Navigation – Plan du site

À propos de troubles existentiels de certains objets

Catherine Lejealle et Geneviève Teil
p. 3-7

Texte intégral

1Quelle est la place des objets dans les collectifs sociaux ? Comment saisissons-nous les objets ? De grands partages et catégorisations organisent la façon dont nous rendons compte de la présence des objets : matériel et immatériel, existence objective et perception subjective, producteur, produit et utilisateur, observateur et objet perçu… Les objets alimentent de nombreuses disputes et controverses sur les objets d’art, sur le luxe… qui opposent des tenants de l’objectivité des qualités à ceux de leur subjectivité sociale. D’un côté, les objets sont là de toute évidence et il appartient aux usagers et à ceux qui les « perçoivent » de parvenir à se rendre sensibles aux stimuli irradiés par les objets ; de l’autre, la présence des objets est toujours travaillée par les collectifs et leurs habitus qui assurent leur stabilisation, structuration, pérennité…

2Peut-on échapper à cette alternative ? Ces questions ont fait l’objet de très nombreux travaux, tout particulièrement en Science and Technology Studies à la suite de B. Latour (1983, 1987). Ces travaux ont repensé la question de l’objectivité scientifique non pas comme le résultat d’une force des objets qui les imposerait à la perception des acteurs comme aux autres objets de leur « environnement » ou d’une force qui serait dérivée et collectivement mise en forme, mais plutôt comme le résultat d’une activité de saisie toujours inachevée et reprise, ce qui ôte aux objets la force inflexible que leur donnait leur essence transcendante.

3Mais une fois privés de leur capacité à imposer leur présence, que deviennent les objets ? Comment agissent-ils ? Ces questions fondamentales traversent à la fois la sociologie des objets et des techniques et la sociologie de l’art. Pourtant, elles ne semblent pas toujours préoccupées de s’affranchir du dualisme et des partages a priori des théories de la perception. Quelques ouvrages détonnent cependant. Celui d’A. Gell (2010) récemment traduit, analyse la présence « disséminée » des objets dans les collectifs humains et leur agentivité comme résultat de leur « intérêt » ou capacité a susciter « l’intérêt » de leurs amateurs. H. Verran (1998) décrit également les territoires des indigènes australiens comme des objets en production. La présence toujours recomposée des objets a fait l’objet de comptes rendus empiriques étonnants comme l’ouvrage de H. Sciardet (2003) sur les trajectoires de vie des objets des marchés aux puces. Ce thème repris par les études sur la « seconde vie » des objets connaît d’ailleurs aujourd’hui un grand engouement. Il y a plus d’un siècle, avec son pragmatisme radical, W. James (2005) a pointé une autre existence du monde, pragmatique et non transcendantale, mais le travail sur la présence des objets et les conséquences de ce changement de paradigme n’avaient pas fait l’objet d’études très ciblées. Aujourd’hui des philosophes s’interrogent sur une nouvelle ontologie des objets (Bennett, 2004, 2010 ; Coole et Frost, 2010).

4Le dossier de ce numéro de Sciences de la Société permet d’attirer l’attention sur les difficultés posées par la présence des objets dans les collectifs et ainsi de contribuer à faire émerger une problématique mieux partagée sur ce sujet. Il réunit des textes d’horizons, de disciplines, de terrains très différents, mais qui tous traitent de controverses ou de problèmes liés au mode d’existence des objets dans les collectifs. Les dispositifs et procédures de qualification sont des lieux particulièrement propices pour l’étude de ces questions, car tous les objets ne semblent pas toujours vouloir se fondre dans le moule usuel de l’objectivation et sa différenciation entre des objets d’un côté et des observateurs ou usagers ou producteurs d’un autre.

5Le travail de S. Naulin sur l’inscription de la gastronomie française au patrimoine immatériel de l’humanité fait ressortir les contorsions que doit subir la gastronomie pour rentrer dans les fourches caudines de l’identification d’une production alimentaire nationale différenciée. Elle y parvient au prix de sa réduction au repas structuré en trois moments : entrée, plat, dessert. Cet article insiste sur le fait que la présence des objets relève d’une activité et d’un travail qui les fait exister. L’article de F. Thomas introduit la question des dispositifs de preuve en montrant comment l’exigence de testabilité de la qualité des produits avec Indication Géographique remodèle et transforme un produit, une variété de riz. Celui de G. Teil, sur la qualité de terroir des vins, poursuit dans la même direction. Des vignerons s’insurgent contre l’objectivation néfaste de la qualité qui leur semble accompagner les labels de protection de la qualité gustative ou bio des vins. Le bon goût des vins et le bio peuvent-ils tenir dans une liste de caractéristiques ou une recette prédéfinies ? La question est vive, la réponse n’est pas tranchée. Des mises en forme alternatives de la qualité existent et organisent des régimes d’action particuliers avec leurs propres outils d’évaluation de la qualité. Ces derniers peuvent coexister de façon très imbriquée, à tel point qu’il est alors difficile d’identifier des séquences d’actions plus propres à l’un ou l’autre des régimes. Mais ils peuvent aussi se différencier et faire émerger des circuits de commercialisation distincts voire parfois s’opposer durement.

6Les controverses au sujet de l’authenticité des objets annoncent très souvent des problèmes d’existence de ces objets. Objet authentique par excellence, la nature est une mine. Le texte de F. Goulet revient sur les difficultés que pose la diffusion des techniques de culture sans labour. Ne plus labourer, c’est « désartificialiser » la production agricole, autrement dit redonner une « véritable » place à la nature dans le travail productif. Ce retour s’accompagne d’une reconstitution de la nature, de son rôle, de sa participation, et d’une forte reconfiguration des indices de la qualité de la nature, de sa coopération et des fruits de son travail.

7Les deux contributions suivantes de D. Vinck et S. Barrey délaissent le terrain du goût, des qualifications et de l’authenticité pour celui des objets technologiques et prolongent les travaux désormais classiques des Science and Technology Studies sur la science. Ils écartent ainsi l’idée qu’une frontière pourrait baliser les domaines de l’objectivité scientifique d’un côté et de la relativité des valeurs culturelles de l’autre. Les nano-objets et les poissons ogm qui « s’instaurent », pour reprendre avec ces deux auteurs l’heureux mot d’E. Souriau, sont discutés, controversés. Peut-on ramener les incertitudes de leur existence à des difficultés de « perception » ? Existe-t-il une unité cachée « derrière » la variété des « interprétations » dont ils font « l’objet » ? Comme les précédents, ces deux articles rejettent cette mise en forme a priori de l’existence des objets. Le cas des nano-objets présente l’instauration des objets comme une opération fragile, collective, très fortement cadrée et propre aux collectifs de chercheurs. Celui des poissons ogm élargit l’opération à un collectif plus vaste, celui des participants à un focus group ; il montre le travail nécessaire aux organisateurs pour faire tenir la diversité des contributions des consommateurs à une instauration plus large des poissons ogm.

8Les articles précédents analysent des controverses ou difficultés soulevées par les acteurs ; celui d’E. Hache propose de se pencher sur la production cinématographique très originale d’un artiste, A. Linke, qui tente de rompre avec le processus de naturalisation, d’objectivation de la nature et de différenciation avec l’homme. L’auteur décrit comment le cinéaste réussit à ne pas montrer les Alpes – un lieu commun du paysage – comme un élément de la nature objectivée, et au contraire les faire émerger comme un flot d’actions entremêlées où se fondent les habitants, le temps, l’eau, les montagnes, ceux qui exploitent et font les Alpes.

9Le dernier article enfin, de D. Boullier, pointe un moment décisif de l’émergence des objets dans les collectifs, celui qui accompagne l’attention. Il analyse finement les luttes que se livrent notamment les services marketing pour que les clients fassent attention aux programmes, objets, services qu’ils proposent. Il revient ainsi sur une étape cruciale de l’existence des objets avec la diversité de leurs surgissements et des attachements qu’ils réalisent éphémères surprises ou emprises tenaces.

10Par la variété des points de vue, des objets traités, ce dossier qui fait suite à l’atelier « arbitrer les attachements » organisé par le réseau thématique « Sociologie de la consommation et des usages » de l’Association Française de Sociologie en 2009, espère montrer la richesse et l’intérêt d’une thématique encore rarement abordée dans les sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Bennett (J.), 2004, “The Force of Things : Steps toward an Ecology of Matter”, Political Theory 32, no. 3: 347-72.

Bennett (J.), 2010, Vibrant Matter: A Political Ecology of Things, Duke Univrsity Press.

Coole (D.), Frost (S.), eds., 2010, New materialisms – Ontology, Agency, and Politics, Duke Univrsity press.

Gell (A.), 2010, [1998], L’art et ses agents – Une théorie anthropologique, domaine Fabula. Bruxelles : Les presses du réel.

James (W.), 2005, Essais d’empirisme radical, edited by Champs. Traduction et présentation par Guillaume Garreta, et Mathias Girel, Paris : Agone.

Latour (B.), 1983, « Comment redistribuer le grand partage ? » , Revue de Synthèse iii, no 110, 203-36.

Latour (B.), 1987, Science in Action, How to Follow Scientists and Engineers through Society, Harvard : Open University Press (G.B.), Harvard University Press (U.S.).

Sciardet (H.), 2003, Les marchands de l’aube, coll. études sociologiques : Economica.

Verran (H.),1998, “Re-imagining land ownership in Australia”, Postcolonial Studies 1, no 2, 237-54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Lejealle et Geneviève Teil, « À propos de troubles existentiels de certains objets  », Sciences de la société, 87 | 2012, 3-7.

Référence électronique

Catherine Lejealle et Geneviève Teil, « À propos de troubles existentiels de certains objets  », Sciences de la société [En ligne], 87 | 2012, mis en ligne le 01 avril 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://sds.revues.org/1485

Haut de page

Auteurs

Catherine Lejealle

Professeur associé à l’esg Management school, co-titulaire de la chaire digital business
catherine.lejealle@gmail.com

Articles du même auteur

Geneviève Teil

Chargée de recherche à l’inra (France) sad apt Paris – inra (Maroc) craa Tanger.
genevieve.teil@agroparistech.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org