Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Jérôme Denis, David Pontille, Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux du métro

Paris, Presses de l’école des Mines, 2010, coll. Sciences sociales
Cédric Calvignac
p. 195-196
Référence(s) :

Jérôme Denis, David Pontille, Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux du métro, Paris, Presses de l’école des Mines, 2010, coll. Sciences sociales.

Texte intégral

1Lorsqu’on s’aventure pour la première fois dans le réseau métropolitain d’une grande ville, on est immédiatement frappé par le flux incessant des voyageurs et par la célérité avec laquelle ces derniers s’assurent de la direction qu’ils prennent. En découvrant cette saisissante chorégraphie urbaine, on ne peut alors s’empêcher de penser qu’habitude et répétition font décidemment bien leur œuvre. Les usagers du métro participent en effet d’un formidable chassé-croisé où les corps en mouvement semblent avoir acquis la mémoire des itinéraires couramment empruntés. Pour autant, la puissance de la routine n’est certainement pas seule en cause dans l’expression de l’assurance des voyageurs. Cette assurance a partie liée avec la présence de dispositifs informationnels exposés à leur attention. Car c’est essentiellement la reconnaissance spontanée de la grammaire signalétique du lieu qui conditionne l’aisance de voyageurs, dont la vélocité dépend avant tout de leur qualité de lecteur et d’observateur.

2Dans leur ouvrage, Jérôme Denis et David Pontille abordent ce thème de l’importance des supports cognitifs mis à la disposition des usagers du métro. Ils montrent que si les voyageurs peuvent d’un regard assurer leur pas, c’est qu’ils sont secondés par une foule d’acteurs favorisant leurs déplacements en toute discrétion. La fluidité du trafic est ainsi relative aux « ancrages, points d’attaches et appuis » jalonnant les quais et couloirs des stations. (p.11). Dans le prolongement de ce constat premier, les deux auteurs interrogent les conditions de réalisation et d’installation des panneaux du métro. Ils prennent en considération le travail nécessaire à la conception et au maintien de ces « écrits exposés », à la préservation d’une « écologie graphique » dont la pertinence est constamment éprouvée. Pour mieux saisir l’activité de mise en place de tels artefacts graphiques, ils investissent les « coulisses » de la société de transports qui en a la charge.

3De lectures en rencontres, d’observations en expérimentations, ils mesurent combien l’ « équilibre signalétique » du métro est éminemment « fragile ». Fragile tout d’abord de par la place qui lui est faite au sein de l’organisation. En effet, alors même que la signalétique semble être indispensable au maintien de la qualité du service, l’effectif et l’influence des équipes qui en ont la responsabilité sont faibles (p.18). Minoritaires, les responsables des programmes signalétiques sont souvent réduits au silence par une division du travail propre à les rendre inaudibles (chapitre 1). Fragile également, car les panneaux déictiques sont en concurrence avec des affichages publicitaires et des graffitis détournant l’attention du public (chapitre 4). Fragile enfin, car la bonne lisibilité du panneau est dépendante de la capacité des agents de maintenance à prendre des initiatives en situation, à ajuster les consignes reçues aux particularités de l’environnement d’accueil (chapitre 5).

4Alors que la présence des panneaux directionnels est généralement perçue comme un allant de soi, le premier mérite de cette petite sociologie de la signalétique est d’indiquer combien cet invariant des espaces de transport est en définitive l’heureuse conséquence d’une chaîne d’interventions contingentes. En vérité, le « fil d’Ariane » ou « fil déictique » que les voyageurs suivent aveuglément menace fréquemment de se rompre. Seul l’alignement des différents acteurs impliqués renforce sa fibre.

5Le deuxième mérite de cet ouvrage est de faire clairement ressortir le caractère dual de l’écologie du lieu étudié : une écologie tout à la fois « coopérative » et « compétitive ». Le système signalétique du métro repose, c’est certain, sur une forte coopération entre les différents modules du dispositif et les usagers. Néanmoins, il arrive que cette coopération soit empêchée par d’autres artefacts graphiques concurrents à l’occupation du même espace. À ce sujet, Denis et Pontille font justement remarquer que la place des panneaux directionnels ne va pas de soi, qu’elle « se gagne au contraire au prix d’une lutte quasi-permanente » (p.73). Les souterrains du métro sont ainsi le théâtre d’un affrontement incessant entre « porte-paroles de différentes espèces graphiques » (p.173). Les auteurs indiquent que la publicité est, en la matière, le plus grand rival de la signalétique. Ils précisent que la menace de voir la publicité recouvrir toujours davantage de surface est « d’autant plus forte que les arguments des uns et des autres sont très inégaux : les supports publicitaires sont représentés par une société en régie (Métrobus) qui peut associer à chaque mètre carré revendiqué un revenu financier, le ‘programme d’exposition graphique’ qui organise les panneaux de signalétique oppose à cela des principes dont l’efficience n’est pas traduite en chiffres, encore moins en retombées financières » (p.66).

6Un dernier élément nous semble devoir être signalé à propos du travail de recherche présenté. Dans la construction de leur enquête, Jérôme Denis et David Pontille ont pris le soin de se déplacer d’un bout à l’autre de la chaîne de production-installation des panneaux directionnels. En procédant de la sorte, ils ont parfaitement respecté la célèbre recommandation d’Edgerton consistant à ne pas uniquement s’intéresser à la conception des techniques mais également à leur maintenance (Edgerton, 1998). Au travers du chapitre 5, on se rend parfaitement compte de la richesse des développements permis par ce glissement empirique. En effet, en suivant pas à pas les agents de maintenance, les auteurs ont tout d’abord été en mesure de nier le caractère supposément mécaniste de leur activité. Ils ont montré combien la performativité de l’écrit passe par la faculté des agents de maintenance à élaborer différentes tactiques in situ. Ils ont enfin pu expliquer que les « bricolages » effectués par ces petites mains n’ont finalement rien d’anodin puisqu’ils permettent, en dernière instance, de forcer le fonctionnement du dispositif malgré les erreurs commises en amont du processus. Comme les auteurs l’affirment : « les ficelles du métier sont un moyen d’apaiser les tensions liées à la division du travail » et aux malfaçons s’accumulant dans le temps (p.164).

7Sans remettre en question la grande qualité et originalité de cet ouvrage, il apparaît néanmoins qu’en faisant le choix méthodologique de se centrer uniquement sur les panneaux directionnels, les auteurs ne se sont pas donnés la chance de traiter les déterminants humains de la mobilité. Car la relation entre un voyageur et un ensemble de panneaux ne peut se saisir sans la prise en considération de l’interaction avec les autres voyageurs suivis ou croisés. Ce travail de recherche néglige l’attention portée aux comportements de nos semblables, cette observation attentive des faits et gestes d’autrui qui guide nos choix d’orientation, alimente nos réflexes cognitifs. Les autres voyageurs ne seraient-ils pas des véhicules importants de la signalétique ? Par leur(s) réaction(s) aux dispositifs, ne contribuent-ils à donner sens aux « écrits exposés », un peu comme si les flèches suspendues s’incrustaient momentanément dans leur dos ou sur les traits de leurs visages. En définitive, on a peine à croire que la lecture des panneaux soit une activité toujours et partout individuelle. Une approche complémentaire à celle défendue dans cet ouvrage serait donc bienvenue pour appréhender plus finement le caractère collectif de la traduction des signes déictiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Calvignac, « Jérôme Denis, David Pontille, Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux du métro », Sciences de la société, 80 | 2010, 195-196.

Référence électronique

Cédric Calvignac, « Jérôme Denis, David Pontille, Petite sociologie de la signalétique. Les coulisses des panneaux du métro », Sciences de la société [En ligne], 80 | 2010, mis en ligne le 13 avril 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://sds.revues.org/797

Haut de page

Auteur

Cédric Calvignac

post-doctorant en Sociologie,
certop (umr 5044), Université Toulouse 2-Le Mirail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org