Navigation – Plan du site

L’infra-ordinaire de la recherche. Écritures scientifiques personnelles, archives et mémoire de la recherche

Muriel Lefebvre
p. 3-17

Texte intégral

1Depuis une quarantaine d’années, l’ordinaire est devenu un objet de recherche en soi. On parle ainsi de « culture de l’ordinaire » ou, comme Pérec, de l’« infra-ordinaire ». Pérec est en effet l’un des premier à avoir souligné l’intérêt qu’il pouvait y avoir à analyser « ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel » (Pérec, 1989, 11), plutôt que de se limiter, comme souvent, à l’analyse de l’extra-ordinaire.

2C’est dans ce contexte que l’anthropologie de l’écriture s’est structurée au début des années quatre-vingt dix autour de la question des écritures ordinaires de la vie quotidienne (Fabre, 1993a). Pour l’anthropologie de l’écriture, les écritures ordinaires s’opposent à « l’univers prestigieux des écrits que distinguent la volonté de faire œuvre, la signature authentifiante de l’auteur, la consécration de l’imprimé » (Fabre, 1993b, 11). Les travaux visant à saisir l’infra-ordinaire des grands mouvements contemporains, notamment les mouvements de crise, cherchent ainsi à porter un regard non pas seulement sur les hommes exceptionnels qui font les évènements d’exception, mais également sur les anonymes qui fabriquent le quotidien.

3Cette anthropologie se démarque d’une forme de sacralisation de l’écriture. L’écriture est alors saisie comme un objet sans contour véritablement figé. En effet, comme le montrent notamment les contributions aux deux ouvrages très riches dirigés par Fabre (1993; 1997) sur la question, l’écriture est partout, elle a pénétré tous les espaces sociaux et culturels de notre société, que ce soit la sphère publique et administrative, professionnelle ou encore privée. Les écrits, selon les contextes d’utilisation, acquièrent des statuts différenciés et se prêtent à des usages multiples: écrits prescriptifs, écrits de mémorisation, écrits professionnels, écrits de certification, écrits publics, écrits intimes, écrits « pour soi », écrits collaboratifs, etc. Il s’agit d’un objet à la fois individuel et collectif, privé et public, mais qui toujours, même dans ses manifestations les plus intimes, reste marqué par des codes et des normes totalement intériorisées par les acteurs.

4C’est ainsi que, progressivement, les chercheurs en sciences humaines et sociales ont pénétré dans les espaces privés pour obtenir leurs corpus, dans une perspective micro-sociologique, permettant de repenser la construction du social au travers des individus. L’analyse des archives personnelles écrites a constitué l’un de ces nouveaux corpus. De tels objets auraient été inenvisageables il y a quelques décennies, une certaine méfiance vis-à-vis de ces écritures personnelles, considérées comme trop peu fiables, étant de mise (Artières, Laé, 2011). Seules les archives administratives pouvaient être prises en compte, ou alors, les archives de personnalités illustres.

5Dans ce mouvement, on peut évoquer les études de Philippe Lejeune sur les journaux intimes et les autobiographies mais également les travaux de Roger Chartier sur l’histoire de la culture écrite en Occident ou encore ceux de Bernard Lahire sur les écrits domestiques. Dans la lignée des recherches conduites par Fabre, Dardy (1997) a, de son côté, analysé la mise en ordre des écrits institutionnels dans l’univers domestique. Garder des traces permet en effet de prouver qui l’on est (traces de l’identité, trace de l’histoire familiale) et quels sont ses droits (document comportant son numéro caf, par exemple). Cependant, garder cette « paperasserie » implique la mise en place de modalités de conservation et de tri, en fonction de la nature et du statut des documents rencontrés, permettant leur mise en ordre. Ainsi, si un certain nombre de documents informent sur une situation à un moment donnée (facture, titre de paiement) ou encore constituent des traces de notre identité (bulletin de salaire, carte de sécurité sociale, livret de famille…), d’autres papiers, dits familiaux, ont pour seule fonction d’assurer la mémoire familiale et comportent une forte dimension affective. Toutes les inscriptions ne disent pas le même engagement et ne font pas l’objet de la même reconnaissance identitaire par les acteurs. Ensemble néanmoins, elles permettent « d’articuler histoires personnelles, mémoires privées, et Histoire tout court » (Dardy, 1997, 191) dans un processus qui rend possible l’activation d’un lien entre l’individu et le social et contribue ainsi à la construction de l’identité de chacun.

Les archives de la recherche: une préoccupation nouvelle

6On observe depuis le début des années quatre-vingt une préoccupation patrimoniale croissante, même si elle demeure encore timide, de la part des acteurs de la production des savoirs. Ce mouvement participe d’une impulsion générale qui a poussé différents mondes sociaux, et en particulier le monde universitaire, à investir le champ culturel. Cela a également participé de la prise de conscience, pour une institution donnée, des enjeux liés à la conservation d’une mémoire de ses pratiques, à la fois dans le but de façonner son identité (en mettant à jour ses objets, ses méthodes, ses valeurs) et de développer un regard critique et réflexif sur son évolution.

7L’intérêt des institutions scientifiques (cnrs, Ecole Polytechnique, universités, etc.) pour les archives scientifiques provient initialement du développement de l’histoire et de la sociologie des sciences. Ces disciplines ont en effet opéré un changement d’épistémologie qui les a conduites à analyser désormais simultanément pratiques et contenus scientifiques. L’intérêt pour les archives scientifiques est également marqué par le contexte socio-économique du début des années quatre-vingt qui a amené les institutions scientifiques à se doter de services de communication pour modeler leur image auprès du grand public et auprès de partenaires réels ou potentiels. Aujourd’hui, la plupart des organismes de recherche et des universités se sont dotés de services d’archives. Des réflexions structurées autour des archives de la recherche ont par ailleurs été conduites dans le cadre de la Mission arisc menée au cnrs par Odile Welfelé dans les années quatre-vingt dix, ou encore par le réseau des msh de France et pilotée par la msh de Dijon. Par ailleurs, avec le développement de services d’archives dans l’enseignement supérieur dans les universités, le réseau « aurore » des archivistes de l’enseignement supérieur s’est structuré en 2007. Il a pour objet aussi bien les archives administratives que celles de la recherche, et prend en compte toutes les disciplines développées dans les universités concernées. Enfin, il faut évoquer le travail mené par un certain nombre de bibliothèques universitaires ou de bibliothèques d’institutions de recherche (laboratoires, instituts, etc.) pour valoriser ce patrimoine.

8Ces différentes initiatives s’appuient sur un cadre juridique complexe, puisqu’il concerne à la fois le Code du Patrimoine et le Code de la Propriété Intellectuelle. Trois types d’archives sont en effet distingués: les archives de tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifiques, les archives propres de ces établissements (et en particulier les archives des laboratoires et des unités de recherche de ces établissements) et enfin, les archives personnelles des chercheurs. En fonction de leur provenance, ces différentes archives ont un statut juridique et un lieu de conservation différent. Ainsi, les archives de tutelles sont généralement entreposées à Paris, au Centre historique des Archives Nationales ou, pour les fonds postérieurs à 1958, au Centre des Archives Contemporaines de Fontainebleau. Les archives propres des établissements dépendent pour leur part des politiques de chaque établissement. Certains ont organisé leur propre service d’archives, d’autres les versent aux Archives Départementales ou encore au Archives Nationales. Ces deux premiers types d’archives concernent essentiellement les archives administratives de la recherche et sont régies par le Code du Patrimoine.

9Les archives personnelles des chercheurs, quant à elles, sont de plus en plus souvent mobilisées pour des études contemporaines sur les sciences (et non plus uniquement par l’histoire des sciences) (Charmasson, 2007). Elles représentent les matériaux accumulés durant l’activité de recherche et peuvent avoir un double statut: il s’agit à la fois d’archives pour l’histoire mais également de données ré-activables pour la recherche (Müller, 2006).

10De nombreuses difficultés existent autour de ces archives qualifiées de « personnelles » par les chercheurs (Artières, Laé, 2011) et qui concernent toutes les écritures ordinaires de la recherche. A la suite du guide de l’amue1, nous qualifierons d’écritures ordinaires les documents « issues du travail de recherche (cahiers de laboratoire, correspondance, comptes rendus de réunions, notes, rapports, fiches de travail, notes de travail, carnets de terrain, documentation diverse (revues, tirés-à-part, plaquettes, fascicules), littérature grise (rapports, études), documents relatifs à la participation à des colloques et conférences (programmes, compte-rendu, liste de chercheurs…), rapports d’expertise) », par opposition aux archives consignant les résultats de la recherche (rapports, comptes rendus de recherches, manuscrits et tapuscrits d’articles et/ou d’ouvrages, épreuves, preprints, ouvrages, articles, tirés à part) ou encore aux archives relatives à la réception des résultats de la recherche (correspondance, coupures de presse, dossiers de traduction et de réédition d’articles et d’ouvrages). Ces différentes archives, personnelles ou non, sont cependant étroitement liées entre elles.

11La difficulté pour les archivistes est que les chercheurs considèrent généralement le matériau de leurs écritures ordinaires comme des documents privés, au sens juridique du terme, alors même qu’ils les ont élaborées en tant qu’agents d’un organisme public de recherche. En théorie, en qualité d’auteur-agent d’un établissement public, les chercheurs devraient obéir à l’obligation légale de versement qui s’applique aux archives publiques, dans le cadre du Code du patrimoine. Cependant, à ce premier niveau juridique, s’ajoute la notion de droit d’auteur. Ces archives sont effectivement également régies par le Code de la propriété intellectuelle.

12Il existe donc un flou entre deux cadres légaux: archives (tout est public) et propriété intellectuelle (ce qui n’est pas publié appartient à l’auteur qui peut refuser sa publicisation, mais non sa conservation). Ce flou met à jour la tension quotidienne qui existe dans la profession de chercheur entre les intérêts individuels et les intérêts collectifs; entre le corps des chercheurs (à la fois le corps physique et le corps symbolique) et les institutions. Finalement, la conservation des archives dites personnelles des chercheurs est donc tout à fait aléatoire et dépend essentiellement du bon vouloir des chercheurs, qui se sentent malheureusement rarement concernés.

Appréhender l’infra-ordinaire de la recherche par les écritures quotidiennes

13Comment les chercheurs envisagent-ils la conservation de leurs propres écritures ordinaires? Les écritures ordinaires constituent un des éléments prépondérants des archives personnelles des chercheurs. Elles représentent néanmoins un objet rarement interrogé, lorsqu’il n’est pas dévalorisé par les chercheurs. C’est un objet difficile à saisir car, s’il est constamment présent dans le quotidien des acteurs, ceux-ci ne le perçoivent plus comme tel et ne le questionnent guère. Bien souvent, les objets ordinaires des chercheurs finissent en effet dans des bennes ou restent au domicile des chercheurs. Ceux-ci n’ont que très rarement un désir d’archivage qui soit conscientisé.

14Pourtant, l’analyse des écritures ordinaires de la recherche permet de prolonger le questionnement sur les pratiques scientifiques à partir des traces matérielles produites quotidiennement par les chercheurs dans leurs activités de recherche, aux côtés des publications formelles. Si les publications sont, de fait, recensées et archivées par le biais des dispositifs éditoriaux, leur analyse ne renseigne que superficiellement sur les pratiques d’écriture quotidiennes des chercheurs. Cette mise en visibilité inhérente aux publications scientifiques repose sur l’invisibilité des écritures ordinaires qui ont permis de les élaborer. S’intéresser aux écritures ordinaires revient finalement à rendre visible la face cachée et généralement peu valorisée de la recherche. L’article scientifique est en effet un objet fini, stable, en apparence lisse et sans aspérités. Il semble être le résultat d’un processus linéaire, sans rature ni hésitation. Il cache pourtant toutes les étapes, les interrogations, les faux-pas, qui ont accompagné son élaboration ainsi que la dimension fortement collective, comme le montre la contribution de Béatrice Milard à ce numéro, et orale de tout travail de recherche. Les brouillons, notes, séminaires, mails, courriers, pré-publications, et autres écritures que l’on peut qualifier « d’ordinaires » participent en effet directement et quotidiennement au travail de recherche et à l’élaboration de connaissances nouvelles. Leur présence va pourtant de soi. En témoigne l’apparent désordre des bureaux de chercheurs, où sont entreposés pêle-mêle une multitude de supports variés (Lefebvre, 2006), qui contraste avec la mise en ordre réglée des publications.

15L’analyse des écritures ordinaires de la recherche, rarement entreprise, constitue une fenêtre irremplaçable sur l’activité intellectuelle qui a précédé la rédaction d’une publication. Leur examen permet de saisir la mise en ordre graphique des activités de recherche. Ces écritures ordinaires concentrent en effet toute la pensée en action des chercheurs, les modalités de construction des connaissances, sans éluder les errements, les changements d’optique, les interrogations inhérentes à toute recherche. Elles constituent finalement les traces de l’activité cognitive et sociale des chercheurs.

16Les traces écrites révèlent également l’espace de relative liberté propre aux « avant-textes », comme diraient les chercheurs de la génétique textuelle, c’est-à-dire aux textes de recherche avant qu’ils ne soient sous les contraintes de la publication (contrainte formelle, mais également éditoriale, économique et politique). Comme l’évoque Jacob « les différentes formes d’inscription gardent la mémoire des opérations qui les ont produits, de même qu’ils anticipent et programment celles qu’ils suscitent chez leurs destinataires, selon des degrés variables de réflexivités. (…) Ce sont des lieux de savoir où s’encodent des raisonnements, où se formulent des idées, où se fixent des connaissances, où se valident des hypothèses, où s’objective une pensée » (Jacob, 2011, 24).

Comment penser les écritures ordinaires de la recherche ?

17L’importance de l’écriture et des documents graphiques dans la production des connaissances scientifiques et dans leur certification a été mise en évidence dans de nombreuses études de sociologie des sciences. S’inspirant de la notion d’inscription proposée par Derrida, qui désignait ainsi une opération antérieure à l’écriture, et s’appuyant sur les travaux de Goody sur la raison graphique, Bruno Latour, philosophe et anthropologue des sciences, a ainsi développé la notion d’« inscription scientifique » (Latour, Woolgar, 1979/1988, 35). Dans sa célèbre étude d’un laboratoire de neuroendocrinologie aux Etats-Unis, Latour s’est intéressé à l’omniprésence des activités d’inscription dans les laboratoires de recherche (registres, listes de chiffres, étiquettes, écriture sur les rats, etc.), dont seule une petite partie est publiée par les chercheurs, qui investissent en effet fortement le travail d’écriture, celui-ci comportant une dimension stratégique fondamentale. Par « inscription », Latour entend l’ensemble des opérations antérieures à l’écriture formelle d’un article et produites notamment par le biais d’un appareillage qui transforme de la matière en document écrit. Latour a montré que l’élaboration des connaissances dépendait de la production et de la circulation de ces multiples inscriptions, devenues mobiles et immutables une fois inscrites dans un support matériel. Si Latour a permis de reconsidérer, à la suite de Goody, des écrits qui pouvaient sembler anodins, son analyse reste guidée par la publication. Ces inscriptions sont en effet considérées comment autant d’étapes indispensables à la fabrication de l’article scientifique, sans être prises en compte pour elles-mêmes, notamment dans les réutilisations dont elles peuvent faire l’objet, pour de tout autre objectif.

18De la même manière, la notion d’« écritures intermédiaires » développée par Achard (1994) a été largement reprise par des sociologues des sciences (Denis, Pontille, 2002). Dans son article de 1994, Achard montre qu’il est indispensable de prendre en compte les multiples transformations opérées sur l’écrit scientifique. Ce palimpseste d’écritures, précédant la rédaction de l’article final, est appelé par P. Achard les « écritures intermédiaires ». Selon Achard, la variété des écritures intermédiaires mobilisées tout au long du processus de production des connaissances doit être analysée en tant que telle, en soulignant l’importance de la temporalité dans l’élaboration des documents. La temporalité fait en effet partie de l’écriture scientifique, elle renvoie au processus de structuration et de maturation de théories et de concepts. Au-delà de la variété des registres sémiotiques utilisés, c’est donc la diversité des formes d’écriture et de leurs fonctions qui est explorée. Ces différents dispositifs jouent, chacun à leur manière, un rôle conceptuel et sont constitutifs de la recherche.

19Cette perspective, pour novatrice qu’elle ait pu être, laisse cependant de côté la matérialité des différentes écritures considérées et fait abstraction de toutes les écritures ordinaires de la recherche qui ne sont pas mobilisées directement en vue de rédiger une publication (post-it, schémas, etc.) ou qui seront réutilisées ultérieurement pour d’autres fins (pédagogiques ou communicationnelles, notamment).

20Enfin, la théorie de la génétique textuelle a été a plusieurs reprises mobilisée pour analyser les écrits ordinaires de la recherche. Cette approche est très stimulante dans le renouvellement du texte qu’elle propose et notamment dans sa prise en compte de la matérialité des avant-textes (brouillons, différentes versions d’un manuscrit, etc.). Elle a notamment permis d’éviter une approche linéaire de l’activité scientifique, comme l’a mis en évidence le numéro 20 de la revue Genesis consacré à l’écriture scientifique (Barberousse, Pinon, 2003). Elle montre par ailleurs que l’écriture scientifique est sous contrainte dès la rédaction des brouillons. Cette perspective reste cependant focalisée, là encore, sur le texte final, sans s’intéresser directement aux écritures intermédiaires pour ce qu’elles donnent elles-mêmes à voir, indépendamment de l’œuvre finale. Pour le généticien, ce n’est pas la genèse qui détermine le texte mais le texte qui détermine sa genèse. Il s’agit finalement d’une construction a posteriori, par effet de réception. Toute l’analyse de l’avant-texte se fait donc au regard du texte final. Or tout texte, dans sa matérialité même, échappe en partie à son auteur. On ne peut donc se contenter de l’analyser uniquement comme un processus de création. Il est essentiel de prendre en compte l’épaisseur socio-cognitive et historique de la matérialité de l’écriture (Souchier, 1998).

21Notre perspective s’inscrit finalement davantage dans une approche contextualisée des pratiques d’écritures, comme a pu la développer le réseau « Langage et Travail », qui s’est donné pour objet d’étudier la manière dont l’écriture est toujours aux prises avec un contexte culturel professionnel qui renvoie à des rapports de pouvoir, de domination, de coopération, d’apprentissage notamment, particuliers. Il s’agit d’étudier les « écrits d’action, qui se font pendant le travail, qui l’accompagnent, l’organisent, en assurent la traçabilité immédiate » (Fraenkel, 2001, 114). A partir d’une approche essentiellement ethnographique, les études qui s’inscrivent dans ce courant ont souligné la dimension matérielle des activités langagières au travail et ont montré la grande diversité des supports mobilisés dans un contexte professionnel. Les différents supports observés ont en effet des statuts très variés, qu’il faut prendre garde à ne pas éluder par une description qui ne prendrait guère en compte les enjeux du contexte de communication. Communiquer au travail, c’est en effet s’engager dans un jeu de rapports de places mettant en jeu des identités individuelles et professionnelles mais également des valeurs, associées à une communauté d’acteurs. Cette perspective très riche a également permis de renouveler le regard sur les pratiques des chercheurs en tant que pratiques professionnelles.

Pluralité des écologies documentaires

22De la même manière que les chercheurs ne peuvent pas tout conserver dans leurs espaces domestiques, ils ne peuvent pas non plus conserver l’intégralité de leurs documents dans leur laboratoire, notamment pour des raisons d’espace. Pourquoi les chercheurs choisissent-ils alors de conserver certains documents plutôt que d’autres? Comment s’élabore la sélection? A quels moments? Sur quels critères? Pour quels usages?

23Les pratiques d’archivage n’étant pas perçues comme une contrainte institutionnelle par les chercheurs, elles sont aussi variées que l’archivage des documents administratifs chez soi (Dardy, 1997). Du fait de cette extrême variété des écologies de conservation, il est difficile d’envisager une typologie des chercheurs dans leurs pratiques de conservation. Celles-ci ne sauraient en effet être disciplinaire, tant ces pratiques sont avant tout marquées par les personnalités et les histoires des chercheurs, comme le montrent les différentes contributions de ce numéro, qui prennent pour objets des chercheurs de disciplines aussi variées que l’archéologie (article de Marie Desprès-Lonnet et celui de Sylvie Fayet), la linguistique-informatique (article de Sophie Dalle-Nazébi & Dimitri Aguera), l’écologie (article d’Anne-Marie Granié & Jean-Pascal Fontorbes) ou encore la mécanique des fluides (article de Sébastien Plutniak & Dimitri Aguera).

24Cependant, le bureau – physique ou numérique, comme l’évoquent Sébastien Plutniak et Dimitri Aguera – constitue un repère fondamental pour tout chercheur (Latour, 1988). C’est le lieu où s’organise l’essentiel des informations nécessaires quotidiennement au chercheur. Souvent, les bureaux des chercheurs sont décrits comme comportant un véritable désordre, où règnerait une dispersion documentaire (Plutniak & Aguera; Dalle & Aguera). Kidd va ainsi jusqu’à affirmer que le désordre des bureaux de chercheurs est avant tout heuristique: il leur permettrait d’éviter de trier, de classer, de catégoriser des documents et leurs contenus, et ainsi de figer leur usage définitivement (Kidd, 1994). Le désordre apparent des bureaux de chercheurs cache pourtant une mise en ordre discrète, intégrée au travail de recherche: tous les documents matériels sont en effet accessibles simultanément et conservés de manière organisée, comme le montrent plusieurs contributions de ce numéro (Dalle-Nazébi & Aguera; Plutniak & Aguera; Granié & Fontorbes notamment), même si chaque chercheur développe sa propre écologie de conservation (Granié & Fontorbes).

25L’objectif du présent numéro de Sciences de la Société est alors de questionner les relations que les chercheurs nouent avec leurs écritures ordinaires, tout au long de leur vie de chercheurs, et pas uniquement pendant l’élaboration d’un projet ou l’écriture d’un article de recherche. Nous souhaitons engager ici une réflexion qui aille au-delà d’une analyse des écritures ordinaires de la recherche comme instruments de la production des connaissances, de manière à comprendre la relation, souvent ambivalente, que les chercheurs entretiennent avec ces écrits, avec lesquels ils font parfois corps (Oriane Deseilligny, ce numéro), entre désir de conservation, besoin d’oubli et gestion de tri.

26Questionner le rapport des chercheurs à leurs différents écrits ordinaires permettra alors d’interroger les modalités de fabrication de la science en mettant à jour la complexité des relations entre production des savoirs, représentation des savoirs, pratiques de communication des chercheurs, et mise en exposition de résultats de la recherche. Il s’agira de comprendre les enjeux épistémiques, symboliques, identitaires, professionnels ou encore communautaires liés aux écritures ordinaires de la recherche, qui constituent à la fois des pratiques, des objets et des faits sociaux et communicationnels, à même de renseigner sur le fonctionnement des communautés scientifiques. Ce parti pris épistémologique implique notamment de regarder ces écritures dans leurs contextes de production/utilisation/conservation et de prendre en compte leur matérialité.

Enjeu épistémique: le rapport aux données dans la matérialité des écritures

27Tout d’abord, il convient d’évoquer le fait que la nature du support d’écriture n’est pas sans conséquence sur la nature du lien tissé par les chercheurs à leurs objets, à leurs données. Comme le rappelle Oriane Deseilligny dans sa contribution, la nature du support d’écriture est productrice de sens. L’engagement du corps induit par la manipulation du papier et d’un crayon n’est en effet pas le même que l’engagement associé à l’utilisation d’un ordinateur. La matérialité du support participe de fait à la fois au rapport que chaque chercheur construit avec ses objets d’étude mais également aux modalités de traitement qu’il choisira ensuite de mettre en œuvre. Les supports peuvent alors varier selon les moments de la recherche considérés.

28L’analyse des pratiques d’écriture permet donc d’examiner comment les chercheurs se saisissent du savoir à travers l’écriture, dans des allers-retours entre l’écriture et le terrain, entre l’écriture et les données. Toute activité d’écriture représente un véritable prolongement du corps ou encore un « artefact cognitif » qui permet d’amplifier les capacités de la pensée humaine (Norman, 1993). L’écriture constitue ainsi un espace à la fois de contraintes mais également de liberté, qu’explicitent Bessy et Chateauraynaud (1993) au travers de la notion de « prise ». Cette notion a été développée dans une étude sur la construction des preuves dans l’expertise mais aussi dans les processus d’apprentissage. Elle permet de décrire la relation homme/objet: à la fois l’ascendance de l’être humain sur la chose (« avoir prise sur ») mais aussi la liberté accordée à l’objet (« donner prise à », voire son processus d’emprise). L’expert est celui qui parvient à construire plusieurs prises qui lui sont propres sur un objet.

29On voit ici le lien direct entre la notion de prise et la théorie de l’acteur réseau (Callon, 1986), qui cherche à dépasser la distinction entre un « Nous » humains et un « Eux » non-humains; entre une Société et une Nature qui lui serait extérieure. Est au contraire ici prise en compte la construction de la relation entre un sujet (humain, social) et son objet de recherche (humain ou non-humain, naturel ou social…).

30Le processus de prise décrit par Bessy et Chateauraynaud peut intervenir au travers de différents dispositifs, que ce soit les inscriptions, le vocabulaire ou encore, les modèles et les gestes (Lefebvre, 2006). Dans tous les cas, c’est la matérialité de l’écriture qui est ici en jeu et qui permet de construire du sens en donnant corps à des objets scientifiques parfois abstraits (Oriane Deseilligny, ce numéro). Elle participe finalement directement à la construction par chaque chercheur d’un rapport à l’objet scientifique considéré et par suite à la construction d’une réalité, dans une articulation entre dimension conceptuelle et matérielle. C’est cette prise sur le monde que l’on peut qualifier d’« épistémique ». Elle contribue au processus interprétatif mise en œuvre par chaque chercheur, à partir de ses données.

31Cette notion de prise nous paraît donc particulièrement pertinente pour décrire le rapport que les chercheurs construisent par le biais des écritures ordinaires à leur objet de recherche (Lefebvre, 2006). Avoir prise, c’est à la fois construire du sens, rendre compte des objets de science mais également prendre en compte la résistance dont font preuve ces objets, résistance qui se dévoile bien souvent au cours des activités d’écriture cherchant à les domestiquer. Mais la prise permet également d’agir et de contrôler le monde.

32Au-delà de la relation épistémique que chaque chercheur développe avec son objet, il faut également évoquer comment la prise permet l’articulation entre appropriation individuelle et collective d’un objet scientifique. Elle se construit en effet toujours dans un cadre de pensée marqué par le collectif. Le chercheur est rarement seul, même face à son projet d’article, comme le montre la contribution de Béatrice Milard dans son analyse des publications. L’écriture est toujours un acte co-construit dans l’espace de l’Autre. L’auteur n’est jamais seul d’un point de vue éditorial et s’inscrit dans une communauté épistémique qui construit un rapport un tant soit peu similaire au sien à leurs objets communs. La prise, comme l’écriture, est en effet toujours collective. L’écriture est alors un support de coopération ou de médiation collectif, comme le soulignent la contribution de Sophie Dalle-Nazébi & Dimitri Aguera, ou encore celle d’Anne-Marie Granié & Jean-Pascal Fontorbes. Ce dernier article met particulièrement bien en évidence cette relation épistémique construite dans la mise en abyme rendue possible par le film: des chercheurs de sciences humaines et sociales filment la relation que des chercheurs en écologie entretiennent avec la trace graphique de leur objet de recherche: les coccinelles.

Gérer l’absence et anticiper les usages ultérieurs

33Il convient ensuite d’évoquer la question des documents conservés pour gérer une absence, potentielle ou réelle. C’est le cas notamment de l’archéologie, dont les écritures ordinaires sont analysées dans deux articles distincts de ce numéro: celui de Marie Desprès-Lonnet sur les images de l’archéologie et celui de Sylvie Fayet sur les archives de l’archéologie. Le propre de cette discipline est de détruire le contexte de prélèvement de l’objet archéologique, notamment lors des fouilles qui aboutissent à la destruction du site. De nombreuses écritures associées à cette pratique (photographie, mais également schémas, plans, etc.) tentent de remédier à cette disparition en l’anticipant.

34De la même manière, quoiqu’avec des objectifs différents, Sophie Dalle-Nazébi & Dimitri Aguera montrent à partir de l’exemple de chercheurs en informatique, comment la conservation des écritures ordinaires s’organise autour d’usages ultérieurs anticipés dès la création des documents, notamment lorsque ceux-ci sont numériques et impliquent un classement dès leur création: réutilisation à la fois par le chercheur les ayant produits, mais également par un tiers, plus ou moins proche de la recherche concernée. Il s’agit là aussi d’une gestion de l’absence: l’absence de la mémoire d’un processus pour le chercheur producteur de document, l’absence d’accès au cheminement de l’auteur par un tiers utilisateur ultérieur. Cette anticipation d’usages ultérieurs est également centrale dans l’article rédigé par Sébastien Plutniak & Dimitri Aguera, lorsqu’ils questionnent l’idéal d’auto-consistance dont ils qualifient les documents de la recherche, envisagés dans leurs utilisations futures, notamment dans des activités de médiation vers des publics non spécialistes.

35Anne-Marie Granié & Jean-Pascal Fontorbes, de leur côté, décrivent bien le rôle de l’image et en particulier du film pour conserver une trace de la relation nouée entre le chercheur et l’interviewé. L’entretien est toujours un moment singulier et unique, qui n’est pas reproductible. Il est donc essentiel d’en garder une trace, comblant l’absence du temps, afin de revivre l’expérience du terrain.

Matérialité et pérennité d’accès

36Aujourd’hui, même les chercheurs les plus réticents aux outils numériques ont dû se les approprier pour rédiger et soumettre leurs articles de recherche. L’ordinateur représente en effet un outil d’écriture et d’interaction avec l’éditeur. Le numérique rend également possible le développement de formidables dispositifs de conservation des données. Ainsi, l’article rédigé numériquement va être sauvegardé, tout aussi numériquement, en prenant éventuellement en compte les versions intermédiaires. Mais ce sont également toutes les données de la recherche qui peuvent être numérisées. Certains chercheurs vont alors jeter leurs données papiers, audiovisuelles ou photographiques par exemple, à partir du moment où elles ont été stockées numériquement.

37La numérisation représente finalement une forme de consécration pour les documents numérisés: seuls ceux considérés comme ayant de la valeur bénéficient de ce traitement. Le passage au numérique semble alors vécu comme la dernière étape dans le processus de conservation et d’archivage de nombreux chercheurs, le but ultime pour ne pas perdre d’information. Comme le note Sophie Dalle-Nazébi & Dimitri Aguera, on note chez de nombreux chercheurs une « obsession » sécuritaire de sauvegarde des données recueillies, qui se relâche bien souvent une fois l’article publié.

38Ce point de vue renouvelle le questionnement autour de la conservation des données de la recherche. En effet, le choix du format d’enregistrement, les problèmes de comptabilité entre les logiciels utilisés ou encore de compétences techniques nécessaires pour manipuler les différents outils numériques ne sont pas sans poser aujourd’hui question: quelle sera demain l’accessibilité des chercheurs à ces différentes données? Faudra-t-il l’intervention d’un technicien? En effet, la plupart des sauvegardes sont réalisées sur des disques durs externes ou des serveurs de données qui, un jour, seront techniquement dépassés ou qui peuvent être piratés? C’est la question de l’énonciation éditoriale de Souchier (1998), qui ressurgit et, plus globalement, la question de l’épaisseur des écrits d’écran (sociologiques, politiques, sémiotiques, matérielles…) qui mérite d’être approfondie.

Les questions identitaires

39L’analyse des écritures ordinaires de la recherche permet de voir comment le chercheur se vit en tant qu’auteur mais également en tant qu’individu, qu’être social. En effet, l’écriture, même collective, reste l’expression d’une construction de soi, comme le soulignent Anne-Marie Granié & Jean-Pascal Fontorbes ou encore Béatrice Milard, dans leurs contributions.

40Bien souvent, le quotidien d’un chercheur relève de l’enchevêtrement entre à la fois les différents espaces/ temps de sa vie professionnelle et de sa vie personnelle mais également entre ses différentes activités en tant qu’individu social (parent, enfant, ami, vie associative, vie politique, etc.), ce qui contribue à brouiller les frontières entre temps professionnel et temps privé, mais également, comme l’indique Sylvie Fayet, entre documents au statut professionnel et documents au statut personnel. L’identité du chercheur se façonne en articulant ensemble ces différents espaces/temps de sa vie de femme ou d’homme et de chercheur.

41La conservation des écritures ordinaires de la recherche s’inscrit dans le rapport au temps que chaque chercheur construit dans le cadre de sa recherche, en fonction notamment de son objet de recherche mais également de la matérialité du support mobilisé. L’analyse de ces écritures ordinaires permet de comprendre comment un chercheur se perçoit en tant que chercheur mais aussi en tant qu’acteur de la société. Cela renvoie finalement au positionnement du chercheur par rapport à l’Histoire. Comme l’a souligné Odile Welfelé (2009), les chercheurs, généralement par humilité, éprouvent cependant des difficultés à passer d’une conscience individuelle à une conscience plus collective et à se situer par rapport à l’Histoire. Cette démarche est laissée aux « grands chercheur », lauréats du Prix Nobel ou de la Médaille Fields, dont les objets de recherche seront immanquablement mémorisés et qui marqueront sûrement l’Histoire.

42Ainsi, cette livraison de Sciences de la Société est avant tout marquée par son intérêt pour l’infra-ordinaire de la recherche, notamment par ses écritures quotidiennes, afin de montrer que leurs usages vont bien au-delà d’une utilisation ponctuelle dans la rédaction d’un article de recherche. Ces écritures sont des écritures à part entière, et ne sont pas qu’intermédiaires, comme le montrent les différentes écologies de conservation présentées dans ce numéro. Toutes insistent sur la variété des usages dont peuvent faire l’objet chacun des écrits ordinaires rencontrés, changeant de statut au gré des situations.

  • 2 Il s’agit du projet ecrito intitulé « Les documents scientifiques informels de la recherche: un pat (...)

43Une partie des contributions proposées ici présentent les résultats d’un projet de recherche collectif2. Quatre articles sont venus enrichir ces analyses: celui de Béatrice Milard sur la dimension relationnelle des écrits scientifiques, celui d’Oriane Deseilligny sur la matérialité des écritures scientifiques, celui de Marie Desprès-Lonnet sur les usages de la photographie en archéologie, mais également dans un processus de médiation culturelle, et enfin la note de Jérôme Lamy & Sébastien Plutniak qui permet de clôturer ce numéro par une ouverture sur le questionnement patrimonial.

44Si les démarches de conservation individuelles sont rarement initiées par une conscience patrimoniale, porter un regard distancié sur les écritures ordinaires et leur conservation – c’est-à-dire sur une grande partie des archives personnelles des chercheurs – rend en effet possible un questionnement sur le patrimoine scientifique. Conserver ces documents, pour les chercheurs concernés, permet d’engager une démarche réflexive, d’interroger sa discipline, son fonctionnement professionnel, scientifique et symbolique, comme l’a souligné l’article de Jérôme Lamy & Sébastien Plutniak. Par ailleurs, la prise en compte de leur caractère symbolique met en lumière l’articulation nécessaire entre histoire, mémoire et identité de la recherche.

  • 3 Je remercie Joëlle Le Marec pour avoir attiré mon attention sur ce point.

45Enfin, une question récurrente aujourd’hui est celle de la mise en exposition des pratiques scientifiques de la recherche, de manière à donner à voir la science en train de se faire. La matérialité des écritures ordinaires de la recherche rend en effet accessible et visible une mémoire de cette science en action. Mais ce questionnement ne doit pas conduire à éluder les risques liés à une publicisation systématique des écritures ordinaires de la recherche. On peut en effet imaginer, à terme, d’éventuels détournements de cette monstration, à des fins politiques ou d’évaluation de la recherche et de ses pratiques notamment3. Par ailleurs, on peut se demander si une mise en lumière systématique de ces écritures ordinaires ne conduira pas à modifier leur statut et donc, de fait, à nier leur qualité « ordinaires » mais également les usages qui peuvent en être faits. Faut-il figer ces écritures en cherchant à tout prix à les patrimonialiser?

Haut de page

Bibliographie

Achard P., 1994, « L’écriture intermédiaire », Communications, n° 58, L’écriture des sciences de l’homme, 149-156.

Artières P., Laé J.-F., 2011, Archives personnelles. Histoire, anthropologie et sociologie, A.Colin.

Barberousse A., Pinon L., 2003, « Présentation. Activité scientifique et écriture », Genesis, n° 20, 7-18.

Bessy C., Chateauraynaud F., 1993, « Les ressorts de l’expertise », in Conein B., Dodier N., Thévenot L., dir., Les objets dans l’action, ehess, coll. Raisons Pratiques, n° 4, 115-164.

Callon M., 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’année sociologique (36), 169-208.

Charmasson T., 2006, « Archives scientifiques ou archives des sciences: des sources pour l’histoire », La revue pour l’histoire du cnrs, [en ligne], n° 14, mis en ligne le 3 mai 2008, consulté le 6 septembre 2012, <http://histoire-cnrs.revues.org/1790>.

Chartier R., 1996, Culture écrite et société. L’ordre des livres (xive-xviiie siècle), Alban Michel.

Dardy C., 1997, « De la paperasserie à l’archive: l’administration domestique », in Fabre D., dir. Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Maison des Sciences de l’Homme, 187–200.

Denis J., Pontille, D., 2002, « L’écriture comme dispositif d’articulation entre terrain et recherche », Alinéa, n° 12, 93-106.

Fabre D., dir., 1993, Ecritures ordinaires, pol.

Fabre D., dir., 1997, Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Maison des Sciences de l’Homme.

Fraenkel B., 2001, « La résistible ascension de l’écrit au travail », in Borzeix A., Fraenkel B., dir., Langage et travail: communication, cognition, action, Paris, cnrs éditions, 113-142.

Goody J., 1977/ 1979, La raison graphique, Les Editions de Minuit.

Jacob C., dir., 2011, Lieux de savoir: les mains de l’intellect, t. 2, Albin Michel.

Lahire B., 2008, « De la réflexivité dans la vie quotidienne: journal personnel, autobiographie et autres écritures de soi », Sociologie et Sociétés, vol. xl, n° 2, 165-179.

Latour B., Woolgar S., 1979/ 1988, La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, La Découverte.

Latour B., 1989/ 1995, La science en action, Folio.

Lefebvre M., 2006, « Les écrits scientifiques en action: pluralité des écritures et enjeux mobilisés », Sciences de la Société, n° 67, Sciences et écriture, 3-15.

Müller B., 2006, « À la recherche des archives de la recherche. Problèmes de sens et enjeux scientifiques », Genèses, n° 63, 4-24.

Pérec G., 1989, L’infra-ordinaire, Seuil.

Souchier E., 1998, « L’image du texte: pour une théorie de l’énonciation éditoriale », Les Cahiers de Médiologie, n° 6, 137-145.

Haut de page

Notes

1 <http://archishs.hypotheses.org/411>.

2 Il s’agit du projet ecrito intitulé « Les documents scientifiques informels de la recherche: un patrimoine peu exploré, témoin de la construction des savoirs », financé par la région Midi-Pyrénées et que j’ai coordonné entre septembre 2011 et novembre 2012.

3 Je remercie Joëlle Le Marec pour avoir attiré mon attention sur ce point.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Lefebvre, « L’infra-ordinaire de la recherche. Écritures scientifiques personnelles, archives et mémoire de la recherche », Sciences de la société, 89 | 2013, 3-17.

Référence électronique

Muriel Lefebvre, « L’infra-ordinaire de la recherche. Écritures scientifiques personnelles, archives et mémoire de la recherche », Sciences de la société [En ligne], 89 | 2013, mis en ligne le 31 janvier 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://sds.revues.org/203 ; DOI : 10.4000/sds.203

Haut de page

Auteur

Muriel Lefebvre

mcf hdr en Sciences de l’information et de la communication.
Université de Toulouse; ups; lerass; bp 67701, F-31077 Toulouse cedex 4, France
muriel.lefebvre@ut-capitole.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org