Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Christian Morel, L’enfer de l’information ordinaire. Ces boutons, panneaux, modes d’emploi et autres indications et explications quotidiennes auxquels on ne comprend rien

Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines, 2007
Guyonne Blanchy
p. 196-197
Référence(s) :

Christian Morel, L’enfer de l’information ordinaire. Ces boutons, panneaux, modes d’emploi et autres indications et explications quotidiennes auxquels on ne comprend rien, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque des sciences humaines, 2007, 242 pages.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Christian Morel nous présente une analyse tout à fait intéressante de l’information ordinaire, de toute nature et destinée au grand public, omniprésente dans nos vies quotidiennes. L’idée centrale est que l’information ordinaire est de qualité médiocre et souvent d’un niveau de pertinence catastrophique. L’auteur s’intéresse plus particulièrement aux boutons (interface homme-machine, ensemble de dispositifs matériels et logiciels permettant à un utilisateur de communiquer avec un appareil), aux modes d’emploi (toutes aides accompagnant les biens de consommation et services grand public comme les brochures ou les emballages), aux pictogrammes, au graphisme, aux histoires tronquées et, enfin, à la vulgarisation qu’il juge bien plus souvent descriptive qu’explicative. La concurrence et le monopole engendrent la diversité des interfaces, devenues « Tour de Babel ». Toutes ces informations revêtent plus la forme d’un code linguistique qu’ergonomique. La complexité du langage se retrouve au niveau des malentendus, de la diversité et de la récursivité qui ne sont pas adaptés à la diffusion d’une information technique. Les conséquences sont souvent la difficulté de l’utilisateur face à un langage obscur, parfois illisible ou absurde (à cause par exemple d’une traduction précaire). Cela amène à une utilisation partielle d’un produit, système composite comportant un objet et une information indissociable. Ce travail se situe ainsi dans la suite de l’ouvrage Décisions absurdes, sociologie des erreurs radicales persistantes, de Christian Morel, publié en 2002, en abordant les incohérences des concepteurs de l’information ordinaire vis-à-vis des utilisateurs, déviant ainsi leur objectif premier, celui « d’informer ».

2Christian Morel aborde les causes et les conséquences de telles situations en envisageant une analyse minutieuse d’exemples du quotidien, même si certains exemples nous ont paru extrapolés, illustrant tout à fait ce réel décalage entre les informations qui nous sont données et leur compréhension. Parmi les causes, les aspects esthétiques et juridiques, par exemple, semblent parfois primer au détriment de la clarté des instructions données ou de l’information dispensée. L’information peut être rendue illisible pour des raisons esthétiques, militantes pour le cas de graffitis, ou spontanées, comme l’illisibilité fréquente des présentations power point lors des conférences (caractères trop petits, choix des couleurs…), paradoxe de l’information. La rédaction elle même contient des défaillances (défaut d’argumentation, excès de technicité). Les aides ne sont parfois pas tout simplement disponibles. Différents facteurs expliquent ce phénomène, comme les stratégies marketing ou le manque d’empathie du concepteur. La complexité des modes d’emploi est liée à un mélange de considérations socio-techniques (conception du hard qui crée la complexité du soft). On prête ensuite des prédispositions au consommateur souvent erronées. Celui-ci préfèrerait des histoires tronquées, courtes et sans fin, sauf dans le cas des trajectoires personnelles. La vulgarisation n’échappe pas à ces considérations et entre dans les composantes de l’enfer de l’information ordinaire par son manque d’explication et ses bruits perturbant le message initial. Les conséquences de cette information défaillante sont le blues du consommateur qui s’exprime de manière silencieuse. La simplification de la charge de l’action entraine une charge mentale et un apprentissage, tout comme le langage. Les informations manquent de pédagogie. Afin de se dégager de toutes ces entraves, le consommateur, ou l’amateur, doit se considérer comme un technicien ou un scientifique, un expert. Il devient conseiller officieux d’usage.

3L’ouvrage nous démontre la complexité d’un métalangage non adapté aux consommateurs. Ces obstacles fabriquent toutefois du lien social et conduisent à une entre-aide collective. Enfin Internet, non par la qualité mais par la quantité des informations disponibles, devient un outil indispensable. Les solutions pour pallier cette mauvaise qualité de l’information reposent sur le village et la planète, le voisinage et Internet, l’explication personnalisée et l’information pertinente. Cet ouvrage pose des questions sur le sens de l’information, déshumanisée, renforçant les liens sociaux. Il conduit à un débat plus large sur la place des consommateurs dans la société et sur ses attentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guyonne Blanchy, « Christian Morel, L’enfer de l’information ordinaire. Ces boutons, panneaux, modes d’emploi et autres indications et explications quotidiennes auxquels on ne comprend rien », Sciences de la société, 80 | 2010, 196-197.

Référence électronique

Guyonne Blanchy, « Christian Morel, L’enfer de l’information ordinaire. Ces boutons, panneaux, modes d’emploi et autres indications et explications quotidiennes auxquels on ne comprend rien », Sciences de la société [En ligne], 80 | 2010, mis en ligne le 13 avril 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://sds.revues.org/800

Haut de page

Auteur

Guyonne Blanchy

docteur en Histoire contemporaine,
cnrs, Université Bordeaux 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org