Navigation – Plan du site

Partager l’intimité des publics : genre, sexualité et complicité hégémonique dans une enquête en réception

Sharing the audience’s intimacy. Gender, sexuality and hegemonic complicity in the ethnography of reception
Compartir la intimidad del público. Género, sexualidad y complicidad hegemónica en una etnografía de la recepción
Florian Voros
p. 193-207

Résumés

Cet article propose une analyse réflexive des performances du genre et de la sexualité à l’œuvre dans une enquête ethnographique sur les usages sociaux de la pornographie et les constructions de la masculinité. Il revient d’abord sur la stratégie mise en place pour susciter des conversations sur une pratique culturelle souvent considérée comme trop intime et peu légitime. Il interroge ensuite l’entre-soi masculin et le rôle moteur de l’assignation de l’enquêteur à une « masculinité complice » (Connell) dans la production du discours des enquêtés. Le concept de « complicité hégémonique » est alors proposé pour penser les implications épistémologiques de l’entre-soi dominant dans les recherches engagées dans une critique des rapports sociaux. L’article invite enfin à considérer, dans la lignée des épistémologies du point de vue, la participation (y compris malheureuse) de l’enquêtrice ou de l’enquêteur aux constructions du genre qu’elle ou il étudie comme une ressource heuristique plutôt que comme un obstacle épistémologique.

Haut de page

Texte intégral

1Supposé trop intime, le visionnage de pornographie est une pratique culturelle qui reste tenue à distance respectable par les sciences humaines et sociales. Ces dernières perpétuent en cela une longue histoire de mise à distance des images pornographiques et d’altérisation de leurs publics. La constitution au xixe siècle d’un savoir à prétention scientifique sur les « effets » de la pornographie passe en effet par un travail de séparation hermétique entre l’expérience sensorielle du plaisir procuré par les textes et images pornographiques d’une part et la connaissance rationnelle de cette expérience d’autre part (Kendrick, 1987 ; Stora-Lamarre, 1989). L’enjeu de la constitution de ces savoirs scientifiques est alors de mieux connaître les effets de la pornographie sur les « autres » – la jeunesse, les femmes, les classes populaires et les populations colonisées – pour mieux les contrôler.

  • 1 Pour une analyse de la mise en scène du dégoût dans les écrits féministes anti-pornographie, voir ( (...)

2L’émergence dans les années 1980 de travaux féministes sur les effets idéologiques et comportementaux de la pornographie sur les hommes, reconduit cette opposition entre le sujet – notamment des universitaires hommes se revendiquant d’une perspective féministe (Jensen, 2007) – et l’objet – les « consommateurs » auxquels ces universitaires s’opposent – de l’étude des effets de la pornographie. Cette opposition s’inscrit dans une conception du « consommateur » de pornographie comme incapable de réflexivité dans la mesure où son « excitation sexuelle transforme [son] cerveau en bouillie » (MacKinnon, 2007 : 20). C’est alors la mise en scène d’émotions négatives face aux images pornographiques – le dégoût, la honte et la colère – qui fait figure de « bonne » posture critique, par contraste avec le plaisir complice1.

  • 2 Champ universitaire transdisciplinaire qui émerge dans les universités britanniques et nord-américa (...)

3La volonté de savoir scientifique sur les « effets » de la pornographie tend encore aujourd’hui à reposer sur l’opposition entre le « nous » de l’expertise – non-explicité mais implicitement défini comme non-affecté par la pornographie – et le « eux » des publics, entité masculine essentialisée (Attwood, 2007 ; Voros, 2009). Les études en réception qui se développent depuis quelques années au sein des porn studies2 (Smith, 2007 ; McKee, Albury, Lumby, 2008) doivent dès lors se confronter à une épistémologie reposant sur un ensemble de binarismes aussi fatigués que têtus : « eux » et « nous », « l’esprit » et « le corps », « la raison » et « l’émotion », « l’objectivité » et « la subjectivité ». En sortant la pornographie du placard où les différentes disciplines universitaires concernées (sciences de l’information et de la communication [sic], arts, sociologie, histoire, anthropologie) avaient placé cet objet culturel, les porn studies font se rencontrer deux séries de rôles parfois posés comme incompatibles : le rôle désexualisé de l’universitaire tel qu’il est mis en acte dans les espaces académiques d’une part, et les rôles sexualisés du spectateur et de la spectatrice de porno d’autre part, que les universitaires cantonnent d’ordinaire à la sphère privée. L’inconfort potentiellement suscité par la constitution de la pornographie en objet de recherche et d’enseignement semble alors moins résider dans l’exposition de l’intimité de ces « autres » que seraient les « consommateurs de porno », que dans celle des universitaires (Newton [1992] 2000 ; Kulick, [1995] 2011), spectateurs et spectatrices parmi les autres, bien qu’engagées dans une démarche de production de connaissance singulière.

  • 3 Linda Williams (2004) note qu’une étymologie latine possible d’« obscène » est « ce qui est ou doit (...)
  • 4 Pour une analyse réflexive des rôles sexuels et de genre assignés à des chercheur•e•s lors d’enquêt (...)

4Revenir sur la méthodologie d’une enquête sur la pornographie implique la mise en scène d’un ensemble de rôles, de pratiques, de sensations et d’émotions « obscènes3 ». Cette mise en scène est toutefois nécessaire pour rendre compte du processus de production de connaissance tel qu’il s’est effectivement déroulé4. Au croisement des études de genre et des sic (Bertini, 2006 ; Coulomb-Gully, 2011), cet article revient sur une tentative d’opérationnalisation méthodologique d’une épistémologie « située » (Haraway, 2009) de la réception de pornographie. Celle-ci consiste en une enquête par entretiens semi-directifs approfondis auprès de trente-quatre spectateurs, menés en région parisienne entre 2008 et 2012. Cet article se décline en trois temps. Il présente d’abord l’approche théorique et méthodologique adoptée pour reconstituer les processus de subjectivation genrés face à la pornographie. Il expose ensuite le processus de construction d’un sentiment de complicité masculine dans la relation d’enquête avec les spectateurs interrogés. Il propose enfin une réflexion sur les implications épistémologiques de l’entre-soi dominant (ici masculin) dans les recherches engagées dans une critique (ici féministe) des rapports sociaux (ici le genre).

Reconstituer des processus de subjectivation

La domestication de la pornographie

5Cette recherche se donne pour objet les logiques de « domestication » de la pornographie. Au sens littéral, la domestication renvoie au visionnage de pornographie sur l’écran de télévision ou d’ordinateur, dans l’intimité de la chambre à coucher, du salon ou du bureau. Si ce mode de visionnage coexiste avec des formes collectives et semi-publiques de visionnage plus « anciennes » (sex-shops, saunas, sex clubs gays, clubs échangistes hétérosexuels, salles de cinéma X) et plus « nouvelles » (cyber cafés, smartphones), il apparaît en effet aujourd’hui comme le mode de visionnage le plus répandu.

6En un sens plus figuré (Silverstone, 1994 ; Juffer, 1998), la domestication se réfère à la dynamique à travers laquelle les objets, scénarios, images, sons et textes pornographiques sont inscrits dans des pratiques quotidiennes de production de soi. Tout en partant d’une conception de la pornographie comme « technologie du genre », c’est-à-dire comme dispositif qui a « le pouvoir de contrôler le champ des significations sociales et donc de produire, promouvoir et ‘’implanter’’ des représentations du genre » (de Lauretis, 2007, 75), cette recherche déplace la focale des images vers leurs réceptions. La production du genre est ici étudiée à l’échelle des pratiques communicationnelles routinières à travers lesquelles les objets, sons, images et textes pornographiques sont « domestiqués » par leurs publics.

Les constructions de la masculinité

  • 5 « Homme cisgenre » est une expression issue de l’épistémologie trans’ qui désigne, par contraste av (...)

7Dans une enquête en réception, faire incarner les « constructions de la masculinité » à telle ou telle « personne collective » (Cefaï, Pasquier, 2003,13), est un geste problématique. Plutôt que de partir du postulat selon lequel une enquête sur les constructions de la masculinité inclurait évidemment et exclusivement les hommes, cette recherche adopte une conception non-essentialiste de la masculinité (Connell, 2005 ; Bourcier, Molinier, 2008). Cela implique de maintenir en tension les contours du public en mobilisant alternativement deux conceptions différentes de la masculinité : une première acception de la masculinité comme la condition politique objective des hommes dans des rapports de genre structurellement asymétriques ; une seconde acception de la masculinité comme un ensemble d’identifications subjectives qui ne sont pas le monopole des hommes cisgenres5.

8Je me suis entretenu avec trente-quatre spectateurs et spectatrices, dont quatorze hommes gays, treize hommes hétérosexuels, trois hommes bisexuels, deux lesbiennes, une femme bisexuelle et un trans’ FtM (Female-to-Male). Les entretiens avec des femmes, des lesbiennes et des trans’ servent alors de contrepoint au reste du corpus : des entretiens avec des enquêtés hommes qui ont été réalisés par un enquêteur homme. Cette enquête porte principalement sur un public d’hommes adultes d’âge moyen (de 24 à 62 ans, avec une moyenne de 38 ans). En dépit d’efforts de diversification, l’échantillon comporte une surreprésentation de spectateurs appartenant aux cadres et professions intellectuelles supérieures (17 sur 34) et socialement considérés comme blancs (31 sur 34).

Du fan au consommateur occasionnel et discret

9À ces critères de diversification relatifs au « positionnement » des individus dans des rapports de genre, de sexualité, de classe, de race et d’âge, s’ajoute un critère de diversification « stratégique » (Blanchet, Gottman, 2007, 51) spécifique à l’objet d’étude : le degré d’investissement dans les cultures pornographiques. L’objectif est ainsi de s’entretenir aussi bien avec des spectateurs passionnés qu’avec des spectateurs occasionnels, discrets ou peu intéressés par la pornographie comme thème de conversation. S’agissant d’une pratique extrêmement commune – une femme sur cinq et un homme sur deux déclarent en visionner « souvent » ou « parfois » (Bozon, Bajos, 2008, 280) – mais majoritairement conçue comme illégitime, on part de l’hypothèse que seule une minorité du vaste et hétérogène ensemble des « hommes adultes spectateurs de pornographie » répondrait favorablement à une demande d’entretien sur ce thème. Trois stratégies d’approches différentes des publics sont alors mises en place.

10Dans l’annonce de recrutement A, un chercheur cherche à se mettre en contact avec « des spectateurs de porno (fans, passionnés ou simples consommateurs occasionnels) ». Cette annonce a d’une part été diffusée sur deux forums de discussion sur Internet réunissant essentiellement des hommes hétérosexuels passionnés de pornographie et d’autre part sur deux sites de rencontre gays où l’échange de contenus pornographiques professionnels et amateurs entre usagers est courant. Les annonces B et C ne mentionnent la pornographie que dans une liste plus large de représentations audiovisuelles de la sexualité, aux côtés des séries télévisées, des documentaires, des comédies romantiques, du cinéma d’auteur et des films érotiques. L’annonce B, ciblant les hommes gays, mentionne « les représentations de l’homosexualité masculine à l’écran ». L’annonce C, ciblant les hommes hétérosexuels, mentionne « l’amour et la sexualité à l’écran ». Les annonces B et C ont principalement été diffusées à travers des réseaux d’interconnaissance de second ordre : un•e ami•e transmet un courriel contenant mon annonce à des amis ne faisant pas partie de mon cercle de sociabilité amicale. L’objectif est ici d’ouvrir une conversation sur le rapport subjectif à la pornographie avec des spectateurs qui n’auraient a priori pas répondu à un entretien portant explicitement et exclusivement sur la pornographie.

Discuter, visionner, naviguer

  • 6 Un tag est un mot-clé tapé dans un moteur de recherche pornographique. Il peut par exemple faire ré (...)
  • 7 Susanna Paasonen (2011, 202-204) définit les « archives somatiques » comme la mémoire sexuelle inco (...)

11Une fois l’entretien en face-à-face terminé, intervient une autre forme de partage, à distance, de l’intimité des spectateurs : la retranscription intégrale de la conversation et la reconstitution ethnographique des parcours pornographiques numériques de chaque spectateur interviewé. Cette reconstitution se fait notamment à partir des tags6 mentionnés au cours des entretiens. Depuis ma propre intimité domestique, je navigue de site en site et visionne vidéo sur vidéo, à partir des éléments fournis par les enquêtés concernant leurs goûts et habitudes pornographiques. À travers le prisme déformant de mes propres « archives somatiques7 », il s’agit ainsi de reconstituer l’expérience spectatorielle genrée d’autres spectateurs que moi-même, en engageant un corps-à-corps aussi bien avec les vidéos pornographiques qu’avec le discours que les enquêtés portent sur la manière dont les sons et les images les affectent. Discuter, visionner, naviguer : les techniques d’enquête que je mobilise impliquent ma participation – en tant que spectateur parmi les autres, engagé dans une démarche de production de connaissance singulière – aux logiques de subjectivation que je prends pour objet (Chibois, Pailler, 2014).

Une posture empathique : la construction d’une complicité permettant l’accès à l’intimité

Homosocialité masculine

12Suivant les observations d’Erving Goffman concernant la « régionalisation des comportements » (1973, 105-135), je suis parti de l’hypothèse selon laquelle on ne partage pas ses goûts et fantasmes pornographiques n’importe où, n’importe quand, avec n’importe qui. Parmi les spectateurs interrogés, on peut distinguer trois modèles de sociabilité pornographique. D’abord, certains spectateurs parlent très peu, voire jamais, de leurs pratiques pornographiques. Il s’agit notamment d’hommes hétérosexuels dont les conjointes sont hostiles à la pornographie et qui évoluent dans des cercles de sociabilité amicale masculine où la consommation de pornographie est perçue comme « immature ». Ensuite, certains spectateurs ne parlent de pornographie qu’avec leurs partenaires sexuels. Il s’agit notamment d’hommes gays dont la sociabilité homosexuelle est essentiellement orientée vers la rencontre sexuelle (fréquentation des sites de rencontre, de saunas ou de sex clubs). Enfin, certains spectateurs discutent intensément de pornographie au sein de cercles de sociabilité restreints. Il s’agit à la fois d’hommes hétérosexuels qui fréquentent des communautés numériques de fans de pornographie, et d’hommes gays fortement socialisés « dans le milieu » pour qui la pornographie est un élément important de la culture gay.

13Quel que soit l’investissement des spectateurs dans la pornographie en temps, en passion et en sociabilité, le « monde » (Schütz, 2008) qu’ils construisent à travers leurs pratiques pornographiques tend ainsi à être soigneusement séparé des autres mondes sociaux au sein desquels ils évoluent. Il s’agit par ailleurs essentiellement d’un monde homosocial masculin : des hommes partagent de la pornographie avec d’autres hommes, en l’absence des femmes. La relation d’enquête constitue alors un théâtre où se rejouent les frontières et les propriétés de ce monde.

Affinités subculturelles

14En plus de me présenter comme chercheur, je me présente dans les annonces de recrutement comme un spectateur parmi les autres et, dans l’annonce A, plus précisément comme « chercheur et passionné de pornographie ». Sur les forums de passionnés de pornographie hétérosexuelle, je choisis pour avatar un visuel « I love porn ». Sur les sites de rencontre gays, je joue le jeu de la mise en scène sexuelle de soi incitée par le site, en renseignant les rubriques, « sexualité : gay », « âge : 26 ans », « taille : 180 cm », « poids : 68 kg », « corps et ethnie : mince et caucasien », « pilosité : moyennement poilu, barbe de trois jours », « yeux : verts », « piercings : peu » et « tatouages : aucun ». Je limite toutefois cette érotisation en ne renseignant pas le détail de mes préférences sexuelles et en précisant que je suis présent sur le site pour une recherche sur les usages de la pornographie. En soulignant les affinités subculturelles que je partage avec les participants, je me présente comme un « pair » ou un « insider ».

15L’objectif de cette posture empathique est de créer une relation de confiance permettant de limiter l’autocensure, courante dans les enquêtes sur les pratiques sexuelles ou culturelles (Beaud, Lahire, 1996) peu légitimes. Cette présentation de soi est associée à un usage flexible d’un guide d’entretien qui suit une progression générale où les dimensions les plus intimes et les plus politiquement sensibles de la pratique ne sont abordées qu’en fin d’entretien, une fois qu’une relation de confiance s’est établie.

Intimités domestiques

  • 8 Les prénoms sont ici modifiés pour préserver l’anonymat des participants à l’enquête.

16La majorité de ces conversations a eu lieu au domicile de l’enquêté ou de l’enquêteur, isolés par quatre murs des autres temps et espaces sociaux. L’entretien avec Fabrice8 (technicien son, hétérosexuel, 42 ans) marié et père de deux enfants, s’est déroulé dans son salon, à un moment de l’après-midi où ses enfants étaient à l’école et où sa compagne était au bureau. Sachant qu’il a pour habitude de visionner ses DVD pornographiques sur l’écran plat du salon, le soir, lorsque les membres de sa famille sont couchés, nous avons ainsi reconstitué le temps d’une conversation l’environnement « naturel » de sa pratique pornographique. Nous nous retrouvons ainsi confinés dans une intimité domestique hédoniste libérée des obligations familiales (Preciado, 2011) propice à la production d’une parole sur ses goûts pornographiques. Avec Michel (cadre administratif, bisexuel, 43 ans) que je rencontre un soir de semaine à l’arrêt de rer de sa commune de banlieue à la sortie du travail, ce n’est qu’une fois chez lui, son costume retiré et un polo de rugby enfilé, que nous abordons le thème de la pornographie. Autrement dit, ce n’est qu’après une mutation symbolique du personnage public (de manager sortant du travail) au personnage privé (de « maniaque des pornos gays » dans le confort du chez soi) et la constitution d’une interaction plus intime et moins surveillée, que cette conversation devient possible. De la même manière, ce n’est qu’après une relation de confiance nouée au cours d’un premier entretien dans mon salon, que Jean-Claude (huissier, gay, 52 ans) m’ouvre les portes du sien et me montre comment il connecte, via un câble vga, son ordinateur portable à l’écran plat du salon pour naviguer « en grand » sur ses sites pornographiques préférés.

Parler le langage de la pornographie

17Les statuts de « chercheur » et de « participant à une enquête sociologique » ont également contribué à la construction d’un cadre interactionnel légitime, rassurant et valorisant aux yeux des participants. Le moment le plus sensible dans la progression de l’entretien a alors été l’introduction du langage pornographique, lequel a pu temporairement déstabiliser ce cadre interactionnel. Quand je demande à Gérard (hétérosexuel, 62 ans, retraité) les tags pornographiques qu’il recherche en particulier, il s’efforce ainsi de tenir à distance leur potentiel évocateur, en mettant en scène le recul esthétique et critique qu’il entretient avec celles-ci :

– Des choses comme le gang bang, le bukkake… [gêné] bon vous connaissez le vocabulaire hein. Alors là on est complètement en dehors de la réalité.
– Et vous aimez bien le gang bang, le bukkake… les choses comme ça ?
– Euh [gêné] oui, j’aime bien [longue pause]. Le porno aujourd’hui c’est plein de spécialités, de niches. C’est un genre qui pourrait très vite devenir monotone.

18Si Tom (lesbienne, 29 ans, petits boulots), amatrice de porno gay, adopte une approche différente, basée sur l’humour et l’explicitation de la vulgarité, c’est bien pour surpasser le même type de malaise :

Ce serait quoi du coup une mauvaise vidéo porno ?
Je peux parler en gros mots et tout ?
Oui, oui, vas-y ! [je ris]
– [elle rit] Ben un mec qui est en train de se faire défoncer par un gars, soit qui bande pas trop, soit qui a une petite bite.

19Parler de ses goûts pornographiques, c’est à la fois prononcer des « gros mots », mettre en scène l’érotisation des rapports sociaux, et parler de ses propres sensations et pratiques masturbatoires. La verbalisation des tags, c’est-à-dire des mots-clés pornographiques, s’est avérée particulièrement problématique, dans la mesure où elle implique le plus souvent de prononcer des mots dont la crudité peut paraître inappropriée, incompatible avec le langage qu’il convient d’adopter face à un jeune chercheur. Parce que les scénarios pornographiques sont souvent orientés vers l’immoralité et la vulgarité (Paasonen, 2011, 59), exposer ses fantasmes, c’est s’exposer au risque d’être jugé et remis en cause. Mon rôle d’enquêteur a alors consisté à adopter une posture corporelle d’écoute et d’ouverture, associée à des sourires bienveillants, signes de complicité et de décontraction. Je me suis notamment efforcé de paraître encourageant aux premières occurrences de mots qui auraient pu paraître trop « intimes » ou trop « sales » dans la bouche des enquêtés.

Une posture critique : les enjeux éthiques et épistémologiques de la complicité masculine

20Il s’agit désormais de replacer cette complicité dans des rapports de pouvoir genrés, en questionnant son statut éthique et épistémologique dans la construction et l’analyse des données.

Complicité hétéronormative

21Les hommes hétérosexuels interrogés discutent très peu de leurs goûts et fantasmes pornographiques avec des femmes. Pour les spectateurs en couple hétérosexuel, le plaisir de parler de pornographie entre hommes prend souvent sens par rapport à l’absence des conjointes. Pierre (cuisinier, hétérosexuel, célibataire, 44 ans), passionné de pornographie, porte ainsi un regard amusé sur le rapport à la pornographie de ses amis en couple :

« Mon voisin, qui vient de temps en temps chez moi, je lui dis : Ah tiens j’ai reçu des nouvelles vidéos ! il reste une heure à la maison, parfois on fume un joint, et puis des fois il me dit : Oh putain, elle est belle ! » Alors lui est marié, il a un gamin. Il me dit : Oh je te le prendrais bien ! Alors je lui demande : Je te le mets sur quoi ? Là il réfléchit, non pas sur quoi il va le mettre – parce qu’il sait très bien que je peux lui prêter une clé usb – mais c’est surtout comment il va ne pas se faire gauler [il rit] ».

  • 9 Si elle reste ici peu développée, une riche réflexion méthodologique sur les rapports de pouvoir qu (...)

22Les moments de partage de la pornographie « entre potes » constituent ainsi un temps d’évasion par rapport au monde conjugal. Louis (homme hétérosexuel, célibataire, 30 ans, ingénieur informatique) présente quant à lui les conversations sur les fantasmes pornographiques avec des personnes « de l’autre sexe » comme étant « naturellement » liées à la séduction9 :

« [parler de porno] je trouve ça plus sympa avec une nana. En plus, c’est incroyable, parce que ça m’excite. Ça a un côté excitant. Même s’il ne se produit rien après, je me rapproche d’elle. Parce que les nanas c’est souvent tellement prise de tête, que, en général, si elles acceptent d’être un peu plus cool et de te parler de ça… moi j’interprète ça comme voulant dire « bon allez… ! [mime un signe de complicité avec une femme] ; tu te rapproches de moi, je te fais rentrer dans mon cercle un peu plus proche. » […] A partir du moment où en mate ensemble, ça part en vrille tout de suite. Enfin en général, si elle ou moi propose de mater un porno ensemble, on n’est pas dupes, on sait qu’on n’arrivera pas à tenir ».

23Aux femmes « plus cool » s’opposent alors celles qui sont « prise de tête », avec qui une telle discussion implique nécessairement une réflexivité sur les rapports de pouvoir genrés qui traversent les scénarios pornographiques :

  • 10 Dans le contexte de la pornographie hétérosexuelle, un bukkake désigne une séquence d’éjaculation d (...)

« un jour, bêtement, j’en ai parlé [de son goût pour le bukkake10] avec une nana, qui était féministe et qui m’a fait : Ah mais c’est simple, t’as envie de dégrader la femme ? tu veux être fort ? tu veux… [s’arrête]. Alors là je me suis dit, j’en ai marre, je ne parlerai plus jamais de ça avec une nana… une nana qui n’est pas à l’aise dans ses baskets… parce que c’est toujours le même truc, ça n’avance pas. […] Et puis parler de cul devant certaines nanas… »

24En commentant quelques instants plus tard une autre scène, Louis positionne par ailleurs lui-même ses goûts pornographiques par opposition avec les opinions féministes :

  • 11 Dans le contexte de la pornographie hétérosexuelle, un gang bang désigne une scène où une seule act (...)

« Tu fous une nana féministe devant ça [une scène de gang bang11], soit elle s’ouvre les veines, soit elle ouvre les veines du mec qui est à côté d’elle, ou elle le jette par la fenêtre ! »

25Parler de pornographie hétérosexuelle, c’est parler d’un divertissement qui a été l’objet d’un investissement critique par le féminisme. Partager un moment « entre hommes » et « sans les femmes » prend alors une dimension toute particulière lorsqu’il s’agit de pornographie : il s’agit également de profiter à fond du plaisir d’en parler à l’abri du jugement des femmes et des féministes. La présence masculine rassurante de l’intervieweur permet la réactualisation de ce plaisir.

  • 12 Je me réfère ici à la théorisation par Raewyn Connell et James Messerschmidt (2005) de la relation (...)

26Avec Louis, comme avec d’autres enquêtés hétérosexuels plus âgés que moi, j’ai été assigné à un rôle de jeune homme présumé hétérosexuel et inexpérimenté devant lequel on met en scène son expérience et ses conquêtes. Cette posture d’autorité de l’enquêté sur l’enquêteur a été efficace dans la mesure où elle a pu contraindre ma capacité d’agir – m’incitant à censurer des postures corporelles qui m’apparaissaient sur le moment comme « trop efféminées » – et me faire perdre le contrôle sur le déroulement de l’entretien – me faisant perdre la lucidité nécessaire à l’élaboration de relances pertinentes. La hiérarchisation du masculin et du féminin traverse également les relations d’enquête entre hommes : confronté au positionnement hégémonique12 de certains enquêtés mettant en scène leur hétérosexualité conquérante, j’ai été relégué à une position doublement inconfortable, non seulement subordonnée (car implicitement positionné par l’interlocuteur comme insuffisamment masculin) mais également complice (de par mon rôle d’intervieweur bienveillant).

Complicité homonormative

27Si la complicité masculine qui s’est instaurée avec les enquêtés gays ne prend pas sens par rapport à l’absence des conjointes ou l’absence de tension érotique, celle-ci a également pu se construire sur des formes de hiérarchisation des masculinités et d’exclusion des points de vue féminins et féministes. L’exposé des préférences érotiques de Matteo (gay, 30 ans, enseignant-chercheur en histoire) pour les hommes d’Europe du Nord ou d’Europe du Sud, grands, musclés, le crâne rasé et poilus, opère ainsi par exclusion des hommes asiatiques et efféminés, trouble-fêtes d’un homo-érotisme blanc et viril :

  • 13 En argot anglais, queer signifie « étrange », « tordu » ou « pédale ». Cette insulte a été resignif (...)

Et tu cherches un type de mec en particulier dans les films… ou c’est secondaire ?
– […] Je préfère les grands blonds, Allemands par exemple… ou sinon les Méditerranéens
– C’est quoi que t’associes aux Méditerranéens ?
Le Méditerranéen, évidemment, c’est un mec plutôt semblable à moi : poilu, etc. Donc j’imagine chaud. J’ai aussi toujours beaucoup aimé les Allemands, les grands mecs blonds ou roux. C’est-à-dire tout ce que je n’étais pas : pas poilu, etc. […] Par contre je n’aime pas les Asiatiques […] Je préfère les mecs avec les cheveux rasés. S’il a des cheveux ça va, mais s’il n’est pas du tout poilu, là par exemple, j’aurais peut-être des problèmes. J’aime vraiment un homme qui… qui est un homme quoi [emphase de Matteo]. Donc poilu. […] Moi j’aime les mecs tranquilles, pas les mecs qu’on peut voir dans la rue à Paris… pas les mecs trop maquillés, trop queer13… tranquille quoi, des beaux gars.

28Dans le discours de Laurent (gay, 42 ans, cadre commercial), amateur de représentations pornographiques de la masculinité hétérosexuelle, ce sont les femmes qui critiquent les représentations « machistes » de la masculinité, qui apparaissent comme les trouble-fêtes :

Il y a une critique féministe du porno hétéro qui dit que c’est un genre filmique fait par et pour les hommes, au détriment des femmes. Tu en penses quoi de ça ?
C’est ça qui est bien. Pas que ce soit fait au détriment des femmes, mais qu’il y ait cette vision on va dire très très très machiste de la vidéo, moi, ça m’arrange ! C’est ce qui m’excite ! Est-ce que vraiment les femmes ont besoin de critiquer ce genre de trucs ? […] Heureusement qu’il y a cette vision dominant/ dominé et mâle/femelle. Je trouve ça… ça m’arrange. Dans le cinéma hétéro ça m’arrange, parce que ça m’excite.
Oui, je peux comprendre ton point de vue. Mais le point de vue féministe, t’en penses quoi ?
Disons qu’il faut pas se limiter, c’est sûr à ce genre de… Mais dans la sexualité, il y a aussi ce genre de… Comme il y a des… Ça fait partie de… C’est certes une vision caricaturée des rapports humains. Mais c’est une des visions. Qui est majoritaire. L’homme étant machiste et aimant dominer les femmes, eh ben… Donc je sais pas. J’ai pas trop d’avis.
Ça t’arrive de discuter avec des amies femmes qui regardent du porno ?
Non. J’ai déjà très très peu d’amies femmes.

29Laurent et Matteo mobilisent ici la présence masculine de l’enquêteur pour exclure l’efféminement et le féminisme de leur « monde » pornographique. La construction d’une complicité masculine entre gays excluant les points de vue féminins et féministes s’inscrit alors dans une logique homonormative (Stryker, 2008) qui répète, en l’adaptant, la logique hétéronormative (Butler, 2005) : hommes et femmes sont conçus comme deux catégories naturellement différentes et c’est un modèle de masculinité non-efféminée qui est valorisé.

Complicité hégémonique

30À travers ces deux logiques, où l’enquêteur est alternativement assigné par l’enquêté au rôle d’homme hétérosexuel et d’homme gay non-efféminé, s’instaure une complicité hégémonique. On peut distinguer deux dimensions, l’une affective, l’autre politique, de cette complicité. Au sens affectif de « connivence », la complicité se réfère aux performances corporelles et langagières de la masculinité qui permettent la circulation d’affects positifs (se sentir « à l’aise », comme « chez soi », avec « un pair ») qui permettent à l’enquêté de ne pas être sur la défensive et de profiter pleinement du moment. À ce plaisir et cette joie de partager un moment « entre hommes » s’oppose le féminisme, discrédité car « rabat-joie » (Ahmed, 2013). Au sens politique de « collusion », la complicité se réfère alors aux mécanismes d’invalidation et des expériences et des points de vue minoritaires (ici, féministes) à l’œuvre entre sujets hégémoniques (ici, entre hommes, présupposés hétérosexuels ou non-efféminés).

  • 14 Cette définition s’inspire de théorisations de l’hégémonie culturelle (Hall, 1986), du « désir homo (...)
  • 15 Cette stratégie d’enquête s’inspire de la réflexion de Maxime Cervulle (2011, 2013) sur les effets (...)

31Dans le contexte d’une relation d’entretien, la complicité hégémonique désigne généralement la production d’un espace conversationnel où s’articulent des affects et des discours orientés vers le maintien d’un ordre du genre hiérarchisant et excluant14, et auquel l’intervieweur, lorsqu’il s’agit d’un homme, participe plus ou moins activement et consciemment. Afin de déstabiliser cette complicité, j’ai défini une stratégie d’enquête15 consistant à glisser progressivement, une fois la relation de confiance établie, d’un ton empathique à un ton plus critique. Au fil de l’entretien, à mesure que nous abordons les thèmes de la masculinité, de la mise en scène pornographique des rapports de pouvoir et des critiques féministes et antiracistes de la pornographie, je sors du registre empathique de la relance, qui consiste à rester le plus proche possible des mots utilisés par l’enquêté, en le contraignant désormais à se confronter à d’autres points de vue. Avec certains enquêtés qui m’avaient assigné à un rôle hétérosexuel – à travers des expressions telles que « quand tu es avec ta copine… » – cela a pu aller de pair avec l’endossement d’un rôle homosexuel – à travers l’intégration à la conversation de thèmes jusque-là tus comme le porno gay ou la sexualité anale masculine.

32Si ces stratégies de contradiction et de dés-identification ont eu l’intérêt d’obliger les enquêtés à préciser leur point de vue (par exemple naturalisant sur les rapports et les identités de genre) en leur opposant un autre (la critique dénaturalisante du féminisme), elle n’a en revanche pas remis en cause le sentiment de complicité masculine qui s’était installé dans la première phase de l’entretien. Si mes interventions critiques et mes coming-out successifs ont partiellement reconfiguré la relation d’enquête, cette dernière est toujours restée orientée vers la recherche mutuelle du consensus.

33Cette complicité explique en partie le fait que je ne me sois rendu compte qu’a posteriori, lors de la phase de retranscription, que j’étais alors resté sourd à des discours problématiques d’un point de vue féministe, de par leur caractère normatif, excluant ou hiérarchisant. Cet écart d’interprétation entre les écoutes « à chaud » et « à froid » renvoie bien sûr à la temporalité de toute enquête par entretien : l’interaction en face-à-face ne permet pas à l’enquêteur•trice la même réflexivité critique que le travail solitaire de retranscription. Je voudrais toutefois souligner qu’il s’agit en l’occurrence aussi d’une dialectique genrée entre l’aveuglement complice (masculin) et la lucidité critique (féministe) vis-à-vis des rapports de pouvoir qui configurent les sociabilités masculines. Rendre visible cette tension entre engagement dans la complicité masculine et engagement féministe permet de repositionner l’enquêteur, spectateur parmi les autres, dans les processus qu’il analyse. Cela ouvre aussi la voie à une reconsidération des capacités réflexives des publics masculins « ordinaires » de la pornographie.

34Cet article a proposé un récit des différentes postures genrées que j’ai été amené à adopter au cours d’une enquête sur les constructions de la masculinité à l’œuvre dans les pratiques de réception de la pornographie. J’ai notamment souligné le rôle moteur qu’a joué, dans la production du discours des spectateurs interrogés, leur assignation de l’enquêteur à une « masculinité complice » (Connell, Messerschmidt, 2005). Et je soumets à la discussion le concept de « complicité hégémonique » pour penser implications épistémologiques de l’entre-soi dominant (ici masculin) dans les recherches engagées dans une critique (ici féministe) des rapports sociaux (ici le genre).

35Plutôt que comme un échec (l’inaptitude à dépasser un obstacle épistémologique), l’épistémologie féministe (Haraway, 2009) invite à considérer comme une ressource heuristique la participation (y compris malheureuse) de l’enquêteur•trice aux constructions du genre qu’il ou elle analyse. Suivre cette voie revient à abandonner le recours à une identité stable et cohérente qui serait en mesure d’unifier une fois pour toutes la pluralité des formes de subjectivation impliquées dans un processus de production de connaissance. Prendre au sérieux le caractère pluriel et contradictoire de ces formes de subjectivation permet de reconnaître le caractère « non-délimité et connecté » de la subjectivité ethnographique et ouvre la voie à des innovations méthodologiques permettant « d’utiliser le moi de manière épistémologiquement productive » (Kulick, 2011).

Haut de page

Bibliographie

Ahmed, S. (2012). Les rabat-joie féministes (et autres sujets obstinés). Les Cahiers du genre, n° 53, p. 77-98. [« Feminist Killjoys (and other willful subjects) », The scholar and feminist online, vol. 8, n° 3, 2010. Url : http://sfonline.barnard.edu/polyphonic/ahmed_08.htm#end1].

Attwood, F., (2007). “Other” or “one of us” ? The porn user in public and academic discourse. Participations  : Journal of Audience and Reception Studies, vol. 4, n° 1. Url : http://www.participations.org/Volume%204/Issue%201/4_01_attwood.htm

Bajos, N., Bozon, M. (dir.) (2008). Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre, santé. Paris : La découverte.

Baril, A. (2009). Transsexualité et privilèges masculins : fiction ou réalité ? In L. Chamberland (dir.). Diversité sexuelle et constructions de genre. Quebec : Presses de l’Université du Québec, 263-295.

Beaud, S., Lahire, B. (1996). Variations autour des effets de légitimité dans les enquêtes sociologiques. Critiques sociales, n° 8-9, 93-101.

Bertini, M.-J. (2006). Un mode original d’appropriation des Cultural Studies : les Études de Genre appliquées aux sciences de l’information et de la communication : concepts, théories, méthodes et enjeux. Revue internationale de communication MEI (Médias et Information), n° 24, 115-124.

Blanchet, A., Gottman, A. (1992). L’enquête et ses méthodes  : l’entretien. Paris : Armand Colin, 2007.

Bourcier, M.-H., Molinier, P. (dir.) (2008). Les fleurs du mâle. Masculinités sans hommes. Les Cahiers du genre, n° 53.

Butler, J. (2005). Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, trad. de l’anglais par C. Krauss, préf. de E. Fassin. Paris : Éd. La Découverte. [Gender trouble. Feminism and the subversion of identity, Routledge, Londres et New York, 1990].

Cefaï, D., Pasquier, D. (dir.) (2003). Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques. Paris : PUF.

Cervulle, M. (2011). L’écran blanc. Diversité, rapports sociaux de race et sociologie des spectateurs de cinéma. Thèse de doctorat en arts, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Cervulle, M. (2013). Dans le blanc des yeux. Diversité, racisme et médias. Paris : Éd. Amsterdam.

Chibois, J., Pailler, F. (2014). Une métaphore digestive de l’exercice réflexif : Ethnographie, épistémologie(s) et écriture. In M. Quidu (dir.). Le corps du savant dans la recherche scientifique : approches épistémologiques, Lyon : ENS Editions (à paraître).

Connel, R.W. Messerschmidt, J. (2005). Hegemonic Masculinity : Rethinking the Concept. Gender & Society, vol. 19, n° 6, 829-859.

Coulomb-Gully, M. (dir.) (2011). Genre et médias : vers un état des lieux. Sciences de la société, nº 83, 3-13.

Damian-Gaillard, B. (2012). Entretiens avec des producteurs de la presse pornographique. Des rencontres semées d’embûches. Sur le journalisme, nᵒ 1, septembre 2012, 84-95.

Gaissad, L. (2009). De vrais hommes entre eux. Lieux de drague et socialisation sexuelle au masculin. Sextant, n° 27, 45-60.

Goffman, E. (1973). La mise en scène de la vie quotidienne, 1. La présentation de soi. Trad. de l’anglais par A. Accardo. Paris : Éd. Minuit. [The presentation of self in everyday life, Doubleday, New York, 1956].

Gourarier, M. (2011). Négocier le genre ? Une ethnologue dans une société d’hommes apprentis séducteurs. Le Journal des anthropologues, n° 124-125, 159-178.

Hall, S. (1986). The problem of ideology : Marxism without guarantees. Journal of Communication Inquiry, vol. 10, n° 2, 28-44.

Haraway, D. (2009). Savoirs situés  : la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle. In Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, trad. de l’anglais par O. Bonis, préf. de M.-H. Bourcier. Paris : Éd. J. Chambon. [Situated knowledge : the science question in feminism and the privilege of partial perspective, Feminist Studies, vol. 14, n° 3, 1988, 575-599].

Jensen, R. (2007). Getting off. Pornography and the end of masculinity. Cambridge Massachussetts : South End Press.

Juffer, J. (1998). At home with pornography. Women, sex and Everyday Life. New York : NYU Press.

Kendrick, W. (1987). The secret museum. Pornography in modern culture. New York : Viking.

Kulick, D. (2011). La vie sexuelle des anthropologues : subjectivité érotique et travail ethnographique, trad. de l’anglais par F. Haon. Genre, sexualité et société, n° 6. Url : http://gss.revues.org/index2123.html [The sexual life of anthropologists : erotic subjectivity and ethnographic work, in D. Kulick, M. Wilson (dir.). Taboo. Sex, identity and erotic subjectivity in anthropological fieldwork. Londres et New York : Routledge, 1995, 1-28].

Lauretis, T. De (2007). La technologie du genre. In Théorie queer et cultures populaires, préf. P. Molinier, trad. de l’anglais par M.-H. Bourcier. Paris : La Dispute [Technologies of gender. Essays on theory, film, and fiction, Indiana University Press, Bloomington, 1987].

Mackinnon, C.A. (2007). Ce ne sont que des mots, trad. de l’anglais par I. Croix et J. Lahana. Paris : Éd. des femmes. [Only words. Cambridge, Massachussetts : Harvard University Press].

McKee, A., K. Albury, C. Lumby (2008). The Porn Report. Melbourne University Publishing.

Newton, E. (1992). My best informant’s dress : the erotic equation in fieldwork. In Margaret Mead Made Me Gay : Personal Essays, Publics Ideas. Durham : Duke University Press, 2000, 243-257.

Paasonen, S. (2007). Strange bedfellows. Pornography, affect and feminist reading. Feminist Theory, vol. 8, n° 1, 43-57.

Paasonen, S. (2011). Carnal resonance. Affect and online pornography. Cambridge, Massachussetts : MIT Press.

Pailler, F. (2012). Politics of access, politics of affects and production of knowledge. Reflections from an ethnographic fieldwork on online intimacy cultures. Communication au neuvième congrès Crossroads in Cultural Studies, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Paris.

Preciado, B. (2011). Pornotopie. Playboy et l’invention de la sexualité multimédia, trad. de l’espagnol par B. Preciado & S. Mestre. Paris : Flammarion. [Pornotopía. Arquitectura y sexualidad en Playboy durante la guerra fría. Barcelone : Éd. Anagrama].

Rebucini, G. (2013). Masculinités hégémoniques et « sexualités » entre hommes au Maroc. Entre configurations locales et globalisation des catégories de genre et de sexualité. In Cahiers d’études africaines, n° 209-210, 387-415.

Sedgwick, E.K. (1985). Between men. English literature and male homosocial desire. New York : Columbia University Press.

Sedgwick, E.K. (1997). Construire des significations queer. In D. Eribon (dir.) Les études gay et lesbiennes. Paris : Éd. Centre Georges Pompidou, 109-116.

Schütz, A. (2008). Sur les réalités multiples. In Le chercheur le quotidien, trad. de l’anglais par A. Noschis-Gillieron, postface et choix des textes par K. Koschis & D. De Caprona, préface de M. Maaffesoli. Paris : Klincksieck, 103-165. [On multiple realties. Philosophy and Phenomenological Research, vol. 5, n° 4, 1945, 553-576].

Siverstone, R. (1994). Television and Everyday Life. Londres et New York : Routledge,Smith, C. (2007). One for the girls ! The pleasures and practices of reading women’s porn. Londres : Intellect.

Stora-Lamarre, A. (1989). L’Enfer de la IIIe République  : censeurs et pornographes (1881-1914). Paris : Imago.

Stryker, S. (2008). Transgender history, homonormativity, and disciplinarity. Radical History Review, n° 100, 145-157.

Trachman, M. (2013). Une « planque pour mater des culs » ? Sexualisation et désexualisation dans une enquête sur la pornographie. Terrains & travaux, n° 23, 195-213.

Voros, F. (2009). L’invention de l’addiction à la pornographie. Sexologies, vol. 18, n° 4, 270-276.

Williams, L. (dir.) (2004). Porn Studies. Durham et Londres : Duke University Press.

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse de la mise en scène du dégoût dans les écrits féministes anti-pornographie, voir (Paasonen, 2007).

2 Champ universitaire transdisciplinaire qui émerge dans les universités britanniques et nord-américaines à la fin des années 1980 puis s’institutionnalise et s’internationalise dans les années 2000. La revue Porn Studies existe depuis le printemps 2014 : http://www.tandfonline.com/loi/rprn20#.U7FcBahRXx4

3 Linda Williams (2004) note qu’une étymologie latine possible d’« obscène » est « ce qui est ou doit rester en dehors (ob) de la scène (scena) ».

4 Pour une analyse réflexive des rôles sexuels et de genre assignés à des chercheur•e•s lors d’enquêtes auprès de professionnel•le•s de la pornographie hétérosexuelle, (voir Damian-Gaillard, 2012 ; Trachman, 2013)

5 « Homme cisgenre » est une expression issue de l’épistémologie trans’ qui désigne, par contraste avec les trans’ FtM (Female-to-Male), les hommes qui ont été assignés au sexe masculin à la naissance et qui ont été socialisés tout au long de leur vie en tant qu’hommes (Baril, 2009)

6 Un tag est un mot-clé tapé dans un moteur de recherche pornographique. Il peut par exemple faire référence à une pratique, une situation ou un type de corps.

7 Susanna Paasonen (2011, 202-204) définit les « archives somatiques » comme la mémoire sexuelle incorporée qui permet à chaque spectateur•trice de traduire les sons et les images pornographiques en une expérience spectatorielle non seulement audiovisuelle mais également tactile, olfactive et gustative.

8 Les prénoms sont ici modifiés pour préserver l’anonymat des participants à l’enquête.

9 Si elle reste ici peu développée, une riche réflexion méthodologique sur les rapports de pouvoir qui traversent la séduction dans les relations d’enquête est menée par (Gaissad, 2009 ; Gourarier, 2011 ; Rebucini, 2013).

10 Dans le contexte de la pornographie hétérosexuelle, un bukkake désigne une séquence d’éjaculation de plusieurs acteurs sur le corps de l’actrice et de préférence sur son visage

11 Dans le contexte de la pornographie hétérosexuelle, un gang bang désigne une scène où une seule actrice a des rapports sexuels avec un grand nombre d’hommes.

12 Je me réfère ici à la théorisation par Raewyn Connell et James Messerschmidt (2005) de la relation entre masculinités hégémoniques, subordonnées et complices.

13 En argot anglais, queer signifie « étrange », « tordu » ou « pédale ». Cette insulte a été resignifiée dans les années 1990 pour désigner un ensemble de réflexions théoriques et de stratégies politiques anti-assimilationnistes issues des minorités sexuelles (Sedgwick, 1997)

14 Cette définition s’inspire de théorisations de l’hégémonie culturelle (Hall, 1986), du « désir homosocial masculin » (Sedgwick, 1985) et des « masculinités complices » (Connell, Messerschmidt, 2005).

15 Cette stratégie d’enquête s’inspire de la réflexion de Maxime Cervulle (2011, 2013) sur les effets de l’« entre-soi blanc » sur le discours produits par les participants à une enquête sur la réception des représentations médiatiques du racisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Voros, « Partager l’intimité des publics : genre, sexualité et complicité hégémonique dans une enquête en réception », Sciences de la société, 92 | 2014, 193-207.

Référence électronique

Florian Voros, « Partager l’intimité des publics : genre, sexualité et complicité hégémonique dans une enquête en réception », Sciences de la société [En ligne], 92 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://sds.revues.org/1393 ; DOI : 10.4000/sds.1393

Haut de page

Auteur

Florian Voros

Doctorant EHESS (IRIS, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux) et Ater à l’Université Paris VIII Vincennes/Saint-Denis
florian.voros@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org