Navigation – Plan du site

Rhizome, réseau et petit-monde (Gilles, Henri, Paul... et les autres)

Jean-Thierry Julia
p. 3-11

Texte intégral

  • 1 Qui aura aussi fait l’objet d’une précédente publication : Rhizome, Les Éditions de Minuit, 1976.

1« Le rhizome connecte un point quelconque avec un autre point quelconque, et chacun de ses traits ne renvoie pas nécessairement à des traits de même nature » ; si pour Gilles Deleuze, la philosophie est une activité qui consiste à créer, à inventer des concepts, dans Mille plateaux, ouvrage co-écrit avec Félix Guattari – ou plus exactement dans son introduction1 –, celui de « rhizome » est dès lors engagé (1980, 31). Modèle prosaïque pour la représentation du monde, lequel adviendra aussi comme modèle épistémologique pour la compréhension de celui-ci, le rhizome recouvre une configuration dans laquelle – pour reprendre un autre terme deleuzien – l’« agencement » des éléments ne suit en aucun cas la très classique organisation hiérarchique : « Contre les systèmes centrés (même polycentrés), à communication hiérarchique et liaisons préétablies, le rhizome est un système acentré, non hiérarchique et non signifiant, [...] sans mémoire organisatrice ou automate central, uniquement défini par une circulation d’états » (idem, 32).

2Deleuze et Guattari se font en particulier les farouches contempteurs du modèle de l’« arbre » et du paradigme « arborescent », qui sera selon eux archétypal de la réflexion occidentale : « La pensée n’est pas arborescente, et le cerveau n’est pas une matière enracinée ni ramifiée », écrivent-ils (1980, 24). Par là, Deleuze et Guattari se font aussi les exégètes de la ou plutôt des multiplicité(s), tenants revendiqués d’une pensée « diagrammatique », en contre-point notamment à l’immuabilité décriée de la pensée structuraliste (quand le « diagramme » contribuera précisément à pouvoir y instiller quelque « transition », pour des structures dès lors « en mutation »).

Le degré « réseau » de la structure

3Une telle explicitation pourra en renforcer l’intuition : le rhizome aurait-t-il ainsi partie liée avec le « réseau » ? La proximité des notions semble grande, quand bien même avec le rhizome, nous serions Sur la route avec Jack Kerouac, plutôt qu’au fil des canaux, dans le sillage d’Henri de Saint-Simon, instigateur d’une « philosophie des réseaux »... Nous postulerons ici qu’il puisse s’agir – toujours conformément à une approche deleuzienne – d’un cas attesté de « dé-/ re-territorialisation » conceptuelle.

4Saint-Simon a largement été consacré, en particulier dans les travaux de Pierre Musso (1997), comme l’initiateur d’une telle philosohie des réseaux. Il aura en effet, tout au long de son œuvre, façonné la notion-même de « réseau », qui émergeait au xixe siècle. Mais si la notion a été formée par Saint-Simon, ce sont les saint-simoniens qui, à sa suite, auront pour partie contribué à dénaturer celle-ci : « inventé pour penser le changement social, [le] concept est devenu une prothèse technique d’un changement social à venir ». Selon Saint-Simon, le réseau recouvrait tout d’abord une dimension économique et politique (le réseau comme infrastructure technique participant de la production des richesses), qui reste aujourd’hui assurément encore vive ; le réseau était par ailleurs envisagé par Saint-Simon dans son versant plus social (le réseau comme vecteur de liaisons et de solidarités à l’intérieur du corps social), difficilement prégnant aujourd’hui ; enfin, le réseau recouvrait une dernière dimension, précisément épistémologique (avènement de nouvelles formes pour la compréhension du monde), aujourd’hui entièrement évacuée du terme « réseau ». Que ce soit parce que tombé en désuétude, ou peut-être plus sûrement à la suite d’une telle dégradation du concept autour de sa seule dimension matérielle, il semblerait que ce soit ainsi autour de l’acception épistémologique de « réseau », que le nouveau concept de « rhizome » deleuzien puisse venir se (re-)territorialiser.

  • 2 C’est nous qui soulignons.
  • 3 Idem.

5Or, le terme « réseau » figure pourtant dans cette introduction de Mille plateaux : les auteurs y envisagent explicitement « un système acentré, c’est-à-dire comme un  réseau machinique d’automates finis (rhizome) »2 (Deleuze, Guattari, 1980, 27). Le terme n’y apparaît qu’une seconde et dernière fois, au détour d’un développement inspiré par une réflexion mathématique, où « [aux] systèmes centrés, [les auteurs] opposent des systèmes acentrés, réseaux d’automates finis, où la communication se fait d’un voisin à un voisin quelconque, [...] “le graphe réglant la circulation d’information est en quelque sorte l’opposé du graphe hiérarchique... Le graphe n’a aucune raison d’être un arbre” »3 (idem, 26). Le vocable de « rhizome », exempt d’histoire et de précédents développements, véritable invention conceptuelle au sens deleuzien, sera toutefois préféré à celui de « réseau » pour en (ré)investir le pan épistémologique tombé dans l’oubli.

  • 4 Ce qui ne manquera pas de susciter quelques critiques, Daniel Parrochia épinglant par exemple les d (...)

6Nous notions que si le terme « réseau » est bien par deux fois présent dans ce développement, il l’était au creux d’une argumentation directement empruntée aux mathématiques, et plus précisément à la théorie des graphes. Deleuze et Guattari invoquent en effet la contribution de Rosenstiehl et Petitot, mathématicien et philosophe-mathématicien, consacrée aux « Automate asocial et systèmes acentrés » (1974), sur laquelle ils étayeront très ponctuellement leur texte introductif « Rhizome »4. La contribution citée des mathématiciens, qui marquera son époque au-delà de son champ d’origine, s’ouvre tout précisément sur un théorème – très contre-intuitif – que l’on doit à Erdös, et ses collaborateurs Rényi et Sos. Or, Paul Erdôs n’est autre que le mathématicien très prolifique – et aussi ex-centrique – qui, avec quelques collègues spécialistes de la théorie des graphes, sera à l’origine de l’étude des propriétés – et bientôt de l’émergence de telles propriétés – dans des graphes standards, quelconques (dits « graphes aléatoires »), émergence observée dès qu’augmente progressivement et considérablement la taille des graphes en question...

7Nous voudrions par là souligner qu’indirectement, à travers la référence à Rosenstiehl et Petitot, Deleuze et Guattari, se placent explicitement dans la lignée de premiers travaux, d’où naîtra par la suite, au tournant des xxe et xxie siècles, la vaste littérature dans les champs des mathématiques et aussi des sciences physiques, relative aux graphes – puis aux réseaux. La boucle – figure rhizomatique s’il en est – aura été bouclée.

Petit-monde homogène...

8Dans les années 60, Paul Erdös et ses collaborateurs sont à l’origine d’une première approche d’un graphe aléatoire, au sein duquel, reliant les différents « sommets » du graphe, diverses « arêtes » sont successivement tracées de façon aléatoire (1961). Au fil de l’adjonction de ces arêtes supplémentaires, le graphe reste partiel, globalement homogène et équilibré ; chaque sommet comptera, en moyenne, à peu près le même nombre d’arêtes pour transition en un coup vers d’autres sommets. Toutefois, ainsi connectés de façon directe à un nombre relativement faible de sommets, ils n’en seront pas moins, globalement et cette fois indirectement, très vite connectés à l’ensemble des sommets du graphe. Tout point est dès lors connecté à tout autre.

  • 5 Sans toutefois parler du cas non trivial d’un « graphe complet », dont la particularité est que tou (...)

9Ce sera là en effet la caractéristique fondamentale d’un graphe connexe : autoriser, par un nombre relativement réduit de transitions successives, à ce que chaque sommet puisse être accédé depuis un autre, quelconque, c’est-à-dire mis en relation indirecte avec tout autre sommet du graphe5. A partir d’un certain nombre de liens de la sorte – qui, ici contrairement à l’intuition, sera relativement faible – Erdös met en évidence le phénomène émergent de « petit-monde » (« small-world »), sur la base de la faible distance moyenne qui globalement et progressivement apparaît entre deux sommets quelconques du graphe.

10En 1967 – moins d’un siècle après que Georg Simmel ait jeté les bases d’un interactionnisme social dans le champ de la sociologie (Deroche-Gurcel, Watier, 2002) – le psychosociologue Stanley Milgram procèdera à une expérimentation sociale de ce « petit-monde » – là-encore contraire à l’intuition – qui aboutit au chiffre de seulement six relations interpersonnelles successives qui puissent relier deux individus considérés au hasard (toutefois pris au sein de la population états-unienne). Dans le prolongement de ces investigations, sur les réseaux socio-numériques actuels qui ouvrent désormais aux dimensions de la planète (ou presque), des chiffres oscillant entre 5 et 7 ont pu être depuis avancés, en fonction des différents dispositifs technologiques. Plus concrètement, cela renvoie au fait que n’importe quel adepte, que ce soit de tel ou tel réseau socio-numérique du moment, est en moyenne aussi « proche » de Tenzin Gyatso, actuel dalaï-lama, de l’actrice Chiara Mastroianni, ou bien encore de l’inconnu(e) croisé(e) ce matin dans le bus, et cela par l’intermédiaire de seuls une demi-douzaine de « suiveurs » ou « amis » successifs. Mais ici de quels « suiveurs », de quels « amis » s’agira-t-il ?... Petit-monde certes, mais qui reste pour l’essentiel terra incognita.

... Ou multiplicités disparates ?

11Une deuxième caractéristique forte des (désormais) réseaux sera révélée, en creux, quand d’autres auteurs souligneront que le modèle du graphe aléatoire ne prend toutefois pas assez en compte le fait, pourtant assez banal dans la plupart des réseaux réels, que pour tout sommet (ou nœud) qui soit connecté à deux autres points, ces deux points ont alors de grandes chances d’être à leur tour connectés entre eux. Ce que pourra assurément illustrer l’adage : « Les amis de mes amis sont mes amis ». Afin d’améliorer la modélisation précédente, on proposera d’injecter à la base du graphe aléatoire, un certain nombre d’« agrégats » ou de « grappes » (« clusters »), susceptibles de traduire ce trait supplémentaire ; a fortiori, sans que la structure résultante ne perde sa caractéristique de petit-monde, qui sera ici renforcée.

12Toutefois, l’efficacité grandissante des analyses et mesures de graphes – et de réseaux, cette fois-ci réels (réseaux physiques, biologiques, techniques, sociaux..., l’internet et le web en particulier) – montre qu’une spécificité de ces réseaux réels est en fait contradictoire avec les principes d’homogénéité au fondement des précédents modèles. La « science des réseaux » était née (Bersini, 2005), et là où les constructions formelles conduisaient à une distribution relativement uniforme des liaisons entre sommets, plusieurs équipes de chercheurs, à la suite de Barabási et Albert (1999 ; Barabási, 2002), confirmeront que dans nombre de réseaux réels, qui plus est de natures très différentes, il y ait en fait une grande disparité des « degrés », c’est-à-dire de l’ordre de grandeur des liaisons ou connections issues des différents sommets. Paysage dorénavant relativement clivé, entre :

  • d’une part, un petit nombre de sommets eux-mêmes connectés, directement, à un très grand nombre de sommets (ils sont dits « connecteurs ») ;

  • d’autre part, un très grand nombre de sommets qui ne sont à l’inverse connectés qu’à un nombre relativement faible d’autres sommets ;

et ce, à l’image par exemple du réseau des lignes aériennes, où de nombreux aéroports desservis de façon unique côtoient quelques grandes plateformes de correspondance (« hubs aériens »).

  • 6 Loi de l’ordre de 1/xn

13Ces réseaux « à connecteurs » (dits aussi « libres », ou « invariants d’échelle », « scale-free ») correspondent dès lors à une distribution des degrés selon une loi de puissance6, et non plus aléatoire, répartie de façon équilibrée sur l’ensemble des sommets. Les sommets y sont d’autant plus enclins à être liés qu’ils possèdent déjà un grand nombre de liens vers d’autres sommets. Nous ne développerons pas davantage ici sur la notion d’« attachement préférentiel » que proposent les auteurs pour expliquer cet état de fait (Barabási, Bonabeau, 2003) ; mais d’ores et déjà, à l’inverse des premiers réseaux qui se montraient plus homogènes, l’esprit qui prévaut ici pourrait être paraphrasé par « On ne prête qu’aux riches ». Ainsi la multiplicité invoquée pourra prendre assurément des tours... multiples, au-delà de ce que Deleuze et Guattari pouvaient imaginer, quand ils répétaient à l’envi : « Le rhizome ne se laisse ramener ni à l’Un ni au Multiple [...] Ne soyez pas un ni multiple, soyez des multiplicités ! ».

***

  • 7 Ce numéro de Sciences de la Société est la concrétisation éditoriale des journées Réseaux non socia (...)

14Au terme de ces tours et détours conceptuels – mais de façon très rhizomatique, le « chercheur » n’est-il pas étymologiquement parlant celui qui « cerc(l)e » et « re-cerc(l)e », « tourne autour » tel un éternel péripatéticien ? –, pareille multiplicité sera encore ce que nous revendiquerons dans la présente livraison de Sciences de la Société7Dans le sens de son intitulé Mille réseaux, celle-ci s’attachera en effet à cerner plusieurs pans possiblement constitutifs selon nous de la notion de réseau. L’« agencement » des textes proposés ne renvoit alors aucunement à une quelconque organisation péremptoire, méthodologique ou thématique, mais à la seule mise en place de quelques « plateaux » d’arguments proposés au discernement du lecteur. 

15Ainsi, certaines questions relativement fondamentales pourront être d’abord envisagées. La contribution de Lise Vieira, en guise d’ouverture à cet ensemble de textes, suggère entre réseaux et humains, la possible génèse d’une nouveau type d’expertise, qui s’éloigne d’une vision hiérarchique et arborescente d’une certaine maîtrise en matière de connaissance. Qui pourra faire écho à l’ancestrale « sagesse de la foule », une « expression des publics » sera-t-elle désormais susceptible d’émerger ? La chose pourra être ensuite interrogée par Roger Bautier et Gabriella Giudici, qui, sous couvert d’un questionnement spécifique autour de la démocratie et des réseaux socionumériques, viendront relativiser une telle efficience des réseaux en matière d’expression et de participation. En présentant tour à tour les visions contradictoires d’une « science des réseaux » vs une « science du web » (alors que toutes deux sont du côté des sciences « dures »), les auteurs spécialistes de communication publique pourront tirer parti de telles oppositions, qui viendront alimenter le moulin des sciences humaines et sociales.

16Isabelle Choquet viendra à son tour argumenter dans le sens d’une possible symbiose homme/ réseau, quand la connexion permanente aux dispositifs et l’échange en temps réel modifient, dans son fondement même, notre façon d’être au monde. Autre notion deleuzienne qui se montrera pertinente en la matière, l’approche invoquée ici sera basée sur la métaphore du pli, susceptible de dévoiler le fonctionnement de la nouvelle dyade annoncée. Dans un registre similaire, Daniel Bonnet évoquera comment, quand les transformations technologiques deviennent chaque jour plus importantes, le réseau social pourra être alors envisagé comme « espace d’individuation hodologique », où la réticulation sociale de l’être sera entrevue comme nouvel art du cheminement...

17Quoiqu’il en soit, le réseau aura tôt fait de renvoyer aux problématiques de représentation du monde et à celles liées à la connaissance. Dans un regard rétrospectif porté sur l’école et ses réseaux, Christian Derrien s’interroge sur l’apport de ceux-ci à la situation éducative, dans sa dimension sociale. Il met en parallèle la question pédagogique soulevée par Illich ou Freinet, la réponse politique que constituera une nouvelle forme scolaire, ouverte et coopérative, à travers la mise en place de nombreux réseaux éducatifs, enfin la mise à l’épreuve de cette nouvelle forme scolaire, confrontée à l’avènement du réseau dans sa version technologique.

18A l’autre bout du cycle d’apprentissage, si le réseau numérique permet toujours de recueillir, partager, exploiter quelqu’information, Françoise Armand et Pierre-Michel Riccio s’interrogeront sur un autre type de symbiose, ici entre chercheurs « en contextes » et « données en situation ». Où les auteurs proposeront notamment quelques réflexions pour contourner les écueils d’un libre et massif accès à un « savoir », et préférer plutôt une investigation de celui-ci en « connaissance ». Dès lors, entre dimensions cognitives d’une part et sociales de l’autre, la contribution de Nathalie Pinède envisage la façon dont le lien hypertexte sera susceptible de contribuer à diverses constructions sémantiques, objets de classifications, cartographies, etc., qui construiront à leur tour d’autres topologies, à résonances bientôt sociales. Un tel aller-retour entre construction réticulaire et configuration sociale pourra être encore illustré par Serge Agostinelli et ses co-autrices, quand, dans l’exemple du dispositif de cooptation professionnelle étudié, ils suggèreront que la première puisse être issue de la seconde, où quand le social sera créé par l’objet réseau...

19Par la suite, la question des réseaux socio-numériques, toute spécifique et pourtant prégnante, sera approchée par Stéphane Onnée et Sophie Renault sous l’angle du « financement participatif » (« crowdfunding »), et ainsi de l’éventuelle instauration par ce biais de communautés, fussent-elles en ligne. Leur réflexion s’appuie sur deux projets de l’une des grandes plateformes actuelles du secteur, et s’attache à cerner le « réseau » effectivement constitué, et à explorer les bénéfices de l’émergence d’une telle communauté autour d’un projet. Maryem Marouki poursuivra en interrogeant comment les réseaux socio-numériques peuvent contribuer à faire évoluer les relations sociales, et les modes de collaboration professionnelle en particulier ; sa contribution met ainsi au jour, au sein du secteur de la documentation, divers phénomènes d’hybridation dans des processus de médiation, où interagissent désormais différents experts, praticiens et chercheurs.

20Au terme de ces explorations, Raja Fenniche – sous couvert de l’étude des réseaux socio-numériques durant la révolution tunisienne – voudra marquer une certaine rupture à déchiffrer un dédoublement de l’espace, tant privé que public, en deux sphères au sein desquelles l’individu évolue désormais : l’une réelle, l’autre virtuelle. Selon elle, leur imbrication pourra concourir à une certaine reconfiguration du champ du social, en particulier à l’avènement de nouvelles formes de sociabilité, notamment caractérisées par une idéniable prééminence de l’image du corps.

21Dans un sens similaire, et en guise d’ultime réflexion et d’ouverture au-delà de nos thématiques, le texte de Catherine Pascal portera un regard anthropologique sur de telles nouvelles pratiques observées sur les réseaux, et invitera à une réflexion qui pourra concerner aussi bien le politique, le citoyen ou l’usager : à travers de telles nouvelles sociabilités réticulaires et numériques, n’est-ce pas la question d’une nouvelle socialité qui dès lors se poserait ?...

***

22Hors dossier mais non sans quelqu’accointance avec la thématique, la « Note de recherche » de Khosro Maleki s’attachera à la question spécifique de la réception de la culture scientifique dans l’espace public. A y discerner différents modèles, il aboutit au fait que le public se montre désireux de dialogue avec les scientifiques, et là encore, d’une certaine participation à des orientations qui impliquent dorénavant toute la société.

23Au final, point d’orgue à la multiplicité annoncée, nous saurons gré à Myriam Monla et à ses « Arguments » de nous éloigner un instant des quelques réseaux – fussent-ils techniques et trop souvent mâtinés d’anglicismes –, et de nous inviter philosophiquement à un autre rhizome, qui plus est à vocation polyglotte, quand il sera en particulier édicté par la loi républicaine dans le but de promouvoir l’excellence de l’enseignement supérieur et de la recherche français... Car la loi renfermera pour sûr quelque chose d’éminemment rhizomatique, quand derrière la multiplicité invoquée, elle retiendra une acception supplémentaire, quelque peu iconoclaste du terme, en lieu et place de celles attendues ; ce qui pourra se paraphraser en « Ce sera tout, bonnes gens ! », i.e. « That’s all folks ! ».

Haut de page

Bibliographie

Barabási A.-L., 2002, Linked: The new science of networks, Cambridge (ma), Perseus publishing.

Barabási A.-L., Albert R., 1999, « Emergence of scaling in random networks », Science, vol. 286, n° 5439, 509-512, <http://www.barabasilab.com/pubs/CCNR-ALB_Publications/199910-15_Science-Emergence/199910-15_Science-Emergence.pdf>.

Barabási A.-L., Bonabeau É., 2003, « Réseaux invariants d’échelle », Pour la Science, n° 314.

Bautier R., 2001, « Pour une approche non métaphorique des réseaux d’information », in Vieira L., Pinède-Wojciechowski N., dir. Réseaux d’information et non‑linéarité, Bordeaux, cem-gresic/ msh d’Aquitaine/ Presses universitaires de Bordeaux.

Bautier R., 2013, « Enjeux de connaissance et enjeux sociopolitiques dans la science du web », in Rojas E., dir., Réseaux socionumériques et médiations humaines : le social est-il soluble dans le web ?, Hermès Science-Lavoisier.

Berge Cl., 1958, Théorie des graphes et ses applications, Dunod

Bersini H., 2005, Des réseaux et des sciences. Biologie, informatique, sociologie : l’omniprésence des réseaux, Vuibert.

Castells R., 1998, L’ère de l’information, t. 1, La société en réseaux, Fayard.

Cochoy F., Grossetti M., dir., 2008, Sciences de la Société, n° 73, Liens et marchés. Harrison White et les nouvelles sociologies économiques.

Deleuze G., Guattari F., 1980, Capitalisme et schizophrénie, t. 2, Mille plateaux, Les éditions de Minuit, coll. Critique.

Deleuze G., Guattari F., 1991, Qu’est-ce que la philosophie ?, Les éditions de Minuit.

Deroche-Gurcel L., Watier P., dir., 2002, La Sociologie de Georg Simmel (1908). Éléments actuels de modélisation sociale, puf.

Erdös P., Rényi A., 1961, « On the evolution of random graphs », Bulletin de l’Institut international de statistique, 38 (4), 343-347, <http://webmail.math-inst.hu/~p_erdos/1961-15.pdf>.

Forsé M., 2012, « Les réseaux sociaux d’aujourd’hui. Un monde décidément bien petit », Revue de l’ofce, vol. 7, n° 126, 155-169, <http://www.cairn.info/revue-de-l-ofce-2012-7-page-155.htm>.

Milgram S., 1967, « The Small-World Problem », Psychology Today, vol. 22, n° 1, 61-67

Musso P., 1997, Télécommunications et philosophie des réseaux. La postérité paradoxale de Saint-Simon, puf, coll. La politique éclatée.

Musso P., 2003, Critique des réseaux, puf, coll. La politique éclatée.

Parrochia D., 1993, Philosophie des réseaux, puf, coll. La politique éclatée.

Parrochia D., 2001a, « Sur quelques modèles non hiérarchiques du politique », Cités, vol. 2, n° 6, 93-109, <http://www.cairn.info/revue-cites-2001-2-page-93.htm>.

Parrochia D., dir., 2001b, Penser les réseaux, Champ Vallon.

Rosenstiehl P., Petitot J., 1974, « Automate asocial et systèmes acentrés », Communications, n° 22, La nature de la société, 45-62, <http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1974_num_22_1_1337>.

Référence radiophonique

Van Reeth A., 2013, « La philosophie du réseau (1/ 4) : le rhizome, Deleuze et Guattari », France Culture. Les Nouveaux chemins de la connaissance, 25 novembre, <http://www.franceculture.fr/player/export-reecouter?content=4744934>.

Haut de page

Notes

1 Qui aura aussi fait l’objet d’une précédente publication : Rhizome, Les Éditions de Minuit, 1976.

2 C’est nous qui soulignons.

3 Idem.

4 Ce qui ne manquera pas de susciter quelques critiques, Daniel Parrochia épinglant par exemple les deux « philosophes-bûcherons » quand ils négligeront la précaution formulée en épilogue par les mathématiciens, censée « prévenir les abus dans l’emploi métaphorique de la notion d’acentrisme » (1993, 250 ; 2001a).

5 Sans toutefois parler du cas non trivial d’un « graphe complet », dont la particularité est que toutes les arêtes potentielles entre sommets sont attestées, c’est-à-dire où tout sommet du graphe est en relation avec tous les autres sommets du graphe (pour ici un nombre très rapidement croissant d’arêtes en regard du nombre de sommets, exactement (n x (n-1))/ 2 arêtes pour n sommets).

6 Loi de l’ordre de 1/xn

7 Ce numéro de Sciences de la Société est la concrétisation éditoriale des journées Réseaux non sociaux ?, 6èmes journées d’étude du groupe de travail tic.is (tic-Information et stratégies) piloté par Lise Vieira, mica, Université Bordeaux-Montaigne ; ces journées auront été organisées par le laboratoire du lerass, Université de Toulouse, les 27 et 28 juin 2013. Certaines contributions publiées ici sont les versions enrichies de communications effectuées durant les journées ; d’autres sont des productions originales proposées en vue de l’édition de ce numéro thématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Thierry Julia, « Rhizome, réseau et petit-monde (Gilles, Henri, Paul... et les autres) », Sciences de la société, 91 | 2014, 3-11.

Référence électronique

Jean-Thierry Julia, « Rhizome, réseau et petit-monde (Gilles, Henri, Paul... et les autres) », Sciences de la société [En ligne], 91 | 2014, mis en ligne le 16 avril 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://sds.revues.org/918

Haut de page

Auteur

Jean-Thierry Julia

mcf en Sciences de l’information et de la communication
Université de Toulouse ; ups ; lerass ; 115, rte de Narbonne, bp 67701, f-31077 Toulouse cedex 4, France.
jean-thierry.julia <at> iut-tlse3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org