Navigation – Plan du site

Ville, système de journaux et umbrella model : une lecture à géographie variable

City, system of newspapers and umbrella model: a reading to variable geography
Ciudad, sistema de periódicos y umbrella model : una lectura a geografía variable
Jean-Michel Rampon
p. 139-151

Résumés

Cet article présente un modèle nord-américain de concurrence entre journaux (umbrella model) du milieu des années 1970 et en éprouve la permanence, aux États-Unis et en Europe du Nord, à partir des modifications apportées à la forme iconotextuelle d’origine. Le cas de Boston depuis le début des années 2000, dans un contexte spatial de type « metroplex », permet de discuter l’évolution du modèle initial vers un ring model et ses limites.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  On se reportera utilement, et de façon non restrictive, au volume 15 (1) du Journal of Media Econo (...)
  • 2  En cela, l’umbrella competition est pour son auteur une manière de défendre la pluralité d’opinion (...)

1Diffusé au milieu des années 1970, le modèle « du parapluie » (umbrella model) de James Rosse (élaboré individuellement puis en relation avec d’autres professeurs d’économie de Stanford – Rosse, Dertouzos, 1978) a par la suite, et jusqu’à aujourd’hui, été discuté et aménagé par d’autres chercheurs, aux États-Unis où il est né mais aussi dans plusieurs pays développés du monde1. À l’origine du modèle se trouve un constat propre au territoire des États-Unis d’Amérique : celui du déclin, observé alors depuis déjà près d’un siècle, de la concurrence directe entre au moins deux journaux quotidiens à l’intérieur d’une même ville. Cette évolution vers davantage de monopoles (one-newspaper communities) se double de possibles effets sur le contenu, et donc aussi sur le public visé2. Ce qui intéresse ce professeur d’économie, c’est la concurrence à même d’exister entre journaux locaux et journaux nationaux. À la base du modèle interstrates – strates au nombre de quatre dans la version initiale – se trouve l’idée qu’il existe peu d’effets de concurrence en termes de diffusion et de contenu parmi les journaux qui prennent place à l’intérieur de chacune des couches (layers) prises isolément, à savoir, par ordre décroissant : metropolitan dailies, satelli­te city dailies, suburban dailies et weekly newspapers/ shoppers. Pour l’auteur, c’est bien plutôt la concurrence entre les différentes strates qui est signifi­ca­ti­ve, cette concurrence s’intensifiant même au fur et à mesure que l’on des­cend dans le modèle. Il en résulte que la couverture de l’information aux niveaux infé­rieurs se fait plus locale par nature et tend à être plus dense afin de protéger les journaux concernés des journaux plus importants, dont le siège se trouve au cœur des plus grandes villes ou à l’extérieur des comtés où ils sont diffusés.

2Rappeler les grandes perspectives du modèle initial revient par conséquent à en apprécier parallèlement certaines des actualisations graphiques succes­sives. Ce qu’il m’a semblé intéressant de déceler à ce stade, c’est plus parti­cu­lièrement les deux variables qui s’entremêlent dans un tel modèle. La première relève de la presse (et de ses mutations), la seconde de la ville (et de ses métamorphoses). Après avoir présenté le modèle de Rosse et de ses associés, je reviendrai sur le rôle joué par Stephen Lacy dans la connaissance de celui-ci et sa publicisation critique. J’en présenterai ensuite deux des extensions plus récentes en Europe du Nord et aux État-Unis. La refonte du modèle initial dans un ring model m’amènera à en discuter la portée en interprétant la situation de Boston depuis le début des années 2000.

Le modèle « du parapluie » à l’origine

  • 3  « [...] under this model, each larger newspaper disseminates news in a wider geographic area and t (...)

3Selon le modèle de Rosse, la prise en compte des journaux depuis les diffé­rentes couches où ils se trouvent confinés a plus de chances de les montrer en position de complémentarité que de substituabilité les uns vis-à-vis des autres. Un journal ne peut donc survivre sur un espace géographique donné que si le caractère de l’information locale produite est unique, ce qui fait qu’un journal donné se distingue avant tout par sa « locational identity » (Rosse, Dertouzos, 1978). Comme l’expliquent Janet A. Bridges, Barry R. Litman et Lamar W. Bridges, « à travers ce modèle, chaque plus grand journal diffuse l’information dans une zone géographique plus large et rivalise donc pour des annonceurs au-delà du marché local. L’avantage des économies d’échelle permet à un plus grand journal de restreindre par la compétition, ou d’“ombrager”, des journaux plus petits dans sa zone géographique, de façon analogue à un ensemble de parapluies de taille différente » (2002, 4)3. Ainsi que le laisse percevoir la figure 1, les couches basses et intermédiaires (2 : newspapers in satellite cities ; 3 : suburban dailies ; 4 : weeklies and shoppers) se trouvent shaded (abritées, ombragées) par les plus grands journaux occupant la position supérieure (1 : newspapers in large metropolitan centers), ceux-là mêmes qui ont la capacité de fournir des informations régionales et nationales tout autant que d’attirer des annonceurs relevant de ces mêmes échelles.

Figure 1 – Le modèle « du parapluie » (umbrella model)

Figure 1 – Le modèle « du parapluie » (umbrella model)

Source: Stephen Lacy (1987, 26), d’après Bruce M. Owen, Economics and Freedom of Expression (Cambridge, Mass.: Ballinger Publishing, 1975), p. 51.

4Dans la perspective qui se dessine à partir d’un tel cadre, ce n’est ainsi qu’en pénétrant un marché local existant depuis l’extérieur de la ville qu’un plus grand journal, doté de capacités encore renforcées par la possibilité de recourir à des économies d’échelle (une expression d’ailleurs présente dans le titre de la thèse que soutient James Rosse à la fin des années 1960), se met en condition de proposer des informations qui se rapportent au territoire nouvellement couvert. Du point de vue des informations nationales et internationales qu’il fournit, le journal entrant, surtout s’il est d’importance comme cela est généralement le cas, est en position de complémentarité avec celui ou ceux, de taille plus restreinte, lui préexistant dans la place. Mais dès lors qu’il cherche à se substituer à lui (eux), il doit développer sa couverture des informations locales. Autrement dit, pour accroître sa diffusion et donc attirer le plus possible de publicité locale, un journal doit tendre à être perçu comme un « substitut » (substitute) de son ou ses concurrent(s), à services et information équivalents (pour que le lecteur s’y retrouve en termes de qualité de contenus), mais agrémenté d’attributs qui le différencient. En s’introduisant sur un marché déjà occupé par un plus petit journal, un journal d’un certain poids (en matière de fonds propres, de capacités d’investissement, etc.) peut ainsi se différencier en mobilisant le savoir-faire qui est déjà le sien, par exemple en matière d’analyses ou d’enquêtes en lien avec des informations concernant l’extérieur des zones couvertes par le marché local. En procédant de la sorte, il oblige le journal antérieurement installé à faire évoluer son propre contenu en vue de se différencier, souvent vers un profil plus local encore.

  • 4  Comme le fait remarquer Karl Erik Gustafsson à la suite de l’Allemand Gerd Kopper, la France se ca (...)
  • 5  Avec son modèle intégré à un projet de recherche sur la croissance de la ville, Ernest W. Burgess (...)

5C’est parce que le modèle de Rosse et de ses associés fait prévaloir dès le départ les grandes catégories normalisées de presse aux États-Unis d’Amé­ri­que sur les cadres spatiaux qu’il me semble déjà possible d’en interroger la permanence, aux États-Unis même, mais aussi par exemple en Europe du Nord où l’offre de presse écrite et la structure spatiale urbaine peuvent singuliè­re­ment différer4. Pour le dire autrement, et à l’instar par exemple du modèle graphique que le sociologue américain Ernest W. Burgess produit en 1925 depuis Chicago, est-ce que celui-ci a pour ambition d’avoir une portée universelle en matière de cadre général d’analyse ou se limite-t-il à un horizon national ?5 De la même façon que la première mouture du modèle de Burgess n’a pas résisté à une relecture tout à la fois induite par l’évolution de l’espace urbain à travers le temps mais aussi par un regard conceptuel autre, sinon exogène (Clerc, Garel, 2009 [1998]), je me suis demandé s’il n’était pas possible de soumettre l’umbrella model à pareil protocole.

Les premières discussions du modèle : le rôle de Stephen Lacy

  • 6  Voir ainsi, de façon symptomatique, l’ouvrage qu’il a coécrit avec Daniel Riffe et Frederick G. Fi (...)
  • 7  C’est du reste devant la même instance qu’une version antérieure de l’article des deux Brigdes et (...)

6Stephen Lacy est parmi les premiers à avoir donné une certaine consistance au modèle de Rosse, en lui adjoignant de surcroît les outils de l’analyse de contenu dont il s’est fait une spécialité6. C’est ainsi qu’il a intégré à la démarche le substrat éditorial qui permet de compléter les critères démographiques (nombre d’habitants des zones visées), sociologiques (profils des ménages) ou économiques (taux de pénétration, chiffres de diffusion). De préférence à ses condensés publiés sous forme d’articles dans la revue Journalism Quarterly, j’ai pris le parti de retenir prioritairement deux des textes dactylographiés et d’une longueur plus confortable (permettant a priori un affinement plus prononcé du raisonnement) que Lacy a soumis à la Mass Communication and Society Division of the Association for Education in Journalism and Mass Communication pour présentation lors de deux conventions de cette instance, à un an d’intervalle au milieu des années 1980 (Lacy, 1986, 1987)7. Si le choix s’est porté sur cette période, c’est que Stephen Lacy est certainement l’auteur qui, dès son travail de doctorat mené au début des années 1980 à l’Université du Texas à Austin, a le plus immédiatement fait connaître et questionné le modèle original.

  • 8  Voir Lacy, Simon, 1993, 112-115.
  • 9  « The distance at which a city ceases to be a suburb of a larger city will vary. Distance is an im (...)

7Dix ans après l’article fondateur de Rosse, Lacy en arrive à la conclusion que les journaux concurrents font très probablement le choix d’être substituables quant aux types d’informations et de thèmes abordés (à l’instar d’un news maga­zine et d’un journal pour certaines personnes) mais différenciables du point de vue de la qualité du contenu offert et de la finesse de couverture des zones de diffusion concernées (Lacy, 1986, 27). Mais Lacy ne se limite pas à (in)valider ses hypothèses en recourant à des tests statistiques (de régression en particulier) à l’égard desquels il a le mérite d’être constamment en éveil pour mieux en souligner les limites ou l’obsolescence. Il n’hésite pas à remet­tre en question le nombre de layers du niveau initial, en ajoutant deux par ci (national newspapers, groups of suburban nondailies8), en fusionnant deux, les intermédiaires, par là (Lacy, 1987). À cet égard, il est intéressant de s’arrê­ter un instant sur son embarras face aux niveaux d’espaces urbains inter­médiaires (satellite cities et suburbs) au moment de déterminer en quoi consiste au juste un journal relevant de ces mêmes catégories par codification tacite : « La distance à partir de laquelle une ville cesse d’être une banlieue d’une ville plus grande varie. La distance est un facteur important cepen­dant, parce qu’elle augmente les coûts de distribution, ce qui peut en retour avoir des répercussions sur la couverture d’une zone » (Id., 13)9. Pour faire face à un tel dilemme, Lacy a introduit une distinction entre deux types de distance au centre ville (25 et 39 miles), qu’il applique aussi bien aux suburban qu’aux satellite dailies. Ce qu’il me paraît intéressant de relever ici, c’est qu’il procède de la sorte à partir de l’une de ses études antérieures qui a pointé combien la distance était une variable qui compte dans la perception de la intercity competition par les rédacteurs et éditeurs de petits journaux à parution hebdomadaire et quotidienne (Lacy, 1984). Autrement dit, Lacy injecte de la nuance dans un modèle initial qui en manque.

8Mais loin de se limiter à ce qui pourrait être considéré comme une amé­lio­ra­tion du modèle, il opère aussi à partir de lui en faisant des prédictions sur l’évo­­lution à venir du secteur, au gré des résultats que ses enquêtes succes­si­ves ont permis d’obtenir. C’est ainsi qu’il avance dès le début des années 1980, contrairement à Rosse et sur la base du recueil du ressenti des circu­la­tion and advertising managers qu’il a pris soin de recueillir par ques­tion­nai­re, que les grands journaux régionaux vont non seulement progres­si­ve­ment rogner les marges, c’est-à-dire affecter la diffusion des journaux de banlieue, mais en outre leur survivre à plus long terme, en privilégiant un contenu da­van­tage tourné vers l’échelle nationale. Si cette lecture est révélatrice de moyens supérieurs à même d’être mobilisés par les grands journaux de métro­pole, elle ne doit pas occulter une tendance lourde qui se joue entre presse quotidienne au centre et presse hebdomadaire plus en périphérie : la première dispose de moins d’informations ancrées en banlieue, contrairement à la seconde qui se différencie ainsi au point de s’inscrire dans une logique de complément.

Deux extensions récentes du modèle en Europe du Nord et aux USA

9Le modèle théorique de Rosse transmis par l’écrit s’est d’emblée doublé d’un modèle décliné graphiquement. Ce que je veux ici vérifier, c’est le caractère non statique de ce modèle dès lors qu’il se trouve confronté à des marchés locaux spécifiques (les États-Unis en dehors de la San Francisco Bay Area et de New York pris comme terrains dans les travaux initiaux – Rosse, Dertou­zos, 1978). Pour ce faire, je me suis basé sur l’umbrella model proposé par Sigurd Høst dans un article consacré au sujet plus général de « Newspaper Growth in the Television Era » (Høst, 1999) puis sur celui présenté plus récemment dans l’article des deux Bridges et de Litman déjà cité (2002).

  • 10  « The umbralla model is in fact the same model viewed horisontally [sic] instead of vertically, wi (...)

10Ce qui frappe dans le développement de Høst, c’est qu’il fait prévaloir la dimension géographique sur tout autre, quitte à se démarquer de l’objectif initial poursuivi par Rosse. C’est ainsi qu’il va jusqu’à parler de « newspaper geography », en appelant à la rescousse, de façon peu claire à mon sens, la théorie désormais célèbre et à base d’hexagones du lieu central de W. Christaller : « Le modèle du parapluie est en fait le même modèle vu horizontalement au lieu de l’être verticalement, avec des arches (parapluies) à la place de surfaces à plat » (1999, 112)10. Plutôt que de s’intéresser prioritairement à la concurrence entre journaux appartenant à des strates différentes afin de déceler aux frais desquels la croissance se réalise, cet auteur s’efforce de mettre au jour un modèle qui serait approprié à la situation norvégienne. En outre, Høst dédouble ce qu’il appelle les « arches » du modèle pour signifier l’irrégularité, sinon l’inégalité, qui caractérise les journaux locaux les uns vis-à-vis des autres, quand il ne vise pas par ce procédé le positionnement des journaux à parution moins fréquente. Il y insère aussi ce qu’il appelle des « trous » pour mieux rendre compte du fait que, de son point de vue, certaines zones urbaines ne disposent pas d’un journal quotidien, ni même d’un journal de plus petite taille à parution plus espacée (voir Figure 2). En outre, il précise qu’il a par la suite intégré à son propre modèle un cas individuel, celui du journal du soir Aftenposten Aften (publié par l’Aftenposten) comme catégorie à part. Autrement dit, il introduit de la nouveauté dans le modèle d’origine sous la forme d’un référent spécifique qui va à l’encontre de la lecture proprement systémique de Rosse et confirme par là-même le caractère non universalisable de son modèle.

Figure 2 – Le modèle « du parapluie », version norvégienne

Figure 2 – Le modèle « du parapluie », version norvégienne

Source : Sigurd Høst (1999, 112)

  • 11  « Consistent with Rosse, this geographic center area is where the metropolitan newspaper should ha (...)
  • 12  Sur un registre complémentaire et à en croire K. E. Gustafsson, les économistes de Stanford se con (...)

11De leur côté, les deux Bridges et Litman rejettent ce qu’ils appellent la « linear fashion » propre aux modèles graphiques et qui en rigidifie la portée, ce qui les amène à proposer un modèle (pourtant graphique…) sous forme de cercles concentriques, à la manière de ce que proposait déjà Burgess depuis Chicago à la fin du premier quart du vingtième siècle (voir Figure 3). Leur « ring model » de concurrence entre journaux inscrit en son centre une ellipse portant le nom d’ « overlap » (chevauchement) qui, comme dans le modèle initial, donne la prime aux journaux disposant des moyens les plus importants (Bridges, Litman, Bridges, 2002, 16) : « Compatible avec Rosse, cette zone géographique du centre est là où le journal métropolitain devrait avoir un avantage naturel11 » (il est troublant du reste qu’à l’instar de la première « école » de Chicago, ils en appellent eux aussi au registre de la nature, mais c’est une autre question12). Le recours à la forme concentrique permet certainement aux auteurs de faire passer par l’illustration l’idée qu’ils défendent selon laquelle les marchés en présence sont soumis à une variété de situations et à un mouvement fluide qui opère aussi bien à l’intérieur des strates qu’entre elles. Pour nouvelle que la « ring theory » se donne, la seule note de bas de page de l’article indique que ce type de conceptualisation a déjà donné lieu à des travaux antérieurs non publiés, dont ceux de Litman lui-même à partir de 1985.

Figure 3 – Le « ring model » et ses cercles concentriques

Figure 3 – Le « ring model » et ses cercles concentriques

Source : Bridges, Litman, Bridges (2002, 16).

12Un tel modèle, non linéaire aux dires de ses concepteurs, est-il pour autant à même de rendre compte d’une situation évolutive réelle ? Dans ce qui suit, je vais tenter d’en discuter la portée, et d’en montrer les limites, à partir du cas de Boston depuis le début des années 2000.

Le ring model et le cas de Boston depuis le début des années 2000

  • 13  « […] in which two or more daily newspapers with separate ownership and business operations based (...)

13La configuration des journaux de cette métropole américaine correspond, de façon amplifiée à cette date, à ce que Steve Hallock (2006, 37) désigne par une « “metroplex” competition ». Pour cet auteur, il faut entendre par là une situation de concurrence « dans laquelle deux quotidiens ou davantage avec un propriétaire et un mode d’exploitation spécifiques basés dans des villes voisines se disputent des annonceurs et des lecteurs dans une large zone métropolitaine qui comprend des communautés séparées13 ».

  • 14  « It’s likely that no one news-coverage model will dominate in MetroWest. Its residents are divers (...)

14À Boston, à l’instar d’autres zones urbaines aux États-Unis au milieu des années 2000 sur fond de crise de l’industrie de la presse (en Californie et dans le Minnesota par exemple), ce sont les zones de banlieue qui sont visées en premier lieu comme nouvelles terres d’investissement prometteuses. Deux caractéristiques fortes se rejoignent ici et peuvent expliquer en grande partie cette évolution. Tout d’abord, ces zones périphériques se densifient avec l’afflux de nouvelles populations. Ensuite, les journaux suburbains sont pro­duc­teurs d’une information locale, voire micro-locale (en lien avec les assem­blées générales des habitants, les résultats sportifs et autres collectes de fonds). Quand bien même ces nouveaux habitants travaillent en centre-ville, il est possible de leur fournir une information plus difficilement trouvable dans leur environnement professionnel. Comme l’écrivait déjà Lucia Moses en 2001 à propos de la situation prévalant alors dans les banlieues ouest de Boston : « Il est probable qu’aucun modèle de traitement de l’information ne dominera à MetroWest. Ses résidents sont divers, allant des habitants avec un intérêt de longue date pour leur ville aux nouveaux venus qui sont moins enclins à être profondément attachés aux informations locales. Les nouveaux venus férus de high-tech peuvent pour la plupart être des lecteurs du Globe, mais ils peuvent tout aussi bien obtenir des informations via le Web » (Moses, 2001, 18)14.

15Jusqu’au début des années 2000, la répartition des journaux dans l’espace métropolitain du grand Boston trouve bien à s’illustrer dans le ring model. Au Boston Globe et au Boston Herald, la zone centrale d’avantage naturel (pour parler comme ses concepteurs), à la chaîne de journaux de banlieue le « ring » de ce que l’on pourrait appeler la première couronne suburbaine. Lorsque Fidelity Investments vend sa chaîne de journaux (Community News­paper Company) au Herald en 2001, l’utilité d’en passer par ce type de modèle pour rendre compte graphiquement de la réalité locale de la presse écrite se fait moins évidente, la montée en puissance des contenus en ligne jouant aussi un rôle important. À tel point que procéder à une analyse de contenu même sommaire peut s’avérer plus parlante (voir encadré).

16Dans une version remaniée de leur article de 2002, les ajouts des Bridges et de Litman portent sur quelques évolutions récentes. Par exemple une démar­che de coopération entre journaux de niveau suburbain en matière d’achat de publicité (advertising package), seule manière pour eux d’assurer leur survie (réduction des coûts par économies d’échelle) tout en les faisant bénéficier d’une meilleure attractivité pour des annonceurs extérieurs au marché local, par la manière d’unité ainsi créée entre eux. Concernant la mise en ligne des journaux, les auteurs insistent sur le partage de l’information dans lequel plu­sieurs s’engagent auprès d’autres médias ne relevant pas de leur format d’ori­gine (au premier rang desquels des chaînes de télévision) afin d’étendre leur visibilité géographique par-delà leur zone d’influence locale de prédilection.

  • 15  À la mi-2006, GateHouse Media se rend acquéreur des actifs de deux groupes de journaux : la filial (...)

17Il faut bien convenir qu’une telle configuration ne caractérise pas la situation à Boston, particulièrement après l’arrivée dans cette ville de GateHouse, via les quotidiens et autres hebdomadaires qu’il y a acquis suite à ses acquisitions de 2006 correspondant aux deux plus grandes chaînes de journaux suburbains de cette ville15. La fusion de l’ensemble dans une seule compagnie est une manière pour le nouveau venu de se garantir une position forte sur le marché du Massachussetts. En procédant de la sorte, il s’assure en effet un encerclement de la ville-centre où domine le Boston Globe. Si les Bridges et Litman (2006) estiment que les journaux suburbains sont moins agressifs que les journaux métropolitains sur leur propre marché local, est ici à l’œuvre une logique de monopole menée depuis la périphérie au détriment du centre et de son journal phare. Le contrôle géographique de l’espace qui entoure la ville-centre s’explique par une plus forte progression démographique dans de telles zones, et par conséquent par la volonté de capter une nouvelle audience. Mais s’en tenir à ce premier constat reviendrait à manquer d’autres moments clefs d’un processus de concurrence qui tend à se globaliser. L’im­por­tation dans son giron fin 2006 de « Town online », la plateforme de sites web des journaux suburbains du Herald rachetés six mois plus tôt, amène GateHouse à proposer sa production « interne » d’informations locales en ligne sous le nom de « Wicked Local » (Super Local). Deux ans plus tard, la création par le Boston Globe de sites « hyper-locaux » expéri­men­taux – « Your Town » – sur son site Boston.com va aboutir à une plainte de GateHouse sur le motif que certains des contenus proviennent directement de sa plateforme et présentent ainsi une situation de concurrence frontale carac­térisée, posant la question de savoir quels types de lien sont permis au juste sur internet. Un accord interviendra en janvier 2009 entre les deux groupes, sans que ne disparaissent pour autant les qualifications de complé­mentarité (selon The Times Co.) et de substituabilité (d’après le plaignant GateHouse) dont on a vu qu’elles étaient au cœur du projet théorique de Rosse.

18Finalement, en quoi le fait de recourir à un graphique circulaire comme le ring model permet-il d’aider à identifier, davantage que ne le ferait l’umbrella model de Rosse, une concurrence qui se fait désormais entre médias différents plutôt qu’entre représentants d’une même catégorie désignée (la presse écrite) ? Le dernier exemple donné de la bataille judiciaire entre The Times Company et GateHouse à propos de contenus locaux, voire très locaux, ne me semble pas incompatible avec la linéarité qui singularise le modèle de Rosse. Autrement dit, si l’on dépasse en l’améliorant le profil taxinomique figé et le caractère universel qui le dessert, son adaptation aux nouveaux formats de l’information ne le rend-il pas tout aussi efficient, sinon plus, que le ring model, dont les concepteurs reconnaissent volontiers le caractère en devenir (Bridges, Litman, Bridges, 2006) ? Malgré leur prise en compte des transformations induites par internet, celles-ci passent en effet davantage par le discours ou le commentaire tenu en marge que par le modèle en sa déclinaison graphique.

Zoom sur un phénomène d’adaptation de l’information en zone suburbaine. Le Boston Globe au contact du MetroWest Daily News (Boston Herald)

Amorcé à l’automne 2000, le rachat par la société mère du Herald Boston (diffusé alors à environ 260 000 exemplaires) de la chaîne Community News­papers Co. à Fidelity Invest­ments comprend 4 journaux quotidiens, 87 hebdomadaires, 14 shoppers et plusieurs publi­cations spécialisées, pour une diffusion cumulée de 900 000 exemplaires (moitié moins pour le Boston Globe seul à pareille époque, en semaine). Le fleuron des journaux quoti­diens est le MetroWest Daily News, dont le siège est à Framingham, plus grande commune de la banlieue ouest de Boston (près de 67000 habitants au recensement de 2000). En réaction, le Boston Globe lance fin septembre 2000 sur la zone ouest de la métropole une section de 16 pages dénommée « Globe West ». Diffusée le jeudi et le samedi, celle-ci à pour objectif de couvrir l’information locale dans 35 communes de la zone « Metro­West », dénomination conservée après sa première utilisation par un reporter du jour­nal de Framingham dans les années 1980, avant que la publication ne l’adopte en 1998 dans son titre afin de mieux corres­pon­dre à sa zone d’influen­ce. Près d’un an plus tard, le Boston Globe va inten­si­fier sa cou­ver­ture, en élargissant l’information à de nouvelles villes désor­mais tous les jours de la se­mai­ne, excepté le dimanche, jour même qu’avait pourtant choisi le journal pour cibler des villes de la banlieue ouest dès la fin des années 1980 à travers l’édition West Weekly. Il va aussi investir le sud de la ville-centre en couvrant 48 villes et bourgades avec la nouvelle section « Globe South », cette dernière en remplacement de l’édition do­mi­nicale South Weekly qui était diffusée jusqu’alors. C’est enco­re à la même époque que le Boston Globe, qui appartient au groupe New York Times Co. depuis 1993, initie une politique d’annonces publi­­citaires multi-supports avec le Worcester Telegram & Gazette, journal de la zone ouest acquis en 2000 par le groupe et qui empiète sur la zone de diffusion du MetroWest Daily News.

L’histogramme et le tableau qui suivent (figures 4 et 5) tendent à indiquer, quan­titativement et qualitativement, un effet de la concurrence entre le Metro­West Daily News, désormais dans le giron du Boston Herald, et le Boston Globe, à travers sa nouvelle section « Globe West ». Les résultats ont été obtenus à partir d’un agrégateur de contenus, en croisant les expres­sions « Globe West » et « Framingham » (du nom de la plus grande ville de l’ouest bostonien où se trouve le siège du MetroWest Daily News), sur la base de leur présence dans au moins le titre et le premier paragraphe de la version papier du Boston Globe entre 2000 et 2003. Soit la période au cours de laquelle a pu être observée une forte montée des occurrences (pic en 2001) avant le début d’une décrue confirmée sur la durée.

Figure 4 – Distribution annuelle d’articles du Boston Globe sur la période 2000-2009, tous types de contenu confondus, avec l’expression « Globe West » et le nom propre « Framingham » dans le titre et le premier paragraphe.

Figure 4 – Distribution annuelle d’articles du Boston Globe sur la période 2000-2009, tous types de contenu confondus, avec l’expression « Globe West » et le nom propre « Framingham » dans le titre et le premier paragraphe.

Source : base de données Factiva

  • 16  Je remercie mon collègue Thierry Lafouge (Université Lyon 1) d’avoir pris le temps de vérifier la (...)

Figure 5 – Khi-2 partiel obtenu à partir de la distribution annuelle d’articles du Boston Globe sur la période 2000-2003 par type de contenu, avec l’expression « Globe West » et le nom propre « Framingham » dans le titre et le premier paragraphe. Contribution au χ2 « par case » en pourcentage (χ2 global, ddl 24 = 355,7 ; χ2 théorique à 0,1 % = 51,18). En gras, les écarts positifs (signe +)16.

Figure 5 – Khi-2 partiel obtenu à partir de la distribution annuelle d’articles du Boston Globe sur la période 2000-2003 par type de contenu, avec l’expression « Globe West » et le nom propre « Framingham » dans le titre et le premier paragraphe. Contribution au χ2 « par case » en pourcentage (χ2 global, ddl 24 = 355,7 ; χ2 théorique à 0,1 % = 51,18). En gras, les écarts positifs (signe +)16.

Source avant traitement, catégories comprises : base de données Factiva

19Les résultats, qu’il faudrait sans doute affiner davantage, font apparaître une per­manence sur les quatre années retenues des informations politi­ques et générales, à l’exception de l’an­née 2002 où sont privilégiées les informations générales et la nécrologie, soit deux types de contenu qui correspondent davantage aux journaux plus locaux. On pourrait se de­man­der dans quelle mesure cette « éruption » ne se fait pas aussi au détriment des infor­ma­tions sociétaires et industrielles ou en lien avec la santé, particulièrement présentes en 2000 et 2001. De même, pourrait être posée la question de savoir si la prégnance de la caté­gorie Crimes/ Tribunaux en 2003 est révélatrice d’une recrudescence de faits de ce type ou d’une volonté du Boston Globe d’en accroître la couverture. Enfin, on peut noter que les catégories Education / Sports et Loisirs / Arts & Spectacles ne jouent pas dans la dé­pe­ndance des variables, et représentent donc comme un socle informationnel stable dans une production éditoriale en évolution.

20Les résultats obtenus semblent indiquer que le nouvel ancrage du Boston Globe en ban­lieue ouest tend à rapprocher ses contenus thématiques pour la zone de Framingham d’avec ceux du MetroWest Daily News, journal quotidien installé dans cette ville depuis 1897. Une ma­niè­re pour le Boston Globe de concurrencer de façon non frontale le Boston Herald, son concurrent historique au centre-ville, via un journal que la maison mère a récemment acquis.

Conclusion

21À travers quelques rendus graphiques successifs (ou reprises d’un modèle initial en leurs actualisations successives avec conservation de l’essentiel de la taxinomie d’origine) dont il faudrait systématiser la collecte de par le monde, j’ai voulu d’abord vérifier combien la réception de l’umbrella model dans un cadre non nord-américain (nord-européen en l’occurrence) va de pair avec des types de presse et d’espaces urbains susceptibles d’être différents, ce qui induit une nécessaire intervention sur la structure iconotextuelle elle-même du modèle. Mais celle-ci s’applique aussi à une lecture américaine ultérieure, quand bien même ses soubassements datent du milieu des années 1980, comme on l’a vu avec le ring model. L’une des questions que l’on pour­rait se poser à partir de ce dernier concerne la place qui y est faite aux « nouvelles » technologies, non absentes du propos de ses concepteurs mais dont il est plus difficile d’apprécier la présence dans le rendu graphique. Faut-il voir dans le tracé en pointillés du dernier cercle concentrique – bien qu’à l’échelle de la région ou du pays et non du monde comme l’autorise pourtant internet – une intégration en creux d’une concurrence entre journaux s’inscrivant davantage sur le terrain numérique des contenus de presse ? Il me paraît symptomatique en tout cas que la reprise de cet article (et du modèle graphique qui s’y trouve) sous forme de chapitre dans un ouvrage collectif postérieur soit complétée sur ce point, avec l’évocation d’une information issue de versions électroniques de journaux par ailleurs encore disponibles sous forme papier. Comment à cet égard intégrer dans un tel modèle, qui ne se distingue de celui de Rosse qu’à raison d’une circularité délaissant la liné­a­rité, les enjeux concurrentiels liés aux portails et autres sites inter­net rat­ta­chés aux grands quotidiens centraux, eux-mêmes inclus dans des regrou­pe­ments d’entités plus vastes encore où la presse n’est pas seule représentée ? Il y a là assurément une réflexion à mener. Le cas de Boston aura montré qu’une concurrence entre deux grands groupes pour une information (micro-)locale est paradoxalement impulsée depuis New York, siège de The Times Co. et de Fortress Investment Group, la société de capital-risque et fonds spéculatifs propriétaire de GateHouse Media Inc.

  • 17  J’emprunte l’expression à K. E. Gustafsson à propos des strates qui composent le modèle : « Thus, (...)

22En illustrant à mon tour une situation de concurrence entre les deux grands quo­tidiens de Boston au début des années 2000 à travers les thématiques rédactionnelles rattachées à la plus grande ville de la banlieue nord-ouest de la métropole, de façon sommaire et à partir d’une structure de contenus issue d’une base de données, j’ai d’une certaine façon cherché à montrer qu’une approche, même fragmentaire, pouvait déjà permettre de déceler une logique de recouvrement ou de transformation de l’information locale produite par le grand quotidien de la ville-centre au contact d’un journal installé sur un ter­ri­toire suburbain depuis plus longtemps. Par là, j’ai souhaité faire primer une approche concurrentielle sur une autre, celle qui met l’accent sur des cas indi­vi­duels contextualisés sur fond d’espaces urbains mouvants – dans l’esprit de l’adaptation norvégienne du modèle de départ qui donne le primat au système de journaux contextualisé d’une ville, temporellement et spatialement, sur un ensemble systémique qui se perpétue au risque du « fourre-tout17 ».

Haut de page

Bibliographie

Bridges (J.), Litman (B.), Bridges (L.), 2002, « Rosse’s Model Revisited: Moving to Concentric Circles to Explain Newspaper Competition », The Journal of Media Economics, 15(1), 3-19.

Bridges (J.), Litman (B.), Bridges (L.), 2006, « Rosse’s Model and the Ring Model: Explaining Newspaper Competition in the Millenium », in Bridges (J. A.), Litman (B. R.), Bridges (L. W.), dir., Newspaper Competition in the Millenium, New York, Nova Science Publishers, 1-21.

Clerc (P.), Garel (J.), 2009 [1998], « La réception du modèle graphique de Burgess dans la géographie française des années cinquante aux années soixante-dix », Cybergeo : European Journal of Geography, article 58, mis en ligne le 22 mai 1998, modifié le 9 janvier 2009. Disponible sur: URL: <http://cybergeo.revues.org/5332>.

Gustafsson (K. E.), 1996, « The Umbrella Model — Upside-Down », Nordicom Review, 17(1), 181-193.

Hallock (S.), 2006, « Metroplex Newspapers Offer Limited Editorial Competition », Newspaper Research Journal, 27(3), 37-51.

Høst (S.), 1999, « Newspaper Growth in the Television Era. The Norwegian Experience », Nordicom Review, 20(1), 107-128.

Lacy (S.), 1984, « Competition Among Metropolitan Daily, Small Daily, and Weekly Newspapers », Journalism Quarterly, 61, 640-644.

Lacy (S.), 1986, « The Effects of Intra-City Daily Newspaper Competition on News and Editorial Content », 69th Annual Meeting of the Association for Education in Journalism and Mass Communication, August 3-6, Norman, Disponible sur: URL: <http://www.eric.ed.gov/PDFS/ED276994.pdf>.

Lacy (S.), 1987, « The Impact of Intercity Competition on Daily Newspaper Content », 70th Annual Meeting of the Association for Education in Journalism and Mass Communication, August 1-4, San Antonio, Disponible sur:URL: <http://www.eric.ed.gov/PDFS/ED286174.pdf>.

Lacy (S.), Simon (T. F.), 1993, The Economics and Regulation of United States Newspapers, Norwood, New Jersey, Ablex Pub.

Moses (L.), 2001, « The New Battle of Boston, Between the ‘Globe’ and the ‘Herald’, will Really Rage Outside the City », Editor and Publisher Magazine, March, 18.

Riffe (D.), Lacy (S.), Fico (F. G.), 1998, Analyzing Media Messages: Using Quantitative Content Analysis in Research, Mahwah, New Jersey, Eribaum.

Rosse (J.), Dertouzos (J.), 1978, Economic Issues in Mass Communication Industries, Studies in Industry Economics, Stanford University, Paper prepared for the Federal Trade Commission Media Symposium, December 14-15, Washington, D.C.

Haut de page

Notes

1  On se reportera utilement, et de façon non restrictive, au volume 15 (1) du Journal of Media Economics (2002) dont Stephen Lacy, Associate Dean for Graduate Studies et Professor au Department of Communication and School of Journalism de la Michigan State University (cf. infra) est co-editor. James Rosse fut quant à lui le premier directeur du Stanford Institute for Economic Policy Research.

2  En cela, l’umbrella competition est pour son auteur une manière de défendre la pluralité d’opinions avec lesquelles le lecteur peut ainsi être mis en présence sur un espace donné (le syntagme « Freedom of Expression » dans le titre de l’opuscule duquel est extrait la figure 1 infra me semble à cet égard symptomatique).

3  « [...] under this model, each larger newspaper disseminates news in a wider geographic area and therefore competes for advertisers beyond the local market. Advantage from economies of scale permits the larger newspaper to competitively restrict, or “shade”, the smaller newspapers in its geographic area, analogous to sets of different-size umbrellas ».

4  Comme le fait remarquer Karl Erik Gustafsson à la suite de l’Allemand Gerd Kopper, la France se caractérise par un système à deux couches (1996, 188). Cette « pauvreté » structurelle peut expliquer l’absence d’écho qu’à ma connaissance le modèle ici présenté a rencontrée dans ce pays.

5  Avec son modèle intégré à un projet de recherche sur la croissance de la ville, Ernest W. Burgess s’est donné pour objectif, dans le premier quart du vingtième siècle, de formaliser les structures internes de Chicago, sur fond d’espaces urbains également appréciés sur la base de ce qui les différencie. Il a été remanié par l’auteur avant que d’être diversement commenté et modifié, en sociologie comme dans d’autres disciplines.

6  Voir ainsi, de façon symptomatique, l’ouvrage qu’il a coécrit avec Daniel Riffe et Frederick G. Fico (Riffe, Lacy, Fico, 1998).

7  C’est du reste devant la même instance qu’une version antérieure de l’article des deux Brigdes et de Litman (supra) a été présentée.

8  Voir Lacy, Simon, 1993, 112-115.

9  « The distance at which a city ceases to be a suburb of a larger city will vary. Distance is an important determinant, however, because distance will increase the costs of delivery, which can in turn affect the coverage of an area ».

10  « The umbralla model is in fact the same model viewed horisontally [sic] instead of vertically, with arches (umbrellas) instead of flat surfaces ».

11  « Consistent with Rosse, this geographic center area is where the metropolitan newspaper should have a natural advantage ».

12  Sur un registre complémentaire et à en croire K. E. Gustafsson, les économistes de Stanford se considéraient d’autant mieux qualifiés pour entreprendre leur démarche que « géographiquement parlant, ils étaient loin des centres de pouvoir, et par conséquent adoptaient un point de vue naturel [natural perspective] sur le sujet » (1996, 183, je traduis et souligne). Ce décentrement, pour ainsi dire, leur aurait permis de prendre de la distance avec leur objet, à l’écart des « discussions of media policy [stratégie à l’égard des médias] in circles close to the centres of power » comme ajoute encore l’auteur (Ibid.).

13  « […] in which two or more daily newspapers with separate ownership and business operations based in neighboring cities compete for advertisers and readers in a greater metropolitan area that comprises separate communities ».

14  « It’s likely that no one news-coverage model will dominate in MetroWest. Its residents are diverse, ranging from locals with a longtime interest in their town to newcomers who are less inclined to care deeply about local news. The area’s high-tech newcomers may be more likely to be Globe readers, but they’re also more likely to get their news via the Web ».

15  À la mi-2006, GateHouse Media se rend acquéreur des actifs de deux groupes de journaux : la filiale CP Media Inc. de la maison mère du Herald et Enterprise NewsMedia Holding llc.

16  Je remercie mon collègue Thierry Lafouge (Université Lyon 1) d’avoir pris le temps de vérifier la validité du test statistique et de m’avoir orienté de préférence vers un calcul du khi-2 « par case », qui pondère l’écart à l’indépendance.

17  J’emprunte l’expression à K. E. Gustafsson à propos des strates qui composent le modèle : « Thus, the definition of what constitutes a “newspaper” is very broad, a catch-all » (1996, 183).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le modèle « du parapluie » (umbrella model)
Légende Source: Stephen Lacy (1987, 26), d’après Bruce M. Owen, Economics and Freedom of Expression (Cambridge, Mass.: Ballinger Publishing, 1975), p. 51.
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/1889/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 2 – Le modèle « du parapluie », version norvégienne
Légende Source : Sigurd Høst (1999, 112)
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/1889/img-2.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 3 – Le « ring model » et ses cercles concentriques
Légende Source : Bridges, Litman, Bridges (2002, 16).
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/1889/img-3.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 4 – Distribution annuelle d’articles du Boston Globe sur la période 2000-2009, tous types de contenu confondus, avec l’expression « Globe West » et le nom propre « Framingham » dans le titre et le premier paragraphe.
Légende Source : base de données Factiva
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/1889/img-4.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 5 – Khi-2 partiel obtenu à partir de la distribution annuelle d’articles du Boston Globe sur la période 2000-2003 par type de contenu, avec l’expression « Globe West » et le nom propre « Framingham » dans le titre et le premier paragraphe. Contribution au χ2 « par case » en pourcentage (χ2 global, ddl 24 = 355,7 ; χ2 théorique à 0,1 % = 51,18). En gras, les écarts positifs (signe +)16.
Légende Source avant traitement, catégories comprises : base de données Factiva
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/1889/img-5.png
Fichier image/png, 11k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Rampon, « Ville, système de journaux et umbrella model : une lecture à géographie variable », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 139-151.

Référence électronique

Jean-Michel Rampon, « Ville, système de journaux et umbrella model : une lecture à géographie variable », Sciences de la société [En ligne], 84-85 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://sds.revues.org/1889 ; DOI : 10.4000/sds.1889

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Rampon

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, elico, ea 4147, Université de Lyon.
jean-michel.rampon@sciencespo-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org