Navigation – Plan du site

Pourquoi lire la presse régionale aujourd’hui ?

Why read the regional press today ?
¿ Por qué leer la prensa local hoy en día ?
Loïc Ballarini
p. 17-31

Résumés

Bien que son audience ne cesse de baisser, la presse régionale demeure la forme d’information de référence au niveau local. Cet article interroge les motivations de sa lecture aujourd’hui, à travers des entretiens. Elles apparaissent comme stables dans le temps, la presse étant, pour ses lecteurs, complémentaire des autres médias et des conversations quotidiennes. Un constat qui invite à redéfinir l’espace public local de façon plus ouverte, fragmentée et dynamique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les petits caractères de l’affiche mentionnent : « Étude epiq, cumul 2007-2009, lecteurs réguliers (...)
  • 2 Moyennes d’Ouest France pour 2010 : tirage 850 000 exemplaires par jour, diffusion totale 780 000 e (...)
  • 3 Bien que ne couvrant pas la totalité du territoire national, et singulièrement peu ou pas les grand (...)

1« 8/ 10. Merci aux 8 Costarmoricains sur 10 qui nous lisent. » Ainsi était rédigé le slogan de la dernière campagne de publicité lancée par Ouest France dans les Côtes-d’Armor durant l’hiver 2010-2011. On pourrait évidemment discuter la façon dont ce rapport a été établi1. On pour­rait également interpréter sa présentation de diverses manières : 8/10, c’est une mention très bien, décernée à la fois aux lecteurs et à leur journal, mais cela peut encore s’améliorer. On pourrait enfin ironiser sur la contra­dic­tion entre la baisse continue des ventes de la presse régionale, phénomène qui n’épargne pas Ouest France, et l’utilisation par ce journal de sa position domi­nante comme ressort publicitaire. Reste que si les volumes diminuent, les hiérarchies demeurent. La presse régionale, qu’elle soit quotidienne (pqr) ou hebdomadaire (phr), constitue la forme d’information écrite la plus lue en France, à tel point que l’on ne s’étonne plus que, dans ce pays réputé pour sa centralisation, le quotidien le plus vendu soit un régional qui ne couvre que trois des vingt-deux régions métropolitaines2. Malgré l’apparition de nou­vel­les concurrences (journaux gratuits dans les grandes villes, internet par­tout) et le vieillissement du lectorat, malgré les incertitudes du marché publi­ci­taire, la baisse du pouvoir d’achat et l’évolution socio-démographique des terri­toi­res, la pqr demeure massivement lue, même si c’est un peu moins qu’au­pa­ra­vant, tandis que la phr est très bien implantée sur une grande partie du territoire3.

  • 4 Le terrain mêle les approches quantitative et qualitative. Une analyse de contenu de 1651 articles (...)

2Dans ce contexte, la question que pose cet article est aussi simple en apparence qu’elle est incontournable pour l’étude de la presse régionale contemporaine. Elle ouvre sur deux dimensions premières, liées aux deux lectures possibles du terme « pourquoi ? ». D’abord la question du choix : quelles sont les raisons qui poussent à lire un journal régional, et ce journal-ci en particulier ? Ensuite la question de l’intention : lire, mais pour lire quoi ? Que cherche-t-on dans le journal local et dans quel but ? S’interroger ainsi, c’est donc se tourner vers le lectorat de la presse régionale, trop souvent oublié alors que son étude est tout aussi nécessaire à la compréhension des enjeux de la presse locale que l’analyse de l’organisation des entreprises de presse, le contenu de leurs publications, le parcours des journalistes et le contexte socio-économique de production de l’information. Ce travail, issu de ma thèse (Ballarini, 2010), est basé sur des entretiens semi-dirigés avec des habitants du Pays de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), ainsi que sur une analyse de contenu de la presse régionale bretonne4. Il constitue un des points nodaux d’une réflexion plus large sur le concept d’espace public, partant du livre fondateur de Jürgen Habermas (1993) et envisageant ses diverses appropriations par les Sciences de l’information et de la communication.

3La presse régionale explique en effet son succès par sa capacité à être la meil­leure animatrice de l’espace public local, dont elle serait le miroir fidèle, diffusant les plus menues informations comme les débats les plus vifs. Cette con­ception de l’espace public comme lieu transparent de circulation des idées et des nouvelles permettant de se forger une opinion, qui est à la fois celle d’Habermas et très proche des mythes professionnels des journalistes, est évi­dem­ment valorisante pour la presse locale. Rien n’indique cependant qu’elle corresponde a priori aux raisons pour lesquelles les lecteurs achètent ces jour­naux, ni à la perception qu’ils ont de l’écosystème médiatique local et natio­nal. C’est dans cette tension possible qu’il apparaît pertinent d’inter­roger la place qu’occupe aujourd’hui la presse locale dans l’espace public sans cesse recomposé des régions : peut-on envisager les relations entre la presse et ses lecteurs en termes d’espace public et, si oui, quelle définition donner à cet/ces espace(s) public(s) ? Pour tenter de répondre à ces questions, cet article s’attache tout d’abord à la question du choix du titre lu, puis à la maniè­re de le lire, enfin à son rôle dans la circulation des idées et des nouvelles.

On ne choisit pas son journal préféré

Le rôle primordial de la famille

4Le Pays de Saint-Brieuc, centré autour du chef-lieu des Côtes-d’Armor, est couvert par trois journaux d’information générale : deux quotidiens, Ouest France et Le Télégramme, et un hebdomadaire, Le Penthièvre. Peu d’enquê­tés sont des non-lecteurs absolus de presse locale, tant il est fréquent de la rencontrer au travail, dans la famille ou chez des connaissances quand on ne la lit pas régulièrement. Il existe ainsi mille occasions de la vie quotidienne pouvant amener à prendre en main un journal régional. Pour autant, les raisons qui font que chacun lit tel journal plutôt que tel autre — c’est-à-dire, la plupart du temps, Ouest France plutôt que Le Télégramme, Le Penthièvre arrivant en lointaine troisième position — sont en revanche peu nombreuses. Elles ont de plus comme point commun de ne quasiment jamais relever d’une décision prise en conscience par le lecteur, comme on ferait l’acquisition d’une bicyclette après en avoir essayé plusieurs.

5L’explication qui revient le plus souvent renvoie le choix du titre lu à la géné­ration précédente : l’habitude de lecture issue d’un héritage familial demeure aujourd’hui la plus prégnante. Il n’y a pas ici de choix à proprement parler, mais l’acceptation plus ou moins consciente de décisions ou d’habitudes prises par les parents. Celles-ci se discutent d’autant moins dans le cas des enquêtés qui obtiennent leur journal directement par leurs parents, soit parce qu’ils sont jeunes et habitent encore chez eux, soit qu’ils l’y lisent ou le récupèrent quand ils y passent. Même le maire d’une commune rurale, à qui sa fonction impose une lecture utilitaire des trois journaux, cite en premier lieu la famille : « Je le lis à la mairie, j’ai mon père qui l’a aussi, ma belle-mère qui l’a… j’en ai toujours un à la maison, c’est de l’un ou de l’autre. Je ne me suis jamais abonné à Ouest France, et je l’ai toujours lu toute ma vie. Ça fait partie du patrimoine… ».

Lectures obligatoires ou par défaut

6L’habitude de lecture héritée de la famille ne relève certes pas d’un choix délibéré, mais il s’agit d’une contrainte qui, pour être très efficace, n’en paraît pas moins douce et naturelle, comme allant de soi. Il est une autre forme de contrainte, plus impérative mais aussi moins fréquente, qui s’impose à plusieurs enquêtés : l’obligation professionnelle. Le maire déjà cité, un secrétaire général de mairie ainsi qu’une chargée d’affaires culturelles de la ville de Saint-Brieuc font état de cette motivation. Les deux premiers lisent les trois journaux, la troisième se contente généralement de la revue de presse préparée chaque matin par les services de la mairie pour vérifier si les conférences de presse qu’elle organise, les événements dont elle a la charge ou les partenariats qu’elle met en place sont bien présents dans les colonnes des journaux locaux. Si son emploi du temps ne lui permet pas d’attendre la revue de presse, elle consulte les sites internet des quotidiens — au moment de l’enquête, Le Penthièvre n’a pas encore de site. Il faut préciser cependant que ces formes de lecture rendues obligatoires par l’activité professionnelle ne s’imposent pas sur des terrains vierges : chacun de ces trois enquêtés avait une pratique quotidienne de lecture avant que ses fonctions ne l’y astreignent.

7Il existe enfin une troisième forme de non-choix d’un journal régional, qui concerne les cas où un titre particulier s’impose par défaut, celui-ci pouvant être d’ordre géographique ou temporel. Le défaut est géographique quand on lit le journal qui est disponible là où l’on se trouve : à la cafétéria, au restaurant universitaire, au café ; ou quand, originaire d’une région couverte par un quotidien particulier, on se met à lire celui qui est diffusé là où l’on habite désormais. Il est temporel lorsque l’on adapte ses lectures à son emploi du temps — de la journée, de la semaine ou des différentes étapes de la vie. Ainsi l’un des enquêtés, juriste dans une association, lisait Le Monde tous les jours durant ses études de droit. Au début de sa carrière professionnelle, célibataire vivant en banlieue parisienne, il lisait les hebdomadaires généralistes, notamment L’Express. Aujourd’hui en couple, avec deux enfants, installé dans un petit bourg rural dont il apprécie les intenses relations de voisinage, il n’achète plus qu’Ouest France une fois par semaine, le jour de la parution du programme télévisé.

La lecture comme besoin

8Au non-choix s’ajoute parfois le sentiment d’une évidence, sinon d’un besoin, de lire la presse, qui peut prendre plusieurs formes. La première est quasiment tautologique : il faut lire parce qu’il faut lire, parce que c’est bénéfique de lire et que rien ne peut remplacer cette activité. Ce sont des enquêtés âgés qui s’expriment ainsi, eux qui ont toujours lu la presse régionale et peuvent cumuler plusieurs décennies d’abonnement. Ils appartiennent presque tous à la classe d’âge des plus de 65 ans, la seule chez qui la lecture de la presse quotidienne augmente encore, et qui constitue la première génération décrite dans la dernière étude sur les Pratiques culturelles des Français. Celle qui, née avant la Seconde Guerre mondiale, ayant grandi dans un monde où l’écrit était dominant, conserve un attachementfort à la presse, que ne remet pas en cause une pratique pourtant intensive de la télévision (Donnat, 2009).

9L’évidence qu’il faut lire peut aller jusqu’à prendre la forme d’une sorte d’obligation morale, liée à la profession exercée, en l’occurrence le métier d’enseignant. « On a de la peine à imaginer que certains profs peuvent ne pas lire de quotidien régional. C’est passer à côté d’une grande partie de ce qui fait la vie de leurs élèves », affirme un professeur de collège. Ne pas lire le journal régional, ce serait donc se tenir à l’écart du lien social, refuser de participer à la vie locale et, pire, renoncer à la comprendre. Or, comment bien enseigner sans connaissance, non seulement des idées, programmes et techniques que l’on est chargé de transmettre, mais aussi du contexte qui entoure l’acte même d’enseigner, et notamment de la multitude d’interactions sociales dans laquelle les élèves sont pris et qui influe sur leurs capacités de réception, d’apprentissage, de restitution de ces contenus et de réflexion à leur endroit ? Aucune règle, écrite ou tacite, n’oblige un enseignant à lire la presse ; mais une certaine conception de son éthique professionnelle peut et devrait cependant l’y pousser selon ce point de vue. L’articulation entre la cause et les effets demeure pourtant en grande partie artificielle. D’abord parce que la presse n’est qu’un miroir très imparfait de la vie locale, ce dont les enquêtés qui la lisent assidûment sont par ailleurs conscients. Ensuite parce que cette obligation morale n’est pas le principal ressort de leur pratique personnelle de lecture, celle-ci étant, ici encore, liée à des habitudes familiales renforcées par le militantisme syndical et politique. Affirmer que la nécessité de lire un quotidien régional devrait paraître évidente à tout enseignant constitue en fait plutôt un reproche à l’encontre de ceux de leurs collègues qu’ils savent ou qu’ils présument lecteurs moins assidus qu’eux, et dont ils déplorent la démobilisation et le manque d’investissement croissant dans les projets pédagogiques et syndicaux. Plus que l’instrument d’une pratique professionnelle intégrée à la vie de la cité, la presse locale joue ici le rôle de baromètre de la dépolitisation d’une profession.

10Au-delà des considérations morales ou professionnelles, le journal régional peut encore s’imposer pour deux raisons : pour son taux de pénétration important, qui en fait une sorte de journal officiel enregistrant les minutes de tout ce qui passe localement ; ou pour le plaisir que sa lecture procure — ce dernier cas n’étant étonnamment cité qu’une seule fois.

Des habitudes rarement mises en cause

  • 5 Une abonnée à Ouest France : « Ma cousine a Le Télégramme. Quand on le lit… on est perdu. On ne sai (...)

11Non choisi par ses lecteurs, le journal régional s’impose par héritage familial, obligation professionnelle ou, plus prosaïquement encore, par défaut. La lecture d’un titre plutôt que d’un autre devient ensuite une habitude, tellement ancrée que le concurrent paraît difficile à lire ou désordonné, tant l’œil a ses repères dans le déroulé du journal et dans chacune de ses pages5. Sauf cas exceptionnel, cette habitude n’est jamais remise en cause, ni même pondérée. Au contraire, on constate que les intérêts particuliers de lecture (obsèques, pages sportives…) renforcent l’habitude : c’est toujours dans son journal « préféré » que l’on a l’impression que les thèmes qui nous intéressent le plus sont les mieux traités. Pourtant, si les enquêtés sont nombreux à évoquer le quotidien qu’ils ne lisent pas, rares sont ceux qui ont véritablement comparé Ouest France et Le Télégramme. La plupart se contentent d’évocations vagues ou de on-dit. Pour eux, la question ne semble en fait pas se poser : une habitude bien ancrée finit par sembler naturelle, et l’on s’attache même aux défauts de son journal, considérant à la limite que, le propos des deux quotidiens étant à peu de chose près similaire, autant continuer à lire celui auquel on est habitué.

12Il est à ce titre significatif de noter qu’un seul enquêté a, au cours de sa vie de lecteur, changé de journal. Ce militant écologiste, bien qu’agacé par l’« idéo­logie douce », « purement centriste et conservatrice » qu’Ouest France diffu­se selon lui, s’en est longtemps accommodé, parce qu’il trouvait le journal « très très bien fait ». Jusqu’à ce que le traitement des grèves du printemps 2003 contre la réforme des retraites le scandalise, le conduisant à interrompre son abonnement. Il lit depuis Le Télégramme, qu’il juge « pas mal fait non plus ». Au-delà de l’apparente motivation politique de sa déci­sion, il s’agit bien ici d’un autre type de « choix négatif » ou par défaut. Puisqu’il ne lisait pas Le Télégramme à l’époque, il ne sait pas quelle a été son attitude lors de ces événements, a fortiori encore moins si ce traitement de l’information lui aurait mieux convenu que celui d’Ouest France. Ce n’est donc pas une comparaison qui l’a poussé au changement, mais une rupture : Ouest France lui ayant déplu une fois de trop, mais désirant toujours lire un régional, il ne lui restait alors d’autre choix que celui de se rabattre sur Le Télégramme.

13Une telle démarche ne serait pas possible dans la majorité des régions fran­çai­ses, où la pqr a développé des monopoles locaux très étendus. Mais dans une région où l’alternative est possible entre deux quotidiens, on pourrait s’at­ten­­dre à ce que plus de lecteurs fassent le même chemin. Le poids des rou­tines familiales serait-il si fort qu’il empêcherait de franchir ce pas ? Les journaux seraient-ils perçus comme tellement équivalents qu’il paraisse trop coûteux de changer ses habitudes pour apprendre à en lire un autre, c’est-à-dire maî­tri­ser une nouvelle forme qui n’habille rien d’autre que le même fond ? Quelle que soit la réponse, elle écorne la vision idéaliste du pluralisme de la presse régionale et du choix rationnel des lectures en fonction d’intérêts bien compris.

Les deux manières de lire un régional

Une lecture géographique

14Rares sont les lecteurs qui déclarent lire le journal local dans son intégralité. Même les retraités qui auraient a priori le temps de le faire survolent toujours certaines rubriques. On relève en fait deux manières de lire la presse régionale : la plus citée est géographique, la seconde thématique. La lecture géographique fait référence aux différentes échelles de territoire telles qu’elles apparaissent dans le déroulé du journal ou dans la perception de ses lecteurs. La commune de résidence est souvent la première destination du lecteur, les niveaux régional et national étant consultés en fonction des intérêts personnels et professionnels, ainsi que du temps disponible. Les lecteurs parlent également beaucoup de « local » ou de « pages locales », concept aux contours flous qui, selon qu’on y participe, s’y intéresse ou au contraire le regarde de loin, attire autant qu’il repousse. À première vue, les ruraux sont plus friands de « local » que les urbains, facilement méprisants à l’égard des concours de boules et autres kermesses. Cependant ces petits jugements à l’emporte-pièce montrent surtout que chacun se fait sa propre idée du local, que « le » local est avant tout un local particulier, un local parmi d’autres. Un couple de retraités vivant dans le chef-lieu déclare ainsi s’intéresser surtout à « Saint-Brieuc, et les environs. […] Les pages intérieu­res, ça nous intéresse moins, forcément. » Pourtant, Saint-Brieuc et ses envi­rons font bien partie des pages intérieures ! Tout autant que le village côtier dont ils sont originaires, où ils passent tous leurs étés et dont ils aiment avoir des nouvelles. Ces communes font incontestablement partie de « leur » local, et c’est pour cela qu’elles ne sont paradoxalement par perçues comme « intérieures ». Les pages d’un journal n’apparaissent en effet jamais plus intérieures à un lecteur que lorsqu’elles sont extérieures à ses préoccupations.

  • 6 Cela est moins vrai pour les hebdomadaires régionaux, qui ne comportent que rarement des rubriques (...)

15La question est donc plutôt de savoir si l’espace vécu d’une personne, d’un couple ou d’une famille peut être transposé à la lecture du journal. Aux impressions, aux déplacements quotidiens et hebdomadaires, aux activités du travail, de la conduite du ménage et des loisirs, aux relations familiales, amicales et professionnelles, il faudrait alors trouver un équivalent dans les rubriques du journal. En apparence, l’opération semble possible, tant la lecture d’un quotidien régional permet d’embrasser la totalité du monde6. Du plus petit hameau à l’actualité internationale, en passant par les rubriques sportives et magazine, la diversité des échelles et des thèmes abordés y est certainement la plus grande de toute la presse.

  • 7 Au sens des « territoires de projets » définis par la loi du 25 juin 1999 (dite loi Voynet) censés (...)

16Les apparences sont cependant en grande partie trompeuses. Le monde que le journal régional donne à lire est très éloigné de celui dans lequel vivent ses lecteurs potentiels. Fait d’une suite de micro-événements sans contexte, il igno­re les processus sans cesse recommencés de construction des identités et de l’appartenance à un territoire. Et si ce monde paraît extrêmement divers, il n’en exclut pas moins de larges pans de la vie sociale – j’ai par exemple mon­tré que le chômage y était quasiment invisible (Ballarini, 2008). Cette vision de l’information, qui fait la part belle aux micro-notabilités et à la tranquillité sociale tout en refusant toute référence à l’échec, est en outre sou­mi­se à un découpage territorial qui semble naturel à force d’habitude, mais qui n’est rien d’autre qu’arbitraire. Les quotidiens et la plupart des heb­do­ma­dai­res régionaux utilisent en effet comme base de leur déroulé le couple commune-canton. Faute de cases pour les y ranger, ils se rendent ainsi aveu­gles aux échel­les de l’intercommunalité et du Pays7, où tendent pourtant à se con­cen­trer les pouvoirs politiques et économiques locaux. À la rigueur appa­ren­te de ce découpage s’ajoutent de plus de notables exceptions : sans être absents des pages locales, le sport et la culture disposent, tout comme les annonces clas­sées et les avis de décès, de rubriques dédiées et a-territoriales, situées en fin de journal. Il ne faut enfin pas oublier la question de la zone de couverture des journaux qui, contrairement à ce qui est affiché, résulte bien plus de luttes pour la conquête de territoires que de stratégies identitaires ou de repré­sen­ta­tion (Tétu, 1995 ; Le Bohec, 1999). Alors que les niveaux locaux du territoire ne cessent de se complexifier, entraînant souvent la con­fu­sion chez les lecteurs, le journal ne fait rien pour la dissiper, mais l’accentue au contraire par son incapacité à adapter son découpage aux réalités de la vie quotidienne.

Une lecture thématique

17Quand elle n’est pas spatialement différenciée, la lecture du quotidien régio­nal est thématique : sport, informations-services, loisirs, etc. La plupart de ces thè­mes peuvent cependant se rattacher au niveau local. Combinés à lui, ils mo­ti­vent l’abonnement ou la lecture quotidienne. Seuls, ils conduisent à un achat ré­gulier, le lundi pour les résultats sportifs, le vendredi ou le samedi pour le pro­gramme des festivités du week-end ou le supplément TV ; ou à un achat ponc­tu­el, pour retrouver par exemple la photo de ses enfants après une sortie sco­lai­re. Les avis d’obsèques, souvent cités, demeurent une motivation de lec­tu­re importante, et qui impose la régularité. Mais, contrairement aux idées re­çues, cette motivation n’est jamais ni principale ni exclusive : les avis d’ob­sè­ques sont toujours mentionnés conjointement à une ou plusieurs autres rubriques.

18Il y aurait dans ce constat de quoi désespérer un journaliste attaché à son mé­tier (ou à la représentation qu’il s’en fait) : ce que les lecteurs recherchent, ce sont des résultats de matches de football, l’annonce des animations à venir, les horaires des marées, de la permanence du député ou de la bibliothèque, bref tout ce qui demande le moins de travail journalistique, tout ce qui n’est pas « no­ble ». Ce serait aller vite en besogne et oublier que ces réponses thé­ma­ti­ques ne viennent là non plus jamais seules. La vie pratique n’est en effet pas détachée de la vie citoyenne, et les menues informations du quotidien font par­tie d’un tout indissociable. C’est en cherchant des informations pratiques que l’on tombe sur des articles liés à sa vie professionnelle ou à ses centres d’in­té­rêt, dont on pourra ensuite réinvestir le contenu dans ses réflexions et con­ver­sations. Sans que l’on puisse assimiler ces processus à une discussion rai­son­née sur les enjeux communs, sans donc atteindre à l’idéal partagé des jour­na­lis­tes et des théoriciens de l’espace public, il faut bien reconnaître que la cir­cu­lation des idées et des nouvelles se fait aussi, et peut-être surtout, par ces ca­naux quotidiens et routiniers dont la presse locale constitue un élément important.

19Un bon exemple de ces apparentes contradictions réside dans les cas, nom­breux, où le journal régional n’est pas lu tant pour y apprendre quelque chose que pour y retrouver quelque chose que l’on sait déjà. Ce n’est pas ici un inté­rêt personnel, politique ou professionnel pour un thème particulier qui va con­duire le lecteur à être attentif aux articles le concernant et à les rechercher. Mais c’est le fait de savoir que tel événement précis a eu lieu qui fera acheter le journal dans l’espoir d’en lire le compte-rendu. Cette démarche est extrê­me­ment fréquente et rejoint en partie des motivations déjà évoquées : on cher­che la photo du match de football de l’équipe de son fils, ou l’article qui rend compte de la manifestation à laquelle on a participé. De ce point de vue, la re­cher­che de ce que l’on sait déjà est certainement une des motivations prin­cipales d’achat de la presse régionale, tout en étant une des plus paradoxales.

20Pourquoi en effet vouloir absolument lire et (re)voir ce que l’on sait déjà ? Pour la précision qu’apporte le journal peut-être, pour l’« officialisation » qu’il fait de cet événement, la légitimité qu’il lui confère en lui consacrant une place, un texte, une photo. Pour autant, cette motivation n’est que rarement citée en tant que telle par les enquêtés, demeurant en général implicite. Elle ne devient explicite que lorsque l’on aborde des exemples précis, ou qu’elle correspond pour le lecteur à une pratique régulière d’ordre critique. Ainsi la chargée d’affaires culturelles ou le militant syndical ont-ils développé un usage conscient du journal consistant à ne pas simplement chercher si le journal a parlé de tel ou tel événement, mais bien plutôt comment il en a parlé. Un secrétaire général de mairie déclare : « Il y a l’information, les faits, et puis quelquefois l’interprétation que le journaliste en donne qui est un fait en lui-même. […] C’est pour ça que quelquefois il est important que je me réfère quand même au journal, parce que ce fait-là, c’est uniquement si je lis le journal que je l’aurai. » Rien ou presque de ce qui paraît dans le journal concernant sa commune ne lui est préalablement inconnu. Mais sa lecture relève d’un double enjeu. Elle comporte tout d’abord la quête d’une part de justification, voire de reconnaissance de sa propre action, confondue en une forme de synecdoque avec l’action conduite par la mairie — en témoignent ses longs développements sur le « sentiment d’injustice » ressenti lors du traitement de telle ou telle affaire, où la mairie avait été selon lui mise en cause à tort. Elle tient aussi dans l’élaboration d’un discours sur le journal à partir du journal lui-même, et à travers la confrontation entre ce qu’il donne à lire et la « réalité des faits » telle qu’il suppose la connaître. S’il paraît naturel que les enquêtés qui sont le plus en contact avec le journal et les journalistes (de par leurs activités professionnelles, militantes ou associatives) développent de façon formalisée ce type de discours, il n’est cependant pas leur apanage. Il suffit d’avoir assisté à une fête champêtre puis d’en lire un compte-rendu insistant sur tel aspect que l’on estime secondaire pour que s’installe ce type de distance, qui n’apparaît jamais en premier dans les récits des enquêtés, mais qui est toujours prête à être illustrée d’exemples vécus.

Presse locale et espace public

Le reflet imparfait d’une vie complexe

21On observe très bien ce phénomène lorsque l’on s’intéresse à la façon dont les lecteurs perçoivent la qualité de la presse locale. Les premiers termes qui viennent dans la discussion sont toujours positifs : « Il est bien fait, ce journal. » Neutre, respectueux, attentif à ne pas mettre en cause indûment des personnes et ouvert aux actions que l’on aurait envie de faire connaître, tel est le portrait global et spontané du journal régional. Mais il ne reste pas lisse bien longtemps et, dès que l’on considère le journal non plus comme une entité, mais comme un ensemble d’articles ou d’individus contribuant à le fabriquer, pointent des réserves et des critiques parfois très argumentées. Le lecteur est cependant souvent indulgent : une erreur peut arriver, et le journal est en général de bonne foi — la preuve, il rectifie dans une édition ultérieure s’il lui est arrivé de se tromper. Une annonce de concert qui paraît dans la mauvaise commune, les noms des interviewés inversés dans un micro-trottoir, cela est certes agaçant, mais tout de même « pas dramatique ». Plus gênante est sa propension à se focaliser sur certains aspects de la vie locale, quitte à en oublier d’autres pourtant dignes d’intérêt. « Il faut prendre sur internet. Autrement dans Ouest France, ils n’en parlent pas », affirme un opérateur de contrôle technique automobile, grand amateur de sports mécaniques.

22À partir de ces récriminations ponctuelles ou plus régulières peuvent toutefois se former des critiques générales qui, si elles sont moins fréquentes, cons­ti­tuent en revanche une remise en cause profonde des modes de fonctionnement de la presse locale. Elle est tout d’abord accusée de manquer de curiosité. « Pour la vie locale, Ouest France, il n’y a rien. Enfin… à part des événe­ments. C’est juste des articles sur des événements. » Le type d’événement dont parle cette laborantine de trente ans n’est pas ce qui provoque un chan­gement de rythme dans le quotidien et « marque une nouvelle temporalité, qui altère les rapports au passé et à l’avenir » (Bensa et Fassin, 2002), comme on peut le concevoir en sociologie ou en anthropologie. Au contraire, l’événement est ici parfaitement prévisible et s’inscrit dans la continuité des routines micro-locales. Il s’agit du concert, du conseil municipal, de l’assemblée générale d’une association ou des horaires de cinéma, qui ne sont des événements que parce qu’ils paraissent dans le journal. C’est bien ici que se situe le reproche, dans cette paresse qui consiste pour le journal à se contenter des invitations qu’il reçoit, plutôt que d’aller chercher par lui-même les éléments qui lui permettraient d’élaborer, de construire des événements originaux. Le « standard du fait » (Mouillaud et Tétu, 1989) et les « lunettes » des journalistes (Bourdieu, 1996), qui font qu’il ne se passe rien d’autre dans le journal que ce que le journal peut attendre qu’il se passe, ne sont pas que des concepts : leurs effets sont bien perçus par les lecteurs.

23Pire que le manque de curiosité : la collusion. Les lecteurs sont nombreux à reprocher aux régionaux leur ligne consensuelle, ou à les accuser de travailler à la perpétuation de l’ordre établi, mais ils n’avancent guère de preuves à leurs propos. Il arrive cependant que des indices graves et concordants viennent étayer ces thèses. Ainsi un professeur de lycée a-t-il été témoin à deux reprises de l’influence directe de deux champs voisins du journalisme sur celui-ci. L’économie, tout d’abord : membre d’un club sportif organisant des compétitions estivales de beach-volley de niveau européen, il a constaté que, lors de la première édition, Ouest France ne leur avait pas accordé une ligne. Parce que l’intégralité de la publicité médiatique avait été achetée au Télégramme ? Force est de constater que « l’année suivante, ils ont donné leur pub à Ouest France, et là les infos y étaient. » La politique, ensuite : après une Semaine de la presse au cours de laquelle certains de ses élèves avaient émis, dans un article publié par Ouest France, des critiques sur leur nouveau gymnase, le maire en personne avait appelé le proviseur pour s’en plaindre. Cette récrimination, qui n’a jamais été portée à la connaissance des lecteurs (sous forme d’un rectificatif par exemple), est révélatrice de la teneur des relations ordinaires entre presse locale et politique municipale : « Le responsable de l’agence Ouest France à Saint-Brieuc, il ne va pas embêter le maire. Ça fait réfléchir. » Et cela peut, contrairement aux erreurs de noms que l’on pardonne, entamer sérieusement la crédibilité du journal.

À quoi sert la presse locale

24Pourtant, lorsque l’on demande aux lecteurs si la presse régionale répond à leurs attentes, ils sont là encore très positifs. À nouveau, la satisfaction l’emporte — et de loin — sur la critique. Ce jugement est amplifié chez ceux qui, en vacances ou en déplacement, ont eu l’occasion de comparer « leur » quotidien avec un autre régional. « Faut avoir lu d’autres journaux quand vous allez vous promener dans les autres endroits de France, pour se rendre compte qu’Ouest France, finalement, n’est pas si mauvais que ça », explique un guichetier de La Poste. Il faudrait pouvoir mettre cette comparaison en perspective avec l’expérience de lecteurs d’autres régions, mais il est probable que le journal que l’on a l’habitude de lire parte avec un a priori favorable. Ses défauts se sont fondus dans le paysage de lecture quotidien, tandis que ceux des journaux que l’on découvre sautent d’autant plus aux yeux que le territoire dont ils parlent nous est moins familier, permettant à l’attention de se focaliser sur des enjeux moins personnels.

25Si l’exercice comparatiste a naturellement tendance à valoriser ce qui nous est proche, on sera peut-être plus surpris de constater que ce sont des enquêtés parmi les plus engagés à gauche, c’est-à-dire les plus susceptibles de remettre en cause l’orientation des journaux locaux vers la stabilité sociale et le conservatisme politique, qui déclarent trouver ce qu’ils cherchent dans ces publications qui, finalement, correspondent à leurs attentes. Mais faut-il vraiment s’en étonner ? Ou plutôt, peut-on s’en étonner sans se demander préalablement à quoi sert la presse régionale pour ceux qui la lisent ? Les militants syndicaux et politiques n’attendent pas de la presse locale qu’elle leur fournisse des arguments allant dans leur sens et tendant à étayer leur vision du monde. C’est pourquoi ils y trouvent effectivement ce qu’ils y cherchent, qui est tout autre chose : comme les autres lecteurs, ils attendent de leur quotidien régional des informations pratiques et factuelles, une couverture dense du territoire, une relative neutralité de ton.

26La perception du journal comme « ouverture sur le monde » est quant à elle marginale. Au-delà de quelques figures rhétoriques convenues, il n’est pas non plus appréhendé comme un instrument de participation au débat public. La fonction de la presse régionale semble plutôt ressortir d’une forme de main­tien d’un lien social élémentaire, passant par la diffusion au sein de la com­mu­nauté locale des avis de naissance, de décès, de rassemblements divers. Les régionaux, qui ont construit leur modèle sur une ligne consensuelle et dépolitisée (ce que Bourdieu appelle les médias « omnibus »), visant à l’éta­blis­sement de monopoles locaux, se défient de tout marquage politique, et par­viennent dans une large mesure à entretenir l’indécision, si ce n’est la confusion, à ce sujet. Suivant le lecteur interrogé, c’est ainsi tantôt Le Télé­gram­me, tantôt Ouest France, qui est perçu comme étant plutôt de droite ou de gauche – et l’on peut très bien être de gauche, trouver Le Télégramme plus à gauche que son concurrent, sans pour autant cesser de lire Ouest France.

27L’idéal d’espace public développé par Habermas (1993) partage avec les my­thes professionnels des journalistes cette conception de la presse comme lieu symbolique de circulation des idées aboutissant à la construction d’une opinion publique par l’échange rationnel d’arguments. Mais pour que cet idéal puisse avoir une chance de se réaliser, il faudrait que la presse constitue une sorte de service public réussissant la gageure de diffuser de manière ri­gou­reusement neutre des informations exclusivement politiques au sens restreint du terme. Ce n’est évidemment pas le cas, pas plus dans la presse nationale que régionale, et « seule la foi ethnocentrique dans le mythe de l’“opinion personnelle” qu’on “se fait” au prix d’un effort permanent pour s’informer et se tenir au courant, peut faire ignorer que le journal (quand on en lit un) n’est un journal d’opinion que pour quelques-uns » (Bourdieu, 1979, p. 515).

28L’idéal d’espace public implique également la réciprocité. Or, dans les faits, la réciprocité n’existe pas. Le lecteur, destinataire du journal, ne devient jamais destinateur au sens où Habermas l’entend, c’est-à-dire en tant que personne privée faisant un usage public de sa raison. S’il peut en effet lui arriver de faire part de ses opinions à la rédaction, cela est très rare, car il y a une intériorisation du fait que ce n’est pas au lecteur d’écrire dans le journal. Quand cela arrive, ses interventions sont systématiquement filtrées : sélection et coupe des courriers des lecteurs, imposition de problématique et possibilité de sélection et de coupes sur le site internet. Ajoutons encore que n’importe qui ne s’adresse pas au journal : professeur syndiqué, ancien chef de centre des impôts, chargée d’affaires culturelles, maire. Seuls des enquêtés appartenant à des classes sociales « lettrées », habitués à prendre la parole en public ou à utiliser l’écrit de manière officielle sont intervenus dans le journal. Si l’espace public était à l’image de ceux qui peuvent y avoir accès pour y exprimer leur opinion, alors il faudrait considérer que la citoyenneté est censitaire et que le droit d’entrée en termes de placement dans le champ social est particulièrement élevé. La « sphère publique bourgeoise » haber­massienne mériterait son appellation selon son acception la plus restrictive, c’est-à-dire qu’elle serait très « bourgeoise », mais guère « publique ».

Information et conversation

29La question du courrier des lecteurs est la seule, parmi toutes celles abordées pendant les entretiens, qui soit véritablement clivée socialement. Dans les ju­ge­­ments portés sur la presse locale, dans ce que les lecteurs y recherchent ou en perçoivent, les déterminants habituels comme le sexe ou les catégories socio­professionnelles ne semblent jouer qu’un rôle mineur. Certes, le fonc­tion­ne­ment du journal n’est pas appréhendé de la même manière par le méca­ni­cien qui n’a pas fait d’études et assimile le journal à une usine, et par le se­cré­taire général de mairie qui a fait des études supérieures, fréquente les jour­na­listes tous les jours, lit la presse régionale et nationale et possède une con­nais­sance globale assez précise du régional (rôle différencié des corres­pon­dants et des journalistes, noms des responsables de la rédaction, existence d’un directeur départemental, etc.). Mais leurs attentes et remarques portant sur ce qu’ils estiment être une déformation des informations par le journal se rejoignent.

30Non choisi par ses lecteurs, tout en étant apprécié comme un pourvoyeur relativement neutre d’informations pratiques diversifiées, et critiqué pour sa tendance à se complaire dans la reproduction des notabilités : le portrait du journal régional, ainsi que les raisons de le lire (ou pas), apparaissent extrêmement stables au cours du temps, loin de la tempête qui semble agiter les salles de rédaction et les analyses des experts autoproclamés. La place du régional se réduit, mais sa fonction demeure. Et la concurrence qui s’observe, d’un point de vue économique ou symbolique, entre les différents moyens de diffusion d’information, se traduit paradoxalement, dans l’expérience de la vie quotidienne, en termes de complémentarité. Car ce ce qui relie tous les enquêtés, lecteurs réguliers ou occasionnels de la presse régionale, est un fait aussi évident que rarement pris en compte : le journal ne suffit pas pour connaître le monde. Il est d’autres médias, qui se complètent ou se contredisent, le tout tissant des liens complexes avec l’un des phénomènes essentiels de la vie quotidienne, la conversation.

31Le sentiment dominant chez les enquêtés est d’ailleurs que la conversation et les médias jouent un rôle équivalent dans la connaissance du monde. La ré­par­tition la plus fréquente voit les informations locales apportées par la con­ver­sation, et les informations concernant les échelles supérieures de territoire apportées par les médias. Les conversations avec les collègues de travail sont par exemple une source importante d’information locale, soit que le collègue qui vous l’apprend soit un témoin ou un acteur du récit ou de l’anecdote con­si­dérés, soit qu’il l’ait lui-même appris de quelqu’un d’autre ou d’un média. Cette représentation schématique recouvre cependant de grandes nuances, des­quelles ne semble ressortir aucune régularité permettant d’en attribuer les va­ria­tions aux déterminants sociaux habituels. Les enquêtés qui déclarent ainsi apprendre plus de choses sur le monde par la conversation ont certes une vie sociale riche, connaissent très bien leur quartier ou leur commune, ou font partie de réseaux militants – mais ils partagent ces caractéristiques avec la plupart de ceux dont la source principale de connaissance du monde est la presse, tandis qu’aucune considération généralisable de revenu, de profession ou de parcours de vie ne les en distingue. Une recherche quantitative abouti­rait peut-être à l’établissement de régularités statistiques que l’enquête quali­ta­tive ne peut appréhender. Mais quoi que celles-ci pourraient révéler, elles ne re­met­traient pas en cause le fait que la constitution de l’opinion person­nelle, la réflexion sur les problèmes immédiats comme sur les enjeux com­muns ne peuvent être portés uniquement par les médias, qui ne donnent du monde qu’une image très simplifiée et sont toujours au moins complétés, parfois totalement suppléés, par les conversations. Il n’existe pas de ligne de partage de l’information comme il en est des lignes de partage des eaux entre deux bassins versants : alors qu’une rivière coule nécessairement sur un flanc ou l’autre d’une montagne, personne n’est totalement aveugle et sourd à tout type de média, tout comme personne n’est irrémédiablement éloigné de toute relation intersubjective.

32Écrire ceci n’implique pas qu’il faille renoncer à tout lien entre presse locale et espace public, mais invite à reconsidérer le cadre de ce qui est communément admis comme constituant l’espace public. La conception classique d’un espace public considéré comme le lieu symbolique de circulation des idées permettant un usage public de la raison médié par les journaux est en effet très éloignée des constats réalisés sur le terrain. La presse régionale n’est pas l’organe neutre à travers lequel chaque citoyen peut s’exprimer et grâce auquel il forge son opinion. Cependant, elle participe au maintien d’un lien social élémentaire, qui passe notamment par la transmission des informations pratiques et des menues nouvelles. Ce flux de micro-informations ne suffit évidemment pas à porter le débat sur les enjeux d’intérêt général ; il en est toutefois une des conditions de possibilité. Pour que chaque citoyen soit en mesure d’exprimer et de confronter avis et jugements sur le monde qui l’entoure, il est en effet indispensable qu’il en possède une certaine connaissance factuelle préalable. La presse régionale n’est pas — n’a jamais été — l’espace public à elle toute seule, mais elle en constitue assurément un élément. À condition de sortir de la vision idéale et normative de l’espace public initiée par Habermas et d’adopter une approche dynamique et fragmentée, telle que proposée par différents auteurs (Dahlgren, 1995 ; François et Neveu, 1999 ; Miège, 2010 ; Calhoun, 1992 ; Negt, 2007) et que je propose de renouveler par l’étude du local et des conversations (Ballarini, 2010).

  • 8 Cf. par exemple Goulet (2010) qui lie de manière remarquable conversation et médias.

33Si l’étude des mutations de l’information et des médias locaux ne peut en effet se passer de celle de leurs publics, cette dernière ne peut pas non plus se limiter à des questions classiques de réception, qui enferment la réflexion dans un diptyque médias/publics oblitérant une partie de la réalité sociale8. Il s’agit, plus largement, d’ouvrir la conception de l’espace public aux échanges quotidiens, qu’ils soient médiés ou non, et dont la finalité n’est pas nécessairement politique, tout autant que de penser ces échanges dans l’articulation entre les échelles de territoire (Lacoste, 1985) et dans le contexte mouvant des processus de socialisation (Elias, 1997 ; Percheron, 1993), dont le local est le lieu privilégié. Loin du corset contraignant de l’idéal habermassien, l’espace public deviendrait ce faisant un cadre ouvert, dont l’interdisciplinarité réactivée permettrait de comprendre la circulation des idées et des nouvelles ainsi que la formation des opinions personnelles. Comme le suggèrent Arendt (2002) ou Lecercle (2004), l’espace public n’est pas une institution figée dont les règles n’autorisent la prise en compte que d’un certain type d’action très limité ; il est, au contraire, le produit de l’action des sujets insérés dans des rapports sociaux. C’est en partant de ces conditions objectives que l’on pourra aborder l’étude des espaces publics sans cesse recomposés des régions.

Haut de page

Bibliographie

Arendt (H.), 2002 [1958], Condition de l’homme moderne, Paris, Pocket.

Ballarini (L.), 2008, « Presse locale : un média de diversion », Réseaux, nº148-149, 405-426.

Ballarini (L.), 2010, L’espace public au-delà de l’agir communicationnel. Quatre renversements de perspective pour sortir des impasses du modèle habermassien, thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, sous la direction de Jacques Guyot, Université Paris 8, [en ligne], mis en ligne le 3 mars 2011, URL : <http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00573282/fr/>.

Bensa (A.) et Fassin (É.), 2002, « Les sciences sociales face à l’événement », Terrain, nº 38, [en ligne], mis en ligne le 6 mars 2007, URL : <http://terrain.revues.org/1888>, consulté le 23 septembre 2011.

Bourdieu (P.), 1979, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu (P.), 1996, Sur la télévision suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Liber/Raisons d’agir.

Calhoun (C.), dir., 1992, Habermas and the Public Sphere, Cambridge, Massachussets/Londres, The MIT Press.

Dahlgren (P.), 1995, Television and the Public Sphere, Londres, Sage Publications.

Donnat (O.), dir., 2009, Les Pratiques culturelles des Français à l’ère numérique. Enquête 2008, Paris, La Découverte/Ministère de la culture et de la communication.

Elias (N.), 1997 [1987], La Société des individus, Paris, Pocket, coll. « Agora ».

François (B.) et Neveu (É.), dir., 1999, Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, PUR.

Goulet (V.), 2010, Médias et classes populaires. Les usages ordinaires des informations, Paris, Ina éditions.

Habermas (J.), 1993 [1962], L’Espace public, Paris, Payot.

Lacoste (Y.), 1985 [1976], La géographie ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, La Découverte, coll. « Fondations ».

Le Bohec (J.), 1999, « Les stratégies territoriales des entreprises de presse en province », Sciences de la société, octobre, nº 48, 177-194.

Lecercle (J.-J.), 2004, Une philosophie marxiste du langage, Paris, PUF.

Miège (B.), 2010, L’espace public contemporain. Approche info-communicationnelle, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Mouillaud (M.) et Tétu (J.-F.), 1989, Le Journal quotidien, Lyon, PUL.

Negt (O.), 2007, L’espace public oppositionnel, Paris, Payot.

Pailliart (I.), dir., 1995, L’espace public et l’emprise de la communication, Grenoble, Ellug.

Percheron (A.), 1993, La socialisation politique, Paris, Armand Colin, coll. « U ».

Tétu (J.-F.), 1995, « L’espace public local et ses médiations », Hermès, nº 17-18, 287-298.

Haut de page

Notes

1 Les petits caractères de l’affiche mentionnent : « Étude epiq, cumul 2007-2009, lecteurs réguliers et occasionnels ». Il ne s’agit donc pas de ceux qui lisent chaque jour le quotidien. En comparaison, le rapport journaux diffusés sur population est, dans les Côtes-d’Armor, de 1,6 sur 10 pour la même période (diffusion totale moyenne de 94 000 exemplaires par jour pour une population de 581 000 habitants — chiffres ojd et insee).

2 Moyennes d’Ouest France pour 2010 : tirage 850 000 exemplaires par jour, diffusion totale 780 000 exem­plaires dont 757 000 payés. Le Figaro est à 325 000 ventes quotidiennes, Le Monde à 315 000 (chiffres ojd).

3 Bien que ne couvrant pas la totalité du territoire national, et singulièrement peu ou pas les grandes villes, la phr est presque au niveau des newsmagazines (diffusions totales respectives 87 et 106 millions d’exem­plaires annuels en 2010, chiffres ojd). Elle demeure cependant absente des discours nationaux car cette très bonne audience cumulée est le fait d’une multitude de titres à la spécialisation géographique poussée.

4 Le terrain mêle les approches quantitative et qualitative. Une analyse de contenu de 1651 articles de pqr et phr bretonne a tout d’abord été conduite afin de comprendre quel monde la presse régionale donne à lire. 20 entretiens portant sur le rapport aux médias locaux, leur place par rapport aux autres médias et aux autres façons de s’informer ainsi que sur les processus de constitution des opinions ont ensuite été conduits. Les 24 enquêtés ont été choisis pour leurs profils très divers, tant socio-démographiques que médiatiques (du non-lecteur au lecteur quotidien de plusieurs journaux).

5 Une abonnée à Ouest France : « Ma cousine a Le Télégramme. Quand on le lit… on est perdu. On ne sait pas lire un autre journal. » Une acheteuse quotidienne du Télégramme, à propos d’Ouest France : « On a du mal à le lire. On ne sait pas par quel bout le prendre. » Même si les questions visuelles (format, mise en page)ne sont pas de celles qui créent les habitudes de lecture, il ne faut pas négliger leur rôle dans le renforcement de ces habitudes par formatage de l’œil du lecteur.

6 Cela est moins vrai pour les hebdomadaires régionaux, qui ne comportent que rarement des rubriques dépassant leur zone de couverture.

7 Au sens des « territoires de projets » définis par la loi du 25 juin 1999 (dite loi Voynet) censés correspondre à des bassins de vie et d’activité tout en étant des regroupements d’intercommunalités avalisés par les préfectures.

8 Cf. par exemple Goulet (2010) qui lie de manière remarquable conversation et médias.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Ballarini, « Pourquoi lire la presse régionale aujourd’hui ? », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 17-31.

Référence électronique

Loïc Ballarini, « Pourquoi lire la presse régionale aujourd’hui ? », Sciences de la société [En ligne], 84-85 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://sds.revues.org/1795 ; DOI : 10.4000/sds.1795

Haut de page

Auteur

Loïc Ballarini

Docteur en Sciences de l’information et de la communication, Centre d’études sur les médias, les techno­logies et l’internationalisation (cemti), Université Paris 8.
loic.ballarini@univ-paris8.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org