Navigation – Plan du site

Reliquats en devenir : une approche dynamique de l’écologie documentaire d’un laboratoire de mécanique des fluides

Remaining become: a dynamic approach to documentary ecology laboratory of fluid mechanics
Restos en cierne : enfoque dinámico de la ecología documentaria de un laboratorio de mecánica de fluidos
Sébastien Plutniak et Dimitri Aguéra
p. 54-73

Résumés

L’activité d’un laboratoire de physique est abordée au travers des pratiques documentaires qui y sont observées. Nous empruntons à l’archéologie la notion de taphonomie. Celle-ci permet d’interroger la dynamique des agrégats documentaires et leur persistance au-delà de leur fonction dans les processus de conception scientifique. Ainsi analysés, ces documents nous renseignent sur les façons dont l’historicité des pratiques informe l’action présente.

Haut de page

Texte intégral

1Nous enquêtons dans un laboratoire de mécanique des fluides, dans l’idée d’observer ce que les chercheurs acquièrent, manipulent, conservent, oublient ou détruisent. Nous disons nous intéresser à l’écologie du laboratoire, aux choses matérielles – des plus infimes aux plus évidentes – qui le composent et demandons leurs vues sur ces questions aux tenants des lieux. Exclamation des chercheurs. « Vous voulez faire de l’archéologie ? » C’est que le laboratoire est en lui-même un amalgame hétérogène où l’accumulation se fait au risque de l’oubli. Les tables croulent sous les liasses d’articles ou de notes, les rayonnages débordent de revues, de livres et de bandes magnétiques. Mais voilà que l’on nous invite à fouiller les strates d’une armoire et qu’un ordre semble alors émerger : ici les dossiers des thésards, certains forts anciens ; au-dessus, les tirés-à-part et, au sommet, les documents d’usage courant.

2Les ethnographies de laboratoire forment aujourd’hui un corpus conséquent (K. Knorr-Cetina, S. Traweek, M. Lynch, B. Latour). La proposition fondatrice de cette approche fut de ne plus travailler sur la science « froide », stabilisée dans des publications, mais sur les inscriptions et les énoncés encore chauds, incertains, controversés. La fécondité de cette interrogation n’est plus à démontrer. Ces travaux ont rendu compte de la « science en train de se faire », renouvelé les questionnements épistémologiques par la description de processus de conception en actes, tout en insistant particulièrement sur l’omniprésence des objets et leur rôle incontournable.

3Tout en restant dans le laboratoire, tournons le regard non plus vers les énoncés encore incertains, mais sur leurs supports matériels résiduels. Ceux-là ne sont plus au front de la recherche, mais ne cessent pour autant d’être bien présents dans l’atelier du physicien. Les écritures ou documents intermédiaires (Vinck, 1999 ; Lécaille, 2003) ont été amplement décrits en tant qu’ils sont des étapes de conception au sein du travail scientifique et permettent le passage de l’une à l’autre de ces étapes. Notre question est de savoir ce qu’il advient d’eux après que leur fonction d’intermédiaire soit achevée (à savoir, des fonctions de traduction, de représentation et de médiation selon A. Jeantet, 1998). Au sein du laboratoire de mécanique des fluides investi, qu’arrive-t-il aux seize dessins successifs d’un dispositif expérimental, aux bordereaux de commande, aux éléments d’un dispositif expérimental ? Une fois leur finalité atteinte au sein d’une procédure particulière, faut-il penser qu’il n’en demeure rien ? Non, bien sûr. Même s’il ne s’agissait que de supprimer leurs existences, il faudrait bien que des pratiques prennent en charge cette suppression. Et rien ne permet de penser que la suppression immédiate après usage soit l’unique modalité de leur devenir.

  • 1 J. Denis et D. Pontille discutent ainsi des approches de la matérialité du texte. S’appuyant sur l’ (...)

4Les écritures, les textes, peuvent être considérés sous deux aspects : ce sont à la fois des objets matériels et des contenus idéels. Cette tension est au fondement des approches des textes en sciences humaines. Les auteurs diffèrent cependant dans leurs manières, soit d’articuler ces deux dimensions en insistant davantage sur l’une, soit de réduire l’une des dimensions à l’autre1. L’analogie, courante, entre les domaines archivistique et archéologique illustre cette tension. Elle a ceci de particulier que les deux termes s’en définissent réciproquement. Dans un sens, les archives sont rapportées à une accumulation de strates : une sorte de sédimentation, constituée de documents superposés, lesquels seraient autant d’analogues aux strates sédimentaires. Dans l’autre sens, ce sont les strates sédimentaires qui sont rapportées aux pages d’un livre : ainsi des « archives du sol » qu’A. Leroi-Gourhan ambitionnait de lire.

5Cette analogie entre feuilletés livresque et sédimentaire entretient une ambiguïté analytique. Dans l’optique « archéologique », les objets matériels non-textuels sont assimilés à des textes ; dans l’optique de l’écrivain, les textes s’accumulent au point de s’assimiler à des objets matériels. Le fait est que, dans l’espace concret du laboratoire, les chercheurs tiennent à la fois les rôles d’écrivain et d’archéologue. Nous souhaitons donc rendre compte des manières dont ils le font, de l’importance accordée à l’un des rôles plutôt qu’à l’autre, et des façons dont ces pratiques s’intègrent dans l’environnement du travail scientifique que constitue le laboratoire.

  • 2 Il faut entendre ici « style » au sens de sensibilité, une disposition générale orientant l’enquête (...)

6En archéologie, sans nier que les choses matérielles furent faites et agies autrefois, une approche taphonomique délaisse la restitution de ces états passés pour s’intéresser aux processus de perduration et de transformation qui les affectent : « maîtriser, non pas la connaissance du passé, mais l’érosion des messages dans la durée » (Gouletquer, 1979, 102). Pour notre ethnographie, cela suppose d’approcher la dynamique des agrégats documentaires et la manière dont leur évolution diachronique tend à être prise en compte par les acteurs. Cet article suggère de porter dans le champ de l’ethnographie des pratiques documentaires scientifiques deux idées fondamentales de la taphonomie. Il s’agit donc davantage d’adopter le style2 de ce raisonnement, en vigueur dans les études paléontologiques et archéologiques, que de décalquer ses procédures d’analyse concrètes (les décomptes, les analyses biochimiques…). Ce raisonnement s’est développé à partir de deux révisions conceptuelles, déjà anciennes, ayant contribué à redéfinir l’objet de connaissance de ces sciences du passé. Ces révisions reviennent grandement aux propositions d’Ivan Antonovitch Efremov, paléontologue russe ayant forgé le terme de taphonomie pour désigner, littéralement, les lois de l’enfouissement (Efremov, 1940). La première a concerné la capacité référentielle des fossiles : à quoi peut-on légitiment faire référer un fossile, que peut-on déduire à partir du fragment qu’il constitue, à quel tout peut-on le rapporter ? La seconde a déplacé l’intérêt pour la reconstitution d’états passés de la faune vers l’analyse comparative de ses lieux et processus de conservation, en tenant compte des environnements dans lesquels les fossiles sont scellés. L’ « archéologie » que nous pouvons mener s’attachera donc à rendre compte du devenir des ensembles documentaires produits au sein du laboratoire de physique : la manière dont ils sont agrégés, interagissent, et se désagrègent, s’effritent, sont remployés, remobilisés. Le cœur de notre proposition revient ainsi à se centrer sur la densité historique de ces documents mineurs, en tant qu’ils informent le présent ethnographique de l’enquête.

7Notre enquête ne s’est pas focalisée sur la conception des modélisations mathématiques et la manière dont les documents s’y engagent. Nous n’avons pas cherché à suivre les acteurs et à observer l’introduction et la disparition des documents de façon synchronique à l’action. En place de la, nous nous sommes attachés à nous placer dans l’environnement où ces documents évoluent et analyser, à un moment donné, l’écologie documentaire des lieux, en tant qu’elle rend compte de toute l’épaisseur temporelle qui s’y est sédimenté au fil des actions antérieures. Notre propos entend ainsi clarifier les manières dont les différents documents produits dans le laboratoire persistent dans cet environnement.

8Cette approche est développée à partir de l’ethnographie d’un laboratoire de mécanique des fluides, qui est tout d’abord présenté. Une première partie est ensuite consacrée aux configurations dans lesquelles les agrégats documentaires s’y observent : les manières dont ils coexistent dans un même environnement, après que leur fonction au sein d’une chaîne de conception ait été réalisée. Il s’agit d’aborder l’évolution et la dynamique des documents, saisis en tant qu’ensembles. La seconde partie plonge dans les processus sous-jacents à ces trajectoires : dans le détail, comment la conservation ou la destruction des différents documents sont-elles négociées et réalisées et dans quelle mesure peut-on rattacher les trajectoires de ces objets à des actes intentionnels ? Nous concluons sur quelques remarques concernant le rapport entre archéologie et sciences sociales.

Écologies documentaires et mécanique des fluides

9Le laboratoire où notre enquête s’est déroulée compte parmi les principaux instituts de mécanique des fluides français. Une trentaine de jours ont été passés sur le terrain. Ils ont permis de conduire six entretiens, de donner lieu à de nombreuses discussions informelles, de réaliser des captations filmiques et de collecter un ensemble hétéroclite de documents. Environ deux cents personnes travaillent dans cet institut. Elles s’emploient à effectuer des travaux de recherche, le plus souvent contractualisées avec des institutions industrielles. Le personnel est réparti entre six équipes thématiques, relatives à des domaines aussi variés que la combustion, les turbulences, les écoulements ou les milieux poreux. Ces phénomènes sont étudiés depuis des échelles microscopiques jusqu’à métriques, ce qui suppose une diversité d’équipements adéquats : turbines, souffleries de plusieurs mètres, mais également de quoi concevoir de petits dispositifs expérimentaux, de l’ordre du mètre. La mécanique des fluides, branche de la physique, a pour objet la statique et la dynamique des gaz, liquides et plasma. Leur étude relève de la mécanique dite des milieux continus, laquelle vise à modéliser par des fonctions continues les phénomènes physiques observés. La modélisation est le but même de cette discipline.

10Pour cela, les acteurs du laboratoire génèrent et manipulent nombre de documents « informels » : feuilles volantes, post-it, tableaux, fichier « mémo », etc. L’informalité s’entend ici par une limite qui resterait floue entre documents institutionnels et écritures relevant de la sphère privée du producteur. Ceux-ci apparaissent donc, pratiquement, hors de portée du cadre législatif définissant une gestion réglementée des archives publiques, laquelle concerne, en théorie, tous les documents produits lors des activités de l’agent. Il arrive qu’une institution impose des pratiques strictes de conservation. Les cahiers de laboratoire en sont un bon exemple. Malgré cela, en règle générale, la gestion des documents du quotidien de la recherche est affaire personnelle, et se révèle bien différente selon les pratiques de chacun. Trier, classer, éliminer, conserver, organiser, empiler, oublier, sont autant d’actes passifs ou volontaires régissant le devenir de ces « écritures ordinaires » qui bien souvent, à défaut d’une prise en charge institutionnalisée, finissent par s’agréger dans un recoin de bureau et perdurer au-delà des processus d’élaboration des modèles mathématiques poursuivis par les physiciens des fluides.

Une taphonomie des collections documentaires

Document, collection, structure : les outils d’une approche taphonomique

11Pour débuter, précisons le sens que nous donnerons aux notions de document, de collection et de structure, lesquelles fourniront l’ossature de l’approche taphonomique que nous entendons proposer.

Documents plutôt qu’écritures… et la mise en suspend des hypothèses sémantiques

12La notion d’écriture a été au cœur de nombreux travaux de sciences sociales (Goody, Achard, Fraenkel) et plus particulièrement de sociologie des sciences (Pontille, Lefebvre). Si la science produit des textes, la question de leur spécificité s’est posée. D. Jacobi a proposé une approche en termes de rapports entre éléments « scripto-visuels » (Jacobi, 1984, 35). B. Latour et S. Woolgar ont suggéré de parler d’inscripteurs et d’inscriptions (Latour, Woolgar, 1988, 35). P. Lécaille  nomme « grapho-numériques » les « objets intermédiaires produits à partir des outils informatiques », compte-tenu de l’intrication du nombre et de la lettre qu’ils supposent et de leur capacité à s’instancier en plusieurs avatars (Lécaille, 2003). Nous faisons cependant le choix de ne pas reprendre ces acceptions graphiques des objets observés au laboratoire, leur préférant la notion de document. Plusieurs arguments peuvent être avancés pour justifier ce choix.

  • 3 On trouve chez D. Sperber une critique vigoureuse des tentatives d’extension et de généralisation d (...)

13Premièrement, ces acceptions reposent sur une compréhension élargie de la notion d’écriture, qui enveloppe autant les systèmes symboliques alphabétiques que numériques ou diagrammatiques. Ces réalités symboliques d’ordres différents sont rabattues sur un même plan sémiotique. Or, il nous faut rendre compte de la diversité des objets constituant l’environnement de travail scientifique : des textes, certes, et des graphiques, mais également des dispositifs expérimentaux – parfois disloqués – dont on aurait du mal à tenir compte avec la seule notion d’écriture3. De plus, l’existence de connaissances tacites sous-jacentes aux pratiques limite fortement la possibilité d’une textualisation généralisée. Second argument : une perspective dynamique sur la matérialité du laboratoire conduit à identifier les requalifications des différents objets. Or, ces diverses requalifications, documentaires, testimoniales, concernent tout autant les inscripteurs que les inscriptions ou objets grapho-numériques. La notion d’écriture apparaît donc a priori restrictive pour notre projet.

  • 4 Ceci ne conduit pas à nier la capacité des documents à référer de manière univoque à une réalité : (...)

14Ces deux arguments font écho à ce que nous empruntons à l’approche taphonomique. L’apport d’Efremov fut de récuser la focalisation exclusive des paléontologues sur un questionnement synecdotique de reconstitution (étudier une partie – les fossiles – pour référer à un tout révolu – les faunes passées). L’approche taphonomique invite à considérer ces objets tels qu’en rapport entre eux et avec leur environnement. L’objet et le contenant qui le scelle sont analysés du point de vue des processus biologiques et géologiques qui déterminent leur rapports mutuels (Lyman, 2010). Ce n’est donc plus ce qui serait la capacité référentielle intrinsèque d’un objet à un passé révolu qui est au cœur de l’analyse. En ethnologie, un tel déplacement d’objectif n’est pas neuf. Selon D. Sperber, l’apport de C. Levi-Strauss fut de réorienter le questionnement depuis le sens des symboles vers leurs rapports structuraux (Sperber, 1982). Non plus de signifiant à signifié, mais de signifiant à signifiant, ce qui suppose de se dispenser d’introduire des hypothèses sémantiques sur ce qui serait le sens propre des symboles. Pour nous, il s’agit d’interpréter les éléments du laboratoire non pas uniquement comme des inscriptions qui référeraient aux étapes d’un processus de développement de connaissances, mais comme des documents susceptibles d’être re-sémantisés4au fil de l’action.

Ethnographier des documents : face aux collections documentaires, la révision du rapport entre structure et intentionnalité

15Munis de la notion de document, quel cadre adopter pour rendre intelligible les rapports qui les lient ? La littérature spécialisée contient nombre de propositions. Les objets, écritures ou documents, peuvent être envisagés au sein de chaînes d’inscriptions et de réseaux socio-techniques (Callon, 1986). Les travaux dits des infrastructure studies ont développé cette dernière notion pour étayer le projet d’une écologie institutionnelle (Star, Griesemer, 1989 ; Star, Ruhleder, 2010) ou l’analyse d’infrastructures informationnelles (Denis, Pontille, 2012). Seulement, parce qu’elles s’intéressent principalement à la conception, ces approches ont en commun d’être davantage sensibles à ce qui va dans le sens de cette finalité. Sous une forme ou une autre, elles travaillent sous l’hypothèse que les agrégats d’objets observés possèdent une (infra)structure intentionnellement établie. Si nous souhaitons comprendre les objets du laboratoire en dehors du cadre de la conception, il nous faut être aptes à saisir ce qui n’est pas structuré, ce qui n’est pas agencé dans l’axe téléologique d’un achèvement anticipé. Il se peut ainsi que les logiques qui régissent les ensembles documentaires et leur persistance dans le laboratoire soient différentes de celles qui animent les processus de conception.

16Sur son terrain, l’archéologue distingue les accumulations non intentionnelles (le lot commun des situations archéologiques) et les dépôts intentionnels (avec toute la difficulté – voir l’impossibilité – qu’il y a à établir l’adresse de ces dépôts : des entités surnaturelles, des hommes à venir, personne ?) L’attribution d’une cause intentionnelle à un phénomène archéologique revient à lui reconnaître une faible probabilité d’avoir été causé, soit aléatoirement, soit par une détermination naturelle. La leçon de l’archéologie est donc qu’un réseau de relations entre objets peut ne pas avoir été investi de sens ni procéder d’une intention ; face aux objets, la prudence est requise quant à l’introduction d’hypothèses sémantiques a priori. Notre analyse ethnographique reprend à son compte cette distinction, et envisage les manières dont les pratiques documentaires intègrent l’anticipation d’usages futurs puisque, contrairement à ce qui se passe en situation archéologique, les acteurs peuvent commenter leurs pratiques. La notion de collection documentaire, au sens limité d’un agrégat que l’on peut collecter, n’introduit pas d’hypothèse structurale a priori et ne présage pas du degré de structuration et de complexité de l’ensemble considéré.

Les collections documentaires en dynamique

  • 5 En archivistique, le palimpseste désigne un manuscrit sur parchemin ayant été gratté et recouvert d (...)
  • 6 Nous traduisons ainsi ce que Bailey appelle « palimpsest of meaning ».

17Dotés des notions de document et de collection, il nous faut ensuite envisager une manière de restituer les processus qui les animent dans l’environnement du laboratoire observé. L’archéologue G. Bailey, dans une réflexion sur la taphonomie, envisage les situations archéologiques à partir de la notion de palimpseste5. Il la décline en cinq types : les palimpsestes réels, cumulatifs, spatiaux, temporels, ou sémantiques6 (Bailey, 2007). La métaphore graphique du palimpseste pose problème en ce qu’elle introduit une textualisation. Elle revient à l’analogie scripturale que nous évoquions en introduction. L’enjeu résiderait dans la possibilité de lecture, de décodage, de ces « archives du sol » qui formeraient une sorte de système textuel archéo-sédimentaire. Pour autant, même si nous sommes réticents à cette approche textualisée de la taphonomie – qui a ses partisans –, la déclinaison en cinq configurations décrites par Bailey peut, elle, être reprise indépendamment et confrontée à nos observations en laboratoire de mécanique des fluides. Il nous faut alors considérer qu’il s’agit, non pas de réécritures – comme ce serait le cas pour un palimpseste – mais de réemplois, permettant de rendre compte des trajectoires documentaires. L’action et la pratique débordent le texte et ne peuvent pas y être systématiquement réduits.

Les cinq configurations au laboratoire de mécanique des fluides

Destructions (ou le palimpseste réel)

18Dans cette configuration, G. Bailey comprend les cas où une étape supprime toutes les traces de l’étape précédente. Au laboratoire de mécanique des fluides, les blocs de brouillon – omniprésents que ce soit chez les chercheurs expérimentateurs, les numériciens ou les théoriciens – relèvent de ce premier cas. Les croquis manuels servent par exemple à se donner une compréhension visuelle d’un phénomène. Pour nos chercheurs, ils relèvent typiquement du document perdant tout caractère d’importance une fois son but atteint. Soulignons que les pratiques peuvent varier selon les psychologies personnelles : la discrimination de ce qui est à conserver et ce dont on peut se séparer s’appuie sur des critères relatifs à l’affect entretenu à l’endroit de ce type de documents. Si nos interlocuteurs envisagent que la conservation pourrait permettre un retour sur le cheminement d’une réflexion antérieure, ils reconnaissent également que, dans les faits, ces retours sont rarement réalisés.

19L’obsolescence de l’instrumentation peut être comprise comme le résultat d’un passage d’une étape instrumentale à une autre. Elle entraîne l’illisibilité ou l’inutilité d’un document. Les opérations de transcription, si elles assurent la continuité de la lisibilité, entérinent également le passage d’une étape à une autre en rendant dispensables les formats documentaires antérieurs. Le tableau d’une chercheuse présentait, parmi d’autres inscriptions, les diagrammes ayant accompagné la discussion avec un représentant d’une compagnie pétrolière. La transcription de ces notes sur un cahier permet à la fois de supprimer leur version tabulaire et de les sauvegarder sous une forme plus pérenne. Autre cas, Robert possède des cassettes vhs, enregistrées en 1983, lors de sa thèse. Faute de matériel de lecture, ces captations vidéos réalisées en soufflerie s’assimilent à un cas d’impasse. Leur transcription sous forme numérique et leur stockage sur des cd concrétise leur sauvegarde. Le devenir des figures (courbes, diagrammes…) après soutenance de la thèse, illustre également ce point. Sara demande à ses doctorants, non pas de lui fournir les figures elle-même, mais le fichier de code permettant de les générer. Le fichier graphique, rendu inutile, n’est pas éligible à la sauvegarde.

Addition (ou le palimpseste cumulatif)

20Dans ce cas de figure, une étape vient s’ajouter à la précédente, les deux devenant indiscernables. Nos interlocuteurs disposent tous d’un tableau effaçable dans leur bureau et insistent volontiers sur la nécessité de ce dispositif. Une chercheuse se livre au commentaire de son tableau, tel qu’il se présentait à l’heure de notre rencontre. Elle distingue six ensembles d’écritures, accumulées au fil d’activités diverses. Ici les restes d’une discussion avec une nouvelle doctorante, « quelques idées en vrac » ; là, quelques fragments d’une rencontre avec un chargé d’enseignement travaillant dans une société pétrolière ; là encore, les croquis d’une collègue venue rendre compte d’un problème concernant la confection d’un dispositif expérimental ; ici une liste de course, etc. Ces écritures hétéroclites vont être effacées au fil des besoins et certaines seront amenées à persister encore longtemps. Nous envisageons ce tableau comme un agrégat documentaire. C’est parce que nous pouvons interroger une personne qui a été présente aux différents moments de la constitution de cet agrégat, qu’il nous est possible d’en distinguer les étapes. Néanmoins, nous restons inféodés à la projection de sens que notre informatrice est capable de réaliser, étant elle-même limitée par sa propre connaissance des situations où le tableau a été employé.

Agrégation (ou le palimpseste spatial)

21Les trajectoires d’agrégation concernent des unités spatiales distinctes qui se retrouvent en coprésence sans qu’il soit possible de les discriminer temporellement. Nous prendrons ici l’exemple du devenir des dispositifs expérimentaux. Chaque dispositif est relatif à un problème de recherche très spécifique. Les espaces de sa conception et de son usage sont clairement identifiables : le bureau du technicien, l’atelier mécanique et enfin l’espace d’expérimentation. Une fois la recherche achevée, la conservation du dispositif ne s’impose pas, d’autant que beaucoup sont produits : « si on gardait tout ce qu’on produisait… on ne garde que ce qui est important pour l’histoire » nous dit un chercheur. Dans l’une des équipes du laboratoire, une armoire renferme un ensemble hétéroclite de dispositifs, remisés là sans qu’une politique de conservation ait été formalisée. Le technicien, récemment arrivé dans l’équipe, est bien incapable de dater et de commenter chacun de ces dispositifs. Il suggère que seuls les chercheurs les plus anciens ont la mémoire de la constitution de cet agrégat. C’est pourtant à ce technicien qu’a été confiée la mission d’ordonner, d’archiver, cette collection documentaire ; travail qu’il avait déjà réalisé pour les archives papier d’une autre équipe du laboratoire.

Dispersion (ou le palimpseste temporel)

22La dispersion, quatrième configuration, vise les cas où des étapes différentes sont observées en coprésence dans une même unité spatiale. L’usage des documents papiers illustrera ce point.

23Lorsque Pierre feuillette et commente le bloc-note qui l’accompagne depuis le début de sa thèse, il retrouve des croquis griffonnés à la main. Ils n’avaient nul besoin d’être conservés, et ne l’ont été uniquement parce que réalisés sur les pages reliées du bloc-note plutôt que sur une feuille volante. La persistance de ce genre d’inscription est en grande partie conditionnée par leur matérialité : puisqu’aucune pratique ne prend en charge leur conservation, ce sont les caractéristiques intrinsèques du support qui assurent leur longévité. Le papier, le post-it, les traits de feutre effaçable finiront par disparaître sous l’effet d’un « nettoyage », d’une action volontaire de destruction. Pour saisir ces traces, l’ethnologue n’a que cette période interstitielle, entre la fin de l’usage et l’acte de destruction. Inversement, on trouve dans ce bloc-note les traces d’une voie empruntée mais qui s’est révélée être une impasse. Le dispositif expérimental de Pierre nécessite de petits cylindres chauffants qui sont également des sondes de température. Le bloc-note donne successivement : des notes sur les cylindres chauffants qui sont également des sondes ; quelques réflexions de début de conception : comment assurer le chauffage du dispositif ? Et, enfin, quelques études qui lui permettent de comprendre que la voie envisagée va se révéler impossible. Ainsi, le feuilletage du cahier de Pierre permet d’approcher la temporalité d’un enregistrement informel de l’activité scientifique.

24Second exemple : voyons comment un contenu peut s’effacer pour devenir support d’un autre. Polo, et George, deux doctorants, ont une discussion animée. Polo l’éclaire sur un point particulier. Tous les deux argumentent à tour de rôle. Tout en débattant, ils illustrent leurs propos sur une feuille de papier sur laquelle est imprimée une courbe. Au départ, cette feuille est utilisée pour son contenu : la courbe qui y est imprimée. Polo et George griffonnent sur la courbe, entourent un endroit particulier de la figure… Puis, au fil du débat, la feuille devient simple support : les deux doctorants dessinent à tour de rôle des figures, courbes et schémas sans relations avec la courbe imprimée, là où il reste de la place sur la feuille, puis au dos de la feuille.

Re-sémantisation (ou le palimpseste sémantique)

25Le dernier cas de figure concerne les documents investis de sens et engagés dans des pratiques distinctes à des moments différents. Considérons la photographie et ses usages multiples. En mécanique des fluides, c’est un moyen très courant d’acquisition de données. Dans une thèse sur le comportement de bulles de gaz dans un milieu liquide, celles-ci sont photographiées. La photographie initiale est considérée comme « donnée brute », où rien n’est visible à l’œil nu. Le traitement au moyen de logiciels graphiques en donne une seconde version, où le phénomène observé, la bulle, devient visible. Les photographies sont ensuite converties en matrices numériques et leur analyse comparative permet l’étude des trajectoires des bulles. Le second état, celui après traitement, trouve parfois un autre usage. L’image est alors considérée individuellement et remployée dans les publications afin de rendre compte de la méthode employée et de la « phénoménologie ». Elle remplit ainsi une fonction similaire à celle déjà évoquée pour les croquis manuel. Ainsi, des documents destinés à extraire des données numériques trouvent un autre emploi, en vertu de leurs propriétés iconiques : montrer, tout simplement, une bulle telle qu’elle apparaît à l’expérience sensible.

26Ces remplois documentaires instaurent les modalités concrètes d’une temporalité hélicoïdale. Les documents, loin d’être utilisés puis abandonnés au fur et à mesure des étapes d’un travail linéaire, sont potentiellement oubliés, puis remobilisés, dans des « scènes d’effectivité » multiples (Berthelot, 2003, 50) : à la scène des décompositions et recompositions analytiques, succède celle de la réhabilitation mémoriale. La patrimonialisation, ou la requalification testimoniale, est une autre forme de re-sémantisation. Considérons la grande soufflerie du laboratoire. L’édifice, du fait d’un classement comme «  Monument Historique au Patrimoine Industriel », bénéficie d’une reconnaissance patrimoniale officielle . À l’intérieur, d’anciennes pièces de dispositifs expérimentaux, des maquettes d’avion et de fusées en bois, ont été placées en évidence, en manière de valorisation minimale. Ces maquettes, aujourd’hui inutilisées, n’ont pas été détruites et sont maintenues à leur place au sein de la soufflerie. Cette dernière continue d’être utilisée pour des manipulations, des travaux pratiques d’étudiants, et lors des journées du patrimoine. Elle sert également de lieu de stockage pour des dispositifs expérimentaux en attente de réutilisation ou de modification pour d’autres projets de recherche. Notre approche dynamique amène à reconnaître qu’un objet, s’il fonctionne comme inscripteur lors d’une séquence d’action donnée, peut changer de statut à partir du moment où ce premier usage est délaissé, que sa perduration est prise en charge (abandon, archivage, etc.) et qu’il est tenu pour capable de référer à autre chose que lui-même, un épisode passé de la recherche, une figure éminente.

L’anticipation des trajectoires documentaires

27Les trajectoires des collections de documents présentent ainsi des configurations diverses, que nous venons d’exposer. Ce seront maintenant les processus sous-jacents à ces dynamiques qui nous intéresseront, ainsi que les manières dont ces trajectoires sont anticipées. Nous envisagerons les pratiques visant à prendre en charge l’existence des documents comme des manifestations d’une intention, qu’un sujet réalise. Il s’agit de rendre compte de cette prise en charge intentionnelle et de ses limites. Nous contrasterons d’une part les pratiques qui visent à régler (ou, du moins, à orienter) le devenir des documents et, d’autre part, les phénomènes qui restreignent cet effort de contrôle, en particulier le substrat tacite inhérent à ces pratiques.

Le cadrage intentionnel des trajectoires documentaires

L’auto-consistance : assurer une pérennité par les propriétés propres du document

28La recherche de Sylvain porte sur la combustion, qu’il aborde du point de vue de la simulation numérique. Au quotidien, il manipule de volumineux codes de calculs, pouvant comporter plusieurs centaines de paramètres d’entrées. La complexité de ces codes est telle que le risque est grand de ne plus pouvoir s’y orienter. Cette difficulté tend à être endiguée par des efforts de standardisation et des procédures de débogage. Il s’agit, pour Sylvain, d’assurer « l’auto-consistance » des documents : l’unité documentaire est supposée se suffire à elle-même et ne pas nécessiter d’échanges interpersonnels pour être comprise. Le terme d’auto-consistance, emprunté au vocabulaire de la physique, vaudra pour nous comme métaphore pour désigner cet effort. Il apparaît comme une constante de l’activité laborantine. Dans un premier exemple, l’effort d’auto-consistance revêt une forme institutionnalisée et est instanciée dans l’organisation elle-même ; dans un second, cet effort s’intègre à une institution au sens plus anthropologique du terme, celle de la filiation.

  • 7 Cet aspect a été discuté par P. Lécaille (2003) et, plus récemment, au sein des (critical) code stu (...)
  • 8 Les « découvertes imprévues, fruits du hasard et de l’intelligence », comme l’entendant Horace Walp (...)

29Le souci de la pérennité des codes de calculs s’est institutionnalisé sous la forme d’un service, que chaque membre du laboratoire peut solliciter au besoin. Si la compréhension d’un code par un tiers peut être difficile, il peut tout autant devenir incompréhensible à son auteur. Les commentaires – insertions d’énoncés en langage naturel, non interprétés par la machine – visent à pallier cette difficulté. Un code désigne donc un composite de langage formel et de langage naturel7 : le rôle du service commun est de veiller à la normalisation des commentaires. Travailler à l’aide de codes de calcul génère une masse documentaire conséquente. Elle s’explique d’une part par l’exercice d’une forme de sérendipité8 et, d’autre part, par la nécessité de multiplier les essais pour assurer la certification d’un énoncé, précaution que les directeurs ne cessent d’intimer à leurs doctorants. À ce souci pédagogique, répond le reversement de ses documents au directeur par le jeune docteur, alors qu’il quitte le laboratoire. Le travail de ce dernier a souvent consisté à l’approfondissement d’une thématique propre au domaine du directeur. Cela explique cette contrepartie, qu’implique le rapport de filiation. Pour assurer cette transmission, l’encadrant enjoint à son élève l’habitude d’une rigueur classificatrice. Ainsi, l’effort d’auto-consistance est à la fois motivé par les nécessités propres à la certification scientifique des énoncés et par les propriétés institutionnelles du lien de filiation, entre l’étudiant et son directeur. Une interlocutrice théorise ainsi ces deux plans : l’arborescence hiérarchique de la documentation devrait refléter la réduction qui va des mesures à la figure et au texte publié. Mais, dans la triade que constituent le directeur, l’étudiant et cette documentation, le second est idéalement substituable : « le pc d’un étudiant et l’étudiant pour moi c’est quasiment la même chose, c’est lui qui a la connaissance et qui la maîtrise complètement. » L’intrication est ici manifeste, entre les contenus cognitifs, leur certification du fait de leur structuration, et le directeur, lequel, pour se garder d’être marginalisé, pousse à la mise en équivalence de l’étudiant et de la structure documentaire, ayant sur cette dernière davantage de contrôle.

30Ces exemples illustrent les modalités concrètes de l’auto-consistance documentaire. L’échec est pourtant possible. Les codes de calculs sont rendus abscons ; les usages et fonctionnements des vieux dispositifs expérimentaux sont oubliés ; les cartons d’archives deviennent impraticables. Face à ces ensembles documentaires, à l’auto-consistance déficiente, les acteurs ne se trouvent, pour autant, pas réduits à une indépassable passivité. Le recours à des ressources relationnelles externes au document, et notamment l’échange interpersonnel dont l’effort d’auto-consistance cherchait à se dispenser, reste possible.

L’adresse : assurer une pérennité par une dispersion contrôlée

31Nous appelons « adresse » ce deuxième moyen d’assurer une pérennité. Ce ne sont plus les caractéristiques propres au document qui sont requises, mais le fait d’intégrer ce document dans un réseau relationnel. L’adresse revient à une manière particulière de poser la question de la transmission, lorsqu’elle est affectée d’un nom, en direction d’une personne. Nous entendons ici la transmission, non pas comme tentative de déplacement à l’identique d’une information, mais en un sens davantage anthropologique, tenant compte de l’existence continuée de ce qui est transmis et sensible aux représentations et à l’anticipation de cette persistance : « ce qui doit être transmis, comment cela doit l’être et avec quelle finalité » (Berliner, 2010, 12).

  • 9 … Pour reprendre l’expression d’Arlette Farge. La réalisation de notre enquête dans cette instituti (...)

32Il y a tout d’abord ce que l’on ne transmet pas, ou du moins pas aux autres mais, éventuellement, à un soi futur. Sara est spécialiste du comportement des bulles. Elle encadre des doctorants depuis de nombreuses années et regrette que ces derniers soient souvent réticents à lui fournir les données expérimentales brutes. Elle dispose, dans ses armoires, de boîtes débordantes d’archives, de gigaoctects de données sauvegardées. Dans ce laboratoire, l’archivage des documents personnels est laissé au bon vouloir de chacun. Certains n’y accordent aucune attention, d’autres ont ce « goût des archives »9 mais ne disposent pas du temps requis pour s’y adonner, jusqu’à ne plus pouvoir s’orienter dans leur documentation la plus ancienne.

33Il y a ensuite ce que l’on transmet à l’intérieur du laboratoire. Chez certains, l’archivage pour soi devient souci patrimonial et s’ajoute aux activités de recherche. La transmission par adresse n’interdit pas une réciprocité, puisque dans le cadre du laboratoire les acteurs se connaissent nommément. Sara, avait dirigé les travaux d’une post-doctorante sur le comportement des bulles dans un espace très plat. Lorsqu’elle souhaite s’orienter dans les archives que son élève a laissées, elle lui téléphone au besoin.

34L’adresse à des interlocuteurs extérieurs au laboratoire se distingue selon qu’il y ait soit un lien direct, soit un nombre non anticipé de liens indirects. Le premier cas recouvre les pièces commandées par le technicien, la perceuse empruntée à l’école d’ingénieur voisine, les crédits accordés par une autre institution. Autant de choses transmises qui engagent à des relations dyadiques, ou anticipées comme telles. Il est fréquent qu’une institution extérieure (souvent une entreprise) finance un doctorant pour concevoir une portion de code qui sera ensuite injectée dans le code plus vaste utilisé par le commanditaire. L’importante puissance de calcul nécessaire (pour le calcul tridimensionnel par exemple) conduit à réserver des heures de traitement à des centres de calcul lointains. Le code est alors envoyé. Dans tous ces cas, il est attendu que la diffusion des documents transmis n’outrepasse pas un certain nombre d’individus clairement identifiés.

35La publication, d’articles, posters ou communications, implique une autre logique. Certes, il est toujours possible de dégager une structure de dispersion (ce que font les bibliomètres), mais celle-ci dépasse les capacités d’anticipation de l’acteur. Sauf à considérer qu’il s’agisse d’une adresse à la communauté scientifique, au lectorat que l’on se représente d’une revue, l’article, une fois publié, dépasse les cadres de notre enquête, limitée aux écologies documentaires locales.

36L’effort d’auto-consistance et la dispersion contrôlée participent d’une intention commune qui est donc de contrôler le devenir des documents créés et manipulés dans le laboratoire. Seulement, c’est un mouvement sans cesse recommencé : la dispersion est trop diffuse pour être contrôlée et l’auto-consistance se révèle davantage un idéal à poursuivre qu’une réalisation effective.

L’intentionnalité limitée

37Nous présentons deux aspects qui entravent les pratiques visant à prendre en charge l’existence continuée des documents. Ce seront, d’une part, la dimension tacite qui informe les activités de laboratoire et, d’autre part, le fait que l’effort pour imprimer un ordre aux ensembles documentaires est dynamique, qu’il se reconfigure au long de ses réalisations. Une ethnographie des usages suggère ainsi que les pratiques n’ont pas la systématicité qu’elles viseraient avoir idéalement.

Le tacite, l’incarné

38Certes, tout l’effort vise à structurer l’information. Pourtant, en pratique, cette structuration reste toujours lacunaire, incomplète. On souhaiterait substituer la structure documentaire à la mémoire (limitée) des acteurs. Néanmoins, en dernière instance, c’est bien le travail de mise en forme qui est déterminant. Effort, qui suppose donc d’avoir été réalisé par un sujet, que nous nommerons auteur, au sens particulier de celui qui sait parce qu’il a fait. C’est à son effacement que tend l’auto-consistance : la conservation de ce qui est fait, moins l’auteur. Il subsiste pourtant une part irréductible, incarnée, que l’on cherche à minimiser, tout en sachant bien qu’une réduction complète est utopique. Cette part a été diversement thématisée à partir de la notion de savoir tacite, proposée par M. Polanyi dans The Tacit Dimension en 1962 (Grossetti, Bès, 2003) et notamment par H. Collins. Ce dernier définit la connaissance tacite comme «  notre capacité à exercer notre habileté sans être capable de dire comment nous l’exerçons » (Collins, 1985, 56). L. Bagla-Gökalp, mobilisait cette notion pour montrer les modalités du remplacement d’un instrument en mécanique des fluides, l’anémomètre à fil chaud par le vélocimètre laser. Elle insistait sur le poids des savoirs tacites dans la diffusion de cette innovation technologique (Bagla-Gökalp, 1996). Dans le cadre de notre enquête, tenir compte de la pérennité des documents permet de mettre en valeur ce qui n’apparaît pas dans l’observation synchronique des actions : en faisant, on ignore encore ce qui manquera, ce qui est en train d’être négligé. La persistance des documents signale, comme en creux, les manques de l’auteur, de son corps et de sa mémoire.

39Lors des expérimentations il arrive que certaines conditions de mesure ne soient pas systématiquement codées, comme la vitesse en un point, à une fréquence donnée. Non consignée dans un fichier ou dans le cahier de laboratoire, l’information est perdue. Sara considère ainsi, qu’au-delà des membres de l’équipe, la cohérence de la mesure est incompréhensible sous la forme de son enregistrement première. L’enregistrement exhaustif, autre déclinaison de la carte 1/1 imaginée par Borges, est en pratique impossible. Ne pas être auteur, pour nos interlocuteurs, implique qu’une part de l’expérience reste irrémédiablement incommunicable, sinon par l’auteur lui-même. En amenant les chercheurs à la fouille de leur propre documentation on constate qu’ils peuvent, eux-mêmes, ne plus s’y retrouver. L’auteur se dissout ici à lui-même, en la perte du savoir tacite qu’il avait incorporé. Les cahiers sont devenus illisibles à leur propre scripteur. Pour recouvrir le sens perdu, il lui faudrait se faire historien, réaliser a posteriori le travail de formalisation qui n’a pas été mené autrefois : mais l’historien sait que la nature du document reconstitué et celle de ce qu’il fut au moment visé, diffèrent irrémédiablement.

Dynamique évolutive d’un classement : une systématicité plastique

40L’activité de recherche quotidienne s’imprime dans l’état de la collection. Les modifications y sont le plus souvent faites par ajustement, au gré des nécessités. Ainsi, les modalités d’un protocole expérimental se traduisent dans la structuration des dossiers numériques : un doctorant organise ses données brutes de manière rigoureuse en regroupant ses mesures dans des dossiers nommés selon la valeur du paramètre expérimental et l’ordre d’acquisition. Le dossier « Re90_huile_02 » correspond ainsi à la deuxième série de mesures, effectuées pour un nombre de Reynolds de 90 (nombre caractérisant un écoulement). Ici, la pertinence de cette structuration est relativement assurée et risque peu de changer. Un autre chercheur étudie expérimentalement les anneaux tourbillonnaires. Lors de chaque manipulation, il fait l’acquisition de plusieurs centaines d’images volumineuses au format .tif. L’arborescence de son classement est commandée par l’organisation du traitement de ces données. Les scripts qui automatisent les étapes de traitement de ces images nécessitent que le classement par dossier soit strictement respecté. Les images sont dédoublées, subissent un pré-traitement visant à rectifier leurs contrastes, les tons. Puis, un autre script génère des données qui sont visualisées sous la forme de courbes et de champ de vorticité.

41En d’autres cas, l’avenir d’une classe est plus incertain face à l’épreuve de son usage quotidien. Sylvain avait créé, quelques mois avant notre enquête, un dossier dédié aux « Présentations ». Finalement, le dossier n’a contenu que quelques fichiers épars. Le chercheur a rapidement cessé de l’alimenter. Il s’agit donc ici d’agir sous couvert d’incertitude, de laisser ouverte la possibilité qu’une classe soit pertinente et abandonner à l’usage le verdict.

42Ainsi, la partition d’une collection documentaire revient à ramasser ses éléments sous les index les plus pertinents et les plus commodes à l’usage. Le nom propre est l’index usuel pour la désignation des hommes. Prenons le cas de leur recours pour classer la documentation. Après une tentative par d’indexation thématique, Pierre s’est finalement résolu à ranger ses articles par noms propres. La possibilité d’orchestrer la manipulation des contenus cognitifs à partir des auteurs s’explique parce qu’en physique des milieux poreux, les travaux d’un chercheur sont suffisamment spécialisés et homogènes pour qu’un nom propre garantisse un critère d’identité entre les différents articles collectés. Les noms propres peuvent également s’avérer trompeurs. Dans l’ordinateur de Luc, des dossiers correspondant aux machines de calculs du laboratoire, identifiées par les noms d’illustres scientifiques, portent des noms propres, comme « Lautman ».

  • 10 Outre les approches sociologiques, l’analyse de ces usages a également été développée en sciences d (...)

43J. Denis et D. Pontille nomment ces interventions ponctuelles, qui participent de la systématicité plastique des structures documentaires que nous venons d’exposer, comme relevant d’un « travail d’entretien », d’une « maintenance des infrastructures informationnelles » (Denis, Pontille, 2012)10. Seulement, l’analyse de structures documentaires, seules et en tant que telles, ne suffit pas à reconnaître une intentionnalité. Pour ce faire, l’observation participante est requise, laquelle suppose la prise en compte des gestes et des énoncés relatifs à ces documents. C’est à la prudence quant à cette distinction qu’invite l’archéologie, qui consiste à l’étude des phénomènes anthropiques sous couvert de l’impossibilité de l’observation participante.

De l’intérêt sociologique d’un détour par l’archéologie

44L’observation d’un laboratoire de mécanique des fluides nous a permis d’illustrer la variabilité des trajectoires documentaires qui s’y tracent et celle des logiques de conservation ou de destruction qui sous-tendent ces dernières. L’approche taphonomique proposée entend s’inspirer de l’archéologie d’une manière légèrement différente de celle usitée par ailleurs en sociologie. Bien qu’elle soit souvent l’absente des circulations notionnelles au sein des sciences humaines et sociales (Dufal 2010), l’archéologie y apparaît souvent en tant que référence métaphorique. C’est l’« archéologie du savoir » de M. Foucault mais, également, l’engouement suscité par la proposition d’une sociologie des objets, qui a conduit nombre d’auteurs à revendiquer l’exercice d’une archéologie du présent (Cochoy, 2009 ; Van Damme, 2012). F. Cochoy revendique ainsi une inspiration archéologique dans une étude du développement et des usages du chariot d’épicerie. L’auteur entend emprunter à l’archéologie ce qui serait, d’une part, la prise en compte des gestes davantage que du sens énoncé par les acteurs ; d’autre part, la capacité de déplier (unfold) avec facilité les scripts – intentionnels ou non– encastrés dans les artefacts (Cochoy, 2009, 48).

45C’est une conception possible de l’archéologie, répandue mais certainement pas consensuelle. Qu’entendre par script ? Dans quelle mesure un artefact peut-il être considéré en lui-même et comment comprendre ses aspects sémantiques et performatifs lorsqu’il est détaché de toutes pratique et énonciation ?

  • 11 Ce sont principalement les travaux de P. Bruneau et P.-Y. Balut, autour de la revue Ramage et promo (...)
  • 12 Les travaux de W. Stoczkowski sur les scénarios savants d’anthropogenèse illustrent bien cette disp (...)

46Ce sont là les questions centrales de l’archéologie. B. Latour soutient l’intrication des objets dans des réseaux socio-techniques. Il a pu souligner la singularité de l’objet des archéologues, « seuls au monde à observer des artefacts qui ressemblent un peu à ce que les philosophes modernes croient être un objet ». Cet objet correspondrait ainsi à la conception « moderne » du dualisme sujet/objet, qu’il s’attache à critiquer (Latour, 1996, 34). Néanmoins, puisque son projet est ethnographique et non archéologique, il ne s’appesantit pas sur cette particularité. Certains archéologues insistent, en contre-point, sur la spécificité de ces choses qu’ils prennent pour objet. Ils mettent en garde quant à ce qu’il leur est possible d’en dire, en contraste à ce qu’un ethnographe serait fondé d’affirmer. F. Sigaut clarifie par exemple le rapport entre fonctionnement et fonction : la connaissance de cette dernière n’est permise que par l’observation participante et donc par définition interdite à l’archéologue (Sigaut 1991). M. Dietler et I. Herbich insistent sur l’idée simple d’une absence de relations univoques entre un style artefactuel et une identité collective (Dietler, Herbich, 1994). Cette archéologie invite ainsi à la prudence quant à la textualisation des artefacts et à l’interprétation des « scripts » qu’ils contiendraient. Il se pourrait qu’ils ne soient pas si aisés à déplier ni leur sens à cerner. Quelle « archéologie » du présent alors ? Le problème de l’extension du domaine de l’archéologie a été également posé, de longue date, par les archéologues eux-mêmes. Ce sont les débats relatifs à l’ethnoarchéologie ou les propositions originales des promoteurs de la théorie de la médiation de J. Gagnepain en archéologie11. La lecture sociologique de l’archéologie semble parfois faire montre d’un excès de confiance dans la capacité de l’archéologue à « faire parler les objets muets ». En fait, cette capacité ne procède pas tant du développement de méthodes spécifiques, qui permettraient de faire réémerger une parole enfouie, que de l’injection de concepts sociologiques de manière – faut-il le reconnaître – parfois sauvage12.

47L’idée d’une archéologie du présent nous inspire ainsi quelques réserves. Il n’est pas certain, une fois que l’on se soit soumis aux contraintes qui pèsent sur l’approche archéologique, que celle-ci puisse nous renseigner mieux et davantage sur une situation présente qu’une ethnographie saurait le faire. Une archéologie du présent pourrait être sérieusement empêchée – sinon comme expérience de pensée – du fait que les situations artefactuelles observées comprennent de manière indissociables les gestes et discours qui les informent ; prétendre en faire abstraction ouvre le risque de laisser cette intrication jouer à notre insu. En cela, nous semble-t-il, la prise en compte des objets dans les situations ethnographiques diffère des conditions et procédures d’observations en archéologie : il s’agit toujours, ni plus ni moins, d’une ethnographie.

48Une conception taphonomique de l’archéologie l’envisage non comme science des hommes du passé au travers des choses matérielles, mais comme science des rapports entre persistance matérielle (détachée de toute possibilité d’énonciation émique) et collectifs humains. S’il y a donc lieu d’invoquer l’archéologie comme modèle pour l’ethnographie, ce ne sera pas pour feindre de lui emprunter ce qu’elle-même tente de réaliser sur le modèle de l’histoire ou de la sociologie, mais pour en retenir son intérêt spécifique pour les processus d’altération. Cette approche fournit à l’archéologie le régime d’assertion lui étant très certainement le plus propre.

49Dans ce sens, notre enquête pourrait être approfondie par une étude systématique des rebuts du laboratoire, des poubelles, incinérateurs. Ce serait, à l’image des travaux de garbage archaeology menés depuis 1972 par William Rathje sur les poubelles de Tucson en Arizona, une contribution à une sociologie du reste, du rejet et de l’élimination.

Haut de page

Bibliographie

Bailey G., 2007, « Time perspectives, palimpsests and the archaeology of time », Journal of Anthropological Archaeology, vol. 26, n° 2, 198–223.

Berliner D., 2010,  « Anthropologie et transmission », Terrain, n° 55, 4–19.

Berthelot J.-M, 2003, « Le texte scientifique. Structures et métamorphoses », in Berthelot J.-M., dir., Les figures du texte scientifique, Paris, puf, 19–53.

Callon M., 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, n° 36, 169–208.

Charvolin F., 2003, L’invention de l’environnement en France, Paris, La Découverte.

Cochoy F., 2009, « Driving a Shopping Cart from sts to Business, and the Other Way Round: On the Introduction of Shopping Carts in American Grocery Stores (1936–1959) », Organization, vol. 16, n° 1, 31–55.

Collins H.-M., 1985, Changing Order : Replication and Induction in Scientific Practice, Chicago, Chicago of University Press.

Crombie A. C., 1994, Styles of Scientific Thinking in the European Tradition: The history of argument and explanation especially in the mathematical and biomedical sciences and arts, London, Duckworth.

Denis J., Pontille D., 2012, « Travailleurs de l’écrit, matières de l’information », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 6, n° 1, 1–20.

Dietler M., Herbich I., 1994, « Ceramics and ethnic identity: Ethnoarchaeological observations on the distribution of pottery styles and the relationship between the social contexts of production and consumption », dans Terre cuite et société: la céramique, document technique, économique, culturel. Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire 14, cnrs-cra-era 36, Antibes 1993, 459–472.

Dufal B., « L’archéologie enfermée dehors. Retour sur un malentendu français. », L’Atelier du Centre de recherches historiques. Revue électronique du CRH, n° 6.

Efremov I. A. , 1940 , « Taphonomy: a New Branch of Paleontology », Pan-American Geologist , vol. 74, 81–93.

Gouletquer P., 1979, La préhistoire du futur, Éditions Bretagnes, Morlaix.

Grossetti M., Bès M.-P., 2003, « Proximité spatiale et relations science–industrie : savoirs tacites ou encastrement (Polanyi ou Polanyi) ? », Revue d’Économie Régionale et Urbaine, n° 5, 777–788.

Jacobi D., 1984, « Figures et figurabilité de la science dans des revues de vulgarisation », Langages, n° 75, 23-42.

Jeantet A., 1998, « Les objets intermédiaires dans la conception. Éléments pour une sociologie des processus de conception », Sociologie du travail, vol. 40, n° 3, 291–316.

Latour B, 1996, « La clef de Berlin », dans Petites Leçons de sociologie des sciences, Paris, Le Seuil, 33-46.

Latour B., Woolgar S., 1996, La vie de laboratoire: la production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

Lyman R. L., 2010, « What taphonomy is, what it isn’t, and why taphonomists should care about the difference », J. of Taphonomy, vol. 8, 1– 16.

Lécaille P., 2003, La trace habilitée. Une ethnographie des espaces de conception dans un bureau d’études de mécanique : l’échange et l’équipement des objets grapho-numériques entre outils et acteurs de la conception, thèse de doctorat, Université Pierre Mendès France Grenoble 2.

Marino M. C., 2006, « Critical Code Studies », Electronic Book Review, accédé le 10 avril 2013, <http://www.electronicbookreview.com/thread/electropoetics/codology>.

Sigaut F., 1991, « Un couteau ne sert pas à couper, mais en coupant. Structure, fonctionnement et fonction dans l’analyse des objets », dans 25 ans d’études technologiques en Préhistoire : bilan et perspectives, Antibes, apdca, 21–34.

Sperber D., 1982, Le savoir des anthropologues, Paris, Hermann.

Star S. L., Griesemer J. R., 1989, « Institutional ecology, translations’ and boundary objects: Amateurs and professionals in Berkeley’s Museum of Vertebrate Zoology 1907-39 », Social studies of science, vol. 19, n° 3, 387-420.

Star S. L., Ruhleder K., 2010, « Vers une écologie de l’infrastructure », Revue d’anthropologie des connaissances vol. 4 , n° 1, 114–161.

Van Damme S., 2012, Métropoles de papiers. Naissance de l’archéologie urbaine à Paris et à Londres (xviie - xxe siècles), Paris, Les Belles Lettres.

Vinck D., 1999, « Les objets intermédiaires dans les réseaux de coopération scientifique : contribution à la prise en compte des objets dans les dynamiques sociales », Revue française de sociologie, vol. 40, n° 2, 385–414.

Haut de page

Notes

1 J. Denis et D. Pontille discutent ainsi des approches de la matérialité du texte. S’appuyant sur l’anthropologie de l’écriture de B. Fraenkel et les travaux sur la matérialité développés par l’anthropologue Tim Ingold, ils visent à un dépassement de l’opposition entre support et texte en s’attachant à la dimension performative (Denis, Pontille, 2012).

2 Il faut entendre ici « style » au sens de sensibilité, une disposition générale orientant l’enquête ; il s’agit donc d’un sens plus faible que celui, davantage lié à la méthodologie, donné par A. Crombie à cette notion (Crombie, 1980).

3 On trouve chez D. Sperber une critique vigoureuse des tentatives d’extension et de généralisation d’une sémantique textuelle à des réalités non textuelles. En ethnographie, ce ne sont pas uniquement les textes qui sont à interpréter, mais « tous les aspects de la pensée et du comportement humain » (Sperber, 1982, 21).

4 Ceci ne conduit pas à nier la capacité des documents à référer de manière univoque à une réalité : la photographie d’une bulle réfère bien à la bulle observée expérimentalement. Ce n’est toutefois pas ce rapport-ci qui nous intéresse.

5 En archivistique, le palimpseste désigne un manuscrit sur parchemin ayant été gratté et recouvert d’un second texte.

6 Nous traduisons ainsi ce que Bailey appelle « palimpsest of meaning ».

7 Cet aspect a été discuté par P. Lécaille (2003) et, plus récemment, au sein des (critical) code studies et les débats concernant la possibilité d’envisager le code comme un texte (Marino, 2006).

8 Les « découvertes imprévues, fruits du hasard et de l’intelligence », comme l’entendant Horace Walpole en 1754 (C. Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », 274.)

9 … Pour reprendre l’expression d’Arlette Farge. La réalisation de notre enquête dans cette institution en particulier n’est, d’ailleurs, pas étrangère au goût de l’archive d’un de ces chercheurs.

10 Outre les approches sociologiques, l’analyse de ces usages a également été développée en sciences de l’information par les travaux rassemblés sous l’étiquette du Personal information management.

11 Ce sont principalement les travaux de P. Bruneau et P.-Y. Balut, autour de la revue Ramage et promoteurs d’une « archéologie générale » étendue à l’intégralité du domaine artefactuel.

12 Les travaux de W. Stoczkowski sur les scénarios savants d’anthropogenèse illustrent bien cette disposition sauvage, que nous suggérons ici davantage au sens qu’en a donné Lévi-Strauss qu’en un sens dépréciatif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Plutniak et Dimitri Aguéra, « Reliquats en devenir : une approche dynamique de l’écologie documentaire d’un laboratoire de mécanique des fluides », Sciences de la société, 89 | 2013, 54-73.

Référence électronique

Sébastien Plutniak et Dimitri Aguéra, « Reliquats en devenir : une approche dynamique de l’écologie documentaire d’un laboratoire de mécanique des fluides », Sciences de la société [En ligne], 89 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://sds.revues.org/241 ; DOI : 10.4000/sds.241

Haut de page

Auteurs

Sébastien Plutniak

Université de Toulouse ; utm ; lisst-cers
ehess

sebastien.plutniak@ehess.fr

Articles du même auteur

Dimitri Aguéra

Archiviste contractuel
Université de Toulouse, inp, ups ; imft
d_aguera46@hotmail.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org