Skip to navigation – Site map
Notes de lecture

Cécile Tardy, Représentations documentaires de l’exposition

Éd.Hermann, 2012
Dominique Trouche
p. 134-135
Bibliographical reference

Cécile Tardy, (2012). Représentations documentaires de l’exposition. Éd.Hermann, 280 pages.

Full text

1Issu de son habilitation à diriger des recherches, l’ouvrage de Cécile Tardy questionne la photographie comme outil et méthode pour documenter la recherche dans le cadre des sciences de l’information et de la communication (SIC). Pratique usuelle de l’anthropologie, la photographie, comme méthode de saisie de corpus et comme construction scripturale de la recherche, y a également été étudiée par un regard réflexif en tant que méthode documentaire. Cécile Tardy revient sur les principaux apports de cette discipline pour montrer en quoi une analyse de cette pratique en SIC est plus que nécessaire par la spécifité des objets étudiés : le patrimoine et les espaces muséaux. L’ouvrage de Cécile Tardy est important pour plusieurs raisons. D’une part, il pose les bases d’une pratique de la photographie documentaire en SIC afin de donner aux chercheurs des cadres pour questionner leur pratique en amont, il opère se faisant comme un manuel soit « une démarche de production raisonnée visant à concevoir un modèle de représentation reproductible et échangeable » (p. 41). D’autre part, il comporte une dimension épistémologique en objectivant le faire, le fait et leurs conséquences sur la pratique de la recherche et sa construction du sens.

2Véritable « stratégie de connaissance » (p. 25), la photographie pour les SIC questionne d’une part l’autorité entre observateur et observé. Si en anthropologie la question de l’autorité est axée sur l’implication du dispositif photographique (pris dans une relation avec un observé), Cécile Tardy souligne que pour James Clifford l’appareil photographie permet à l’observateur d’osciller entre un dedans à la relation et un dehors (p. 29). En revanche, pour les SIC, dans le cas précis des expositions, le rapport entre observé et observateur se pose, bien que l’on photographie du statique, par ce qui est absent de l’image : les visiteurs et les concepteurs. La photographie de recherche ayant dans ce cas la charge de visibiliser leur présence. Ainsi, l’auteur précise que : « Le modèle de communication proposé par la notion de médiation trouve une voie particulièrement riche en terme de recherche dans l’analyse de dispositif, telle que l’exposition, qui organise l’activité sociale en jouant sur des dimensions spatiale, technique et sémiotique. » (p. 31).

3Pour les SIC, la photographie interroge également l’éphémère (caractère éphémère des objets photographiés : il faut donc réfléchir au préalable aux meilleures solutions pour garder trace de ce réel pour la recherche). Celui-ci doit être saisi dans le temps et dans l’espace par la représentation en série. Ainsi « La pratique photographique des expositions se distingue par sa focalisation sur la représentation de l’espace pour accéder à la compréhension de l’activité humaine muséale. » (p. 32). L’éphémère joue également sur les dimensions du visible et de l’invisible par leur rythme d’alternance. Le mouvement est introduit dans le dispositif de prise de vue pour saisir tout l’espace d’exposition. La photographie de recherche sert aussi à rendre visible les détails dans un travail d’analyse du corpus en aval de la prise de vue. Enfin, la photographie comme outil pour la recherche questionne la documentation en termes d’enjeux conservatoires et représentationnels. Il s’agit ainsi de garder toujours à l’esprit, dans la pratique, comment les chercheurs donnent forme à leurs matériaux visuels pour en donner une représentation.

4Après une première partie théorique, dont nous avons dressé très rapidement et succinctement les contours, trois parties structurent le propos, chacune répondant au double enjeu de cadre d’usage de la photographie de recherche et de visée épistémiologique. Dans une première partie, où la photographie est envisagée comme substitut, Cécile Tardy montre qu’il ne s’agit pas de la résumer au mimétique, mais qu’elle opère comme présentification de l’absent. L’exposition muséale ainsi documentée donne au chercheur un matériau pour conduire ses analyses sémiotique et médiatique. Sont également en jeu les modalités et les enjeux de la circulation numérique de la photographie. D’une part, la situation de communication dans laquelle opère la prise de vue se réalise dans un lien dialogique entre plusieurs acteurs. D’autre part, la série photographique permet de constituer une représentation segmentée quand une image seule exclut le hors-champ.

5Le deuxième chapitre intitulé « la clôture de la série photographique » questionne le cadrage de la série en terme d’enjeux et de pouvoirs sur la représentation mais également comme processus de standardisation dans la constitution du corpus. Autrement dit, comment s’opère le passage de l’exposition en représentation photographique ? En quoi cela transforme-t-il l’exposition ? Une fois les photographies stockées, la première étape du cadrage consiste à nommer et à organiser la série, lui donner un début et une fin pour une mise en forme et en sens. Cécile Tardy passe en revue à cet effet autant les outils technologiques à disposition qui permettent d’étiqueter et de lister, en tant que « classification topographique » (p. 114), que les éléments singuliers qui composent la photographie, le plan et le panoramique, comme « assistants de la photocartographie » (p. 123). L’objectif est de prendre en compte les différentes formes de séries existantes et leurs retentissements en tant qu’association de photographie organisée. Ensuite, elle aborde la question du partage des photographies, entre chercheurs puis entre chercheurs, practiciens et experts. Ce chapitre vise à saisir le rôle de la photographie comme outil de la recherche.

6Le troisième et dernier chapitre traite de « la mise en scène documentaire de la série ». La dimension médiatique de la phototographie est analysée lorsque le corpus est rendu accessible au public via les sites web notamment avec un triple objectif de valorisation : muséale, patrimoniale et touristique. Cécile Tardy aborde tour à tour le cadre dans lequel ces photographies sont mises en lignes. Elles montrent notamment que les mises en scène de la série photographique n’invitent pas uniquement à une lecture linéaire mais fonctionnent davantage par les principes de l’emboîtement et de la répétition. Il est important de retenir que les dynamiques d’usages de ces mises en scène sur le web construisent une forme de relation de l’internaute au musée. En ce sens, les mises en scène documentaire de la série, pour reprendre le titre de ce chapitre, peuvent influer sur la pratique même de la visite muséale, ce que Cécile Tardy démontre en suivant à partir notamment de la notion d’ « image d’exposition » qui « est comme le corps symbolique du musée, elle le donne à apprécier totalement et réellement. » (p. 243).

7Pour conclure, l’ouvrage de Cécile Tardy articule quatre mots-clefs : photographie, documentation, représentation et image. Documenté, riche et réflexif ce travail rentre dans deux cadres : celui du manuel et celui d’une analyse épistémologique poussée et savante. Il n’a pas le schématisme habituel des manuels et articule finement l’ensemble des aspects qui touchent à la fabrication, à la construction et à la mise en visibilité des photographies documentaires de recherche. Ce travail est important pour les SIC et la photographie documentaire de recherche parce qu’il aborde des corpus « nouveaux » dans ce contexte et parce que l’analyse menée par Cécile Tardy toute à la fois qu’elle trace des lignes directives en interroge la complexité et le sens.

Top of page

References

Bibliographical reference

Dominique Trouche, « Cécile Tardy, Représentations documentaires de l’exposition », Sciences de la société, 93 | 2015, 134-135.

Electronic reference

Dominique Trouche, « Cécile Tardy, Représentations documentaires de l’exposition », Sciences de la société [Online], 93 | 2015, Online since 01 June 2016, connection on 26 March 2017. URL : http://sds.revues.org/2388

Top of page

About the author

Dominique Trouche

Maître de conférences en SIC
LERASS (Université Toulouse

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org