Navigation – Plan du site

Les médias et la société locale, une construction partagée

Media and local society, a shared construction
Franck Bousquet et Nikos Smyrnaios
p. 5-15

Texte intégral

1Ce numéro de Sciences de la Société représente pour nous la poursuite d’une recherche engagée depuis plusieurs années. Travaillant sur les pratiques politiques et médiatiques socio-numériques, nous nous sommes rapidement rendu compte qu’une dimension importante de ces pratiques était souvent oubliée, celle ayant rapport aux relations avec les espaces socialement et politiquement construits : les territoires. En effet, face à un réseau mondialisé favorisant les rapprochements communautaires, sans entrave géographique, la dimension territoriale apparaissait parfois presque obsolète. Pourtant, en observant les comportements des entreprises, des institutions publiques ou des citoyens, on s’aperçoit que le territoire est un terrain d’expérimentation et de pratiques primordial dans les mondes sociaux. La communication et l’information territoriales n’ont d’ailleurs cessé de se développer et de se diversifier depuis trente ans et le virage vers les pratiques connectées n’a en rien ralenti le mouvement.

2On peut ainsi remarquer que de nouvelles formes politiques de médiation de l’espace public local et régional sont apparues en France depuis les lois de décentralisation de 1983 (Paillart, 1993 ; Cardy, 1997), alors que dans le même temps, d’autres lieux de médiation, bien plus anciens pour certains, ont continué à jouer un rôle de première importance. Ces lieux sont incarnés par les médias locaux et régionaux, qui sont des institutions sociales, économiques et politiques chargées de la sélection, de la mise en forme et de la transmission des informations et des débats territorialisés.

3Leur nombre et leur diversité semble d’ailleurs ne jamais avoir été plus im­por­­tant qu’aujourd’hui. Décrochages régionaux et locaux de France 3, télé­visions de villes et de pays, radios locales et décrochages locaux des radios natio­na­les, groupes de presse régionaux et journaux départementaux ou locaux indépendants, généralistes ou spécialisés, informations venant des acteurs politiques, économiques, sociaux et institutionnels, d’associations ou de citoyens, sous diverses formes (bulletins, journaux…), sites web de tous ces intervenants mais aussi pure players spécialisés dans l’information, tous participent à l’animation des espaces publics locaux et régionaux.

4Pourtant, ce terrain des médias locaux n’a pas, en France, l’importance symbolique qui correspond à sa place dans la société. La puissance économi­que comme le taux de pénétration dans les foyers de la presse quotidienne régionale sont par exemple inversement proportionnels à sa reconnaissance. Cette constatation, valant pour la hiérarchie interne du champ médiatique, pourrait tout aussi bien être relevée dans celui de la recherche : combien de lignes écrites sur Le Figaro ou Le Monde et combien sur L’Est Républicain ou Le Dau­phiné Libéré… Cette situation se perpétue d’ailleurs avec les étu­des sur les médias en ligne : Liberation.fr et Rue 89 sont incomparablement plus analysés et disséqués qu’Ariège News ou OuestFrance.fr. Cette hiérarchie n’a pourtant rien d’évident : la production d’informations inédites, la capacité à prendre des positions éditoriales, l’ancienneté des titres, la pré­sen­ce de journalistes issus d’écoles prestigieuses, la reprise et la citation par d’autres médias méritent ainsi d’être systématiquement mesurées et com­parées aux réalités de la presse nationale, de même que leur utilisation de tous les moyens de communication disponibles, y compris les plus sophistiqués, pour transmettre leurs informations (Mercier, Le Toullec, 2012).

5Outre leur importance économique et leur place dans le paysage de l’information, les presses quotidiennes régionales et locales ont par ailleurs toujours assuré des rôles et des fonctions particulières. Facteurs de constructions identitaires des territoires géographiques sur lesquels elles interviennent, elles sont aussi des presses de service, indispensables à l’organisation sociale des collectivités humaines. Localement, la pqr et la pql font aussi partie intégrante de la scène politique et ont longtemps constitué le seul support médiatique du débat public au niveau le plus proche des citoyens (Martin, 2002). Ainsi, les fonctions de la presse locale dépassent largement la simple information. Elles s’étendent à la mise en relation de la population avec les acteurs politiques, économiques et sociaux majeurs du territoire, ainsi qu’à l’entretien du lien social (Rochard, Ruellan 2004).

6Dans le même temps, cette presse s’est historiquement constituée autour de modèles organisationnels particuliers. Contrairement aux médias nationaux, le processus de collecte d’informations de la presse locale et régionale se fait à travers le maillage du territoire par un réseau très étendu de correspondants locaux, proches du terrain et parfois même engagés dans la vie politique, culturelle ou économique (Derèze, Grevisse, 2004 ; Martin, 1998 ; Lerner 1979). Une telle configuration implique une organisation particulière au niveau de la fabrication du contenu et de la distribution des journaux couvrant la totalité du territoire concerné, et ce tout en s’adaptant aux parti­cu­larités locales. Cette caractéristique est décisive, non seulement pour les informations véhiculées par le média, mais également pour ce qui est de la construction de l’objet journal d’un point de vue sémio-pragmatique. Ce modèle de sélection et de construction de l’information a ainsi structuré la définition même de l’information locale.

7D’un point de vue économique, la construction progressive d’un quasi-monopole des groupes de la presse régionale sur leurs marchés respectifs a longtemps protégé lesdits groupes de l’érosion du lectorat tout en leur assurant l’essentiel des recettes en provenance de la publicité locale et des petites annonces (Le Floch, 1997). De même, ce sont les éditeurs de cette presse qui, en tentant de diversifier leurs activités, sont à l’origine d’un grand nombre des chaînes de télévision et des radios locales (Toullec, 2002).

8L’ensemble de ces caractéristiques est le résultat de divers processus de cristallisation et d’évolution. Cependant, le contexte socioéconomique dans lequel évoluent les presses régionales et locales est en train de se modifier profondément : apparition de nouveaux concurrents, notamment gratuits, changement des habitudes de lecture, difficulté de renouvellement du lectorat, faiblesse du marché publicitaire, mouvement de rachat de titres et concentration accrue, partage du territoire français en quelques grands groupes monopolistiques sur leur aire d’influence, multiplication des canaux d’information. La diversification de la presse sur l’internet se fait donc dans un environnement pour le moins complexe.

9Aujourd’hui, le passage de la presse régionale et locale, mais aussi de tous les autres intervenants de la production et de la diffusion des informations locales et régionales à une activité en ligne, pose donc la question de l’évolution et de la perpétuation des fonctions de l’information territorialisée. En outre, l’ensemble des modifications concernant la médiation des espaces publics locaux entraîne, du point de vue des lecteurs, une possible transformation des usages et du rapport à l’information locale.

10Ces état de fait nous semblait constituer un terreau propice aux questionne­ments de chercheurs en sciences de l’information et de la communication (sic), discipline définie par sa prise en compte du lien entre les concepts et les objets sociaux, ainsi que par son étude systématique des contextes, et qui ne pouvait donc envisager les médias sans les lier à la politique, à l’éco­no­mi­que, au social en général (Miège, 1995). La question du territoire et l’interro­ga­tion sur la pertinence du concept d’espace public devenaient donc incon­tour­na­bles. C’est la raison pour laquelle nous avions engagé un projet de recher­­­che sur les modèles, aussi bien éditoriaux qu’économiques, de l’infor­mation régio­nale et locale en Midi-Pyrénées, avec pour ambition de sonder la situa­tion de tous les acteurs de l’information intervenants à un niveau infra­na­tio­nal, en termes organisationnels, techniques, éditoriaux et éco­no­miques (Bous­quet, Smyrnaios 2010), et que par la suite nous avons décidé d’envisager les choses à une plus grande échelle en organisant un colloque qui a eu lieu le 20 et 21 octobre 2011 à Toulouse. L’aboutissement de ce collo­que réside dans la publication d’un ouvrage collectif sous forme électro­ni­que regroupant une partie des communications (Smyrnaios, Bousquet, Bertelli, 2012), ainsi que dans celle de ce numéro de revue se proposant d’interroger la configuration des espaces d’information régionaux et locaux à l’aune des bouleversements du système médiatique et des réseaux de trans­mis­sion des contenus.

11Il nous semblait en effet qu’aucun arrêt sur image envisageant globalement la thématique des médias et de l’information locale n’avait eu lieu depuis 1979 et le colloque de Bordeaux co-organisé par le Centre d’étude de presse et le Centre d’étude et de recherche sur la vie locale (Mabileau, 1980).

12Nous avions dans un premier temps organisé notre réflexion autour de sept problématiques qui nous paraissaient centrales car elles correspondaient aux principaux questionnements concernant le fonctionnement des médias locaux et régionaux et leurs rapports à leurs environnements :

  • le rôle des médias dans la construction des territoires ;

  • le journalisme local et la transformation des pratiques professionnelles ;

  • les rapports avec les acteurs institutionnels ;

  • les changements des modèles d’affaires, le mouvement de concentration et l’émergence des nouveaux supports ;

  • l’évolution du contenu des médias locaux d’un point de vue sémio-pragma­ti­que ;

  • les publics et les usages des médias locaux ;

  • les liens avec la communauté environnante.

13Les travaux autour de ces questions se sont situés à plusieurs niveaux et pour chacune d’entre elles, des réponses se trouvent dans les textes sélectionnés. Nous avons néanmoins décidé de ne pas composer ce numéro en fonction de ces thèmes.

14Une classification disciplinaire aurait également pu s’imposer puisque, de l’économie à la sociologie du travail, ce sont les acquis de plusieurs sciences sociales qui sont mobilisés et qui viennent compléter le noyau constitué par les sic. La diversité des approches méthodologiques, de l’entretien qualitatif de réception à l’analyse quantitative des messages envoyés sur les réseaux sociaux, aurait également pu constituer l’élément central de l’organisation de la revue. Mais ce qui nous a semblé fondamental réside plutôt dans la mise en avant du lien constitutif qui est analysé entre le média et le local au sens territorial, symbolique, communautaire et participatif (Tétu, 1995).

15C’est ainsi le jeu entre la construction du local au sens large et le fonction­ne­ment médiatique qui se trouve au centre de cette livraison de Sciences de la Société. L’élaboration de l’information locale est en effet un processus com­plexe avec deux pôles principaux agissant sur elle et interagis­sant entre eux : le local, en tant que fait, situation ou configuration résultant d’un enchâs­se­ment territorial, symbolique et communautaire et de quantités de contraintes, et la logique médiatique, elle aussi constituée par des exigences multiples et qui est en outre l’un des éléments constitutifs du local. Comprendre l’infor­ma­tion locale, c’est donc d’abord comprendre le local, puis le fait média­tique, et enfin le fait médiatique local, singulier et résultant de la rencontre des deux, tout en sachant que les deux sont inséparables dans leur fonctionnement.

16Dans le local s’imposent les discussions relevant des espaces publics, des territoires, des communautés, des représentations mais aussi du rôle des insti­tu­tions publiques et privées, des collectivités territoriales et de leur im­bri­ca­tion dans un édifice politique et légal qui va de la commune à l’Union Euro­péen­ne en passant par la communauté de communes, le département, la région ou l’État. Dans la logique médiatique, on rencontre aussi bien des éléments économiques, technologiques, légaux que des pratiques profession­nelles relevant de l’usage ou de la régulation.

17Si la recherche sur les médias – et sur les médias locaux en particulier – a pu longtemps se découper en deux pôles (celui des études média-centrées qui envisageaient d’abord et avant tout la production ou la réception médiatique ; et celui travaillant sur la médiation, c’est-à-dire le lien entre le média et l’un ou l’autre des éléments des mondes sociaux qui l’entourent et avec lequel il interagit [Ruellan, 2012]), il semble qu’au vue des travaux présentés dans ce numéro, le curseur se soit déplacé. En effet, deux sortes d’approches se complètent, celles qui travaillent sur le lien entre un média et une partie d’un monde social, et celles qui ont décentré leur regard vers l’environnement et qui ne regardent le média, sa production ou sa réception que comme un élément de la société locale, plutôt déterminé que déterminant, même si les deux sont dans une interaction constante et que le média, ses messages et ses réceptions, mais aussi son fonctionnement en tant qu’organisation, sont des agrégats constitutifs de la société locale au même titre que les conversations, les sociabilités ou les politiques publiques.

18Nous avons donc des études média-centrées qui insistent désormais sur la mé­dia­tion, et des études décentrées sur l’environnement et la société locale, y compris dans ses dimensions nationales ou européennes. Bien sûr, pour ana­ly­ser l’information locale, il ne faut lâcher aucun des deux bouts et c’est ce que font chacun des auteurs réunis dans cette livraison, même si dans une étu­de empirique il est indispensable de mettre l’accent sur l’un ou l’autre des pôles, voire sur l’un des éléments de ces pôles. C’est la raison pour laquelle dans la première série d’articles, nous retrouvons des textes centrés sur l’im­por­tance des communautés locales, des collectivités, de la famille ou des ter­ri­toi­res institutionnels dans la constitution de l’information locale, dans sa réception ou dans sa transmission. Dans la seconde série ce sont les pratiques pro­fes­sion­nelles des journalistes qui sont envisagées et le processus de fa­bri­ca­tion de l’information à travers les négociations avec les usages des techno­logies de la communication, du marketing, du droit, de l’économie, en bref avec des élé­ments plus ou moins exogènes au média ou à la pratique médiatique étudiée.

19L’un des apports principaux du colloque de Bordeaux avait été synthétisé par la formule indiquant qu’il n’y avait peut être pas d’information locale, mais une information sur le local, une information par le local et une information pour le local (Mabileau, 1980). A Toulouse en 2011, la première proposition a presque disparue. Les auteurs insistent sur l’information par le local (Gimbert ; Thierry ; Auboussier), pour le local (Ballarini ; Siry ; Parasie et Dagiral) mais certains s’interrogent aussi sur un local inséparable des évolutions globales (Jeanne-Perrier ; Pereira et Fonsêca de Freitas ; Leteinturier ; Pignard et Sebbah) et sur une information autant produite par le local que productrice du local (Auboussier ; Ringoot ; Parasie et Dagiral). C’est donc au final une perspective constructiviste pour le local comme pour le fait médiatique qui sem­ble ressortir de ces travaux. Le local produit l’information, mais il est aussi produit par elle. Bien sûr, certains sont plus égaux que d’autres pour produire du local (Frisque, 2011 et 2012), mais le processus de production du local médiatique est complexe et comprend de nombreuses interventions et interactions.

Le local, acteur du journal et coproducteur de l’information

20Le premier article propose une approche de l’espace public local qui donne la part belle aux lecteurs et qui montre en creux de quoi le journal local est le nom, ce qu’il dit et à quoi il sert. Il montre aussi qu’il est un élément parmi d’autres de ce que l’on peut appeler le local, dont Loïc Ballarini dessine les con­tours en redéfinissant la notion d’espace public. Ainsi le média apparaît comme un acteur de la société locale qu’on consulte souvent pour vérifier ce que l’on sait déjà et qui est davantage un accompagnateur de conversations que l’acteur unique de médiation des questions qui animent les espaces publics.

21C’est à partir d’une interrogation similaire – pourquoi lit-on la presse locale ? – que Rebecca Siry enchaîne les portraits de lecteurs et démontre l’impor­tan­ce de la transmission dans la pratique de consommation de l’information. Car l’un des principaux résultats de son travail est bien de mettre l’accent sur l’importance du contexte dans la consommation de l’information, aussi bien locale que nationale, et d’insister sur le fait que si la transmission est indépassable, elle n’est pas immuable. Les contextes technologique, médiatique et économique, la qualité du journal, font que l’on peut abandonner un titre ou un support en gardant la même appétence pour l’information. Son étude sur les lecteurs de La Dépêche du Midi montre aussi qu’à la différence des lecteurs de Ouest France et du Télégramme interrogés par Loïc Ballarini, ils sont peu satisfaits de leur journal et contraints à le lire par la situation de monopole. La famille demeure néanmoins un espace de médiation du goût de l’information et de la lecture et donc un élément fondamental dans les interactions qui fabriquent le local.

22Christophe Gimbert, à travers son étude sur les correspondants locaux, met au jour une autre pièce importante dans la fabrication du local en montrant bien que la question du journalisme et de l’accès à la profession n’est pas fondamentale pour les correspondants locaux, qui se vivent davantage comme des représentants de la société locale que comme des représentants du journal. Ainsi les pages des journaux régionaux et locaux sont faites par des journalistes temporaires, des représentants des sociétés locales et quelques piliers incarnant vraiment le journal. La conception du journal comme œuvre collective, derrière laquelle il est difficile de trouver une volonté unique, ou ici une ligne éditoriale simple, se trouve renforcée par ces travaux.

23C’est à la même conclusion que parvient Daniel Thierry en étudiant la photo de presse de la « petite locale ». Il démontre en effet que si ces photos sont d’une très grande banalité et semblent emprunter des formes immuables, ce n’est pas par manque de compétence des photographes mais bien parce qu’elles remplissent un rôle particulier. Elles occupent en effet dans le journal la même fonction que les photos de famille. Le correspondant, qui est aussi le photographe, donne à voir une image qui soude la communauté locale et qui renforce le sentiment d’appartenance. Plus membre de la société locale que du journal, c’est à elle qu’il a le plus de compte à rendre et son objectif est donc d’en donner une image convenue et positive correspondant à une mise en scène de la sociabilité ordinaire.

24C’est le même rapport aux différentes sortes de communautés pouvant exister sur le ou les territoires couverts par l’information qui intéressent Sylvain Parasie et Eric Dagiral. Leur travail sur les sites d’informations hyper-locaux de Chicago explore les différentes pistes empruntées par ces médias nés sur le web pour rendre compte de la réalité sociale qu’ils prétendent traiter. Leur conclusion est que la tension entre les différents sites se situe entre « terri­toires institués et territoires représentés » et qu’au centre, réside l’image que le média se fait de sa communauté de lecteurs et de la façon dont il va s’y intégrer.

25Julien Auboussier interroge de son côté la presse territoriale, celle des collectivités locales, dans le but d’examiner la vision du territoire qu’elle développe. A travers l’exemple du journal municipal de Villeurbanne, il examine l’enchâssement territorial en analysant la vision développée de l’intercommunalité et des quartiers de la ville. Sans surprise il démontre que les facteurs politiques inhérents aux logiques électorales et à la défense des territoires institutionnels sont primordiaux dans le traitement de cette presse. Il en ressort néanmoins qu’elle participe à la légitimation des territoires institutionnels et qu’il est indispensable de l’envisager lorsqu’il est question de travailler sur la constitution symbolique des territoires. Elle est donc désormais l’un des multiples acteurs qui fabriquent le local, représentant la voix de l’institution et de l’équipe qui la dirige.

26Les institutions et leur rôle dans la naissance et le positionnement d’un média local particulier, une « radio européenne de proximité », sont aussi le sujet du travail de Roselyne Ringoot. Par une analyse très fine du réseau dans lequel s’insère cette radio, l’auteure déconstruit le processus d’interrelations qui fabri­que un média, son positionnement et son discours. Elle démontre ainsi que les liens avec les institutions locales mais aussi nationales et européennes, l’environnement légal et humain, le contexte économique et politique sont des éléments indépassables si l’on veut analyser le fonctionne­ment d’un média ou son discours.

27Par la discussion d’une théorie économique affirmant que, sur un territoire donné, il ne peut exister qu’un seul titre et que c’est par la différenciation des territoires couverts, plus large ou plus restreint, que peut seule s’organiser la concurrence, Jean-Michel Rampon apporte un éclairage particulier au débat qui explore les relations entre médias et territoires. Selon la « théorie du parapluie », ce sont les niveaux d’enchâssement territoriaux qui déterminent le nombre et le type de presse. La question de la généralisation de ce modèle se pose évidemment, mais au-delà, il a l’avantage d’affirmer au niveau macro-social et économique la nécessité de penser le système médiatique en lien avec son environnement institutionnel, historique et géographique.

La fabrication de l’information locale par les professionnels : un faisceau d’influences et de contraintes

28Reprenant les interrogations de Loïc Ballarini ou de Rebbeca Siry, Sandy Montañola et Karim Souanef vont développer la question du lectorat comme public de la presse, mais en inversant totalement les termes de la discussion. C’est du point de vue des journalistes et par l’intermédiaire du rapport aux en­quê­tes de lectorat commandées par les départements marketing des jour­naux qu’ils vont l’aborder. Les journalistes qu’ils interrogent mettent ainsi le public au cœur de leur discours, reprenant des arguments issus des services commerciaux. La « bonne information » qui était auparavant attachée à la mission d’informer et de guider, devient, avec cette nouvelle conception du lectorat, une information qui doit plaire à une pluralité de lecteurs (segmentés en fonction des catégories d’âge, de csp…). Ainsi, les journalistes – ou en tout cas les journalistes sportifs interrogés par les auteurs – semblent avoir accep­té un certain discours portant sur l’utilité des études et se le réappro­prient en l’intégrant à une définition déontologique de leur métier, acceptant d’une certaine façon la domination du marketing, qu’ils jugent indispensable à la survie du journal. Néanmoins les journalistes n’ont pas accès aux études en tant que telles et si leur discours change (importance du lecteur) leur appré­hension de leur pratique au quotidien reste identique. Il n’en reste pas moins que les instruments du marketing et du management concernent le monde des médias à l’identique de tous les autres, même si leur efficacité reste largement sujette à caution.

29C’est d’ailleurs d’une certaine manière par leur intermédiaire que les réseaux sociaux ont été aussi rapidement investis par les titres de la pqr. Comme nous l’avons montré pour La Dépêche du Midi dans notre étude sur l’information en ligne dans la région Midi-Pyrénées (Bousquet, Smyrnaios 2011), la direc­tion marketing du journal est souvent responsable de la stratégie en ligne. Cela pourrait expliquer l’apragmatisme que constatent Nathalie Pignard-Cheynel et Brigitte Sebbah quant à l’utilisation de Twitter et de Facebook par la majorité des titres qu’elles étudient. Tous ou presque présents sur les ré­seaux sociaux, les titres de la pqr se contentent pour la plupart d’entre eux de repro­dui­re des contenus issus de leur site, eux mêmes bien souvent simi­laires à la version papier. Multipliant les supports ils se montrent incapables d’enta­mer un processus leur permettant de renouveler leur rapport au public et aux terri­toires à travers la fabrication des contenus adaptés aux différents supports.

30C’est pourtant à travers l’étude de quelques utilisateurs de Twitter, journalistes dans la pqr, que Valérie Jeanne-Perrier démontre que la définition même du travail de journaliste est en perpétuelle négociation. Ces journalistes utilisent le réseau social pour affirmer leur bonne pratique professionnelle, montrer qu’ils « savent faire savoir » avec les moyens d’au­jourd’hui, selon la belle formule de l’auteure, et bâtir une sorte de code de déontologie en 140 signes par l’intermédiaire de l’affirmation de leur esprit critique et de leur indépendance. C’est aussi bien sûr par la constitution d’un réseau professionnel, affiché et entretenu au quotidien et mobilisable si besoin pour progresser ou changer de média, que l’on peut analyser leur pratique du tweet. C’est en tout cas l’affirmation de nouvelles contraintes et de nouveaux savoir-faire pour exercer la profession qui s’affiche dans l’utilisation de Twitter, ce que l’on peut rapprocher de l’intégration du discours managérial qu’attestent les témoignages des nouveaux entrants dans les télévisions locales belges.

31Malgré un objet fondamentalement différent, puisqu’ils étudient des séquences produites par des téléspectateurs dans des journaux télévisés locaux brésiliens, Fábio Henrique Pereira et Angélica Fonsêca de Freitas démontrent que l’impératif de la participation appliqué à ce contexte conduit également à une renégociation des pratiques professionnelles des journalistes et, finalement, à un renforcement des logiques d’affirmation de leur singulière légitimité à être les uniques médiateurs de l’information. Ainsi ils prouvent qu’une logique comme celle de la participation du public vient s’imposer de l’extérieur à la production de l’information locale et que celle-ci va l’intégrer et la digérer à travers de nouvelles pratiques et l’adaptation du discours instituant le journalisme. Leur conclusion est ainsi en bien des points similaire à celle de Sandy Montañola et Karim Souanef.

32La fabrique du fait médiatique local est donc un processus complexe que Sylvie Laval analyse à travers l’activité des photojournalistes du journal La Dépêche du Midi en montrant que leur travail est contraint par le contexte national, légal, mais aussi social et médiatique concernant le droit à l’image, autant que par leur position dans la hiérarchie du journal. Les représentations du fait local qu’ils proposent sont donc enfermées dans un cadre qu’il convient de bien connaître avant de penser à analyser les photographies s’y rapportant. Très éloignés de la position des photographes correspondants locaux du fait de leur externalité aux sujets traités, les photojournalistes de la pqr constituent un exemple remarquable de professionnels de l’information soumis à de multiples contraintes et pressions pour exercer leur travail.

33Olivier Standaert, dans une étude sur le marché de l’emploi et les politiques de ressources humaines au sein des télévisions locales de la Belgique francophone, démontre quant à lui que la définition de leur identité professionnelle donnée par les jeunes journalistes semble modelée par les discours des dirigeants portant sur les contraintes économiques de ces structures. En outre, l’auteur montre bien que le métier de journaliste local dans ces télévisions se précarise et qu’il existe un cercle de plus en plus large de « satellites » exerçant le métier par intermittence et sans garantie de pérennisation. Ces résultats, acquis par l’intermédiaire d’une observation du fonctionnement des 12 télévisions locales belges, recoupent parfaitement ceux de l’étude quantitative systématique de Christine Leteinturier sur les cohortes de journalistes travaillant dans les médias locaux et régionaux et obtenant leur carte professionnelle pour la première fois lors des sessions des années 1990 et 1998. L’auteure montre en effet que si les carrières des journalistes de ces médias conservent des particularités (plus de parcours continus, plus de parcours cohérents), elles n’en restent pas moins soumis à la règle générale qui voit la précarité augmenter et surtout le métier de journaliste n’être, pour la moitié de ceux qui obtiennent la carte de presse, rien d’autre qu’un métier de transition, exercé quelques années avant de poursuivre dans une autre voie.

34C’est l’enchâssement des territoires de l’information qui est traité, pour terminer, par Benoit Lafon dans son étude sur le journal d’information de France 3, le 19-20. Mais, à l’inverse des analyses de Roselyne Ringoot, il nous livre une étude média-centrée dans laquelle il démontre que ce journal a, dans ses grandes largeurs, repris le modèle constitué par la pqr en France depuis la fin du xixe siècle qui consiste à élaborer un jeu de poupées russes dans lequel l’information locale se trouve intégrée dans une information nationale et internationale dont elle constitue une déclinaison. Ce modèle, unique à la télévision française, traduit lui aussi le caractère primordial du lien unissant l’information locale aux territoires construits par les institutions. C’est donc l’influence de l’unité nationale qui apparaît sur cette représentation du local.

35Au final il apparaît donc que c’est un point complet sur l’état de la recherche concernant l’information locale, sa fabrication, sa réception et son lien de co-construction avec le local et ses représentations à la fin de la première décennie du xxie siècle que proposent les auteurs présents dans ce numéro. Néanmoins, aujourd’hui, pour ne parler que du cas français, il nous semblerait indispensable d’entamer un vaste programme de recherche comparant l’état des configurations médiatiques dans l’ensemble des régions françaises à un moment où des logiques économiques centripètes sont en concurrence avec des possibilités technologiques centrifuges, tout en prenant en compte les rapports aux territoires développés par les médias locaux et régionaux sur un temps long, depuis leur apparition au xixe siècle. Nous espérons que le lecteur puisse trouver dans le présent numéro de Sciences de la Société les prémisses d’un tel programme.

Haut de page

Bibliographie

Bousquet (F.), Smyrnaios (N.), dir., 2010, Les nouveaux modèles éditoriaux et économique de la presse en Midi-Pyrénées, Rapport de recherche auprès de la Région Midi-Pyrénées, lerass.

Cardy (H.), 1997, Construire l’identité régionale, la communication en question, Paris, L’Harmattan.

Dereze (G.), Grevisse (B.), 2004, « Au détour d’une approche du champ journalistique », Médiatiques, N°35, 3-5.

Frisque (C.), 2010, « Des espaces médiatiques et politiques locaux ? », Revue française de science politique, 60, 951-973.

Frisque (C.), 2012, « Les rapports entre presse régionale et acteurs institutionnels locaux : partenariats et dépendances », in Smyrnaios (N.), Bousquet (F.), Bertelli (D.), dir., Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux : économie, contenus, usages et pratiques professionnelles, actes de colloque, Toulouse 20-21 octobre 2011 (à paraître).

Le Floch (P.), 1997, Économie de la presse quotidienne régionale, Paris, L’Harmattan.

Lerner (H.), 1978, La Dépêche, Journal de la démocratie. Contribution à l’histoire du radicalisme en France sous la Troisième République, Toulouse, pum.

Mabileau (A.), 1980, « L’information locale au carrefour des média et de la société locale », in Mabileau A., dir., L’information locale, Paris, Pedone, 1-11.

Martin (M.), 2012, « La presse départementale », in Kalifa (D.), Regnier (P.), Therenty (M.-E.), Vaillant (A.), dir., La civilisation du journal, Paris, Nouveau Monde, 497-514.

Martin (M.), 2002, La presse régionale. Des Affiches aux grands quotidiens. Paris, Fayard.

Martin (M.), 1998, « Espace et temps de l’information du quotidien de province : la naissance des éditions locales », in Delporte (C.), dir., Médias et Villes, xviiie-xxe siècle, actes de colloque, Tours 5-6 décembre 1997, 51-72.

Mercier (A.), Toullec (B.), 2012, « L’usage des réseaux sociaux par la presse quotidienne régionale en France », in Smyrnaios (N.), Bousquet (F.), Bertelli (D.), dir., Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux : économie, contenus, usages et pratiques professionnelles, actes de colloque, Toulouse 20-21 octobre 2011 (à paraître).

Miege (B.), 1995, La pensée communicationnelle, Grenoble, pug.

Pailliart (I.), 1993, Les territoires de la communication, Grenoble, pug.

Rochard (Y.), Ruellan (D.), 2004, « Le journalisme du coin du feu », Recherches en communication, 20, 189-203.

Ruellan (D.), 2012, «  Le local, acteur du journal », in Smyrnaios (N.), Bousquet (F.), Bertelli (D.), dir., Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux : économie, contenus, usages et pratiques professionnelles, Actes de colloque, Toulouse 20-21 octobre 2011 (à paraître).

Smyrnaios (N.), Bousquet (F.), 2011, « The development of online local journalism in South-Western France: the case of La Dépêche du Midi », in Salaverria (R.), dir., Diversity of Journalisms, actes de colloque, Pamplona, 4-5 juillet 2011, 347-358.

Toullec (B.), 2002, « La presse quotidienne régionale, une toile d’araignée locale », in Damian (B.), Ringoot (R.), Ruellan (D.), Thierry (D.), dir., Inform@tion.local. Le paysage médiatique régional à lère électronique, Paris, L’Harmattan, 65-76.

Tetu (J.-F.), 1995, « L’espace public local et ses médiations », Hermès 17-18, 287-298.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Bousquet et Nikos Smyrnaios, « Les médias et la société locale, une construction partagée », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 5-15.

Référence électronique

Franck Bousquet et Nikos Smyrnaios, « Les médias et la société locale, une construction partagée », Sciences de la société [En ligne], 84-85 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 20 août 2017. URL : http://sds.revues.org/1792

Haut de page

Auteurs

Franck Bousquet

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, lerass-ea 827, Université Paul Sabatier-Toulouse 3.
franck.bousquet@iut-tlse3.fr

Nikos Smyrnaios

Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, lerass-ea 827, Université Paul Sabatier-Toulouse 3.
nicolaos.smyrnaios@iut-tlse3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org