Navigation – Plan du site

Les innovations technologiques et la reconfiguration des rapports entre journalistes et public dans le journal télévisé local

Une étude de l’émission brésilienne DF-TV
Technological innovations and the reconfiguration of the relationship between journalists and the public in the local news: a study of the Brazilian issue DF-TV
Innovaciones tecnológicas y reconfiguración de las relaciones entre periodistas y público en las noticias televisivas locales : estudio de un programa brasileño DF-TV
Fábio Henrique Pereira et Angélica Fonsêca de Freitas
p. 213-229

Résumés

Cet article fait une analyse des changements intervenus à la chaîne brésilienne tv Globo, et en particulier dans l’émission locale df-tv. Cette émission s’est donnée pour objectif d’élargir la participation du public dans la production journalistique. Une recherche de caractère qualitatif et ethnographique a été réalisée. Les résultats suggèrent un processus de négociation entrepris par les journalistes, les dirigeants et les publics, et qui opère une appropriation conservatrice du contenu produit en dehors de la rédaction.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les auteurs veulent remercier la Fundação de Apoio à Pesquisa do Distrito Federal (fap-df) et le De (...)
  • 2 «Among the Audience. A Survey of New Media », The Economist, n° 22, avril 2006.
  • 3 « inma/Visão 360º : É preciso conhecer o leitor », Jornal anj, n° 228, décembre. 2010.

1En avril 20061, un article de la revue The Economist2 présentait un panorama des nouveaux médias et mettait en avant le concept d’« ère de la participation » : les technologies numériques auraient brouillé les frontières entre publics et créateurs, permettant ainsi la multiplication de la production de contenu à différentes échelles. En décembre 2010, l’Associação nacional de jornais (Association nationale des journaux) publiait en une de son journal bimensuel le titre « Il faut connaître davantage le lecteur3 ». L’article décrivait des expériences menées par des journaux brésiliens et étrangers ayant pour objectif d’attirer des lecteurs plus jeunes vers la presse. Quelques mois plus tard, en juin 2011, lors d’une conférence donnée à l’Université de Brasília, l’ex-ministre du Secretaria de Comunicação social (Secrétariat à la Communication sociale), Franklin Martins, qualifiait la blogosphère de « Jiminy Cricket de la presse brésilienne », en référence à la capacité qu’a désormais la société d’intervenir sur le contenu des médias traditionnels dans des situations où la couverture d’un sujet est équivoque ou incomplète.

2Ces trois exemples montrent bien qu’un débat agite les milieux académique, professionnel et entrepreneurial quant aux changements qui affectent le rapport entre journalistes et publics. Il repose sur l’analyse d’une culture numérique fondée sur la participation à la production d’informations par des usagers détenteurs d’intentionnalité et de subjectivité (Sundet, Ytreverg, 2009). Et cette nouvelle façon de produire du contenu, caractéristique d’Internet, serait dès à présent en train d’être reprise par les médias traditionnels préoccupés par la perte de leur audience.

3On le voit : ces discours qui se réfèrent à l’activisme et à la participation, aux changements de statuts du public, à la multiplication du nombre des émetteurs et à la production décentralisée de contenu prolifèrent. Dans le même temps, de tels discours, récurrents dans l’histoire du journalisme, entraînent des contestations car les nouvelles pratiques qu’ils décrivent seraient loin de renforcer la pratique journalistique et le rôle du journaliste comme « médiateur » de l’espace public.

4Cette dualité concernant le rôle des publics dans la constitution de l’espace journalistique est particulièrement évidente quand on observe des expériences concrètes mises en œuvre pour inciter le public à participer à la production de contenu. Dès lors, plusieurs questions se posent. Comment cette notion de participation est-elle négociée par les dirigeants, les journalistes et les publics au sein d’une rédaction ? De quelle manière affecte-t-elle les rôles et les pratiques professionnelles ? Comment constitue-t-elle un indicateur des mécanismes de conservation ou de changement du monde des journalistes ?

5Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons choisi d’étudier les rapports entre journalistes et publics dans le contexte du télé-journalisme local de la ville de Brasília. Nous présenterons ainsi une enquête exploratoire menée à propos des innovations promues par TV Globo, principale chaîne de télévision du Brésil, dans le journal télévisé df-tv. Pour ce faire, nous analyserons les rubriques Redação Móvel (« Rédaction Mobile ») et Você no df-tv (« Vous à l’émission df-tv ») créées fin 2010.

Le public et la production journalistique

6La littérature académique tend à définir le public comme une entité inatteignable et inconnue (Tredan, 2011), une entité qui ne peut être perçue ou objectivée comme groupe social. « Le public n’existe pas », affirme Ruellan (2006, 35), « il est multiple, comme le sont les objets à partir desquels on entend l’atteindre (dans ce cas, les produits médiatiques), et il est polymorphe (les lecteurs d’un journal ne constituent pas une unité, mais un agrégat dont il est difficile d’extraire des régularités) ».

7Dans le quotidien des rédactions, les journalistes négocient leurs identités et leurs pratiques à partir des représentations qu’ils se font de leurs lecteurs. C’est par le biais de ces représentations que le public intègre généralement le pro­ces­sus de production journalistique. Ainsi, au sein d’une rédaction, afin d’éliminer certains conflits d’intérêt, le public peut être évoqué dans les proces­sus décisionnels ou durant les négociations avec les équipes (Ruellan, 2006).

8Le public se constitue également dans des espaces institutionnels d’échange avec le journal : courriers et courriels à la rédaction, forums, colonnes des ombudsmen, conseils de lecteurs, enquêtes d’opinion, etc. Dans ce cas, le terme employé de « public » désigne en fait un groupe restreint d’individus intéressés à participer à la production journalistique et constituant ce que Baesse (2005) appelle le « lecteur manifeste ».

9De prime abord, on pourrait donc avancer que l’introduction des technologies numériques aurait permis la reconfiguration des deux modalités de participation que l’on vient de mentionner, alors que, dans un même temps, la circulation et la publicisation d’autres formes de médiation ont été rendues possibles, notamment celles liées à la gestion des réseaux de sociabilité (Tredan, 2011). Plusieurs hypothèses sont alors envisageables :

10a) Il y aurait un processus de révision des représentations habituelles du public, dicté avant tout par des impératifs de marché.

11De manière simpliste, il est suggéré ici que les représentations habituelles que se font les journalistes au moment de produire du contenu sont incapables de correspondre aux intérêts du public — surtout du public jeune (Huang, 2009). Dans un contexte de « crise », les médias traditionnels se sont sentis obligés de se rapprocher du public (Weiss, Joyce, 2009) et d’incorporer cette « personne commune » comme destinataire des informations (Keyser, Raey­maeckers, 2010).

12Ce sentiment serait à l’origine des réformes réalisées dans certains médias, dans le but de rendre les sujets traités plus proches des intérêts de la popu­la­tion.

13D’un autre côté, Moraes (2010) attire l’attention sur les conflits poten­tiel­lement générés par la possible soumission des journalistes aux désirs du public qui pourrait mener, à l’intérieur du groupe professionnel, à une tension entre deux « philosophies » : l’une prêchant la loyauté envers la communauté journalistique et la culture de l’organisation, l’autre tournée vers le public et les attentes de la culture numérique (Robinson, 2010).

14b) Il y aurait dans les espaces institutionnels une hausse de la participation des publics, qui en viennent à collaborer à la production de l’information.

15La popularisation des dispositifs technologiques, associée à un accès plus large à Internet, créerait un scénario favorable à plusieurs formes de participation du public dans le processus de production journalistique telles que l’envoi et la publication de vidéos, de photographies et de contenus audio. En s’appuyant sur des entretiens réalisés avec des dirigeants de groupes médiatiques traditionnels, Sundet et Ytreverg (2009) suggèrent que ces changements découleraient d’une stratégie dont le but est de favoriser l’engagement émotionnel des publics dans la production, ainsi que la socialisation du public comme partie intégrante de la communauté des producteurs de contenu.

16De son côté, Robinson (2010, 140) avance que la participation de l’audience dans la production de contenu aurait rendu possible une redéfinition du rôle de l’entreprise : on passerait ainsi du rôle d’ « incitateur » (facilitator) d’un sentiment communautaire à celui de « constructeur » (builder) de communautés. L’auteure explique que l’introduction de cet impératif dans la rédaction d’un petit média en ligne aux États-Unis a généré un conflit entre les journalistes ; la rédaction s’est alors scindée en deux groupes : les « traditionalistes », qui tiennent à maintenir la hiérarchie entre journalistes et audiences, et les « convergents », qui croient en la nécessité de donner plus de liberté aux utilisateurs dans la gestion du site. Malgré cette rupture cependant, ces deux groupes restent d’accord sur ce que seraient les modalités « correctes » d’intervention du public.

17C’est également la conclusion de Castro (2011) qui constate que l’ouverture d’espaces dédiés à la participation du lecteur dans la section « Eu repórter » (« Moi reporter ») du journal web Globo On-line s’est accompagnée de la mise en place d’une série de règles ayant pour objectif de « domestiquer » le contenu produit en externe. Parmi ces règles : la soumission de textes « d’information, jamais d’opinion », les obligations de véracité, de précision, de pertinence et d’actualité. On voit donc ici que la logique d’énonciation du journalisme devient un pré-requis pour que le lecteur puisse participer à la « scène » proposée par le média.

18c) Internet aurait rendu possible le développement d’espaces de circulation de contenus, sans que cela implique une posture de complémentarité ou de confrontation avec la production journalistique.

19L’opposition professionnel / amateur, appliquée aux internautes, se révèle équivoque. Elle part du principe que toute production de contenu par le public viserait son insertion postérieure dans le monde des journalistes, dans une dynamique de recherche de légitimité culturelle et/ou professionnelle. La recherche menée par Tredan (2011) sur des blogs d’adolescents en France a mis en évidence la constitution de micro-mondes sociaux où le contenu produit est principalement destiné au collectif des pairs, ces blogs s’étant en effet constitués en espaces de mise en scène du vécu personnel et de discussions des préférences et des références culturelles des blogueurs.

20Dans ce dernier cas, il est possible de définir le public comme un collectif de pairs partageant un double statut (auteur / lecteur), et qui serait immergé dans des réseaux de coopération qui se structurent à partir d’une logique distincte de celle du monde des journalistes.

21Pour conclure, on peut constater que ces trois hypothèses se rapportent, à différents niveaux, à un discours de défense de la participation du public dans le journalisme : a) participation comme justificatif pour l’adoption de nouvelles stratégies d’insertion des entreprises dans le monde numérique ; b) participation comme indicateur du rôle libérateur des technologies de l’information et de la communication ; c) participation comme élément capable de conférer une légitimité aux pratiques journalistique et au rôle social du journaliste.

Journalisme local

22La notion de proximité — géographique ou culturelle — est fondamentale pour définir des critères de « remarquabilité » et structurer la couverture journalistique (Pena, 2005, cité par Jorge, 2008 ; Wolf, 1995). Peruzzo (2003, 25) explique que les moyens de communication s’approprient cette « news value » et visent ainsi à établir une relation d’appartenance et d’identification avec le public : « c’est aussi cette marque qui aide à garantir son acceptation, ou le succès qu’ils ont auprès des récepteurs ».

23Peruzzo (2003) liste par ailleurs les diverses caractéristiques qui permettent de différencier les médias locaux des médias communautaires. Ces derniers suivent une démarche qui consiste à rechercher dans la communauté les acteurs principaux du sujet, en diffusant des sujets en rapport avec des mou­ve­ments collectifs et des segments de population qui ne sont pas habi­tuel­le­ment couverts par les médias conventionnels. Ainsi, celui qui produit les messages n’est pas nécessairement un spécialiste, mais un citoyen « nor­mal », qui peut lui aussi définir la programmation et agir dans la gestion des médias. Les médias communautaires, par essence, n’ont pas de but lucratif. Dans l’idéal, ils ne dépendent pas des annonceurs publicitaires et évitent toute relation de proximité avec le gouvernement et les groupes d’intérêt.

24De son côté, le journalisme local reproduit la logique des grands moyens de communication, principalement quant au cadre du système de gestion et des intérêts commerciaux (Peruzzo, 2003). Dans le contexte brésilien marqué par une concentration des médias généralistes — la plus grande partie du contenu est produit à partir de Rio de Janeiro et de São Paulo—, le journalisme local vise à donner la préférence à la couverture des faits locaux ou régionaux qui n’ont pas de place dans les autres médias. Dans la programmation, il existe des espaces ouverts à la participation des citoyens, mais le contenu demeure soumis au contrôle des dirigeants et des journalistes qui sont responsables de la production du journal télévisé.

25Notre étude centrée sur l’analyse de df-tv met en évidence le caractère éminemment local de ce journal télévisé. On observe en effet un effort de proximité avec la communauté dans des sujets qui montrent notamment ce qui est considéré comme le quotidien d’un « citoyen ordinaire ». Mais cela n’altère en rien la manière dont nous évaluons le contenu du journal télévisé car il s’agit ici de rendre compte de la ligne éditoriale du média en ce qu’elle résulte de stratégies de compromis entre des discours opposés (mercantiles et de défense de l’intérêt public) à l’œuvre durant la définition de la programmation de df-tv.

Cadre théorique et méthodologique

26Pour la réalisation de cette étude, nous considérons notre objet comme cons­ti­tuant un segment du « monde des journalistes » (Travancas 1992 ; Pereira, 2010). Suivant ce concept, nous définissons le journalisme comme le résultat d’une production collective dans laquelle les acteurs coordonnent leurs pra­ti­ques sur la base d’un corps d’ententes, d’intérêts et de moyens nécessaires à la réalisation d’un acte social majeur (Becker, 1982 ; Strauss, 1992).

27Identités et pratiques professionnelles résultent de processus d’interaction symbolique, entrepris par différents acteurs et délimités par un ensemble de conventions qui définissent les termes de la coopération dans un monde social. Bien que cette base conventionnelle paraisse stable, « naturelle », elle dépend en fait d’un ensemble de négociations préalables et peut être renégociée par les participants. Dans ce processus, d’autres statuts et d’autres rôles peuvent être mobilisés, et de nouvelles façons de faire du journalisme peuvent surgir.

28En conséquence, nous prendrons les processus de négociation comme locus pour comprendre le fonctionnement du monde des journalistes. Comme le remarque Ruellan (2006), la production sur l’actualité est le résultat de médiations entreprises par différents acteurs — les sources, les pairs et les publics — qui travaillent selon des logiques qui leur sont propres.

29Dans le cadre de leur relation, journalistes et publics peuvent être situés dans deux univers distincts, qui attribuent des sens propres au processus de représentation de la réalité (Becker, 1999). En même temps, ils partagent une base conventionnelle qui régit la manière selon laquelle les émetteurs et les récepteurs semblent interagir durant le processus de production de l’information. De tels accords visent à la fois à protéger les intérêts des professionnels et à répondre aux attentes des utilisateurs en rapport avec le contenu.

30D’un point de vue méthodologique, nous avons réalisé une recherche à caractère qualitatif et ethnographique sur le df-tv divisée en trois parties :

  1. observation de df-tv dans la période du 7 au 21 décembre 2010, en concentrant notre attention sur les rubriques « Vous à l’émission df-tv » et « Rédaction Mobile » ; le procédé d’observation a été enregistré dans un carnet de recherche (« field note ») ;

  2. visite de la rédaction, suivie d’un entretien semi-directif avec Leonardo Garcia, coordinateur des journaux locaux de la chaîne Globo à Brasília,.

  3. Analyse du Manuel des principes éditoriaux des Organisations Globo, publié en août 2011, accent mis sur les parties du document qui cherchent à définir et « normatiser » les relations des journalistes avec leurs publics.

Étude de cas : le journal DF-TV

31Le journal télévisé fait partie des programmes des Organisations Globo, groupe médiatique majeur au Brésil créé en 1925 dans le secteur de la presse écrite. C’est à partir de 1964, avec la création de tv Globo, que le groupe commence à se structurer en tant que conglomérat de communication. Actuellement, tv Globo est le plus grand réseau de télévision au Brésil (et l’un des cinq plus grands du monde) avec cinq chaînes propres (dont Globo Brasília) et 117 chaînes affiliées. Son contenu télévisé est disponible pour plus de 183 millions de personnes au Brésil et dans 114 autres pays dans le monde. tv Globo réunit 28 filiales de communication et 9600 professionnels, dont plus de 3000 sont journalistes. Le conglomérat des Organisations Globo opère aussi, entre autres, dans les secteurs de la presse écrite (quotidiens, magazines), de la radio, de la télévision par câble, d’internet, des livres, des films, de la musique4.

32Le Journal df-tv est produit par la Globo Brasília et diffusé du lundi au samedi. Il se divise en deux éditions : la première (df-tv 1) est présentée à midi et dure 30 minutes, la seconde (df-tv 2) dure 12 minutes et est diffusée à 19 h. Le df-tv s’adresse aux habitants du District Fédéral et de ses alentours, région qui regroupe près de 3,7 millions de personnes (données du recensement 2010).

  • 5 Qui, en plus du df-tv, est responsable des journaux « Bom dia df » (« Bonjour df ») et « Globo Espo (...)

33En février 2011, la rédaction du journal local de la tv Globo Brasília5 était constituée de quatre reporters, huit équipes de cameramen, quatre secrétaires de rédaction et trois producteurs. Outre l’équipe locale, les journaux locaux utilisent la structure de l’émettrice et les journalistes qui interviennent à Globo News (chaine câblée) et sur la couverture des sujets nationaux pour la programmation partagée du groupe.

  • 6 Note en direct, lue à la fin du reportage, avec des informations complémentaires. Voir <http://jorn (...)

34« Vous à l’émission df-tv » est définie comme une « rubrique de contenu collaboratif » dont les reportages sont montés à partir d’images envoyées par les internautes. Les vidéos et les photographies sont attribuées aux contributeurs, mais le texte et le commentaire du sujet restent de la responsabilité du journaliste. Généralement, ce sont des informations qui présentent des problèmes du quotidien des habitants de la région qui sont diffusées. Le gouvernement est régulièrement sollicité par l’équipe du journal télévisé pour donner son point de vue sur le sujet montré. La clôture de la rubrique se fait systématiquement sur le message suivant6 : « Cet espace est le vôtre. Faites des images et envoyez-les sur le site du df-tv ».

35Sur Internet, le lecteur est informé des conditions de participation : chaque téléspectateur a le droit d’envoyer une vidéo et six photographies, et doit renseigner le lieu et la date de l’enregistrement du sujet.

Comment participer
– Votre collaboration –
Utilisez votre login ou inscrivez-vous sur Globo.com. Lisez les conditions d’utilisation. Si vous êtes d’accord, vous devez y adhérer.
Vous pouvez envoyer une vidéo et jusqu’à six photos à chaque fois, mais vous pouvez participer autant de fois que vous le souhaitez.
La vidéo doit peser 50 mb au maximum, et être sous un des formats suivants : 3g2, 3gp, 3gp2, 3gpp, asf, avi, divx, dv, dvx, f4v, flv, h263, m4e, m4v, wmv, mov, movie, mp4, mpg, mpeg, qt et rm.
Les photos doivent peser au maximum 3 mb chacune et être sous le format jpg, bmp, png ou gif.
Nous souhaiterions savoir où (état et ville) et quand (date) la vidéo a été tournée ou la photo prise.
Votre production pourra être utilisée à Globo et sur Internet. Sur la Toile, votre vidéo sera publiée durant six mois et vos photos et textes pourront rester accessibles en ligne pour une durée indéterminée.

36La « Rédaction Mobile » a été créée il y a deux ans. Elle montre le quotidien de la population et les problèmes auxquels sont confrontés les habitants des villes de banlieue du District Fédéral et de ses alentours. En janvier 2011, la rubrique a pris un nouveau format. L’équipe de tv Globo a élu domicile pour une semaine dans chacune des villes afin de montrer le quotidien de leurs habitants. Située à 30 km de Brasília et comptant près de 46 000 habitants, Itapoã a été la première ville du District Fédéral à recevoir le projet.

37Un même mode opératoire caractèrise la production de la rubrique. Après avoir choisi une ville, l’équipe arrive sur place sans avoir au préalable convenu de sujets particuliers, avec comme recommandation de couvrir ce qui se déroule sur place. Pour ce faire, elle s’appuie sur un producteur qui définit les thèmes qui seront traités. Tout le processus d’élaboration et d’édition est réalisé in situ, sans qu’il soit nécessaire de revenir au siège de la chaîne. La diffusion dans l’émission df-tv 1 se fait par le biais de sujets montés et envoyés par l’équipe à la rédaction ou transmis en direct de leur lieu de tournage durant le journal télévisé.

38Dès la deuxième semaine d’existence de la « Rédaction Mobile », un blog de la rubrique a été créé (<http://redacaomovel.wordpress.com/​>) avec pour ob­jec­tif de rédiger une espèce de « journal de bord » comprenant notamment des informations non diffusées lors de l’émission. Le contenu est léger, illustré par des photographies, et dans un registre de langue courant. De plus, les secré­tai­res de rédaction du blog encouragent l’envoi de sujets et la publication de com­mentaires par les téléspectateurs, en particulier ceux de la population locale.

Le public reste le public

39Dans le quotidien des rédactions, les journalistes orientent leur travail à partir des rôles sociaux attribués au public, ces derniers structurant la manière dont les identités et les pratiques sont négociées durant le processus de production de l’information.

40Notre analyse de « Vous à l’émission df-tv » et de « Rédaction Mobile » a permis d’identifier trois rôles principaux du public : consommateur d’infor­ma­tion, source d’information et membre d’une communauté.

41Du premier rôle découle une orientation éditoriale partagée par les membres du monde social et qui reflète une sorte d’accord entre la direction de l’entreprise, la direction de l’information, les journalistes engagés dans la couverture des sujets et le téléspectateur.

42En définissant ses principes éditoriaux, tv Globo affirme que le public, bien qu’il ait « un fort pouvoir de discernement et de compréhension », est composé de personnes de tous les niveaux d’instruction. « Dans ce cas, le langage et la forme ne doivent pas être poussés au point d’écarter les moins instruits, ni trop familier au point d’éloigner les plus instruits » (Organisations Globo, 2011). Le registre de langue des sujets et des rubriques propres au journalisme local doit donc être simplifié, ce que souligne par ailleurs Leonardo Garcia : « La population n’a pas le niveau d’instruction que nous avons. Alors, dans la plupart des cas, nous devons tout mettre sous un format très populaire » (entretien).

43Pour les journalistes, si le public comprend le contenu des informations, il est de fait capable de témoigner. D’où le parti pris de l’entreprise, prête à recevoir les observations issues du public : « qu’elles soient critiques ou élogieuses, il faut les analyser, les comprendre et y donner suite » (Organisations Globo, 2011).

44En vérité, cette représentation du public de masse, lieu commun dans les milieux académique et professionnel, en dit plus sur le journaliste, qui réaffirme son rôle d’informateur, de médiateur entre les sources spécialistes et le « citoyen ordinaire », que sur le public lui-même. Mais on peut constater en l’occurrence qu’elle est encore vivace dans le monde des journalistes et qu’elle oriente les processus de négociation avec les acteurs sociaux observateurs de l’investigation.

45L’envoi de contenu au df-tv est fortement structuré par les conventions du monde journalistique et, pour être publié, ce contenu doit être adapté aux valeurs du journalisme. D’où l’accent mis sur les sujets qui servent à attirer l’attention sur une situation ou dénoncer un scandale. Les informations qui ne sont pas d’actualité sont écartées : « Il y a des personnes qui envoient le lundi les images d’une averse qui a eu lieu le vendredi. C’est bien d’envoyer des images d’une pluie de grêlons, mais [le fait] est trop distant. Alors cette information est immédiatement écartée » (L. Garcia, entretien).

46Si l’adéquation du contenu aux critères de « remarquabilité » a déjà été assimilée par la majorité des sources qui composent les « canaux de routine » du journalisme (Traquina, 2001), la méconnaissance de certaines conventions par le public exige que le journaliste se charge de la vérification et de la rédaction du contenu afin de l’adapter au format du journal local. La lecture des sujets publiés par « Vous à l’émission df-tv » permet d’observer ce processus d’adaptation du texte qui est publié après avoir été formaté et avec moins de marques du langage familier. Le contenu est également soumis à un processus de mise en scène : un sujet peut être monté à partir d’images envoyées par plusieurs téléspectateurs, des sources officielles sont sollicitées pour se prononcer sur le sujet (respect de la règle « des deux parties »), toutes les informations sont mises au format traditionnel du présentateur-reporter, etc. Pour Leonardo Garcia, « le défi est d’amplifier [la participation du public] en maintenant de l’éthique et un langage populaire […]. La personne qui nous envoie du contenu n’a aucun engagement professionnel, c’est son point de vue par rapport aux faits. Nous devons faire attention au moment de faire le tri dans cette matière » (entretien).

47La participation du public au df-tv a fini par reconfigurer des pratiques déjà existantes dans le journalisme local. L’envoi à la rédaction de sujets locaux ou traitant de problèmes qui affectent la population locale, et la participation du citoyen ordinaire comme source dans certains sujets sont fréquents dans ce type de journal télévisé, ce d’autant que les nouveaux dispositifs techniques facilitent l’enregistrement photographique ou vidéo des évènements par la population. En outre, la diffusion en ligne de ces types de production a conduit à la modification du journal télévisé qui les inclut désormais, alors qu’il y a une vingtaine d’années, il était rare de diffuser des vidéos produites par des amateurs.

48Dans ce processus, les systèmes de collaboration sont modifiés : le tri des images produites par le public est intégré à la routine des secrétaires de rédaction et des reporters, et le corps technique de la chaîne en arrive à participer au formatage de ce type de contenu et à l’intégrer au journal télévisé. En conséquence, au lieu de parler d’un processus de « domestication du lecteur » (Castro, 2011), nous pensons qu’il existe une renégociation des interactions entre les journalistes et les publics sources à partir de l’introduction des nouveaux dispositifs techniques.

49Le public est encore assimilé à une communauté locale qui doit être reconnue et dont doit témoigner le journaliste. Dans ce sens, la formule de la « Rédaction Mobile » cherche à s’approprier des éléments d’une communication « communautaire » en s’appuyant sur la nécessité de « connaître le citoyen ordinaire ». « Celui qui est interviewé est le voisin, le boulanger, c’est ce qu’ils pensent, ce qui est important pour la ville, ce qui est important pour leur sujet télévisé ou non », affirme Leonardo Garcia (entretien).

50Ce travail est fortement ancré dans la réalité locale du District fédéral, un espace divisé entre le Plan pilote de Brasília, siège politique du pays, ville de fonctionnaires et de la classe moyenne, et les villes satellites mal connues et habitées par des « citoyens ordinaires ». Le journaliste endosse ici le rôle d’ethnographe et ses récits naissent de la fréquentation des habitants de ces villes. Un sentiment de proximité est produit par l’usage d’un langage plus familier, par le choix de sujets de proximité et par l’établissement de liens avec la communauté visitée, ce que l’on observe tant dans le blog « Rédaction Mobile » que dans les interactions en face à face entre les journalistes et les habitants. Comme l’explique Leonardo Garcia, « en quelque sorte, la population nous adopte, nous invite […]. Les gens nous apportent des friandises. Ce sont des expériences très positives » (entretien).

51Notre lecture des possibilités d’interaction entre les émetteurs et les récepteurs de df-tv met en évidence une tendance au renforcement du statut de journaliste dans les relations avec les publics. Le journaliste est responsable de l’offre d’un contenu adapté aux nécessités du consommateur, c’est lui qui adapte les interventions du public au format journalistique, lui qui découvre et présente aux téléspectateurs des événements qui arrivent dans des communautés qui lui sont inconnues. Dans ces trois situations, le statut de producteur que pourrait endosser le téléspectateur est nié. Ainsi, même après l’émergence des outils d’auto-publication, la définition de nouveaux accords entre journalistes et publics conduit à matérialiser la séparation entre ces deux univers, conformément à ce qu’atteste la lettre signée par les dirigeants des Organisations Globo (2011) en ouverture du document qui expose les principes éditoriaux de l’entreprise :

« Avec le renforcement de l’Ère Numérique, dans laquelle l’individu isolé a faci­le­ment accès à une audience potentiellement importante pour diffuser tout type de contenu, on remarque une confusion entre ce qui relève et ce qui ne relève pas du journalisme, entre qui est et qui n’est pas journaliste […]. L’Ère Numérique est absolument bienvenue et cette multitude d’individus (isolés ou d’un même groupe), ceux qui utilisent Internet pour communiquer et s’exprimer librement, l’est plus encore. En même temps cependant, elle oblige toutes les entreprises qui se dédient au journalisme à exprimer de manière formelle les principes qu’elles suivent quotidiennement. L’objectif n’est pas seulement de se différencier mais de faciliter le jugement du public sur le travail des médias, en permettant que, de façon transparente, tout un chacun puisse vérifier que la pratique est en accord avec la croyance. Les Organisations Globo, face à cette nécessité, offrent au public le document “Principes éditoriaux des Organisations Globo” ».

52Cette vision renforce en réalité un processus de négociation fortement structuré entre les publics et les journalistes. Les premiers utilisent des dispositifs techniques dans l’objectif de produire et de faire circuler des contenus traitant du quotidien du District Fédéral. Les journalistes, quant à eux, se placent comme responsables pour garantir une visibilité médiatique pour l’audience et, ainsi, délimitent les conditions d’intervention dans le journal télévisé. Dans ce processus, ils renforcent certaines idées reçues sur le public en même temps qu’ils cherchent à réaffirmer certains éléments de l’identité et des pratiques professionnelles (voir supra).

53La question de l’inter-médiation du journaliste ne se limite pas aux questions de format et de langage. Elle est récurrente dans la façon dont le producteur cherche à contrôler la véracité de l’information publiée. Dans son entretien, Leonardo Garcia mentionne à sept occasions au moins l’importance de vérifier les informations envoyées par le public ou collectées sur Internet. De la même manière, le Manuel des principes éditoriaux des Organisations Globo (2011) stipule que « les informations et les images envoyées par le public par Internet ne doivent être publiées qu’après vérification ».

54Nous pouvons observer de même que l’arrivée de df-tv sur Twitter résulte d’une décision de promouvoir la diffusion des informations publiées sur le site auprès des utilisateurs de ce réseau social. Mais pour l’instant, il n’y a pas de la part de la rédaction quelque intérêt à intégrer dans la production du journal les commentaires laissés par les internautes.

« Innovations conservatrices » dans le journalisme

55Considéré comme une sorte d’impératif pour l’entrée des journalistes dans « l’ère numérique », le discours sur la participation permet de générer des formats distincts de coopération des publics avec le monde des journalistes. Dans ce contexte, la participation du public au df-tv paraît produire ce que Ruellan nomme (2006) des « innovations conservatrices » dans le journalisme.

56La lecture qui suit de la reconfiguration des relations entre journalistes et publics adopte la grille analytique utilisée par Becker (1982) pour comprendre les mutations du monde social.

Les changements dans un monde social présupposent la création de nou­velles conventions qui doivent être acceptées par tous les participants

57De manière générale, les formats de participation du public à partir de l’introduction des technologies numériques ont provoqué des altérations ponctuelles dans la production journalistique. De nouveaux espaces pour l’envoi de suggestion de sujets et de contenus apparaissent — principalement audiovisuels —, profitant des nouvelles possibilités techniques d’enregistrement et de montage.

58Une partie des contenus télévisés consiste justement en un mélange entre le contenu « propre » (très standardisé en ce qui concerne le langage journalistique et la qualité des images enregistrées) et « externe » (réalisé à partir de caméscopes, d’appareils photo numériques et de téléphones portables). À cette adaptation technique s’ajoute l’introduction du récit de l’ordinaire dans la construction d’une partie du discours télévisé — discours demeurant fortement encadré et structuré par les journalistes.

59Ces changements affectent aussi les routines de production. Ainsi, le df-tv intègre des procédures de vérification, de validation et d’assemblage du contenu externe.

60Mais par ailleurs, les conventions, comme l’adoption de critères de remarquabilité, le langage journalistique et la structure des relations journalistes / publics, restent pratiquement inchangées.

Remise en ordre des réseaux de coopération

61La participation du public a été exhaustivement traitée comme une probable explication à la crise de la profession ou une menace pour la fonction journalistique (Bird, 2009 ; Curran, 2009). Nous observons cependant qu’en termes de réseaux de coopération, ces changements sont très limités et ne modifient pas la relation journalistes-publics. On observe en effet une stabilité, voire un renforcement, des statuts des journalistes. En revanche, dans les rubriques analysées, de nouveaux acteurs sociaux participent à la production du contenu : techniciens pour le montage de nouvelles vidéos et d’images envoyées, modérateurs, secrétaires de rédaction nocturnes, etc. Ce changement permet aussi l’intégration d’autres acteurs sociaux — hommes d’affaires, consultants, développeurs de technologies, etc. — qui composent des réseaux d’interaction plus complexes que ce que prévoit la dichotomie journalistes / publics.

62Ces collaborations ne sont pas suffisantes pour mettre en question la pratique journalistique, mais elles expliquent les adaptations ponctuelles sur sa base conventionnelle. Ces constatations renforcent les proposition de Becker (1982) et d’autres chercheurs (Pereira, 2010 ; Travancas, 1992 ; Tredan, 2011) qui invitent à poser un regard sur le journalisme à partir de la participation de non-journalistes comme un moyen de comprendre les multiples enjeux d’appropriation de cette pratique.

Redéfinition de la base idéologique

63Les discours sur le rôle des technologies dans la décentralisation de la production de contenu tendent à souligner l’idée que le renouvellement du journalisme (et sa sortie de « crise ») passe par l’ouverture d’espaces de participation des publics. Toutefois, de telles innovations dans la production se fondent en réalité sur la mobilisation de mythologies propres à la pratique journalistique, comme le rôle du journalisme dans les sociétés démocratiques ou encore le mythe libérateur de la Toile.

64Ainsi, l’idéologie partagée par le groupe professionnel (Deuze, 2005) tend à réaffirmer la stabilité des pratiques et renforce des questions telles que l’autonomie journalistique, le sens de l’éthique et la légitimité professionnelle, le rôle du journaliste médiateur, la notion de journalisme comme service public. Il est possible qu’en confrontant cette idéologie à d’autres discours (portés par les publics, les politiques, les patrons de presse, les informaticiens, etc.), de nouvelles significations soient attribuées à la pratique journalistique ; il nous manque néanmoins des éléments pour mieux comprendre ces enjeux.

65On en revient dès lors au fait que la notion de « crise professionnelle » provoquée par les changements technologiques reste encore et avant tout un discours de démarcation des rapports entre les journalistes et les acteurs sociaux, le public notamment (Ruellan, 2011), sans nécessairement constituer la fondation d’une nouvelle base idéologique pour les journalistes.

Conclusions

66Les résultats de cette recherche tendent à établir le renforcement des processus de négociation entrepris par les journalistes, les dirigeants et les publics, processus qui opèrent une appropriation conservatrice du contenu produit en dehors de la rédaction. Bien qu’il existe une sorte de marge pour des adaptations dans la pratique journalistique, un tel scénario suggère que l’importance limitée des innovations n’autorise pas à parler de nouvelles formes de production journalistique ou d’altérations dans les statuts de journaliste et de public.

67La présente recherche a un caractère éminemment exploratoire et le corpus étudié ne nous permet pas d’induire des généralisations sur la pratique journalistique. La majeure partie du matériel collecté étant centrée sur le discours produit par les professionnels, et surtout par les hiérarchies des entreprises structurées, les considérations apportées ici sur les rapports entre journalistes et publics restent partielles et limitées.

68Nos conclusions rejoignent néanmoins celles de travaux précédents (Robinson, 2010 ; Ruellan, 2011) quant à la relative stabilité du journalisme en tant que pratique socio-discursive. En effet, les discours traitant des nouvelles formes de participation du public à partir du web et des technologies numériques cachent des réalités structurelles (Ruellan, 2006) et peuvent être l’objet d’appropriations aptes à renforcer la centralité du journalisme et des journalistes dans la production de l’actualité. Dans ce cas, le concept de « local » peut être associé à cette quête d’une légitimité fondée sur un rapport de proximité avec le téléspectateur et sur une ouverture de l’espace journalistique à une partie de la communauté.

69Cela ne signifie pas que le public des médias n’existe pas ou qu’il n’est invoqué que pour renforcer le rôle des journalistes. Ou que les discours sur les innovations suscitées par les nouvelles modalités de participation en ligne doivent être écartés. Au contraire, les publics s’approprient Internet à leurs façons propres. Et même si ces enjeux ne sont pas perçus par les journalistes et les dirigeants de médias, ils entretiennent aussi une relation spécifique avec la pratique journalistique.

Haut de page

Bibliographie

Baesse (J. M. S.), 2005, « O leitor manifesto : perfil das cartas aos jornais », Comunicação e espaço público, vol. 5, nº 1, 73-82.

Becker (H. S.), 1982, Art Worlds, Berkeley; Los Angeles, University of California Press.

Becker (H. S.) 1999, Propos sur l’art, Paris, L’Harmattan.

Bird (S. E.), 2009, « The Future of Journalism in the Digital Environment », Journalism, vol 10, n° 3, 293-295.

Castro (P. C.), 2011, « Jornalismo participativo e midiatização da recepção: a domesticação dos leitores na seção “Eu-repórter” do Globo Online », 9º Encontro nacional de pesquisadores em jornalismo – SBPJor, Rio de Janeiro, Brasil.

Curran (J.), 2009, « Prophecy and Journalism Studies », Journalism, vol 10, n° 3, 312-314.

Deuze (M.), 2005, « What is Journalism?: Professional Identity and Ideology if Journalists Reconsidered », Journalism, vol 6, n° 4, 442-464.

Huang (E.), 2009, « The Causes of Youths’ Low News Consumption and Strategies for Making Youths Happy News Consumers », Convergence: The International Journal of Research into New Media Technologies, vol. 15, 105-122.

Jorge (T. M.), 2008, Manual do foca. Guia para a sobrevivência dos jornalistas, São Paulo, Contexto.

Keyser (J.), Raeymaeckers (K.), 2010, « Who’s the Fittest for Print? A Look at the Representation of Common People in the News Before and After Web 2.0 », iamcr Conference, Braga, Portugal.

Martins (F.), 2011, « Crise, cidadania e qualidade da informação jornalística », Observatório mídia & política [en ligne], ed. 05. Texte disponible, url : <http://www.midiaepolitica.unb.br/ index.php ?option =com_content&view =article&id =59 :crise-cidadania-e-qualidade-da-informacao-jornalistica&catid =10 :edicao-052011>.

Moraes (F. M.), 2011, « Da platéia ao palco : reflexão sobre as mudanças nos papéis dos públicos », 33º Congresso brasileiro de Ciências da comunicação – Intercom, Caxias do Sul, Brasil [en ligne]. Texte disponible, url : <http://www.intercom.org.br/papers/nacionais/2010/ resumos/R5-2557-1.pdf>.

Pereira (F. H.), 2010, « El mundo de los periodistas : aspectos teóricos y metodológicos », Comunicación y sociedad, vol. 13, 101-124.

Peruzzo (C. M. K.), 2006, « Mídia local e suas interfaces com a mídia comunitária », 26º Congresso brasileiro de Ciências da comunicação – Intercom, Belo Horizontes, Brasil [en ligne]. Texte disponible, url : <http://revcom.portcom.intercom.org.br/index.php/ anuariolusofono/article/viewPDFInterstitial/1213/958>.

organizações globo, 2011, Princípios editoriais das Organizações Globo. Texte disponible, url : <http://g1.globo.com/principios-editoriais-das-organizacoes-globo.html#correcao>.

Robinson (S.), 2010, « Traditonalists vs Convergers: Textual Privilege, Boundary Work, abd the Journalist-Audience Relationship in the Commenting Policies of Online News Sites », Convergence: The International Journal of Research into New Media Technologies, vol. 16, 125-143.

Ruellan (D.), 2006, « Corte e costura do jornalismo », Líbero, ano ix, nº 18, 31-40.

Ruellan (D.), 2011, Nous journalistes : déontologie et identité, Grenoble, pug.

Strauss (A.), 1992, Miroirs et masques : une introduction à l’interactionnisme, Paris, Métailié.

Sundet (V. S.), Ystreberg (E.), 2009, « Working Notions of Active Audiences: Further Research on the Active Participant in Convergent Media Industries », Convergence: The International Journal of Research into New Media Technologies, vol. 15, 383-390.

Traquina (N.), 2001, O Estudo do Jornalismo no Século XX, São Leopoldo, Ed. Unisinos.

Travancas (I. S.), 1992, O Mundo dos jornalistas, São Paulo, Summus.

Tredan (O.), 2011, « A construção dos públicos na internet, dos grupos de pares às novas legitimidades culturais », Alceu, vol. 22, 5-25.

Weiss (A. S.), Joyce (V. M. H.), 2009, « Compressed Dimensions in Digital Media Occupations : Journalists in Transformation », Journalism, vol. 10, n° 3, 587-603.

Wolf (M.), 1995, Teorias da comunicação, Lisboa, Presença (4e ed.).

Haut de page

Notes

1 Les auteurs veulent remercier la Fundação de Apoio à Pesquisa do Distrito Federal (fap-df) et le Decanato do Ensino de Graduação de l’Université de Brasília qui ont soutenu la présentation de cette communication au Colloque international Médias locaux de Toulouse.

2 «Among the Audience. A Survey of New Media », The Economist, n° 22, avril 2006.

3 « inma/Visão 360º : É preciso conhecer o leitor », Jornal anj, n° 228, décembre. 2010.

4 Donnés disponibles sur <http://redeglobo.globo.com/TVG/0,,9648,00.html>.

5 Qui, en plus du df-tv, est responsable des journaux « Bom dia df » (« Bonjour df ») et « Globo Esporte » (« Globo Sport »).

6 Note en direct, lue à la fin du reportage, avec des informations complémentaires. Voir <http://jornal.metodista.br/ tele/manual/glossario.htm>.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Comment participer– Votre collaboration –Utilisez votre login ou inscrivez-vous sur Globo.com. Lisez les conditions d’utilisation. Si vous êtes d’accord, vous devez y adhérer.Vous pouvez envoyer une vidéo et jusqu’à six photos à chaque fois, mais vous pouvez participer autant de fois que vous le souhaitez.La vidéo doit peser 50 mb au maximum, et être sous un des formats suivants : 3g2, 3gp, 3gp2, 3gpp, asf, avi, divx, dv, dvx, f4v, flv, h263, m4e, m4v, wmv, mov, movie, mp4, mpg, mpeg, qt et rm.Les photos doivent peser au maximum 3 mb chacune et être sous le format jpg, bmp, png ou gif.Nous souhaiterions savoir où (état et ville) et quand (date) la vidéo a été tournée ou la photo prise.Votre production pourra être utilisée à Globo et sur Internet. Sur la Toile, votre vidéo sera publiée durant six mois et vos photos et textes pourront rester accessibles en ligne pour une durée indéterminée.
URL http://sds.revues.org/docannexe/image/1943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fábio Henrique Pereira et Angélica Fonsêca de Freitas, « Les innovations technologiques et la reconfiguration des rapports entre journalistes et public dans le journal télévisé local », Sciences de la société, 84-85 | 2012, 213-229.

Référence électronique

Fábio Henrique Pereira et Angélica Fonsêca de Freitas, « Les innovations technologiques et la reconfiguration des rapports entre journalistes et public dans le journal télévisé local », Sciences de la société [En ligne], 84-85 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://sds.revues.org/1943 ; DOI : 10.4000/sds.1943

Haut de page

Auteurs

Fábio Henrique Pereira

Professeur adjoint à la Faculté de Communication, Université de Brasília.
fabiop@gmail.com

Angélica Fonsêca de Freitas

Étudiante en Publicité, Université de Brasília.
angelica.fonseka@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org