Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Sandrine Barrey et Emmanuel Kessous (dir.), Consommer et protéger l’environnement, opposition ou convergence ?

L’Harmattan, Coll. « dossiers sciences humaines et sociales », mai 2011
Jan Smolinski
p. 185-186
Référence(s) :

Sandrine Barrey et Emmanuel Kessous (dir.), Consommer et protéger l’environnement, opposition ou convergence ? L’Harmattan, Coll. « dossiers sciences humaines et sociales », mai 2011.

Texte intégral

  • 1 Emmanuel Kessous, Ariane Debourdeau, Isabelle Garabuau-Moussaoui, Roland Canu, Eve Chiapello et Ann (...)

1Œuvrer au rapprochement de deux notions entretenant des relations longtemps incertaines voire antagonistes, voilà le défi que se sont lancé, avec le concours de huit contributions1, Sandrine Barrey et Emmanuel Kessous dans leur ouvrage collectif « Consommer et protéger l’environnement : opposition ou convergence ».

2Les pouvoirs publics pensaient avoir trouvé sur des marchés régulés, en accord avec les principes défendus par le rapport Brundtland et sa notion de développement durable, une réponse viable à une conciliation des intérêts économiques et environnementaux en s’appuyant notamment sur la disposition au calcul des acteurs. Toutefois, s’arrêter à cette dimension semble réduire, voire trahir la problématique qui s’offre ici aux chercheurs. Au-delà des logiques de calcul, ce rapprochement doit enrichir le raisonnement marchand d’approfondissements « internes » (considération des impacts inattendus) et « externes » (considération des nouvelles modalités de consommation). Rendre compte de ces enjeux et de la complexité des modalités de réponse est donc l’objectif de cet ouvrage collectif qui s’organise autour d’une partition des contributions en deux grandes sections : l’une consacrée à une volonté de réduction des dépenses énergétiques, l’autre dirigée vers la question plus élargie des modes de consommation alternatifs.

3Emmanuel Kessous analyse les dispositifs « écotics » (Technologie de l’Information et de la Communication Ecologique) et les traces énergétiques à la lumière des notions de « conception de la responsabilité » (rationalité limitée de l’individu liée à la théorie de l’économie de l’attention), de « jugements moraux » (la connaissance détaillée de la consommation permet le jugement) et « d’attention énergétique ». Il développe l’idée selon laquelle la responsabilité se lie à une rationalité limitée de l’individu qui invite à considérer la prise en compte des valeurs, des facteurs non marchands dans le processus décisionnel et gestionnaire de l’individu. Ariane Debourdeau présente une étude de la « domestication du solaire », au sens d’une intégration de cette technologie dans les usages et les habitats. Elle met en évidence un accroissement des inégalités d’accès au statut hybride de consommateur/producteur d’électricité et suggère une prise en compte de cet élément par les pouvoirs politiques. L’intention de placer le consommateur au centre du débat a également été suivie par Isabelle Garabuau-Moussaoui. Son intérêt porte sur l’appropriation, par la structure familiale, des préoccupations énergétiques et donc des reconfigurations de celle-ci à l’aune de la gestion des énergies. L’auteur montre que l’implication des enfants, définie par une socialisation primaire extérieure à la sphère familiale (école, magazines...), se heurte à une gestion d’un adulte maître de son foyer et des questions d’économie énergétique. À rebours des précédentes contributions, Roland Canu porte son attention non sur le consommateur mais sur les professionnels du marché. Il développe une approche du processus de production d’un affichage environnemental visant à informer le consommateur de la qualité écologique des produits qui lui sont proposés. Retracer cette genèse lui permet d’analyser la représentation faite par les professionnels d’un public qu’il est nécessaire, dans un même mouvement, de « fantasmer », afin d’en provoquer et préparer la présence.

  • 2 Il s’agit de répondre aux questions : qui sont-ils, que défendent-ils et que préconisent-ils ?
  • 3 Le terme de consommation durable est ici privilégié au terme de développement durable car pour la p (...)

4La seconde section du livre réunit des travaux autour de la question de l’engagement du consommateur, au sens « militant » du terme, dans son acte consumériste. Eve Chiapello et Anne Hurand se sont, dans cette optique, intéressées au mouvement qui se réclame de la décroissance, dont la particularité est moins de s’intéresser au produit en lui-même, dans le sens d’une considération qualitative, qu’à la quantité de produit consommé, soit une considération quantitative. Il s’agit alors d’aller à la rencontre de ces « objecteurs de croissance » grâce à une analyse de leurs modes de vie expérimentant un métissage entre urbanité et considération écologique2, et donc de leur capacité à se positionner comme annonciateurs d’une décroissance durable3. Au-delà d’une tentative de définition du profil de l’objecteur de croissance, les auteurs mettent en évidence un individu intégré au « monde croissant » mais prônant une critique de ce monde – quoique difficile dans la pratique – raisonnée, maîtrisée et inspirée par une actualité de crise. Marquant un retour à « la terre » et à une vision plus qualitative du produit consommé, Claire Lamine examine le fonctionnement des AMAPs (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne), système de production et de distribution gommant les intermédiaires entre producteur et consommateur, avec l’appui des théories de la modernisation écologique et du treadmill of production. Nous assistons avec ce travail à la présentation d’un dispositif « verrouillé », car lié au système agro-alimentaire global, et source d’inégalités sociales entre producteurs et consommateurs. Si Claire Lamine s’est attachée à l’analyse d’un dispositif concret, Marion Vidal structure son travail autour d’un concept, celui de consommation « locale ». Entre représentation de cette notion par les consommateurs et apport théorique extrait de l’économie des conventions, il apparaît que la définition du terme « local » par les usagers s’apparente à une confusion entre achat de proximité et production de proximité. C’est donc une domination du lien, de la relation marchande sur la réalité du déplacement du produit, qui semble, selon l’auteur, à l’œuvre ici. La dernière contribution revient à Sandrine Barrey, Elodie Pucheu et Catherine Mariojouls qui consacrent une étude à la « perception des risques », par le consommateur, consécutive à une hypothétique arrivée des poissons transgéniques sur le marché français. En l’absence d’éléments tangibles permettant au consommateur de juger la qualité des produits, il y a « récupération », c'est-à-dire réhabilitation et utilisation par le consommateur d’événements passés, de cas concrets à disposition d’une mémoire collective.

5Une réflexion sur une consommation soucieuse de l’environnement s’enrichit d’une contextualisation historique rendant compte de « frottements » relationnels plus complexes. L’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), organisme précurseur en matière de réconciliation de l’économie et de l’écologie proposa dès 1951 un rapport sur l’état de l’environnement dans le monde. La notion de « sustainable development » présente dans le rapport de Brundtland a fait l’objet de différentes traductions symptomatiques d’un débat terminologique présentant la notion de développement durable comme n’étant pas si « naturelle ». L’ouvrage dirigé par Sandrine Barrey et Emmanuel Kessous met en lumière ces intrications et ouvre une fenêtre sur une mosaïque de paysages. La multiplicité des regards proposés dans cet ouvrage collectif offrent un domaine de réflexion autour des enjeux soulevés par les motivations de consommation et protection de l’environnement. Regarder au-delà du marché, comme nous le suggèrent Sandrine Barrey et Emmanuel Kessous, c’est observer les éléments qui interpellent le marché, ou qui sont susceptibles d’être volontairement saisi par lui. Peut-être une redéfinition de ce qui constitue aujourd’hui un produit de qualité ?

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Kessous, Ariane Debourdeau, Isabelle Garabuau-Moussaoui, Roland Canu, Eve Chiapello et Anne Hurand, Claire Lamine, Marion Vidal, Sandrine Barrey - Catherine Mariojouls et Elodie Pucheu.

2 Il s’agit de répondre aux questions : qui sont-ils, que défendent-ils et que préconisent-ils ?

3 Le terme de consommation durable est ici privilégié au terme de développement durable car pour la population cible les notions de « développement » et de « durable » sont antagonistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Smolinski, « Sandrine Barrey et Emmanuel Kessous (dir.), Consommer et protéger l’environnement, opposition ou convergence ? », Sciences de la société, 82 | 2011, 185-186.

Référence électronique

Jan Smolinski, « Sandrine Barrey et Emmanuel Kessous (dir.), Consommer et protéger l’environnement, opposition ou convergence ? », Sciences de la société [En ligne], 82 | 2011, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://sds.revues.org/2099

Haut de page

Auteur

Jan Smolinski

Doctorant au CERTOP
j.smolinski@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org