Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Marie-Emmanuelle Chessel, Histoire de la consommation

Paris, La Découverte (collection Repères), 2012, 122 p.
Anaïs Daniau
p. 186-187
Référence(s) :

Marie-Emmanuelle Chessel, Histoire de la consommation, Paris, La Découverte (collection Repères), 2012, 122 p.

Texte intégral

1Présentée comme la « première synthèse sur l'histoire de la consommation » en quatrième de couverture, il est vrai que l'histoire de la consommation proposée par Marie-Emmanuelle Chessel vient combler un vide, du moins en langue française. Paru en janvier 2012, le Repères de l'historienne enrichit une historiographie française en plein renouvellement depuis les années 2000 et participe à rattraper notre retard vis-à-vis de nos voisins européens (notamment l'Angleterre et l'Allemagne). L'ouvrage se donne pour objectif de reconstituer l'histoire de la consommation, qui se définit pour l'auteure comme « celle de la production, de la diffusion de l’achat et de l’usage d’un nombre croissant de biens par une proportion croissante d’hommes et de femmes prenant progressivement l’identité de ‘consommateurs’ » [p.3]. Cette définition posée, le travail est loin d'être terminé car se posent alors trois questions essentielles : quand naît cette culture de consommation et à quelle date faire démarrer son histoire ? Quels sont les lieux de son émergence et quels sont ceux sur lesquels opérer la synthèse ? Enfin, quels sont les acteurs de son histoire ?

2Considérant que la société de consommation émerge au cours du xviiie, Marie-Emmanuelle Chessel privilégie une démarche d'histoire sociale et met en exergue les divers acteurs qui participent à l'essor de la consommation : consommateurs, acteurs et experts du marché, mais aussi tous ceux pour qui l'émergence de cette culture constitue un objet de débat – représentants de l'Etat, réformateurs, journalistes, etc. Essentiellement concentrée sur le cas français, l'auteure ne délaisse pas pour autant le contexte européen et international, en piochant de nombreux exemples aux États-Unis – le modèle en la matière – mais également en Chine, en Allemagne, en Angleterre. La synthèse de Marie-Emmanuelle Chessel se « construit à la fois selon un axe chronologique et thématique » [p.8]. Ainsi, si les deux premiers chapitres portent sur l'émergence et le développement de la société de consommation, les quatre chapitres suivants visent à éclairer des processus plus particuliers. Dans un premier temps, elle montre que la fin du xviiie et le xixe siècle correspondent à la période de transition entre le modèle binaire de l’Ancien Régime – qui oppose stratégies de survie dans les milieux populaires et pratiques de distinction de l’aristocratie – à une culture de la consommation. Cette mutation se manifeste à travers l’élargissement de la gamme des biens et des personnes susceptibles de les posséder, l’apparition des pensées mercantiliste et libérale valorisant le luxe, et enfin la transformation des modes de production et de distribution (chap. I).

3Toutefois, on ne peut encore parler de société de consommation de masse, telle que la décrira bien plus tard Baudrillard. Celle-ci s’installe réellement au cours du xxe siècle grâce à la diffusion du modèle fordiste américain. Ce dernier s’impose progressivement en dépit des difficultés occasionnées par le contexte historique oscillant entre guerres et crises, mais aussi par les résistances des consommateurs européens. La consommation de masse se caractérise par la massification des biens et par la prolifération d’espaces de distribution de plus en plus diversifiés et segmentés. Les services et lois qui visent à faciliter et à encadrer la consommation, tout comme les organismes qui enquêtent sur les pratiques de consommation sont autant d’éléments qui participent à la construction du consommateur comme entité sociale à part entière (chap. II).

4La suite de l’ouvrage porte sur quatre processus qui sous-tendent l’essor de la société de consommation : l'américanisation progressive – mais relative – des modes de vie, l’émergence d'experts du marché, la constitution d'un genre de la consommation, et enfin les phénomènes d'organisation de consommateurs. L’auteure interroge la prégnance du modèle américain, et montre que celle-ci est relative et s’appuie sur des acteurs tant américains que français (chap. III). La société de consommation serait alors le résultat d’une construction dont certains acteurs se réclament spécialistes : publicitaires, marketeurs et autres professionnels du marché deviennent les experts de la consommation (chap. IV). L’essor de cette société donne lieu à la construction de stéréotypes et de pratiques genrés, où le consommateur est finalement une consommatrice (chap. V). L’auteure conclut en rétablissant l’équilibre dans son argumentation : si la société de consommation est gérée et construite par de nombreux acteurs, les consommateurs ne sont pas totalement passifs et s’organisent pour faire entendre un discours politique (chap. VI). Le choix d'étudier ces quatre processus n'est pas étonnant. On y voit l'héritage des nombreux travaux de l'historienne sur le travail marchand et sur la consommation engagée (citons sa thèse sur la publicité et plus récemment son HDR : De la gestion à la citoyenneté. Une histoire de la consommation contemporaine, HDR en histoire, 2009), mais également le résultat de ses recherches plus récentes portant sur les milieux réformateurs et le genre de la consommation (cf. sa contribution dans le numéro « Spécial consommation » de l'Année Sociologique en 2011).

5Tributaire des travaux de l'auteure, l'ouvrage reste lacunaire sur des questions comme le lien entre consommation et développement économique, ou encore sur l'histoire de la distribution abordée seulement en pointillés. Bien entendu, le format synthétique du document lui permet difficilement de répondre à ce souci d’exhaustivité. Retraçant dans ses grandes tendances l'histoire de la société de consommation – sans toutefois en sacrifier la complexité – l'auteure tient son pari en nous présentant une synthèse riche, accessible, et surtout pleine de promesses. Véritable invitation à enrichir ce champ de recherche, l'historienne souligne à de nombreuses reprises les aspects qui mériteraient d'être étudiés – par exemple la genèse du commerce équitable en France, ou encore les effets de la féminisation du marketing français. Elle conclut son ouvrage en nous incitant à approfondir la thématique des consommateurs ordinaires dont « [l'] histoire reste en grande partie à écrire » [p.101]. Il est alors tentant d'imaginer que cette synthèse va impulser de nouvelles dynamiques de recherche au sein de l'histoire de la consommation. La publication en 2012-2013 du nouvel ouvrage de Jean-Claude Daumas « La France des consommateurs, 1830-2010 » qui participera au renouvellement de cette historiographie, confirme cette intuition.

6Indispensable pour les historiens, tant novices que confirmés, ce livre suscitera également l’intérêt des autres chercheurs en sciences sociales – sociologues, géographes – dont l’objet d’étude touche de près ou de loin à la consommation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Daniau, « Marie-Emmanuelle Chessel, Histoire de la consommation », Sciences de la société, 82 | 2011, 186-187.

Référence électronique

Anaïs Daniau, « Marie-Emmanuelle Chessel, Histoire de la consommation », Sciences de la société [En ligne], 82 | 2011, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://sds.revues.org/2094

Haut de page

Auteur

Anaïs Daniau

Etudiante en master, chercheuse-stagiaire au laboratoire UMR CERTOP-Université Toulouse Le Mirail
anais.daniau@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org