Navigation – Plan du site
Notes de lecture
Philosophie

Marc Parmentier, Philosophie des sites de rencontres

Ellipses, 2012, 208 pages.
Catherine Lejealle
p. 157
Référence(s) :

Marc Parmentier, Philosophie des sites de rencontres, Ellipses, 2012, 208 pages.

Texte intégral

1Apparus il y a moins de dix ans, les sites de rencontres sont aujourd’hui banalisés et parfaitement assumés comme moyen d’amorce d’une relation. Si de nombreux experts (sociologues, psychologues, médecins, etc.) ont déjà examinés cet objet, aucun philosophe ne l’avait encore fait. Agrégé de philosophie, Marc Parmentier analyse ce phénomène à la lumière des concepts de la philosophie classique. Descartes, Leibniz, Locke, Spinoza encore Adam Smith sont convoqués… et ceci de façon très didactique, si bien que l’ouvrage se lit facilement sans préalable théorique important.

2L’auteur s’interroge sur ce paradoxe : avant même la rencontre (si tant est qu’elle ait lieu), au cours des échanges derrière leurs claviers respectifs, les candidats à la rencontre investissent intensivement l’expérience, ressentent des affects forts qui n’ont rien de virtuel. Les émotions qu’ils éprouvent sont parfaitement réelles. C’est à tort qu’on assimile le virtuel à un monde imaginaire, fantasmé, non réalisé par opposition à un réel qui seul aurait de la valeur. L’auteur commence son ouvrage en rappelant combien le concept de virtualité appartient d’abord à la philosophie classique et a été mal utilisé ensuite. Loin de s’opposer, réel et virtuel s’entrelacent, s’inscrivent dans une dialectique complexe. Le virtuel se compose de micro-actions et de micro-réalisations en interaction avec des évènements sur le point d’advenir. L’internaute ne s’enferme pas dans un monde étanche, mais explore des possibilités qui s’actualiseront peut-être ensuite irl (in real life). Les univers sont poreux avec un effet permanent de rétro action l’un sur l’autre. On observe en effet une série d’allers et retours entre virtualités et actualisations. Ce rappel de la définition du concept de virtualité éclaire alors les pratiques observées sur les sites de rencontres et notamment cet investissement affectif important avant (et parfois même sans) la rencontre en face-à-face. Ce que les internautes éprouvent au cours des échanges est réellement ressenti et s’inscrit en lien avec leurs explorations lors de liens amoureux ultérieurs. L’autre conséquence de cette porosité des univers est que la communication au clavier avec un tiers virtuel dont on ne connaît pas l’identité réelle permet d’avancer dans le processus de découverte de sa propre identité. Le rapport au corps (tout de même 70% de la communication irl) étant mis entre parenthèses, les sites constituent une autre piste pour parfaire sa construction identitaire et creuser son rapport à autrui. Dans cette confrontation avec un protagoniste distant complètement inconnu, il est en effet possible de tricher sur son identité et de se retirer à tout moment de la communication. Ces modalités offrent des opportunités inédites irl de construction identitaire. Comme les avatars dans les jeux vidéo, l’expérience sur les sites permet d’explorer des dimensions identitaires avec effet cathartique, libératoire, ludique, pour le moins bénéfique pour l’individu.

3Alors n’attendez plus pour découvrir cette Philosophie des sites de rencontres dont la lecture vous apprendra beaucoup de choses et confirmera que depuis toujours, l’amour, le désir, l’identité, le rapport à autrui passionnent les individus que nous sommes. En 1749, le naturaliste Buffon éventrait des lapins pour mettre en évidence l’existence des spermatozoïdes. Aujourd’hui les méthodes ont changé, mais comme le montre l’auteur, il reste toujours une part irréductible de mystère qui fait l’alchimie des rencontres… en ligne ou loin du clavier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Lejealle, « Marc Parmentier, Philosophie des sites de rencontres », Sciences de la société, 87 | 2012, 157.

Référence électronique

Catherine Lejealle, « Marc Parmentier, Philosophie des sites de rencontres », Sciences de la société [En ligne], 87 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://sds.revues.org/1625

Haut de page

Auteur

Catherine Lejealle

Professeur associé, esg Management school

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org