Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Information-Communication

Marie-José Barbot, Luc Massou, dir., tic et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations

Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2012, 249 pages
Frédéric Marty
p. 313-314
Référence(s) :

Marie-José Barbot, Luc Massou, dir., tic et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2012, 249 pages.

Texte intégral

  • 1 Menée entre mars 2009 et septembre 2010, auprès d’enseignant-chercheurs en sciences humaines et soc (...)

1L’ouvrage codirigé par Marie-José Barbot et Luc Massou a pour vocation de prolonger les travaux réalisés dans le cadre de l’enquête tec-meus1, portant sur les modalités d’usage des outils technologiques par les enseignants-chercheurs (ec), dans le cadre de leur activité d’enseignant. Il constitue les actes du colloque organisé à cet effet les 18 et 19 novembre 2010 à la Maison des Sciences de l’Homme – Lorraine. Les différents textes s’articulent autour de quatre chapitres : tic et conceptions pédagogiques, tic et approches des usages, tic et professionnalisation des enseignants-chercheurs, tic et politiques institutionnelles.

2Avant de développer ces différents thèmes, les auteurs présentent la méthodologie et l’ambi­tion qui animent l’ensemble des contributions. Ces précisions sont d’autant plus intéressantes qu’elles peuvent éclairer, au delà de ces travaux, l’ensemble des recherches portant plus généralement sur les usages et les tic. Les auteurs revendiquent tout d’abord une approche interdisciplinaire, face à une problématique relevant des sciences de l’information et de la communication tout autant que des sciences de l’éducation. Ce dialogue interdisciplinaire est l’occasion de délimiter les concepts de tice (abandonné au profit de tic), d’usage (prenant en compte “le rapport à la machine” et “les représentations, pour comprendre le rapport à l’outil numérique dans une visée d’appropriation”), d’innovation (défini comme un “processus social répondant à des finalités et exigeant des stratégies d’information et de formation”), d’acteur-réseau (dans la lignée de la sociologie de la traduction, en tant qu’“anti-dualisme entre agents humains et outils techniques”), d’industrie éducative (à travers les mots de Pierre Moeglin).

3Dans la première section de l’ouvrage, Marie-Josée Gremmo et Catherine Kellner étudient “en quoi la vision que les ec ont de leur fonction d’enseignement va jouer sur la manière dont ils vont utiliser, ignorer ou abandonner la technologie”. Elles observent par exemple une différence générationnelle entre les ec plus jeunes et les autres ec, selon que la familiarisation aux tic s’est faite dans un contexte de recherche ou administratif. Pour tous deux, l’utilisation des tic d’un point de vue pédagogique paraît toutefois moins “évident”. Les auteurs font notamment le lien avec une vision a-didactique et a-pédagogique de l’enseignement, partagée par les ec. Enfin, si la dimension “information” des tic est toujours présente, la dimension “communication” est utilisée de manière bien plus restreinte. Cela s’expliquerait notamment par le caractère fondamentalement “langagier” des sciences humaines et sociales, et le privilège qu’elles accordent à la transmission du savoir par le discours. Marianne Poumay, dans son article, propose justement des pistes pour améliorer les pratiques enseignantes à ce niveau, à travers l’exemple de l’Université de Liège : la formation des ec, ainsi que la valorisation des initiatives pédagogiques et la mise à disposition de site-outils semblent être des pistes à privilégier. Le dernier texte de ce chapitre confronte la contribution de Marie-Josée Gremmo et Catherine Kellner aux travaux de recherche portant sur la question de la formation des adultes à l’université. Daniel Poisson formalise notamment cette confrontation par un retour reflexif sur les usages individuels et collectifs des tice par les acteurs de ce courant de formation.

4La deuxième section de l’ouvrage débute par un article de Laurence Habib sur les pratiques des tic dans l’enseignement supérieur en Norvège. Au delà des pratiques, l’objet du texte est d’éclairer l’usage des tic à travers la théorie de l’acteur-réseau (ant), entendu comme outil théorique et méthodologique. Les artefacts comme les livres, les théories et les technologies sont tous vus comme “des actants qui interagissent avec les apprenants et les éducateurs dans la recherche d’un enseignement de qualité”. L’analyse de ce réseau d’enseignement montre que les appareils technologiques s’y “comportent comme des éléments dynamiques, exposant la pratique professionnelle à des changements”. Dans un autre texte, Hans Christian Arnseth, met en perspective la méthodologie évoquée précédemment, avec celle de la psychologie socioculturelle. En ayant comme objectif “la conceptualisation du lien entre pédagogie et tic”, il rappelle que dans la perspective socioculturelle les outils “ne sont pas des acteurs en eux-mêmes et (...) ne deviennent des moyens de médiation pour l’action humain que lorsque quelqu’un les utilise à une fin, qui n’est pas déterminée par l’outil”. Cette assymétrie est donc à opposer à “l’anti-essentialisme” et “l’anti-dualisme” de l’ant. Néanmoins, l’ant n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes méthodologiques. Laurent Petit termine ce chapitre en décentrant le questionnement pédagogique vers un questionnement du paradigme industriel. Ce faisant, il montre l’écart qui existe entre une vision technologique oeuvrant à l’effacement du rôle d’enseignant et celle oeuvrant à une “nouvelle professionnalité” de ce dernier.

5Le troisième chapitre propose d’interroger la professionnalisation des ec et le rapport aux tic. Luc Massou et Marie-José Barbot s’intéressent aux éventuelles dynamiques identitaires se manifestant dans le cadre des évolutions du métiers d’ec. L’appropriation des tic semble être définie comme une “métacompétence”, que les auteurs confrontent aux trois dimensions de “l’obstacle épistémologique”, au sens de Gaston Bachelard : obstacle techno-sémio- pragmatique, socioculturel et pédagogique. Ensuite, comme dans le chapitre précédent, Laurence Habib revient sur l’exemple de l’enseignement supérieur norvégien, à travers les théories de l’ant. Stéphane Simonian propose, quant à lui, une approche plurielle de la “professionalité” des ec entre les rôles d’autorat et de tutorat. Son analyse a pour objet le campus numérique forse2. Le texte de Judith Barna, prolonge cette visée “écologique” en pointant les relations complexes entre les différents acteurs (institutions, ec, industriels), faites de “technologisation” et de “modernisation” entre autres injonctions.

6Ces différentes “injonctions” sont au coeur du dernier chapitre abordant les politiques institutionnelles envers les ec, en matière de tic. La première contribution de Didier Baltazar, Nathalie Lavielle-Gutnik et Nicole Poteaux inscrit ces politiques dans le cadre du projet plus large de “développement du numérique en France” et des modèles d’organisation qu’il véhicule. Les auteurs offrent ainsi une exploration des connaissances et représentations des ec en la matière. Le texte de Pierre Moeglin vise à revisiter les résultats des différentes enquêtes évoquées à travers une réflexion sur les réponses “ne sais pas”. Cela permet tout d’abord à l’auteur de remettre en question la notion même de tic(e), puis de revenir sur les spécificités méthodologiques que doivent respecter les études des outils et médias éducatifs. Enfin, Jean-François Bachelet met en perspective l’évolution des universités avec le développement des tic dans la société, et le “nouvel esprit du capitalisme” qu’elles peuvent véhiculer. Selon lui, les évolutions de ces deux “principes organisateurs de la société” appellent à interroger les responsabilités des ec dans la définition de nouvelles finalités.

7Finalement cet ouvrage est l’occasion d’offrir un éclairage inédit et un complément tout à fait pertinent, par son caractère pluriel et contextualisant, à la réflexion menée dans le cadre de l’enquête tec-meus. Les échos que les auteurs révèlent entre leurs textes, nous permet de saisir toute la vivacité d’un échange résolument fertile.

Haut de page

Notes

1 Menée entre mars 2009 et septembre 2010, auprès d’enseignant-chercheurs en sciences humaines et sociales, par l’intermédiaire d’entretiens semi-directifs (approche qualitative) et de questionnaires (approche quantitative).

2 http://www.sciencedu.org/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Marty, « Marie-José Barbot, Luc Massou, dir., tic et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 313-314.

Référence électronique

Frédéric Marty, « Marie-José Barbot, Luc Massou, dir., tic et métiers de l’enseignement supérieur. Emergences, transformations », Sciences de la société [En ligne], 84-85 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://sds.revues.org/2004

Haut de page

Auteur

Frédéric Marty

Doctorant en Sciences de l’information et de la communication, lerass, ea 827, Université de Toulouse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org