Navigation – Plan du site
Notes de lecture

G. Gaglio, J. Lauriol, C. du Tertre (dir.), L’économie de la fonctionnalité : une voie nouvelle vers un développement durable ?

Octarès Editions, Toulouse, 2011,167p.
Hugo Petit
p. 190-192
Référence(s) :

G. Gaglio, J. Lauriol, C. du Tertre (dir.), L’économie de la fonctionnalité : une voie nouvelle vers un développement durable ? Octarès Editions, Toulouse, 2011, 167p.

Texte intégral

1Concept récent, l’Economie de la Fonctionnalité (EF) a fait l’objet de peu de livres en Français. Les contributeurs de l’ouvrage étudié ici sont proches du Club Economie de la Fonctionnalité et développement durable. Créée en 2007, cette structure se propose d’amorcer un dialogue entre les chercheurs et le monde socio-économique, afin de constituer des « communautés de pensée et d’action » (p. 38) à même de renouveler les modèles économiques existants. L’EF porte justement, selon les auteurs, des potentialités de réponse aux problèmes environnementaux et sociaux actuels. Cet aspect programmatique de la démarche confère à l’ouvrage une dimension normative, par ailleurs tout à fait assumée par ses auteurs.

  • 1 Membre du Club de Rome pour lequel il a écrit et dirigé plusieurs rapports.
  • 2 Notamment Functional Economy ou plus récemment Functional Service Economy. Cf. L’économie de foncti (...)

2Le concept d’EF provient d’un rapport du Club de Rome (The Limits to Certainty : Facing Risks in the New Service Economy ; 1989, 1993) coécrit par l’économiste italien Orio Giarini1 et l’architecte suisse Walter Stahel. Appelé à l’origine Service Economy, le concept a connu plusieurs dénominations et a inspiré les PSS (Product-Service Systems)2. L’EF a pour finalité de « créer la valeur d’usage la plus importante possible tout en consommant le moins de ressources matérielle et énergique » (p. 2). Il s’agit de mettre à disposition des consommateurs, non plus des biens (par exemple, une automobile), mais des solutions (la mobilité), associant biens et services. L’EF se caractérise par ailleurs par la non-session des droits de propriété des biens. De sorte que les producteurs sont incités à intégrer les coûts d’usage et de recyclage de ceux-ci dès leur conception, et donc à prolonger leur durée de vie. L’EF se situe ainsi à l’opposé des pratiques d’obsolescence programmée. La notion de valeur économique s’y trouve également transformée car la valeur d’usage se substitue à la valeur d’échange. Selon les auteurs de l’ouvrage, l’EF doit aboutir à un découplage entre croissance et flux matériels.

3Fruit d’une démarche pluridisciplinaire, le livre se compose de deux parties : la première est théorique (« l’EF à l’épreuve des sciences humaines et sociales »), la seconde recense des cas pratiques pouvant être rapprochés du modèle (« l’EF traversée par le réel »). Diverses disciplines sont mobilisées, faisant chacune l’objet d’une contribution : l’économie (C. Du Tertre), les sciences de gestion (J. Lauriol ; E. Rémy), la sociologie (G. Gaglio) et l’ergonomie (F. Hubault). La contribution de Christian Du Tertre s’inscrit dans le cadre de la Théorie de la Régulation, à laquelle il se rattache. Les spécificités que devrait comporter l’EF sont appréhendées dans une comparaison entre quatre « modèles économiques d’entreprise » hiérarchisés, dont (p. 30) le « modèle serviciel durable » (i.e. les expériences menées par Xerox, Michelin ou encore Electrolux, que certains auteurs considèrent comme relevant de l’Economie de Fonctionnalité) et l’EF. Ce dernier modèle se distingue par une « implication territoriale » doublée d’une « logique servicielle » où le développement est « fondé sur les ressources immatérielles » (p. 39). Ainsi, seul le modèle de l’EF parvient à articuler (au lieu de les juxtaposer seulement) les trois dimensions du Développement Durable tel qu’il est défini dans le rapport Brundtland (1988), à savoir : sociale, environnementale et économique (même s’il est précisé plus loin dans l’ouvrage que cette définition est sujette à diverses interprétations). L’auteur conclut que l’EF peut constituer un « levier » vers un nouveau « régime de développement » distinct du régime « industriel et financiarisé » actuel (p. 40).

4Dans la contribution suivante, Jacques Lauriol préconise une rupture avec la logique « end of pipe » qui prédomine depuis le début de la période industrielle, et qui consiste en ce que les externalités sont traitées en fin de cycle. Il critique par ailleurs la représentation de sens commun selon laquelle la croissance possède la capacité de « résoudre les problèmes que rencontre l’humanité » (p. 47). G. Gaglio évoque ensuite les divers usages et appropriations d’une notion qui selon lui « navigue entre environnementalisme et compétitivité » (p. 62). Il ajoute que l’EF « qualifie a posteriori des projets menés par des entreprises ou des collectivités locales, où la volonté de respecter un impératif catégorique environnemental […] n’était pas explicite, ce qui peut amener à douter de sa spécificité » (p. 64). Enfin, F. Hubault clôt cette première partie en posant la question du rapport entre EF et travail, et aborde le possible renouvellement de l’encadrement du travail que constituerait un management de la rupture avec le modèle industriel existant.

5La seconde partie décrit des expériences dans divers domaines (le transport collectif, la poste, les économies d’énergie). Elles permettent d’aborder des problématiques qui n’apparaissaient pas forcément lors de l’analyse théorique du concept : la nécessité d’une transition par étapes vers l’EF, la coordination par une entité des différentes parties prenantes, ou encore la création d’espaces de régulation des tensions que les projets d’EF pourraient susciter. Cependant, le lien de ces expérimentations avec l’EF est parfois ténu. Elle n’est pas à la source de certaines d’entre elles (telles que le projet territorial du groupe La Poste), et le concept n’y est mobilisé que lors d’une évaluation à mi-parcours (comme dans le programme de rénovation énergétique MDE 52-55, mis en place notamment par EDF). A l’image des exemples d’EF fréquemment cités (Xerox, Michelin), le rapprochement n’est effectué que rétrospectivement. La dimension réellement prescriptive du concept à l’heure actuelle est donc mise en question.

  • 3 Boltanski L., Chiapello E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

6Les auteurs soulignent tous l’impératif de dissociation entre la croissance et la consommation de matières premières. Ils prennent également soin de clarifier le sens donné ici à « fonctionnalité ». L’emploi du terme se distingue de son acception traditionnelle en sciences sociales, et renvoie à une « manière évolutive de s’approprier un bien ou un service » (p. 9). Leurs définitions de l’EF impliquent par ailleurs une collaboration entre parties prenantes (les entreprises et les collectivités, notamment), une prise en compte des territoires ainsi que la mise en place de dispositifs institutionnels. Le consommateur/usager occupe une place centrale, tant l’EF implique un changement du rapport à la consommation et aux objets. Il devrait donc être associé à l’élaboration des offres d’EF (dans le cadre d’une coproduction, caractéristique de la relation de service). Aussi, les auteurs en appellent à un renouvellement du marketing, dont les pratiques sont considérées comme « peu calées aujourd’hui sur le paradigme de la durabilité » (p. 18). Ils appellent enfin à un renouvellement de la notion de performance et des critères d’évaluation, avec la prise en compte des ressources immatérielles et des données qualitatives d’ordinaire ignorées. De plus, ils distinguent leurs préconisations des stratégies d’éco-efficience, discutables en termes environnementaux en raison de l’effet rebond. Ainsi, il ne s’agit pas seulement de diminuer les ressources utilisées dans la production, mais de produire plus de valeur avec une moindre quantité de ressources. Ils évoquent enfin la possibilité d’une récupération de la « critique verte » du capitalisme par le marketing, à l’image de la « critique-artiste »3.

7On peut regretter néanmoins que la notion demeure mouvante. La définition de l’EF est souvent appréhendée en creux, en la comparant à d’autres offres de services (le bouquet) ou concepts liés au développement durable (l’écologie industrielle). Si la critique de la croissance constituée en « impératif catégorique » (p. 10) est au principe des préconisations des auteurs­ –la recherche d’un « autre rapport à l’économique » –, certains vantent les potentialités de l’EF en termes de « gisements de croissance » (p. 56) durable. Peut-être aurait-il fallu aborder et discuter la notion de « croissance immatérielle » au regard notamment de l’effet rebond. Certains obstacles possibles à l’EF (tels que la contradiction apparente avec l’idée d’innovation ou la norme de possession des objets) auraient gagné à être traités plus en détail. L’ouvrage est ainsi davantage programmatique que critique. L’EF, comme l’écrivent les auteurs, demeure un terrain de recherche en friche fort intéressant, dont l’exploration est loin d’être achevée.

Haut de page

Notes

1 Membre du Club de Rome pour lequel il a écrit et dirigé plusieurs rapports.

2 Notamment Functional Economy ou plus récemment Functional Service Economy. Cf. L’économie de fonctionnalité : définition et état de l’art, Johan Van Niel, mai 2007.

3 Boltanski L., Chiapello E. (1999). Le nouvel esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Petit, « G. Gaglio, J. Lauriol, C. du Tertre (dir.), L’économie de la fonctionnalité : une voie nouvelle vers un développement durable ? », Sciences de la société, 82 | 2011, 190-192.

Référence électronique

Hugo Petit, « G. Gaglio, J. Lauriol, C. du Tertre (dir.), L’économie de la fonctionnalité : une voie nouvelle vers un développement durable ? », Sciences de la société [En ligne], 82 | 2011, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://sds.revues.org/2105

Haut de page

Auteur

Hugo Petit

IEP de Lille et Université Lille 1, Orange Labs/SENSE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org