement opposés. Ils produisent ainsi des formes complexes de savoirs qui échappent à toute définition unifiée. La question est de comprendre comment des contenus scientifiques se construisent et circulent à travers des documents de voyage dont la nature pose problème.

2La première partie de cette recherche précise les concepts et les notions mobilisés en envisageant le document de voyage dans sa complexité. L’objectif est d’ancrer le travail dans les recherches existantes afin de situer le document de voyage par rapport aux catégories existantes de l’analyse documentaire : texte scientifique, texte littéraire, vulgarisation scientifique. Il s’agit de mettre en évidence la difficulté de définir le document de voyage qui apparaît comme un objet essentiellement hétérogène échappant à toute catégorie stricte. Cet objet sémiotique se situe en effet dans une zone en rupture par rapport à une typologie documentaire traditionnelle, mais qui pourtant met en jeu des formes de médiations. Dans un deuxième temps, l’analyse cherche à cerner l’instance auctoriale à l’œuvre. L’identification de la mise en place d’une autorité scientifique dans les documents de voyage étudiés met en évidence le statut des textes en en soulignant les enjeux politiques et économiques qui transparaissent dans le fonctionnement de l’auteur. Cette étape de l’analyse permet de souligner les relations entre savoir et pouvoir qui se tissent au sein même de ces textes. Le document de voyage est alors envisagé, dans un troisième temps, à partir de son écriture qui vise à construire la preuve scientifique (notamment à travers l’observation, la description et la mesure). L’objet d’étude peut ainsi être saisi comme un document qui met en jeu une médiation spécifique de la communication de savoirs. L’hétérogénéité auctoriale et éditoriale de ces documents participent ici de la mise en place de médiations hybrides qui semblent intervenir dans la génération et la circulation de formes de savoirs.

3Si le corpus étudié se constitue de textes qui se situent aux frontières des disciplines, il ne s’agit pas d’envisager le savoir ou les propos de connaissances par rupture, par séparation dans des disciplines mais plutôt par l’ouverture. Michel Foucault dans L’ordre du discours, sa leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, a montré les enjeux de pouvoir que cache ce découpage disciplinaire (Foucault, 1971). Une approche par les sciences de l’information et de la communication a permis d’envisager les différentes disciplines sans les cloisonner. Les textes du corpus ne sont jamais étudiés d’un point de vue disciplinaire mais à travers leur écriture des frontières. Par cette écriture des zones de rupture circulent des connaissances qui peuvent devenir des savoirs au sens institutionnel. Ainsi a été choisi un ensemble de textes liés à une expérience de terrain (un voyage) et relativement connu du grand public avec une perspective chronologique, chaque texte sélectionné jouant le rôle d’une sonde et permettant l’analyse fine de ce qui se tisse au cœur du texte sans perdre de vue la visée d’ensemble : analyser pour essayer de voir comment circulent les savoirs dans les textes, ce qu’il se passe dans le tissu des documents de voyages au fil des siècles.

4L’objectif est aussi de tenter de repérer la nature des médiations qui se mettent en place dans ces textes et qui visent à construire le propos scientifique. Cette démarche passe par une analyse détaillée des textes mais toujours avec un point de fuite, à savoir, la volonté « d’introduire à la racine même de la pensée, le hasard, le discontinu et la matérialité. Triple péril qu’une certaine forme d’histoire essaie de conjurer en racontant le déroulement continu d’une nécessité idéale. » (Foucault, 1971, 61). Il s’agit d’essayer de comprendre comment des médiations hybrides, qui reposent sur l’hétérogénéité fondamentale de ces textes, se mettent en place pour produire et faire circuler des formes de savoirs. La méthode, intégrée au fil du texte, repose sur des va-et-vient entre les textes et (re)constitue une écriture en forme de trajet, une pensée en archipel (René Char) qui se nourrit de l’analyse des textes du corpus. Elle fait émerger de nouveaux questionnements sur les médiations hybrides qui sont à l’œuvre dans des zones en rupture. Le travail mené permet de mettre en évidence l’hétérogénéité essentielle des documents de voyage du corpus et l’existence de médiations de formes de savoirs dans ces textes.

5Il semblerait en effet que le fait d’écrire un texte hétérogène qui hybride des éléments issus de la littérature avec des éléments issus des sciences déclenche le processus de production de savoir scientifique ou d’un savoir fiction. Tout se passe comme si une dominante s’affirmait chez l’auteur après l’écriture de ce texte hybride. Ainsi, l’écriture du journal de bord pour le grand public semble déclencher l’écriture de textes scientifiques ou produire des formes de savoirs « artistiques ». Chez Lévi-Strauss le passage par l’écriture littéraire de l’expérience de terrain qui opère une réorganisation du passé dans Tristes tropiques relance sa production d’écrits scientifiques et semble même avoir été une condition du développement de la deuxième partie de son œuvre après un premier moment marqué par les Structures élémentaires de la parenté. En effet l’écriture de Tristes tropiques est au croisement des considérations politiques sur « l’humanité saturée de son propre nombre » et des réflexions anthropologiques sur la nature du symbolisme et la logique des qualités sensibles. La mise au jour de cette logique des qualités sensibles dans Tristes tropiques semble conduire la réflexion de Lévi-Strauss dans plusieurs directions : logique des classifications, théorie de l’individuation et du nom propre dans La Pensée sauvage ; logique des formes et des propositions, rapports entre morale et environnement, relations entre logique et sens dans Les Mythologiques. Pour Leiris le compte-rendu de la mission Dakar Djibouti va produire des écrits ethnographiques, une étude scientifique sur la langue des Dogons et sur la possession chez les Éthiopiens de Dongar, et un texte plus littéraire. Finalement Leiris opte pour la littérature qui selon lui est plus proche d’une « science de l’homme » que l’ethnographie. Jocelyn Bonnerave après la mise en roman de son expérience de terrain choisit d’abandonner le chemin scientifique de l’ethnologie pour la voie littéraire.

6La thèse permet d’observer comment un texte par essence hétérogène et multiple, qui n’est a priori qu’un simple compte rendu d’une expérience, un texte de voyage, produit d’autres textes. Ces textes appartiennent à la science au sens institutionnel, mais ils relèvent de formes plus littéraire ou artistique qui mettent également en jeu des savoirs. Par exemple, le journal de bord de Darwin réellement rédigé in situ sur le Beagle, version non disponible pour le grand public, a donné lieu à une version éditée du journal qui peut être considérée comme un ouvrage de vulgarisation scientifique à son attention. Mais le journal de bord initial a aussi produit (et sans notion de hiérarchie), des textes scientifiques (par exemple, la théorie de l’évolution dans L’origine des espèces par le moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie), des pièces de théâtre (notamment la mise en scène du voyage de Darwin par Mauricio Celedon), ou encore un manifeste contre l’esclavage. Les carnets de terrain de Jocelyn Bonnerave contiennent pour leur part des observations qui font émerger une réflexion théorique, notamment dans la façon dont les musiciens improvisent, soulevant des questions politiques. Ces réflexions circulent dans les écrits scientifiques (thèse et articles scientifiques), comme dans le roman, et plus précisément dans les passages d’improvisations collectives, ou encore dans la performance artistique qui consiste en une mise en musique du roman. Ces différentes formes sont par ailleurs innervées de notions de sociologie.

7Les comptes-rendus d’expéditions de Jean Malaurie donnent aussi lieu à différents écrits scientifiques, ou littéraires ou de vulgarisation. Ils sont aussi à l’origine de la constitution du fonds polaire Jean Malaurie à la bibliothèque centrale du Musée d’Histoire Naturelle, la création de l’académie polaire de Saint-Petersbourg. Les écrits de Malaurie participent aussi à la reconnaissance d’un territoire autonome des Inuits, le Nunavik.

8Les cheminements textuels et éditoriaux semblent donc permettre à des formes de savoirs de circuler à partir du document de voyage qui vise à rendre compte d’une expérience. Cet objet médiateur peut alors être envisagé comme un document matériau qui contient en puissance la capacité de générer d’autres documents (édition d’un journal de voyage destiné au public, article scientifique rédigé à partir du carnet ou du compte-rendu d’expédition, roman rédigé à partir de ce premier document, théorie scientifique, performance artistique…). Qu’il s’agisse d’un carnet d’ethnologue ou d’un journal de bord, le document de voyage, par l’agrégation d’informations scientifiques qu’il réalise, s’apparente ainsi à un rhizome dont n’importe quel point peut être connecté avec n’importe quel autre.

Haut de page

Bibliographie

Augé, M. (2011). La vie en double : ethnologie, voyage, écriture. Paris : Payot & Rivages, 2011.

Bachelard, G. (1970). La poétique de l’espace. Paris : PUF, 1970.

Char, R. (1969). La parole en archipel. Paris : Gallimard.

Deleuze, G., Guattari, F. (1980). Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille plateaux. Paris : Les Éditions de Minuit.

Foucault, M. (1966). Les mots et les choses. Paris : Gallimard.

Foucault, M. (1969). L’archéologie du savoir. Paris : Gallimard.

Foucault, M. (2001). Dits et écrits I : 1954-1975. Paris : Gallimard.

Geertz, C. (2007). Works and lives : The Antropologist as Author. Redwood city : Stanford University Press.

Goody, J. (1977). La raison graphique : la domestication de la pensée sauvage. Paris : Les Éditions de Minuit.

Goody, J. (2007). Pouvoirs et savoirs de l’écrit. Paris : La dispute.

Jeanneret, Y. (2008). Penser la trivialité : la vie triviale des êtres culturels. Paris : Lavoisier/Hermès Science.

Latour, B. (1988). La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques. Paris : La Découverte.

Latour, B. (1989). La science en action : introduction à la sociologie des sciences. Paris : La Découverte.

Latour, B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes : essai d’anthropologie symétrique. Paris : La Découverte.

Serres, M. (2001). Hominescence. Paris : Le Pommier.

Serres, M. (2006). Récits d’humanisme. Paris : Le Pommier.

Corpus

– Arseniev, V. (1994). Aux confins de l’Amour. Arles, Actes Sud.

– Arseniev, V. (2007). Dersou Ouzala. Paris, Payot.

– Baudin, N. (2009). Journal du voyage aux Antilles de La Belle Angélique (1796-1798). Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

– Bonnerave, J. Carnets de terrain. Pas d’édition.

– Bonnerave, J. (2009). Nouveaux Indiens. Paris, Seuil.

– Bougainville de, L.-A. (2006). Voyage autour du monde : par la frégate la Boudeuse et la flûte l’Étoile. Paris, La Découverte.

– Darwin, C. (2003). Voyage d’un naturaliste autour du monde : fait à bord du navire le Beagle de 1831 à 1836. Paris, La Découverte.

– Charcot, J.-B. (2006). Le Français au Pôle Sud. Paris, José Corti.

– Malaurie, J. (2010). Les derniers rois de Thulé : avec les Esquimaux polaires face à leur destin. Paris, Plon, 1989.

– Malaurie, J. (1999). Hummocks : de la pierre à l’homme : Nord-Groenland. Tome 1, livre 1. Paris, Plon.

– Lapérouse, J.-F. (2005). Voyage autour du monde sur l’Astrolabe et la Boussole (1785-1788). Paris, La Découverte.

– Léry de, J. (1994). L’Histoire d’un voyage faict en la terre du Brésil (1578). Paris, LGF.

– Lévi-Strauss, C. (1955). Tristes Tropiques. Paris, Plon.

– Leiris, M. (2004). L’Afrique fantôme. Paris, Gallimard, 1934.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Roux, « Le document de voyage, médiateur de savoirs », Sciences de la société, 93 | 2015, 125-129.

Référence électronique

Sabine Roux, « Le document de voyage, médiateur de savoirs », Sciences de la société [En ligne], 93 | 2015, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://sds.revues.org/2381 ; DOI : 10.4000/sds.2381

Haut de page

Auteur

Sabine Roux

Docteur en Sciences de l’information et de la communication, Université de Toulouse (UPS, LERASS B), 67701, F-31077 Toulouse cedex 4, France.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org