Navigation – Plan du site

De la sensibilité dans l’échange : entretien, empathie et malaise

Sensitivity in an exchange situation: interview, empathy and awkwardness
De la sensibilidad en el intercambio : entrevista, empatía y malestar
Claudio Broitman R
p. 79-93

Résumés

Des entretiens avec les acteurs du conflit environnemental de HidroAysén, portant sur un projet hydroélectrique en Patagonie chilienne, sont à l’origine de cet article. Ces entretiens ont été conçus dans un premier temps en tant qu’outils pour la récolte de données. Penser les entretiens en tant que situations de communication transforme l’idée du terrain comme instance de vérification d’une problématique mettant en avant la réflexivité du chercheur. La situation d’échange se déplace du moment traditionnel de l’enquêteur-enquêté à celui de l’enquêteur-recruteur, où les acteurs cherchent à convaincre l’enquêteur, et celui-ci s’investit aussi dans l’échange social. L’article se questionne sur les possibles investissements multiples du chercheur dans l’expérience de terrain.

Haut de page

Texte intégral

1La mise en place d’une enquête dans un contexte de conflit suppose une série de préalables que le chercheur doit envisager dans l’expérience du terrain. Les valeurs, les arguments et les mondes sociaux de l’enquêteur sont constamment questionnés dans cet exercice. À partir d’une approche communicationnelle, cet article cherche à mettre en évidence la manière dont les outils de la sociologie des controverses sont parfois mis à l’épreuve dans la cadence des circonstances. Il cherche en particulier à éclairer les enjeux que tout chercheur attentif doit considérer dans la réalisation des entretiens, et explore les façons d’intégrer ces données à la démarche en cours. La réflexivité, au cœur de ce travail, oscille entre la méthode qui limite l’improvisation et l’heuristique qu’impose le terrain. Afin de mettre en évidence cette heuristique, l’article est configuré en tant que récit du terrain, décrit le passage de Santiago du Chili à la Patagonie comme un carnet de voyage, en montrant que dans ce voyage la recherche a subi aussi, au-delà de la métaphore, une transformation théorique par le biais d’un regard sensible du terrain.

  • 1 Comisión Asesora para el Desarrollo Eléctrico (2011) ; Estrategia Nacional de Energía (2012) ; Comi (...)

2Le projet hydroélectrique HidroAysén, de nature privée, propose la construction de cinq méga-barrages sur les fleuves Pascua et Baker, dans la région d’Aysén (en Patagonie chilienne, à l’extrême sud de ce pays). Cela impliquerait l’inondation de milliers d’hectares de forêt native. De plus, une ligne de transmission d’une longueur comprise entre 700 et 2000 kilomètres devra être construite pour intégrer le Système Interconnecté Central (sic) du pays. Le projet permettrait d’améliorer les conditions de vie de la population locale et réduirait la dépendance énergétique aux combustibles fossiles du Chili. Les principales voix autorisées du pays, telles que l’État, les hommes politiques, les scientifiques et les hommes d’affaires, ainsi que de nombreux rapports1 élaborés récemment, soutiennent que le Chili a besoin d’une source d’énergie qui lui soit propre. De leurs avis, le développement hydroélectrique semble la meilleure voie à mettre en place.

  • 2 . New York Times, 24 mai 2011, p. A28.

3Une campagne publicitaire de grande envergure et sans précédent au Chili a néanmoins été menée par des groupes environnementalistes opposés au projet HidroAysén ; elle incluait une mobilisation mondiale, des ressources matérielles et symboliques2. Mais le 9 mai 2011, la Cour de Cassation chilienne a permis la construction des barrages – mais pas de la ligne de transmission – en se basant sur une Étude d’Impact Environnemental (eia) présentée par l’entreprise HidroAysén à l’État chilien, suivant les procédures exigées par la loi. Le même jour, plusieurs manifestations ont eu lieu dans les principales villes du pays. Le conflit est alors devenu central dans le débat public. Celui-ci n’est pas centré uniquement sur les aspects environnementaux du projet, mais aussi sur le rôle des intérêts privés dans les décisions politiques qui déterminent les axes de développement énergétique et, de manière générale, de développement du pays.

Quand l’enquêté recadre l’enquêteur

4Pour analyser le conflit énoncé, j’ai utilisé la méthodologie de la sociologie des controverses (Law, 2002 ; Latour, 2001). En ne séparant pas les éléments techniques des éléments sociaux, j’espérais consolider une cartographie robuste au sein de la controverse qui m’occupait. Pour accomplir cette cartographie, il fallait adopter une méthodologie capable d’intégrer un débat qui engage des connaissances scientifiques et techniques non stabilisées. Le repérage d’inscriptions, d’acteurs et la construction de dynamiques socioscientifiques autour de l’action de l’innovateur-scientifique sont au cœur de cette approche.

  • 3 L’emploi de la première personne du singulier est justifié par rapport à la problématisation de la (...)

5Le travail préparatoire qui a précédé le terrain esquissait une cartographie des acteurs en se basant sur une étude d’archives, point de départ nécessaire pour le déploiement de la grille énoncée plus haut. L’entretien étant considéré comme un outil lié au recueil de données pour réaliser une tache spécifique. Mon3 premier interviewé, P.R., est un acteur central dans cette cartographie ; il est l’un des représentants le plus présent dans l’espace médiatique ; il a participé à plusieurs controverses environnementales du Chili, défendant aussi bien l’environnement que les populations locales ; sa renommée s’est accrue avec le cas de HidroAysén. La conversation se déroule dans une grande maison d’un quartier résidentiel du secteur est de Santiago. L’ambiance est détendue, je suis reçu avec le sourire et on me propose un café instantané qui me permet de patienter une trentaine de minute. P.R entre par la porte de la bibliothèque, plus fournie en divers papiers mal classés qu’en livres. Avant qu’il ne parle, une série d’éléments configurent déjà ma grille d’analyse. Ensuite, et sans même attendre ma première question (on a eu un échange de mails précédemment), il commence à parler. En vertu de ce que Bourdieu (1993) appelle la réflexivité réflexe de l’enquêteur, d’un « œil » sociologique, je devrais être préparé à tout type d’opérations rhétoriques. Néanmoins, sa stratégie de persuasion fonctionne tout de suite chez moi. Son discours est construit ouvertement en fonction d’une opinion –HidroAysén ne convient pas au Chili)– qu’il peut se permettre de revendiquer dans sa condition de militant. Le raisonnement qui suit propose un argument de recadrage (Breton, 2006), construisant un univers de référence, et modifiant le problème qui nous occupait initialement : une dirigeante de la chaîne de télévision publique est la femme du dirigeant d’une entreprise électrique. Le fils aîné du patron d’une des entreprises qui vont faire HidroAysén n’aime pas le projet parce qu’il pense qu’il salît l’image de la famille… Des questions émergent dans mes pensées, pas seulement à l’issu de son discours, mais aussi lors de notre échange. Avant de commencer mon questionnaire je lui dis, d’une façon très naïve : « Tout ce que vous me racontez me semble très intéressant ». Il s’agit de l’un des écologistes le plus médiatiques du mouvement opposé à HidroAysén, en raison de sa position (il est professeur à l’Université du Chili) et de son caractère frontal et polémique. Il a travaillé à la politique environnementale du gouvernement de transition après la dictature de Pinochet. Du fait de cette expérience, il enchaîne un argument d’autorité par témoignage : « La structure environnementale du pays a été faite d’un accord entre les hommes politiques sortants et les démocrates-chrétiens qui venaient d’entrer. Il s’agit d’un arrangement entre les hommes d’affaires et ces deux groupes politiques. Ils étaient tous d’accord, et à moi personne ne peut me raconter des histoires, puisque j’étais là et j’ai tout vu. »

6À ce stade, le recadrage entre nous est déjà configuré : il construit un réel commun (Breton, op. cit.). Et ce n’est qu’à ce moment qu’il énonce le lien de son discours militant avec une hétérogénéité d’autres discours. Il souhaite changer la constitution et associe tous les derniers mouvements sociaux du pays à cette cause. Il parle du mouvement étudiant, des injustices du système de santé, du système des retraites, du modèle juridico-économique. Je lui demande toute une série de document pour vérifier son histoire. Il concède que « dans la mesure du possible, beaucoup de choses ne peuvent pas être prouvées ». Dans un contexte de réception modifié, les arguments proposés par P.R fonctionnent en tant qu’arguments de lien, construits entre l’accord et l’opinion proposée (Breton, op. cit.). Il élabore un récit qui dresse un portrait des camps en présence (sachant que j’étais arrivé la veille et qu’il s’agissait de mon premier entretien) et une historicité du débat (Chateauraynaud et Doury, 2011). L’argumentation de l’interviewé étant efficace vis-à-vis de mon inexpérience, je ressens de l’empathie là où je ne l’attendais pas. L’enquête rencontre le domaine du sensible.

Quand l’enquêteur retrouve son cadre

7La difficulté d’intégrer cette empathie à l’exercice d’objectivation pose une série de questions par rapport à la construction de connaissances. Si le chercheur est sensible à un discours militant, est-il aussi engagé dans cette cause ? Une longue tradition de la recherche en sciences humaines et sociales a largement travaillé sur ce sujet, avec pour point de départ les études menées par l’École de Chicago. Les premiers travaux sur la recherche action ont ainsi été développés dans le contexte d’intervention en milieux urbains (Thomas et Znaniecki, 1918 ; Park, 1925). La conception de la recherche comme une action délibérée de transformation de la réalité, a évolué au cours du siècle précédent par rapport aux disciplines qui se sont intéressé à cette réflexion. Le théâtre, la psychologie et l’éducation ont contribué au développement d’une pensée toujours plus ancrée sur le collectif et l’intervention dans le social (Barbier, 1996 ; Liu, 1997).

8Le positionnement méthodologique de la recherche action exige néanmoins du chercheur une explicitation a priori et in situ de son propos par rapport à son enquête. Dans la situation de communication, les rapports entre l’enquêteur et l’enquêté se modifient par l’échange. Alors comment expliquer ce trouble ? Peut-on parler de militantisme temporaire ? Pour analyser et articuler l’investissement de l’enquêteur dans l’enquête j’utiliserai la notion de carrière problématisée par l’interactionnisme (Strauss, 1959 ; Becker, 1961) et repris par les recherches sur la sociologie du militantisme (Agrikoliansky, 2002 ; Fillieule, 2010). Mon point de départ étant les perspectives diachronique et synchronique des identités sociales travaillées par Anselm Strauss (1959). L’auteur analyse comment les changements de mode de vie (diachronique) et les inscriptions des individus dans plusieurs mondes sociaux (synchroniques) font partie des identités de la vie sociale contemporaine. Cette tension se manifeste auprès de l’ensemble des acteurs d’une enquête, y compris l’enquêteur. Nous sommes inscrits dans une hétérogénéité d’engagements par le fait même de participer à une vie sociale. À la liste d’engagements traditionnels, politiques ou idéologiques, il faudrait ajouter des engagements moins intenses, mais qui font partie à la fois des individus sociaux et de leurs sphères de vie. Ainsi prend place la réflexion de Strauss, qui se matérialise dans des engagements liés au mariage, à un contrat de travail, à la mort d’un proche, etc., pour la perspective diachronique d’une part et les mondes sociaux qui nous constituent pour la perspective synchronique d’autre part.

9La perspective synchronique de mon identité sociale a été mobilisée dans l’enquête in situ. Les employés de l’une des entreprises propriétaires de HidroAysén n’ont pas le droit de recevoir de personnes externes sans l’autorisation de leur département de communication. En considérant que cette autorisation peut prendre plusieurs mois, je décide sur place d’essayer d’accéder à ma source par une voie moins officielle, la contrainte de temps ne me permettant pas d’autre choix. Je ne le savais pas, mais en cherchant parmi mes relations, je découvre que quelqu’un de proche de moi, mais que je ne connais pas, occupe un poste de direction dans cette entreprise. Il accepte très amicalement de me recevoir, mais à titre personnel. Son nom ne peut pas être rendu public dans ma recherche. Il me reçoit à l’heure dans son bureau, il n’y pas un seul mur, uniquement des fenêtres donnant sur une magnifique vue panoramique de Santiago. Nécessairement, l’introduction commence par les réseaux qui nous unissent et finit aussi, comme il se doit par une brève présentation de ma démarche.

10Le ton de son discours est bien évidemment celui du poste qu’il représente. Je dois lui faire une demande explicite pour qu’il m’expose ses points de vue. Une grande partie des arguments qu’il énonce pour défendre la construction des barrages a déjà été utilisée par les porte-paroles de l’entreprise dans les médias : « Le prix de l’énergie devient de plus en plus élevé, personne ne veut consommer moins d’énergie […] La mère de famille dans sa maison voudra toujours utiliser son micro-onde ». À mesure que l’entretien avance, la discussion s’oriente sur le rôle que le modèle économique confie aux entreprises en tant qu’acteurs principaux du marché. Il développe son argumentation autour de cette devise, l’entreprise fait son profit dans le cadre d’une structure juridico-économique, et nie toute responsabilité environnementale dans les cas où les projets ont été validés par l’État. Il continue ensuite avec une série d’arguments qui s’articulent très bien à la devise selon laquelle c’est moi qui fournis l’énergie quel que soit son moyen de production : « l’hydroélectricité est une énergie renouvelable, qui a une très basse émission de Co2, il s’agit des ressources chiliennes, pour un marché chilien. La surface d’inondation est de 6000 hectares, c’est-à-dire une portion marginale de terrain par rapport à la superficie de la région ». La configuration du discours dans cet entretien reste dans le champ de l’argumentation. Même quand l’interviewé naturalise son propos, tout en essayant de garder une distance par rapport à toute démarche persuasive, le lien préexistant dans la situation de communication pose un accord préalable implicite. J’adhère aux arguments de cadrage qu’il utilise par résonance de valeurs et j’accepte l’argument de lien qu’il utilise finalement pour clarifier sa position : « Moi je suis l’entreprise, si les chiliens ne veulent pas faire de barrages, je ferai des centrales à charbon qui pollueront plus. Tant que le marché aura un besoin, c’est moi qui lui fournirais ». En relisant l’entretien je réalise clairement qu’il existe une volonté de convaincre par le biais de l’argumentation. Néanmoins, pendant l’entretien je n’ai pas eu ce sentiment. Toute cette situation ne fait qu’approfondir mon malaise. Mon « œil » sociologique étant loin des propos de ce que la discipline exige, le domaine du sensible se heurte au rationnel.

11Un mois après je rencontre le responsable de l’ingénierie de HidroAysén, l’entretien a été arrangé avec le département de communication de l’entreprise. C.B est un ingénieur charismatique, qui a été mentionné dans plusieurs reportages et articles de presse. Son discours ne varie pas fondamentalement vis-à-vis de ses précédentes interventions, sauf qu’ici la référence au technique est mobilisée couramment en tant que mécanisme de légitimation. Comme dans le cas précédent, il énonce des arguments de cadrage pour chercher à établir un accord préalable : » Cette entreprise, comme d’autres, a été mise en question par la société. Les gens ne se rendent pas compte qu’il s’agit d’une entreprise privée, mais qui fournit un service public. » Un aspect différent qui intéresse mes démarches émerge cependant dans la discussion. Il s’agit des connaissances produites lors du processus de création de l’eia par l’entreprise. « Il n’y avait pas d’entreprises capables de faire l’étude descriptive de cet immense bassin de 300.000 hectares. On a pris la décision d’engager des centres de recherche et des universités pour la réaliser ». Cette étude financée par l’entreprise arrivait à combler un vide des études scientifiques. Il s’agit d’un mécanisme qui précède l’élaboration de l’eia. « On se trouve ici dans une situation bien particulière, parce qu’il s’agit d’une région où il n’y avait quasiment pas d’études scientifiques, et un État qui n’avait pas réelle connaissance de son territoire. Ainsi c’est un acteur privé qui a apporté cette information ». Ensuite, ces études sont reprises et complétées par des consultants embauchés par l’entreprise afin d’élaborer le rapport définitif présenté aux autorités.

12De son point de vue, la majorité des observations faites par les services publics sont basées principalement sur ces études. De ce fait, ces derniers perdent toute légitimité pour critiquer le rapport fourni par HidroAysén. En tant qu’opérations effectuées en réponse à une commande de l’entreprise, les études, fonctionnent comme une figure du précédent. En nouant le discours et les événements (Chateauraynaud et Doury, op. cit.) se configure ainsi un argument d’autorité par compétence vis-à-vis des services environnementaux. Il conclut par une réflexion à propos des mécanismes procéduraux. « On a dépensé environ 200 millions de dollars en études. Est-ce que l’État est en condition de dépenser une telle somme d’argent ? […] On affirme que notre premier grand apport a été d’engager ces onze centres de recherche, et aujourd’hui les connaissances qu’on a de la région sont beaucoup plus riches de ce qu’on connaissait avant. Et cette connaissance c’est toute la société qui l’a acquise. »

13Les dynamiques socioscientifiques que je cherchais à identifier commençaient à prendre forme, intégrant aussi des connaissances scientifiques et techniques non stabilisées. La configuration d’un discours ancré sur le cognitif, qui cherche toujours à prendre le problème de front, et qui est constitué seulement à partir des faits et des rapports qui attestent ces faits, est un élément qui caractérise les enquêtés qui sont en faveur du projet. Cependant, l’oralité n’est pas le seul élément à saisir des entretiens. Je constate une véritable mise en scène dans les entretiens, en particulier chez les employés des entreprises : ils répondent toujours rapidement à mes courriels, ce sont les livres bien rangés, la ponctualité, la cordialité, l’esprit rationnel. Les inscriptions et les acteurs consolidant la cartographie de la controverse, la récolte de données est alors achevée. Pour reprendre la pensée de Le Marec (2002) et en opérationnalisant la réflexivité sur le terrain en tant que composite, l’approche communicationnelle permet d’identifier ce qui n’est pas inscrit, mais qui reste signifiant au sein de l’analyse que je présente. Ainsi l’empathie que je cherche à mettre en évidence n’est pas inscrite sur le terrain, le malaise ne pouvant pas être intégré dans la logique de la théorie de l’acteur réseaux.

Transformation de l’enquêteur par l’enquête

14Le 26 novembre 2012 je rencontre R.M, président de l’association syndicale de génératrices électriques du Chili. C’est-à-dire, la personne choisie par les quatre plus grosses entreprises du domaine pour les représenter dans l’espace public. Je connais davantage le discours de ce personnage puisqu’il est régulièrement sollicité par les médias. Ainsi je suis attentif à un possible changement du répertoire argumentatif et à l’argumentation qu’il utilise dans ce contexte. On me fait attendre cinq minutes qui me laissent peu de temps par rapport à tous les éléments que je peux observer pendant mon attente : je suis assis à une énorme table en acajou et je regarde la cordillère des Andes à travers une imposante baie vitrée. Un énorme choix de boissons, biscuits et sandwichs est à ma disposition. R.M arrive en s’excusant pour son retard. Avant même que nous commencions à discuter, sa femme l’appelle sur son téléphone portable. Il ne prend pas la peine de sortir, j’apprends qu’elle vient de faire une infraction au code de la route. Il s’agit d’un homme charismatique, disponible aussi bien pour des questions techniques que des sujets sociopolitiques. Il déploie des arguments d’autorité basés sur sa compétence professionnelle et son expérience. Il ne milite pas spécifiquement pour le projet hydroélectrique en question, mais plutôt pour une amélioration du système public d’attribution des droits sur la production électrique, et pour un approfondissement du débat public vis-à-vis de ce sujet. Il ne focalise pas sa critique sur les personnes ni les groupes d’opposition, mais sur les institutions qui, selon son propre diagnostic, ne sont pas encore mûres par rapport aux standards désirés. « Le Service d’Évaluation Environnemental (SEE) est une structure assez faible, qui compte sur des fonctionnaires qui ne sont pas assez qualifiés dirais-je, en ayant beaucoup de faiblesses du point de vue institutionnel et beaucoup de difficultés pour appliquer un ensemble de norme, assez strict ». Ensuite il critique le fait que l’eia inclut l’évaluation sociale du projet, c’est-à-dire, entre autres choses, la construction d’hôpitaux, d’écoles, de chemins, d’impacts démographiques, etc. Il considère que les attentes sociales sont trop sensibles pour être évaluées par les entreprises. « Le mécanisme de participation citoyenne, c’est l’entreprise qui doit le faire, qui est censée interpréter les besoins et attentes des populations locales ». Selon lui : « Il faudrait que l’État soit seul responsable d’informer et de récupérer les avis de la citoyenneté par rapport aux projets énergétiques ». Son discours revendique une posture politique qui se configure par le bais d’un argument de recadrage, qui cherche à modifier un problème. On retrouve la procédure déjà utilisée par P.R. Dans les deux cas, les enquêtés m’interpellent en tant que chercheur, en déployant leur capacité argumentative (Chateauraynaud, 2011) afin d’orienter ou même de réorienter leur cause, provoquant une bifurcation par rapport à l’argumentation fondatrice de la discussion. Le sens critique de ce porte-parole vis-à-vis des institutions, et sa volonté d’intégrer une participation citoyenne dans la prise de décision ont fonctionné en tant qu’argument de lien. Je commençais à avoir la conviction que la construction des barrages pouvait se faire dans le respect des attentes des différentes communautés.

15De la rhétorique antisystème à une rationalité partagée, mon identification vis-à-vis de mes interviewés a évolué en raison d’une empathie polyvalente. Une inconfortable ambiguïté naquit au sein de mon propre jugement. Les circonstances exigeaient à résoudre le trouble : étant loin du positionnement attendu pour un chercheur, je devenais un enquêteur bicéphale. L’empathie vécue dans les entretiens précédents ne s’ajustait pas au militantisme, puisqu’il s’agissait d’une empathie qui n’intégrait pas la notion de carrière, c’est-à-dire un ensemble de prédispositions liées à une trajectoire. Même si la multiappartenance (Fillieule et al., 2004) a été travaillée par la sociologie du militantisme, il s’agit de militants qui appartiennent à une hétérogénéité d’engagements qui s’inscrivent dans une cause plus large. N’ayant pas un malaise dont la cause serait univoque dans mon malaise, ni une carrière qui précède les situations d’empathie, le militantisme ne semble pas un outil adapté pour décrire ce moment. La perspective synchronique, énoncé par Strauss (1959), s’avère être un outil pertinent pour saisir cette polyvalence en tant qu’élément intégrateur d’une identité susceptible de devenir militante. Dorénavant un positionnement univoque deviendra impraticable.

L’enquêteur polyvalent

16La Radio Bío-Bío est le plus grand réseau journalistique indépendant du Chili. Le fondateur était le père de mon interviewé. La radio est une maison au centre-ville où l’on ressent immédiatement une ambiance familiale. N.M me reçoit à l’heure, me propose un café, et m’invite à m’asseoir autour d’une table ronde où doivent se dérouler des émissions de radio. Il me pose une série de questions qui ne sont pas directement liées à ma démarche mais plutôt en lien avec ma personne. Nous découvrons avoir été dans le même lycée et qu’il vient de la même ville que mes parents. Il s’agit de l’un de mes derniers entretiens à Santiago avant de partir à Coyhaique (en Patagonie). La coïncidence d’expériences de vie communes avec mon interlocuteur me met dans une position inconfortable. De plus, c’est lui qui a amené cette discussion personnelle. Je décide de couper court à ce registre pour passer à l’entretien. La première question est celle que j’ai posée à tous mes interlocuteurs : « Considérez-vous qu’il existe au Chili un débat sur l’énergie ? ». Avec certaines nuances, les réponses étaient toujours similaires, mais N.M se distingue de tous les acteurs précédents : « Non, il n’existe pas de débat, mais plutôt des prises de position. On n’écoute pas les contreparties. Il n’existe pas de culture de l’argumentation, par contre, ce qu’on constate c’est le mépris, la caricature des adversaires ». Selon son diagnostic, les chiliens ont un traumatisme depuis la dictature, ils sont habitués à ne pas discuter, à se voir imposer des idées. Il a même imaginé une solution possible au problème : « Il nous faut des instruments, il faut plus de démocratie pour arriver à des accords plutôt qu’à des choses imposées ». À la suite de cette affirmation je lui demande comment il pense qu’il faudrait perfectionner les instruments démocratiques. Son propos porte alors rapidement sur la concentration des médias de masse. Il parle de certaines orientations des groupes économiques dans la diffusion de l’information : « Le slogan qui dit que le Chili a besoin de plus d’énergie utilise une caution qui est technique et menaçante à la fois. Cela s’articule avec le thème de discussion publique selon lequel sans énergie additionnelle il n’y aura pas de développement. Et que l’injustice se surmonte seulement par le développement. Je pense que ce discours-avertissement fonctionne parce qu’il ne laisse pas de choix. Sinon on fait quoi ? Des centrales à charbon ? ».

17Le perfectionnement des institutions démocratiques émerge en tant qu’objet analytique s’articulant autour de l’hétérogénéité de positionnements collectés sur le terrain. On revient constamment au sujet de l’absence de débat public. Je finis l’entretien, j’éteins mon enregistreur, et nous continuons à discuter pendant 45 minutes. Avant de partir, il m’invite à rester en contact, les portes de la radio restent ouvertes pour moi. Dans cet entretien, à partir de l’accord préalable implicite lié à nos mondes sociaux, j’ai encore été la cible d’un raisonnement qui a commencé par un argument de recadrage (Il faut plus de démocratie) et qui a fini par un argument liant nos valeurs, en résonance avec l’argumentation sur les centrales à charbon, la trajectoire de l’argumentation s’étant renversée (Chateauraynaud, op.cit.) vis-à-vis de l’entretien du dirigeant qui revendiquait l’utilisation de cette source énergétique. Une fois le lien établi, l’intérêt a rencontré le cadrage fondateur de la démarche, l’empathie restait toujours très présente.

18Après ce dernier entretien à Santiago je pars en Patagonie pour une deuxième série de rencontres avec les acteurs du conflit. Dans la configuration préconstruite de ma méthodologie j’avais fait le choix de centrer mon attention sur la capitale du Chili. Je commence donc la dernière partie de mon enquête de terrain en ayant l’impression que le travail est déjà abouti, se déplacer en Patagonie ayant pour but d’observer le lieu originaire du conflit. À ce stade, les entretiens réalisés à Santiago m’avaient permis d’esquisser une cartographie intégrant le débat sur l’énergie au Chili en général, et sur HidroAysén en particulier. Ma problématique se configurait autour d’une fabrication de faits mise en place par la mobilisation d’une production scientifique, engagée par l’entreprise en tant que force extérieure, orientant le débat technique à une stabilisation collective (Latour, 1989). L’action rhétorique des groupes opposés cherchant à déstabiliser ce consensus était ainsi traduite comme une prolifération des traces et d’inscriptions de nature hybride (Akrich, Callon et Latour, 2006), que j’avais pu collecter sur le terrain. Cette prolifération décrivait ainsi le réseau sociotechnique de la controverse. Mais quelques inscriptions posaient problème à la grille préconstruite. L’expérience vécue du terrain m’empêchait d’évacuer la réflexivité de la problématique.

19L’idée de construire progressivement l’objet de recherche dans l’exercice empirique s’éloignait de la conception du terrain comme instance de vérification d’une problématique (Kaufmann, 2008). Les procédures implémentées a posteriori dans l’analyse ont ainsi favorisé une ouverture à l’émergence des faits (Guillemette, 2006), qui s’est matérialisée dans l’étude de mon positionnement vis-à-vis de mes entretiens. L’ajustement avec le terrain ouvre à l’élaboration de nouvelles catégories et hypothèses (Soulet, 2010). Ma démarche restait toujours de nature qualitative, mais j’intégrais l’héritage de la sensibilité interactionniste (Paillé 2010) et reconnaissais le fait que « la société se construit à chaque minute par l’interaction et la négociation et que les phénomènes ainsi décrits sont néanmoins assez stables pour être étudiés avec profits » (Becker, 1991).

20Grâce à mon réseau personnel, j’ai pu rencontrer un sociologue demeurant en Patagonie qui a participé à l’évaluation de l’appareil public de l’EIA présentée par l’entreprise. Le bureau du SEE de la région d’Aysén se trouve dans une petite maison au centre-ville de Coyhaique. La cordialité de la conversation, qui débute sur nos relations communes, s’étiole assez vite dès lors que nous abordons son rôle dans le processus d’évaluation du projet HidroAysén. Il se braque face à mes questions en argumentant qu’il n’a pas de commentaire à faire à ce sujet. Sa réaction m’échappe. Comment est ce possible qu’il n’ait rien à dire ? J’essaye alors de reformuler mes questions. En tant que sociologue il était en charge de l’analyse sociale de l’étude. « J’ai eu pour mission de faire l’analyse des chapitres censés concerner la partie sociale, l’évaluation de l’impact social, cela devait être des milliers de pages. Lorsque j’ai commencé à aller là où j’aurais dû trouver l’information permettant de mesurer l’impact que l’entreprise proposait, j’ai eu la surprise de voir qu’aucune étude n’avait été faite. » Voilà pourquoi il n’avait rien à ajouter. Mais si l’entreprise avait engagé des centaines de millions de dollars en études scientifiques et si l’eia avait été configurée par des consultants experts dans ce domaine, comment est-ce possible que la partie sociale n’ait pas été prise en compte ? « L’étude établit une méthodologie où il existe des zones d’intervention directe et indirecte. Ils ont déterminé que l’impact direct était la seule chose qu’ils devaient justifier. Il n’y avait pas d’études par rapport aux communautés plus éloignées. Ainsi il n’y avait rien à évaluer ». Il exprime son mécontentement vis-à-vis du rapport à plusieurs reprises durant l’entretien : « Le fait d’inclure deux zones d’influence est déjà quelque chose de bizarre. En termes sociaux, quand tu parles de milliers de travailleurs qui vont venir de l’extérieur, il y a des impacts. Des augmentations des loyers, de la nourriture, il n’y a pas une projection des accidents, de pollution, de demande d’écoles, de santé. » Le lien que j’avais établi avec certains arguments des défenseurs des barrages me vient à l’esprit. Je ne me sens pas à l’aise dans ce bureau ni avec cette personne. J’ai du mal à croire à ses arguments et je n’éprouve pas d’empathie. Ainsi, j’essaye de lui soumettre l’idée, que je tiens de R.M, le porte-parole des entreprises d’énergie, qu’il faudrait peut-être présenter deux rapports, l’un technique et l’autre social. J’ai du mal à m’exprimer. Il est dérangé et le met en évidence par un gros soupir : « Voyons, quand quelqu’un intervient sur le territoire, l’intervention est intégrale, la quantité de personnes qui habitent ce territoire ne le rendent pas plus ou moins social, ça c’est ma perspective théorique. » Je suis encore cible d’arguments de recadrage (dans un contexte de réception modifié à plusieurs reprises au cours du terrain). Ayant des présupposés en commun avec cet enquêté, mais pas de lien qui viendrait surplomber son argumentation, je ne suis pas convaincu, je n’adhère pas à son discours. Pourtant ses arguments d’autorité par compétence et témoignage son solides. Même quand ils trouvent des échos, cette fois-ci il n’y pas de lien. Le malaise est trop grand, l’empathie inexistante. Comment interpréter ce nouveau trouble ?

21Les critiques portées aux études réalisées par l’entreprise ne viennent pas seulement de l’appareil public, mais aussi des groupes opposants. D.C est la spécialiste des questions techniques de l’association « Aysén réservoir de vie ». Ses critiques sont ciblées sur la méthodologie mise en place dans les études qui ont précédé le rapport officiel. « Toutes les universités ont été impliquées dans ces études. Cela leur a permis de produire un déséquilibre dans la production de connaissances, en ayant une majorité de docteurs spécialistes dans leurs domaines, par rapport aux techniciens régionaux. » Elle confirme le diagnostic énoncé plus haut par le responsable de l’ingénierie de HidroAysén selon lequel n’existait pas d’études de la région, mais elle insiste sur le fait que les études ont été mal réalisées, du fait de la complexité des caractéristiques topographiques de la région et des contraintes de temps auxquelles les spécialistes ont été confrontés pour faire leur travail. « Aysén réservoir de vie » est le groupe d’écologistes local qui a précédé les organisations nationales et internationales dans la lutte contre HidroAysén, son but étant de préserver la biodiversité de la région. Le projet hydroélectrique lui a donné une nouvelle force en tant qu’association, pas seulement grâce au soutien des citoyens dans tout le pays mais aussi grâce au soutien économique d’ong et de certains mécènes qui ont appuyé son action. À partir de la médiatisation de leur cause, le regroupement de personnes soutenant leur stratégie est nationalement connu sous l’appellation « Patagonie sans barrages. » P.S, leur porte-parole dans la région, théorise sur le succès du mouvement au niveau national : » HidroAysén est devenu tout ce que nous ne voulons pas en tant que pays. Le choix a toujours été de nous transformer en une cause épique. » Cependant, quand je lui demande de préciser ses inspirations à lui, il apparaît que les motifs qui l’animent sont bien différents : « Je pense que chaque personne doit se battre pour le territoire dont elle fait partie. J’ai choisi Aysén, j’aime ce que je vis ici, j’ai mes gens, je suis très fier de vivre ici. Cette fierté implique aussi une grande responsabilité. » Les arguments de P.S sont similaires à ceux de P.R, mon premier interviewé, sauf qu’ici l’exercice de persuasion est moins entraîné. Des arguments de recadrage sont aussi mobilisés, mais comme nous n’avons pas d’accord préalable, le lien ne se produit pas.

Une approche sensible pour théoriser le malaise

22Le malaise vécu dans la réalisation des entretiens pendant le terrain a réorienté mon regard vers une approche plus réflexive. Ainsi certains des échanges qui ont eu lieu, conçus en tant que situation de communication, ont orienté mon regard du conflit selon une perspective différente de celle proposée par la sociologie des controverses. Même quand, l’expérience du terrain m’a permis de construire de dynamiques socioscientifiques autour des relations de pouvoir, des faits, des idées reçues, des rapports et des procédures méthodologiques, la cartographie envisagée évacuait le positionnement de l’enquêteur. Il restait ainsi à intégrer la dimension de la réflexivité à la démarche. Cette dimension-là avait malgré tout été incluse dans l’enquête du fait de la nature même d’un entretien : échanges, moments imprévus. Mais cela ne faisait pas partie de la méthodologie : la réflexivité n’avait été qu’intuitivement opérationnalisée.

23Comment intégrer théoriquement la dimension réflexive ? Et, comment garder son caractère scientifique ? Une rigueur méthodologique donne une partie de la réponse. La réflexivité étant consubstantielle à la démarche, il suffisait de justifier son articulation à la problématique scientifique. Et c’est justement à partir de cette volonté de science (Jurdant, 1999) que la réflexivité du chercheur prend tout son sens. L’entretien en tant qu’objet de recherche s’inscrit lors de son actualisation, dans la situation de communication, mais également a posteriori, lors du travail réflexif en laboratoire (Le Marec et Babou, 2004). De cette réflexion je tire une première couche de mon analyse, déjà énoncée plus haut : mes entretiens ne sont pas seulement des outils utilisés pour le recueil de données. Mon positionnement en tant qu’enquêteur vis-à-vis de mes enquêtés a pris un rôle pivot lors de la réalisation des entretiens. La structure semi-directive et le questionnaire élaboré n’ont pas été suffisants. La richesse de certains entretiens ne s’inscrit pas uniquement dans les données recueillies, mais dans l’échange social. La situation de communication exige l’appréhension de phénomènes complexes et une attention portée à l’implicite du social. Des questionnements, des cadres non considérés auparavant, prennent place dans l’enquête. Il s’agit de l’exploration de l’expérience, de l’enquête en tant que dispositif organisateur des situations de communication (Le Marec, 2002).

24Concevoir l’entretien comme une situation de communication où on mobilise de l’échange social et non comme un outil de recueil de données permet la configuration d’une approche qui intègre la sensibilité du chercheur en tant que problématique. La littérature scientifique s’intéresse aux traductions matérialisées dans des dispositifs de texte, mais pas à ce qui n’est pas écrit : les perceptions, les réactions, les affects du chercheur sur le terrain ne sont pas inclus dans les productions, peut-être parce que ces éléments manqueraient de pureté, voire de noblesse en tant qu’objets. À la recherche d’une approche sensible au terrain, je prends compte de la réflexivité dans le travail empirique, envisageant une méthodologie qui puisse intégrer l’extraordinaire complexité des échanges humains (Hert, 2012), les données de l’enquête, les enquêtés et aussi l’enquêteur. Même quand les conditions de l’enquête exigeaient d’élargir quelques aspects méthodologiques, le cadre de la controverse restait pertinent dans le sens où les enquêtés gardaient des positionnements différents et parfois opposés à la problématique. Dans ce cadre-là, la figure du chercheur s’impose comme celle de « l’observateur », un producteur de connaissance capable d’influencer l’opinion, un potentiel allié des intérêts divers des acteurs. Je retrouve au cours de mes entretiens l’intention de recrutement parmi les enquêtés (Latour et Woolgar, 1979 ; Callon, Lascoumes et Barthe, 2001). Les acteurs cherchent à trouver des points de partage par le biais de différents mécanismes qui ont été énoncés plus haut.

25Dans la situation de communication, l’enquêteur s’investit au-delà d’un simple échange. Par le biais de l’empathie, je ressens, parfois, un malaise. L’échange fait partie de l’attendu, la structure semi-directive de l’entretien permet de bien réagir. Mais quelques entretiens, ou plutôt quelques personnes, posent des problèmes à la structure préconfigurée. Ainsi, la situation d’échange devient un partage du sensible (Rancière, 1995), où l’empathie peut être considérée comme une tentative « de se mettre à la place de son interlocuteur en pensée » (Bourdieu, op. cit.). La situation d’entretien se déplace du moment traditionnel de l’enquêteur-enquêté à celui de l’enquêteur-recruteur, où les acteurs cherchent à persuader l’enquêteur, et l’enquêteur s’investit aussi dans l’échange social.

Haut de page

Bibliographie

Agrikoliansky, E. (2001). Carrières militantes, et vocation à la morale : les militants de la ligue des droits de l’homme dans les années 1980. Revue française de science politique, vol. 51-1, 27-46.

Akrich, M., Callon, M., Latour, B., (2006). Sociologie de la traduction. Paris : Les Presses de l’École de Mines.

Barbier, R. (1996). La recherche action. Paris: Economica.

Becker, H.S. (1961). Boys in White: Student Culture in Medical School with Blanche Geer, Everett C. Hughes and Anselm Strauss. Chicago: University Chicago Press.

Becker, H.S. (1991). Children’s conceptions of money: concepts and social organization. In D.R. Maines (dir) Social Organization and Social Process. Essays in Honor of Anselm Strauss. New York: Aldine de Gruyter, (45–58). In La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative. Paris : Armand Colin, 2010.

Bourdieu, P. et al. (1993). La misère du monde. Paris : Éd. du Seuil.

Breton, P. (2006). L’argumentation dans la communication. Paris : La Découverte.

Callon, M., Lascoumes, P., Barthe, Y. (2001). Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique. Paris : Le Seuil.

Chateauraynaud, F. (2011). Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique. Paris : Petra.

Chateauraynaud, F., Doury, M. (2011). La portée des précédents. Evénements marquants et procédés argumentatifs. Socio-Informatique et argumentation, [en ligne]

http://socioargu.hypotheses.org/2274.

Fillieule, O., Pudal, B., (2010). Sociologie du militantisme. Problématisations et déplacement des méthodes d’enquête. In E. Agrikoliansky et al. (dir) Penser les mouvements sociaux. Paris : La Découverte, 200, 163-184.

Fillieule, O. et al. (2004). L’altermondialisation en réseaux. Trajectoire militantes, multipositionnalité et formes de l’engagement : les participants du contre-sommet du G8 d’Evian. Politix, vol. 17-68, 13-48.

Guillemette, F. (2006). L’approche de la grounded theory pour innover. Recherche qualitative, vol. 26-1.

Hert, P. (2012). Art, Anthropologie et Corps : la réflexivité du chercheur... et celle du clown. Espaces Réflexifs, [en ligne] http://reflexivites.hypotheses.org/815

Jurdant, B. (1999). Le désir de scientificité. Alliage, n° 41-42,

[en ligne] http://www.tribunes.com/tribune/alliage/41-42/Jurdant_41.htm

Kaufman, J.C. (2008). Quand Je est un autre. Paris : Armand Colin.

Latour, B. (2001). Pasteur : guerre et paix des microbes. Paris : La Découverte.

Latour, B., Woolgar, S. (1996). La vie de Laboratoire. La production des faits scientifiques. Paris : La Découverte.

Latour, B. (1989). La Science en action. Paris : La Découverte.

Law, J. (2002). Aircraft stories: decentering the object in technoscience. Londres : Durham.

Le Marec, J. (2002). Ce que le terrain fait aux concepts : Vers une théorie des composites, Cinéma, communication et information. Habilitation à diriger des recherches, Paris, Université Paris 7.

Le Marec, J., Babou, I. (2004). Sciences et médias : le champ STS à l’épreuve de la banalité. Actes du colloque Sciences, médias et société. Lyon : ENS-LSH, 7-17.

Liu, M. (1997). Fondements et pratiques de la recherche-action. Paris : L’Harmattan.

Paillé, P. (2010). Une enquête de théorisation ancrée : les racines et les innovations de l’approche méthodologique de Glasser et Strauss. In La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative. Paris, Armand Colin, 23-77.

Park, R-E. (1925). The City: Suggestions for the Study of Human Nature in the Urban Environnement. Chicago : University of Chicago Press.

Rancière, J. (1995). La mésentente : politique et philosophie. Paris : Galilée.

Soulet, M.H. (2010). Pourquoi traduire The Discovery of Grounded Theory? In La découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitative. Paris : Armand Colin.

Strauss, A. (1992). Miroirs et masques : une introduction à l’interactionnisme, trad. de l’anglais par M. Falandry. Paris: Métailié [Mirrors and Masks: the search for identity, 1959].

Thomas, W., Znaniecki, F. (1958). The Polish Peasant in Europe and America. New York : Dover.

Haut de page

Notes

1 Comisión Asesora para el Desarrollo Eléctrico (2011) ; Estrategia Nacional de Energía (2012) ; Comisión Nacional de Energía (2012).

2 . New York Times, 24 mai 2011, p. A28.

3 L’emploi de la première personne du singulier est justifié par rapport à la problématisation de la réflexivité au cœur de l’article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudio Broitman R, « De la sensibilité dans l’échange : entretien, empathie et malaise », Sciences de la société, 92 | 2014, 79-93.

Référence électronique

Claudio Broitman R, « De la sensibilité dans l’échange : entretien, empathie et malaise », Sciences de la société [En ligne], 92 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://sds.revues.org/1063 ; DOI : 10.4000/sds.1063

Haut de page

Auteur

Claudio Broitman R

Doctorant, Université Paris Diderot –CERILAC, équipe sciences et médias
claudiobroitman@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org