Navigation – Plan du site
Notes de lecture

François Dubet, À quoi sert vraiment un sociologue ?

Paris, Armand Colin, 2011
Franck Cochoy
p. 188-190
Référence(s) :

François Dubet, À quoi sert vraiment un sociologue ? Paris, Armand Colin, 2011.

Texte intégral

1Dans son dernier livre, À quoi sert vraiment un sociologue ? François Dubet parvient à opérer un tour de force assez rare, qui consiste à formuler des réponses dans lesquelles tout sociologue censé devrait se reconnaître, tout en offrant un point de vue très personnel, original, bienveillant mais aussi parfois critique sur notre discipline et sur notre société.

2François Dubet s’intéresse moins à l’utilité de la sociologie qu’à celle du sociologue. Ce faisant, il nous permet de comprendre que pour être utile, la sociologie doit être incarnée. Pour reprendre ses propres termes, ce qui compte, c’est moins la « critique » que l’« engagement » du sociologue, à savoir une attitude de responsabilité participative qui permet d’éviter les réponses trop générales et de montrer que l’utilité possible de notre discipline est indissociable d’une pratique personnelle, qui nous est livrée ici.

3Il faut souligner la dimension très autobiographique de l’ouvrage, une dimension qui s’affirme de plus en plus à mesure que l’on avance dans sa lecture. L’utilité du sociologue est à replacer ici dans le sillage d’une fidélité sans faille à Alain Touraine, de l’inspiration humaniste de la sociologie du travail et du souci d’accompagner les mouvements sociaux d’une façon décalée, c’est-à-dire non pas sous la forme de l’adhésion militante, mais grâce à la maïeutique de l’intervention sociologique dont ce livre nous offre une défense vibrante. Pour paraphraser François Dubet, on peut dire que tout ce qui fait l’intérêt, la valeur et le poids de son livre c’est de nous livrer la sociologie d’une expérience, et pas n’importe laquelle. Traiter la question de l’utilité de la sociologie n’est pas à la portée du premier sociologue venu, même si c’est souvent le premier sociologue venu qui se montre le plus prompt à revendiquer son utilité. C’est parce qu’il a beaucoup servi, comme on dit d’un serviteur de l’État, et parce que sa sociologie sert, au sens où elle est mise au travail, que François Dubet est l’un des rares d’entre nous à pouvoir se risquer de façon fiable à traiter cette question. François Dubet est un (très) bon sociologue, non seulement au sens de sociologue de qualité, mais aussi de sociologue « bon », qui reprend à son compte le souci durkheimien de se mettre au service de la société et d’essayer de contribuer à la résolution de ses difficultés. Ainsi, ce n’est pas le moindre mérite d’un ancien conseiller ministériel que de reconnaître que « C’est dans la salle d’un centre social avec quelques dizaines de personnes [qu’il a] vraiment le sentiment que la sociologie sert à quelque chose. » (p. 136).

4François Dubet se montre très généreux, puisqu’il n’envisage la sociologie que pour les autres. Je me garderai bien de résumer son livre car je tiens à ce qu’il soit lu, mais je peux dire, pour qu’il le soit, que cet ouvrage nous apprend mille choses sur tout ce que la sociologie peut apporter à l’éducation, à l’université, à l’expertise, aux étudiants, aux enfants d’origine défavorisée, et encore à bien d’autres domaines et acteurs. C’est un petit livre très modeste et lucide, puisque, si François Dubet nous montre, en s’appuyant sur son parcours et son action, qu’un sociologue peut par exemple contribuer à changer les pratiques éducatives en prolongeant la scolarité et en définissant des connaissances communes pour donner leur chance aux élèves les plus faibles, il est aussi parfaitement conscient que les acteurs font le tri, qu’ils laissent de côté ce qui les dérange, comme l’idée d’une éducation par l’humiliation des élèves, et qu’ils reprennent les pistes du sociologue à leur manière, ce que résume une série de belles formules : « c’est moins la sociologie qui définit son utilité sociale que la société qui définit l’utilité de la sociologie » (p. 19) ; « Il ne me semble pas forcément mauvais que les travaux des sociologues soient connus et ‘récupérés’ par le système » (p. 68) ; « les sciences sociales jouent un rôle politique et social […] mais c’est un rôle qu’elles ne maîtrisent guère » (p. 140) ; « le livre ou l’article, une fois écrit et publié, entre dans une vie qui échappe à son auteur » (p. 128).

5On peut dire, sans doute en dépit de François Dubet lui-même, que sa façon de voir est très proche de la manière dont Bruno Latour – qu’il ne cite jamais – a rendu compte du travail scientifique en train de se faire : comme Latour Dubet montre que l’on n’a jamais raison contre les foules ; que le succès de la science exige à la fois de durcir des faits et d’entreprendre un effort politique pour les construire, pour les accompagner et si possible pour « faire école » ; que le sort des énoncés scientifiques est d’être sans cesse traduit et trahi par tous ceux dont ils rejoignent les intérêts. Toutefois, François Dubet semble poser des limites à la deuxième forme de pratique, ce qui pose une question intéressante sur le partage entre le savant et le politique : s’agit-il d’instaurer une nécessaire division du travail entre la production des connaissances et leur mise en œuvre, en raison de compétences différenciées ? Ou s’agit-il de répondre à une question morale, d’après laquelle il existerait un point au-delà duquel le sociologue perd sa science et devrait donc laisser à d’autres que lui le soin de porter ses travaux ? Ou s’agit-il simplement d’une question de goût et de tempérament ?

6Ce texte ouvre au moins trois débats passionnants. Le premier concerne une ambiguïté. D’un côté, si on lit attentivement son texte, on voit que François Dubet nous offre une vision assez large des usages possibles de la sociologie, dont la liste nous est donnée dès la page 23 : « Il me semble […] qu’aujourd’hui, dit Dubet, la sociologie est utile et qu’elle l’est de plusieurs manières. Elle est utile quand elle est critique, quand elle montre que la société n’est pas ce qu’elle croit être. Elle est utile quand elle conseille. Elle est utile quand elle crée des connaissances ‘pures’ et de l’expertise pratique ». Mais d’un autre côté, le même François Dubet consacre très peu de développements à la production de connaissances pures, et nous dit même que « la sociologie doit rester liée aux problèmes sociaux. Elle doit s’intéresser à ce qui fait mal aux sociétés et à ce qui les intéresse ou à ce qui les dérange et qu’elles ne veulent pas voir. » (p. 58). Une telle vision peut inquiéter tous ceux qui qui sont peu sûrs que l’expertise sociologique soit toujours pertinente, ou qui penseraient ne pas pouvoir faire aussi bien et craindraient alors d’être frappés d’inutilité : l’engagement est-il nécessaire ? Le sociologue peut-il encore prétendre servir à quelque chose lorsqu’il étudie d’autres objets que des problèmes sociaux ? Y a-t-il un sens à étudier des situations sociales non problématiques, si tant est que cela existe ? On rejoint ici la question de la critique. En sociologie, la critique est synonyme de dénonciation. Cette réduction de la critique à l’adoption d’une posture morale et politique qui va tant de soi en sociologie est étonnante du point de vue des lettres, où la critique désigne plutôt une activité d’élucidation et de valorisation de l’objet qu’on étudie, et non un effort visant à le mettre en cause et à le dénoncer. Le sociologue gagnerait-il à envisager sa pratique dans les mêmes termes que le critique littéraire ? Y a-t-il quelque intérêt à explorer la société comme on décortique les œuvres de fiction ? En d’autres termes, est-il légitime de comprendre, d’intéresser, d’informer, sans chercher forcément à transformer le monde ?

7Le second débat prolonge le premier et concerne le pluralisme de la sociologie auquel François Dubet se montre très attentif. On pourrait se demander à quoi servent les sociologies, en sous-entendant par là qu’en avoir plusieurs pourrait peut-être plutôt nous desservir. François Dubet nous rassure en montrant que le pluralisme explicatif qui caractérise notre discipline est moins dramatique qu’il n’y paraît, puisque ces modèles que l’on a longtemps opposés entre eux sont en fait souvent combinés, et désignent même les différentes faces d’une même réalité. J’ajouterai que la sociologie est une discipline qui a vieilli, ce qui est très heureux. Nous avons désormais le recul nécessaire pour examiner tous ces modèles qui se sont succédé. Jadis, chacun d’entre eux a prétendu à son tour être meilleur que ceux qui l’avaient précédé, et donc pouvoir à ce titre les dépasser et les remplacer, jusqu’à ce qu’un autre modèle alternatif apparaisse avec le même discours et les mêmes prétentions. Aujourd’hui le coût d’un nouveau modèle à vocation exclusive est devenu non seulement prohibitif mais l’ambition même de concevoir un cadre analytique de ce type est devenue ridicule. Nous sommes donc dans une phase plutôt apaisée, très raisonnable, ou plusieurs sociologues comme Dubet, Lahire ou Thévenot (etc.) essayent plutôt d’articuler les sociologies disponibles, d’être interactionniste pour la saisie des échanges éphémères, stratège ou rationaliste lorsqu’il s’agit d’analyser les organisations ou les marchés, culturaliste lorsque l’on est dans le cadre des relations communautaires ou domestiques, etc. Considérées ainsi, plus nous avons de sociologies et de regards, plus nous aurons une chance d’être utiles. Mais cela pose une autre question : celle de l’utilité relative de cette sociologie plurielle, et de ses relations avec les autres disciplines. Durkheim avait construit la sociologie contre les autres disciplines, notamment l’économie, au nom du primat du social. Aujourd’hui, François Dubet nous dit que « pour être un bon sociologue il faut avoir quelques connaissances en histoire, en économie, en psychologie… » (p. 176). Ne faudrait-il pas aller plus loin, et reconnaître que la compréhension du monde ne peut se restreindre à l’éclairage d’une seule discipline, au risque d’amoindrir l’utilité relative de la nôtre et de la contraindre à l’interdisciplinarité ?

8Derrière cette question de l’utilité relative de la sociologie se profile un dernier débat, qui consiste à se demander pour qui le sociologue se montre aujourd’hui le plus utile – pour le monde social extérieur ou pour les collègues sociologues – et si ces deux missions se complètent ou s’opposent. On peut en effet se demander si l’un des drames de la sociologie d’aujourd’hui n’est pas que cette discipline sert souvent davantage à déniaiser les sociologues qu’à édifier les acteurs et à surmonter les problèmes qu’ils rencontrent dans le cours de leur existence. Le débat sur le pluralisme que je viens d’évoquer va dans ce sens. En fait, beaucoup d’autres éléments du livre concernent l’utilité de la sociologie pour la sociologie, lorsque François Dubet aborde par exemple les excès de la critique et le confort de sa « pose » (chapitre 5), le refus dommageable de l’interdisciplinarité (chapitre 2), les excès du constructivisme (chapitre 3). « [Je] combats quelques adversaires, nous dit Dubet : les apories du choix rationnel, le tout domination, la dissolution de la vie sociale dans la microsociologie… » (p. 151). La façon dont François Dubet entend que sa sociologie serve à ses collègues sociologues est éminemment utile et devrait faire école, puisqu’elle repose sur un sage conseil teinté de morale kantienne consistant à « ne pas appliquer à autrui les modèles sociologiques que l’on ne s’appliquerait pas à soi-même » (p. 86). Mais cette utilité réflexive de la sociologie entretient-elle un rapport avec son utilité sociale, et si oui lequel ? J’avais été frappé par le propos de Pierre Rosanvallon lors d’une conférence, où il expliquait que la place politique des intellectuels avait changé : d’après lui, les sciences sociales auraient perdu le rôle de conseiller du Prince dont elles disposaient encore quelques décennies plus tôt. Aujourd’hui les politiques se débrouillent de plus en plus par eux-mêmes, ou avec l’aide de consultants. On peut se demander alors si les changements de positionnement ne visent pas tout simplement à prendre acte du recul des sciences sociales : certains se mettraient à écrire pour les collègues faute d’être écoutés ailleurs ; d’autres parleraient d’acteur plus que de système, puisqu’ils n’ont plus guère prise sur la société d’ensemble ; la sociologie pragmatique reconnaîtrait les capacités critiques des acteurs, à mesure que ces derniers se passent de nous, etc. D’un côté, François Dubet semble participer à ce genre de repositionnement, par exemple lorsqu’il reconnaît que « Ne pouvant plus définir la bonne société, on peut toujours essayer de penser ce que serait une société bonne pour les individus » (p. 100). Mais d’un autre côté, son ouvrage est à la fois très courageux et très clairvoyant puisqu’il plaide pour un « retour de la société », mais « au nom de l’individualisme même » (p. 106) ; en cela, il s’agit bien d’aller à contre-courant de la relégation des intellectuels pour leur redonner toute leur place, et donc être doublement utile, à la fois pour la sociologie et pour la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Cochoy, « François Dubet, À quoi sert vraiment un sociologue ? », Sciences de la société, 82 | 2011, 188-190.

Référence électronique

Franck Cochoy, « François Dubet, À quoi sert vraiment un sociologue ? », Sciences de la société [En ligne], 82 | 2011, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://sds.revues.org/2102

Haut de page

Auteur

Franck Cochoy

Professeur de sociologie, UMR CERTOP-UTM
franck.cochoy@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org