Navigation – Plan du site

Matérialités de l’écriture : le chercheur et ses outils, du papier à l’écran

Materiality of writing: the research and tools, from paper to screen
La materialidad de la escritura: el investigador y sus herramientas, del papel a la pantalla
Oriane Deseilligny
p. 38-53

Résumés

Nos pratiques d’écriture scientifique évoluent dans un contexte de mutations des supports et des formes d’écriture. L’article revient sur les métamorphoses de ces pratiques, en comparant celles qui sont associées au papier et celles qui émergent dans le contexte numérique. Les médiations techniques et symboliques sont au coeur du propos en ce qu’elles informent les textes produits et contribuent à en construire les formes, les cadres et le sens. L’analyse porte notamment sur les carnets de recherche numériques, nouveaux dispositifs d’écriture scientifique qui apparaissent dans les discours de leurs usagers comme des espaces plus libres d’expression de la recherche.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

escritura, medios, libro, mediaciones, sentidos
Haut de page

Texte intégral

1En Sciences de l’information et de la communication, nous portons une attention particulière à la relation étroite et intime qu’entretiennent les scripteurs avec les supports qu’ils utilisent et au sens, médiatiquement situé, qui en émerge. Entre l’axiome célèbre de Marshall McLuhan, « le médium c’est le message », et celui de l’historien de l’écrit Roger Chartier, « les formes produisent du sens » (Chartier, 1991), notre discipline envisage la construction du sens comme le résultat de l’articulation étroite d’un support pensé comme dispositif d’écriture-lecture, d’une écriture définie par des formes propres, liées notamment aux cadres techniques qui la configurent, et d’une pensée qui s’élabore dans un contexte énonciatif, temporel et médiatique spécifique.

  • 1 Cité par Viollet, 1996, 198.

2La formule de Friedrich Nietzsche est célèbre : « notre outil d’écriture participe de nos pensées1 ». En évitant l’écueil du déterminisme technique, il faut convenir que l’apparition de la machine à écrire puis de l’ordinateur personnel a contribué à transformer nos pratiques d’écritures individuelles et collectives. Au-delà, c’est tout le processus conjoint de lecture-écriture — ou encore de lettrure (Souchier, 2012) —composant l’ordinaire du chercheur qui se voit transformé ces dernières années avec l’apparition du web et de multiples outils documentaires d’enregistrement de traces, de mise en mémoire des recherches du chercheur (Le Deuff, 2010), de dispositifs éditoriaux spécifiques tels que les blogs, les wikis, les carnets de recherche, les plateformes de revues électroniques, etc.

3Bien loin d’être « dématérialisées », les pratiques d’écriture des chercheurs font ainsi l’objet de multiples médiations techniques qui en affectent les formes dans un environnement communicationnel en perpétuelle évolution. Pour penser les matérialités de l’écriture scientifique en contexte numérique dans ses routines, ses dispositifs et ses formes, nous déploierons une analyse en trois temps. Dans un premier temps, nous évoquerons la relation entretenue entre le processus d’écriture et la matérialité du support à travers la place que prend le corps, et notamment la main, dans cette activité. La mise en perspective par les pratiques manuscrites du recours actuel aux médias informatisés permet de mieux saisir le processus de construction du sens de l’écrit. Ensuite, nous interrogerons les médiations qui constituent spécifiquement les outils et instruments d’écriture à l’heure du numérique,  qu’elles soient techniques, informatiques mais aussi symboliques, à travers l’exemple de carnets de recherche en ligne sur la plateforme Hypotheses.org. Enfin, dans un contexte communicationnel marqué par le flux, et qui tend à porter l’actualité comme valeur en soi, nous examinerons brièvement le rapport de l’écriture scientifique à la temporalité.

Matérialités de l’écriture

4Toute activité d’écriture mobilise le corps dans sa globalité par la position requise, mais aussi par la dimension symbolique d’un engagement physique total. L’écriture scientifique s’inscrit là dans un processus plus général d’écriture ordinaire qui autorise les rapprochements avec les analyses menées de manière réflexive par des écrivains ou des intellectuels sur leur rapport à la scription et à l’outil.

Le rapport physique au support d’écriture

Corps et écriture

5Dans toute activité d’écriture, le corps est impliqué, qu’il soit penché sur une feuille ou un pupitre, droit ou en retrait devant un écran d’ordinateur : Jacques Derrida parle par exemple de « corps écrivant » (Derrida, 2001) pour désigner une activité qui, au-delà de la main et des yeux, sollicite le corps dans sa complétude. Chaque outil et support d’écriture suppose des postures différentes, plus ou moins confortables et engagées, qui sont des conditions de l’activité d’écriture elle-même.

6La main occupe une place spécifique dans l’écriture en ce qu’elle en est l’organe principal. Mais dans les réflexions des chercheurs et des écrivains, elle est moins pensée comme un organe moteur que comme un outil de transcription directe de la pensée. L’écriture manuscrite est ainsi associée à un rapport physique, intime, presque charnel avec le papier et le stylo : la plupart des écrivains et des hommes de plume ont leurs stylos et papier fétiches et sont lyriques sur la relation qu’ils entretiennent avec certains outils plutôt qu’avec d’autres. Ainsi Martin Heidegger définit le fait de penser comme un « travail de la main2 ». Plus récemment, Bruno Latour a donné une formule proche : « Penser est un travail des mains » (Latour, 1985, 9). Heidegger ajoute : « Seul un être qui parle, c’est-à-dire pense, peut avoir une main et accomplir dans un maniement le travail de la main. […] la main ne fait pas que saisir et attraper […] la main porte. Elle trace des signes, elle montre. ». Dans sa philosophie, parole et écriture à la main sont intrinsèquement liées, et la machine à écrire modifie le rapport à l’être. Car, bien avant l’ordinateur, certains outils ont suscité la méfiance chez les intellectuels — le stylo bic taxé de « pisse-copie » par exemple par Roland Barthes (Rambures, 1978) — parce qu’ils venaient rompre la présence à soi et à la pensée que favoriserait la rencontre de la main, du papier et du stylo à plume. Ce dernier a du reste le plus souvent eu la faveur des écrivains, s’inscrivant dans un imaginaire de la création littéraire et poétique par lequel la pensée, la main et le stylo à plume ne font qu’un. Sur le site Internet du poète enseignant et chercheur en littérature Jean-Michel Maulpoix3, la photo inaugurale de la page d’accueil donne à voir un stylo à plume ouvert sur un carnet recouvert de lignes noircies par une écriture manuscrite. Ouvert, le stylo renvoie à une pensée créatrice active, à une inspiration féconde qui puise dans l’imaginaire poétique. Cette photographie est d’autant plus intéressante qu’elle met en abyme les pratiques d’écriture et leurs dispositifs dans la mesure où Jean-Michel Maulpoix a été un des premiers chercheurs et écrivains à construire son propre site Internet, dès 1999, et à lui adjoindre un blog en 2007 (Deseilligny, 2011). Au contraire d’une plume reliée dans l’imaginaire littéraire et collectif à la pensée créatrice, avec l’ordinateur le « travail de la main » échappe à la main qui saisit la souris ou tape sur le clavier ; celle-ci n’étant plus dès lors pour certains qu’un « organe de percussion » (Bassy, 1985). Dans une écriture informatisée en effet, la main manipule la souris de l’ordinateur et dirige à l’écran le pointeur ou sa propre représentation sémiotisée. Avec les médias informatisés, le corps est avant tout sémiotisé à l’écran comme outil (Souchier, Jeanneret, Le Marec, 2003, 102-103).

Présence à soi vs coupure liée à la médiation technique de l’écriture ?

7De fait, dans les discours des intellectuels, le motif de la présence à soi autorisée par certains outils et supports d’écriture s’oppose à celui de la coupure. Là où le rapport de la main et du papier favorise la présence à soi, la machine qui s’introduit dans l’écriture viendrait rompre cette harmonie. Certains dénoncent ainsi la violence faite au corps par la position que la machine requiert (jadis, la machine à écrire ; aujourd’hui, l’ordinateur). Bien souvent, la posture imposée au corps, qui se voit contraint par cette double appréhension du clavier et de l’écran, fonctionne comme une métaphore de la distorsion qui serait prescrite à la pensée. Ainsi, dans un échange avec Jacques Derrida sur le rapport qu’ils entretenaient respectivement avec la machine à écrire, Jean Genet s’indigne : « Mais on ne peut pas écrire à la machine à écrire ; vous vous rendez bien compte que ça tue votre phrase, c’est une violence inacceptable, c’est une question du corps, etc. ». Derrida est quant à lui fermement convaincu que le corps agit, quel que soit le support sur lequel est inscrit le texte : « […] sans doute, l’interposition de la machine, quelle qu’elle soit, transforme le corps écrivant, le rapport entre le corps et la lettre et la phrase, mais c’est une transformation qui n’interrompt pas, ne coupe pas le corps de l’écriture. Une coupure s’introduit même avec la plume et le crayon […]. Il y a donc une coupure, quand on écrit à la plume ou à la plume d’oie, il y a une coupure à la machine, mais ce sont deux types de coupures qui néanmoins n’empêchent pas que quelque chose du corps passe à travers la coupure. C’est une autre organisation de la coupure. » (Derrida, 2001, 64).

8Face à un écran d’ordinateur fixe, le corps est mobilisé selon trois postures et temporalités principales : saisie par laquelle l’usager tape le texte à l’écran ; attente de l’utilisateur face à l’activité de l’ordinateur qui, à ce moment, « à la main » ; clic par lequel « on agit  « sur » l’écran » (Souchier, Jeanneret, Le Marec, 2003, 104). La médiation informatique impose sa présence au corps et ses propres cadres, délais, formes, redéfinissant encore la coupure évoquée par Jacques Derrida. Que dire aujourd’hui de l’ordinateur portable posé sur les genoux qui se différencie de ses prédécesseurs fixes par sa portabilité ou son poids ? La médiation se fait plus discrète, la « coupure » peut-être moins forte pour cette machine qui, en anglais est néanmoins rattachée au corps dans le syntagme même qui la désigne (laptop).

9Certains logiciels de publication assistée par ordinateur sont positionnés actuellement par les publicitaires contre l’idée de coupure. Présentés comme des dispositifs légers et quasi invisibles, ils visent à recréer un environnement propice à la créativité par lequel la technique cherche à se faire oublier dans l’activité d’écriture informatisée. En d’autres termes, ils prennent acte de la « coupure » symbolique qu’instaurerait le média informatisé et se donnent comme des antidotes à celle-ci. Ce faisant, ils réactivent une mythologie ancienne et pérenne de l’inspiration liée à la présence à soi tout en la renversant : ce n’est plus l’auteur-écrivain qui apparaît comme le médium retranscrivant un souffle extérieur et divin dans les formes qui composent notre mythe littéraire de l’inspiration mais bien la technique qui accompagne l’auteur dans son activité. De l’auteur-médium au médium-auteur, la médiation informatique est présentée ainsi dans les discours publicitaires comme l’environnement optimal de la création (Angé, Deseilligny, 2012), comme le vecteur de la présence à soi et à la pensée recherchée dans l’écriture.

Le support producteur de sens

10On le voit, le support et l’outil d’écriture (l’ordinateur est à la fois support et outil) portent la pensée selon des modalités symboliques diverses et sont tantôt perçus comme des adjuvants, tantôt comme des opposants. La médiation de l’informatique institue un rapport à soi et à la pensée différent de celui afférent au papier, conçu comme un médium immédiatement appropriable, personnalisable et beaucoup plus malléable.

L’écriture manuscrite ou le rapport à soi

11Sur le papier, dans le geste de tracé des lettres mais aussi d’un ensemble de signes non scripturaux (Hay, 1995) et dans l’appropriation de l’espace graphique de la page par la main (Tisseron, 1995) se joue la formalisation de la pensée. Connectée au for intérieur, à la pensée, la main se saisit de la page pour « jeter des idées », pour les décomposer, pour les mettre en relation. Dans la réflexion du chercheur, la main « étoile le texte » selon le joli mot de Roland Barthes (Barthes, 1975, 105), c’est-à-dire qu’elle jouit d’une liberté certaine pour déployer la pensée sur la page, pour la matérialiser de manière encore informelle, non aboutie, non séquentialisée, non linéaire. Nombreux sont les chercheurs, mais aussi les étudiants, qui déclarent ne pas pouvoir élaborer de plan ou de problématique sur l’ordinateur dans la mesure où, selon eux, le travail de réflexion proprement dit, de construction de l’argumentation exige la proximité du papier et du stylo. Ils estiment aussi qu’on ne peut pas raturer, biffer, entourer, ou mettre en relation des pensées avec l’ordinateur comme on le fait sur papier, quoi qu’en disent les discours publicitaires de certains logiciels évoqués plus haut.

L’ordinateur et la réflexivité

12L’ordinateur et l’écran ne viennent souvent que dans un second temps, pour développer et rédiger, une fois le travail de la main sur le papier accompli. La principale vertu de l’ordinateur, pour nombre de scripteurs, est alors de favoriser l’extériorisation de la pensée, perçue comme autre à l’ordinateur. Le « traitement de texte » donnerait à la pensée un surcroît de sens et de valeur : débarrassée de son corps intime (la graphie), la pensée est mise à distance, objectivée. Mise en forme, mise aux normes typographiques, elle apparaît lissée, autorisant une réflexivité supplémentaire. L’ordinateur « nous renvoie beaucoup plus vite l’objectivité du texte et change ainsi notre expérience du temps, du corps, des bras et des mains, notre embrassement à distance de la chose écrite. » (Derrida, 1996, 5). Dès lors, l’individu a l’impression d’avoir plus de prise sur sa pensée, d’être plus détaché et critique.

13Le traitement de texte formate, prescrit, impose des formes à la pensée qui lui donnent un relief autre, qui l’éditorialisent selon le travail de l’énonciation éditoriale décrit par Emmanuël Souchier (Souchier, 1998). Les outils du traitement de texte (fonctions de copier, coller, déplacer...) ont du reste été abondamment commentés à l’apparition des ordinateurs personnels. Howard Becker se disait soulagé que grâce à la possibilité d’effacer, ses pensées moins intelligentes soient supprimées, et que leur trace disparaisse : « Parce que l’ordinateur ne laisse pas de trace permanente de ce que vous écrivez, vous ne vous sentez pas autant lié par ce que vous tapez. En appuyant sur quelques touches, vous balayez, de l’écran, comme de la mémoire, la pensée mal formulée. » (Becker, 2004, 161).

14D’une certaine manière, l’écran apparaît enfin comme un transformateur culturel et social : le texte écrit à l’écran ne m’appartient déjà plus, il est mis en forme pour être diffusé et socialisé. L’écran et le traitement de texte spectacularisent le texte, le transforment en image, l’insèrent dans un processus éditorial et dans des formes-textes légitimées par les institutions scientifiques (article, rapport, résumé, etc.) qui contribuent à le détacher de soi. De la présence à soi au détachement opéré par les cadres instituants du traitement de texte et des normes d’écriture scientifique, l’écriture s’élabore à travers diverses strates de médiations techniques et symboliques.

Le cas des carnets

15Les travaux de génétique textuelle notamment ont bien souligné la valeur qu’ont les carnets (papier) — quel que soit leur format, leur volume — par rapport aux feuilles volantes ou à d’autres supports. Sur ces terrains, les scripteurs partisans de l’un ou de l’autre s’affrontent, pour décrire les vertus de leur fétiche dans son rapport à la mémoire, à la pensée, à la trace.

16Les feuilles sont par nature des fragments que l’on numérote pour les enchaîner, que l’on réunit dans des dossiers pour leur donner une unité. Leur dimension « volante » permet des découpages, des déplacements, des collages dont Howard Becker (Becker, 2004) a bien décrit l’importance dans les pratiques des chercheurs avant l’arrivée de l’ordinateur.

  • 4 Le succès actuel des carnets de la marque Moleskine en librairie et papeterie est sans doute lié à (...)

17Au contraire, le carnet jouit d’une unité symbolisée par sa reliure. À la fois nomade, léger et unifié, il est en outre connoté d’une symbolique forte associée à des pratiques d’écriture ordinaires ou intellectuelles : carnets de citations, hypomnêmata (Foucault 1983), calepin de l’écrivain4. Le carnet est déjà un petit livre, renvoyant à une certaine culture artistique ou lettrée, humaniste en tout état de cause. À la fois éphémère (un carnet n’a qu’un nombre de pages limité) et fini (il comporte deux couvertures qui en définissent la clôture), c’est un objet culturellement très inscrit dans notre culture, toujours réapproprié en fonction des usages et des modes. Il est de plus associé à une certaine liberté d’écriture et de pensée de son propriétaire scripteur et relève de la sphère privée. Or, cette dimension personnelle de l’écriture du carnet — ou du moins libre, informelle, détachée de toute norme prescriptive — renvoie à une des ambitions des pratiques scientifiques numériques actuelles, telles qu’elles se donnent à appréhender dans les carnets de recherche numérique.

18Sur la plateforme Hypotheses.org, un carnet de recherche est défini comme « un mode de publication rapide et léger permettant de rendre compte régulièrement de recherches en cours. Cela peut être un carnet de fouilles archéologiques, une chronique scientifique sur un thème précis, un carnet de bord d’une recherche collective en cours, un blog de revues ou de livres, un carnet de terrain, une newsletter scientifique, etc. Il permet au “carnetier” de dialoguer avec ses lecteurs par le biais des commentaires5 ». D’emblée, on constate à travers ce discours de la plateforme éditoriale que la vocation originellement personnelle du carnet est ici renversée puisque ce dernier apparaît avant tout comme un espace de communication et d’interaction entre le scripteur et ses lecteurs. Et de fait, d’aucuns expriment les vertus de ces échanges via les commentaires qui facilitent le déploiement de la pensée et éclairent le chercheur dans sa réflexion. Le chercheur et blogueur6 Antoine Blanchard écrit par exemple : « Je dois donc à mon blog d’avoir servi de brouillon ou de carnet de recherche pour un travail en cours et d’avoir pu croiser les regards disciplinaires. » (Blanchard, 2010, 161). Cet auteur souligne en effet que les commentaires de ses lecteurs lui ont permis d’enrichir son travail et de le soumettre ensuite à une revue scientifique à comité de lecture. Moins formels que d’autres écrits scientifiques mais disposant néanmoins d’une certaine visibilité, ces espaces de l’écrit scientifique en contexte numérique semblent autoriser une parole plus libre, maillée sur l’avancée des travaux et augmentée des interactions avec des lecteurs — qu’ils soient inconnus ou qu’ils appartiennent à la communauté scientifique.

Médiations et écriture scientifique

19Entre le carnet papier et sa version numérique sur une plateforme académique comme Hypotheses.org, un ensemble de médiations techniques, symboliques et institutionnelles s’insèrent dans l’activité d’écriture et de publication.

Des dispositifs complexes et feuilletés 

20Un texte d’écran est toujours composé de multiples couches techniques, informatiques, symboliques qu’il convient de déplier pour comprendre à quel point les supports informent les textes et dans quelle mesure le travail de l’énonciation éditoriale (Souchier, 1998) influe sur nos pratiques d’écriture, qu’elles soient scientifiques ou ordinaires. À cet égard, la notion d’architexte est particulièrement pertinente pour décrire les textes d’écran dont les carnets de recherche ou les blogs sont des exemples parmi d’autres. Les architextes renvoient à tous les « outils d’ingénierie textuelle » qui déterminent en amont la forme du texte et qui expriment des conceptions du texte, de l’écriture en contexte informatisé et réticulaire : « Le texte est donc placé en abyme dans une autre structure textuelle, un architexte, qui le régit et lui permet d’exister […] Nous nommons architextes (de archè, origine et commandement), les outils qui permettent l’existence de l’écrit à l’écran, en commandent l’exécution et la réalisation. Autrement dit, le texte naît de l’architexte qui en balise l’écriture. » (Jeanneret, Souchier, 2000). À travers la conception de ces outils d’écriture informatique s’expriment en effet des perceptions de l’écrit, de la communication et de leurs processus qui ne peuvent se réduire à de simples artefacts techniques.

21Or, les discours d’accompagnement de ces outils informatiques et numériques produits par les plateformes d’hébergement ou par les acteurs éventuellement institutionnels vantent leur simplicité d’utilisation, leur transparence, leur caractère inédit, leur immédiateté. Dans le cas des blogs, est également mise en évidence la capacité que ces outils ont de se substituer à la fonction éditoriale. Mais l’un des inconvénients de ces architextes est qu’ils prescrivent une forme presque unique, indifférenciée à l’écriture. Comme dispositif d’écriture et de publication, le blog est un architexte très normé, qui se reconnaît à sa structure en trois colonnes que l’on ne peut guère modifier, à moins d’avoir des compétences fortes en programmation informatique. Sa simplicité d’utilisation est liée à son degré fort de prescription formelle qui s’apparente à un « moule à texte » (Jeanne-Perrier, 2006) : il est difficile d’écrire hors les cadres imposés par l’architexte, à moins de le déconstruire totalement. Les blogs déploient en effet, quel que soit leur contenu, une architecture commune, identifiée comme telle (fragmentaire, à l’énonciation datée, maillée sur le calendrier et signée), mais qui procède de l’histoire plus longue des pratiques d’écriture ordinaire. Car si, comme dispositif éditorial et communicationnel, le blog est bien sans précédent dans l’histoire des supports, sur le plan discursif, il hérite de formes ancrées dans l’histoire longue de la culture écrite. Comme format spécifique de publication et comme structure de production textuelle préformatée, le blog a réinvesti et automatisé des formes textuelles, discursives et de communication écrite bien plus anciennes liées à l’écriture de soi (Deseilligny, 2006, 2011).

22Les carnets de recherche qui se sont fortement développés ces dernières années sur des portails scientifiques s’inscrivent, sur le plan formel, technique et dans l’architexte qui les configure, dans la lignée des blogs. Ces carnets représentent un support nouveau d’écriture scientifique qui cherche ses marques tant par rapport aux notes premières, informelles et destinées au seul chercheur, que par rapport aux écrits publiés ou diffusés dans le monde académique tels que les articles, les rapports, les préprints, etc. Toutefois, le choix du terme « carnet » pour décrire des dispositifs d’écriture numérique n’est pas anodin puisqu’il mobilise l’héritage culturel, humaniste et lettré attaché aux formes scripturaires liées à sa version papier. Le syntagme « carnet de recherche » est apparu dans un second temps, après celui de « blog de recherche » ou « blog de chercheur ». Héritant de pratiques lettrées une certaine aura, le carnet de recherche numérique se pose dès lors comme un outil plus légitime que le « blog », ce dernier étant marqué par d’autres pratiques et imaginaires, moins scientifiques, plus « grand public », plus « triviales » et diversifiées.

Le carnet de recherche : une écriture scientifique libérée ?

23Comment les chercheurs s’approprient-ils ces carnets numériques, qu’ils soient individuels ou collectifs,  par rapport à d’autres supports d’écriture de la recherche en cours ? Dans quelle mesure ces carnets constituent-ils des médiations efficaces dans la réflexion du chercheur par rapport à d’autres formes-textes ?

24Les propos qui suivent sont fondés principalement sur la lecture d’un carnet de recherche intitulé « Espaces réflexifs. Essai d’ego-histoire au plus-que-présent7 ». Ce carnet est collectif, il rassemble des chercheurs essentiellement issus des SHS et a pour vocation de développer une réflexion sur la recherche en train de se faire. Les différents scripteurs réfléchissent à la question de l’écriture spécifique du carnet de recherche par rapport aux autres pratiques scripturaires du chercheur et consacrent plusieurs billets à une approche méta-réflexive. La réflexion sur le nouveau support d’écriture que constitue le carnet de recherche numérique est l’occasion de mettre en perspective l’ensemble des formes rédactionnelles utilisées par les chercheur. La lecture de ces billets fait ressortir un sentiment de libération de l’écriture dans les carnets de recherche. Les « carnetiers » — c’est ainsi qu’ils se désignent — y décrivent la liberté de ton, de style, d’approche et de traitement qu’ils ressentent en rédigeant des billets d’une longueur non imposée qui s’inscrivent dans un espace de lecture et d’écriture différent. Ils soulignent le détachement par rapport aux codes et aux normes habituels de l’écriture scientifique. Une doctorante met l’accent sur la manière dont sa subjectivité s’introduit dans le carnet, par opposition à sa thèse : « Dans mon carnet, j’aime écrire de façon plus... poétique ! Je parle des objets avec émotion. [...] Mon carnet me sert de balancier. Je travaille souvent comme ça, sur les deux versants. Un côté sage, un côté “fou”. Un côté rationnel, un côté émotionnel. Ainsi, quand j’écris ma thèse, je peux y injecter de l’émotion sans qu’elle me déborde car déjà canalisée dans mon carnet de recherche (et ailleurs)8. ».

  • 9 Docteur en sciences de l’information et de la communication dans l’équipe C2So du Centre Norbert El (...)
  • 10 Espaces réflexifs, http://reflexivites.hypotheses.org/575, commentaire au billet du 11 février 2012

25L’écriture du carnet assume et revendique donc un point de vue subjectif, voire une certaine littérarité, par opposition à des écrits scientifiques perçus comme plus arides. De son côté, Mélodie Faury9, qui a son propre carnet de recherche (« L’infusoir ») et intervient sur « Espaces réflexifs », décrit dans un commentaire de billet « une écriture mise en forme, qui se donne à la lecture, mais qui n’est pas le reflet figé de son auteur, dans la mesure où celui-ci [...] est déjà lui aussi son propre lecteur, à distance de ses propres propos. Une écriture aboutie (dans la mesure où on lui donne forme dans l’idée qu’elle sera lue) mais jamais finie [...]. Il n’est pas question de dire que l’on n’assume pas ce que l’on écrit ou ce que l’on a écrit, mais bien du statut que l’on donne à cette écriture : une réflexion en cours, qui prend forme à un instant donné, peut-être avec une intention, sans doute avec une grande part d’imprévu10. ».

26On constate ici l’importance accordée à la question du temps dans cette écriture scientifique « web 2.0 », question sur laquelle nous reviendrons. Mais la liberté ressentie par les scripteurs s’explique aussi par le sentiment de ne pas avoir d’obligation de résultat. Les impératifs d’argumentation ou de preuve ne sont plus la mesure unique du savoir et la pensée est ainsi libérée d’une forme perçue parfois comme un carcan à sa propre expression.

27L’écriture de carnet, dans l’approche de ces carnetiers, renvoie à ce qui est en cours, non figé, à un espace de respiration et de réflexivité inédit ; elle ne cherche pas à sceller ou à définir de manière unilatérale, elle propose une réflexion en marche. Par là, elle s’inscrit dans ces « écritures intermédiaires » (Achard, 1994) qui font la science avant d’être publiées via les canaux traditionnels de validation par les pairs. Néanmoins, l’écriture du carnet se pose peu ou prou contre l’écriture normée circulant dans les espaces institutionnels et légitimés ; elle cherche à affirmer sa liberté, à proposer une réflexion et une énonciation subjective inscrites dans un temps t. Dans un long billet intitulé « Les carnets de recherche, un formidable outil de réflexivité11 », Julie Henry12 écrit : « On peut y revenir, penser à nouveaux frais ce qu’on y a écrit, écrire un autre billet venant compléter le premier ou y répondre, etc. En d’autres termes, contrairement aux articles à rendre ou aux thèses à rédiger, les billets restent provisoires ; il y a ainsi un côté moins intimidant, moins bloquant dans les billets : ceux qui le lisent connaissent leur statut, et nul ne nous fera le reproche de proposer une réflexion encore en cours. [...] les carnets de recherche offrent la possibilité d’une certaine médiation alors même que l’on est encore en cours de réflexion, et donc que cette dernière aurait d’habitude le statut d’une méditation personnelle, sans passage à l’extériorité. »

28Le carnet apparaît alors comme un espace intermédiaire entre soi et l’autre, entre la présence à soi nécessaire à l’élaboration de la réflexion et la formalisation qui intègre quand même déjà des destinataires autres et s’appuie sur la transitivité du dispositif technique. Cette première ébauche de formalisation permet à la pensée d’affiner ses contours, de se mettre à distance dans cet aller-retour13. En outre, contrairement aux carnets de format papier évoqués précédemment, ces carnets numériques sont dès le départ destinés à d’autres que soi car ils sont intégrés dans un circuit de lecture qui les oriente dans des espaces légitimés par les pairs. En effet, bien que les formes de validation soient différentes de celles qui concernent des articles publiés en revue, chaque carnet est soumis à la validation par le conseil scientifique de la plateforme14, laquelle bénéficie d’une légitimité institutionnelle.

29Dispositif clos sur lui-même par le renvoi à un auteur individuel ou collectif, tout en étant ouvert sur l’extérieur par les liens hypertextuels ou les commentaires des lecteurs, le carnet de recherche se donne donc comme un espace de scription inédit. La nature fragmentaire des billets rédigés autorise en outre une certaine discontinuité dans les sujets abordés, dès lors que l’empilement antéchronologique des archives et les systèmes de regroupement par mots-clefs ou tags favorisent la construction du sens. Empruntant ses atouts tant à la feuille « volante » qu’au carnet papier, le carnet de recherche numérique constitue par conséquent une médiation nouvelle entre le chercheur et sa réflexion, mais aussi entre le chercheur et sa communauté scientifique.

Écriture scientifique dite « 2.0 » et temporalité

30Ce dernier temps sera consacré à une réflexion à partir des citations évoquées plus haut sur les carnets de recherche, faisant valoir une « écriture en cours de réflexion », et des billets qui « restent provisoires ». À travers ces remarques s’exprime de la part des chercheurs, en creux, une certaine insatisfaction quant au formalisme de l’écriture scientifique. Au-delà, percent des enjeux plus profonds qui renvoient aux composantes intrinsèques de l’écriture sur le web.

Le fantasme d’une écriture sans trace, sans mémoire

31Les billets précités expriment le fantasme d’une écriture non figée, sans trace, et au-delà, sans mémoire, dès lors qu’ils peuvent se substituer les uns aux autres et que le dernier billet publié corrige, rectifie, amende les précédents. L’idée de billets « provisoires » renvoie à la possibilité de revenir sur ce qui a été écrit, de reformuler la pensée, d’invalider des hypothèses. En d’autres termes, c’est le leurre d’une non-écriture qui est exprimé, d’une écriture sans inscription. Or l’écriture est par essence mise en mémoire — c’est du reste bien ce que lui reprochait Socrate dans le Phèdre, en ce qu’elle pouvait ainsi pousser les hommes à devenir oublieux.

32On retrouve en outre là un imaginaire associé au web et à Internet, fondé sur les notions de virtuel et de dématérialisation, que le « cloud computing » tend à réactiver encore. Or, il s’agit moins d’une dématérialisation des formes et des écrits que d’une rematérialisation (Chartier, 2008), voire d’une « matérialité au carré » (Jeanneret, 2007, 161) qui se joue dans ce passage d’un support à l’autre. Dans l’espace numérique, les médiations techniques ne disparaissent pas, bien au contraire, elles s’incarnent autrement, sous d’autres formes, qui renvoient à des enjeux de pouvoir fort que quelques acteurs techniques se disputent.

33Cette écriture « en cours » chantée par les carnetiers semble ignorer précisément le fonctionnement des médiations techniques qui sous-tendent le web. Un acteur majeur comme le moteur de recherche Google ne scinde pas les résultats d’une requête entre ceux qui seraient provisoires et ceux qui sont définitifs : il les lisse tous, en les mettant sur le même plan, sous la forme d’une liste. Ainsi « les frontières se brouillent entre billet de blog et article académique, qui peuvent proposer le même contenu et sont traités indifféremment par les moteurs de recherche Internet [...] » (Blanchard, 2010, 159). Bien plus, la mémoire des moteurs de recherche est nettement plus étendue que la nôtre dans la mesure où ils archivent et référencent tous les écrits (articles, billets, commentaires, tags, photos, etc.), quelles que soient leur valeur, leur nature et leur portée. Le principe de mémoire sélective disparaît pour tous ces dispositifs et acteurs du web, du moins sur le plan technique, puisque tout est archivé (Hoog, 2009).

34Enfin, loin d’être désincarnée et dématérialisée, cette écriture est néanmoins inscrite sur un support, fût-ce un « nuage » comme nous le laisse entendre l’expression en vogue de « cloud computing », expression d’autant plus trompeuse qu’elle rend les traces encore plus éthérées, vaporeuses. Or, se joue là, entre autres, l’enjeu du contrôle final des données et de leur propriétaire juridique. Ainsi que l’écrit Milad Doueihi, « en se libérant du poste fixe, l’utilisateur cède en grande partie le contrôle sur ses données, ses textes et autres contenus au fournisseur » (Doueihi, 2011, 108). Songeons à nos propres pratiques d’écriture scientifique collective, qui s’appuient parfois sur un « Google doc » pour partager le même texte et l’enrichir à plusieurs en même temps. Dès lors que ces textes demeurent sur le web, ils sont peu ou prou la propriété de Google !

Temporalité d’Internet et déplacement de la valeur

35Dans la grande entreprise d’archivage des informations circulant sur le web, le rapport à la temporalité, et notamment au moment présent, devient indice de valeur. Le temps est en effet le principal ordonnateur des résultats d’une requête sur Google puisque le plus récent apparaît en premier selon l’ordre antéchronologique. Au-delà du cas des moteurs de recherche, dans « l’économétrie » plus globale du numérique (Doueihi, 2011, 52), le temps apparaît comme l’étalon à l’aune duquel est attribuée de la valeur. Là où les carnetiers appellent de leurs voeux une écriture non définitive, une scription transitoire, les médiations techniques du web — et les architextes au premier chef — promeuvent la date de publication du billet comme valeur en soi, indépendamment de la qualité de son contenu. Un dispositif spécifique de scription tel que le réseau social Facebook dans sa dernière version - organisée sous forme de « Journal » ou « Timeline » - est l’archétype de cette attention portée à l’actualité et au temps court. Ce sont les traces d’activité les plus récentes de chaque utilisateur qui sont mises en exergue. Si l’architexte Facebook archive les traces, il se donne l’alibi du stock en hypertrophiant le flux (Deseilligny, 2012), dans un processus qui est commun du reste à l’ensemble de la sphère médiatique.

36Dans une approche différente, l’écriture scientifique a toujours été attachée à une date, celle de la publication de l’article ou de l’ouvrage, qui fonctionne comme référent dans la chronologie associée au traitement de chaque question par la communauté scientifique. Dans l’univers numérique, la date qui est liée à chaque billet renvoie à l’architexte du blog et aux formes culturelles dont il hérite et qu’il promeut. Mais celles-ci ne se situent pas dans le champ scientifique, dans la mesure où elles dérivent de l’écriture de soi (Deseilligny, 2011). On constate ainsi un déplacement de la valeur de la date dans l’écriture de carnet de recherche, qui ne réfère plus à une forme de validation par les pairs, mais à des pratiques scripturaires renvoyant à des formes plus anciennes d’écriture ordinaire et personnelle, mais aussi au renouvellement des repères ordonnant les pratiques d’écriture dans l’environnement numérique.

Prescription des formes et formes de la prescription

37Du papier au carnet de recherche numérique, les supports de l’écriture scientifique représentent chacun un environnement matériel et formel spécifique qui déplie ses routines, ses atouts, et qui constitue un moment spécifique de la recherche. Si la matérialité du carnet papier apparaît comme plus tangible que celle de son avatar numérique, nous avons tenté de montrer que de multiples médiations, contraintes et enjeux sont constitutifs de chaque dispositif. D’un support à l’autre, ce sont autant de formes et de formats qui sont prescrits par le dispositif et les usages : de l’écriture très normée d’articles dans certaines disciplines au carnet de recherche numérique, il n’est pas certain que le scripteur gagne en liberté. La médiation technique est parfois plus contraignante que les usages académiques, mais au-delà, la dimension symbolique de la réception agit en retour sur l’écriture elle-même et sur l’activité du chercheur.

38D’autres formes de contraintes s’exercent en effet à l’endroit de l’écriture de carnet de recherche, et renvoient aux usages plus « grand public » des blogs. L’écriture de carnet de recherche, comme celle des blogs, espère des lecteurs et, plus encore, des commentaires. Les carnetiers le reconnaissent : ils sont un peu déçus lorsque leurs billets ne sont pas commentés, car ce sont aussi les retours des lecteurs qui portent l’écriture et lui permettent de se préciser, d’avancer. Cette injonction à l’écriture par les pratiques de rédaction de blog désormais bien installées est un invariant de cette activité, quel que soit le contenu donné à lire. Elle illustre en effet bien la nature intrinsèquement transitive de ces dispositifs d’écriture, dont la durée de vie est parfois courte lorsqu’ils ne rencontrent pas le suffrage des lecteurs et ne comportent que quelques commentaires. Dès lors, on peut se demander si les écrits scientifiques formels et institutionnalisés n’ont pas, en dépit d’autres contingences et contraintes, une pérennité plus marquée que les carnets de recherche dont la trace perdure malgré tout sur le web, une fois la recherche (thèse, contrat, recherche ponctuelle) terminée et les hypothèses modifiées.

Haut de page

Bibliographie

Angé C., Deseilligny O., 2012, « L’écriture inspirée des homo viator contemporains », Communication & Langages, n° 174, décembre, 41-54.

Angé C., 2005, La question du sens : écrire et lire le fragment. Du texte à l’hypertexte, Univ. Paris 13.

Barthes R., 1975, Roland Barthes par Roland Barthes, Paris, Seuil, coll. Ecrivains de toujours.

Bassy A.-M., 1985, « Machines à écrire : machines à séduire ou machines à détruire ? », in Ecritures II, textes réunis par A.-M. Christin, éditions Le Sycomore, 367-379.

Blanchard A., 2010, « Ce que le blog apporte à la recherche », in Dacos M., dir., Read/Write Book , Marseille, Cléo, coll. Édition électronique, 157-166, <http://press.openedition.org/172> (page consultée le 30 novembre 2012).

Becker H.S., 2004., Ecrire les sciences sociales, Paris, Economica.

Chartier R., 2008, « Le livre : son passé, son avenir ». Entretien avec Roger Chartier, par Ivan Jablonka, La vie des idées.fr, <http://www.laviedesidees.fr/Le-livre-son-passe-son-avenir.html>.

Chartier R., 1991, « Textes, formes, interprétations », in McKenzie D.F., dir., La bibliographie et la sociologie des textes, éd. Du Cercle de la Librairie.

Derrida J., 2001, « Entre le corps écrivant et l’écriture… ». Entretien avec Daniel Ferrer, Genesis, 17, 2001, 59-72.

Derrida J., 1996, « Entretien avec Jacques Derrida sur le « traitement de texte » », La Quinzaine Littéraire, n° 698, août, 4-7.

Deseilligny O., 2012, « La mémoire appareillée : dispositifs numériques et écriture de soi », essachess, Journal for Communication Studies, vol. 5 , n° 2 (10), 2012, <http://www.essachess.com/index.php/jcs/article/view/170> (page consultée le 26 avril 2013).

Deseilligny O., 2011, « Maulpoix.net : dans l’intimité de l’écriture poétique », Genesis, n° 32, 119-128.

Deseilligny O., 2010, « Le blog intime au croisement des genres de l’écriture de soi », in Les blogs : écritures d’un nouveau genre ?, Couleau C., Hellégouarc’h P., dir., Itinéraires. Littérature, textes, cultures, L’Harmattan, 2, 73-82.

Deseilligny O., 2006, « L’écriture de soi, continuités et mutations. Du cahier aux journaux personnels sur le web (1998-2003) », thèse de doctorat soutenue le 31 mai 2006, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Doueihi, M., 2011, Pour un humanisme numérique, Paris, Le Seuil, coll. La librairie du xxie s.

Ertzscheid O., 2012, « Science 2.0 : renouveau de la recherche et/ou de l’échange scientifique ? », Affordance.info, 1er mai 2012, <http://affordance.typepad.com/mon_weblog/ 2012/05/science-20-renouveau-recherche-echange-scientifique.html> (page consultée le 30 novembre 2012).

Foucault M., 1983, « L’écriture de soi », Corps écrit, 5, repris dans Dits et écrits II, 1976-1988, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 1234-1249.

Hay L., 1989, « L’écrit et l’imprimé », in Hay L., dir., De la lettre au livre. Sémiotique des manuscrits littéraires, Paris, éditions du cnrs, 7-34.

Hoog E., 2009, Mémoire année 0, Paris, Le Seuil.

Jeanne-Perrier V., 2006, « Des outils d’écriture aux pouvoirs exorbitants ? », Réseaux 3, n° 137, 97-131.

Jeanneret Y., 2007, Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ?, Presses universitaires du Septentrion, Lille.

Jeanneret Y., Souchier E., 2000, « Pour une poétique de l’écrit d’écran », Xoana, n° 6, Jean-Michel Place, Paris, 97-107.

Latour B., 1985, « Les « vues » de l’esprit », Culture technique, n° 14, « Les « vues de l’esprit, 4-30.

Le Deuff O., 2010, « Quelles mnémotechniques pour Internet ? », mei 32, décembre, Paris, L’Harmattan, 41-51.

Rambures J.-L. de, 1978, Comment travaillent les écrivains, Flammarion, Paris.

Souchier E., 2012, « La « lettrure » à l’écran. Lire et écrire au regard des médias informatisés », Communication & langages, n° 174, décembre, 85-108.

Souchier E., Jeanneret Y., Le Marec J., dir., 2003, Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Bibliothèque Publique d’Information, coll. Études et recherche.

Souchier E., 1998, « L’image du texte, pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les Cahiers de Médiologie, n° 6, Paris, Gallimard, 137-145.

Souchier E., 1998, Lire & écrire : éditer – des manuscrits aux écrans – autour de l’oeuvre de Raymond Queneau, Habilitation à diriger des recherches, Université Paris 7.

Tardy C., Hamard J., Jeanneret Y., 2007, « L’empreinte sociale d’un outil d’écriture : PowerPoint chez les consultants », in C. Tardy, Y. Jeanneret, dir., L’écriture des médias informatisés : espaces de pratiques, Paris, Hermès Sciences-Lavoisier, coll. Systèmes d’information et organisations documentaires, 141-171.

Tisseron S., 1995, « Fonctions du corps et du geste dans le travail d’écriture », Genesis, n° 8, Psychanalyse, 37-49.

Viollet V., 1996, « Écriture mécanique, espaces de frappe. Quelques préalables à une sémiologie du dactylogramme », Genesis, n° 10, 196-207.

Haut de page

Notes

1 Cité par Viollet, 1996, 198.

2 Heidegger, Qu’appelle-t-on penser ?, puf, 1959, 89-90, cité par Angé, 2005, 68.

3 <http://www.maulpoix.net/>

4 Le succès actuel des carnets de la marque Moleskine en librairie et papeterie est sans doute lié à un marketing efficace fondé sur la reconstruction de pratiques scripturaires des écrivains tels Bruce Chatwin dans une approche mythologique et stratégique. « Ce n’est donc pas un hasard si la stratégie de Moleskine consiste, depuis des années, à vouloir se positionner comme une marque de luxe. Et à y parvenir, quitte à faire parler les morts, sans vergogne, en se référant à la mémoire de Vincent Van Gogh, Pablo Picasso ou Ernest Hemingway, qui ne sont plus là depuis longtemps pour démentir avoir jamais utilisé ces petits carnets. ». Voir l’article du Monde, « Moleskine, et ses petits cahiers chics, en Bourse », Nicole Vulser, 3 avril 2013. Mais au-delà de la démarche commerciale de la marque Moleskine, l’utilisation du carnet par les écrivains et les artistes renvoie au besoin profond de prendre des notes à la volée, sur un support nomade, léger, et qui ne risque pas de manquer de batterie.

5 <http://maisondescarnets.hypotheses.org/a-propos>

6 Antoine Blanchard est président de l’association C@fetiers des sciences qui milite pour promouvoir et faire connaître les blogs scientifiques. http://www.enroweb.com/blogsciences/index.php?a-propos

7 Espaces réflexifs, <http://reflexivites.hypotheses.org/>

8 <http://reflexivites.hypotheses.org/641>

9 Docteur en sciences de l’information et de la communication dans l’équipe C2So du Centre Norbert Elias et co-responsable du laboratoire Junior interdisciplinaire « Enquête sur l’homme vivant » de l’ENS de Lyon, elle a soutenu sa thèse sous la direction de Joëlle Le Marec en septembre 2012 : « Parcours de chercheurs. De la pratique de recherche à un discours sur la science : quel rapport identitaire et culturel aux sciences ? ». http://infusoir.hypotheses.org/qui-suis-je.

10 Espaces réflexifs, http://reflexivites.hypotheses.org/575, commentaire au billet du 11 février 2012.

11 <http://reflexivites.hypotheses.org/316>, billet du 4 février 2012.

12 Agrégée de Philosophie, Julie Henry est actuellement en thèse au Centre d’études en rhétorique, philosophie et histoire des idées (Institut d’Histoire de la Pensée Classique) sous la direction de P.-F. Moreau.

13 À cet égard, les titres des carnets signifient cet acte de mise à distance tout en l’appelant de manière performative : « espaces réflexifs », « infusoir ».

14 http://fr.hypotheses.org/a-propos/conseil-scientifique. Rappelons que la plateforme Hypothèses.org est hébergée par le portail OpenEdition, développé par le Cléo, un centre associant le CNRS, l’université d’Aix-Marseille, l’ehess et l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oriane Deseilligny, « Matérialités de l’écriture : le chercheur et ses outils, du papier à l’écran », Sciences de la société, 89 | 2013, 38-53.

Référence électronique

Oriane Deseilligny, « Matérialités de l’écriture : le chercheur et ses outils, du papier à l’écran », Sciences de la société [En ligne], 89 | 2013, mis en ligne le 20 juin 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://sds.revues.org/224 ; DOI : 10.4000/sds.224

Haut de page

Auteur

Oriane Deseilligny

mcf en Sciences de l’information et de la communication,
Université Paris-Sorbonne ; gripic
Oriane.deseilligny@iutv.univ-paris13.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org