Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Communication

Sylvie Grosjean, Luc Bonneville, La communication organisationnelle : approches, processus et enjeux

Montréal, Chenelière Education, 2011, 346 pages.
Consuelo Vasquez
p. 185-187
Référence(s) :

Sylvie Grosjean, Luc Bonneville, La communication organisationnelle : approches, processus et enjeux, Montréal, Chenelière Education, 2011, 346 pages.

Texte intégral

1« Qu’est-ce que la communication organisationnelle? », voici la question que pose cet ouvrage collectif, question qui vise à mieux comprendre ce jeune champ disciplinaire en offrant une synthèse des principaux développements en France et en Amérique du Nord. « La communication organisationnelle: approches, processus et enjeux » est le premier ouvrage francophone dans son genre. Plusieurs manuels d’enseignement ont été publiés en anglais, le plus connu étant le nommé Handbook of organizational communication qui en sera bientôt à sa troisième édition (Jablin et al., 1987; Putnam & Jablin, 2000; Putnam & Mumby, à paraitre). En ce sens, nous ne pouvons qu’applaudir l’initiative des coordonnateurs, Sylvie Grosjean et Luc Bonneville, de mettre en place une telle ressource pédagogique plus accessible pour nos étudiants majoritairement francophones. Mais la contribution de cet ouvrage ne s’arrête pas uniquement à cette préférence idiomatique. Nous soulignons trois autres choix éditoriaux qui font de ce livre un ouvrage de base pour l’enseignement de la communication organisationnelle – et ce, à notre avis, tant pour le premier cycle que pour les cycles supérieurs. Nous référons à: i) la présentation de la communication organisationnelle par approches; ii) l’articulation des dimensions organisationnelle et communicationnelle; iii) la mise en dialogue des travaux nord-américains et français. Dans ce qui suit, ces trois points seront développés dans le but de décrire l’ouvrage et d’y poser un regard critique, qui se veut à la fois celui d’une enseignante qui utilise ce manuel comme ressource pédagogique dans ses cours et d’une chercheure qui, dans divers contextes académiques, a eu le privilège d’échanger avec les contributeurs de ce livre.

2Dans l’avant propos du livre, les coordonateurs expliquent leur choix de présenter le champ de la communication organisationnelle en invitant le lecteur à découvrir les différentes approches théoriques qui la composent. Cette invitation à « ‘approcher’ la communication organisationnelle » (p.iii) correspond à la première partie du livre et se traduit dans la présentation de cinq approches théoriques qui ont marqué le développement de cette discipline, à savoir: les approches fonctionnalistes (L. Bonneville et S. Grosjean, chap.. 2), systémiques (P. De la Broise et S. Grosjean, chap.3), critiques (E. Georges et L. Bonneville, chap. 4), symboliques (I. Mahy) et constitutives (F. Cooren et D. Robichaud). Cette clé de lecture ‘par approche’ s’avère être des plus parlantes pour des étudiants qui, dans certains cas, découvrent pour la première fois l’univers paradigmatique de la communication organisationnelle, et de manière plus large, des sciences humaines et sociales. Le terme « approche » tel que mobilisé dans ce livre permet à la fois de décrire l’action à laquelle l’étudiant est invité à participer (s’approcher), tout comme l’objet au cœur de cette rencontre. En effet, Grosjean et Bonneville le soulignent bien, « le terme approche renvoie aussi à l’idée selon laquelle la communication organisationnelle est un objet complexe, mouvant, et implique qu’il est impossible d’en saisir la complexité en adoptant une seule perspective » (p.iii). Et c’est d’ailleurs ce qu’offre ce livre: un éventail de possibilités de définir la communication organisationnelle permettant d’ouvrir vers un questionnement de certains présupposés sur la communication et l’organisation – nous pensons par exemple, à la métaphore du conduit (Axley, 1984) qui définie la communication organisationnelle comme étant desmessages qui circulent dans une organisation –, de même qu’à l’interrogation sur les propres positionnements du lecteur – ce que nous proposons aux étudiants dans un exercice d’application des approches en leur demandant de « planter leur tente dans le terrain de la communication organisationnelle1 ». Ce terrain, tel que présenté dans cet ouvrage, est très diversifiés: en plus des cinq approches, nous y trouvons différentes écoles de pensées, plusieurs auteurs, théories et concepts. La bibliographie proposée est particulièrement bien étoffée et intègre aussi bien les ouvrages classiques comme les récents développements dans le domaine. Or il nous semble qu’il y aurait intérêt à mieux distinguer les approches critiques des approches de genre (qui correspondent à une brève section dans ce chapitre) ainsi que les approches postmodernes. Sans vouloir trop nous attarder sur ce sujet, nous aimerions souligner l’influence grandissante dans le domaine de la communication organisationnelle de l’approche dite genrée (Caron, 2004), travaux qui insistent sur leur spécificité par rapport aux approches critiques (Ashcraft, 2005). De même, la place désormais reconnue du postmodernisme dans les études en communication organisationnelle (Taylor, 2005) et son manifeste divorce avec le programme de recherche moderniste, nous mène à croire qu’une distinction entre par exemple les travaux de Foucault et l’école de Francfort (présentement dans un même chapitre) pourrait être explorée.

3Le deuxième point que nous aimerions souligner par rapport à l’ouvrage « La communication organisationnelle: approches, processus et enjeux » concerne le choix de poser un regard à la fois sur la communication et l’organisation, ce qui se traduit dans un souci constant d’interroger la communication organisationnelle dans l’articulation entre ces deux constituants. Concrètement, cette articulation se retrouve dans la structure même des chapitres correspondant aux cinq approches mentionnées ci-haut, qui présentent tous une section portant sur les applications et les implications d’une des approches pour comprendre l’organisation et une autre section pour référer à la communication. Les chapitres qui correspondent à la deuxième partie du livre, présentent quant à eux un réflexion intégrée de la communication et de l’organisation qui se retrouve dans la manière dont ils abordent enjeux et thématiques à partir d’une réflexion communicationnelle sur des phénomènes tels que le changement organisationnel (N. Giroux, chap.7), les technologies et pratiques de travail (C. Groleau, chap. 8), les dynamiques de groupe en milieu organisé (P. Mongeau et J. Saint Charles, chap.9) et la responsabilité sociale des organisations (R. Huet et C. Loneux). Si nous soulignons cette volonté de questionner explicitement (et structurellement) à la fois des dimensions communicationnelles et organisationnelles – ce qui peut sembler de prime à bord comme évident – des approches et des thématiques abordés, c’est parce qu’il nous semble essentiel, surtout dans un contexte pédagogique, de montrer en quoi les approches de la communication organisationnelle se distinguent d’autres approches disciplinaires connexes comme le serait la gestion, la sociologie des organisations, la psychosociologie, pour en nommer que quelques-unes. Nous croyons qu’une des particularités des approches de la communication organisationnelle relèvent de ce questionnement ontologique portant sur la communication et l’organisation, ainsi que sur la relation entre les deux. Dans une publication, devenue icône dans le développement de la communication organisationnelle en Amérique du Nord, Ruth Smith (1985) proposait une recension des travaux de l’époque en les identifiant selon la manière dont ils reliaient la communication et l’organisation. À partir d’une analyse de figure/fond, Smith développa trois métaphores: la métaphore du contenant/ contenu (correspondant essentiellement aux approches fonctionnalistes), la métaphore de la production dans laquelle elle distingue deux orientations, selon si c’est la communication ou l’organisation qui est positionnée comme productrice ou produit (nous retrouvons ici certaines des approches systémiques et les approches symboliques et critiques) et finalement, la métaphore de l’équivalence, qui correspond aux approches constitutives. Si nous nous permettons de faire ce rapprochement entre la publication de Smith et l’ouvrage « La communication organisationnelle » c’est que nous croyons qu’il serait intéressant de pousser encore plus cette prise de position d’un regard bidirectionnel (communication et organisation) en interrogeant aussi les différentes manières dont ces deux constituants de la communication organisationnelle sont mis en relation. L’ouvrage permet de bien saisir les différentes définitions de la communication et de l’organisation selon les approches et les thématiques, mais il y gagnerait à distinguer aussi leur relation. Notamment cela permettrait de montrer un des changements paradigmatiques les plus importants dans le développement de cette discipline soit le passage d’une vision instrumentale de la communication – que l’on traduit souvent par l’expression « la communication dans l’organisation » – vers une vision constitutive – dans laquelle on réfère plutôt avec l’expression « l’organisation dans la communication » (en anglais, organization as communication).

4Notre dernier point de discussion (mais non le moindre) concerne un des choix qui nous semble les plus porteurs de cet ouvrage et en même temps le plus risqué. Nous référons à la volonté de mettre en dialogue deux développements régionaux de la communication organisationnelle, soit celui de l’Amérique de Nord et celui de la France. Même si de plus en plus les collaborations transatlantiques permettent un croisement des recherches, il reste qu’historiquement les travaux français et nord-américains ont suivi des trajectoires parallèles, répondant à des contextes et des moments particuliers. Le premier chapitre de « La communication organisationnelle » (J.Taylor et P. Delcambre) permet justement de situer ces développements dans leur contexte d’émergence. Rapidement, et dès une première lecture, sont tracés des parcours d’institutionnalisation de la discipline (si discipline il s’agit) très différents. Il en est de même pour les sources d’influence ainsi que pour les thématiques privilégiées. Ces développements semblent de prime à bord irréconciliables et pourtant cet ouvrage collectif tente de les mettre tous deux en dialogue: les contributeurs de l’ouvrage sont autant d’auteurs français et canadiens (certains d’origine française), certains des chapitres sont écrits par un binôme français-canadien (chapitres 1, 2 et 4), les approches intègrent des écoles de pensées et auteurs ayant influencés les deux régions, les enjeux abordent des thématiques développées aussi en France et en Amérique du Nord. Le résultat reste cohérent tout en respectant la diversité, mais à certains égards, l’inertie de ces trajectoires historiquement parallèles rend l’exercice de cette mise en cohérence extrêmement difficile. Sans vouloir aucunement uniformiser des histoires et parcours différents (qu’ils soient institutionnels ou personnels, par ailleurs), il nous apparaît important de préserver un espace de dialogue dans lequel il existe un langage commun, d’autant plus que le livre s’adresse principalement a des étudiants en quête de cette boîte à outils conceptuels. Pour y avoir participer en tant qu’évaluatrice, nous sommes conscientes des efforts qui ont été apportés dans cette première édition soit pour soulever clairement les contradictions entre des postures différentes ou pour les mettre en dialogue. Si deuxième édition il y a (et nous l’espérons fortement!) il faudrait continuer le travail dans ce sens, et nous ajouterions non seulement dans la conversation entre différentes régions du monde, mais aussi entre des chercheurs issus de divers parcours et partageant différents positionnements.

Haut de page

Bibliographie

Ashcraft, K.L. 2005. Feminist organizational communication studies: Engaging gender in public and private. In S. May, S. and D.K Mumby, (eds). Engaging organizational communication theory & research: Multiple perspectives (p.141–170). Thousand Oaks, London, New Delhi: Sage.

Axley, S.R. (1984). Managerial and organizational communication in terms of the conduit metaphor. Academy of Management Review, 9(3), 428-437.

Caron, C. De l’appropriation inachevée du concept de genre en communication organisationnelle, Communication et organisation [Online], 25 | 2004, Online since 27 March 2012, connection on 6 May 2013. URL: http://communicationorganisation.revues.org/2961

Jablin, F., Putnam, L., Roberts, K., & Porter, L. (1987). The handbook of organizational communication. Beverly Hills, CA: Sage.

Putnam, L. & Jablin, F. (2000). The new handbook of organizational communication. Beverly Hills, CA: Sage.

Smith, R.C. (May, 1993). Images of organizational communication: Root-metaphors of the organization-communication relation. Paper presented at the annual meeting of the International Communication Association, Washington, DC.

Taylor, B.C. (2005). Postmodern Theory. In S. May & D. Mumby (eds.) Engaging Organizational Communication Theory & Research (p.113-140). Thousand Oaks, London, New Delhi: Sage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Consuelo Vasquez, « Sylvie Grosjean, Luc Bonneville, La communication organisationnelle : approches, processus et enjeux », Sciences de la société, 88 | 2013, 185-187.

Référence électronique

Consuelo Vasquez, « Sylvie Grosjean, Luc Bonneville, La communication organisationnelle : approches, processus et enjeux », Sciences de la société [En ligne], 88 | 2013, mis en ligne le 11 février 2014, consulté le 24 mars 2017. URL : http://sds.revues.org/462

Haut de page

Auteur

Consuelo Vasquez

Département de Communicaton, Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org