Navigation – Plan du site

La place de la transmission familiale dans les pratiques de lecture de la presse quotidienne régionale : entretiens auprès de lecteurs de La Dépêche du Midi

The place of the transmission in family reading practices of the regional daily press: interviews with readers of La Depeche du Midi
El papel de la transmisión familiar sobre los hábitos de lectura de la prensa diaria local : entrevistas con lectores de La Dépêche du Midi
Rebecca Arditti-Siry
p. 33-49

Résumés

Des entretiens auprès de lecteurs de La Dépêche du Midi ont mis en lumière la place importante de la transmission familiale dans les pratiques de lecture de la presse quotidienne régionale. Si l’exemple d’un proche constitue un moteur majeur de l’action de lire, la transmission se décline en processus d’appropriation par lesquels le lecteur peut transformer la pratique héritée en fonction de l’évolution de l’offre de l’éditeur.

Haut de page

Texte intégral

1Confrontés à la baisse du lectorat des quotidiens régionaux, les éditeurs mettent régulièrement en œuvre des opérations visant à attirer les non-lecteurs  : nouvelles maquettes, campagnes de communica­tion, opérations de promotion…sans rencontrer le succès escompté. Face à la difficulté de séduire cette population, nous avons souhaité nous pencher non pas sur les causes du désintérêt, mais sur les moteurs à l’origine de la pratique des lecteurs. C’est ainsi que nous avons mené une série d’entretiens compréhensifs auprès de lecteurs aux profils variés, dans le but de comprendre ce qui pouvait conduire un individu singulier vers le quotidien diffusé dans sa région.

Une érosion générationnelle

  • 1 PQR : Presse quotidienne régionale.
  • 2 Audipresse, qui gère l’étude de mesure d’audience EPIQ (Étude de la presse d’information quotidienn (...)
  • 3 Le lecteur est une personne qui déclare avoir lu, parcouru ou consulté un support de presse sur une (...)
  • 4 Audience : « nombre de personnes déclarant lire, feuilleter, ou consulter un titre de presse ». Sou (...)
  • 5 « L’indicateur “Brand” recense tous les individus ayant eu, au cours de la semaine, au moins un con (...)
  • 6 PQR 66 est un dispositif fédérant 61 quotidiens régionaux français afin de proposer des offres d’in (...)

2En France, la lecture de la pqr1 est une pratique qui concerne un tiers de la population. Pour l’année 2010, l’étude Audipresse2 comptabilise 17,2 millions de lecteurs au numéro moyen3, soit 34 % d’une population de 50,6 millions d’individus de quinze ans et plus. Au-delà du quotidien, lorsqu’il s’agit de comptabiliser l’audience4 de la « marque5 » de presse, c’est-à-dire l’audience totale des titres phares, des suppléments et des sites en ligne des journaux, l’ordre de grandeur change radicalement avec 31,2 millions de Français en contact chaque semaine avec une publication régionale parmi les 61 titres adhérant au dispositif pqr 666.

3En dégageant des tendances par décennie, les enquêtes Pratiques culturelles des français (Donnat, 1998, 2009) permettent de nuancer cette présentation positive destinée aux annonceurs. Elles révèlent qu’en 2008, 32 % des Français lisent un quotidien régional plus d’une fois par semaine contre 38 % en 1997 et 43 % en 1989, taux accompagné d’une orientation lourde : chaque génération lit moins que la précédente.

4La comparaison des résultats d’une classe d’âge de 1997 à ceux de la classe d’âge immédiatement supérieure onze ans plus tard permet de faire émerger la nature essentiellement générationnelle de cette baisse : « la proportion de lecteurs quotidiens parmi les 35-44 ans de 1997 se situe au même niveau que celle des 45-54 ans onze ans plus tard. […] les Français qui lisaient un quotidien ont continué à le faire mais, comme ils sont de moins en moins nombreux dans chaque génération qui arrive à l’âge adulte, le lectorat se rétracte au fil du temps tout en vieillissant ». (Donnat, 2009)

  • 7 Diffusion payée : nombre d’exemplaires effectivement vendus. Ce nombre est forcément inférieur à ce (...)

5Ce phénomène d’érosion met en lumière une acquisition de la pratique de lecture pendant la jeunesse, avec peu de chances de transformer un non-lecteur en lecteur par la suite. Et la segmentation par tranche d’âge permet de pointer du doigt de réelles différences générationnelles : « La proportion de lecteurs quotidiens de la presse payante croît régulièrement avec l’âge […] alors que la presse gratuite et la presse en ligne sont plus lues chez les moins de 35 ans au point que chez les étudiants, la lecture en ligne concerne désormais plus de personnes que la lecture sur papier. » (Donnat, 2009) Au fil des années, ces pratiques marquées par l’appartenance à une génération ne peuvent que faire persister la baisse de l’audience des quotidiens régionaux, ainsi que celle de leur diffusion payée7.

La diffusion payée en régression

  • 8 Étude Xerfi (institut d’études économiques sectorielles) : presse quotidienne nationale et régional (...)
  • 9 Source OJD, association pour le contrôle de la diffusion des médias.
  • 10 Un ménage désigne l’ensemble des personnes qui partagent de manière habituelle un même logement et (...)
  • 11 Source OJD, association pour le contrôle de la diffusion des médias.

6Bien que l’audience quantitative soit essentielle pour séduire les annonceurs, le chiffre de diffusion payée reste déterminant dans la mesure où celle-ci représente 61 % du chiffre d’affaires de la pqr en 2009 contre 39 % pour la publicité commerciale et les annonces classées8. Et les chiffres de diffusion sont par définition de toute autre nature que les chiffres d’audience avec 5,2 millions d’exemplaires en 20109, soit un taux de pénétration de 19,2 % des 27 millions de ménages10 français. Ils mettent en évidence la faiblesse d’une diffusion payée répartie entre 61 quotidiens régionaux, constat auquel il faut ajouter un phénomène de baisse régulière. On peut citer par exemple La Provence qui a perdu 43 % de ses ventes entre 1980 et 2010, passant de 250000 à 109400 exemplaires, pendant que La Dépêche du Midi régressait de 27,63 %, de 256200 à 185400 exemplaires11.

  • 12 Étude EPIQ 2010.

7Cette régression, liée au phénomène d’érosion générationnelle vu plus haut, entraîne un vieillissement du lectorat. La moyenne d’âge du lecteur de pqr, supérieure à 50 ans12, conduit éditeurs et pouvoirs publics à analyser les raisons de la non-lecture et à rechercher des pistes d’actions pouvant contribuer au renouvellement des lecteurs.

De nombreuses raisons de ne pas (ou plus) lire la PQR

  • 13 Spitz Bernard, Les jeunes et la lecture de la presse quotidienne d’information politique et général (...)
  • 14 Les États généraux de la presse écrite ont été lancés en octobre 2008 par le Président de la Républ (...)

8Les analyses des raisons de la non-lecture se focalisent sur les jeunes dans le rapport Spitz de 200413 consacré aux 15-25 ans, avant d’être reprises lors des États généraux de la presse écrite lancés en octobre 200814. Elles mettent en évidence l’inadaptation de l’offre des éditeurs aux attentes des lecteurs potentiels appartenant à cette tranche d’âge en termes de prix (trop élevé pour cette clientèle), de lieux de distribution (éloignés des lieux de passage des jeunes), de contenu (souvent peu adapté à cette population), freins auxquels il faut ajouter la concurrence des magazines, des médias audiovisuels, de l’Internet, ainsi que la culture du gratuit.

  • 15 Observatoire des métiers de la presse, 2011, « Quel avenir pour le secteur de la presse écrite ? De (...)
  • 16 Debras Sylvie, 2003, Lectrices au quotidien, femmes et presse quotidienne : la dissension, Paris, L (...)

9Au-delà du public jeune, les analyses conduisent à une remise en question de l’offre de contenu : « La presse quotidienne régionale n’a pas […] réussi à rénover son contenu éditorial depuis les années 90, ce qui a conduit à un déficit de lecteurs jeunes, urbains, féminins. »15 Et comme le montre Sylvie Debras « les femmes ne lisent pas les quotidiens parce qu’elles ne s’y retrouvent pas »16.

10Ces causes multiples de non-lecture ou de non-achat du journal touchent la presse quotidienne dans son ensemble et le non-renouvellement du lectorat payant constitue une menace sérieuse quant à la pérennité des éditions papier de la pqr, alors que le modèle économique des journaux en ligne n’est toujours pas stabilisé.

Proposition d’une observation à l’échelle d’individus lecteurs

  • 17 Kaufmann Jean-Claude, 2008, L’entretien compréhensif, Paris : Armand Colin.

11Face à ces constats alarmants pour l’avenir de la pqr et après que les études quantitatives ont relevé les causes de la non-lecture, nous souhaitons nous intéresser non pas aux non-lecteurs mais plutôt aux lecteurs. Nous proposons une observation à l’échelle de l’individu passant par le recueil des discours réflexifs de lecteurs lors d’entretiens compréhensif17. S’inspirant à la fois de l’ethnométhodologie et de la microsociologie, cette démarche permet une implication forte du répondant qu’elle considère comme un acteur à part entière, capable de rendre compte de sa pratique. Cette méthode qualitative, choisie pour ses qualités heuristiques, a vocation à faire émerger des hypothèses fortes à même de contribuer à la réflexion, sans chercher à généraliser les observations effectuées. Il ne s’agit donc pas de constituer un échantillon représentatif mais « plutôt de bien choisir les informateurs » (Kaufmann, 2008) en équilibrant les profils.

12Les entretiens se sont déroulés entre juin 2009 et février 2010, auprès de douze lectrices et lecteurs de quotidiens régionaux résidant en Midi-Pyrénées, à l’heure et sur le lieu habituels de la lecture : au domicile de l’interviewé (8), à son bureau (2), au café (1) et à la bibliothèque (1). Nous avons rencontré 7 femmes et 5 hommes de 19 à 78 ans, appartenant à des catégories sociales distinctes, lecteurs réguliers et occassionnels, sur papier et en ligne, abonnés, acheteurs au numéro et lecteurs à titre gratuit. Les moins de 50 ans, au cœur de la question du renouvellement du lectorat, ont été correctement représentés (7). Les interviewés étaient seuls, excepté un couple qui lit toujours ensemble.

13Tous lisent La Dépêche du Midi, car comme dans la plupart des régions françaises, ils ne disposent d’aucune alternative face à ce journal en situation de monopole, qui présente la particularité unique en France d’être dirigé par le président d’un mouvement politique, le Parti Radical de Gauche.

14Les entretiens ont été réalisés à partir d’un guide composé de thèmes portant sur les pratiques médiatiques de l’interviewé et sur l’histoire de sa rencontre avec le quotidien régional. Ils ont été enregistrés puis retranscrits en vue d’une analyse sémio-pragmatique qui tienne compte de toute la richesse du matériau recueilli.

15Cette démarche compréhensive a permis de faire émerger trois points d’analyse :

  • les lecteurs interrogés sont issus de familles de lecteurs ;

  • la transmission d’habitudes de lecture au sein de la famille constitue un moteur majeur de l’ancrage de cette pratique ;

  • l’appropriation de la pratique n’exclut pas les ruptures liées à l’offre des éditeurs ou à l’évolution de parcours individuels.

Des lecteurs issus de familles de lecteurs

Le souvenir des pratiques familiales

  • 18 Leiris Michel, 1969, Cinq études d’ethnologie, Paris : Denoël-Gonthier, pp. 37-38.

16Parmi les thèmes abordés, celui du premier contact avec un quotidien régional a conduit les lecteurs interrogés à réaliser, parfois avec émotion, qu’ils reproduisaient une pratique observée chez leurs parents, grands-parents, frères… La lecture de la pqr est ainsi apparue comme une pratique culturelle pouvant être socialement héritée ou transmise, où « la culture est essentiellement affaire de tradition au sens large du terme : […] qu’un usage se transmette d’une génération à une autre génération, que certaines manières de réagir soient empruntées sciemment ou non par les cadets à leurs aînés »18.

17Au cours des entretiens, la pratique de lecture de la pqr est effectivement apparue comme issue d’une culture familiale pouvant orienter la conduite de ses membres. Tous les informateurs ont évoqué des parents lecteurs de presse quotidienne, et les souvenirs ont fait surgir le plaisir des moments associés à cette pratique.

  • 19 Les prénoms ont été changés.

18Maxime19, 24 ans, étudiant en droit, réalise en parlant de son frère aîné que, comme lui, il lit La Dépêche du Midi pour se faire plaisir en commençant par la rubrique sports : « Quand il y avait mon frère à la maison, il lisait La Dépêche. Je crois que j’ai appris à lire La Dépêche parce que j’avais l’habitude de le voir lire. »

19Lionel, 35 ans, professeur de piano, déclare lire : « parce que dans ma famille on a toujours lu Sud-ouest, du coup, moi je lisais Sud-ouest quand j’étais à Bordeaux. Mes parents le lisaient surtout le dimanche. Quand on est arrivés à Toulouse, j’ai commencé à acheter La Dépêche le dimanche matin. »

20Florence, 47 ans, en recherche d’emploi, découpe des articles dans La Dépêche du Midi pour les envoyer à sa fille, comme son père l’a toujours fait pour elle et ses sœurs.

21Pour Roseline, 48 ans, employée à la SNCF, La Dépêche du Midi a toujours fait partie du décor familial : « Quand j’étais petite c’était mes parents qui l’achetaient presque tous les jours. […] Et le père de Robert (son mari) lisait L’Indépendant. Comme elle est toujours à la maison, c’est une incitation à ce que les enfants la lisent. »

22François, 51 ans, enseignant, revoit son père avec émotion : « Quand j’étais petit mon père était abonné au Populaire du Centre […] que je lisais pour ses bandes dessinées ».

23Cécile, 52 ans, fonctionnaire territoriale, parle d’habitude culturelle : « Mes parents achetaient Le Méridional tous les jours. [] Chez mes grands-parents on lisait la presse et je me rappelle le soir, il y avait une immense table, il y avait tous les journaux et on lisait la presse autour de la table, en famille. Il y avait aussi bien la presse quotidienne régionale que des journaux nationaux. »

  • 20 Bourdieu Pierre, (dir.), 1993, La misère du monde, Paris, Le Seuil, p. 1408.

24Les lecteurs expriment à la fois du plaisir et une certaine émotion à se plonger dans les souvenirs d’enfance. C’est en se remémorant les pratiques de leurs parents qu’ils réalisent, parfois avec étonnement, la proximité avec leurs propres pratiques. Cette évocation des jeunes années fait émerger une sorte de bonheur d’expression20 dans le sens de plaisir éprouvé à se découvrir en se racontant.

L’attachement à un objet associé aux jeunes années

25Nous constatons que la dimension affective perceptible dans l’évocation des souvenirs laisse transparaître un attachement au quotidien régional de l’enfance, palpable à travers l’émotion perçue chez les interviewés. François a presque les larmes aux yeux quand il se remémore son père, rentrant à la maison avec le Populaire du Centre. Maxime découvre avec amusement qu’il a la même pratique que son frère, et que La Dépêche du Midi a l’odeur des croissants qu’il était chargé d’acheter en même temps que le journal. Quant à Roseline, l’hypothèse de la disparition de son quotidien régional la fait s’exclamer dans un cri « ça me ferait bien chier ! ».

26Bien qu’elle lise l’exemplaire prêté par son voisin trois fois par semaine, Eugénie, 78 ans, qui a lu La Dépêche du Midi tous les jours pendant presque 60 ans, souvent entièrement, sent un grand vide depuis que les services administratifs du journal ont supprimé le tarif préférentiel dont elle bénéficiait et qu’elle a refusé de se réabonner au prix fort. Il manque quelque chose à Cédric, 19 ans, étudiant en école de commerce, lorsque ses parents sont absents et que La Dépêche du Midi n’est pas à la maison à l’heure du petit-déjeuner.

  • 21 Ballarini Loïc, 2010, « L’espace public au-delà de l’agir communicationnel, quatre renversements de (...)

27Nous sommes confrontés à une pratique culturelle qui trouve son ancrage dans l’exemple des pratiques familiales et dans la présence physique quotidienne du journal-objet associé à des moments de vie dès le plus jeune âge. Ces observations rejoignent celles de Loïc Ballarini21 lorsqu’il relève un attachement au quotidien familial dans une zone géographique où les lecteurs qui ont le choix entre Ouest France et Le Télégramme, optent systémati­que­ment pour le quotidien qu’ils ont côtoyé dans leur enfance.

Une lecture précoce favorisée par la présence physique du journal au domicile familial

28À cette pratique familiale, les lecteurs associent la précocité de leur première lecture. Ils ont souvent commencé très jeunes à lire la presse quotidienne régionale, plus accessible que la presse quotidienne nationale.

29Cédric, pour qui lire le journal est une évidence, situe ses premières lectures du quotidien régional vers l’âge de 7 ou 8 ans. Maxime se revoit vers l’âge de 5 ans « lire » Les aventures de Ferdinand. Caroline, 45 ans, consultante indépendante, évoque son père qui achetait Le Provençal tous les jours et se revoit le lire dès l’âge de 8 ou 10 ans.

30Roseline valorise la lecture du quotidien en l’envisageant comme un acte d’éducation formateur pour un enfant : « Je devais avoir une dizaine d’années quand j’ai commencé à lire La Dépêche et mes frères c’est pareil. C’est une autre forme de lecture mais c’est quand même de la lecture. »

31Cécile remonte aux années d’école primaire : « Toute petite, 6-7 ans, quand j’ai su lire, j’ai lu la presse. J’ai mon frère aîné qui a appris à lire dans la presse, il avait 6 ans. »

32Le style rédactionnel abordable de la pqr, ainsi que la présence de courtes bandes dessinées et de jeux permettent effectivement une prise en main précoce propice à l’ancrage fort du journal dans vie quotidienne.

Une veille informationnelle pluri-médias nourrie par un intérêt marqué pour l’actualité

  • 22 Granjon (F.), Jouët (J.), Vedel (T.), 2011/6, présentation du n°170 de la revue Réseaux : « Actuali (...)

33Au-delà de leur lecture de la pqr, tous les lecteurs rencontrés ont hérité d’un goût prononcé pour l’actualité qui se traduit par une veille informationnelle pluri-médias. Ils écoutent la radio, regardent les informations télévisées, lisent d’autres journaux ou des magazines, nationaux, gratuits, spécialisés, sur papier et/ou en ligne. Leurs pratiques informationnelles « sont le fruit d’une sédimentation d’expériences et de comportements qui s’ajustent en permanence et singulièrement à l’évolution de l’offre médiatique »22. Le quotidien régional trouve sa place au sein d’une combinaison de sources propre à chaque individu, la variété de son contenu rédactionnel permettant de répondre aux centres d’intérêt de chacun : de l’international au local, en passant par le sport, la vie des entreprises, la politique, les sorties culturelles et les faits divers.

34Nadège, 38 ans, violoniste, apprécie particulièrement la facilité d’accès à plusieurs titres sur l’Internet, en complément d’autres pratiques : « Dans la voiture, c’est France Infos tout le temps. Et le soir, on lit Le Monde sur Internet. On aime bien parce qu’on peut prendre Le Monde, et après Le Figaro, Le Point. C’est la controverse qui est intéressante. Je trouve Internet pratique parce qu’on peut avoir plusieurs avis. » Le quotidien régional ne constitue pas non plus la seule source d’information de Maxime qui regarde les journaux télévisés de tf1 ou m6.

35Lorsqu’elle rentre du travail, le grand plaisir de Roseline est de s’installer sur le canapé du salon pour lire La Dépêche du Midi tout en regardant les informations en continu sur bfm tv. François et Pierre sont tous deux adeptes de France Inter dès le matin.

36Il peut même y avoir un comportement quasi boulimique comme chez Cécile qui dispose de la presse sur son lieu de travail : « La première chose c’est que je lis La Dépêche. Et puis après je lis Les Échos, Le Monde et Le Figaro. Après je me renseigne sur Internet pour voir les gros titres dans le Nouvel Obs, L’Express, Le Point et puis après je vais sur des moteurs de recherche comme Google News et je vois s’il y a des articles qui peuvent m’intéresser. Donc ça, c’est le matin au travail, mais avant de partir, je regarde les infos à la télé. Je vais regarder bfm, et TéléMatin. […] Moi je suis abonnée au Nouvel Obs et à Courrier International. »

37Les lecteurs rencontrés ont effectivement le réflexe d’une veille informationnelle régulière qui passe par le quotidien régional mais aussi par d’autres médias abordés comme complémentaires. Ce goût pour les actualités s’exprime en référence à une certaine continuité par rapport aux pratiques parentales tout comme l’ancrage de la lecture de la pqr. L’évolution de l’offre médiatique peut cependant influer sur les modalités d’appropriation des pratiques de veille informationnelle dont les informateurs ont hérité.

La transmission comme moteur de la pratique de lecture de la PQR

Une appropriation pas forcément synonyme de reproduction à l’identique

38La récence de l’offre de lecture en ligne induit que la génération précédant celle des personnes interrogées a forcément une expérience de lecture sur papier, quasi exclusivement à titre payant - achat en kiosque ou par abonnement - dans la mesure où il s’agissait pendant longtemps du seul moyen d’accès au journal en dehors des bibliothèques. Le fait d’envisager l’habitude de lecture de la pqr comme transmise par la génération précédente nous amène à constater qu’elle peut être soit reproduite à l’identique, soit adaptée compte tenu d’expériences personnelles et de la modification de l’offre, notamment celle d’éditions gratuites en ligne. Nous avons effectivement observé, comme Sylvie Octobre (2009), que la transmission de pratiques « n’est pas la reproduction à l’identique de comportements d’une génération à l’autre. […] Elle suppose un processus de réappropriation, une action des héritiers qui est toujours également une transformation : cette transformation peut se matérialiser par un déplacement des contenus consommés, des modalités de consommation intégrant les innovations technologiques etc. ». Par exemple, un parent lisant régulièrement l’édition papier peut avoir favorisé chez son fils ou sa fille une pratique de lecture en ligne. Et l’héritage du plaisir de s’abonner pour recevoir le journal dans sa boîte aux lettres, ou de l’acheter dans un kiosque peut effectivement être mis à mal par les offres gratuites des éditeurs.

39C’est ainsi que les lecteurs rencontrés - tous héritiers de lecteurs sur papier à titre payant - ont révélé une grande variété de modalités de pratique : lecteurs sur papier, en ligne, à titre payant, gratuit, lecture du journal en entier, survol rapide, pratique collective ou solitaire, associée ou pas à des moments de la journée…

40Il est également important de souligner que les personnes interrogées ont tenu un discours plutôt éloigné du profil « moyen » de leur génération. Les jeunes n’ont pas forcément exprimé de préférence pour la lecture en ligne, ni les plus âgés pour le papier.

Des modalités de pratiques variées

41Héritières fidèles des pratiques de leurs parents, six personnes lisent La Dépêche du Midi exclusivement sur papier, régulièrement ou plus occasionnellement, quatre alternent papier et édition électronique, alors que les deux autres lisent exclusivement en ligne. Au total, trois d’entre eux ne souhaitent en aucun cas payer pour lire. Ces modalités de lecture variées mettent en évidence le caractère d’une reproduction/appropriation qui peut être effectuée à l’identique, ou bien se révéler sensible aux influences extérieures, particulièrement aux évolutions de l’offre de contenu, de prix, ou à la mise à disposition gratuite en ligne d’un journal identique à l’édition papier.

42À 19 ans, Cédric, s’inscrit totalement dans la pratique familiale. Il vit chez ses parents où la lecture de la presse est une pratique collective. Chaque matin, le père retraité achète plusieurs quotidiens qu’il dépose sur la table du petit-déjeuner et tout le monde lit, même le neveu de huit ans. Comme ses parents, Lionel, associe lecture de la pqr et petit-déjeuner du dimanche matin. Chez Roseline, abonnée à La Dépêche du Midi, la lecture ne se fait pas en famille mais le journal papier passe de main en main : son mari, ses trois fils, puis sa mère qui vient chercher l’édition du jour chaque soir après dîner. Eugénie, lit le journal papier entièrement. Maxime effectue presque chaque jour une lecture solitaire à la bibliothèque universitaire. Il préfère lire gratuitement en raison des limites de son budget d’étudiant, tout en envisageant d’acheter le journal quand il disposera de revenus réguliers. Bien que féru de nouvelles technologies, et cherchant à lire gratuitement, il n’a pas le réflexe de lire en ligne et ne le souhaite pas, il garde l’habitude familiale de lecture sur papier. Florence survole en quelques minutes l’exemplaire qu’elle achète de temps en temps chez son marchand de journaux. Lorsqu’elle cherche une information régionale, elle a le réflexe de consulter l’édition en ligne.

43En semaine, Cécile est passée à la newsletter de La Dépêche du Midi qu’elle lit tous les jours en ligne sur son lieu de travail, elle continue à acheter l’édition papier le dimanche.

44En revanche, parmi les personnes interviewées, certaines déclarent clairement ne pas souhaiter payer pour lire alors que leurs parents ne disposaient pas de ce choix. Il y a bien transmission et appropriation de la pratique de lecture, en parallèle d’une transformation des modalités de lecture liée à l’évolution de l’offre de l’éditeur. C’est le cas de Caroline et François. Tous deux lisent la newsletter de La Dépêche du Midi tous les jours en ligne et ne veulent plus payer depuis qu’il existe une édition consultable gratuitement. Daniel, 56 ans, retraité, préfère lire sur écran que sur papier, et apprécie particulièrement la gratuité de l’information.

45Alors qu’ils ont tous hérité du goût pour l’actualité au sein de familles lectrices de quotidiens à titre payant, les douze lecteurs mettent en évidence des pratiques plurielles, aux modalités variées, ancrées dans leur vie quotidienne singulière. Il apparaît que les supports de lecture, papier ou écran d’ordinateur, induisent un rapport différent au journal. L’édition papier a une présence, une existence physique en tant qu’objet. L’écran, quel qu’il soit, est également utilisé à d’autres fins que la lecture du journal, et l’activité liseuse du quotidien régional y est moins ostentatoire qu’avec l’édition papier.

  • 23 Rey Alain (dir.), 2010, Le Robert Dictionnaire historique de la langue française, Paris, p. 1996.

46On peut également insister sur les différentes modalités de la lecture, qui correspondent à des pratiques variées de la part du lecteur, à l’image des mesures d’audience dont il convient de rappeler ici la définition telle qu’elle figure dans les études quantitatives : « est considéré comme lectrice d’un support de presse, toute personne ayant eu en main, ou feuilleté le support en question ». Le lecteur peut « lire » les articles ou se contenter de « regarder les titres ». Lire n’est pas forcément synonyme de prise de connaissance approfondie d’un contenu. Les pratiques des lecteurs rencontrés vont effectivement de la lecture complète de la Dépêche du Midi (Eugénie), au survol des titres (Florence) en passant par les lectures sélectives (Maxime et Caroline). Cependant, quelles qu’en soient les modalités, ces pratiques paraissent bien ancrées dans la vie quotidienne des lecteurs et peuvent être apparentées à des routines dans le sens d’ « action accomplie par habitude »23.

Des habitudes ancrées dans la vie quotidienne

  • 24 Kaufmann Jean-Claude, 2004, Ego : Pour une sociologie de l’individu, (2ème édition), Paris, Hachett (...)
  • 25 Ibidem.

47Plus que de routine, les informateurs parlent d’ « habitude » pour marquer le côté répétitif de leur pratique, et au-delà du sens commun, ce concept, en tant que « schème incorporé régulant l’action »24, nous paraît le plus à même de traduire nos observations. Nous le privilégions également au concept d’habitus en tant que disposition acquise et durable, développé par Pierre Bourdieu, car « les habitudes ne se contentent pas de reproduire l’ancien, elles enregistrent aussi le nouveau. C’est même une des caractéristiques qui les distingue le plus de l’habitus : par leur dynamique ouverte et leur confrontation avec la réflexivité, elles développent une double fonction de conservation du passé (comme l’habitus) et de reformulation active au présent (à la différence de l’habitus). »25

48Les pratiques des lecteurs en ligne illustrent bien cette association entre l’habitude comme attachement à une pratique régulière ancrée dans la vie quotidienne, et adaptation à de nouveaux contextes. C’est ainsi que le ou les moments de lecture de la newsletter de La Dépêche du Midi sont plutôt fixes pour Cécile (à onze heures dès réception), Caroline (en déjeunant) et François (le soir en rentrant du travail), alors qu’ils ont tous trois adopté le nouveau support proposé par l’éditeur. De même, la régularité de la lecture du quotidien régional en ligne est souvent associée à la consultation des emails et à la lecture d’autres titres de presse comme chez François : « Première chose, je regarde mes mails, et pour La Dépêche, je parcours très rapidement les grands titres. […] soit il n’y a absolument rien qui m’intéresse et je jette immédiatement, soit il y a deux ou trois titres qui m’intéressent alors je regarde mes mails perso, et après je me consacre à la lecture d’Objectif news et de La Dépêche»

49L’habitude de lecture du quotidien se poursuit en se transformant lorsqu’il y a changement de région. Le dimanche matin, quand Lionel revient du marché, Nadège, sa compagne, s’empare immédiatement du Femina alors qu’il s’installe à la table du petit-déjeuner pour débuter sa lecture de La Dépêche du Midi. Nadège insiste sur l’association entre le journal et le marché : « On fait le marché et on ramène le journal. À Bordeaux c’est ce qu’on faisait aussi, on ramenait les légumes et le Sud-ouest. »

  • 26 Lahire Bernard, 2005, Portraits sociologiques : Dispositions et variations individuelles, (2ème édi (...)

50Alors qu’elle est source de plaisir, l’habitude s’éloigne de la définition de la routine donnée par Bernard Lahire « disposition + absence d’appétence ou indifférence »26 pour se rapprocher de sa définition de la passion : « disposition + forte appétence »27. Comme l’exprime Cédric : « C’est une habitude que j’ai prise, c’est agréable. Quand je me lève le matin et que je vois pas La Dépêche […] c’est un manque. » Le plaisir se lit également dans les propos de Maxime : « D’habitude, j’arrive vers dix heures à la bu (bibliothèque universitaire), je prends Les Échos et La Dépêche. Le premier truc que je fais, c’est aller voir le sport dans La Dépêche ! »

51Roseline, abonnée depuis plusieurs années, perpétue l’habitude familiale : « Elle arrive à sept heures du matin par porteur. Je vais la chercher dans la boîte aux lettres. Si je suis pas là les garçons (Roseline a ses trois grands fils à la maison) vont la chercher et lisent ce qui les intéresse. Et nous on la lit le soir en rentrant du travail à tour de rôle avec Robert, et le soir à huit heures et demie, neuf heures moins le quart ma mère vient la chercher. »

52Cécile a l’habitude de commencer sa journée de travail par la lecture de La Dépêche du Midi : « parce que c’est vite lu, et il y a des infos locales […] Et quand je vais chez mes parents je fonce sur La Provence comme lorsque j’étais enfant. »

53Cependant, bien que lecteurs réguliers et malgré l’ancrage d’une pratique habituelle relevant du plaisir, les informateurs expriment des attentes de contenu et restent sensibles à l’évolution de toutes les dimensions de l’offre qui leur est proposée.

La possibilité de rupture malgré l’ancrage de la pratique

Des lecteurs attentifs au contenu du journal

54Il est intéressant de noter que - bien qu’ici toutes les tranches d’âge de lecteurs soient concernées - les motifs de rupture avec le quotidien régional évoqués par les lecteurs rencontrés rejoignent l’analyse de Bernard Spitz (2004) sur les raisons de la non-lecture de la presse quotidienne par les jeunes.

55Le premier cas de rupture potentielle tient au contenu des journaux. Les lecteurs réguliers peuvent porter un regard critique les conduisant à envisager soit de ne plus lire le journal, soit de ne plus l’acheter tout en le lisant en ligne.

56Le lien avec le quotidien paraît plus fragile lorsque le lecteur ne vit pas dans sa région d’origine et que La Dépêche du Midi n’est pas le journal de l’enfance. C’est le cas de Lionel qui avait l’habitude de lire Sud-ouest. Il qualifie La Dépêche du Midi de « vide » et envisage de ne plus la lire alors que l’achat du journal le dimanche matin est un réflexe de longue date hérité de ses parents.

57Caroline est également très sévère : « Qu’ils y mettent un peu de contenu aussi ! La Dépêche, s’ils disparaissaient demain, c’est une élimination naturelle. Ça va me toucher, je vais voir le drame humain, mais je me dis aussi qu’il serait temps qu’ils se réveillent. » Tout en considérant le journal comme un outil de travail indispensable à son activité professionnelle, elle lui attribue peu de valeur, jugement conforté par la présence de coquilles qu’elle ne manque pas de déceler quotidiennement. Dans ces conditions, la lecture en ligne à titre gratuit lui convient, elle ne veut plus avoir à payer tout comme François qui résume le contenu de La Dépêche du Midi à la rubrique des « chiens écrasés ».

58Pierre, qui l’achète le dimanche, préfère la lire gratuitement au café en semaine, tant il est contrarié par l’orientation politique du journal et l’absence de concurrents régionaux en phase avec ses convictions.

59Roseline porte également un regard exigeant sur le contenu du journal : « De temps en temps, ils font du sensationnel dans La Dépêche et ça me gêne. Le sensationnel, c’est le rôle d’une autre presse que je lis pas. » Toulousaine de naissance, elle n’envisage toutefois pas de résilier l’abonnement au journal papier de son enfance.

Un prix jugé élevé mis à l’épreuve de la gratuité

60Roseline vit en hlm, Eugénie touche une retraite modeste, et toutes deux jugent le prix de l’abonnement annuel élevé. Roseline tient malgré tout à rester abonnée, alors qu’Eugénie a refusé la réévaluation du tarif qui lui était appliqué.

61La question du prix ne se pose pas pour Maxime qui lit à la bibliothèque, Cédric qui bénéficie du journal paternel, et Pierre qui lit au café. Pour les autres lecteurs, l’offre en ligne est facilement séduisante : « Pourquoi payer quand on peut s’informer gratuitement ? » est une question qu’ils se posent depuis la mise à disposition gratuite du contenu. Et leur préférence exprimée pour la lecture sur papier est mise à rude épreuve par cette concurrence, même s’ils ont le sentiment d’une moins bonne mémorisation avec l’édition électronique.

62Cet accès gratuit au contenu informationnel, ainsi détaché de la matérialité de l’objet-journal, modifie la valeur perçue du quotidien régional, la réduisant à quelques centimes aux yeux de Caroline. Il vient accentuer la perception de la faible valeur ajoutée de l’information publiée dans l’édition papier, et constitue un frein majeur quant à l’intention de payer pour lire en ligne. Pour Daniel, il n’en est pas question. Il a commencé à lire La Dépêche du Midi en ligne lorsqu’il a pris sa retraite, cette formule lui convient parfaitement parce qu’elle est gratuite, et bien qu’il passe une heure par jour à la lire, s’il devait payer il préfèrerait « aller à la pêche ».

L’expérience de la lecture en ligne

63La lecture en ligne constitue une évolution majeure par rapport aux pratiques des générations précédentes, et les discours des informateurs mettent davantage en évidence une opportunité et une commodité qu’une préférence. Lionel a commencé à expérimenter ces nouveaux supports d’information avec les quotidiens nationaux et apprivoise son nouveau téléphone : « C’est marrant. De là à lire le journal comme je lis le journal le dimanche matin. […] J’aime bien le contact avec le papier. Je prendrais moins de temps à lire le journal sur Internet que sur le papier. Quand je lis La Dépêche sur le papier, je lis des choses que j’aurais pas lues sur Internet. J’aime moins lire sur Internet. Maintenant je n’irai pas contre la marche du temps. Si les journaux ne sont plus que sur Internet, je lirai sur Internet. C’est vrai que les fois où je suis allé lire Le Monde sur Internet, je lis plus succinctement. » Son appréciation des différences entre la lecture en ligne et sur papier est partagée par les lecteurs sur papier que nous avons rencontrés. Avec l’Internet, il apprécie surtout l’accès facilité à plusieurs points de vue, mais reste freiné par la perspective de passer trop de temps devant un écran.

L’importance des lieux de distribution

64Comme le souligne le rapport Spitz (2004), l’éloignement des lieux de distribution peut constituer un frein à la lecture sur papier. Lionel, qui vit dans un quartier pavillonnaire, réalise à quel point l’emplacement du point de vente peut être stratégique : « Quand on habitait à Bordeaux, on avait un marchand de journaux à côté de la maison et on avait ce rituel d’aller acheter le pain avec Sud-ouest le dimanche et Télérama qu’on allait acheter tous les mercredis. Il y a un petit rituel qui est très sympathique et que moi j’aime beaucoup. Aujourd’hui, on le fait plus parce qu’on n’a plus de magasin à proximité. À plus de 200 ou 300 mètres il y a quelque chose de psychologique qui fait qu’on préfère rester chez soi à regarder internet. C’est sûr maintenant qu’on a des accès comme ça. […] La Dépêche, ça va avec les croissants, ils le vendent à la boulangerie alors… »

65Ce frein à l’achat n’empêche cependant pas la lecture depuis l’existence de versions en ligne.

66La concurrence d’autres titres de presse ou d’autres médias n’apparaît pas comme un frein chez nos informateurs dans la mesure où leurs pratiques informationnelles s’additionnent. En revanche, les causes de rupture « anciennes » touchant au contenu, au prix, et aux lieux de distribution côtoient aujourd’hui l’offre gratuite en ligne des éditeurs qui contribue fortement à l’adaptation par les lecteurs de la pratique dont ils ont hérité. Sans constituer obligatoirement une cause de rupture avec le journal, cette opportunité de lecture à titre gratuit peut correspondre à l’évolution d’une pratique habituelle tout en dévalorisant un contenu informationnel dépourvu de matérialité. Elle pose de façon encore plus aigüe la question du modèle économique des entreprises de presse régionale.

Conclusion

67Les entretiens menés auprès de lecteurs de La Dépêche du Midi ont fait émerger de façon récurrente l’importance du processus de transmission familiale dans la pratique de lecture de la pqr, avec à la fois sa force, traduite par l’ancrage de la pratique, ses adaptations à de nouveaux contextes, et sa fragilité face à l’offre de lecture gratuite en ligne.

68C’est ainsi que nous avons observé des pratiques reproduites à l’identique, quotidiennes, familiales, avec un abonnement à l’édition papier ; des pratiques modifiées par rapport à celles des parents avec le journal en ligne en semaine et acheté sur papier le week-end ; une autre forme d’évolution avec une lecture uniquement en ligne et la ferme volonté de ne jamais payer ; et le projet de ne plus acheter ni lire.

69Le lien affectif noué avec le quotidien des jeunes années grâce à la transmission familiale associée à la notion de plaisir peut effectivement être mis à mal par de nombreux facteurs : un déménagement amenant le lecteur à expérimenter un nouveau quotidien régional, un contenu ne donnant pas satisfaction, un prix jugé élevé, des points de vente trop éloignés pour les acheteurs au numéro, et enfin, l’offre gratuite en ligne. Et il apparaît que cette dernière opportunité de lecture concurrence fortement les éditions papier payantes, même auprès de lecteurs exprimant une préférence pour le papier.

70Cependant, le maintien à l’identique chez certains lecteurs de la pratique payante héritée de leurs parents, malgré l’existence de l’offre en ligne, nous amène à formuler l’hypothèse d’un lien fort entre présence physique du journal au domicile, lecture précoce favorisée par un style rédactionnel abordable, et attachement à un objet faisant partie intégrante des souvenirs d’enfance.

71Dans le cas de la lecture en ligne à titre gratuit, la présence physique du journal à la maison et l’habitude d’achat disparaissent. Nous sommes confrontés à une lecture moins ostentatoire que sur papier, et on peut se demander dans quelle mesure la transmission de la pratique de lecture de la pqr peut se perpétuer au fil des générations sans la présence matérielle du journal en tant qu’objet, véritable petite madeleine de Proust…

Haut de page

Bibliographie

Ballarini (L.), 2010, « L’espace public au-delà de l’agir communicationnel, quatre renversements de perspective pour sortir des impasses du modèle habermassien », thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Jacques Guyot, Université Paris 8.

Bélisle (C.), Bianchi (J.), Jourdan (R.), 1999, Pratiques médiatiques, 50 mots-clés, Paris, CNRS Éditions.

Bourdieu (P.), 1979, La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu (P.), dir., 1993, La misère du monde, Paris, Le Seuil.

Charon (J.-M.), 2008, Les journalistes et leur public : le grand malentendu, Paris, Vuibert.

Charon (J.-M.), 2010, « De la presse imprimée à la presse numérique : le débat français », Réseaux, n° 160-161/2010, 256-281.

Chartier (R.), Bourdieu (P.), 2008, « La lecture : une pratique culturelle », in Chartier (R.), dir., Pratiques de lecture, Paris, Petite Bibliothèque Payot, p 277-306.

Debras (S.), 2003, Lectrices au quotidien, femmes et presse quotidienne : la dissension, Paris, L’Harmattan.

Donnat (O.), 2009, Les pratiques culturelles des français à l’heure du numérique, Paris, La Découverte/Ministère de la culture et de la communication, 141-151.

Donnat (O.), 1998, Les pratiques culturelles de français : enquête 1997, Paris, La Découverte/Ministère de la culture et de la communication, 175-181.

Goulet (V.), 2010, Médias et classes populaires : Les usages ordinaires des informations, Paris, Ina éditions.

Granjon (F.), Jouët (J.), Vedel (T.), 2011/6, présentation du n° 170 de la revue Réseaux : « Actualités et citoyenneté à l’ère du numérique », 9-15.

Kaufmann (J.-C.), 2004, Ego : Pour une sociologie de l’individu, (2e édition), Paris, Hachette littératures.

Kaufmann (J.-C.), 2008, L’entretien compréhensif, (2ème édition), Paris, Armand Colin.

Lahire (B.), 2005, Portraits sociologiques : Dispositions et variations individuelles, (2ème édition), Paris, Armand Colin.

Lahire (B.), 2006, La culture des individus : Dissonances culturelles et distinction de soi, (2ème édition), Paris, La Découverte poche.

Mucchielli (A.), 2008, Les motivations, (8ème édition), Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, n° 1949.

Octobre (S.), Jauneau (Y.), 2008, « Une approche de la transmission culturelle », Revue française de sociologie, 2008/4 – vol. 49, 695-722.

Octobre (S.), 2009, « Pratiques culturelles chez les jeunes et institutions de transmission : un choc des cultures ? », Culture prospective, Ministère de la Culture et de la Communication.

Olivier de Sadran (J.-P.), 2008, La rigueur du qualitatif : Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant.

Spitz (B.), 2004, « Les jeunes et la lecture de la presse quotidienne d’information politique et générale », Rapport de mission remis au Ministre de la culture et de la communication.

Haut de page

Notes

1 PQR : Presse quotidienne régionale.

2 Audipresse, qui gère l’étude de mesure d’audience EPIQ (Étude de la presse d’information quotidienne), est une société d’études créée en 2007 par les grandes familles de presse. EPIQ est l’étude de référence de la mesure d’audience de la presse quotidienne française. Basée sur un échantillon national représentatif de 25.500 interviews, elle est réalisée par l’institut TNS Sofres par téléphone.

3 Le lecteur est une personne qui déclare avoir lu, parcouru ou consulté un support de presse sur une période donnée. Le lecteur au numéro moyen (LNM) correspond au nombre moyen de lecteurs par numéro sur les cinq ou six derniers numéros parus d’un quotidien. Source : Syndicat national de la publicité presse.

4 Audience : « nombre de personnes déclarant lire, feuilleter, ou consulter un titre de presse ». Source : www.e-marketing.fr/Définitions-Glossaire-Marketing.

5 « L’indicateur “Brand” recense tous les individus ayant eu, au cours de la semaine, au moins un contact avec la marque, que ce soit par la lecture du quotidien, de son édition du 7ème jour, de ses suppléments magazines hebdomadaires ou la consultation de son site Internet éditorial. » Source : étude EPIQ 2010.

6 PQR 66 est un dispositif fédérant 61 quotidiens régionaux français afin de proposer des offres d’insertion groupées aux annonceurs.

7 Diffusion payée : nombre d’exemplaires effectivement vendus. Ce nombre est forcément inférieur à celui de l’audience, calculé en multipliant le chiffre de diffusion totale par le nombre de personnes ayant eu chaque exemplaire en main (taux de circulation).

8 Étude Xerfi (institut d’études économiques sectorielles) : presse quotidienne nationale et régionale, juillet 2011.

9 Source OJD, association pour le contrôle de la diffusion des médias.

10 Un ménage désigne l’ensemble des personnes qui partagent de manière habituelle un même logement et qui ont un budget commun (source Insee).

11 Source OJD, association pour le contrôle de la diffusion des médias.

12 Étude EPIQ 2010.

13 Spitz Bernard, Les jeunes et la lecture de la presse quotidienne d’information politique et générale, Rapport de mission remis au Ministre de la culture et de la communication, le 6 octobre 2004, p 2.

14 Les États généraux de la presse écrite ont été lancés en octobre 2008 par le Président de la République française : « Il s’agissait d’apporter des réponses aux difficultés économiques que rencontre la presse écrite, notamment face au développement de l’Internet et des journaux gratuits. »

15 Observatoire des métiers de la presse, 2011, « Quel avenir pour le secteur de la presse écrite ? Deux scénarios d’évolution », à partir des travaux du groupe « prospective » piloté par Jean-Marie Charon, p 15.

16 Debras Sylvie, 2003, Lectrices au quotidien, femmes et presse quotidienne : la dissension, Paris, L’Harmattan, p.186.

17 Kaufmann Jean-Claude, 2008, L’entretien compréhensif, Paris : Armand Colin.

18 Leiris Michel, 1969, Cinq études d’ethnologie, Paris : Denoël-Gonthier, pp. 37-38.

19 Les prénoms ont été changés.

20 Bourdieu Pierre, (dir.), 1993, La misère du monde, Paris, Le Seuil, p. 1408.

21 Ballarini Loïc, 2010, « L’espace public au-delà de l’agir communicationnel, quatre renversements de perspective pour sortir des impasses du modèle habermassien », thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Jacques Guyot, Université Paris 8.

22 Granjon (F.), Jouët (J.), Vedel (T.), 2011/6, présentation du n°170 de la revue Réseaux : « Actualités et citoyenneté à l’ère du numérique ». p. 10.

23 Rey Alain (dir.), 2010, Le Robert Dictionnaire historique de la langue française, Paris, p. 1996.

24 Kaufmann Jean-Claude, 2004, Ego : Pour une sociologie de l’individu, (2ème édition), Paris, Hachette littératures, p. 158.

25 Ibidem.

26 Lahire Bernard, 2005, Portraits sociologiques : Dispositions et variations individuelles, (2ème édition), Paris, Armand Colin, p. 414.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rebecca Arditti-Siry, « La place de la transmission familiale dans les pratiques de lecture de la presse quotidienne régionale : entretiens auprès de lecteurs de La Dépêche du Midi », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 33-49.

Référence électronique

Rebecca Arditti-Siry, « La place de la transmission familiale dans les pratiques de lecture de la presse quotidienne régionale : entretiens auprès de lecteurs de La Dépêche du Midi », Sciences de la société [En ligne], 84-85 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://sds.revues.org/1805 ; DOI : 10.4000/sds.1805

Haut de page

Auteur

Rebecca Arditti-Siry

Docteur en Sciences de l’information et de la communication, lerass (ea 827) et Toulouse Business School, Université de Toulouse.
rebecca.arditti@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org