Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Une utilisation du consommateur internaute au-delà des communautés de marque : le travail effectif des consommateurs ordinaires sur les réseaux sociaux

Alessandro Caliandro
p. 159-167

Résumé

Dans ce court essai théorique, la réflexion menée porte sur la façon dont les marques peuvent se servir du travail de consommateurs ordinaires, c'est-à-dire de consommateurs qui utilisent internet sporadiquement et qui ne font partie d’aucune communauté de marque. Elle s'attache en particulier à montrer comment ces consommateurs peuvent être conçus comme des travailleurs affectifs produisant de la valeur pour la marque, au moment où leurs interactions communicationnelles online sont capturées par certains dispositifs qu'ils créent eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Brand community en anglais est une communauté de spécialistes, géographiquement illimitée, et const (...)

1De nombreuses études sociologiques et marketing analysent comment les consommateurs internautes, qui font partie de communautés de marques1 ou sont impliqués dans des plates-formes de co-création (Muniz,O’Guinn, 2001 ; Vargo, Lusch, 2004; Arvidsson, 2006 ; Chesboroug, 2006 ; Zwick et al., 2008 ; Carù, Cova, 2011), sont utilisés par les marques afin de produire de la valeur gratuitement (Fuchs, 2010). Cependant, les chercheurs semblent être moins attentifs aux pratiques productives de ces usagers/consommateurs, disons « ordinaires », eux aussi récupérés par les marques en tant que créateurs de valeur. On définit l’usager/consommateur « ordinaire » comme un usager du web qui passe par les blogs, les forums et les réseaux sociaux spécialisés ou non qu'il fréquente, dans le but de se renseigner et de discuter sur certains biens de consommation, de services commerciaux ou de marques, afin de guider ses choix d’achat, et qui interagit de façon affectivement intense avec d'autres usagers, sans forcément développer avec ceux-ci des relations communautaires. Mais comment les marques peuvent employer les consommateurs s’ils se trouvent hors de leur contrôle direct, étant donné qu’ils ne sont intégrés dans aucune communauté de marque ? C'est ce que nous allons essayer de comprendre en introduisant les deux concepts de « bouche à oreille digital » et de « travail affectif ».

Réseaux sociaux, bouche à oreille et travail affectif

2Avec le développement et la diffusion exponentielle permise par les réseaux sociaux sur les cinq dernières années, Internet est devenu une partie intégrante des différents niveaux de la vie quotidienne des gens (Zhao, 2006 ; Rogers, 2012). Un de ces niveaux est assurément celui de la consommation, en tant qu’activité culturelle de la production de sens médiatisée par des objets et des expériences commerciales (Arnould, Thompson 2005), non exclusivement en tant que commerce électronique.

  • 2 Que l’on peut traduire par travail gratuit et spontané.

3Un des phénomènes les plus importants de la culture de la consommation de cette époque, non seulement pour les consommateurs-mêmes, mais aussi pour le marché globalement appréhendé, est l'apparition du « bouche à l’oreille digital » (Cova et al., 2007; Caiazzo et al., 2009 ; Rosen, 2009), que l'on définit comme un flux d’information et de sens produit par les consommateurs internautes, qui discutent librement de certains produits, marques ou services commerciaux. Ce système d’échanges communicationnels, qui se concentre principalement sur le réseau social, peut être assimilé à une activité de free labor2 (Terranova, 2000) en faveur des marques : celles-ci surveillent systématiquement le bouche à l’oreille digital afin de le convertir en des stratégies d'affaires et de réputation (Hearn, 2010). En termes purement sociologiques, le free labor des usagers/consommateurs peut être considéré comme une typologie de « travail immatériel » (Hardt, Negri, 2000), car il produit deux outputs typiquement immatériels tels que des informations, de la communication et de la connaissance, et ce que Lazzarato (1996) appelle un « surplus éthique », c'est-à-dire un lien social, un sens commun, un lien émotionnel où la création de la valeur est possible.

  • 3 L'analyse des sentiments ou des textes d'opinion renvoie à des applications de traitement du langag (...)

4Le surplus éthique est à son tour le produit de ce que Coleman (2008) appelle le « travail éthique ». Le travail éthique est la capacité d’un groupe social de gérer certains investissements affectifs, afin de créer le type de normes et de valeurs (nomos) fonctionnelles pour obtenir les objectifs requis par une situation contingente. En ce qui concerne la consommation productive online, le travail éthique peut être traduit sur le plan opérationnel à travers le concept de « travail affectif », qui se réfère à la théorie de Wissinger (2007). Cet auteur fait d’abord une nette distinction entre « affection » et « émotion » : l’affection est un flux vital indistinct (dynamis), tandis que les émotions représentent la forme sociale contingente où ce flux se fixe. Par conséquent, d’après Wissinger, le travail affectif est la capacité d’un group social à catalyser l’affectivité de ses membres, la fixer dans des formes contingentes (les émotions), et l’orienter vers des objectifs productifs spécifiques. Mais comment la notion de travail affectif peut-elle être appliquée aux échanges d’informations commerciales effectués par les usagers sur les réseaux sociaux ? Pour le comprendre, on doit introduire le concept de « Sentiment Analysis3 ».

La Sentiment Analysis comme catalyseur du travail affectif des consommateurs online

5Comme expliqué précédemment, en échangeant des opinions sur certaines marques, certains produits et services dans leurs interactions communicationnelles online, les consommateurs produisent et reproduisent deux ressources stratégiques pour les entreprises et les marques : information et réputation (Dellarocas, 2003). L’instrument de base pour capitaliser ces ressources est la Sentiment Analysis (Dave et al., 2003 ; Shulman, 2005 ; Pang, Less, 2008). La Sentiment Analysis est une procédure qui vise à capturer et à mesurer l’intensité affective que les usagers/consommateurs associent à une certaine marque. Cette intensité est sondée en surveillant comment une chaîne de textes mise en ligne sur Internet par un usager, évalue une marque ou un produit. Les opérations d’observation des consommateurs sont relayées par des plates-formes de listening device automatiques (par exemple Neilsenbuzzmetrics, Radian6, Blogmeter…), qui assignent aux contenus postés par les internautes des étiquettes sémantiques. Ces étiquettes sont bivalentes : elles associent une valeur (positive, négative, neutre) et un thème (fonctionnalité, prix, design…). La somme des évaluations individuelles compose le « sentiment » général associé à la marque ou au produit, qui est au cœur de l’analyse (Pang et al., 2002).

  • 4 Outils de veille, de révision et de comparaison de la réputation des marques en ligne et des médias (...)
  • 5 Ces logiciels parcourent le web pour en indexer le contenu selon un processus qui suit récursivemen (...)

6Ce travail spontané des usagers/consommateurs devient ainsi un « bouche à l’oreille digital », lui-même objectivé en « sentiment » qui peut, de façon cohérente, être conçu comme un travail affectif, dans la mesure où les consommateurs produisent une intensité affective indistincte, par exemple le désir d’exprimer une opinion, de créer un lien avec un autre usager, etc., que les marques et entreprises, agences de web marketing ou plates-formes de listening4 transforment en sentiment positif, négatif ou neutre. Au plan macro social, on peut donc observer comment la création de la valeur de la part de l’usager ordinaire devient un double procédé : i) qui s’explique au-delà de ses intentions et de sa conscience ; ii) qui résulte d’une activité collaborative établie avec des acteurs non-humains, des « actants » selon Latour (1999), c’est-à-dire des logiciels de crawling5 et des protocoles d’analyse et de catégorisation du « sentiment ». Au niveau macro social, on peut donc dire que le travail affectif des consommateurs internautes est de produire et de fournir une matière première aux marques et aux plates-formes de veille réputationnelle, cette matière première étant capitalisée et valorisée par l’affectivité, justement.

7Pour compléter par le niveau micro social, il faut décrire et comprendre les pratiques à travers lesquelles les consommateurs internautes produisent l’affectivité et le bouche à l’oreille. Pour ce faire, il faut tout d’abord réfléchir sur deux notions fondamentales de l’étude empirique des consommateurs internautes : la communauté et les néo-tribus.

Communauté internaute et espace néo-tribal : clarification conceptuelle

8Compte tenu de l’impact et du succès des études ethnographiques sur Internet (Kozinets, 2002 ; Nelson, Otnes, 2005 ; Füller, Jawecki, Mühlbacher, 2007; Kozinets, 2010 ; Bilgram, Bartl, Biel, 2011), on pense souvent que les consommateurs de la toile s’organisent en communautés, c’est-à-dire qu’ils fréquentent des sites spécifiques du web qu’ils dédient au culte d’un certaine marque. Cela mérite de préciser un premier problème d’ordre conceptuel. En raison de la fragmentation structurelle et de la fluidité du réseau, il est impossible que des communautés naissent ici puisque, d’un point de vue strictement sociologique, le terme « communauté » désigne une formation caractérisée par de nombreuses relations interpersonnelles et par un lien durable avec le territoire (Tönnies, 1887). Un second problème, plus pragmatique, s’ajoute au premier : toutes les marques n’ont pas la « chance » de voir se constituer autour d’elles, des communautés d’internautes. Dès lors, comme plusieurs chercheurs le soutiennent (Watt, Dodds, 2007; Ito, 2008 ; Marwick, Boyd, 2010), le consommateur internaute peut être envisagé, avec profit, comme un membre d’un vaste « public digital ». Plusieurs études empiriques montrent justement comment les activités des consommateurs online se traduisent principalement en formes d’agrégations éphémères et transitoires, où l’implication et l’interaction entre usagers ou entre usagers et marques, est minimale : poster un ou deux commentaires sur un blog, poser une question sur la qualité d’un produit sur un forum et ne plus s’y connecter, écrire ou cocher « j’aime » sur la page des fans d’une marque, etc. (Arvidsson, 2012).

9En réalité, le point méthodologique n’est donc pas d’identifier une communauté hypothétique, mais plutôt de définir objectivement un espace où ce public fragmenté et faiblement relié se situe, un espace où le consommateur entre et sort à son gré, selon le moment particulier dans sa vie et ses besoins de consommation (Gerken, 1994 ; Di Nallo, 1998). Afin d’identifier cet espace, on peut appliquer la maxime « follow the medium », du théoricien de la toile Rogers (2009), c’est-à-dire observer les pratiques qui permettent aux acteurs humains (usagers) et non-humains (tag cloud, crawler, systèmes ranking, link) d’organiser le milieu social où ils sont situés et interagissent. Pour faire cela les logiciels de crawling sont fort utiles. Après avoir établi des listes spécifiques de mots-clés (coca-cola, boissons, etc.), les crawlers donnent aux chercheurs les résultats suivants : le numéro du message posté qui contient cette liste, le domaine des sites où ces messages se concentrent davantage, la typologie médiale du site (forum, blog, réseau social), la typologie thématique du site (cuisine, politique, sport, etc.). Voici donc défini clairement et objectivement un champ topologique où un certain public se situe, et qui peut donc être étudié.

Solidarité sociale au-delà du partage d’opinions

10Au-delà du champ topologique où les interactions entre les consommateurs internautes ont matériellement lieu, il est aussi important de définir un champ discursif, c’est-à-dire l’espace où ces consommateurs produisent du sens. En fait, ce que l’on peut empiriquement observer sur la toile est la convergence de plusieurs flux communicationnels, plutôt que l’organisation des consommateurs autour des marques. Pour illustrer ce phénomène, le concept « d’espace tribal digital », évidemment inspiré de la notion de « néo-tribu » de consommation de Cova (2003) nous semble adapté : c’est un agrégat hétérogène dont les membres produisent des sentiments de solidarité sociale, des définitions identitaires et des mondes culturels transitoires à travers le partage d’intérêts de consommation communs (ibid.). L’espace tribal digital est davantage un espace de flux communicationnels d’où sort un certain discours de consommation (Hay, 1996 ; Castells, 2001 ; Kien, 2009), qu’un ensemble d’individus. Ce discours digital présente les quatre caractéristiques suivantes : i) il nait et se développe dans certains milieux internautes (blog, forum, wiki, réseau social, etc.) ; ii) il se concentre autour de discussions sur certaines marques ; iii) il se focalise sur certaines thématiques de débats d’opinion qui sont logiquement et sémantiquement liées aux marques ; iv) il est doté d’un « costume narratif » spécifique. Ce quatrième point permet d’introduire un autre concept-clé, celui du « roman de consommation » : ce concept analytique définit les limites culturelles de l’espace digital comme les usagers-mêmes les tracent et au sein desquelles un public de consommateurs se situe.

Culture et identité de consommation

  • 6 Anthena2, 20/09/2011, 20.00, forum.aufeminin.com
  • 7 Lulumlulu, 28/09/2011, 00:00 Fonte: www.ciao.fr

11Bien que le discours tribal converge sur certaines marques, il diverge sur les mêmes valeurs sociales, c’est-à-dire que les consommateurs internautes ne s’accordent pas sur les valeurs à assigner à une certaine marque, ni sur la typologie spécifique d’identité personnelle qui s’exprime à travers cette même marque. Prenons un exemple concret tiré propos sur les marques et produits de puériculture écrits par des mamans internautes. Par rapport à une même poussette de marque Chicco, un usager peut dire: « Bonjour ! Je voudrais un petit conseil sur une poussette-canne ! y-a tellement de choix et je veux pas me planter ! En fait, j’ai utilisé jusqu’ici la Chicco trio living, mais elle est beaucoup trop lourde, encombrante et surtout c'est l’enfer dès qu'il ya le moindre petit caillou, elle vibre de partout, bref je suis un peu dégoûté d'avoir acheté celle-là! »6. Et une autre maman peut aussi calmement dire : « Bonjour, maman d'une petite Krystel de 9 mois j'ai choisi la poussette Chicco trio living pour son côté pratique. En effet on peut permuter du maxi cosy au landau ou au siège-bébé juste en appuyant sur un bouton et en clipsant l'élément choisi. De plus, elle se plie en un éclair et ne prend que très peu de place dans le coffre de ma petite Twingo!!! »7.

12Comme on peut le voir, les valeurs assignées à la marque ou au produit sont diamétralement opposées, mais la valeur idéale assignée est identique : la vraie poussette est pratique, légère, et maniable. Ces narrations, si subjectives et personnelles, nous donnent simultanément la même information culturelle, car elles nous fournissent la représentation maternelle authentique: une maternité contemporaine vécue par des femmes dynamiques, autonomes et multi tâches.

13C’est donc au plan narratif que les consommateurs trouvent un « accord », ou bien au niveau des pratiques narratives à travers lesquelles ils se valorisent en même temps que la marque. Ces consommateurs qui font partie des publics fragmentés et faiblement reliés, réussissent ainsi à établir un lien culturel, bien qu’éphémère et transitoire, à travers des répertoires narratifs partagés qu’ils utilisent pour « se raconter » par le biais les marques consommées (Boulaire, Cova, 2011). En termes plus formels, ce qui rapproche ces consommateurs ordinaires c’est l’utilisation des mêmes modèles discursifs à travers lesquels ils véhiculent et expriment le même ethos. En étant discursifs, ces modèles ne sont pas créés par un usager plutôt qu’un autre, mais sont des co-produits collectivement partagés. Les usagers les mobilisent pour manœuvrer leurs narrations subjectives et, surtout, pour les rendre légitimes (Holstein, Gubrium, 2000). Dans l’espace tribal digital, les consommateurs ordinaires ne s’accordent donc pas sur la valeur de la marque, mais plutôt sur les pratiques discursives collectives à travers lesquelles ils s’auto-valorisent à travers cette marque.

14Mais comment ces pratiques créent-elles de la valeur pour la marque ? Comme vu précédemment, ces pratiques empêchent que les conversations entre usagers se fossilisent sur des valeurs déterminées. Ainsi, elles encouragent l’individu à fournir des narrations intimes où c’est lui-même, chaque fois, qui établit un système de valeurs personnelles (Boltanski, Thévenot, 2006). De cette façon, l’on crée et maintient un contexte conversationnel extrêmement horizontal, fluide et dynamique, condition sine qua non pour la production continuelle d’informations et pour les discussions autour des objets de consommation (Stark, 2009). C’est bien le bouche à oreille, à savoir un amas d’intensité affectives, que les marques « capturent » et valorisent en le transformant en stratégies commerciales et en réputation.

Une communauté productive médiatisée par le discours sur les marques

15Par rapport à ce que l’on a dit jusqu’ici, on constate que la Sentiment Analysis et l’espace tribal digital forment un « dispositif » (Foucault, 2010 ; Deleuze, 2007) composé de mécanismes technologiques non-humains (les logiciels de crawling, les protocoles d’analyse et de catégorisation du « sentiment ») et humains (modèles discursifs), qui canalisent et formalisent le « flux affectif » des consommateurs. C’est exactement ce dispositif qui transforme les consommateurs internautes ordinaires, à leur insu, en travailleurs affectifs, c’est-à-dire en producteurs de ces matières premières que les marques capitalisent et valorisent: l’affectivité et le bouche à oreille. En tant que catalyseur et producteur des intensités affectives des consommateurs internautes, le concept de dispositif nous permet de parvenir à une conclusion théorique fondamentale : la co-création de valeur sur le réseau social de la part des consommateurs ordinaires est rendue possible grâce à la force de « travail » de leur discours, et non grâce à celle de leur corps.

Haut de page

Bibliographie

Arnould (E.-J.), Thompson (C.-J.), 2005, « Consumer Culture Theory (CCT): Twenty Years of Research », Journal of Consumer Research, 31, March, 868-882.

Arvidsson (A.-E.), 2006, Brands. Meaning and value in media culture, Routledge, London.

Arvidsson (A.E.), 2012, The Potential of Consumer Publics, version préliminaire, à paraître.

Bilgram (v.), Bartl (m.), biel (s.), 2011, « Getting Closer to Consumer – How Nivea Co-Creates New Products », Marketing Review St. Gallen, 1/2011.

Boltanski (L.), Thevenot (L.), 2006, On justification : Economies of Worth, Oxford, University Press Princeton, Princeton.

Caiazzo (D.), Colaianni (A.), Febbraio (A.), Lisiero (U.), 2009, Buzz marketing nei social. Come scatenareil passaparola online, Hoepli, Milano.

Carù (A.), Cova (B.), 2011, Marketing e competenze dei consumatori. L'approccio al mercatonel dopo-crisi, EGEA, Milano.

Castells (M.), 2001, Internet Galaxy, Oxford University Press, Oxford.

Chesboroug (H.W.), 2006, Open Business Models: How to Thrive in the New Innovation Landscape, Harvard Business School Press, Boston.

Coleman (G.), 2008, Three Ethical Moments in Debian, Center for Critical Analysis, Rutgers University.

Cova (B.), (2003), Il marketing tribale. Legame, comunità, autenticità come valoridel marketing mediterraneo, Edizioni Il, Sole 24 Ore, Milano.

Cova (B.), Giordano (A.), Pallera (M.), 2007, Marketing non-convenzionale. Viral, guerrilla, tribal e i 10 principi fondamentali del marketing postmoderno, Edizioni Il, Sole 24 Ore, Milano.

Dave (K.), Lawrence(S.), Pennock(M.), 2003, « Mining the peanut gallery : Opinion extraction and semantic classification of product reviews », Proceedings of the Twelfth International World Wide Web Conference, May.

Deleuze (G.), 2007, Che cos’è un dispositivo?, Cronopio, Napoli.

Dellarocas (C.), 2003, « The Digitization of Word-of-Mouth : Promise and Challenges of Online Reputation Systems », Management Science, 49 (10), October, 1407-1424.

Di Nallo (E.), 1998, Quale marketing per la società complessa?, Franco Angeli, Milano.

Foucault (M.), 2010, Il poterepsichiatrico. Corso al Collège de France, (1973-1974), Feltrinelli, Milano.

Fuchs ( C.), 2010, « Labor in informational capitalism and on the Internet », The Information Society, 26, (3), 179-196.

Füller (J.),jawecki (g.), mühlbacher (h.), 2007, « Innovation Creation by Online Basketball Communities », Journal of Business Research, 60(1), 60-71.

Gerken (G.), 1994, Addio al Marketing, ISEDI, Torino.

Hay (J.), 1996, «The Place of the Audience: Beyond Audience Studies », in J. Hay, L. Grossberg, & E. Wartella, (ed.), The Audience and its Landscape, New York, Westview, 359-378.

Hardt (M.), Negri (A.), 2000, Empire, Harvard University Press, Cambridge.

Holstein (J.-A.), Gubrium (J.-F.), 2000, The Self We Live By. Narrative Identity in a Postmodern World, New York, Oxford, Oxford University Press.

Ito (M.), 2008, introduction, in V. Kazys (a cura di), Networked Publics, MIT Press, Boston.

Kozinets (R.-V.), 2002, « The Field Behind the Screen: Using Netnography for Marketing Research in Online Communities », Journal of Marketing Research, 39, February, p. 61-72.

Kozinets (R.-V.), 2010, Netnography. Doing Ethnographic Research Online, Sage, London.

Kien (G.), 2009, Global Technography.Ethnography in the Age of Mobility, Peter Lang, New York.

Latour (B.), 1999, « On Recalling ANT,Actor Network Theory and After», J. Law and J. Hassard, (ed.), Malden, MA, Blackwell, 15-25.

Lazzarato (M.), 1996, « Immaterial Labour », in M. Hardt e P. Virno Radical Thought in Italy: A Potential Politics, University Press of Minnesota, Minneapolis.

Marwick (A.),Boyd (D.), 2010, « I Tweet Honestly, I Tweet Passionately: Twitter Users, Context Collapse, and the Imagined Audience », New Media & Society, XX(X), 1-20.

Muniz (a.), O’Guinn (t.), 2001, « Brand Communty », Journal of Consumer Research, 27(4), 412-432.

Nelson (M.-r.), Otnes (c.-c.), 2005, « Exploring Cross-Cultural Ambivalence: a Netnography of Intercultural Wedding Message Boards », Journal of Business Research, 58, 89-95.

Pang (B.), Lee (L.), Vaithyanathan (S.), 2002, « thumbs up?: Sentiment classification using machine learning techniques », Proceedings of the 2002 Conference on Empirical Methods in Natural Language Processing, EMNLP, 79-86.

Pang (B.), Lee (L.), 2008, Opinion Mining and Sentiment Analysis, Now Publisher, Boston.

Rogers(R.), 2009, The End of the Virtual, VossiuspersUvA, Amsterdam University Press, Amsterdam.

Rogers (R.), 2012, Digital Methods, Cambridge, MA, MIT Press, à paraître.

Rosen (E.), 2009, Passaparola: come costruire con poco una campagna di marketing vincente, Hoepli, Milano.

Shulman (S.-W.), 2005, « E-Rulemaking : Issues in Current Research and Practice », International Journal of Public Administration, 28, 621-641.

Stark (D.), 2009, The Sense of Dissonance. Accounts of Worth in Economic Life, Princeton University Press, Princeton.

Terranova (T.), 2000, « Free Labour : Producing Culture for the Digital Economy », in Social Text, 18(2), 33-58.

Tönnies (F.), 1887, Comunità e società, trad. it. Comunità, Milano 1963.

Vargo (S.-L.), Lusch (R.-F.), 2004, « Evolving to a new dominant logic for marketing », Journal of Marketing, 68 (1), 1-17.

Watts (D. -J.), Dodds (P.- S.) 2007, « Influentials, Networks, and Public Opinion Formation », Journal of Consumer Research, 34, 441-458.

Zhao (S.), 2006, « The Internet and the transformation of the reality of everyday life : towards a new analytic stance in sociology », Sociology Inquiry, 76 (4), 458-74.

Zwick (D.), Bonsu (S.-K.), Darmody(A.), 2008, « Putting Consumers To Work : Co-Creation and New Marketing Govern-mentality », Journal of Consumer Culture, 8, 163.

Documents électroniques

Boulaire (C.), Cova (B.), 2011, « Netnography of the Geochaching Community: A Postmodern Passion», disponible : http://www.etnografiadigitale.it/2011/07/le-community-di-geocaching-nella-netnografia-di-bernard-cova-una-passione-postmoderna/.

Hearn (A.), 2010, Structuring feeling: Web 2.0, online ranking and rating, and the digital reputation economy, ISSN 1473-2866, volume 10 (3/4), 421-438, disponible : www.ephemeraweb.org

Wissinger (E.), 2007, Modelling a Way of Life: Immaterial and Affective Labour in the Fashion Industry, in Ephemera 2007, volume 7(1), 250-269, disponible : www.ephemera.org

Haut de page

Notes

1 Brand community en anglais est une communauté de spécialistes, géographiquement illimitée, et constituée par des liens sociaux entre admirateurs d'une même marque.

2 Que l’on peut traduire par travail gratuit et spontané.

3 L'analyse des sentiments ou des textes d'opinion renvoie à des applications de traitement du langage naturel, de la linguistique numérique et d'analyse textuelle pour déterminer l'attitude de l'auteur (jugements, émotions) à l'égard de certains sujets ou la polarité globale d'un document.

4 Outils de veille, de révision et de comparaison de la réputation des marques en ligne et des médias sociaux.

5 Ces logiciels parcourent le web pour en indexer le contenu selon un processus qui suit récursivement les hyperliens trouvés à partir d’une page pivot

6 Anthena2, 20/09/2011, 20.00, forum.aufeminin.com

7 Lulumlulu, 28/09/2011, 00:00 Fonte: www.ciao.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Caliandro, « Une utilisation du consommateur internaute au-delà des communautés de marque : le travail effectif des consommateurs ordinaires sur les réseaux sociaux », Sciences de la société, 82 | 2011, 159-167.

Référence électronique

Alessandro Caliandro, « Une utilisation du consommateur internaute au-delà des communautés de marque : le travail effectif des consommateurs ordinaires sur les réseaux sociaux », Sciences de la société [En ligne], 82 | 2011, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://sds.revues.org/2082 ; DOI : 10.4000/sds.2082

Haut de page

Auteur

Alessandro Caliandro

Doctorant (PhD) en sociologie, Graduate school in social, economic and political sciences, Université de Milan, Italie
alessandro.caliandro@unimi.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org