Navigation – Plan du site

Les politiques dans la presse people : une affaire de femmes ?

The politics in celebrity newspapers: a women’s story?
Las políticas en la prensa del corazón : ¿ una historia de mujeres?
Eva-Marie Goepfert
p. 104-117

Résumés

Une étude statistique des Unes s’interroge sur l’identité des politiques médiatisés dans la presse people. Trois critères constituent les fondements de la grandeur people : le Genre, la célébrité et la « narratogénie ». Le premier constate une sur médiatisation féminine des personnages politiques, en accord avec le Genre du public de la presse people et celui de son contenu. Le second est le témoin de l’idéologie de la célébrité que ce média transporte. Dans la convergence avec le premier, il favorise cinq personnages : Cécilia Sarkozy, Carla-Bruni Sarkozy, Ségolène Royal, Rachida Dati et Michelle Obama. L’analyse de la narratogénie de ces cinq femmes signe enfin la prééminence des attributs féminins dans l’identité people : la femme est le politique people typique parce que sa représentation retrouve les considérations privées de cette presse et permet d’ignorer l’univers politique dans lequel elle se meut.

Haut de page

Texte intégral

1« Le propre de la presse people est d’être une presse du secret, dans le sens où elle est censée divulguer tous les aspects de la vie privée des gens célèbres, y compris les plus cachés » (Dakhlia, 2004, 155). Chaque semaine, la presse people met en scène les personnages du même nom. En produisant des discours à leur propos, elle construit leur identité people et participe à leur reconnaissance. Dans un jeu où se mélange notoriété, vie privée et intimité, les people sont avant tout des personnages hybrides, à la fois, ordinaires et extraordinaires, humains et surhumains (Morin, 1962).

  • 1 Seules deux semaines en 2009 et une semaine en 2008 ne mettaient en scène un personnage politique e (...)

2A la suite d’une « politisation » de cette presse (Goepfert, 2010), des person­na­ges issus de l’univers politique cohabitent, désormais, chaque semaine1, avec des personnalités issues de l’univers télévisuel ou du monde du spectacle. Une telle médiatisation interroge quant au choix des politiques médiatisés et aux variables qui favorise le passage d’une identité politique à une identité people. Dès lors, l’observation de la manière dont la presse people se saisit du personnage politique et démêle son identité politique, sa célébrité et la mise en scène de sa vie privée commence, à notre sens, par une analyse statistique dénombrant les politiques-people, découvrant qui ils sont et comment certaines de leurs qualités identitaires participent à l’attribution d’une identité et d’une notoriété people. Tel sera l’objectif de notre article.

3Mais une seconde question sous-jacente motive notre étude : le Genre inter­vient-il comme un paramètre décisif ? En effet, le lectorat majoritaire­ment fémi­nin (Dakhlia, 2009) de la presse people reflète le contenu de ses pages. De l’encart publicitaire et des pages « mode » ou « tendance » ventant des pro­duits à destination féminine aux récits déployés dans les espaces du privé et de l’in­ti­me, la parole de la presse people est avant tout féminine et féminisante… Le Gen­re de cette parole impacte t-il le Genre des personnages médiatisés ? Plus en­core, alors que les médiats dits « sérieux » peinent à (ré)concilier repré­sen­ta­tions de la femme et politique, comment la presse people se positionne-t-elle en­tre l’identité politique de ces femmes et son intérêt pour le médiatique et le privé ?

Et si le politique-people par excellence était une femme ?

  • 2 Le corpus compte 155 numéros par hebdomadaire (ce qui correspond aux 155 semaines de la période env (...)
  • 3 Les observations sont ensuite transformées en données quantitatives compilées grâce au logiciel Mod (...)
  • 4 Trois types de visibilités sont identifiés : les visibilités centrales (le personnage politique app (...)

4Notre corpus considère huit titres de presse people : VSD, Paris-Match, Gala, Point de Vue, Voici, Closer, France Dimanche et Ici Paris sur la période du 14 mai 2007 au 30 avril 20102. Nous retenons toutes les Unes où figure un personnage politique soit en photo soit par la simple évocation de son nom. Par la suite, nous transformons ce corpus3 en données sur la base de quatre variables : le type de visibilité4, le titre de presse people, la date de parution et le nom du personnage politique.

Tabl. 1 – Les cinquante-sept personnages politiques et les effectifs d’apparition en Unes

Tabl. 1 – Les cinquante-sept personnages politiques et les effectifs d’apparition en Unes

Le fond blanc indique un personnage issu du personnel politique tandis que le fond gris indique un membre de la famille d’un homme ou d’une femme politique.

5Nous définissons le personnage politique comme tout personnage dont la médiatisation repose sur une fonction ou activité politique ou sur la proximité de ce personnage à un autre dont la reconnaissance dépend de sa fonction ou activité politique. Ainsi, nous intégrons au groupe observé les membres de la famille d’un homme ou d’une femme politique.

6Cinquante-sept personnages politiques différents apparaissent en Unes dans la période envisagée. Face à cette liste de personnages et leur nombre d’appa­ri­tions en Une, un constat s’impose. Sur les cinq personnages les plus visi­bles, quatre sont des femmes. Le Genre du personnage politique jouerait donc sur sa visibilité. En effet, si 43, 8 % des personnages de notre corpus sont des femmes, 62, 5 % des apparitions en Une sont féminines : Les femmes sont moins nombreuses mais plus visibles.

Graph. 1 – Répartition du Genre des personnages par hebdomadaire

Graph. 1 – Répartition du Genre des personnages par hebdomadaire
  • 5 Ces chiffres sont issus de l’AEPM 2009-2010 (Audience Etudes Presse Magazine) de la société AudiPre (...)
  • 6 La mixité des personnages et des lecteurs retrouve l’identité de ces deux hebdomadaires au croiseme (...)

7La sur médiatisation des femmes témoigne du Genre du lectorat. Une étude du public de la presse magazine indique que, pour l’année 2009-2010, le lectorat était composé par des femmes à hauteur de 75 % pour Point de Vue et Gala, 70 % pour Closer, 69 % pour Voici, 67 % pour France-Dimanche, 66 % pour Ici-Paris, 57 % pour Paris-Match et 53 % pour VSD5. Ces deux derniers sont les seuls à avoir plus de 40 % de lecteurs de sexe masculin, un lectorat presque mixte qui semble justifier une répartition du Genre des per­son­nages et une couverture journalistique proche de l’égalité des sexes6 alors que tous les autres titres accordent, clairement, une visibilité accrue aux femmes : lectrice ou politique-people, la femme est omniprésente dans la presse people.

Femmes politiques contre femmes de politique

  • 7 Nous nous servons essentiellement du test du ¯Ç pour étudier le croisement de variables. L’objectif (...)

8La vie privée des gens célèbres est un des intérêts premiers de la presse people. Le choix d’intégrer aux personnages politiques la famille des membres du personnel politique requiert de vérifier si la sur médiatisation des femmes est influencée par le rôle de celles-ci7.

9Dans notre corpus, les femmes sont plus généralement issues de la famille d’un homme politique alors que les hommes sont majoritairement issus du personnel politique (60 %). Mais, pour les femmes, la répartition est plus équitable (54, 3 % contre 46, 7 %, cf. graphique infra). En d’autres termes, la médiatisation des personnages politiques est plus souvent féminine et les femmes sont plus souvent membres de la famille d’un homme politique. Mais, la répartition entre femmes politiques et femmes de politiques n’est pas franche permettant à cette tendance de s’inverser lorsque sont pris en compte les hommes et les femmes. Ainsi, les apparitions des personnages politiques montrent plus souvent le personnel politique (51, 4 %) que les membres de la famille d’un politique (48, 6 %).

Graph. 2 – Genre et statuts des personnages politiques

Graph. 2 – Genre et statuts des personnages politiques

10Il apparaît une sur médiatisation des femmes mais une sous représentation médiatique des familles… Peut-on pour autant en déduire une indépendance entre la visibilité des femmes et leurs rôles dans la sphère politique ? 67 % des membres de la famille d’un politique sont des femmes (seuls 33 % sont des hommes). L’intérêt pour les femmes de la presse people semble justifié avec une médiatisation forte de l’épouse, de la mère et de la fille  à l’inverse de leur homologue masculin. Il est utile de se demander si cette surmédiatisation féminine dans l’univers familial des politiques n’est pas un moyen, pour la presse people, de contrer le faible nombre de femmes dans l’univers politique français (Dulong, 2003)ou le résultat d’une représentation sociale du rôle de la femme qui converge vers les intérêts privés de cette presse.

11Cette dernière hypothèse se confirme avec l’observation du type de visibilité des femmes. Si les femmes issues de l’univers familial apparaissent plus sou­vent que les femmes politiques en « Une centrale » (56, 5 %) ou en photo­gra­phie de second plan (54 %), la tendance s’inverse quand il s’agit d’une visi­bi­li­té en Une par l’évocation du nom (54, 2 % pour les femmes politiques contre 45, 8 % pour les épouses, mères et filles), une différence de mise en visibilité qui souligne l’importance accordée à la femme, comme être issu du quotidien et de l’espace privé.

12La variable du statut politique ou familial identifie, plus loin, des différences entre les titres et dévoile plusieurs lignes éditoriales. VSD et ParisMatch s’intéressent majoritairement au personnel politique (59, 6 % pour Paris Match et 60, 1 % pour VSD), ce qui est aussi vrai, dans une moindre mesure, pour Voici (53, 5 %) et Closer (52, 6 %). Ce résultat s’inverse pour les autres titres. France Dimanche, Point de Vue, Ici-Paris et Gala mettent en scène respectivement 63 %, 59, 4 %, 56, 8 % et 55, 6 % de membres de la famille d’un homme ou d’une femme politique. Suite à ces résultats, la logique voudrait que les femmes politiques soient plus apparentes dans les titres VSD et Paris Match puisque le personnel politique est surreprésenté dans ces hebdomadaires. Pourtant, les femmes politiques ont une visibilité plus forte par rapport aux épouses de politiques sur les Unes de Voici et Closer qui accordent, respectivement, 46, 2 % et 44, 4 % des apparitions à une femme politique. La question de la visibilité de ces femmes selon leurs statuts se pose donc. Si Closer et Voici médiatisent largement des femmes politiques, ces femmes sont-elles les mêmes que celles de VSD et Paris-Match ou des autres titres ? Pour répondre à cette question, il nous faut revenir sur les logiques de la presse people et comprendre comme l’idéologie de la célébrité sur laquelle ce média se fonde participe à l’attribution d’une identité people aux personnages politiques.

Une culture de la célébrité

13La presse magazine, telle que nous la connaissons aujourd’hui, émerge à par­tir des années 1950-1960 avec le déploiement des informations dans des ru­bri­ques, la segmentation des publics et l’arrivée de la publicité (Feyel, 2001). La presse people nait de cette transformation et dans la convergence de deux évolutions culturelles. La première est l’émergence de la « culture tabloïd » dans les pays anglo-saxons, ouvrant l’accès à l’information aux couches so­cia­le­ment et économiquement défavorisées (Glynn, 2000). La seconde corres­pond à la naissance du « récit-people », en France, dans les années 1990 et coïncide avec l’arrivée des téléréalités, et d’une culture de l’intimité et du voyeurisme.

La presse people et l’idéologie de la célébrité

14La presse people est construite sur l’idéologie de la célébrité privilégiant des personnages déjà célèbres dans d’autres sphères médiatiques. Mais cette idéologie atteint son paroxysme dans la presse people avec la médiatisation des personnages du même nom : elle surinvestit la célébrité, c’est-à-dire qu’elle redouble d’intérêt pour des individus célèbres pour leurs célébrités (Dakhlia, 2009). Ce surinvestissement induit une logique autopoïétique du contrat de lecture. Les personnages people mis en scène ne sont que peu présentés : le destinataire les connaît puisqu’ils sont médiatisés dans une presse où il faut être connu pour être médiatisé. Un accord semble tacite entre le narrateur  et ses lecteurs : on vous parle de personnes connues, vous les connaissez donc, pas besoin de vous les présenter. Le lecteur peu habitué peut très vite, au contraire, se sentir dépassé par ces visages et ces noms qu’il ne connaît pas et qu’on ne présente pas, tandis que cela crée une complicité entre le lecteur régulier et l’énonciateur.

15Plus encore, la mise en scène de la célébrité par la célébrité est construite sur le caractère à la fois ordinaire et extraordinaire des people.« Les nouveaux olympiens sont à la fois aimantés sur l’imaginaire et sur le réel, à la fois idéaux inimitables et modèles imitables ; leur double nature est analogue à la double nature théologique du héros-dieu de la religion chrétienne : olympiennes et olympiens sont surhumains dans le rôle qu’ils incarnent, humains dans l’existence privée qu’ils vivent. La presse de masse, en même temps qu’elle investit les olympiens d’un rôle mythologique plonge dans leur vie privée pour en extraire la substance humaine qui permet leur identification. » (Morin, 1962, 123). Leur extraordinaireté les projette dans un « au-delà ou en-dehors des contingences communes » (Dubied, 2009, 55) et les caractérise par un statut social qui les rend inaccessibles (Dakhlia, 2008). Mais la presse people s’attache à les mettre en scène dans leur vie privée et les rattache ainsi à leur humanité comme à leur banalité : ils sont « des parents ordinaires, des amoureux déçus et des individus faisant leur course au supermarché » (Dubied, 2009, 55).

  • 8 On entend par « ut contrôler, dans une certaine mesure, le résultat.

16Ces logiques de mise en scène se révèlent dans le visuel, le récit et, de manière plus générale, dans les lignes éditoriales. Leur convergence identifie un genre mais leur divergence permet d’établir deux catégories au sein de la presse people. La première, le « mode mimétique haut » (Frye, 1990), insiste sur le caractère extraordinaire des personnages people, celui-ci justifiant leur visibilité et leur monstration dans ces magazines. Si le caractère ordinaire de la vie des people est énoncé, ceux-ci restent sur un piédestal : le lecteur lève les yeux pour les regarder. La ligne éditoriale permet évasion et projection ; elle offre au lecteur la possibilité de vivre par procuration l’existence qu’il rêve d’avoir (Lits, 2009). Ce type de récit est généralement accompagné de photographies « convenues »8 basant la dignité des people sur leur starification. Dans notre étude, quatre titres répondent à cette logique : Paris Match, VSD, Gala et Point de Vue. Le premier cultive « l’art de la révérence envers les familles aristocratiques, mais aussi à l’égard des artistes, vedettes et hommes d’affaires qui grossissent les rangs d’une nouvelle noblesse d’image » (Dakhlia, 2009, 69). De leur côté, Paris Match et VSDse concentrent sur des personnages issus du monde politique et médiatique alors que Gala privilégie ceux issus du monde du spectacle.

  • 9 D’après l’analyse des Unes parues entre le 14 mai 2007 et le 30 avril 2010, 86 % des titres princip (...)

17A l’inverse, la seconde catégorie, le « mode mimétique bas », tend à rabaisser le people au niveau de son lecteur. Les récits sont construits sur un désir voyeuriste de montrer les secrets ou le malheur des gens célèbres. Le people est avant tout présenté comme une personne ordinaire : le lecteur, de son côté, s’identifie et se console. Deux types de voyeurisme se confrontent ici. Voici et Closer développent, sur un ton moqueur, des récits au voyeurisme dit agressif, signifié par un fort taux de Unes judiciaires et par une rhétorique du flagrant délit focalisée sur la performance du photographe à montrer le caché. Le second type de voyeurisme est dit fictif, révélé par des effets de fiction insistant sur l’intériorité des peoples, leurs pensées, leurs sentiments, leurs doutes, leurs peurs... Ainsi, France Dimanche et Ici Paris, réunis autour d’une ligne éditoriale pessimiste et d’évènements dramatiques9, compatissent avec leurs lecteurs sur les malheurs des people. Ils se concentrent moins sur la performance du photographe que sur la monstration de visages hagards, non-maquillé et détournant le regard, prouvant une visibilité sincère, non-apprêtée et non-contrôlée.

La célébrité fait la célébrité…

18La presse people fait donc de la célébrité une raison de la célébrité, logique autopoïétique qui oblige à concevoir la visibilité comme un facteur de média­ti­sation. La célébrité devient une variable incontournable pour notre étu­de. Pour cela, nous sélectionnons les dix personnages qui apparaissent le plus souvent en Une, mais aussi plus de dix fois dans la période investiguée. Une première confrontation de ces personnages avec les autres, selon les titres, indique une tendance du mode mimétique bas à se focaliser sur les personnages politiques hypervisibles : 93, 6 % des apparitions de personnages politiques en Une des titres du mode mimétique bas sont celles des dix personnages les plus visibles.

  • 10 Ici, nous prenons en compte, en plus de Cécilia Sarkozy, Carla Bruni-Sarkozy et Nicolas Sarkozy, le (...)

19Mais se poser la question de la visibilité comme facteurs de médiatisation oblige à considérer, par ailleurs, la famille Sarkozy. En effet, les trois personnages les plus visibles sont le président de la République, sa femme actuelle et sa deuxième ex-femme. Ces trois personnages sont présents sur 61 % des Unes centrales politiques et 54 % des photographies de personnages politiques en Une. Dans son ensemble10, la famille Sarkozy détient 63, 5 % de la visibilité des personnages politiques, 66 % des Unes centrales et 56 % des photographies. Par ailleurs, sur les 155 semaines observées, 121 semaines affichent, en Une d’un titre de presse people, un membre de la famille Sarkozy. Il y a une omniprésence de cette famille, influant fortement sur la visibilité des personnages politiques dans cette presse. Il est donc difficile de considérer la médiatisation des personnages politiques dans la presse people sans considérer celle du président de la République et de sa famille.

Tabl. 2 – La visibilité selon le Genre (sans Nicolas Sarkozy, Carla Bruni, et Cécilia Sarkozy)

Tabl. 2 – La visibilité selon le Genre (sans Nicolas Sarkozy, Carla Bruni, et Cécilia Sarkozy)

20Face à ce constat, il apparaît alors utile de vérifier si nos résultats sur le Genre des personnages se modifient à partir du moment où ne sont plus pris en compte ces personnages omniprésents. Une fois les trois personnages principaux ignorés, la femme est toujours le personnage politique typique de la presse people (61 %). La représentation des femmes, dans cette sous-population, confirme, par ailleurs, leur plus forte visibilité, puisqu’elles apparaissent plus souvent en Une centrale ou en photo en Une. La femme est le personnage politique emblématique de la presse people et ce, de façon encore plus franche, dans le mode mimétique bas.

Être une Femme et célèbre : le doublé gagnant pour devenir people

21A la lumière de l’idéologie de la célébrité portée par la presse people, il est désormais possible de répondre à la question laissée en suspens plus tôt : Si Closer et Voici médiatisent largement des femmes politiques, ces femmes sont-elles les mêmes que celles de VSD et Paris Match ou des autres titres ?

22VSDet Paris Match tendent à rendre visibles des femmes qui ne le sont pas dans les autres titres, tandis que Voici et Closer mettent en scène essentiellement les femmes qui font parties des dix personnages les plus visibles. Dans ces deux titres, la forte médiatisation des femmes politiques ne concerne que Ségolène Royal et Rachida Dati (et Rama Yade une seule fois pour chacun). La focalisation de Voici et de Closer autour des femmes politiques correspond donc à une sur-médiatisation des deux femmes politiques les plus visibles. A l’inverse, VSD et Paris Match, dans le mode mimétique haut, propose une forte disparité de femmes politiques.

23Le tableau 2 souligne clairement la concentration des femmes peu visibles dans les titres du mode mimétique haut, plus particulièrement pour Paris Match et VSD.

24Pour résumer, Paris Match et VSDsont plus enclins à médiatiser des femmes à faible visibilité. Gala et Point de Vue, quant à eux, se concentrent sur les épouses des hommes politiques ou les membres de leur famille mais ouvrent cette visibilité à des femmes peu visibles dans les autres titres. De leur côté, France Dimanche et Ici Paris consacrent leur Unes politiques aux cinq femmes les plus visibles avec une prédilection pour Carla Bruni et Cécilia Sarkozy. Enfin, Closer et Voici montrent, de manière presque égale (respec­tivement 53/47 % et 54, 5/45, 5 %) les épouses d’hommes politiques et les femmes politiques mais en privilégiant, de façon massive, les quatre personnages féminins les plus visibles : Carla Bruni, Cécilia Sarkozy, Ségolène Royal et Rachida Dati.

Tabl. 3 – Visibilité des femmes selon les titres

Tabl. 3 – Visibilité des femmes selon les titres

Femmes politiques (foncé), membres de la famille d’un politique (clair)

Tabl. 4 – La visibilité des cinq personnages les plus visibles contre tous les autres

Tabl. 4 – La visibilité des cinq personnages les plus visibles contre tous les autres

25Le critère de visibilité nous livre un nouveau résultat. Dans les dix person­na­ges les plus visibles, il y a cinq femmes et cinq hommes. Or les cinq femmes les plus visibles détiennent 60 % des apparitions des personnages politiques (soit un effectif de 413 apparitions sur 688) tandis que les apparitions des cinq hommes les plus visibles restent minoritaires. Cinq femmes sont omni­présentes… Célébrité et Genre sont donc les tenants d’une identité people.

Être narratogénique : femmes seules contre First ladies en couple

26Carla Bruni, Cécilia Sarkozy, Rachida Dati, Ségolène Royal et Michelle Obama réunissent les deux critères fondamentaux pour une identité people : elles sont des femmes et sont célèbres. Un « podium de visibilité » montre que Carla Bruni, Cécilia Sarkozy et Rachida Dati se disputent les trois premières places de visibilité. Comment interpréter les différents degrés de médiatisation de chacune de ces cinq femmes selon les titres ?

Tabl. 5 – Podium de visibilités des cinq femmes les plus visibles selon les hebdomadaires

Tabl. 5 – Podium de visibilités des cinq femmes les plus visibles selon les hebdomadaires
  • 11 L’officialisation de la séparation date du 18 octobre 2007.

27La forte présence de Cécilia Sarkozy mérite une attention particulière. Elle a été l’épouse de Nicolas Sarkozy et la première dame de France durant les cinq premiers mois du mandat de Nicolas Sarkozy11. Carla Bruni, troisième épouse de Nicolas Sarkozy arrive, quant à elle, en novembre 2007 dans la vie de Nicolas Sarkozy. Si elle est un personnage relevant du monde artistique avant cette date, elle perd ce statut au profit d’un statut en relation avec le chef de l’Etat, après leur rencontre ; sa visibilité passe alors par l’inter­médiaire de l’homme politique. Son arrivée n’efface pas pour autant Cécilia Sarkozy des Unes de Presse People : celle-ci conserve une forte visibilité (même si elle s’étiole à partir du 3ème trimestre 2008), passant du statut de pre­mière dame à ex-femme du chef de l’Etat. Notre analyse statistique infirme la pertinence d’une confrontation entre ces deux personnages : nous ne sommes pas en mesure de parler de presse pro-Cécilia ou pro-Carla mal­gré un « match » entre la visibilité de ces deux femmes, clairement montré dans le tableau ci-dessus.C’est au travers d’un autre regroupement que leurs médiatisations peuvent être distinguées : parmi ces cinq femmes, trois sont des femmes seules (Rachida Dati, Ségolène Royal et Cécilia Sarkozy), deux autres sont des first ladies en couple (Carla Bruni et Michelle Obama).

28La figure de la femme seule oscille entre différentes modalités qui offrent aux récits de la presse people de nombreuses figures. Si l’on observe les Unes consacrées à Cécilia Sarkozy après son divorce, sa solitude devient une pâte à récit pour les titres du mode mimétique bas qui multiplient les Unes sur ses blessures, son aigreur ou ses désirs de vengeance. La médiatisation de Ségolène Royal, séparée de François Hollande après l’élection présidentielle, et celle de Rachida Dati qui expérimente une grossesse seule, vont décliner, dans la même logique, des récits avec la solitude pour thématique principale.

29Le concept de « narratogénie », tel qu’il est formalisé par AnnikDubied (2008), nous semble adéquat ici. Car, si la célébrité et le statut des personna­ges sont des critères de visibilité, leur narratogénie semble intervenir comme un troisième facteur de médiatisation. Ces personnages sont dotés d’un fort potentiel narratif qui permet de feuilletonner les récits à leur propos. La narratogénie de ces personnages construit leur actualité. Ainsi, « le temps du récit prime le temps référentiel. C’est bien le temps du récit et de son déroulement épisode par épisode qui règne et pèse sur le temps réel. » (Dubied, 2008, 151). Cela est particulièrement visible avec la médiatisation de Rachida Dati. Nous avons en effet tenté de distinguer des périodes médiatiques à partir de dates-clés, telles que la date d’officialisation de sa grossesse ou la date de son accouchement, mais la pertinence du croisement de ces périodes avec sa médiatisation est rejetée par nos tests statistiques. Nos analyses infirment une corrélation entre sa médiatisation et un temps référentiel. Ce n’est donc pas tant ce qui survient dans le réel que sa narratogénie qui motive sa médiatisation dans cette presse. Elle est un personnage à « talent narratif » dont l’identité médiatique favorise la médiatisation, sans nécessairement recourir à une actualité, à ce qui survient.

30La narratogénie est une construction narrative. Or cette construction cristallise des différences entre les titres du corpus. Le regroupement des femmes seules, confronté à celui de Michèle Obama et Carla Bruni, first ladies en couple, montre une sur-médiatisation des premières dans le mode mimétique bas et par rapport aux secondes plus visibles sur les Unes de Gala, Point de Vue et Paris Match. On note que 47, 5 % de la visibilité de Ségolène Royal est mise en scène par les hebdomadaire Closer et Voici ; tandis qu’elle n’a aucune visibilité dans Point de Vue. Pour Cécilia Sarkozy, c’est le mode mimétique haut qui participe le plus à sa visibilité. Mais, une observation plus fine indique que, dans le mode mimétique haut, 55 % de la visibilité de Cécilia Sarkozy relèvent de 2007 et que 65 % de cette visibilité date d’avant sa séparation avec Nicolas Sarkozy. En 2008 et 2009, ce sont les titres du mode mimétique bas qui la médiatisent le plus : ils sont à l’origine de 53, 4 % de sa médiatisation en 2008 et de 90 % de celle-ci en 2009. Il y a donc un abandon, par le mode mimétique haut, de Cécilia Sarkozy à partir du moment où elle n’est plus first lady. A l’inverse, le mode mimétique bas commence à se soucier d’elle une fois qu’elle n’est plus en couple.

31La femme seule intéresse donc plus le mode mimétique bas ; la first lady, le mode mimétique haut. Les titres de cette dernière catégorie conforment la visibilité des cinq femmes les plus visibles selon leur statut marital. Le mariage, cérémonie de l’espace privé, avec un homme politique, sujet du monde civique, octroie une légitimité et une grandeur à ces personnages dans le monde médiatique. L’effacement de Cécilia Sarkozy, dans ce mode, insiste sur la prédominance du statut marital comme facteur de reconnaissance : une fois le mariage brisé, la légitimité et la grandeur du personnage s’effondrent. Cela est d’autant plus vrai pour Paris-Match qui n’accorde aucune citation ou photographie en Une à Cécilia Sarkozy après son divorce. A l’inverse, le mode mimétique bas s’intéresse moins à l’institution de la grandeur qu’aux ingrédients narratifs qui permettent de la construire : les malheurs de la femme seule sont les ingrédients d’une excellente pâte à récits dont les hebdomadaires du mode mimétique bas se nourrissent.

Conclusion : De la femme au people, une histoire privée…

32Pour conclure et pour résumer, à l’instar de son lectorat, la femme est le person­na­ge politique privilégié de la presse people. Le mode mimétique bas, avec les titres Voici, Closer, France Dimanche et Ici Paris, confirme la logi­que autopoïétique de l’idéologie de la célébrité en ne se focalisant que sur des per­sonnages hypervisibles ; et ce, par une mise en scène fondée sur leur narra­togénie, qui permet de souligner leur caractère ordinaire au travers de leurs problèmes et de consoler le lecteur. A l’inverse, le mode mimétique haut permet à des personnages politiques peu visibles d’être mis en scène ; il con­sacre ses récits à leur caractère extraordinaire, fondé sur un ordre de grandeur institutionnel, justifiant alors la quasi-disparition de Cécilia Sarkozy, dans ce groupe, après son divorce, et son intérêt pour les first ladies actuelles.

  • 12 La peopolisation se détermine dans la confrontation du politique (dans son sens large), du privé et (...)

33La frontière entre univers politique et univers people est ainsi renégociée par la presse peoplepour légitimer la présence de ces personnages : c’est le processus de peopolisation12. L’observation de ce processus est témoin d’un désintérêt de leur identité politique au profit d’aspects privés et médiatiques : la grandeur politique ne coïncide pas avec la grandeur people. Cette dernière est en effet moins soumise à une actualité ou autorité référentielle qu’à des qualités identitaires qui répondent aux logiques de ce média. Le récit-people et les stéréotypes féminins qui, « au sens le plus traditionnel, sont présents à la fois dans des références à la maternité, au mariage, ou à la gestion du foyer comme rôles « naturels » des femmes » (Leroux et Sourd, 2005, 77), sont réunis autour d’une mise en scène de l’espace privé. La surmédiatisation féminine reflète donc la prééminence des attributs féminins dans l’identité people. A partir de l’observation quantitative d’une donnée biologisée – le sexe –, le Genre, variable non-essentialiste et constructiviste (Coulomb-Gully, Rennes, 2010) de ces personnages rencontre les logiques narratives de la presse people. Cela est renforcé par les intérêts divergents des hebdomadaires pour Carla Bruni, Cécilia Sarkozy, Rachida Dati, Ségolène Royal et Michelle Obama. Que leurs grandeurs soient construites sur les liens maritaux qui les unissent à un homme politique ou sur les ingrédients narratifs offerts par une vie sans homme, c’est le rapport à l’homme qui institue leur identité people, les renvoyant expressément à un univers familial et sentimental (Sourd, 2003). Ainsi, la femme, en tant qu’être issu de l’espace privé, embrasse les logiques du récit-people et nous permet de conclure sur l’affirmation que la femme est le people par excellence.

Haut de page

Bibliographie

Coulomb-Gully (M.), Rennes (J.), 2010, « Genre, politique et analyse du discours. Une tradition épistémologique française genderblind », Mots, Les langages du politique, 94, 3.

Dakhlia (J.), 2004, « Formes et secrets de la presse people : les faux reflets de l’authentique », T. Wuilleme (dir.), Autour des secrets, Paris : L’Harmattan, 2004.

Dakhlia (J.), 2005, « L’image en échos : formes et contenus du récit people », Réseaux, 132.

Dakhlia (J.), 2008, Politique People, Rosny, Bréal.

Dakhlia (J.), 2009, « Du populaire au populisme ? Idéologie et négociation des valeurs dans la presse people française », Communication, 27, 1.

Dubied (A.), 2009, « L’information-people. Entre rhétorique du cas particulier et récits de l’intimité. », Communication, 27, 1.

Dulong (D.), 2003, « Des actes d’institutions d’un genre particulier. Les conditions de légitimation des femmes sur la scène électorale (1945 et 2001) », inJ. Lagroye, (dir.), La politisation, Paris, Belin.

Feyel (G.), 2001, « Naissance, constitution progressive et épanouissement d’un genre de presse aux limites floues : le magazine », Réseaux, 105.

Frye (N.), 1990, Anatomy of criticism: Four essays, [1ère éd. 1971], Princeton, Princeton University Press.

Glynn (K.), 2000, Tabloid Culture: Trash Taste, Popular Power and the Transformation of American Television, Duke University Press.

Goepfert (E-M.), 2010, Médias, Politique et Vie privée. Analyse du phénomène de peopolisation dans la presse écrite française, Thèse de doctorat, Université de Lyon. [Disponible en ligne : http://theses.univ-lyon2.fr/documents/lyon2/2010/goepfert_em#p=0 &a =top]

Healey (J.), 2002, Statistics. A tool for social research, USA, Wadsford group.

Leroux (P.), Sourd (C.), 2005, « Des femmes en représentation. Le politique et le féminin dans la presse », Questions de communication, 7.

Lits (M.), 2009, « La construction du personnage dans la presse people », Communication, 27, 1.

Morin (E.), 1962, L’esprit du temps. Essai sur la culture de masse, Paris, Grasset.

Sineau (M.), 2001, Profession femme politique. Sexe et pouvoir sous la Cinquième République, Paris, Presses de Sciences Po.

Sourd (C.), 2003, L’exclusion symbolique des femmes politiques dans les médias français. Une analyse des campagnes électorales de 2002 dans la presse hebdomadaire, mémoire de fin d’études, Institut d’études politiques, Lyon.

Haut de page

Notes

1 Seules deux semaines en 2009 et une semaine en 2008 ne mettaient en scène un personnage politique en Une d’un titre de la presse people.

2 Le corpus compte 155 numéros par hebdomadaire (ce qui correspond aux 155 semaines de la période envisagée) et 1240 numéros tous titres confondus.

3 Les observations sont ensuite transformées en données quantitatives compilées grâce au logiciel Modalisa, développé par P. Chappot et diffusé par la société Kynos. Ce logiciel sert aux enquêtes de tous types par la création, la codification et l’analyse de questionnaires et d’entretiens.

4 Trois types de visibilités sont identifiés : les visibilités centrales (le personnage politique apparaît dans une photographie dominant toutes les autres), les visibilités moyennes (le personnage politique est mis en scène dans une ou plusieurs photographies de second plan) et, enfin, les visibilités non-iconiques (le personnage est visible par la simple évocation de son nom en Une).

5 Ces chiffres sont issus de l’AEPM 2009-2010 (Audience Etudes Presse Magazine) de la société AudiPresse, société d’études interprofessionnelle de la presse, créée en 2007. [en ligne : http://www.audipresse.fr/ node.php ?id =906&elementid =1791]

6 La mixité des personnages et des lecteurs retrouve l’identité de ces deux hebdomadaires au croisement du news magazines et du magazine people. Leur identités et identification dans le genre people ont été discutées dans une précédente recherche disponible en ligne  (Goepfert, 2010).

7 Nous nous servons essentiellement du test du ¯Ç pour étudier le croisement de variables. L’objectif de ce test est de croiser deux variables et prouver leur indépendance. Modalisa propose la valeur du ¯Ç et nous permet de voir immédiatement s’il y a dépendance ou pas, nous indiquant, d’ailleurs, en toute lettre le résultat de la significativité du croisement (Healey, 2002).

8 On entend par « ut contrôler, dans une certaine mesure, le résultat.

9 D’après l’analyse des Unes parues entre le 14 mai 2007 et le 30 avril 2010, 86 % des titres principaux pour Ici Paris et 88 % pour France Dimanche mettent en scènes des ruptures, des morts, des accidents, et, plus généralement, des drames.

10 Ici, nous prenons en compte, en plus de Cécilia Sarkozy, Carla Bruni-Sarkozy et Nicolas Sarkozy, les fils et les parents de Nicolas Sarkozy, les filles de Cécilia Sarkozy, la première épouse de Nicolas Sarkozy et la mère de Carla Bruni-Sarkozy.

11 L’officialisation de la séparation date du 18 octobre 2007.

12 La peopolisation se détermine dans la confrontation du politique (dans son sens large), du privé et du médiatique. Ainsi, on parle de peopolisation du personnel politique ou de peopolisation de la presse dite sérieuse. Mais ce terme ne concerne pas les médias ou les individus issus du monde du spectacle et du divertissement (cf. Goepfert, 2010).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabl. 1 – Les cinquante-sept personnages politiques et les effectifs d’apparition en Unes
Légende Le fond blanc indique un personnage issu du personnel politique tandis que le fond gris indique un membre de la famille d’un homme ou d’une femme politique.
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/2186/img-1.png
Fichier image/png, 159k
Titre Graph. 1 – Répartition du Genre des personnages par hebdomadaire
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/2186/img-2.png
Fichier image/png, 39k
Titre Graph. 2 – Genre et statuts des personnages politiques
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/2186/img-3.png
Fichier image/png, 50k
Titre Tabl. 2 – La visibilité selon le Genre (sans Nicolas Sarkozy, Carla Bruni, et Cécilia Sarkozy)
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/2186/img-4.png
Fichier image/png, 9,9k
Titre Tabl. 3 – Visibilité des femmes selon les titres
Légende Femmes politiques (foncé), membres de la famille d’un politique (clair)
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/2186/img-5.png
Fichier image/png, 89k
Titre Tabl. 4 – La visibilité des cinq personnages les plus visibles contre tous les autres
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/2186/img-6.png
Fichier image/png, 4,2k
Titre Tabl. 5 – Podium de visibilités des cinq femmes les plus visibles selon les hebdomadaires
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/2186/img-7.png
Fichier image/png, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva-Marie Goepfert, « Les politiques dans la presse people : une affaire de femmes ? », Sciences de la société, 83 | 2011, 104-117.

Référence électronique

Eva-Marie Goepfert, « Les politiques dans la presse people : une affaire de femmes ? », Sciences de la société [En ligne], 83 | 2011, mis en ligne le 26 février 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://sds.revues.org/2186 ; DOI : 10.4000/sds.2186

Haut de page

Auteur

Eva-Marie Goepfert

Docteure en Sciences de l’information et de la communication, Laboratoire elico, Université de Lyon, emgoepfert@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org