Navigation – Plan du site

Projet éditorial

Les disciplines semblent plus que jamais marquées par la réaffirmation de leurs distinctions et de leurs frontières. Or, l’analyse des faits sociaux contemporains demande, du fait même de la complexité de leurs éléments, de ne privilégier aucune grille de lecture particulière.

L’ambition de Sciences de la Société d’être une revue ancrée dans le champ des sciences humaines et sociales (SHS) sans laisser la prééminence à une seule des disciplines de ce champ correspond à une quadruple évolution dont elle entend être un des porte-parole :

  • la spécialisation et l’éclatement disciplinaire, s’ils sont nécessaires à l’approfondissement des concepts et des théories, ainsi qu’aux repérages institutionnels, ne correspondent pas exactement aux pratiques des chercheurs en sciences humaines et sociales qui, du fait de leurs études et de leurs travaux, disposent bien souvent d’une culture scientifique à la fois spécialisée et générale.

  • aux marges des disciplines peuvent apparaissent des « innovations scientifiques » (fertilisation croisée).

  • les faits sociaux contemporains sont marqués par des phénomènes d’interdépendance et d’emboîtement qui sollicitent des connaissances interdisciplinaires et des approches transversales. L’objectif de Sciences de la Société est d’aborder les phénomènes sociaux contemporains dans leurs multiples dimensions (politique, économique, symbolique ...) et de valoriser la réflexion sur l’articulation entre les différents champs de l’activité humaine.

  • si l’interdisciplinarité est aujourd’hui souvent annoncée, elle est rarement discutée et pas toujours mise en œuvre de façon maîtrisée (ni juxtaposition de monologues disciplinaires, ni syncrétisme).

Vis-à-vis des textes soumis, les exigences scientifiques de la revue reposent sur trois éléments principaux : analyses prenant appui sur des travaux théoriques et/ou empiriques, apport de connaissances nouvelles, et positionnement dans un champ scientifique disciplinaire ou interdisciplinaire. Sciences de la Société publie des travaux inédits relevant principalement de deux genres : articles présentant et discutant des résultats scientifiques, et articles procédant à l’analyse critique de l’état des connaissances dans un domaine particulier (surveys).

La revue dispose ainsi des mêmes critères scientifiques que d’autres périodiques plus spécialisés et plus disciplinaires, et par voie de conséquence, des mêmes procédures d’évaluation (comité de lecture, évaluation anonyme et « à l’aveugle »...). Comme eux, elle participe à la structuration du champ scientifique en SHS. Elle se distingue cependant par la volonté de favoriser plus particulièrement :

  • la confrontation d’approches disciplinaires et transversales, théoriques et appliquées, à travers un dossier consacré à une question significative des mutations de la société (recomposition des territoires, montée en puissance de la communication...), et/ou des organisations publiques et privées (le thème du dossier change à chaque livraison). Par ailleurs, des chroniques régulières permettent de commenter des travaux récents et anciens révélateurs de l’évolution et de l’état actuel de champs particuliers du savoir. Enfin, la revue rend compte de publications (notes de lecture) et de manifestations (colloques, congrès, séminaires...) françaises et étrangères qui contribuent au débat scientifique.

  • la lisibilité des travaux. Cette lisibilité ne se situe pas seulement dans le registre formel. Elle est aussi une exigence dans la valorisation des recherches, les travaux publiés devant être accessibles au plus grand nombre de chercheurs en sciences humaines et sociales. Elle nécessite l’explicitation de nombre de concepts et de théories, et contribue, dans une certaine mesure, à leur renouvellement et, plus généralement, à l’enrichissement du débat. En effet, le dépassement du langage (dans tous les sens du terme) propre à chaque discipline nous paraît être une des conditions nécessaires au dépassement des frontières disciplinaires.

  • la valorisation de travaux de jeunes chercheurs trop souvent ignorés des grands systèmes de publication, en les mettant en perspective avec ceux de chercheurs confirmés, étant entendu que tous sont évalués dans les mêmes conditions.

  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org