Navigation – Plan du site

Genre et médias : vers un état des lieux

Marlène Coulomb-Gully
p. 3-13

Texte intégral

Le sexe des médias
N’a rien à voir avec celui des anges

  • 1 Dans tout ce dossier, d’un commun accord avec l’ensemble de ses contributrices, nous convenons d’or (...)
  • 2 Je remercie Marie-JosephBertini, Isabelle Garcin-Marrou et Cécile Méadel pour leur relecture attent (...)

1Les féministes de n’y sont pas trompées qui dès les années soixante, ont montré du doigt « les médias », dénonçant leur conservatisme et pointant leur responsabilité dans le maintien des femmes dans des jeux de rôle convenus confortant la domination masculine et la société patriarcale. Les magazines féminins et la publicité constituèrent la cible prioritaire de ces études (Sullerot, 1966 ; Dardigna, 1974 et 1978 ; Friedan, 1963 aux Etats-Unis). Dans la continuité du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, ces féministes rappellent qu’«  on ne naît pas femme » mais qu’«  on le devient » et soulignent l’importance des instances de socialisation dans ce travail de formatage, dans cette « fabrique du Genre1 » dirait-on aujourd’hui2.

  • 3 Nous empruntons au Petit Robert une définition des médias à la fois large et basique  : «  Moyen de (...)

2Cinquante ans plus tard, où en est-on ? Si l’étau des assignations genrées s’est desserré – en témoignent une plus grande égalité entre hommes et femmes, tout au moins en Occident, et une redéfinition plus large des sexualités –, la place et le rôle des médias dans la société se sont accrus3. A l’instar des tribunaux ou des écoles, les médias relèvent des « technologies du pouvoir » dont parle Foucault, et participent plus que jamais des processus de socialisation genrée. Prolongeant la réflexion de Foucault, Teresa de Lauretis parle à leur propos de «  technologies de genre » (de Lauretis, 2007).

3Par ailleurs, la focale resserrée sur les seules femmes dans les travaux évo­qués plus haut s’est élargie. Il s’agit désormais de prendre en compte la repré­sen­tation des femmes et des hommes dans les médias, mais aussi d’inter­roger plus largement l’articulation du masculin et du féminin. Le bénéfice par rapport à la formulation initiale est double. D’une part, l’intégration des hommes dans les travaux sur le Genre a permis de révéler la fausse neutralité qui tendait à faire croire que seul le féminin était un construit, et à considérer les femmes comme « spécifiques » quand les hommes étaient la norme. D’autre part, l’utilisation des notions de « masculin » et de « féminin » désarrimés du binôme hommes/ femmes – le féminin n’étant pas plus l’exclusivité des fem­mes que le masculin n’est celui des hommes – a permis d’intégrer l’ensem­ble des sexualités (« lgbt » : lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) dans la réfle­xion. L’emploi du mot « Genre » rend compte de ces mutations. Rappe­lons en effet les trois principes au fondement de ce concept (Béréni et al., 2008) : la dénaturalisation du social, corollaire de la perspective anti-essen­tia­liste qui préside à la définition des sexes ; l’approche relationnelle des sexes et le dépassement de la binarité hommes-femmes ; et l’inscription du Genre dans un ensemble complexe de rapports de pouvoirs (« race », classe, âge…).

Les travaux français sur le Genre et les médias : fragmenta­tion et éparpillement

  • 4 «  Dans cet essor qui demeure précaire, la question femmes/médias occupe une place extrêmement marg (...)

4La France se caractérise par un déficit de travaux scientifiques sur la question du Genre et des médias. Le constat a été fait à maintes reprises, de la faiblesse et de la fragmentation des études universitaires dans ce champ (Rieffel, 2003 ; Mattelart, 2003 ; Darras 2004 ; Brun, 2009 ; Damian-Gaillard, Frisque, Saïtta, 2010, etc.4).

  • 5 Il s’agit de deux articles de Michèle Mattelart.

5Engagées dans la foulée des Cultural Studies ou dans des espaces plus réceptifs à la pensée et à l’action féministes, les recherches sur le Genre et les médias sont largement développées dans les pays scandinaves, dans le monde anglo-saxon et dans certaines régions d’Amérique latine. En témoigne la notoriété des travaux, déjà anciens, menés dans la tradition de l’Ecole de Birmingham comme dans la filiation des recherches d’un Jesus Martin Barbero sur les telenovelas, qui font du Genre une variable à part entière (Morley, 1992 ; Radway, 2000, etc.). Rappelons que sur les600 références bibliographiques de l’introduction que Carolyn Byerly et Karen Roos consacrent aux publications sur ce thème, seules deux d’entre elles sont françaises (Byerly et Ross, 2006)5. Un dernier exemple permettra de prendre la mesure des dynamiques différentes selon les pays : les derniers mois ont vu paraître deux sommes sur cette question au seul Royaume-Uni, avec l’ouvrage de plus de 600 pages de Karen Ross (Ross, 2011) et celui de plus de 700 pages de Mary Celeste Kearney (Kearney, 2011). Aucune synthèse sur le Genre et les médias n’existe à ce jour en français.

6Sans comparaison avec l’importance des recherches menées à l’étranger, les travaux universitaires français existent néanmoins. Tentons d’en esquisser une brève présentation, en dépit des risques d’oubli inhérents à l’entreprise et que toutes les précautions d’usage sur l’absence de prétention à l’exhaustivité ne compensent probablement pas. Par ailleurs, mon positionnement en Scien­ces de l’Information et de la Communication me rend évidemment plus sensi­ble aux études menées dans cetteinter discipline. Enfin, plus que des articles indi­vi­duels, nous évoquerons en priorité les ouvrages et les revues intégrale­mentconsacrés à ce thème et tenterons d’identifier des lieux actifs sur cette problématique.

  • 6 Sur le rôle et le positionnement des éditeurs s’agissant des travaux sur les femmes et le Genre, vo (...)
  • 7 Voir aussi les travaux de Kleinert, 2001 ou de Vincent, 2004. Sur l’histoire des journalistes femme (...)

7Soulignons d’entrée de jeu que les Sciences de l’Information et de la Communication (sic), pour lesquelles les médias constituent un objet d’analyse privilégié, sont longtemps restées à l’écart de ce questionnement sur le Genre (Coulomb-Gully, 2009 et 2010 ; Bertini, 2006 et 2010 ; Bourcier, 2006). Les sociologues et en particulier les sociologues du Genre, des médias et de la culture, mais aussi les politologues et les historien-ne-s ont apporté une contribution majeure à cette réflexion. Citons tout d’abord, bien qu’il s’agisse pour le premier d’un rapport plus que d’une recherche en tant que telle, l’ouvrage collectif dirigé par Evelyne Serdjénian (1997), puis celui de Myriam El Yamani (1998), tous deux publiés aux éditions L’Harmattan, dont plusieurs collections sont spécialisées sur le Genre6. Les travaux de Sylvie Durrer (Durrer, 2000, 2001) s’intéressent à la presse contemporaine, tandis que d’autres portent sur des thématiques plus ciblées : la médiatisation de la journée internationale des femmes (Sciences de la Société, 70/2007), le rôle des médias dans la représentation des femmes politiques (Mots, 90/2009 ; Bertini, 2002), etc. Après les travaux pionniers d’Erving Goffman (Goffman, 1973), les magazines, notamment féminins, et la publicité restent un terrain d’analyse privilégié pour le Genre (Giet, 2005 ; voir aussi le groupe de recherche animé par Claire Blandin et Jamil Dakhlia sur la presse magazine). La perspective historique n’est pas absente de cette réflexion sur Genre et médias, comme en témoignent plusieurs publications récentes (Le Temps des Médias, 12/2009 ; Eck et Blandin, 2010), ou encore le programme de recherche mené par Marie-Eve Thérenty et Christine Planté sur le Genre et la presse auxixe siècle7. Le journalisme constitue d’ailleurs un secteur d’investigation particulièrement dynamique, dont les travaux menés au sein du crape sont un bon exemple (Neveu, 2000 ; Frisque et al., 2010).

8Bien qu’ils apparaissent moins développés que les champs précédemment mentionnés, l’usage genré des technologies et la question de la réception sont aussi objets d’investigations, qu’il s’agisse des usages du téléphone (Réseaux, 18/2000), de l’Internet (Jouët, 2003), des jeux vidéo (Grellier, 2007 ; voir aussi le colloque de juin 2012 organisé par l’iufm–Université de Lyon1) ou de la réception des quotidiens (Debras, 2003). Mais cette question relevant de la sociologie des usages ou plus exactement du « paradigme des usages » mériterait d’être largement approfondie.

9Le cinéma et la littérature constituent des objets de recherche traditionnels à l’université et ont donné lieu à de nombreux travaux, souvent restreints à la seule prise en compte de « la représentation des femmes » (Krakovitch, Sellier, 2001 ; Krakovitch, Sellier, Viennot, 2001). Une place particulière doit être faite aux recherches menées dans le cadre des « médiacultures » (Maigret et Macé, 2005 ; Macé, 2006). Inscrites dans la filiation des Cultural Studies, longtemps marginalisées en France (mei, 2006), et des travaux pionniers du philosophe Edgar Morin sur la culture, ces recherches présentent le double avantage d’intégrer une pensée du Genre qui dépasse la binarité hommes/ femmes et de s’articuler à l’ensemble des rapports de domination, le concept de Genre étant ainsi utilisé dans tout son potentiel critique. Parallèlement, se trouvent pris en compte des « objets » culturels longtemps peu étudiés. Si les études sur les séries télé ou les polars sont aujourd’hui nombreuses (MédiaMorphoses, 2007 ; Beylot et Sellier, 2006), le « dirtyoutside world » regorge de « mauvais objets » à explorer, de Madonna au corset, en passant par le magazine Play Boy (Bourcier 2006 et hors hexagone, Gaunlett 2008, par exemple). Soulignons enfin le rôle des jeunes chercheurs (qui sont le plus souvent des chercheuses), très dynamiques dans ce secteur du Genre et des médias, et très présentes dans ce dossier de Sciences de la Société.

10Portant sur des objets d’investigation divers et inscrits dans des traditions de recherche différentes pour ce qui est des ancrages théoriques et épistémo­lo­gi­ques comme des méthodes mises en œuvre, le nombre et la variété appa­rents des travaux mentionnés ne doivent pas faire illusion : le champ reste largement à construire. Trop souvent focalisées sur les seules femmes, les recherches doivent travailler à une meilleure articulation du masculin et du féminin, dans un dépassement de la binarité hommes/femmes et prendre en compte les rapports de domination dans toute leur complexité (genrée, sociale et raciale en particulier). Les travaux sur les usages et la réception doivent aussi être développés et le caractère genré des conditions de production être plus systématiquement intégré à la réflexion, la réflexivité au fondement des études de Genre étant le premier axiome de toute recherche, dans ce champ comme ailleurs.

L’effet stimulateur de la « société civile »

11Sous l’expression peu satisfaisante de «  société civile », nous voulons identifier les travaux menés hors du contexte scientifique stricto sensu, et dont la dimension axiologique est première. L’importance des enjeux politiques et sociaux liés au Genre pour le quotidien des individus, explique l’investissement d’acteurs politiques ou associatifs et le fréquent recours aux «  experts » dans ce champ de réflexion. Nous avons donc souhaité intégrer ces travaux à cet état des lieux. Si les études menées dans les deux champs diffèrent dans leur finalité (axiologique et de changement de la société pour les unes ; scientifique et d’accumulation de savoir pour les autres), l’étanchéité des frontières entre ces mondes est à relativiser, la pluri-appartenance des acteurs étant l’une des caractéristiques du domaine : un-e universitaire peut aussi être militant-e et requis-e comme expert-e selon les heures de la journée et les périodes de sa vie. Ce dossier de Sciences de la Société, issu d’une recherche menée dans le cadre d’une expertise pour le compte du gmmp, en est le meilleur exemple.

  • 8 On se rappelle en particulier le prix «  Macho  » qui épingle les publicités usant de stéréotypes s (...)
  • 9 Le dossier de Médiacritique(s) de janvier 2012 porte précisément sur ce point  : «  Sexisme médiati (...)
  • 10 Voir Barré, 1999.
  • 11 Voir en particulier l’association canadienne Education-médias (http://www.media-awareness.ca).

12Après les études pionnières des années soixante mentionnées plus haut et por­tant principalement sur la presse féminine et la publicité, il faut attendre les années quatre-vingt-dix pour que se manifeste un regain d’intérêt pour cette question, dans un contexte scientifique, politique et idéologique totale­ment différent. Les mutations du féminisme et de la gauche après l’expérien­ce gouvernementale des socialistes, la réflexion autour de la parité politique, la pression des organismes internationaux (Parlement européen, onu, etc.) pour mettre à l’agenda les questions liées au Genre et, sur un tout autre plan, la « redécouverte » des Cultural studies et, dans leur sillage, des Gender­studies, expliquent ces changements.Mentionnons tout d’abord le travail de veille exercé par des associations comme Les Chiennes de Garde ou La Meute8, une association comme MédiaG étant quant à elle plus sensible à la représentation des homosexuel-le-s. Dans son travail plus global sur les médias, l’association Acrimed traque aussi, le cas échéant, les représentations sexistes9, de même que l’Association des femmes journalistes – l’afj –, qui publie des études et décerne des prix destinés à valoriser les productions journa­listiques non sexistes (voir l’interview de la présidente de l’afj dans ce dossier)10. De leur côté, les associations d’éducation aux médias dont l’objec­tif est de promouvoir la formation critique des jeunes, portent une grande atten­tion à la représentation du Genre. Très dynamique au Canada et en Euro­pe du Nord11, ce courant existe aussi en France avec par exemple le clemi ou encore Genrimage, du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, spécialisé dans les représentations sexuées au cinéma et dans les médias audiovisuels.

  • 12 Ouvrons une parenthèse pour détailler ce pan important de la réflexion sur le Genre et de l’action (...)

13Les études commanditées par des organismes dont la vocation est de promou­voir l’égalité hommes-femmes constituent une autre source de savoirs. Soulignons le rôle majeur ici joué par les instances internationales comme le Parlement européen et l’onu, à l’origine des Conférences mondiales sur les femmes. La pression que celles-ci exercent sur les gouvernements a été décisive dans les mesures qui ont été prises en faveur de l’égalité entre les sexes en général et dans les médias en particulier12. Les travaux bien connus de Margaret Gallagher (Gallagher et von Euler, 1997 ; Gallagher 2000 ; Ziammou, 2000) mais aussi les rapports rédigés ultérieure­ment sous l’impulsion du ministère ou du secrétariat d’Etat des droits des femmes français ne sont pas dissociables de l’impulsion donnée par Beijing 95, qu’il s’agisse de travaux sur la publicité (Grésy et Péry, 2002) ou sur les médias en général (Reiser et Grésy 2008). Rappelons en outre que la fin des années quatre-vingt-dix correspond pour la France aux débats sur la parité politique, eux aussi à la source de nombreux travaux sur le Genre qui acquit de ce fait une visibilité probablement jamais atteinte dans l’espace public national.

« Médias : la fabrique du Genre » : généalogie d’un dossier thématique attendu

  • 13 Ont contribué à l’analyse du gmmp pour la France une quinzaine de personnes, qui se sont réparti l’ (...)

14A l’origine de ce dossier de Sciences de la Société, un travail mené dans le cadre du «  Global Media Monitoring Project » (gmmp), que nous proposons de traduire par « Observatoire mondial des médias sur le Genre ».Cet Obser­va­toire a pour objectif d’ausculter à intervalles réguliers la représenta­tion des hommes et des femmes dans les médias. En 2010, cette étude a été effectuée pour la France par un petit groupe de chercheuses qui, une fois les résultats produits et la synthèse publiée, a souhaité prolonger la réflexion engagée dans ce cadre. Les articles qui composent ce dossier sont le résultat de cette rencontre autour du projet du gmmp qu’il convient à présent de présenter, la plupart des présentes contributions y faisant référence13.

15L’idée de passer au crible les médias, un jour donné de l’année, dans le plus grand nombre de pays possible serait née en 1994, lors de la Conférence inter­nationale de Bangkok sur les femmes et la communication. L’ong canadienne MediaWatch et la World Association for Christian Communi­ca­tion (wacc) s’associent alors pour promouvoir le projet qui prend rapidement corps puis­que les résultats de cette première étude, portant sur 71 pays, sont pré­sentés lors de la conférence de Pékin de septembre 1995 (« Beijing 1995 »). Si la méthodologie – qui repose principalement sur une analyse de contenu quantitative – est améliorée à chaque édition, le protocole est globa­le­ment reconduit en 2000 et 2005, avec un nombre stable de pays participants (autour de 70) et des résultats remarquablement stables eux aussi : sur une période de 15 ans, la visibilité des femmes dans les médias d’information reste faible et les progrès quasi insignifiants : seuls 21 % des nouvelles traitent des femmes, que celles-ci soient sujet ou objet des nouvelles. Elles sont principalement représentées par des stars et des gens « ordinaires », rarement comme des « figures d’autorité » (expertes, par exemple), notent les conclusions de ces études (http://whomakesthenews.org).

16Les travaux du gmmp gagnent petit à petit en notoriété et, première étude sur le Genre et les médias dans le monde par l’importance du corpus mobilisé comme par sa dimension diachronique, ils comptent désormais parmi les références les plus citées sur ce thème. L’édition 2010 marque une nouvelle étape : avec 108 pays impliqués, la recherche couvre désormais 55 % des pays du monde totalisant 82 % de la population mondiale. L’Afrique, l’Asie, les Caraïbes, l’Europe, l’Amérique latine, le Moyen-Orient, l’Amérique du Nord et la région pacifique font l’objet d’un rapport. 1365 bulletins d’information diffusés à la radio, à la télévision, dans la presse et sur Internet, représentant 17 795 reportages mettant en scène 38 253 personnes et impliquant 20 769 journalistes sont analysés sous l’angle des « sexo-spécificités ». Au-delà des chiffres à donner le tournis, mais qui permettent de mesurer l’ampleur du corpus d’analyse, quelques résultats sont mis en avant par le gmmp : 76 % des personnes qui sont sujets ou objets des informations sont des hommes, et 24 % des femmes ; sur 5 experts interviewés, un seul est une femme ; et même lorsqu’il est question d’exprimer une opinion ou un témoignage personnel, les hommes restent massivement représentés. La référence à leur apparence physique, la mention de leur âge et de leur situation familiale et la tendance à les représenter en victimes caractérisent largement la représentation des femmes. La place des journalistes femmes dans les informations est quant à elle en constante augmentation, avec deux conséquences majeures : d’une part, les femmes sont plus présentes dans leurs reportages que dans ceux de leurs homologues masculins et d’autre part la représentation des femmes y est moins stéréotypée.

17En conclusion, le rapport mondial 2010 pointe une progression vers une manière « plus équitable de dépeindre le genre », en même temps que la lenteur de l’évolution. A titre indicatif, il rappelle qu’en 15 ans, la proportion de femmes représentées dans les nouvelles est passée de 17 à 24 % et que si elles constituaient 17 % des experts en 2005, elles ne sont jamais que 20 % en 2010. Le rapport rappelle que ce déficit de visibilité de la moitié de la population porte atteinte au pluralisme de l’expression et à la démocratie et souligne l’importance d’une représentation équilibrée du Genre pour un journalisme «  éthique », et ce au même titre que l’exigence «  /de/ vérité, /d’/équité et /d’/honnêteté » de l’information.

  • 14 Pour une présentation complète, voir sur le site du gmmp les résultats détaillés de l’enquête menée (...)

18L’étude pour la France confirme globalement les tendances de l’étude mondiale ici résumée14. Tout en rappelant la responsabilité des médias dans la construction de notre monde, nous concluions cette synthèse de la façon suivante : i) les médias sont constructivistes : ils ne retranscrivent pas fidèlement un monde qui existerait indépendamment d’eux, ils l’interprètent. Cette construction que les médias nous donnent ainsi à voir renvoie à leur vision du monde autant qu’à la réalité dont ils sont censés rendre compte ; ii) les médias sont «  hyperréalistes » : ils minorent les groupes socialement faibles (dont les femmes) et majorent ceux qui détiennent le pouvoir social (les hommes en particulier). Ce constat avait déjà été effectué par le sociologue Eric Macé à propos des programmes de télévision (Macé 2006) ; iii) les médias sont performatifs : prescriptifs autant que descriptifs, ils contribuent à la construction de notre réalité et renforcent la réalité de ce qu’ils montrent et occultent davantage encore celle qu’ils minorent.

19Ce dossier de Sciences de la Société poursuit la réflexion engagée dans le cadre du gmmp. L’article de Marlène Coulomb-Gully et Cécile Méadel pose la question des outils mobilisés dans ce type d’enquête, rappelant que les grilles d’analyse, les instruments de mesure et l’élaboration des catégories façonnent les résultats comme la formulation des questions. Reprenant également le vaste corpus du gmmp, Virginie Julliard et Aurélie Olivesi proposent une réflexion sur la notion de stéréotype de Genre qu’elles mettent en relation avec les conditions de production du discours journalistique. Marie-JosephBertini et Isabelle Garcin-Marrou s’interrogent sur le fonctionnement genré des médias à partir de l’analyse de deux « affaires » qui ont récemment défrayé la chronique : « l’affaire DSK », ici analysée sur Internet, et « l’affaire Courjault » (encore dite « des bébés congelés »). Un corpus de presse et des entretiens menés auprès des journalistes de sport permettent à Sandy Montanola de poser la question de la médiatisation des sportives de haut niveau. « La femme est le politique people typique » affirme quant à elle Eva-Marie Goepfert dans son analyse sur la presse people, tandis que Claire Blandin pointe les contradictions du magazine Elle dans son discours sur le travail des femmes au tournant des années 1960- 1970, si importantes dans leur émancipation. Nelly Quemener conclut son étude des sketches humoristiques télévisuels en soulignant la permanence d’une vision du monde androcentrée, en dépit de l’arrivée d’une nouvelle génération d’humoristes, parmi lesquels de nombreuses femmes. Un entretien de Nozha Smati avec Pascale Colisson, Présidente de l’Association des Femmes Journalistes, clôt ce dossier.

  • 15 Lancé en septembre 2009, le site des Nouvelles News (www.lesnouvellesnews.fr) se présente comme un (...)

20Un dernier mot : au terme de ce travail, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur ce que seraient, in fine, les caractéristiques discursives d’un média qui serait neutre sur le plan du Genre et équitable dans sa représentation. A quoi ressemblerait une langue différente du français d’aujourd’hui, caractérisé par un phallo-morphologisme et un phallo-syntaxisme qui ordonnent que tou­jours « le masculin l’emporte sur le féminin » ? Quelles seraient ces repré­sen­ta­tions qui, après qu’ait été introduit du jeu dans les assignations de Genre, permettraient la levée totale de la barre paradigmatique entre les sexes ? Si l’on a (encore) du mal à imaginer cette utopie communicationnelle, rappelons que des tentatives voient le jour. Ainsi par exemple des Nouvelles News, qui affichent la mixité comme principe, hommes et femmes étant solli­ci­tés à parité pour une information qui ambitionne de s’adresser aux unes comme aux autres15. Et en attendant que progresse dans l’ensemble de la société la réalité de rapports de sexes plus égalitaires, l’explicitation par les médias de leur rapport au travail du Genre est un préalable auquel cette publication comme les autres travaux menés sur ce thème souhaitent contribuer.

Haut de page

Bibliographie

Adler (L), 1979, À l’Aube du féminisme : les premières journalistes (1830-1850), Paris, Payot.

Barre (V.) et al., 1999, Dites-le avec des femmes. Le sexisme ordinaire dans les médias, CFD-AFJ, collection Médialibre.

Bereni (L.) et al., 2008, Introduction aux GenderStudies, Bruxelles, De Boeck.

Bertini (M.-J), 2002, Femmes, le pouvoir impossible, Paris, Pauvert.

Bertini (M.-J.), 2006, «  Un mode original d’appropriation des Cultural Studies : les Etudes de Genre appliquées aux Sciences de l’information et de la communication. Concept, théories, méthodes et enjeux », MEI, n° 24-25, 115-123.

Beylot (P.) et Sellier (P.), (dir.), 2004, Les séries policières, Paris, L’Harmattan.

Blandin (C.) et Méadel (C.), (dir.), 2009, «  La cause des femmes », Le Temps des Médias, n° 12.

Bonnafous (S.), Jouet (J.), Rieffel (R.), (dir, ), 2003, «  Une communication sexuée ? », Réseaux, n° 21-120.

Bourcier (M.-H), 2006, « Etudes culturelles et minorités indisciplines dans la France métropolitaine », MEI n° 24-25, 87-100. Et le document de travail publié en ligne sur cette même question le 28 janvier 2004 : «  Cultural Studies et politique de la discipline : talk dirty to me ! », consultable sur le site multitudes.samizdat.net/Cultural-studies-et-politiques-de

Brun (J.), (dir.), 2009, Interrelations femmes-médias dans l’Amérique française, Laval, PUL.

Byerly (C.), Ross (K.), 2006, Women and media. A critical introduction, USA, UK, Blackwell Publishing.

Coulomb-Gully (M.), Bonnafous (S.), dir, 2007, « Le 8 mars à la ‘Une’ – Femmes et médias : une comparaison internationale », Sciences de la Société, n° 70.

Coulomb-Gully (M.), 2009, «  Les Sciences de l’Information et de la communication : une discipline Genderblind ? », Questions de Communication, n° 15, 129-153.

Coulomb-Gully (M.), (dir.), 2009, «  Présidentielle 2007. Scènes de genre », Mots – Les langages du politique n° 90.

Coulomb-Gully (M.), 2010, «  Féminin-Masculin : questions pour les SIC », Questions de Communication 17, 169-193.

Damian-Gaillard (B.), Frisque (C.), Saitta (E.), 2010, «  Le journalisme «  au féminin » : dynamiques de spécialisation, enjeux organisationnels et traitement de l’information », inLe journalisme au féminin, Assignations, inventions, stratégies, PUR, Rennes, 11-45.

Dardigna (A.-M.), 1974, Femmes sur papier glacé, Paris, Maspéro.

Dardigna (A.-M.), 1978, La presse «  féminine ». Fonction idéologique, Paris, Maspéro.

Darras (E.), 2004, «  Les genres de la presse féminine. Éléments pour une sociologie politique de la presse féminine », in J.-B. Legavre, (dir.), La Presse écrite : objets délaissés, Paris, L’Harmattan, 271-288.

Darras (B.), (dir.), 2006, «  Etudes culturelles et Cultural Studies », MEI, n° 24/25.

Debras (S.), 2003, Lectrices au quotidien. Femmes et presse quotidienne : la dissention, Paris, L’Harmattan.

Durrer (S.), 2000, «  La presse romande est-elle sexiste ? Oui ! » Bulletin suisse de linguistique appliquée, n° 72, 107-123.

Durrer (S.), 2001, «  De quelques affinités génériques du billet », Semen, 13/2001, 163-185.

Eck (C.), Blandin (C.), (dir.), 2010, La vie des femmes – La presse féminine aux xixe et xxe siècles –, Paris, Editions Panthéon-Assas.

El Yamani (M.), 1998, Médias et féminismes, L’Harmattan, Paris.

Fleury (B), Walter (J.), (dir.), 2009, «  Penser le genre », Questions de communication, n° 15.

Friedan (B.), 1964, La femme mystifiée, Paris, Gonthier (1963 pour l’édition originale, Traduction d’Yvette Roudy).

Frisque (C.), Damian-Gaillard (B.) Saitta (E.), (dir), 2010, Le journalisme au féminin : assignations, inventions et stratégies, pur, Rennes.

Gallagher (M.), 2000, “Images of women in the media in France, Ireland and the United Kingdom”, inRégional Report from the State of the Art Study on Images of Women in the Media in the Framework of the Community Action Programme on Equal oppotunity for Women and Men (1996-2000).

Gallagher (M.), Eulen (M. von), 1997, L’emploi des femmes dans les médias : une histoire inachevée, Editions de l’unesco, (1995 pour le texte en anglais ).

Gaunlett (D.), 2008, Media, Gender and Identity, Routledge, New-York (2002 pour la 1èreédition).

Giet (S.), 2005, Soyez libres : c’est un ordre. Le corps dans la presse féminine et masculine, Paris, Autrement.

Goffman (E.), 1973 pour l’édition originale, 2002 pour la traduction française, L’arrangement des sexes, Paris, La Dispute.

Grellier (D.) «  Du joueur au personnage, sexuation des rôles dans les jeux de rôles en ligne massivement multijoueurs », consultable en ligne sur le site de l’OMNSH, www.omnsh.org (consulté le 11/02/2012).

Gresy (B.), Pery (N.), (dir.), 2002, L’image des femmes dans la publicité, Paris, La documentation française, collection rapports officiels, consultable sur le site de la Documentation française.

Jouet (J.), 2003, «  Technologies de communication et Genre », Réseaux, 120, 53-86.

Kearney (M.-C.), 2011, The Gender and Media Reader, Routledge, London.

Kleinert (A.-M.), 2001, Le Journal des dames et des modes ou la conquête de l’Europe féminine, Stuttgart, Thorbecke.

Krakovitch (O.), Sellier (G.), (dir.), 2001, L’exclusion des femmes – Masculinité et politique dans la culture au XXème siècle, Bruxelles, Editions Complexe.

Krakovitch (O.), Sellier (G.), Viennot (E.), (dir.), 2001, Femmes de pouvoir : mythes et réalités, Paris, L’Harmattan.

Lauretis (T. de), 2007, Théories queer et cultures populaires – De Foucault à Cronenberg, Traduction de M.-H. Bourcier et P. Molinier, Paris, La Dispute.

Le Garrec (E.), 1982, Séverine, une rebelle, Paris, Le Seuil.

Mace (E.), 2006, La société et son double – Une journée ordinaire de télévision, Paris, A. Colin.

Maigret (E.) et Mace (E.), 2005, Penser les médiacultures, Paris, A. Colin.

Mattelart (M.), 2003, «  Femmes et médias – Retour sur une problématique », Réseaux, n° 120, 22-51.

Médiacritique(s), 2012, «  Sexisme médiatique » (magazine de l’association Acrimed, n° 2.

MédiaMorphoses, 2007, «  Les raisons d’aimer…Les séries télé », in E. Maigret et G. Soulet, (dir.), hors série, janvier, INA.

Mnémosyne (Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre), 2007, «  L’histoire des femmes et du genre dans l’édition en France », Bulletin d’information n° 5.

Morley (D.), 1992, « La réception des travaux sur la réception. Retour sur le public de Nation Wide », Hermès 11-12, 31-46.

Neveu (E.), 2000, « Le genre du journalisme. Des ambivalences de la féminisation d’une profession », Politix 13/51, 179-212.

Quéré (L.) et Zbigniew (S.), (dir.), 2000, «  Le sexe du téléphone », Réseaux, n° 18.

Radway (J.), 2000, « Lectures ‘à l’eau de rose’ – Femmes, patriarcat et littérature populaire », Politix 51, 163-177.

Rieffel (R.), 2003, «  Présentation » du dossier «  Une communication sexuée ? » Réseaux, 21/120, 9-19.

Reiser (M.) et Gresby (B.), dir, 2008, Rapport sur l’image des femmes dans les médias, Paris, La documentation française 2008 ; téléchargeable sur le site de la Documentation française.

Ross (K.), 2011, The Handbook of Gender, Sex and Medias, London, Wiley-Blackwell.

Roberts (M.-L.), 1997, « Copie subversive : Le journalisme féministe en France à la fin du siècle dernier », Clio, n° 6.

Serdjenian (E.), dir, 1997, Femmes et médias, Paris, L’Harmattan.

Sullerot (E.), 1966, La presse féminine, Paris, A. Colin.

Van Zoonen (L.), 1994, Feminist Media Studies, London, Sage.

Vincent (M.), 2004, Le Mercure galant : présentation de la première revue féminine d’information et de culture (1672-1710), Paris, H. Champion.

Ziammou (T.), 2000, Les femmes font l’info : une brèche dans le « plafond de verre » ? Rapport sur l’initiative du 8 mars 2000, Unesco.

Haut de page

Notes

1 Dans tout ce dossier, d’un commun accord avec l’ensemble de ses contributrices, nous convenons d’ortho­gra­phier «  Genre  » avec une majuscule lorsque le terme est employé comme synonyme de «  rapports sociaux de sexe  », pour le distinguer de ses autres usages (le genre grammatical ou littéraire par exemple).

2 Je remercie Marie-JosephBertini, Isabelle Garcin-Marrou et Cécile Méadel pour leur relecture attentive de cette introduction.

3 Nous empruntons au Petit Robert une définition des médias à la fois large et basique  : «  Moyen de diffusion, de distribution ou de transmission de signaux porteurs de messages écrits, sonores, visuels (presse, cinéma, radio, etc.)  ». Spécifions quelques modalités, non exhaustives, du «  etc.  »  : affiche, livre, télévision et internet, qui constitue d’ailleurs moins «  un  » média  qu’un ensemble d’applications et de supports à caractère plus ou moins médiatique.

4 «  Dans cet essor qui demeure précaire, la question femmes/médias occupe une place extrêmement marginale  » note ainsi Michèle Mattelart à propos du développement des études de Genre en France (Mattelart in Réseaux 2003, p. 29 ) ; «  en France, (…) les travaux spécifiquement centrés sur les femmes et le journalisme sont rares et fragmentaires  » notent de leur côté les éditrices du Journalisme au féminin (Damian-Gaillard, Frisque, Saïtta, dir, 2010, p. 12). «  L’interrelation femmes-médias (…) est encore peu étudiée en France et dans les autres sociétés francophones européennes  », observe la québecoise Josette Brun (Brun, 2009, 2).

5 Il s’agit de deux articles de Michèle Mattelart.

6 Sur le rôle et le positionnement des éditeurs s’agissant des travaux sur les femmes et le Genre, voir le bulletin édité par l’Association Mnémosyne, «  pour le développement de l’histoire des femmes et du genre  », publié en octobre 2007 (Mnémosyne 2007).

7 Voir aussi les travaux de Kleinert, 2001 ou de Vincent, 2004. Sur l’histoire des journalistes femmes comme point d’entrée des travaux historiques sur la question, voir aussi Adler 1979  ; Le Garrec 1982  ; Roberts 1997.

8 On se rappelle en particulier le prix «  Macho  » qui épingle les publicités usant de stéréotypes sexistes et le prix «  Fémino  » qui récompense celles qui au contraire déconstruisent ces stéréotypes.

9 Le dossier de Médiacritique(s) de janvier 2012 porte précisément sur ce point  : «  Sexisme médiatique  ».

10 Voir Barré, 1999.

11 Voir en particulier l’association canadienne Education-médias (http://www.media-awareness.ca).

12 Ouvrons une parenthèse pour détailler ce pan important de la réflexion sur le Genre et de l’action institutionnelle en faveur des femmes en particulier. La première conférence de Mexico en 1975, qui a ouvert la décennie des Nations Unies pour les femmes (1975-1985), a conclu sur la nécessité de définir un programme mondial d’action ponctué de rendez-vous quinquennaux pour faire le point sur les progrès accomplis. C’est ainsi qu’eurent lieu les conférences de Copenhague en 1980 et de Nairobi en 1985, cette dernière clôturant la décennie avec le constat que les objectifs fixés en 1975 n’étaient pas atteints. La 4ème conférence mondiale connue sous le nom de «  Beijing 1995  » coïncide avec le cinquantième anniversaire de la Fondation des Nations Unies et s’achève par la «  déclaration de Pékin  », unique par son ampleur et l’importance des engagements pris par les Etats signataires, jamais aussi nombreux, qui s’accordèrent pour prendre en compte la dimension sexo-spécifique de toute action qu’ils engageraient. L’un des 12 points ratifiés mentionne spécifiquement la question des femmes et des médias  : c’est l’aboutissement d’un intense travail d’information sur cette question en particulier et le début d’importantes actions menées à l’échelle mondiale. Nous y reviendrons lorsque sera détaillée l’étude menée dans le cadre du «  Global Media Monitoring Project » (gmmp). Sur ce sujet, on peut aussi renvoyer au projet Millennia, lancé par l’institut belge Destrée et soutenu par l’Unesco, qui a pour vocation de soutenir les «  femmes actrices du développement  ».

13 Ont contribué à l’analyse du gmmp pour la France une quinzaine de personnes, qui se sont réparti l’observation de la télévision, de la radio et de la presse, Marlène Coulomb-Gully se chargeant de la coordination de l’ensemble. Il s’agit, pour la presse, de  : Isabelle Garcin-Marrou (responsable presse), Claire Blandin, Isabelle Hare, Virginie Julliard et Emilie Roche ; pour la radio : Cécile Méadel (responsable radio), Magali Grollier, Isabelle Guglielmone (ainsi que des étudiants de l’Université de technologie de Compiègne) ; pour la télévision  : Marlène Coulomb-Gully (responsable télévision), Pascale Colisson, Lorie Decung, Aurélie Olivesi, Nelly Quemener, Nozha Smati.

14 Pour une présentation complète, voir sur le site du gmmp les résultats détaillés de l’enquête menée pour la France  : http://whomakesthenews.org

Rappelons la liste des médias analysés en cette journée du 9 novembre 2009, dont le nombre est fixé par le gmmp en fonction de chaque pays, pour permettre une pondération à l’échelle mondiale  : Le Figaro, Le Monde, Libération, Le Parisien, Le Progrès, Ouest France, Elle et Marianne pour la presse  ;France Inter, RTL, Europe1, France Info, France Culture et Hit West (station régionale privéeà forte audience locale à Nantes ) pour la radio  ; TF1 (13h, 20h), M6 (le bulletin de 19h45), France 2 (20h) et France 3 (19-20) pour la télévision.

15 Lancé en septembre 2009, le site des Nouvelles News (www.lesnouvellesnews.fr) se présente comme un magazine d’information générale dont le contenu est de l’info partagée à 50/50 entre plumes de journalistes femmes et de journalistes hommes. « Nous donnons la parole aux femmes autant qu’aux hommes sur tous les sujets en s’adressant (sic) aux hommes autant qu’aux femmes », explique Isabelle Germain, fondatrice du site.
Citons aussi le site Egalité, qui moins que la parité en tant que telle, vise à rétablir l’équilibre d’une information jusqu’ici androcentrée en donnant toute leur place aux femmes  ; en effet, selon Caroline Flepp sa fondatrice, le site vise à créer un espace d’informationrendant visible l’actualité des femmes et des questions de Genre, très peu de médias existant sur ces thématiques. «  En intégrant l’analyse d’hommes et de femmes, il doit donner une dimension nouvelle à l’information et participer à la construction de l’égalité des chances  » est-il ainsi noté dans son préambule (www.egalite-infos.fr).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlène Coulomb-Gully, « Genre et médias : vers un état des lieux », Sciences de la société, 83 | 2011, 3-13.

Référence électronique

Marlène Coulomb-Gully, « Genre et médias : vers un état des lieux », Sciences de la société [En ligne], 83 | 2011, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://sds.revues.org/2113

Haut de page

Auteur

Marlène Coulomb-Gully

Professeure à l’Université Toulouse 2, lerass, Université de Toulouse, marlene.coulomb@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

  • Plombières et jardinières [Texte intégral]
    Résultats d’enquêtes et considérations méthodologiques sur la représentation du Genre dans les médias
    Paru dans Sciences de la société, 83 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org