Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Information-communication

Geneviève Vidal, dir., La sociologie des usages. Continuités et transformations,

Hermes Science/Lavoisier, 2012. 251 pages.
Jean-Thierry Julia
p. 158
Référence(s) :

Geneviève Vidal, dir., La sociologie des usages. Continuités et transformations, Hermes Science/ Lavoisier, 2012. 251 pages.

Texte intégral

1Portant un regard rétrospectif sur la trentaine d’années d’études sociologiques autour des usages, l’ouvrage dirigé par Geneviève Vidal ne s’avère pourtant pas une simple n-ième contribution en la matière... Car la posture adoptée est tout d’abord éminemment critique, portant un regard sans complaisance sur une littérature qui, à l’opposé de ce qu’elle pouvait être à son avènement dans les années 80, s’est par la suite, trop souvent et trop confortablement, satisfaite de toujours plus amples litanies chiffrées... La posture est par ailleurs innovante, puisque l’aiguillon qui permet ici de questionner le champ des usages, n’est autre le dispositif interactif, et plus précisément ses usages, utilisations effectives et actions réelles de l’usager, dorénavant requises devant les tic. La réévaluation de l’usage sous prétexte d’usager-acteur n’est certes pas inédite ; mais au fil de l’ouvrage, les auteurs s’accordent à convoquer le second, non pas comme objet supplémentaire d’observation, mais bien comme élément méthodologique pour l’analyse du premier. La réflexion collective aspire ainsi à repositionner le débat scientifique en la matière, en éprouvant de la sorte cette fameuse notion d’« usage », par ailleurs tant rebattue... Eric George, chercheur québécois versé de longue date à la chose interactive – et encore aussi critique – ouvre le ban. Il opère alors à un retour sur la genèse d’une sociologie ayant trait, concernant les tic, à leurs usages, leurs appropriations (ou bien encore leurs pratiques, leurs utilisations, etc., ce qui pourra encore faire débat...). Si la critique porte notamment sur l’avènement de cet « usager », qui viendra donner un peu d’épaisseur au quidam devant sa machine, elle aboutit au final, de façon plus radicale, et sous couvert d’un retour aux fondamentaux sociologiques (Durkheim, Elias, ou encore Simmel), à souligner la possible collusion des tic, de l’hyperindividualisme et d’un capitalisme triomphant : entre émancipation et aliénation, les tic dès lors susceptibles du meilleur et du pire... Dans un deuxième chapitre, Dominique Carré enfonce le clou, en complétant l’analyse par la dimension politique et économique, selon laquelle, dans les mêmes temps, un marketing des usages (appliqué aux audiences, comportements, et ce à des fins notamment publicitaires) se sera ostensiblement substitué à une approche sociologique à vocation compréhensive. Or donc, premier constat, qui aboutit à une nécessaire relecture de l’objet – si tant est que la notion d’usage doive perdurer comme objet de réflexion...

2C’est à la clef de voûte des dispositifs tic que Christian Papilloud s’attache dans un troisième chapitre, entendons par là la notion incontournable – mais souvent réfractaire à l’investigation – de l’interactivité. L’auteur décrit ainsi remarquablement les chassés-croisés opérés entre le sociologue et son objet, quand le point d’achoppement sera pour partie technique : et force sera de constater qu’alors divergent interactivité et simple interaction... Là encore, retour aux fondamentaux : la convocation de Licklider ne peut être ici qu’extrêmement profitable à la réflexion. Et l’auteur d’aboutir au final, à une triple qualification des usages de tic interactives, mettant à mal l’attachement, la position et la continuité d’une telle mise en relation par le biais technologique, ajoutant à l’extrême complexité – dès lors sociale – de la situation – interactive. Un autre chassé-croisé, que se proposent d’analyser dans un chapitre 4 Guillaume Latzko-Toth et Florence Millerand, est celui entre sociologie des usages des tic d’une part et sts d’autre part, entendre par là Science and Technology Studies. Ou comment deux pans des sciences sociales – franco-européen d’un côté, anglo-américain de l’autre – s’intéressant à des objets au moins partiellement communs, se révèlent l’un à l’autre relativement indifférents : sts dans l’amont conceptuel du dispositif vs sociologie des usages dans l’aval de la réception... Intentio auctoris et intentio lectoris qui s’ignorent, là où, constatent les auteurs, la rencontre ne pourrait être que constructive. Au terme de deux chapitres consacrés à la gouvernance de l’internet (Françoise Massit-Folléa) et à une réflexion amenant à conjuguer usager et consommateur à l’heure du web 2.0 (Françoise Paquienséguy), Geneviève Vidal nous propose sa vision d’une approche renouvelée, éminemment dialectique, autour de « technique et société ». Elle l’assortit encore d’une feuille de route méthodologique et de perspectives notionnelles dès lors remaniées, autour des notions revisitées d’usage et d’interactivité, ou encore de celle du « renoncement négocié » – développée par ailleurs dans son hdr – qui ne manquera pas de venir contribuer au débat scientifique ; ce sera là la rançon du succès d’une réflexion qui se voulait assurément critique et dialectique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Thierry Julia, « Geneviève Vidal, dir., La sociologie des usages. Continuités et transformations, », Sciences de la société, 87 | 2012, 158.

Référence électronique

Jean-Thierry Julia, « Geneviève Vidal, dir., La sociologie des usages. Continuités et transformations, », Sciences de la société [En ligne], 87 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://sds.revues.org/1628

Haut de page

Auteur

Jean-Thierry Julia

mcf en Sciences de l’information et de la communication, lerass, ea 827, Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org