Navigation – Plan du site

Introduction : les communications dans la recherche au miroir de l’enquête

Joëlle Le Marec et Pierre Molinier
p. 3-13

Texte intégral

1Chaque jour, les séminaires et journées d’études nous rendent acteurs et témoins de l’attention que nous sommes prêts à accorder à la pensée d’autrui pour enrichir nos questions et modifier nos manières de faire de la recherche à partir d’une idée, d’une interrogation qui déplace une question, remet en cause une interprétation, recontextualise une lecture. Régulièrement, mais dans des temporalités très variables selon les priorités que nous devons affronter dans notre métier, les situations d’enquête ou de collecte nous rendent attentifs aux bénéfices de la trouvaille, à l’inspiration d’une énigme, à la déception de sentir un horizon accessible a priori s’éloigner ou disparaître derrière des « accidents de terrain ». Chaque année enfin, la période des soutenances de thèses concentrée sur quelques mois, nous fait prendre la mesure d’une passion méthodologique chez les jeunes chercheurs. Lorsque cette vague d’évènements se retire, restent bien sûr les thèses estampillées, les rapports de soutenances visés et les diplômes, mais aussi le halo brumeux extrêmement riche, de dialogues, d’états, et de tendances perçus, qui ne se traduisent pas immédiatement dans des productions, mais qui irriguent au goutte à goutte les sociabilités intellectuelles.

2Le travail de construction de chaque objet, l’effort d’élaboration réflexive d’un questionnement à la fois sensible à la complexité et opératoire, le compte-rendu de ce que l’enquête fait à ces questions, l’attachement aux phénomènes empiriques et aux problèmes qu’ils posent au chercheurs, l’usage des imaginaires théoriques et la construction des disciplines de l’action et de la pensée, les tentatives multiples d’usages, souvent pluriels, des concepts, grilles, cadres, la proposition d’une manière de considérer un objet, une pratique ou un évènement : tout cela s’impose comme étant une conception de la recherche relativement partagée dans diverses communautés des sciences anthropo-sociales. Les références disciplinaires donnent certes des appuis essentiels, un style, une maîtrise, une virtuosité dans l’usage de certaines cadres ou dans la mobilisation de certaines manières de faire, mais ne constituent pas des « mondes mentaux » autonomes par rapport à la pensée ordinaire, ni a fortiori, par rapport à des démarches dans d’autres disciplines.

3Ces réflexions peuvent sembler relever de l’évidence : comment pourrait-on faire de la recherche différemment ? Quoi de plus ordinaire que de faire ce type d’effort quand on est chercheur ?

  • 1 Voir à ce propos la réaction de Mélodie Faury sur le site science-société (http://science-societe. (...)

4Rien n’est pourtant plus difficile à entretenir que cet ordinaire de la recherche comme tension entre élaborations toujours singulières de pratiques destinées à se rendre plus sensibles à un milieu, et partage critique de ces expériences et de leurs analyses dans une communauté empirique qui assume le projet d’intersubjectivité. Car les institutions de recherche ne protègent pas nécessairement ces conditions d’une élaboration, d’une critique et d’un partage les plus scrupuleux et attentifs possibles du savoir sur la société. Elles sont pilotées par des personnes qui n’y croient plus (ou qui n’y ont jamais cru). Dans le cas contraire, les institutions seraient, évidemment, nécessairement, les lieux d’extension de l’épreuve et de l’expérience empirique des formes de vie sociales observées et interprétées. À quoi peut servir la démonstration de l’importance de liens sociaux si les formes de vie sociale dans l’institution scientifique se structurent comme si ces liens n’existaient pas et de telle sorte qu’ils ne puissent pas s’exprimer ? Pourquoi mettre en évidence les logiques du don si elles sont niées voire combattues comme des aberrations dans les lieux même où elles ont été établies ? Pourquoi se donner la peine de prouver le caractère toujours situé et très complexe des savoirs pratiques si les savoirs académiques portant sur les savoirs pratiques prennent des formes standardisées ? Et plus fondamentalement, indépendamment même de la production de savoirs sous formes de publications, pourquoi les institutions de recherche sur les cultures et les sociétés ne seraient-elles pas des lieux où s’appliquent, dans les relations qui s’y éprouvent, certains principes de base d’une démarche de connaissance : suspension du jugement, présupposition d’une signification culturelle ou politique dans les engagements et les pratiques des acteurs, etc. Comment peut-on, comme on l’a fait dans les recherches en ethnométhodologie ou comme l’a défendu Bruno Latour, célébrer la démarche de connaissance des acteurs ordinaires, reconnus comme les meilleurs des sociologues dans leurs pratiques quotidiennes (musiciens, amateurs, etc.), tout en acceptant le fait que la gestion des pratiques de chercheurs par des méthodes de management appliquées indifféremment à tous les secteurs d’activité professionnelle salariée soit totalement dissociée des préoccupations épistémologiques1 ?

  • 2 Quantité de personnes « vont au bureau » tous les matins ; les bureaux des enseignants chercheurs s (...)
  • 3 Voir bien sûr à ce sujet Dewey (2010).
  • 4 Voir en particulier Laugier et Paperman (2006) ainsi que Abram (2013).

5On peut même formuler une hypothèse : la passion actuelle pour la réflexion sur les terrains et les pratiques de l’enquête, en particulier chez les jeunes chercheurs est peut-être, selon nous, encore accrue par la difficulté d’habiter correctement et librement les « bureaux »2 de la recherche. Le sens de l’enquête comme pratique cognitive, scientifique, mais aussi comme pratique ancrée dans un rapport d’altérité et de proximité à l’Autre qui structure le projet des sciences anthropo-sociales, est éprouvé sur le terrain, dans les états, les engagements, les rapports sociaux qui caractérisent l’enquête comme forme de communication sociale spécialisée pré-structurée par l’adhésion collective, culturelle, politique, à la production d’un « savoir ensemble » (Le Marec, 2005). La confiance ressentie sur le terrain, la responsabilité, l’attention, ne sont guère réductibles à des conditions éthiques ou à des capacités d’empathie permettant d’optimiser le recueil de matériaux disponibles pour une science qui est administrée comme un processus de fabrication de produits : ces états font directement écho au lien qu’on peut établir entre enquête, démocratie et public3. En enquêtant, le chercheur a certes une activité spécialisée, mais il ne peut oublier qu’il ne fait qu’exercer une liberté qui est celle de n’importe quel citoyen, au sens où Dewey définit la condition citoyenne par la liberté pleine et entière d’enquêter. En outre, plus récemment, on assiste à une convergence des courants épistémologiques qui donnent une place centrale aux formes de l’attention dans le savoir sur autrui, qu’il s’agisse des liens sociaux ou des manières d’habiter un milieu de vie comprenant également des animaux, des plantes, etc.4

6L’enquête rejoint les épistémologies politiques du souci de l’autre, de l’attention, et se détachent d’une conception centrée sur des techniques de mise à distance du réel comme réservoir de données susceptibles de donner forme à des modèles et des énoncés dont les enjeux seraient totalement indépendants des êtres (observés, interrogés) grâce auxquels ils ont été construits. Le fait qu’on puisse aujourd’hui mettre en avant avec des raisons tout aussi convaincantes, soit le partage croissant des réflexions sur l’enquête et le terrain, soit les multiples constats relatifs au durcissement des normes qui régissent la production administrée de la recherche, peut nous inviter à une certaine prudence : ces deux rapports à la scientificité sont peut-être paradoxalement reliés l’un à l’autre et méritent sans doute d’être considérés et interrogés ensemble avec une égale attention, une égale exigence critique. Le « terrain » peut rapidement devenir le lieu de ré-enchantement provisoire d’un monde que l’on ne parvient pas à transformer ni même parfois à habiter là où l’on exerce, mais que l’on est soulagé de voir « fonctionner » là-bas, ailleurs, à côté, dans un site qui finalement, n’est que l’espace préservé, mais bien réel, de l’opérativité symbolique de l’enquête sociale.

  • 5 Voir évidemment George Orwell et sa réflexion sur la décence ordinaire, dans ses écrits politiques.

7L’autonomisation du discours de l’enquête peut en effet devenir, nous en sommes conscients, le prétexte d’une dissociation, entre l’univers bureaucratisé d’une recherche qu’on occupe en coulisses sans y investir ses capacités d’investigation, et les espaces de relations d’enquêtes, passionnantes, stimulantes, rassurantes même lorsqu’il s’agit de pratiques extrêmes ou marginales. Le chercheur devient témoin de l’existence d’espaces où les acteurs sociaux sont attentifs, et loyaux. Si survient une manifestation comme la marche du 11 janvier 2015 dans toute la France, en réaction aux attentats, il n’est pas très surpris, il a déjà constaté la force de la décence ordinaire5 sur ses terrains d’enquête. Il connait et reconnaît ce qui a été éprouvé et objectivé dans dix, cent endroits de l’espace social, et qui coagule, et précipite dans la rue, pour une journée. Il nous reste à penser la tension entre ces conceptions et pratiques de l’attention, même dans le cas d’objets et de contextes difficiles, et une incapacité pourtant, sinon à inscrire dans des modes d’organisation professionnels, du moins à expérimenter plus souvent, des modes d’ajustements que nous constatons et reconnaissons dans les pratiques observées.

  • 6 Nous pensons à des films tels que « Eau argentée » de Oussama Mohamed, Wiam Simav Bedirxanou, 2014 (...)

8Par ailleurs, nous produisons des textes (mémoires, articles, ouvrages) qui sont les éléments d’un discours collectif des sciences, mais qui peuvent également être les objets d’une économie de la production scientifique –dont les enjeux nous sont partiellement étrangers– ou des productions qui sont l’expression culturelle, ou les archives potentielles de multiples pratiques, individus, espaces. Les conceptions de l’enquête auxquelles nous avons fait référence, caractérisées par une attention forte à la manière dont le terrain transforme les questions et les concepts, inspirent des productions et se laissent inspirer par des productions qui brouillent les frontières entre littérature académique, témoignage et documentaire6. Dans l’espace de production scientifique, on assiste sans doute à une transformation des modes d’écriture avec chevauchement entre espace personnel et espace d’expression culturelle : le mémoire de thèse ou d’habilitation se transforme, quitte le format conventionnel, se nourrit de ce qui était réservé à des conversations, des notes, des brouillons, en empruntant parfois aux formes des écritures de soi (journal, autobiographie, etc.) ; il fait ainsi apparaitre une hétérogénéité d’inspirations, des accidents ou des évènements vécus qui perforent ou dérangent la trame argumentative. La recherche donne par ailleurs lieu à de multiples écrits et traces, tels que les carnets de recherche, blogs, expositions, essais, etc., qui se partagent dans d’autres espaces que celui de la recherche académique professionnelle.

9Les revues et ouvrages académiques sont non seulement des lieux de publication scientifique, mais aussi, des moyens de valider au sein des espaces professionnels bureaucratisés les expériences de sociabilité, d’ajustement et d’ouverture des pratiques dont nous parlions ci-dessus. Il s’agit donc d’habiter ces revues, contre la tendance à une standardisation des « produits » scientifiques en unités mesurables. L’écriture de recherche doit faire avec une triple responsabilité :

    • 7 Voir notamment Jurdant (2006).

    la responsabilité, classique, de production d’un savoir sur la société sous une forme qui rende accessibles et critiquables les conditions de production de ce savoir par des pairs, ce qui implique, pour les sciences anthropo-sociales, une capacité réflexive de rendre compte de ce que nous a fait cette opération d’une part, et une capacité à se mettre en relation avec un collectif d’autre part7 ;

    • 8 Voir l’ouvrage à paraître en 2015 aux éditions des Archives Contemporaines, coordonné par Sarah Cor (...)

    la responsabilité, moins classique peut-être, qui est celle du témoin8, engagé dans une réalité et avec des acteurs dont il a pu partager les enjeux ;

    • 9 Sur ce point, voir Y. Jeanneret, Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enj (...)

    la responsabilité de qui participe d’une économie de la trivialité9, c’est-à-dire une économie des altérations et des médiations qui constituent la vie des objets culturels, et notamment tous ceux qui dérivent de la production scientifique.

10Cette responsabilité n’est pas nécessairement pesante, au contraire : elle est en effet répartie sur des réseaux et des collectifs qui développent évidemment d’autres relations que le simple voisinage occasionnel dans un même numéro de revue. « Derrière » un numéro, bien en amont de sa réalisation, des pratiques de sociabilité scientifique originales se sont construites entre des équipes, entre enseignants et doctorants, régulièrement réunis au fil de jurys et de journées, créant peu à peu des traditions de compagnonnage scientifiques, ouvertes et spontanées qui prennent corps aujourd’hui avec cette collaboration éditoriale. Même si les auteurs qui ont soumis des textes ne sont évidemment pas forcément membres de ces équipes, la co-direction du numéro est quant à elle nourrie par cette réflexion au long cours.

11La première contribution questionne la place de l’entretien dans les formes de production et de communication de la recherche à partir de l’étude d’un corpus d’observatoires relevant des sciences humaines et sociales et plus particulièrement des sciences de l’information et de la communication. Anne Piponnier y démontre comment la progression des observatoires en tant que dispositifs permettant de visualiser l’activité scientifique en cours, tend à devenir un cadre récurrent de la démarche de recherche en réponse au développement de son financement par projets. Dans ce contexte économique et social, fortement marqué par l’évaluation et la sélection, il ressort « que l’entretien comme technique d’enquête […] n’apparaît que de manière allusive ». De façon paradoxale, la place centrale de l’entretien au cours de la démarche empirique, au plus près des acteurs sociaux et de leurs savoirs, tend à disparaître lors de la présentation ou restitution de la recherche sous les diverses contraintes de son cadrage institutionnel (financement, publication, valorisation…). Ce processus s’établit au détriment des savoirs spécifiques construits par l’enquête et sa part de réflexivité inhérente, néanmoins « ce sont précisément ces savoirs qui constituent les résultats tangibles de la recherche, alors sans doute faut-il plus de temps et d’inventivité pour en restituer le parcours, l’épreuve et le jaillissement ».

12Cette posture correspond exactement à une première série d’articles rendant compte d’enquêtes sur des objets variés, positionnant de façon centrale les entretiens, pour exprimer les singularités et les récurrences des mondes sociaux étudiés au travers de leurs pratiques culturelles et médiatiques. Outre la constitution de savoirs relatifs aux pratiques observées, les recherches présentées font état d’une originalité dans la mobilisation des entretiens, leur organisation et leur analyse pour rendre compte d’une expérience vécue, plus ou moins formalisée au travers des discours produits. Deux contributions ont pour objet les pratiques professionnelles des journalistes du média télévisuel au travers d’entretiens autour de leurs productions diffusées à l’antenne. Elizabeth Bougeois s’intéresse au travail, peu souvent mis en avant, des journalistes d’informations régionales télévisées et particulièrement de quelques rédacteurs de France 3 Toulouse. Sa démarche consiste à recueillir les discours engagés de ces rédacteurs après avoir observé longuement le déroulement des conférences de rédaction, analysé pour chacun des journalistes une vingtaine de leurs reportages diffusés parmi une centaine visionnés, et sélectionné cinq d’entre eux caractéristiques de leurs « styles journalistiques » afin d’obtenir une parole « d’acteurs placés en situation de reconsidération explicative d’actions conduites ». Ce dispositif méthodologique a permis d’obtenir des discours combinant une dimension justificative professionnelle avec de fortes procédures d’engagement personnel témoignant de la pertinence des choix méthodologiques effectués.

13Dans le prolongement de cette démarche, Nathalie Négrel poursuit l’étude des conditions de production des journalistes et l’analyse de leur expérience dans le cadre international des chaines France 24 et tv5 Monde. Elle restreint son observation à la représentation des migrations subsahariennes qu’offrent ces deux institutions au travers de leurs reportages et documentaires. L’objectif est de mieux saisir les enjeux de l’internationalisation des chaînes françaises au travers des discours des acteurs qui contribuent à la réalisation des programmes. L’originalité consiste à croiser les entretiens de réalisateurs et producteurs de ces deux organismes, souvent mis en concurrence, avec d’une part les documents diffusés mais aussi les textes institutionnels qui se réfèrent à leur fonctionnement (rapports parlementaires, chartes des chaînes, cahier des charges de l’Audiovisuel Extérieur de la France (aef) …) Cette approche micro-communicationnelle de la circulation internationale de contenus français ou francophones confirme à quel point les pratiques journalistiques conduisent à une « stylisation personnelle » au sein de lignes éditoriales affirmées dans un espace médiatique globalisé.

14La contribution de Marie-Julie Catoir-Brisson et Laura Jankeviciute cherche à croiser des méthodes visuelles avec les techniques de l’entretien. Si ce sont aussi les acteurs qui produisent les images considérées par les entretiens, ce n’est plus dans un cadre professionnel mais pour les besoins de l’étude, en réponse à une sollicitation des chercheures. Des collégiens sont amenés à produire des créations visuelles (dessins, collages…) pour exprimer leurs usages d’Internet et des étudiants de licence en SIC sont incités à représenter un rituel universitaire sous la forme d’un plan-séquence vidéo. La créativité visuelle des participants favorise leur prise de parole au moment des entretiens, parole souvent difficile pour ces adolescents ou jeunes adultes. Ces techniques de production et de recueil des données reposent sur la fonction d’élicitation des images qui facilite l’implication dans un échange. Elle valorise la position d’expertise des participants sur leur propre pratique, et transforme la relation lors des entretiens. Au-delà, les documents créés peuvent faire l’objet d’analyses de discours.

15Dans sa démarche, Thibault Christophe cherche à comprendre comment la musique s’insère dans le quotidien des adolescents et comment s’organise leur écoute musicale. Pour cela, il opte pour une approche ethnologique qui, à partir d’une observation de la pratique de 19 jeunes sur une période de 6 à 18 mois, croise trois types d’entretiens. L’entretien individuel a lieu dans la chambre, espace privilégié de l’écoute adolescente, et porte sur les modalités singulières des expériences, les genres musicaux privilégiés, les dispositifs techniques utilisés... Chacun des jeunes enquêtés participe ensuite à un entretien avec son groupe de pairs de façon à observer « de quelle manière la musique peut être un marqueur identitaire de cohésion ou de distinction au sein d’un groupe social ». L’enquête se poursuit par un échange dans le cadre familial, au cours d’un repas commun, et fait apparaître en quoi la musique est un élément de médiation dans la cellule familiale, et quelles sont les influences de la fratrie ou des parents sur les genres musicaux et les appropriations technologiques. Cette combinaison des observations et des situations de communication dans la durée permet une approche très ciselée de ces écoutes adolescentes. En même temps qu’elle met en œuvre la plasticité des situations d’entretien, elle favorise la compréhension de la complexité de cette pratique culturelle fortement structurante pour les acteurs sociaux.

16Le texte de Marion Rollandin clôt ce premier ensemble en intégrant de façon différenciée les entretiens dans les approches empiriques. Son terrain est celui des jeux vidéo multijoueurs en ligne qui suppose, pour en étudier les aspects communicationnels, de posséder en préalable une bonne maîtrise des dispositifs dans l’action de jeu mais aussi dans leur dimension sémiopragmatique. À partir des observations menées durant les phases de jeu en tant que co-équipière, elle interpelle dans un entretien à distance des partenaires volontaires. Confrontés à leur activité passée, ils mobilisent un discours sur leur vécu des situations partagées. Ceci suppose un changement d’identité de la co-équipière qui devient chercheure face à un interlocuteur sous pseudonyme, déstabilisé par le changement de cadre de l’activité partagée, ce qui peut engendrer une violence symbolique durant l’échange. Les conditions de médiatisation par le biais du logiciel Skype rendent par ailleurs difficile le contrôle de l’engagement de l’enquêté dans l’entretien du fait de la distance et des activités concurrentes comme parfois la poursuite du jeu. Pour autant, cette forme d’entretien en auto-confrontation a « même si le chercheur use de précautions langagières pour ne pas blesser la face de l’usager, par sa dimension réflexive, un impact certain sur les usagers et leur pratique ». Cette situation, en retour, génère une profonde activité réflexive de la chercheure, attitude qui caractérise les trois articles suivants.

17Dans un contexte de conflit, Claudio Broitman traite des enjeux que tout chercheur doit considérer pour la réalisation des entretiens et leur intégration dans une étude portant sur les situations de controverses. L’enquête vise à analyser des réactions liées à la mise en œuvre d’un projet hydroélectrique en Patagonie chilienne. Sous la forme de carnets de voyage, l’auteur rend compte du fait que « les valeurs, les arguments et les mondes sociaux de l’enquêteur sont constamment questionnés dans cet exercice » en fonction des positions engagées et résolues des interlocuteurs qu’il rencontre. L’entretien ne se limite pas à un recueil de données : il est une situation de communication réelle, qui s’insère dans l’échange social et active des états et des affects. Cette situation impose une part constante de réflexivité guidée par cette « volonté de sciences » dont Baudouin Jurdant a longuement développé les enjeux, le chercheur étant « un producteur de connaissances capable d’influencer l’opinion ».

18Céline Bryon-Portet étudie les modes de communication au sein de la Franc-maçonnerie, objet en partie inaccessible du fait de la caractéristique de ces sociétés que Georg Simmel qualifiait de secrètes. « Il n’est guère aisé de pénétrer le sens caché d’un dispositif symbolique extrêmement complexe, puis d’en saisir les divers enjeux sans avoir été soi-même initié, car l’initiation délivre d’indispensables clés d’interprétation, mais rend surtout possible l’opérativité des symboles. » Cependant comment concilier dans ce contexte particulier la forte implication subjective de l’initié avec la nécessaire distanciation scientifique ? Pour y parvenir, l’auteure suggère de créer une intermédiation réflexive combinant une analyse sémio-herméneutique qui lui permet d’interpréter des données symboliques et rituelles avec une méthode « d’écoute compréhensive » des propos tenus en séance et complétés par des entretiens auprès des confrères francs-maçons. Cette démarche lui permet de « de revenir vers soi tout en se mettant à distance de soi-même, lors du travail d’analyse et d’écriture », dans un processus dialectique qui exploite son implication et l’effet de mise à distance créé par l’enquête.

19La contribution de Florian Voros explore un tout autre aspect de la relation du chercheur à son objet d’étude. Il questionne les formes de complicité qui s’instaurent lors d’une enquête sur la réception des programmes pornographiques avec les 34 personnes contactées dont quatorze hommes homosexuels, treize hommes hétérosexuels, trois hommes bisexuels, deux lesbiennes, une femme bisexuelle et un transexuel. Dans ce contexte d’inconfort potentiel « la méthodologie d’une enquête sur la pornographie implique la mise en scène d’un ensemble de rôles, de pratiques, de sensations et d’émotions obscènes » de la part de l’enquêteur. La construction de cette posture empathique permettant de limiter les effets d’autocensure. Mais afin de faire émerger une réflexion critique, l’enquêteur est amené à adopter une stratégie de dés-identification dans des coming-out successifs (se présenter comme hétérosexuel et révéler en fin d’entretien son homosexualité ou l’inverse) pour rompre la connivence. Même si lors des transcriptions, l’assignation du chercheur est soigneusement relevée, il paraît nécessaire de questionner le fait d’abandonner une identité stable et cohérente pour explorer « le caractère pluriel et contradictoire de ces formes de subjectivation ».

20Les deux articles qui suivent présentent des dispositifs de recherche complexes qui utilisent l’entretien comme un recours empirique à un moment donné d’une méthodologie composite proche de la théorie des réseaux de sociabilité. La contribution de Michaël Bourgatte représente, dans ce numéro, le cas de la recherche-développement. La finalité est la mise en place d’un nouveau service sur le site d’Allociné, dénommé CinéGift et présentant un dispositif de recommandation, un « nouveau modèle socio-économique pour le cinéma construit sur le principe du don et de la confiance ». La démarche de recherche intègre une étude des usages et des attentes des utilisateurs potentiels, lors d’une phase d’alpha-tests pour expérimenter un service en cours de développement et d’une phase de bêta-tests pour tester le lancement du service. Les entretiens interviennent de façon différenciée dans ces deux phases. Une première fois, ils concernent 14 testeurs qui doivent manipuler et commenter les outils qu’ils utilisent. Pour relier la parole à la manipulation, un outil de vidéo ethnographique a été expérimenté afin de recueillir les mouvements corporels et les interactions homme-machine. Durant la phase de bêta-tests seulement 8 personnes sont sollicitées d’abord pour recueillir leur évaluation sur l’ergonomie et l’usabilité du site, puis après 8 jours d’usages en sollicitant leur statut d’expert.

21Les travaux de Julien Mésangeau cherchent à articuler l’analyse des réseaux socionumériques (rsn) avec une approche communicationnelle pour en montrer la nécessaire complémentarité. Observant les graphes représentant leurs réseaux de contacts sur LinkedIn, un groupe d’anciens de Sciences Po Paris ont dans le cadre d’entretiens pu témoigner que ces « réseaux » ne faisaient pas sens pour eux, qu’ils s’apparentaient plus à une liste de contacts qu’à une communauté professionnelle. Les discours recueillis dans ce cadre-là permettent de déployer une lecture anthropologique de ces réseaux socionumériques, révélant l’hétérogénéité des régimes d’engagement des utilisateurs et la diversité des socialités. Et « que l’étude des pratiques de communication des utilisateurs peut difficilement être circonscrite à l’interprétation des structures des liens unissant les utilisateurs d’un rsn ». Pour autant, ces outils constituent, un équipement efficace pour représenter l’hétérogénéité des modes d’engagement en rapprochant les relations interpersonnelles. La méthodologie de l’entretien, informée par une attention aux processus de communication et aux conditions techniques et sociales des médiations socionumériques, permet de mobiliser des cadres interprétatifs multiples.

22Le dernier article analyse les correspondances entre la créativité des méthodologies des sciences humaines et celles plus diffuses du cinéma documentaire autour de la thématique du portrait. Amanda Rueda, rappelle que la sociologie et les sic se sont appropriées ce genre littéraire et pictural pour repositionner un usage particulier ou une pratique singulière, objets de l’analyse, dans la globalité d’un sujet agissant, appréhendé dans son histoire personnelle, son réseau de relations, l’organisation de ses expériences différenciées… L’entretien représente une source infinie pour « composer » ces portraits qui restituent les cohérences individuelles dans leurs environnements sociaux. Si la mise en correspondance des shs avec le cinéma n’est pas nouvelle, force est de constater que la confrontation des « portraits sociologiques » avec les « portraits cinématographiques » permet d’approfondir la réflexion tant épistémologique que méthodologique. Dans le cadre d’un film relevant du cinéma direct, Chroniques d’un été, d’Edgar Morin et Jean Rouch (1961), « le dispositif de l’entretien dépasse l’enregistrement de la parole pour atteindre l’observation ». Cette ethnoparole cinématographique partage avec les discours recueillis en sic, les mêmes exigences en amont de préparation des entretiens, les mêmes attentions pour favoriser l’expression d’une pensée, les mêmes exigences d’écriture pour en restituer la densité singulière lors du montage. Elle questionne tout autant l’empathie du cinéaste que celle du spectateur de ces portraits et par la même la « vérité » de cette pensée structurante qui traverse les représentations de ces personnes/personnages.

23Ces analogies entre les deux dispositifs d’enquête, positionnant l’entretien en position cardinale, n’ont une portée heuristique « qu’à partir du moment où nous comprenons le travail de recherche comme une façon d’intervenir par l’écriture dans le travail de représentation du social ». Cette posture et cet engagement constituent un fil conducteur des pratiques de recherches présentées dans ce numéro, nous vous invitons à les découvrir et à échanger avec leurs auteurs pour prolonger leur créativité.

Haut de page

Bibliographie

Abram, D. (2013). Comment la terre s’est tue. Pour une écologie des sens. Paris : La Découverte, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond ».

Cordonnier, S. (dir.) (à paraître en 2015). Trajectoire & Témoignage : Pour une réflexion pluridisciplinaire. Paris : Éditions des Archives Contemporaines (à paraître).

Dewey, J. (2010). Le public et ses problèmes. Paris: Gallimard pour la traduction française, [Dewey J, Logic: The theory of inquiry, 1938, New York: Henry Holt].

Le Marec, J. (2005). Ignorance ou confiance : le public dans l’enquête, au musée et face à la recherche. In La Publicisation de la science, Textes réunis par Isabelle Paillart, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Jeanneret, Y. (2014). Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir. Paris : Éditions Non Standard.

Jurdant, B. (2006). Écriture, Réflexivité, scientificité », Sciences de la société, n° 67, 131-144.

Laugier, S., Paperman, P. (eds) (2006). Le souci des autres – éthique et politique du care. Paris : Éditions de l’ehess, collection « Raisons Pratiques ».

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos la réaction de Mélodie Faury sur le site science-société (http://science-societe. hypotheses.org/91) à l’ouvrage de Bruno Latour : Le métier de chercheur – Regard d’un anthropologue INRA éditions, 2001.

2 Quantité de personnes « vont au bureau » tous les matins ; les bureaux des enseignants chercheurs sont parfois moins des lieux où s’effectuent des tâches de recherche et d’enseignement que des lieux où se traite tout ce qui fait marcher l’organisation.

3 Voir bien sûr à ce sujet Dewey (2010).

4 Voir en particulier Laugier et Paperman (2006) ainsi que Abram (2013).

5 Voir évidemment George Orwell et sa réflexion sur la décence ordinaire, dans ses écrits politiques.

6 Nous pensons à des films tels que « Eau argentée » de Oussama Mohamed, Wiam Simav Bedirxanou, 2014 ou « La pierre triste » de Filippos Koutsaftis, 2000.

7 Voir notamment Jurdant (2006).

8 Voir l’ouvrage à paraître en 2015 aux éditions des Archives Contemporaines, coordonné par Sarah Cordonnier Trajectoire & Témoignage : Pour une réflexion pluridisciplinaire

9 Sur ce point, voir Y. Jeanneret, Critique de la trivialité. Les médiations de la communication, enjeu de pouvoir, Éditions Non Standard, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Le Marec et Pierre Molinier, « Introduction : les communications dans la recherche au miroir de l’enquête », Sciences de la société, 92 | 2014, 3-13.

Référence électronique

Joëlle Le Marec et Pierre Molinier, « Introduction : les communications dans la recherche au miroir de l’enquête », Sciences de la société [En ligne], 92 | 2014, mis en ligne le 11 septembre 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://sds.revues.org/944

Haut de page

Auteurs

Joëlle Le Marec

Professeur (sic)
Université Paris 7
jlemarec@neuf.fr

Pierre Molinier

Professeur (sic)
Université de Toulouse 2
pierre.molinier@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org