Navegación – Mapa del sitio

Pratique de la recherche par projet : organisation flexible, travail en amont et échange des ressources

Practice research by project: flexible, upstream work and exchange of resources
Práctica de la investigación por proyecto: organización flexible, trabajo anterior e intercambio de recursos
Luc Gauthier
p. 24-39

Resúmenes

En este texto se trata de una experiencia de organización y financiación de la investigación en el contexto de un departamento de sociología de una universidad suiza. Se concentra principalmente en los proyectos de investigación, financiados por el privado a corto plazo o por el Estado a largo plazo. Se describe el contexto suizo, la estructura de investigación en el departamento de Sociología, y las actividades de investigación que tuvieron lugar durante el período de referencia. Entonces, está explicado lo específico de esta estructura de investigación, es decir cómo se cobran y se distribuyen los gastos y los recursos que permiten el apoyo de los doctorados. También será cuestionada la tradicional distinción entre la investigación aplicada y la investigación básica. En conclusión, aunque sea posible y conveniente de proceder a una gestión de las investigaciones proyecto por proyecto, se alegará que no todas las investigaciones deben ser financiadas de esta manera.

Inicio de página

Texto completo

Mes remerciements vont à Mathilde Bourrier, Sandro Cattacin, André Ducret, Cornelia Hummel, et Eric Widmer pour avoir lu, commenté et amélioré ce texte, en tout ou en partie.

1Ce texte se propose de faire le point sur une expérience réelle et toujours en cours, à savoir la mise sur pied d’un institut de recherche à l’intérieur d’un département universitaire afin de faciliter et encadrer la recherche par projet. À travers une mise en contexte à divers niveaux, trois problèmes fondamentaux de la recherche par projet seront soulevés et les réponses apportées jusqu’à maintenant présentées : i) quelle organisation est nécessaire au soutien de la recherche par projet ? ii) quand et comment doit intervenir cette organisation ? iii) comment générer des complémentarités entre les différents projets rattachés à cette organisation ? Au bout du compte, l’intérêt et l’utilité, moyennant certaines conditions, de faire de la recherche par projet devraient s’en trouver confortés. En particulier, l’idée suivant laquelle il est possible et souhaitable de financer la recherche sur la base de projets sera nuancée en considérant quelle recherche doit être financée sur la base de quels projets.

2Notre texte peut être vu comme une enquête similaire à celle menée par Julien Barrier (2011) sur les nanosciences. Les points de vue ainsi que les faits concernant le financement de la recherche par projet et ses conséquences sont souvent similaires ou à tout le moins complémentaires. La première nuance à apporter concerne la posture adoptée. Alors que Barrier se pose en sociologue menant sa recherche de l’extérieur, en observateur et analyste d’une communauté qui n’est pas la sienne, ici, c’est de l’intérieur que le sociologue parle de l’expérience en cours dans le département auquel il appartient. La posture analytique correspond à une tentative de donner un sens à une pratique parfois un peu trop soumise à la furie des éléments. Il est aussi intéressant de constater que, même si les univers disciplinaires sont a priori fort différents, de facto les problèmes posés et les solutions adoptées semblent converger. Comme quoi, l’emphase mise par certains sur l’importance de préserver les frontières disciplinaires ne résiste pas à la confrontation avec les variables lourdes du fonctionnement institutionnel, voire de la science comme système. Enfin, bien qu’une comparaison approfondie devrait être faite, il ne semble pas que le fait qu’une étude ait été faite en France et que l’autre concerne la Suisse ait une influence notable sur les conséquences de la gestion et du financement de la recherche par projet.

La recherche par projet : une condition de la recherche en Suisse

3En Suisse, tout nous amène à faire de la recherche par projet. D’abord par ce qu’il n’existe pas de financement récurrent de la recherche qui serait lié à l’existence d’un poste de professeur par exemple ; ensuite parce que quels que soient les organismes de financement sollicités (y compris fondations et collectivités publiques), tous ne financent que des projets spécifiques. Au Fonds National Suisse de la recherche scientifique, qui est le principal organe de financement de la recherche, tous les instruments de financement impliquent un projet. Que ce soit pour la recherche libre ou pour des appels à projet par concours. Deux types de projets peuvent être distingués : les projets individuels ou qui n’impliquent que quelques partenaires, des projets où l’on doit de plus en plus être en réseau, tels les Pôles de recherche nationaux (PRN). Ces derniers comportent plusieurs sous-projets et sont des réseaux visant à favoriser la recherche fondamentale. Les pôles répondent à un appel à projet et ont une durée de vie pouvant atteindre au maximum 12 ans. D’une manière générale, ils doivent être générateurs d’une institutionnalisation au niveau des grandes écoles (universités, hautes écoles, etc.) ce qui, de fait, en prolonge la durée bien au-delà de leur existence officielle. C’est un des objectifs primordiaux de ce type d’instrument. On doit aussi mentionner d’autres instruments comme les Programmes nationaux de recherche (PNR) dont la thématique est décidée par le gouvernement et qui comportent plusieurs sous-projets et visent la création de réseaux pour résoudre des problèmes de société. Ici, problème de société doit être entendu au sens large puisque ce programme finance régulièrement des projets en médecine ou sciences de l’ingénierie par exemple. Le programme Sinergia, un programme multi-, inter- et uni-disciplinaire, vise quant à lui la création de liens scientifiques entre trois à quatre groupes de recherche autour d’un même thème proposé par les chercheurs. En ce qui concerne les sciences humaines et sociales, la majeure partie de la recherche s’effectue dans le cadre de la division 1 du Fonds National Suisse de la recherche scientifique, division qui concerne la recherche libre (la durée de financement est d’environ 3 ans), ou dans le cadre des instruments sus-mentionnés beaucoup plus que dans le cadre de mandats de recherche financés par des entreprises privées ou des collectivités publiques.

  • 2 Il faut mettre cette remarque dans le contexte suivant. Le rapport 2010 du Fonds National Suisse de (...)

4Un projet individuel de grande qualité ne sera pas toujours financé : parfois, les ressources du Fonds National Suisse de la recherche scientifique sont insuffisantes compte tenu des projets en concurrence2 et il préférera investir dans un projet individuel intégré dans un réseau plus fort, perçu comme plus prometteur. L’excellent projet au sens purement scientifique du terme n’est pas toujours suffisant. On peut même croire que certains projets, peut-être simplement « bons », mais intégrés dans un réseau globalement fort seront financés en tant que réseau avec le pari que les excellents projets et la force organique du réseau vont tirer les projets moins bons vers le haut.

5La qualité de l’équipe, et par extension du réseau auquel elle sera intégrée, est partie prenante de la qualité scientifique du projet et donc de l’évaluation scientifique qui est faite de ce projet. Pour qu’un projet soit financé, il doit soit faire la démonstration que les chercheurs qui le composent présentent toutes les garanties de pouvoir mener à bien ce qui doit être fait (approche classique de la recherche), soit constituer un réseau de ressources complémentaires avec une division du travail précise (approche en réseau), soit être une entité en soi qui s’inscrit dans un projet plus vaste (le consortium). Ici, il importe de distinguer la gestion et le financement de la recherche par projet de la nécessité scientifique et stratégique d’inscrire son projet dans un réseau (ou ensemble de projets) pour augmenter ses chances de financement et de réussite scientifique. Construire un réseau « lâche » n’est plus une garantie de succès (i.e. d’obtention d’un financement et de résultats) : il faut des réseaux très intégrés, correspondant à une division du travail précise, et où l’on voit ce que chaque partenaire apportera à la réalisation du projet. Enfin, il importe de souligner que tout projet devrait produire quelque chose, allant des publications aux thèses, en passant par des brevets ou une institutionnalisation lorsque cela est possible et souhaitable. Le succès dans un concours subséquent dépend donc en partie de ce qui a été fourni dans les projets remportés précédemment.

6La majeure partie de la recherche en Suisse s’effectue dans ce contexte. En comparaison, la proportion de la recherche financée via des mandats privés (qu’il s’agisse de recherche financée par des entreprises privées ou des collectivités publiques) est beaucoup plus faible, en particulier dans les sciences humaines et sociales.

Le RSOC : un outil conçu pour aider la recherche en sociologie

7Dès 2005, le département de sociologie de l’Université de Genève apportait une réponse spécifique au problème du financement et de la gestion de la recherche par projet en créant le Laboratoire de recherche en sociologie (LRS), structure elle-même remplacée en 2011, suite à une réforme facultaire, par le Fonds de recherche en sociologie (RSOC). On a rapidement vu émerger au département de sociologie une dynamique particulière : les aspects administratifs et légaux liés à la recherche ont été pris en charge par le LRS/RSOC qui a aussi contribué au développement et à la réalisation d’un nombre accru de projets. La réforme de 2011 a essentiellement renforcé la dynamique existante en augmentant le nombre d’instituts et en regroupant au sein du département de sociologie quatre programmes déjà existants : histoire économique, communication et médias, études genre et démographie ont été rattachés au département de sociologie. La principale distinction entre RSOC et les autres instituts est le fait que RSOC a un caractère permanent. L’existence des autres instituts sera réévaluée périodiquement. La structure de base de notre faculté, essentiellement vue sous l’angle de la recherche, devient donc la suivante :

8La colonne de gauche concerne essentiellement les interlocuteurs internes à l’université tandis que la colonne de droite concerne des partenaires extérieurs potentiels. Unitec est une organisation en parallèle de l’université fournissant du conseil administratif et légal, essentiellement autour des questions de contrats et de propriété intellectuelle par exemple. Les mandants peuvent être des entreprises privées ou des collectivités publiques. Dans cette structure, l’enseignement est l’affaire du département, incluant au niveau du budget, et la recherche est l’affaire des instituts qui ont donc un budget de fonctionnement indépendant, provenant en totalité des projets de recherche réalisés. Ces instituts sont thématiques, sauf dans le cas de RSOC qui est généraliste et accueille tous les projets faits sur d’autres thèmes qui sont essentiellement : i) santé, médecine ; ii) risques et organisations ; iii) formes, professions, pratiques et politiques de la culture et de la communication ; iv) processus décisionnels et gouvernance ; v) famille, âges et générations ; vi) sociologie et anthropologie visuelle. On inscrit son projet dans l’un ou l’autre institut sur la base du thème de recherche, et donc de la nature de l’objet. Mais tous les projets doivent être inscrits dans un institut. Grosso modo, ces instituts correspondent en France, aux laboratoires de recherche spécialisés.

  • 3 Dès 2012, un comité directeur et un conseil d’orientation seront mis sur pied.
  • 4 Dès 2012, le statut de chercheur associé sera octroyé à certaines conditions.

9RSOC est structuré de la manière suivante. À sa tête se trouve la directrice du département de sociologie. Elle est secondée par un coordinateur de recherche3. Parmi l’ensemble des membres du département de sociologie, certains choisissent d’inscrire leurs projets dans cet institut et en sont donc membres. Ceux et celles qui n’ont pas de projet à leur nom mais font de la recherche dans l’une ou l’autre des thématiques RSOC (pensons ici aux doctorants) se voient octroyer le statut de membre interne. RSOC comporte aussi des membres externes, i.e. des chercheur(e)s n’ayant pas de lien contractuel avec le département de sociologie mais ayant un partenariat de recherche avec RSOC4. À ces membres internes et externes viennent s’ajouter nos partenaires pour des projets spécifiques.

10Ces professeurs, assistants, doctorants et autres collaborateurs de la recherche sont autant de ressources pour réaliser des projets. Pour une majorité de projets, l’initiateur/trice est un/e professeur/e du département de sociologie qui choisit, suivant les cas ou les besoins spécifiques, d’utiliser les services du RSOC. Des collaborateurs, internes ou externes, ainsi que des partenaires/financeurs sont également partie prenante du processus de réalisation des projets, souvent mis en lien via le coordinateur de recherche.

11La participation réelle ou la sollicitation des services du RSOC est facultative. C’est-à-dire que l’inscription d’un projet dans le cadre de cet institut se fait si le thème du projet correspond à l’institut. D’autre part, un projet peut être administrativement inscrit dans la structure RSOC et être réalisé sans avoir recours au RSOC. Par exemple, le coordinateur RSOC peut ne pas avoir contribué au développement ni à l’obtention du financement, ni le gérer etc. De la même manière, tous les projets ne contribuent pas financièrement au RSOC (pour des raisons parfois indépendantes de leur volonté) ni n’utilisent ses ressources. En ce sens, notre organisation n’est ni contraignante, ni centralisée. Elle favorise autant l’autonomie qu’une réponse fournie suivant des besoins spécifiques plutôt que l’imposition d’un modèle top-down.

  • 5 De fait, la plupart des tâches administratives à strictement parler ne sont pas effectuées au sein (...)

12RSOC est une structure à géométrie variable et une série de configurations possibles. Les membres externes sont sollicités pour des projets spécifiques. Les membres internes, bien que toujours là, peuvent participer à un institut pour un projet et à un autre pour un projet différent. Les membres externes peuvent être des personnes ou des partenaires qui se joignent à nous pour la réalisation d’un projet spécifique. Le RSOC n’est donc pas une organisation au sens classique du terme, mais une boite d’outils à choisir et à mobiliser. Des outils structurants plutôt que prédéterminés dans lesquels il faudrait se mouler. Il s’agit donc d’une structure à mi-chemin entre la recherche et l’administration, qui sert à éviter d’être piégé par l’administratif ou le légal, et ne constitue donc pas un cadre administratif de plus5. En résumé, le RSOC vise la création et le maintien d’espace et de marges de manœuvre nécessaires pour que la recherche puisse fonctionner et, en fin de compte, donner lieu à des résultats innovants.

13Une des idées qui sous-tend ce mode de fonctionnement à la carte est la suivante. Un maximum de contraintes et d’organisation équivaut à un mode de production standardisé, taylorisé. On est dans la reproduction, et non dans l’innovation. Au contraire, une absence totale de cadre, direction ou contrainte n’engendre que le chaos. On ne peut rien trouver sans analyse préalable. On ne peut rien découvrir si on ne sait pas ce qu’il faut chercher. Si la recherche n’est pas cadrée, celle-ci ne trouve rien, n’innove pas. Donc, il faut une organisation, un encadrement. Mais celui-ci doit être flexible, répondre aux besoins de la recherche et des chercheurs. Les outils à disposition doivent être utilisables quand ils sont nécessaires, donc à la demande. La structure doit être un ancrage, pas un boulet. D’où l’idée que la structuration d’un projet doit se faire tôt, être au minimum plutôt qu’au maximum, offrir un certain nombre d’options sur la base d’hypothèses et d’estimations précises, et ensuite laisser les chercheurs chercher. D’où une politique systématique d’anticipation, d’intervention lors de la préparation et de la mise en place des projets, puis de recul vers une simple gestion du projet pour laisser aux chercheurs le loisir d’explorer toutes les possibilités de leur terrain, données ou autres.

14Le fait que le coordinateur soit un sociologue (et pas uniquement un administrateur), un sociologue des sciences au surplus et qu’il fasse lui-même de la recherche a des conséquences. Tout d’abord, il comprend les besoins de la recherche et peut faire le lien avec des problèmes plus administratifs, légaux ou comptables en partant du point de vue des sociologues. Ensuite, il peut comprendre le contenu scientifique et, donc, contribuer au développement du design de recherche directement. Enfin, continuant lui-même à faire de la recherche, il reste en phase avec les avancées concernant la pratique de la recherche.

Travailler sur les projets

15Quelques chiffres permettent d’apprécier l’activité du RSOC ; ils concernent exclusivement les projets qui sont passés par RSOC, sachant que beaucoup plus de projets sont passés par le département de sociologie mais ils ne peuvent être portés à l’actif du RSOC dans la mesure où ils sont inscrits dans un autre institut. Le RSOC intervient dans les phases préparatoires et surtout au début des recherches, et ce en effectuant d’abord et avant tout un travail sur les demandes de subsides, et donc sur le développement et la conception des projets dans plusieurs cas. À noter qu’on parle ici de demandes de subside, et pas de projets effectivement réalisés. On parle sans doute ici de plus de 40 % du travail effectué par le coordinateur à la demande des chercheurs. Cent demandes de subsides en 6 ans ont été effectuées, dont 57 ont été approuvées. 70 % des 57 subsides obtenus concernent directement des projets de recherche et le reste consiste en subside pour l’obtention d’une infrastructure de recherche, l’aide aux jeunes chercheurs (soutien financier, participation à des conférences, post-doc) ou l’organisation de conférences. 30 % des 57 subsides proviennent directement du Fonds National Suisse de la recherche scientifique (recherche fondamentale et appliquée), 44 % de communes, offices fédéraux, collectivités publiques, entreprises privées, organismes internationaux, ou commission européenne (recherche plus appliquée) et 26 % de fondations diverses (équipement, soutien aux étudiants, organisation de conférences). L’ordre de grandeur de ces budgets est le suivant : i) fondations de 800 à 16 000 ; ii) FNS de 80 000 à 290 000 ; iii) privé jusqu’à 125 000 ; iv) communes et autres de 12 500 à 33 000 €.

16Quatorze projets ont été mis sur pied sans qu’une suite leur soit donnée : le financement non obtenu pour diverses raisons allant de changements à la tête de départements politiques en passant par des coupures de budgets inopinées dans l’une ou l’autre entreprise privée ou publique, jusqu’à la réalisation par le mandant que ce que nous pouvions faire n’est pas ce qu’il désirait. On parle ici de beaucoup plus que de discussions préliminaires : dans ces 14 cas, nous avons fait un devis complet, accompagné d’une démarche de recherche explicitée, incluant l’intégralité des aspects méthodologiques et théoriques. Seize projets ont été réalisés et complétés directement dans le giron de RSOC ou de son prédécesseur, et 7 projets sont toujours en cours. De plus, 3 projets en cours ne sont pas rattachés au RSOC, mais s’y sont adressés pour une expertise spécifique.

17En ce qui concerne les projets de recherche eux-mêmes, le travail du coordinateur RSOC se divise en plusieurs groupes de tâches. Il y a d’abord une dimension d’accueil. Qu’elles proviennent d’un membre interne RSOC, ou d’un mandant potentiel, les idées et questions de recherche embryonnaires arrivent au RSOC, avec mission pour le coordinateur de contribuer à la reformulation (on pourrait quasiment parler de traduction dans certains cas) de ces idées et questions en un projet réalisable. On parle ici d’une phase de discussion où des possibles sont explorés, des contraintes aussi, incluant la dimension coût. Coût en temps, en travail, en argent. Tout cela en regard de bénéfices potentiels, que ce soit en termes de connaissances nouvelles, de réponse à des questions pratiques, ou de suggestions aux mandants.

  • 6 Dès que la coordination RSOC peut être impliquée assez tôt dans la préparation d’un projet, une ana (...)
  • 7 C’est là où un travail d’anticipation/prévention peut et doit être fait allant de prévisions sur ce (...)

18Vient ensuite l’idée de préparation, d’opérationnalisation de ces questionnements en un cours d’action réalisable et permettant d’atteindre les objectifs scientifiques désirés. Concrètement, il s’agit ici de contribuer à l’explicitation, en autant que faire se peut, de l’ensemble des tâches à réaliser afin d’en bien prendre la mesure, d’en voir les conséquences par exemple, ou les coûts6. On parle de planification, d’anticipation, d’aide au montage du projet. Faire une liste exhaustive de tâche, estimer leur durée, tenir compte des incertitudes, des zones d’ombre est une condition sine qua non pour que la recherche par projet fonctionne7. Enfin, la mise en route du projet sous les angles légaux (rédaction et négociation de contrats), administratifs (engagement de personnel) et comptables. Cette catégorie inclut aussi l’identification des ressources internes et externes susceptibles de réaliser un projet et donc la constitution d’équipes de recherche.

19Suivra l’accompagnement du projet, que ce soit la gestion des dépenses en cours de route, le renouvellement des engagements, la recherche de solutions à des problèmes d’interprétation de contrats de recherche. On peut inclure dans cette catégorie des problèmes juridiques comme tel, allant jusqu’à des mises aux poursuites. Il ne s’agit pas ici d’un problème abstrait : sur les 26 projets réalisés ou en voie de réalisation via RSOC, 5 ont fait l’objet d’un litige ou ont nécessité l’intervention des services juridiques de manière significative. On parle ici de problèmes entourant soit le défaut de paiement, des questions relatives à la propriété intellectuelle ou au droit à la publication qu’il faut protéger en tout temps. Afin d’illustrer un peu mieux ce dont il s’agit, mentionnons deux exemples négatifs et un positif. Dans le cadre d’un projet réalisé pour le compte d’une multinationale, nous avons dû mobiliser les services juridiques de l’université pour, d’abord, comprendre un contrat extrêmement complexe visiblement imaginé pour des rapports avec des firmes d’ingénierie. Il a aussi fallu protéger vivement notre droit à la publication en contestant des clauses donnant, à peu de chose près, un contrôle illimité dans le temps sur les publications pouvant découler de la recherche. Enfin, nous avons appris à distinguer entre des données propriétaires (qui nous sont fournies par le mandant et que nous ne pouvons mentionner directement dans une publication) des données que nous produirions nous-mêmes et qui, elles, nous appartiendraient et dont nous pourrions faire ce que bon nous semble. D’où la nécessité de développer une expertise dans la négociation de contrat de recherche, et surtout dans l’identification de clauses potentiellement problématiques ou de clauses qu’il faut nécessairement inclure, en particulier concernant la protection des personnes ou la possibilité de revoir certaines étapes du projet. L’accompagnement du projet inclut aussi la discussion et, dans le meilleur des cas, la résolution de problèmes de recherche à strictement parler, sachant qu’une grande partie des chercheurs sont de jeunes chercheurs et que ces discussions prennent donc souvent la forme d’un coaching réel.

Percevoir, redistribuer, soutenir

20Trois aspects fondamentaux de notre fonctionnement par projet doivent être mis en évidence : la perception de frais d’infrastructure (overheads), la redistribution et circulation des ressources, et le soutien aux doctorants. Sur la plupart des projets, des overheads sont prélevés, i.e. un pourcentage du budget est remis au RSOC. Ce pourcentage du budget est souvent identifié comme tel dans le budget présenté au mandant. Il correspond à des frais générés par la recherche mais qui ne peuvent pas être directement facturés. Par exemple, la nécessité d’acheter des ordinateurs ou le travail de préparation consenti par le coordinateur de recherche. D’une manière générale, ces frais, variant de 10 à 17 %, viennent s’ajouter au budget salaire et aux autres frais de terrain spécifiques à un projet donné. Cet argent est ensuite redistribué afin de financer différents aspects du fonctionnement de RSOC : financement de la coordination à la recherche, soutien aux assistants, achat d’équipements, rétrocession aux contributeurs.

21La redistribution des ressources concerne, au premier chef, les overheads. Tout d’abord, sous l’angle de l’équipement, RSOC s’est doté d’ordinateurs, d’enregistreurs, de pédales de transcription, d’un appareil photo, d’une caméra vidéo et les prête aux chercheurs qui n’ont donc pas à se soucier d’ajouter ce type de frais à leur budget. Ces équipements sont obtenus par le biais : i) des demandes de subsides à des fondations ; ii) d’un programme de soutien au développement informatique de l’Université de Genève –qui ne finance l’achat d’équipement informatique que pour des projets de recherche déjà financés – ; iii) de la réinjection d’argent issu des overheads perçus. La recherche de nouveaux financements pour renouveler ce parc d’équipement est constante. Ces équipements sont cédés au RSOC à la fin des projets et réutilisés dans d’autres cadres.

22En second lieu, une expertise se construit au fil des projets. Il nous est beaucoup plus facile aujourd’hui de faire une évaluation précise et juste de la quantité de temps nécessaire à la réalisation de différentes étapes de projets de recherche, ou d’anticiper des problèmes spécifiques. Des problèmes rencontrés dans la gestion administrative ou juridique des projets donnent lieu au développement de solutions qui sont réutilisées par la suite. À titre d’exemple, mentionnons la mise au point d’un modèle de contrat permettant de payer des participants à nos projets se trouvant à l’étranger. Souvent, le processus de résolution de ces problèmes permet d’ajouter à l’expertise propre de RSOC celle de différents acteurs externes qui ont été impliqués ou consultés pour ce faire. En particulier, des liens ont été créés avec divers experts juridiques qui nous sont fort utiles en particulier lors de la préparation de contrats complexes ou lors de problèmes dans le déroulement des projets.

23L’expertise qui est développée n’est pas que celle de RSOC. Les membres internes et externes du RSOC développent aussi des compétences au fil des projets. RSOC contribue à la circulation accrue, et donc à l’utilisation de ces compétences dans des contextes divers. Pensons par exemple à une doctorante qui doit effectuer des focus groups afin de réaliser sa thèse qui porte sur les femmes et l’islam. Elle est embauchée sur un court mandat visant à recueillir les points de vue de collaborateurs d’un service public sur des changements apportés par la direction. C’est sa compétence à réaliser des focus groups qui est utile et transposée dans un autre cadre. RSOC sert donc à accroître la circulation des chercheurs et doctorants dans différents univers, à réutiliser leurs compétences sur d’autres objets tout en les améliorant ou en les développant différemment. Une conséquence de ce processus est le maintien dans le circuit de personnes qui, autrement, ne pourraient continuer à mener leurs propres travaux de recherche.

24Une minorité de nos doctorants a un poste d’assistant financé par le département de l’instruction publique (Genève), impliquant des tâches d’enseignement. Toutefois, une partie non négligeable des assistants ne sont financés que via un projet de recherche à long terme (3 ans, par le Fonds National Suisse de la recherche scientifique), et une proportion significative de doctorants ne dispose pas de financement fixe. Dans le cas d’assistants ou doctorants financés à long terme, leur taux d’activité n’est généralement pas de 100 % et ils ont souvent besoin d’un financement complémentaire. Dans plusieurs cas, ils sont disponibles pour participer à la réalisation de courts mandats, en marge de leurs intérêts de recherche personnels. Ils apportent à ces projets leur expertise, sont rémunérés, et retournent en fin de mandat à leurs activités habituelles.

25Plusieurs chercheurs obtiennent un diplôme de master ou de doctorat et sont à la recherche d’un poste, ou d’un financement. D’autres chercheurs arrivent au terme de leur contrat, soit sur un projet à long terme, soit à titre d’assistant, sans avoir toujours terminé leur mémoire ou leur thèse. Dans la plupart des cas, ils ont besoin d’argent et de rester dans le circuit ; ils sont donc intéressés à travailler sur des mandats privés ou publics. Pour plusieurs jeunes chercheurs, cela veut dire accomplir 2 à 3 mandats par an et donc travailler dans des cadres différents, avec des personnes différentes, sur des sujets différents. Leur visibilité et leur employabilité s’en trouvent accrue ce qui se traduit, dans certains cas, par un recrutement pour un projet financé à plus long terme.

26Idéalement, les courts projets nourrissent les longs projets et inversement. À la fois parce qu’ils permettent la circulation des doctorants et autres jeunes chercheurs, mais aussi parce que certains projets courts servent de projets pilotes, d’études de faisabilité alors que certains projets longs découlent de questionnements développés dans le cadre de petits projets. Le type de soutien offert aux doctorants prend différentes formes. Tout d’abord, un fonds de soutien a été créé à partir des overheads perçus sur les projets de recherche. Ce fonds aide financièrement les assistants à présenter leurs travaux dans le cadre de conférences. En second lieu, on les aide soit indirectement pour trouver de petits mandats ou des subsides complémentaires, soit directement en leur prêtant de l’équipement (ordinateurs, enregistreurs, etc.) afin de faciliter la réalisation de leurs recherches. Un soutien intellectuel, scientifique et pratique leur est également proposé. Ils bénéficient d’une aide à l’élaboration des projets de thèse, à la discussion de problèmes de terrain, à la réalisation de la recherche (discussions méthodologiques, stratégiques, théoriques, recherche de solutions), lecture critique des thèses, articles, présentations, coaching de manière générale, ainsi que développement d’une distance analytique par rapport à ce qu’ils vivent comme chercheurs. Enfin, depuis 2006, un atelier d’une journée est offert sur le développement et l’écriture de projet. Afin d’amener les doctorants à structurer leur projet de thèse au plus tôt et de la meilleure façon, de les inciter à penser projet plutôt que thèse. Organisé autour de questions fondamentales, basé sur des exemples tirées des recherches effectuées dans le cadre du RSOC, c’est une façon d’initier un contact avec les doctorants du département (et d’ailleurs), d’entamer un suivi par le coordinateur de recherche RSOC (les doctorants peuvent lui soumettre une version préliminaire de leur projet et, par la suite, revenir discuter de leurs problèmes de recherche), et, enfin, de les intégrer à des projets en cours ou à venir.

Recherche fondamentale et recherche appliquée : une distinction à relativiser

27La multiplication des sources de financement de la recherche (Fonds National Suisse de la recherche scientifique, autres fondations, collectivités publiques, entreprises privées), le fonctionnement par projet, et surtout l’intégration plus ou moins forte de divers projets dans un cheminement soit de doctorant, soit de chercheur amène, à notre avis, à relativiser la distinction classique entre recherche fondamentale et appliquée. La véritable distinction s’établit sur la durée des projets. Les projets qui s’inscrivent au RSOC se distinguent surtout suivant leur durée (courts ou longs), plus que sur la base d’une distinction abusive entre recherche appliquée ou fondamentale. Ce qui diffère vraiment, c’est l’ampleur du questionnement, ou la profondeur des analyses. C’est en fait le temps qu’on pourra consacrer ou non à la production de données et à leur analyse : la même question pourra être soulevée dans un mandat court ou long, la réponse apportée, mais surtout l’ampleur des moyens mis en œuvre pour ce faire constitue toute la différence. À la limite, dans le cadre d’un mandat dit appliqué, c’est le nombre de reformulation de la question qui se trouve limité : on ne produira qu’une réponse parmi l’ensemble des possibles.

28Il est utile de mentionner brièvement deux exemples. Dans le cadre d’un mandat de trois mois, des questions nous ont été posées par le service de la promotion culturelle de la Ville de Genève (Suisse) à propos du succès ou non d’un programme d’accès à la culture pour les jeunes. Ce programme est-il efficace ? Quelles sont les mesures qui pourraient être mises en place pour que les jeunes participent plus ? Une fois la recherche effectuée, le rapport rédigé, les recommandations faites et le mandant satisfait, les données ont été reprises afin de répondre à une nouvelle question, question au centre d’un projet intellectuel plus vaste des deux chercheurs ayant répondu à ces questions : comment les jeunes construisent-ils leur identité au travers de leur consommation culturelle ? Un article scientifique a pu être publié sur ce sujet, qui n’avait aucun rapport théorique avec le point de départ effectif de cette recherche. Ici, ce qui est intéressant c’est que, pendant un mandat de recherche pour une collectivité publique, mandat répondant aux questions très concrètes du service concerné, des questionnements alternatifs ont pu émerger, des liens ont pu être établis avec des questionnements et travaux réalisés par ces chercheurs dans d’autres contextes. Puis, sur la base des clauses incluses d’entrée de jeu dans le contrat de recherche avec le service, les données ont pu être reprises et analysées autrement, effaçant la distinction appliquée/fondamentale puisque ce sont les mêmes données qui ont été utilisées dans la continuité.

29Deuxième exemple. Dans ce cas, il s’agit d’une recherche sociologique financée par le milieu médical, afin d’apporter tout d’abord des réponses à des questions soulevées par le corps médical. Ils auront des réponses à leurs questions dans un rapport. Tous les acteurs impliqués savent qu’il y aura reprise autonome du questionnement et des données par la sociologue réalisant cette recherche dans le cadre de sa thèse. L’ensemble du financement vient de fondations médicales plutôt que d’organismes traditionnels de financement de la recherche en sociologie. Ces médecins souhaitent qu’on étudie leurs patients, des tuberculeux. On essaie donc de décrire et comprendre le parcours vécu par les patients à l’hôpital. On veut savoir quelle est cette population, ce qu’ils vivent en dehors de l’hôpital. Les médecins ont aussi vécu des situations d’échec relativement à une procédure dite de contrôle. Leurs questions : s’agit-il d’un problème lié à des questions culturelles, est-ce lié à comment le contrôle est perçu, conçu, compris, ou aux stigmates pouvant exister dans certaines populations concernant cette maladie ? En fait, on passe de la partie appliquée de la recherche à la partie fondamentale sans rupture. Le terrain est le même, les partenaires aussi. C’est toujours le même matériau qui sera traité, par la même chercheure. Mais au fil du temps, d’autres questions émergent, qui ne sont plus celles des médecins mais celles de la chercheure sociologue. La distinction entre la recherche appliquée et la recherche fondamentale est mince, et repose essentiellement sur un changement de lunettes théoriques qui se fait dans la durée.

30Dans les deux cas, à partir de projets courts, dits appliqués, financés par des instances qui, traditionnellement, ne sont pas celles qui financent la recherche sociologique fondamentale, des questionnements dits fondamentaux ont été développés. Les exemples similaires pourraient être multipliés, renvoyant dans beaucoup de cas à des questionnements fondamentaux qui n’auraient pu être posés s’ils n’avaient pu bénéficier d’une phase de recherche dite appliquée. On peut dire que la recherche sur mandats, les courts projets que l’on peut réaliser pour des entreprises privées ou des collectivités publiques, loin d’aliéner notre capacité à faire de la recherche fondamentale vont en augmenter la possibilité en permettant soit l’accès à des données autrement inaccessibles, soit de développer des questionnements qui autrement n’auraient pas eu lieu. La recherche appliquée nourrit la recherche fondamentale et vice-versa. La distinction importante est la possibilité ou non, dans le temps, de reformuler des questions. De ce point de vue, le véritable enjeu devient de réussir à créer des liens théoriques entre les questionnements dits appliqués et ceux dits fondamentaux, pas de les séparer abusivement et inutilement, voire idéologiquement.

Financer ou gérer la recherche par projet ?

31Sur la base de notre pratique (2005-2011), en Suisse, on peut affirmer que gérer et faire de la recherche par projet sont possibles, voire même efficaces. Pour ce qui concerne la question du financement, il faut être plus nuancé ; enfin il importe de bien préciser que mandat, public ou privé, n’équivaut pas à projet.

  • 8 « Si on considère un indice de productivité qui en vaut d’autres, la recherche suisse ne va pas si (...)

32Sur la base d’une expertise toujours en développement, la conception, la planification et le financement de projets de recherche est plus que réaliste. En Suisse, on fait essentiellement de la recherche organisée, gérée et financée par projets impliquant un ou plusieurs partenaires8. Au fil des années, les compétences permettant d’accroître la faisabilité des projets ainsi que leur potentiel de découverte se sont développées. Les moyens à disposition accrus, incluant la maximisation de la durée de vie des ressources par définition rares, via le RSOC, la redistribution d’une partie des ressources financière au bénéfice exclusif de la recherche, le développement de meilleures pratiques organisationnelles autant qu’administratives rendent possible un suivi des projets permettant aux chercheurs de se centrer mieux sur leur travail proprement scientifique.

  • 9 « En 2010, le nombre de projets acceptés (taux de réussite) est tombé à 56 % et le taux d’octroi fi (...)

33La notion de financement de la recherche par projet est, elle, plus difficile à envisager sans nuances. Si on parle d’obtenir du financement par le biais du Fonds National Suisse de la recherche scientifique pour des projets d’une durée de 24 à 36 mois, voire plus pour les Pôles nationaux, cela fonctionne aussi très bien9. Il faut ici souligner que lorsque l’on a réussi à obtenir un financement et que l’on a atteint les objectifs prévus, entre autres sous forme de publications, la probabilité d’obtenir un second financement pour aller plus loin dans la recherche sur un objet similaire ou connexe est augmentée.

  • 10 Les pressions pour réduire la durée des thèses et l’augmentation des contrôles administratifs font (...)
  • 11 En Suisse, les assistants/doctorants sont d’abord embauchés à titre d’assistant d’enseignement.

34Toutefois, l’idée de financer des thèses via une succession de petits mandats privés, ou de compléter le financement offert par le département de l’instruction publique pour des assistants par des mandats privés est, elle, nettement moins viable. Tout d’abord, en termes de garantie et de sûreté du financement : il y a trop d’aléas pour démarrer et mener à bien une thèse. De fait, entre 2005 et 2011, il n’a été qu’une seule fois possible de faire un montage financier permettant la réalisation d’une thèse hors des organismes traditionnels de financement de la recherche. Ensuite, beaucoup de thésards, voire de chercheurs plus ou moins confirmés, ressentent la réalisation d’un mandat comme un détournement de leur véritable recherche10, en plus du temps qu’ils doivent déjà consacrer à leurs tâches d’enseignement11. Ici, la question du timing doit être mentionnée : les mandats doivent généralement débuter rapidement, si bien que les chercheurs qui pourraient s’y consacrer utilement ne sont pas toujours disponibles au bon moment. Enfin, le nombre de mandats n’est pas assez élevé pour ne serait-ce qu’amener tous les assistants à compléter leur taux d’activité (par exemple passer de 60 % à 80 % : il y a trop d’assistants et pas assez de mandats). De plus, les sommes proposées pour la réalisation d’un mandat sont souvent dérisoires et nous amènent par conséquent à les refuser.

35En clair, s’il y a un intérêt scientifique à réaliser de la recherche par mandats, l’intérêt financier est moindre. Pas au plan individuel : un assistant disponible au bon moment et possédant les compétences nécessaires est toujours heureux d’avoir un financement additionnel ou d’acquérir une expérience complémentaire. Mais au plan institutionnel : il n’est pas possible d’ériger le financement sur mandats en système. Toutefois, il faut mentionner l’importance de la complémentarité. Sans les mandats privés ou publics, tout un pan de financement complémentaire n’existerait pas et un nombre sans doute plus grand de thèses ne seraient pas complétées, ou seraient complétées dans des délais plus longs, ou avec un niveau de qualité moins élevé. De plus, des occasions d’améliorer les compétences individuelles, d’amener des ressources financières nouvelles dans le circuit, ou d’élargir les réseaux, voire de rendre visibles nos résultats et valoriser nos expertises dépendent directement de la recherche sur mandats.

Inicio de página

Bibliografía

Barrier, J. (2011). La science en projets : financements sur projets, autonomie professionnelle et transformations du travail des chercheurs académiques. Sociologie du travail, n° 53, 515-536.

Inicio de página

Notas

2 Il faut mettre cette remarque dans le contexte suivant. Le rapport 2010 du Fonds National Suisse de la recherche scientifique (© 2011 Fonds National Suisse de la recherche scientifique, Berne, ISSN 1422-5492, texte disponible [en ligne] : URL : <http://www.snf.ch/F/fns-portrait/Pages/publications.aspx>) montre clairement que si l’enveloppe budgétaire augmente légèrement d’année en année, le nombre de demandes et les sommes demandées, elles, augmentent de manière plus forte. En conséquence, plus de projets ne sont pas financés même si de facto le nombre de projets financés ne diminue pas vraiment.

3 Dès 2012, un comité directeur et un conseil d’orientation seront mis sur pied.

4 Dès 2012, le statut de chercheur associé sera octroyé à certaines conditions.

5 De fait, la plupart des tâches administratives à strictement parler ne sont pas effectuées au sein de cette structure – au maximum, 20 % du temps du coordinateur se passe à effectuer des tâches administratives ou à éviter les contraintes légales ou administratives. Elles sont relayées en partie à notre secrétariat, ou aux services comptables, administratifs, ou des ressources humaines de la faculté.

6 Dès que la coordination RSOC peut être impliquée assez tôt dans la préparation d’un projet, une analyse du travail à faire est effectuée. Il s’agit tout d’abord de penser en termes de tâches plutôt que d’objectifs ou d’étapes. Ensuite, estimer des durées, tenter de voir la séquence réelle dans laquelle ces tâches doivent prendre place, tenir compte des vacances, maladies potentielles, jour fériés, le tout visant à calculer au plus près la quantité totale de travail à effectuer, afin d’obtenir un calendrier minimalement réaliste et de définir un budget approprié.

7 C’est là où un travail d’anticipation/prévention peut et doit être fait allant de prévisions sur ce qui pourrait retarder, par exemple, l’analyse des données, jusqu’à une analyse de risque véritable, avec une réflexion portant autant sur l’identification de risques potentiels que de mesures curatives ou préventives.

8 « Si on considère un indice de productivité qui en vaut d’autres, la recherche suisse ne va pas si mal et, à tout prendre, son organisation par projet ne l’empêche pas de produire des résultats fondamentaux intéressants : selon des statistiques de l’IMD (International Institute for Management Development) de Lausanne, il y a en Suisse 1,111 Prix Nobel par million d’habitant. Les chercheurs ont tenu compte des distinctions en physique, chimie, médecine et économie attribuées entre 1950 et 2001. Sur la même base statistique, la « densité Nobel » est de 0,840 en Grande-Bretagne, 0,713 aux États-Unis, 0,341 en Allemagne et 0,187 en France. »
Texte disponible [en ligne] : URL : <http://www.swissinfo.ch/fre/dossiers/la_suisse_des_records/records_du_monde/La_Suisse,_pepiniere_de_Prix_ Nobel.html ?cid =288410, 27 février 2012>

9 « En 2010, le nombre de projets acceptés (taux de réussite) est tombé à 56 % et le taux d’octroi financier à 42 %. » (© 2011 Fonds National Suisse de la recherche scientifique, Berne, ISSN 1422-5492, texte disponible [en ligne] : URL : <http://www.snf.ch/F/fns-portrait/Pages/publications.aspx>). Et comme l’enveloppe budgétaire globale augmente moins que la demande, il est prévisible que le taux de financement comme celui des acceptations ira en diminuant. Autrement dit, il deviendra de plus en plus difficile de soutenir l’idée que le financement de la recherche par projet via le Fonds National Suisse de la recherche scientifique est la meilleure manière de faire financer sa recherche.

10 Les pressions pour réduire la durée des thèses et l’augmentation des contrôles administratifs font que ceux et celles qui ont déjà un revenu minimum assuré refusent souvent de s’engager dans d’autres projets.

11 En Suisse, les assistants/doctorants sont d’abord embauchés à titre d’assistant d’enseignement.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

URL http://sds.revues.org/docannexe/image/2296/img-1.png
Ficheros image/png, 41k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Luc Gauthier, « Pratique de la recherche par projet : organisation flexible, travail en amont et échange des ressources », Sciences de la société, 93 | 2015, 24-39.

Referencia electrónica

Luc Gauthier, « Pratique de la recherche par projet : organisation flexible, travail en amont et échange des ressources », Sciences de la société [En línea], 93 | 2015, Publicado el 01 junio 2016, consultado el 25 mayo 2017. URL : http://sds.revues.org/2296 ; DOI : 10.4000/sds.2296

Inicio de página

Autor

Luc Gauthier

Ph. D. sociologie, Grants Office Manager, Université de Neuchâtel, secteur recherche et innovation, grants office, avenue de Bellevaux 51, CH-2000 Neuchâtel, Suisse, luc.gauthier@unine.ch

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org