Navigation – Plan du site
Notes de recherche

Ethnographier les liens entre travail et domicile : manières de traiter un questionnement (1970-2010)

Anne Monjaret
p. 143-157

Résumé

Les espaces de vie, qu’ils soient professionnels, résidentiels ou autres, sont des territoires que les ethnographes du domaine français, ethnologues et sociologues, n’ont pas négligés et ne négligent toujours pas. Comment ces derniers les ont-ils interrogés ? Ont-ils préféré les étudier en les distinguant ou en les articulant ? Autrement dit, ont-ils pris en considération les liens qui existent entre ces espaces ? Si oui, quand, de quelles façons et pourquoi ? Quel intérêt y a-t-il à ethnographier les liens entre travail et domicile ? Quelles sont les circonstances d’émergence des nouveaux questionnements ? Pour répondre à ces questions, nous nous proposons ici de revisiter les travaux de ces ethnographes, et ce à partir des années 1970, période où l’ethnologie contemporaine de la France, se développe. Cet exercice épistémologique n’est pas seulement l’occasion de dresser un premier tableau analytique sur le sujet mais, au-delà du cas de figure, il est surtout le moyen d’apporter un aperçu sur les dynamiques de la connaissance ethnographique sur près de 40 ans.

Haut de page

Texte intégral

1 Etudier un groupe donné sur ses territoires de vie en étant au plus près des activités de ses membres relève d’une approche ethnologique classique. L’unité de production comme l’unité de reproduction, le travail comme la résidence, spatialement circonscrits, ont fait l’objet d’une attention particulière, étant au cœur de l’organisation sociale de toute société. Les liens entre ces différents territoires apparaissent comme une évidence ethnologique. La place privilégiée de la monographie et plus encore celle réservée à la notion maussienne de « fait social total » en ethnologie n’y sont sans doute pas pour rien. En rappelant que « les relations organiques qui se nouent entre les dimensions du ‘fait social total’ impliquent que parler de l’une, c’est immédiatement parler des autres », Olivier Schwartz (1993, 295) suggère ainsi d’analyser les mécanismes d’« orchestration » entre toutes ces dimensions. Ces orientations tendent à décloisonner les champs disciplinaires – parenté, travail, loisir, habitat, etc. –, cloisonnement d’ordre analytique, pendant longtemps, plus fortement marqué en sociologie, qui s’organise selon un partage strict par domaine.

  • 1 L’expression n’est pas à entendre dans sa connotation négative ; elle renvoie en écho à l’approche (...)

2Ce constat, un peu schématique, dans sa considération disciplinaire et méthodologique, nous pousse à revenir sur la façon dont les chercheurs en sciences sociales, au cours des décennies précédentes, ont traité la question des territoires et de leurs liens. L’intérêt pour cette problématique s’est concrétisé au fur et à mesure de l’avancée de nos recherches ethnographiques en France sur les territoires professionnels et résidentiels, étudiés d’abord distinctement, puis dans leurs relations à travers les pratiques des individus. Dès les années 1980, nous nous sommes ainsi intéressées, d’un côté, aux espaces domestiques et, de l’autre, aux métiers, à leurs techniques et à l’entreprise. Si nous abordions également l’activité de travail proprement dite, nous abordions surtout l’« à-côté »1 du travail au sein des lieux professionnels et très partiellement le « travail à-côté », à domicile, respectant une division spatiale des pratiques, qui reproduit en définitive un principe de bipolarité… C’est sans doute une certaine insatisfaction vis-à-vis de cette lecture du social qui nous a conduite, dans les années 1990, à prendre en considération le croisement des « sphères » (privée/professionnelle) et le marquage de leurs frontières ; puis dans les années 2000, à entamer une réflexion sur l’expression de leurs liens : passage ou « continuum » et séparation ou fusion – Georg Simmel parlerait de « pont » et de « porte » (Simmel, 1988) –, postulant ainsi pour une ethnographie de la circulation des hommes et des choses qui tiendrait compte du double mouvement, d’un mouvement de balancier, d’un lieu à un autre.

3L’analyse des liens entre les territoires de vie revient, dans notre parcours intellectuel, comme leitmotiv, plus ou moins explicite d’ailleurs, révélateur d’une volonté de réinterroger voire déconstruire les évidences disciplinaires. Si l’idée d’un lien organique entre « travail » et « domicile » ou encore entre « travail » et « hors travail » n’est en effet plus à démontrer, tradition disciplinaire oblige, en revanche, les formes que ce lien prend concrètement, le sont encore. Dans nos recherches, l’ethnographie du quotidien des individus nous a aidé à mesurer les formes et la nature de ces liens. Il s’est agi d’être attentif non pas aux activités, respectivement de travail, de loisir ou domestiques, mais aux expressions de leurs imbrications ou distinctions, aux modalités de leurs jonctions ou séparations. Au-delà de ce cheminement intellectuel singulier, ce qui nous intéresse à présent, c’est de savoir comment d’autres chercheurs en sciences sociales et humaines, en particulier les ethnographes, ethnologues ou sociologues, de la France, ont pensé, étudié, analysé les liens entre les différentes territoires de vie d’un groupe (d’individus), comment ils se sont emparés ou non de cette interrogation, comment ils l’ont prise en compte et traitée depuis près de 40 ans, comment aussi ils ont adapté leurs outils face à une société complexe, urbaine et industrielle, en perpétuelle mutation, pour répondre à leur questionnement.

  • 2 Pour ce faire, nous avons réuni un corpus de textes d’ethnologues et de sociologues de la France ay (...)
  • 3 Nous observons que les chercheurs, fervents de l’ethnographie et travaillant sur des terrains franç (...)
  • 4 Certains auteurs se revendiquent de la sociologie et d’autres, de l’ethnologie, d’autres encore aff (...)

4Cet article vise donc à un premier état des lieux. Si nous avons choisi de commencer cet état des lieux2 à partir des années 1960-1970, c’est qu’il nous apparaît que cette période charnière annonce ce qu’adviendra l’ethnologie contemporaine de la France, sur la France, domaine auquel nous nous rattachons. Ethnologue de formation (formée dans les années 1980) travaillant sur des terrains français, nos travaux semblent en effet hésiter entre ces deux traditions disciplinaires – ethnologique et sociologique –, autrement dit, entre une volonté d’ethnographier un groupe (et à travers lui une thématique) dans l’articulation de ses dimensions spatio-temporelles et sociales et une volonté d’appréhender le social en respectant les catégories bipolaires ordonnant les domaines de la sociologie. Nous formulons l’hypothèse que cette tension est celle qui caractérise l’ethnologie de la France. Il nous semble en effet que l’ethnologie contemporaine de la France peut se définir comme un domaine (une spécialité) balançant entre deux disciplines classiques – la sociologie et l’anthropologie sociale (l’ethnologie « classique », « exotique ») – tout en tirant sa pertinence d’emprunts mutuels3. C’est pourquoi, dans ce texte, les deux traditions se croisent pour se rejoindre finalement autour de l’usage de l’ethnographie, entendu selon les cas comme une démarche et une méthode4. A travers les transformations des interrogations et des pratiques des chercheurs, nous verrons en filigrane, en quoi l’ethnographie est un atout pour étudier la thématique du lien. De plus, nous mesurerons mieux aussi, sans pour autant entrer dans les querelles disciplinaires générales, les tensions entre héritage disciplinaire et évolution disciplinaire.

Ethnographies des mondes ruraux : la maisonnée, une unité de production et de reproduction

  • 5 Il y a les ethnologues qui suivent les pas des folkloristes, spécialistes des mœurs et coutumes loc (...)

5Dans les années 1960 et surtout 1970, qui voient le renforcement de deux courants de pensée – le structuralisme et le marxisme –, il semble bien que le retour ethnologique aux sources ait d’abord été paysan. Selon Christian Bromberger (1987,78), les études locales trouvèrent « un contexte idéologique favorable à leur épanouissement : la valorisation du ‘pays’, les aspirations à la convivialité, la nostalgie… donnaient à tout témoignage sur la vie locale autrefois un prix – affectif et commercial – particulier ». Après les périodes d’exode, le monde rural connaît un nouvel attrait, séduisant les urbains qui vont pour certains jusqu’à quitter la ville pour s’y installer. Les ethnologues5ne s’y trompent pas et se rendent dans les campagnes françaises. Ils vont certes enquêter sur ces nouvelles formes sociales mais surtout, avant qu’il ne soit trop tard, sur les traditions, les systèmes d’économie et de parenté qui ont encore cours, sur l’organisation d’un modèle de fonctionnement social traditionnel, les maisonnées, qui regroupe, sur un même territoire, unités de production et de reproduction. Ils prennent au sérieux la thèse du sociologue Henri Mendras sur la « fin des paysans ».

6Ce monde en passe à de fortes mutations présente un caractère idéal, pour qui veut s’arrêter sur un présent ancré dans le passé mais non épargné par le changement, sur un passé qui a perduré mais que le présent tend à rogner, à faire disparaître. De ces années, nous retenons l’attrait des ethnologues pour les techniques agricoles et domestiques, pour les structures et les modes d’occupation de l’habitat rural, en s’attachant pour certains d’entre eux à l’analyse des rapports entre la production et l’organisation sociale. Les maisons qu’ils étudient sont celles des paysans, des pêcheurs, des artisans. Elles portent les traces tangibles de l’activité professionnelle en acte qui relève du secteur primaire, et par là, celles d’une imbrication des lieux de production et de reproduction. Schématiquement, on pourrait dire que les ethnologues ont fait de la ferme leur objet de prédilection, alors que les sociologues ont préféré l’usine.

7Dans les années 1980, les ethnologues sont à la recherche de petits terrains ruraux ou de petites « niches » urbaines (Bromberger, 1997), de lieux de production artisanale traditionnelle dans lesquels la famille participe encore du système économique, où l’habitat se confond parfois avec le lieu de production. Un déplacement s’opère progressivement de l’artisanat rural à l’artisanat urbain, du village à la ville. Il reste qu’au début de ces années, des ethnologues soucieux d’une démarche de sauvegarde patrimoniale, se penchent sur le travail artisanal, rural comme urbain, porteur de pratiques et de valeurs traditionnelles en voie de disparition et sont contraints aussi progressivement d’adapter leur démarche à la complexité sociale et au morcellement que cela implique.

Ethnographies des mondes ouvriers : des à-côtés au travail au « travail à-côté »

8Après l’étude des ateliers artisanaux, les ateliers des petites usines dans des communes de moindre importance deviennent un terrain ethnographique possible, car ils permettent de respecter l’idée d’une unité de lieu, restreinte et donc observable. Les grands sites industriels n’appartiennent pas encore aux enquêtes ethnographiques des ethnologues. C’est à partir de sites à dimension humaine que les mondes ouvriers seront appréhendés. Là encore, les ethnologues arrivent sur le terrain à un moment de grande crise où il est question de la fin de ce monde. D’une certaine manière, ils s’introduisent dans la brèche laissée par les sociologues. Comme le rappelle Jean Peneff, les observations participantes en usine, démarches de longue durée, ne sont pas absentes des travaux des sociologues d’avant 1960, mais après cette date, moment d’ailleurs, où la discipline s’établit institutionnellement, cet intérêt méthodologique s’amenuise chez ses disciples qui préféreront désormais des méthodes plus rapides : entretiens, statistiques (Peneff, 1996).

9Mais contrairement à ces sociologues du travail, les ethnologues n’effectueront pas leurs observations qu’au sein de l’usine. Portés par le questionnement des cultures populaires et ouvrières qui marque les années 1980, ils s’intéressent à toutes les sphères sociales, professionnelles et syndicales, résidentielles et familiales. Usines, maisons, jardins, ateliers de bricolage, bistrots, fanfares, clubs de foot, etc. sont des lieux dorénavant ethnographiés. Il reste que, le plus souvent, par choix ou par commodité, les chercheurs choisissent de privilégier l’un de ces espaces de vie plutôt qu’un autre, considérant qu’il sédimente à lui seul les expressions des appartenances culturelles ouvrières. L’unité d’observation crée une séparation des lieux, même si les liens avec les autres lieux, les autres sphères sociales ne sont pas négligés dans les analyses.

10Noëlle Gérôme qui opte pour une ethnographie dans l’usine montre que l’entreprise ne peut isoler l’individu au travail des autres temps sociaux, individuels et familiaux, des autres lieux. Pourtant, c’est avec l’exemple des rites en entreprise qu’elle en fait la démonstration. Selon elle, ces rites célèbrent autant les étapes de la vie professionnelle que privée. L’auteur propose alors une approche fondatrice des productions symboliques au travail (1984a, b). Dans la lignée de ses travaux, nous avons initié des études sur les fêtes patronales dont celle de la Sainte-Catherine (Monjaret, 1997a, 2001a). Nous avons eu la confirmation, grâce à un terrain de longue durée, que l’entreprise se chargeait de signifier les changements d’état de ses salariés, femmes en particulier. « L’organisation industrielle est toujours en rapport avec le tissu social et notamment résidentiel des travailleurs […] Il n’est pas possible de comprendre les ouvriers dans l’entreprise si l’on ignore ce qu’ils sont à l’extérieur » (Copans, Bernier, 1986, 6), et réciproquement.

11C’est sans doute pourquoi certains ethnologues ont cherché à cerner les intérieurs domestiques ouvriers – nous pensons entre autres aux travaux de Martine Segalen (1987, 1990) ou de Joëlle Deniot (1986, 1995) – ou encore et plus largement à cerner le monde privé ouvrier, la vie ordinaire de ces familles hors de l’usine, comme l’ont fait, chacun à sa manière, Michel Bozon (1984) mais aussi Florence Weber en 1989 (2001) et Olivier Schwartz en 1990 (2002), tous deux attachés à l’étude du tissage des réseaux familiaux et sociaux dans des communes industrialisées, plus ou moins sinistrées. Parmi ces chercheurs, certains revendiquent clairement une ethnographie hors usine, se distinguant des enquêtes en usine. Ils ne se désintéressent toutefois pas de la thématique du travail et de l’entreprise, mais ils l’abordent au travers des discours développés dans un cadre non professionnel.

12Si l’on sent de la part de cette génération de chercheurs une velléité d’articulation des champs disciplinaires, elle s’impose plus comme un argument analytique que comme une modalité de terrain. Déjà en 1989, faisant un point sur l’avancée des travaux concernant la parenté, Michelle Salitot, Martine Segalen et Françoise Zonabend écrivaient à ce propos : « L’exploration des relations entre la parenté et la société contemporaine, dans ses rapports avec l’environnement de résidence, de travail, de loisir en est encore à ses balbutiements. Un vaste champ de recherche s’ouvre ici » (Salitot et al., 1989, 80-81). Guy Barbichon (1990, 184) préconise que « l’ethnologie de l’usine doit regarder la famille comme l’ethnologie de la famille doit regarder l’usine, la caserne ou le couvent ». Ces propos montrent combien une telle démarche n’était pas, à l’époque, évidente.

13Dans les années 1990, l’heure est plus que jamais au pessimisme sur les questions ouvrières. La décennie précédente notait les transformations et la crise de ce monde, celle-ci sonne son glas : la fin des métiers, d’une classe, de la culture ouvrière et plus encore la fin du travail sont annoncées. Selon Marc Augé, il ne s’agit plus de se positionner en défenseur « des bastions minoritaires en voie de disparition » mais en interrogateur de la « crise du sens », de « la crise de l’altérité » (Augé, 1994, 131). Il faut désormais prendre en compte les nouvelles réalités sociales, par exemple en s’intéressant à la variété des profils ouvriers et à leur proximité avec ceux des employés (Schwartz, 1998) et développer des questionnements et des approches plus appropriées à ces conditions sociales. Malgré certains propos alarmistes sur le désintérêt pour ces mondes, nous constatons que, durant ces années, les productions sur le domaine du travail et de l’entreprise ne sont pas absentes, et nous y repérons d’ailleurs les jeunes auteurs qui poursuivront dans le domaine de la France (entre autres, Véronique Moulinié, Nicolas Flamant, Pascale Trompette et nous-mêmes…), des auteurs qui n’hésiteront plus à réaliser des terrains dans et hors de l’usine à la fois, mais qui restent étiquetés du côté du domaine du travail.

14Il reste que ce champ de l’anthropologie (de l’industrie, du travail, de l’entreprise) – et ce en dehors d’une ethnologie des techniques –, n’a pas suscité comparativement le même engouement que le champ de l’anthropologie urbaine (Gutwirth, 1982 ; Perrot, Pétonnet, 1982) en plein essor, alors même que ces deux champs peuvent parfois s’absorber l’un l’autre.

Ethnographies des « mondes contemporains » : le lien comme facette de la modernité

  • 6 Deux raisons peuvent être avancées pour expliquer la démultiplication des recherches ethnologiques (...)
  • 7 Voir à ce sujet, les travaux publiés dans les années 1980 dans les revues « Terrain » et « Ethnolog (...)

15Les années 1980 apparaissent décisives dans ce qu’adviendra l’ethnologie contemporaine6. Initiées la décennie précédente grâce aux travaux précurseurs de Colette Pétonnet sur les bidonvilles et les cités de transit (1979, 1982), les recherches ethnologiques sur les mondes urbains se développent désormais7. La ville et l’industrie, et par là même l’entreprise, sont les champs d’étude qui engagent l’anthropologie vers le monde moderne, éclaté et en perpétuel mutation.

16Ces univers citadins, nouveaux terrains, contraignent les ethnologues à une remise en question des unités d’observations habituelles ; ces dernières plus atomisées impliquent des modes d’approche inédits : le choix de l’étude de groupes restreints (artisans, ouvriers, marginaux, immigrés, etc.), celui d’un lieu plus circonscrit (atelier, entreprise, logement, quartier…) ou le choix d’une thématique précise semblent être préféré à la monographie. Les ethnologues n’échappent pas à la segmentation et parfois au caractère éphémère de leurs objets de recherche. Ils cherchent néanmoins à préserver l’idée d’altérité culturelle se tournant vers des objets qui leur permettent d’appliquer leur regard distancié : ils trouvent ainsi dans les thèmes de la marginalité ou de l’immigration l’éloignement nécessaire à l’exercice ethnographique. Cette discipline est, à l’image de la société qu’elle ausculte, résolument tournée vers la modernité, prise dans le bouillonnement des changements et dans la pluralité et complexité des mondes.

17Dans les années 1990, ils poursuivent leurs réflexions sur les mondes traditionnels et surtout s’ouvrent de façon encore plus évidente à ceux qui incarnent la modernité. Les mondes paysans ou ouvriers n’ont plus l’exclusivité ethnographique et ils partagent désormais l’affiche avec les mondes du tertiaire. Ce que nous observons, c’est donc bien la prise en compte par les chercheurs des transformations de la société française : « Dans son assomption vers l’étude de la société réelle, l’ethnologie de la France a considérablement élargi l’éventail des milieux sociaux qu’elle étudie […] mais surtout, prenant confusément acte de l’éclatement des foyers d’intérêt dans le monde moderne, elle a pris pour cibles privilégiées des groupes et des réseaux fédérés par une même profession » (Bromberger, 1997, 298).

  • 8 Les postulats allant dans ce sens se multiplient : « Anthropologie du corps et modernité » (Le Bret (...)

18Les ethnologues diversifient les groupes professionnels étudiés avec, entre autres, les égoutiers, les routiers, les policiers, les pilotes, les infirmières, les médecins, mais aussi les cadres et les employés de bureau des entreprises et des administrations. Ils ne se contentent plus seulement d’un segment restreint de l’entreprise (ateliers ou bureaux) mais cherchent à comprendre les univers de travail en passant par une plus grande échelle de compréhension. L’ethnologie de l’entreprise les a conduit à une ethnologie des organisations, jusque-là ignorée ou délaissée en France. Au même moment, se développe une anthropologie des institutions, une anthropologie portée alors par Marc Abélès (1995), qui rime avec l’anthropologie du politique. Organisations, institutions, les voies d’une ethnologie de la modernité sont ouvertes8.

19C’est en passant par une lecture renouvelée de la culture matérielle (Segalen, Bromberger, 1996), que les ethnologues saisissent le mieux l’articulation entre travail et domicile, celle des vies, privées et professionnelles des groupes qu’ils étudient. Certains objets de consommation ordinaires circulent d’un lieu à un autre. D’autres, comme le téléphone mobile, contribuent au brouillage des frontières entre les sphères sociales (Monjaret, 1996a, 1997b). En ces années-là, le développement de la télécommunication (téléphonie mobile, Internet), un des phénomènes majeurs de ces vingt dernières années, a largement contribué au renouvellement des questionnements sur le thème du lien entre les espaces de vie. Le domicile n’apparaît plus seulement comme un espace domestique et le bureau ou l’atelier, comme un espace de travail (Monjaret, 2002). Le thème de la mobilité n’est pas non plus absent des interrogations et fait écho à celui de la sédentarité. L’ethnographie des déménagements résidentiels (Desjeux et al. 1998) ou professionnels (entre autres Monjaret, 2001b) aide à saisir autrement les liens et les ajustements qui peuvent exister entre le domicile et le travail : choix du nouveau logement à proximité de son travail, mobilisation à des fins personnelles de ressources professionnelles, déplacement d’objets de la maison au travail et inversement. Les objets deviennent des « archives sensibles » parce qu’ils offrent, autant que les images, « une appréhension sensorielle des choses » (Gérôme, 1995, 11), parce qu’ils sont la marque sensible des expériences quotidiennes saisies dans la multiplicité de leurs significations, à domicile et à l’usine. Ils sont des marqueurs des changements sociaux, de la modernité recherchée, du croisement des « mondes » qui se distinguent et se répondent (Augé, 1994).

Retour sur des mondes professionnels : les relations entre travail et hors travail

  • 9 Acteur, l’ethnologue le devient aussi clairement, certes à sa manière, au tournant de ces années. « (...)
  • 10 Ainsi, ouvriers, aides-soignantes, ouvriers et employés hospitaliers, éboueurs sont autant de group (...)

20Dans les années 2000, la démultiplication des approches, des thématiques et des milieux étudiés s’affirme davantage, et nous pouvons dire qu’elle est due autant à l’avancée des réflexions de la discipline qu’à l’augmentation des chercheurs, titulaires et contractuels, dans le domaine. Ce contexte peut donner l’impression d’une absence d’unité disciplinaire. Cependant, sur le sujet qui nous intéresse, nous assistons à l’explicitation des questions relatives aux relations du travail et du hors travail en ethnologie et en sociologie, et au retour significatif des études ethnographiques, sociologiques et ethnologiques, consacrées aux milieux ouvriers, et plus largement professionnels, sur fond de crise et de restructuration (Monjaret, 2005), ce qui renoue en partie avec les études ouvrières des années 1980. Les scènes et les coulisses (Pruvost, 2011) où évoluent les acteurs9 de ces milieux, des petits personnels aux managers (Flamant, 2002), plus ou moins visibles10, sont scrutées et relatées avec attention. En cette matière, l’ouvrage de Stéphane Beaud et de Michel Pialoux (1999) fait référence ; d’autres suivront (entre autres Ghasarian, 2001 ; Trompette, 2003 ; Renahy, 2005 ; Jeanjean, 2006). Se situant dans la lignée des travaux de Gérard Althabe et Monique Selim (1998), le numéro « Travailler à l’usine » de la revue Terrain sorti en 2002 ne s’arrête pas au monde cloisonné de l’usine : contrairement à ce que le titre laisse supposer, il pose précisément la question des liens entre les sphères sociales.

21La prise en compte de ce rapport s’affirme comme une position nécessaire à la compréhension des univers professionnels et domestiques, et de leur transversalité. Ainsi, Nicolas Flamant et Monique Jeudy-Ballini considèrent que l’usine ne peut se comprendre qu’à travers ce que les ouvriers font, à l’intérieur comme à l’extérieur de ses murs. « Le sens du travail, disent-ils, est aussi à rechercher hors du temps et de l’espace assigné à l’activité productive. » (Flamant, Jeudy-Ballini, 2002, 12), le hors travail ou le non travail apparaît comme une dimension de la vie au travail. L’inverse est aussi vrai : le travail apparaît comme une dimension de la vie hors travail. C’est sans doute pourquoi « l’ouvrier […] n’a de cesse de mêler l’un et l’autre dans l’économie générale de l’existence sociale » (Ibidem, 12). C’est sans doute pourquoi également, toute personne active n’a de cesse de mêler l’un et l’autre dans l’économie générale de l’existence sociale. Les chercheurs se sont emparés de cette orientation de recherche, s’attachant le plus souvent à l’une ou l’autre de ces facettes, dans l’espace professionnel ou en dehors, le travail restant au cœur de leur réflexion. Il n’est pas étonnant que notre lecture de l’articulation du travail et du hors travail ait vu le jour dans ce contexte intellectuel stimulant.

22Cette décennie fait des activités du travail et du hors travail, des critères de choix pour saisir toute la complexité des relations sociales. Elle est surtout celle durant laquelle s’affirme une « ethnographie du travail » qui tient compte des articulations entre tous les domaines de la vie quotidienne, se situant à la fois du côté du travail et du côté du domicile. Le travail n’est plus analysé dans son sens restrictif et nous pouvons reprendre, à notre compte, les propos de Pascale Trompette : « Appréhender le travail comme ‘fait social total’, ce n’est pas (ou pas seulement) prendre la mesure de sa ‘centralité’ dans la vie sociale et dans le rapport que les individus entretiennent avec la société. C’est bien au-delà l’identifier comme l’un de ces lieux à caractère synthétique de la vie sociale, qui ne se laisse pas classer dans un domaine spécifique – l’économique en opposition au politique ou au symbolique- mais qui contient toutes ces dimensions. » (Trompette, 2003, 187). La monographie problématisée sur les échanges sociaux de Pascale Trompette (2003), l’ethnographie thématique sur les relations travail-hors travail de Véronique Moulinié (2003) cherchent à cerner les pratiques ouvrières au quotidien. Notre synthèse bibliographique sur le continuum travail-domicile (Monjaret, Fourmaux, 2004 ; Monjaret, 2007-2008) cherche elle à cerner les pratiques des actifs au quotidien. Malgré des méthodologies différentes, les trois perspectives se rejoignent, vont vers une convergence d’intérêts car toutes les trois tentent de saisir la construction identitaire des personnes qui travaillent et participent ainsi à modéliser le travail en un fait de culture, à renouveler les caractéristiques des cultures professionnelles, les sortant du strict domaine de l’activité de travail. L’ethnographie du travail nourrit en définitive l’anthropologie des organisations, du politique et plus largement des mondes contemporains, des mondes qui changent.

Repenser l’analyse de la relation travail et hors travail comme un continuum

23Ce tableau de l’évolution des idées sur les liens entre le travail et le domicile démontre sans conteste l’intérêt du sujet, la façon toujours renouvelée de le traiter non pas seulement parce que la société française a changé, mais aussi parce que les thématiques et les approches en sciences sociales, les échelles d’observation se sont affinées, diversifiées faisant croiser les champs disciplinaires. Les chercheurs contemporains cumulent les expériences de leurs prédécesseurs, tirent la leçon de leurs travaux pour faire avancer leur analyse et leur interprétation, font de questions apparemment mineures, des questions essentielles pour l’appréhension de la société. Nous pouvons dire, d’une façon un peu schématique, que les ethnologues de la France ont toujours cherché à comprendre le fonctionnement des groupes et leur culture au travers des pratiques intimes et plus collectives et ce, quelle que soit leur optique (monographique, thématique). S’ils tirent le fil des discours individuels, c’est pour mieux retisser la toile sociale. S’ils s’intéressent aux faits sociaux, c’est parce que ces derniers sont l’expression et la synthèse d’une société à une époque donnée. Marcel Mauss parlait de « fait social total ».

24La démarche ethnologique cherche à rendre compte de l’ordonnancement en système des divers domaines du social – entendu au sens large de familial, religieux, festif, politique – dans leur articulation avec le système économique et dans la spécificité culturelle de chaque ensemble étudié (Cuisenier, Segalen, 1986, 77). Cette démarche permet la mise en évidence du lien que nouent les individus entre les différents lieux, les différentes sphères qui s’y enchevêtrent, de circonscrire un territoire social, de signifier l’espace-temps vécu et culturel, et par là de saisir la construction des identités sociales. Elle n’a pu que contribuer à la formulation d’une problématique qui tient compte d’un « continuum », du domicile au travail et du travail au domicile, d’un « continuum fluide » (Di Méo, 2007 ; Monjaret, 2007-2008). Ainsi, les ethnographes de la France, ethnologues ou sociologues, de par leur type de terrain, des micro-milieux – d’abord ruraux, puis aussi urbains – ont travaillé sur la fabrique, les modalités de ce lien plus que sur celles d’une séparation, et ce même s’ils ne le formulent pas toujours explicitement. S’ils opèrent une séparation analytique des deux espaces de vie, de travail et d’habitation, ils prennent en compte la façon dont les individus signifient, dans leur discours, l’existence d’interactions.

25La compréhension des milieux professionnels et de leurs cultures professionnelles et familiales passe nécessairement par l’analyse de l’articulation entre travail et hors-travail, entre activités strictement professionnelles et activités extra-professionnelles, ce qui évite une vision fonctionnaliste et réductrice des mondes du travail. Ainsi, nous discernons tout au long de cette mise en perspective épistémologique, la remise en question des catégories existantes dues en partie au changement social de la société française, et l’hésitation, de plus en plus prégnant, à dissocier le travail et le loisir, le travail et le domestique (la famille). Il faut donc aller chercher ailleurs des clés de lecture satisfaisantes pour aborder la question de ce rapport travail et domicile, travail et hors travail, professionnel et privé. Après cet état des lieux, il est difficile d’aborder les espaces de vie, sans tenir compte de la complexité du tissu social dans lequel chaque individu, ou chaque groupe d’individus, évolue. Dorénavant, il est également difficile de considérer satisfaisant le découpage catégoriel bipolaire, travail et maison, somme toute schématique, engendré par une vision qui cherchait à réduire chaque lieu à une fonction. Un décloisonnement des champs disciplinaires permet de sortir de ce schéma, d’élargir ses propres centres d’intérêt, et d’apprécier, dans un même ensemble, structure, fonction et conjoncture. Il nous faut donc aller plus en avant dans notre réflexion sur le rapport, les interactions entre les lieux de travail et les lieux d’habitation et il nous faut d’abord concevoir qu’ils ne sont pas concurrents. La relation aux lieux, aux gens et aux choses, se fait en suivant les individus dans leurs activités quotidiennes et festives, ordinaires ou extra-ordinaires. Les individus font le lien d’un lieu à une autre. « Ils n’ont pas nécessairement des limites physiques ou géographiques : ce peut être le groupe de travail, de sport, d’amitiés, mais, à un niveau ou à un autre, l’individu construit une communauté dans laquelle la parenté est un élément, aux côtés d’autres, de cette construction symbolique que constitue son identité. » (Salitot et al., 1989, 85).

26Gérard Althabe n’affirmait-il pas : « Pour moi, l’ethnologie implique, ici comme ailleurs, de considérer les gens dans la pluralité de leurs situations et dans l’unité de leur existence » (Althabe, Selim, 1998, 89). L’individu et ses différents rôles sont ainsi aujourd’hui, au cœur de nombreuses thèses en sciences humaines et sociales, et nourrissent un intérêt croissant sur la question du lien social (entre autres Bidart, 1997 ; Singly, 2000, 2003). « La nécessité du recours à l’individu est donc aujourd’hui un constat empirique et une nécessité de méthode », comme le notifie Marc Augé (Augé, 1994, 34). Il est, nous explique cet auteur, non seulement au croisement de divers mondes, de diverses vies – vie locale, vie familiale, vie professionnelle, etc. –, mais surtout, il « unifie, ordonne et hiérarchise les diverses situations auxquelles il appartient », il produit un « effet de totalisation » (Augé, 1994, 135). Pour notre part, il nous a invité à réinterroger les liens existants (sa nature, son degré) entre travail et domicile à partir des activités qui s’effectuent dans chacun de ces lieux et à être attentif au continuum d’un espace à l’autre, aux va-et-vient des hommes et des objets. Nous avançons comme nos contemporains, avec nos contemporains, et il n’est pas étonnant qu’émerge aujourd’hui notre envie de repenser l’analyse de la relation travail et hors travail en proposant un nouvel outil de lecture : le continuum.

Haut de page

Bibliographie

Abélès (M.) 1995, « Pour une anthropologie des institutions », L’Homme, n°135, 65-85.

Abélès (M.), 2000, Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob.

Althabe (G.), 1990, « Ethnologie du contemporain et enquête du terrain », Terrain, n°14 (version électronique : http://terrain.revues.org/document2976.html - consulté le 22 mars 2007).

Althabe (G.), Selim (M.), 1998, Démarches ethnologiques au présent, Paris, L’Harmattan, coll. Anthropologie critique.

Augé (M.), 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier, coll. Critiques.

Barbichon (G.), 1990, « L’ethnologie des organisations. A propos de La logique de l’honneur », Ethnologie française, n°2, 177-188.

Barley (N.), 1983[1992], Un anthropologue en déroute, Paris, Payot.

Beaud (S.), Pialoux (M.), 1999, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux – Montbéliard, Paris, Fayard.

Bidart (C.), 1997, L’amitié, un lien social, Paris, La Découverte.

Bouvier (P.), 1995, Socio-anthropologie du contemporain, Paris, Ed. Galilée, coll. Débats.

Bozon (M.), 1984, Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province. La mise en scène des différences, Lyon, Presses Universitaires de Lyon.

Bromberger (Ch.), 1987, « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France », in Isac Chiva, Utz Jeggle (dir.), Ethnologies en miroir, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, coll. Ethnologie de la France, 67-94.

Bromberger (Ch.), 1997, « L’ethnologie de la France et ses nouveaux objets. Crise, tâtonnement et jouvence d’une discipline dérangeante », Ethnologie française « Quelles ethnologies ? France Europe 1971-1997 », n°3, 296-313.

Copans (J.), Bernier (B.), dir., 1986, « Présentation », Anthropologie et Sociétés « Travail, industries et classes ouvrières », vol 10, n°1, 1-9.

Cuisenier (J.), Segalen (M.), 1986, Ethnologie de la France, Paris, PUF, Que sais-je?

Deniot (J.), 1986, « Le décor textile. Les murs et la table en milieu ouvrier », Ethnologie française, n°3, 319-334.

Deniot (J.), 1995, Le bel ordinaire. Ethnologie du décor en milieu ouvrier, Paris, L’Harmattan.

Desjeux (D.), Monjaret (A.), Taponier (S.), 1998, Quand les Français déménagent? Circulation des objets domestiques et rituels de la mobilité dans la vie quotidienne en France, Paris, PUF.

Di Méo (G.), 2007, « Identités et territoires : des rapports accentués en milieu urbain ? », Métropoles, n°1, Varia, [En ligne], mise en ligne le 15 mai 2007.URL : http://metropoles.revues.org/document80.html (Consulté le 04 juin 2007), 2007.

Flamant (N.), 2002, Une anthropologie des managers, Paris, PUF, coll. Sciences sociales et sociétés.

Flamant (N.), Jeudy-Ballini (M.), 2002, « Le charme discret des entreprises. L’ethnologie en milieu industriel », Terrain « Travailler à l’usine », n°39, 5-16.

Gérôme (N.), 1984a, « Les productions symboliques ouvrières. Contributions à une anthropologie sociale de la connaissance », Ethnologie française « Les productions symboliques ouvrières », n°2, 123-124.

Gérôme (N.), 1984b, « Les rituels contemporains des travailleurs de l’aéronautique », Ethnologie française « Les productions symboliques ouvrières », n°2, 177-196.

Gérôme (N.), dir., 1995, Archives sensibles. Images et objets du monde industriel et ouvrier, Cachan, LIRESS, Editions de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan, 155-158.

Ghasarian (Ch.), 2001, Tensions et résistances. Une ethnographie des chantiers en France, Toulouse, Octarès Editions.

Guigo (D.), 1992, « Perspectives ethnologiques dans les organisations modernes », L’Homme, n°121, 47-65.

Gutwirth (J.), 1982, « Jalons pour l’anthropologie urbaine », L’Homme, vol 22, n°4, 5-23.

Jeanjean (A.), 2006, Basses Œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts, Paris, Editions du CTHS, coll. Le regard de l’ethnologue.

Le Breton (D.), 1990, Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF.

Le Caisne (L.), 2000, Prison. Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob.

Monjaret (A.), 1996a, « Etre bien dans son bureau. Jalons pour une réflexion sur les différentes formes d’appropriation dans l’espace du travail », Ethnologie française « Culture matérielle et modernité », n°1, 129-139.

Monjaret (A.), 1996b, « Les communications téléphoniques privées sur les lieux de travail : partage sexué des rôles dans la gestion des relations sociales et familiales », Traverse « Force des liens », n°3, 53-63.

Monjaret (A.), 1997a, La Sainte-Catherine. Culture festive dans l’entreprise, Paris, Editions du CTHS, coll. Le regard de l’ethnologue.

Monjaret (A.), 1997b, « Ethnographie des pratiques téléphoniques de ‘cadres’ parisiens ou un univers de relations paradoxales », Réseaux « Usages de la téléphonie », n°82-83,101-128.

Monjaret (A.), 2001a, « La fête, une pratique extra-professionnelle sur les lieux du travail », Revue Cités « Le Travail sans fin ? », n°8, 87-100.

Monjaret (A.), 2001b, « Fermeture et transfert de trois hôpitaux parisiens. L’ethnologue, accompagnateur social », Ethnologie française « Terrains minés », n°1, 103-115.

Monjaret (A.), 2002, « Les bureaux ne sont pas seulement des espaces de travail », Revue Communication & Organisation « Espace et communication dans les organisations », GREC/O, n°21, 75-90.

Monjaret (A.), dir. 2005, « Fermetures, crises et reprises », Ethnologie française, n°4.

Monjaret (A.), 2008, Penser le continuum travail et hors travail : comment, pourquoi et sous quelle forme ?, Mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Université Paris Descartes.

Monjaret (A.), dir., Fourmaux (F.), 2004, Travail et domicile : un continuum ? Sens, nature et degré du lien. Etat de la question, Rapport EDF, R&D-Département innovation commerciale, novembre.

Moulinié (V.), 2003, Relations travail- hors travail : La construction de l’identité ouvrière, Rapport Mission du patrimoine ethnologique, Ministère de la culture.

Olivier de Sardan (J.-P.), 2000, « Le ‘Je’ méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue française de sociologie, n°41-3, 417-445.

Peneff (J.), 1996, « Les débuts de l’observation participante ou les premiers sociologues en usine », Sociologie du travail, n°1, 25-44.

Perrot (M.), Pétonnet (C.), dir., 1982, « Anthropologie culturelle dans le champ urbain », Ethnologie française « Anthropologie culturelle dans le champ urbain », n°2, 115-116.

Pétonnet (C.), 1979, On est tous dans le brouillard, Paris, Ed. Galilée.

Pétonnet (C.), 1982, Espaces habités. Ethnologie des banlieues, Paris, Ed. Galilée.

Pruvost (G.), 2011, « Le hors travail au travail dans la police et l’intérim : approche interactionniste des coulisses », Communications, n°89, 159-192.

Renahy (N.), 2005, Les gars du coin. Enquête sur la jeunesse rurale, Paris, La Découverte.

Salitot (M.), Segalen (M.), Zonabend (F.), 1989, « Anthropologie de la parenté et sociétés contemporaines », in Martine Segalen (dir.), L’autre et le semblable, Paris, Presses du CNRS, 79-88.

Schwartz (O.), 1993, « L’empirisme irréductible », postface, in Nels Anderson, Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Nathan, coll. Essais & Recherches, 265-308.

Schwartz (O.), 2002 [1990], Le monde privé des ouvriers. Hommes et femmes du Nord, Paris, PUF, coll. Quadrige.

Schwartz (O.) 1998, La notion de « classes populaires », mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines.

Segalen (M.), 1987, « Objets domestiques de la vie ouvrière. Transmissions et ruptures dans les familles de Nanterre 1920-1960 », Ethnologie française « Hommage à Georges Henri Rivière », n°1, 29-38.

Segalen (M.), 1990, Nanterriens. Les familles dans la ville. Une ethnologie de l’identité, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Segalen (M.), Bromberger (C.), dir., 1996, « Culture matérielle et modernité », Ethnologie française, n°1.

Segré (M.), 2003, Horellou-Lafarge (C.), dir., « Travail/Hors travail – 2001-2003 », Cahiers du Laboratoire Georges Friedmann, n°12.

Simmel (G.), 1988, « Pont et porte » (1909), in La Tragédie de la culture, Paris, Editions Rivages-Poche, 161-168.

Singly (F. de), 2000, Libres ensemble. L’individualisme dans la vie commune, Paris, Nathan.

Singly (F. de), 2003, Les uns avec les autres. Quand l’individualisme crée du lien, Paris, Armand Colin.

Trompette (P.), 2003, L’usine buissonnière. Une ethnographie du travail en monde industriel, Toulouse, Octarès Editions.

Vega (A.), 2000, Une ethnologue à l’hôpital. L’ambiguïté du quotidien infirmier, Paris, Editions des Archives Contemporaines.

Weber (F.), 2001[1989], Le travail à-côté. Etude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA/EHESS, Réimp aux éditions de l’EHESS.

Haut de page

Notes

1 L’expression n’est pas à entendre dans sa connotation négative ; elle renvoie en écho à l’approche de Florence Weber (1989). Ni « en marge », ni « périphériques » comme certains auteurs aiment à considérer ces activités, souvent pratiquées en « coulisse » (Pruvost, 2011) mais pas seulement, il nous semble qu’elles sont aussi au cœur du fonctionnement de l’organisation dans les établissements professionnels.

2 Pour ce faire, nous avons réuni un corpus de textes d’ethnologues et de sociologues de la France ayant mobilisé l’ethnographie comme démarche méthodologique et ayant étudié les espaces qui nous intéressent pour notre analyse, en l’occurrence, l’habitat et les locaux professionnels (ateliers, bureaux).

3 Nous observons que les chercheurs, fervents de l’ethnographie et travaillant sur des terrains français revendiquent leur appartenance à l’une ou l’autre de ces deux disciplines. Il nous semble cependant qu’ils appartiennent tous à ce domaine.

4 Certains auteurs se revendiquent de la sociologie et d’autres, de l’ethnologie, d’autres encore affichent une multi appartenance disciplinaire. Ces revendications tiennent moins de leur socialisation universitaire que de leur affinité théorique qui ont pu évoluer avec le temps.

5 Il y a les ethnologues qui suivent les pas des folkloristes, spécialistes des mœurs et coutumes locales, ou des géographes, peut-être même des sociologues, mais qui s’en démarquent toutefois en enquêtant sur d’autres objets et autrement que leurs prédécesseurs, certains, comme Martine Segalen, travaillant au Musée national des arts et traditions populaires ; il y a ceux qui ont dû abandonner leur « terrain exotique », les « rapatriés », poussés pour des raisons politiques hors des frontières des pays étudiés et qui recherchent des terrains, des « communautés » où ils pourront exercer leur métier de la même manière qu’ils le faisaient ailleurs, facilitant leur reconversion ; enfin, il y a ceux qui sont encore d’une autre mouvance, une nouvelle génération attachée (pour certain(e)s comme Yvonne Verdier, Françoise Zonabend) au Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS).

6 Deux raisons peuvent être avancées pour expliquer la démultiplication des recherches ethnologiques qui caractérisent cette période. D’une part, la toute nouvelle Mission du patrimoine ethnologique (1979) du Ministère de la Culture qui propose régulièrement des appels d’offre apparaît comme un véritable stimulateur de la recherche. D’autre part, le musée national des arts et traditions populaires (MNATP) lance des campagnes d’acquisition qui ne sont plus seulement tournées vers un artisanat rural mais aussi citadin et ouvrier.

7 Voir à ce sujet, les travaux publiés dans les années 1980 dans les revues « Terrain » et « Ethnologie française ».

8 Les postulats allant dans ce sens se multiplient : « Anthropologie du corps et modernité » (Le Breton, 1990) ; « Ethnologie du contemporain et enquête de terrain » (Althabe, 1990) ; « Perspectives ethnologiques dans les organisations modernes » (Guigo, 1992) ; « Pour une anthropologie des mondes contemporains » (Augé, 1994) ; « Socio-anthropologie du contemporain » (Bouvier, 1995) ; « Culture matérielle et modernité » (Segalen, Bromberger, 1996).

9 Acteur, l’ethnologue le devient aussi clairement, certes à sa manière, au tournant de ces années. « Le ‘je’ méthodologique » (Olivier de Sardan, 2000) ne suffit pas à l’explicitation d’une relation de terrain, « l’ethnologue » s’affiche d’emblée comme acteur du terrain. Le titre « Un anthropologue en déroute » d’un des ouvrages de Nigel Barley (1992), est annonciateur d’une série de titres d’ouvrages d’ethnologues français, à croire que les éditeurs se sont donnés le mot. Entre autres, citons : « Un ethnologue à l’Assemblée » (Abélès, 2000) ; « Prison. Une ethnologue en centrale » (Le Caisne, 2000) ; « Une ethnologue à l’hôpital » (Vega, 2000). La place de l’ethnologue n’est plus seulement celle qu’il s’attribue dans le récit analytique de l’enquête, elle est d’emblée publicisée. Puis vient une autre série d’ouvrages où l’ethnologue s’efface pour laisser place à la méthode ethnographique tels que « Tensions et résistances. Une ethnographie des chantiers en France » (Ghasarian, 2001), « L’usine buissonnière. Une ethnographie du travail en monde industriel » (Trompette, 2003) ou à la discipline tel que « Basses Œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts » (Jeanjean, 2006).

10 Ainsi, ouvriers, aides-soignantes, ouvriers et employés hospitaliers, éboueurs sont autant de groupes professionnels qui composent les classes populaires contemporaines (Schwartz, 1998) et sont sortis de leur invisibilité tandis qu’infirmières, traders, députés, plus visibles sur la scène publique, sont découverts sous de nouveaux jours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Monjaret, « Ethnographier les liens entre travail et domicile : manières de traiter un questionnement (1970-2010) », Sciences de la société, 82 | 2011, 143-157.

Référence électronique

Anne Monjaret, « Ethnographier les liens entre travail et domicile : manières de traiter un questionnement (1970-2010) », Sciences de la société [En ligne], 82 | 2011, mis en ligne le 07 septembre 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://sds.revues.org/2076 ; DOI : 10.4000/sds.2076

Haut de page

Auteur

Anne Monjaret

Directrice de recherche, CERLIS UMR 8070 CNRS-Université Paris Descartes, Sorbonne Paris Cité
anne.monjaret@parisdescartes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org