Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Christine Delphy, Un troussage de domestique

Paris, Syllepse, coll. Nouvelles questions féministes, 2011, 184 pages
Stéphanie Kunert
p. 161-162
Référence(s) :

Christine Delphy, Un troussage de domestique, Paris, Syllepse, coll. Nouvelles questions féministes, 2011, 184 pages.

Texte intégral

  • 1 Je reprends ici les termes de Christine Delphy dans l’introduction de l’ouvrage.

1Dans l’émission radiophonique « Les matins de France Culture » du 16 mai 2011, le journaliste cofondateur du journal Marianne Jean-François Kahn déclarait que l’« affaire DSK » était tout au plus « un troussage de domestique ». Cette intervention médiatique souleva un tollé de la part de nombre d’intellectuel-les et féministes, et inspira le titre d’un ouvrage consacré à l’« affaire » devenue un carrefour discursif où toutes les sphères de discours (journalistique, politique, militante, profane, etc.) se mêlent, ne cessant de reconfigurer un des grands récits médiatiques de l’année 2011. « Ni la mosaïque des faits, ni le tranchant des décisions de justice ne sont notre souci » écrit Delphy. Il n’est donc pas véritablement question de l’« affaire » en tant que telle, ni des tenants et aboutissants du procès, puisque le livre fut mis sous presse alors que l’« affaire » n’était pas encore jugée. On comprend dès lors pourquoi l’ouvrage ne s’intitule pas « Affaire DSK » mais « Un troussage de domestique ». Le titre annonce l’intention éditoriale : pointer les idéologies sexistes, racistes et classistes que traduisent les déclarations publiques de la classe dominante en France sur l’affaire en question. Le terme de « domestique » ne peut en effet être utilisé de façon anodine pour désigner une salariée noire, travaillant comme femme de chambre dans un hôtel. Il en va de même pour le terme de « troussage », qui convoque la notion de « droit de cuissage » et la légitimation des abus sexuels commis par les hommes des classes dominantes sur les femmes maintenues dans des positions économiquement et socialement subalternes. L’ouvrage propose de montrer en quoi les réactions publiques et médiatisées des élites françaises et des « amis de DSK » juste après son arrestation révèlent, derrière un consensus apparent de la classe politique pour l’égalité entre les sexes, une néfaste « triple solidarité » toujours à l’œuvre dans la société française : une solidarité de genre (celle des hommes unis par la misogynie), une solidarité de classe (les nantis faisant front contre la vindicte populaire), une solidarité de race (les blancs contre les « bronzés »1) selon les mots de Delphy. Elle donne alors une grille de lecture aux articles qu’elle a rassemblés en inscrivant cette compilation dans la continuité de son œuvre et de sa pensée, dans laquelle l’intersectionnalité (l’analyse et la déconstruction concomitante des processus de domination et de discrimination de genre, de race et de classe) est un fil directeur.

  • 2 C. Delphy, Avant-propos, p. 7.

2Dans une perspective féministe résolument critique, cette sélection de textes publiés par diverses femmes dans les premières semaines de l’ « affaire DSK » décrypte les mécanismes de décrédibilisation que subit la parole des femmes victimes d’agressions sexuelles ; ces textes dénoncent aussi les manquements rhétoriques et la violence symbolique des propos de politiciens, journalistes, philosophes s’étant publiquement exprimés au sujet de l’« affaire », pointentle manque de visibilité de la recherche sur les violences faites aux femmes en France, analysent le traitement médiatique de ces violences, et décrivent le quotidien des femmes exposées de façon systématique à des formes quotidiennes de domination et de harcèlement sur leur lieu de travail : « Il ne s’agit pas de mieux révéler l’affaire, mais d’envisager l’affaire comme un révélateur »2. On ne peut s’empêcher d’y voir un manifeste pour des études plus critiques et plus « engagées » des phénomènes médiatiques « totaux ». Car il ne s’agit pas seulement, dans cette « affaire » d’un grand marché aux discours où journalistes, politiques, intellectuels et publics-internautes, spéculent et donnent leur opinion dans un concert médiatique considérable, mais plutôt d’un concentré de phénomène social « total » dont l’intrigue multidimensionnelle, pour être appréhendée, nécessite de prendre en compte toutes les grandes dynamiques de domination qui structurent nos sociétés. On peut par ailleurs saluer le fait que cet ouvrage rassemble des textes de femmes militantes, universitaires, journalistes, romancières ou blogeuses sous une même bannière, légitimant ainsi une pluralité de voix en les mettant à égalité dans une publication qui donne de ce fait plus de poids à l’effort d’analyse critique et à la rigueur de l’argumentation qu’aux effets de légitimité que peuvent engendrer le statut académique, l’envergure de la personnalité politique ou la notoriété médiatique.

Haut de page

Notes

1 Je reprends ici les termes de Christine Delphy dans l’introduction de l’ouvrage.

2 C. Delphy, Avant-propos, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Kunert, « Christine Delphy, Un troussage de domestique », Sciences de la société, 83 | 2011, 161-162.

Référence électronique

Stéphanie Kunert, « Christine Delphy, Un troussage de domestique », Sciences de la société [En ligne], 83 | 2011, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://sds.revues.org/2248

Haut de page

Auteur

Stéphanie Kunert

Post-doctorante iec, Institut français de presse, Université Paris ii Panthéon-Assas

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org