Navigation – Plan du site

Les réseaux sociaux à l’épreuve du mouvement populaire tunisien : quel rôle dans la reconfiguration du champ social ?

Social networks to the test of the Tunisian people’s movement: what role in the reconfiguration of the social field?
Raja Fenniche
p. 150-161

Résumés

La révolution tunisienne s’est caractérisée par le rôle important joué par le web 2.0 et notamment par les réseaux sociaux : aura ainsi été mise en évidence, une période nouvelle de l’histoire des mouvements sociaux, où se conjuguent usages des outils web par les blogueurs et autres cyberactivistes, et actions de protestation, de lutte sociale et politique de la population. L’hypothèse est alors qu’un tel mouvement social est l’une des manifestations à grande échelle du dédoublement de l’espace, tant privé que public, référant à la fois à deux sphères qui constituent désormais l’aire dans laquelle nous évoluons : celles du réel et du virtuel. Les interactions et les imbrications entre ces deux espaces, reconfigurent dès lors le champ du social et nécessitent de reconsidérer le lien entre les individus à la lumière de nouvelles formes de sociabilité qui se tissent dans à leur croisement ; et notamment de la prééminence de l’image du corps…

Haut de page

Texte intégral

1La révolution tunisienne s’est caractérisée, à ses différentes étapes, par le rôle important joué par le web 2.0 et notamment par les réseaux sociaux. Elle s’inscrit dans une nouvelle période de l’histoire des mouvements sociaux dans le monde, où se conjuguent les usages des outils du web 2.0 par les blogueurs et autres cyberactivistes avec les actions de protestation et de lutte sociale et politique.

2L’une des hypothèses que l’on voudrait développer dans notre communication est que le mouvement social tunisien serait l’une des manifestations à grande échelle du dédoublement de notre espace tant privé que public, référant à la fois aux deux sphères qui constituent désormais l’aire dans laquelle nous évoluons : celles du réel et du virtuel. Les interactions et les imbrications entre ces deux espaces, reconfigurent le champ du social et nécessitent de reconsidérer le lien entre les individus à la lumière de nouvelles formes de sociabilité qui se tissent dans le croisement de ces deux sphères. Toute l’originalité du mouvement social tunisien, est qu’il s’est constitué et a évolué dans l’espace de l’entre deux : celui de l’intersection et de l’enchevêtrement des expressions tant réelles que virtuelles.

3Ces deux mondes se croisent sans se rencontrer tout à fait, chacun ayant ses propres règles de jeu, son propre code, son propre fonctionnement. Mais c’est de cette interpénétration entre ces deux sphères et des combinaisons insolites et imprévisibles entre des expressions sociales de type différent que s’est constitué le mouvement. Il ne s’agit donc, en aucune manière, de considérer, que le monde virtuel a été tout simplement mis au service du monde réel et que par conséquent, l’usage des outils du web 2.0 n’a fait que faciliter ou accélérer le mouvement social.

4La situation est bien plus complexe. Les nouveaux dispositifs technologiques, ont certes joué le rôle de catalyseur mais ils ont aussi fortement imprégné le mouvement, jusque dans ses expressions sémiotiques et dans ses slogans politiques. Rappelons-nous seulement le fameux « Game over », brandi sur l’avenue Habib-Bourguiba le 14 Janvier 2011, et repris en série dans les autres capitales arabes. En reconsidérant les péripéties du mouvement selon cet angle, nous nous proposons d’essayer de déconstruire le processus de constitution et d’articulation du lien social qui fonde le mouvement. Ce lien dans sa dimension à la fois réelle et virtuelle semble se déployer sur deux niveaux : imaginaire et symbolique d’une part, social et politique de l’autre. Ces deux dimensions, à travers leurs expressions intriquées, ont été déterminantes dans la reconfiguration du rapport entre individu et société. C’est ce rapport nouveau qui a marqué le mouvement social tunisien, en témoigne l’acte fondateur de la révolution, celui de l’immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, qui est l’expression de l’enchevêtrement des dimensions individuelle et collective, symbolique et politique, corporelle et éthique, etc. Le mouvement social ainsi déclenché porte la force symbolique de l’acte qui l’a initié et n’a pas cessé d’être chargé de sens, du sens multidimensionnel de cet « acte fondateur ». Depuis, le corps individuel est devenu le point de mire de l’espace public puisqu’il charrie une charge subversive sans pareil.

5En effet, la symbolique du corps dans l’espace public se décline sous plusieurs formes : corps sublimé, dénudé, enveloppé, agressé, tatoué, immolé ; il constitue désormais l’ultime recours pour s’exprimer, pour revendiquer, voire pour lutter, comme si on avait besoin que les mots prennent corps, dans le sens littéral du terme. Les formes individuelles puis collectives de la symbolique du corps dans le mouvement social tunisien confirment la dualité de l’expression du corps individuel et du corps social dans leurs dimensions à la fois réelles et virtuelles.

Interférence réel/ virtuel : l’entre-deux

6La circulation des informations à travers les réseaux sociaux, combinée à l’usage intensif de la téléphonie mobile s’est avérée être un puissant moyen d’amplification et d’intensification des mouvements sociaux. Comme si le net réussissait non pas seulement à traduire la volonté d’une majorité tenue, jusque là, en dehors de la sphère du pouvoir, mais qu’il la transformait en une force de frappe capable de renverser le cours des événements. Plus que cela : les interférences multiples entre la sphère réelle et virtuelle ont joué un rôle indéniable dans l’évolution du mouvement et dans l’accélération des événements. Elles ont participé à donner naissance à un espace public qui se situe à mi chemin entre le réel et le virtuel , puisqu’il trouve ses expressions aussi bien sur la toile que sur les lieux publics. L’information diffusée sur les réseaux du web par des centaines voire des milliers de personnes, devient une information active dans le sens presque physique du terme. Elle génère une force qui amplifie certains événements, charrie une énergie incommensurable de changement et crée la mobilisation nécessaire à l’action politique.

7En effet, lors de la première année de la révolution, certains mouvements ont été initiés sur Facebook (le mouvement d’El Kobba, initiative citoyenne, mouvement A’taqni, l’association pour la parité et l’égalité des chances…). Il s’agit de mouvements sociaux et associatifs dont l’idée de départ a été lancée sur le site et qui ont réussi à mobiliser, pour une certaine période, plusieurs centaines, voire des milliers de personnes qui se sont regroupés pour exprimer de la même manière, au même moment, la même position.

8Il est frappant de remarquer le caractère éphémère de la plupart de ces mouvements qui s’amplifiaient puis périclitaient rapidement, un peu à la manière des groupes Facebook qui se font et se défont au gré des événements. La concordance dans le temps entre l’information qui circule et la réaction qu’elle génère est le facteur déterminant de cette force de mobilisation. Autant ces informations sont partagées par un nombre exponentiel de personnes en temps réel, autant elles gagnent en puissance. Ce n’est pas l’expression d’une position intellectuelle ou politique commune qui confère cette force mais celle d’une subjectivité agissante où la personne s’implique dans son être et dans son corps à travers l’expression de ses émotions. Autant ces sentiments sont proches des émotions de base (colère, tristesse, peur, joie…) et expriment des valeurs humaines universelles (contre la violation des droits de l’homme, contre l’injustice, pour la paix, pour la dignité, l’égalité, la solidarité…), loin de toute considération idéologique ou partisane , autant les réactions personnelles ont tendance à converger et à créer un mouvement de grande ampleur.

9Les informations étaient si bien relayées et les actions parfois si bien synchronisées qu’on avait l’impression d’avoir de véritables stratèges invisibles qui orchestraient le tout, une sorte de quartier général qui œuvrait dans l’ombre. Comme si la congrégation des subjectivités de milliers d’individus, au lieu de créer une véritable cacophonie, réussissait à accorder les volontés qui se transformaient en une force agissante. C’est l’expression de cet ordre émergent qui a rendu possible la synchronisation des actions collectives grâce notamment aux outils du web.

Rapport entre individu et société : les mots qui font corps

10Les interactions entre les sphères du réel et du virtuel ont participé à recomposer le rapport entre individu et société sous un angle nouveau. L’utilisation massive des tic renforce la tendance de l’autonomisation des individus qui s’affranchissent via le net du poids des institutions et de leur pouvoir de contrôle et de coercition (Fenniche, 2010). En effet, les réseaux sociaux et la panoplie de fonctionnalités qu’ils offrent, permettent aux individus d’exprimer leurs ressentis et leurs préférences (j’aime, je partage, je supprime…) et renforcent la montée des subjectivités, une des caractéristiques importantes de ce que Beck, avec Giddens, appelle la seconde modernité (Beck, 2001). L’ampleur de l’expression du subjectif est devenue encore plus évidente avec la configuration même de Facebook où le je est mis en avant, symbolisé dans la photo du profil, le statut et le fameux j’aime …

11Mais c’est à travers principalement l’expression du corps que se reconfigure le lien entre individu et société. Pour créer l’événement, l’individu ne se contente plus d’énoncer verbalement ce qu’il revendique. Il a besoin de s’exprimer par son corps, de dire sa souffrance. Comme si l’idée avancée par Béatrice Galinon-Melenec et Fabienne Martin-Juchat (2007) – que le « corps communicant » caractérise désormais notre civilisation – se confirmait.

12Ainsi, si l’immolation de Bouazizi et de 10 autres jeunes tunisiens s’est produite sous la dictature de Ben Ali et pouvait s’expliquer par le fait qu’il n’y avait pas alors de liberté d’expression ; les actes extrêmes dont nous parlerons par la suite (immolation, grève de la faim entrainant la mort, dénudement du corps) se sont déroulés dans un contexte postrévolutionnaire caractérisé par une explosion de la parole. Pourquoi continue -t-on à recourir à ces modes d’expression alors que la possibilité de s’affirmer verbalement n’a jamais autant existé en Tunisie ? Deux hypothèses me semblent plausibles.

13La première hypothèse qui expliquerait l’ampleur de ce phénomène après le 14 janvier, est que si la parole ne s’inscrit pas dans un processus d’échange qui présuppose une qualité d’écoute et une volonté d’engager le dialogue, elle ne peut être que creuse, dénuée de sens. Or, l’espace public tel que défini par Habermas (1988) est d’abord un espace symbolique où se construit l’opinion publique dans un processus d’échanges basé sur le partage d’un même langage symbolique et d’un ordre de valeurs commun ; espace où prédominent des formes de « reconnaissance mutuelle des légitimités » selon l’expression de Dominique Wolton1.

14La construction de l’espace public dans sa dimension symbolique exige, certes, la prévalence de la parole comme véhicule d’échanges et de discussions. Cette parole basée sur l’argumentation rationnelle participe à créer un espace de délibération et de démocratie participative qui est en définitif l’espace public, tel que défini par Habermas, où se sont forgées depuis le xviiie siècle des valeurs communes (valeurs de la république, liberté d’expression, souveraineté populaire…).

15En Tunisie, et après les événements du 14 janvier, la parole, longtemps réprimée, est enfin réhabilitée voire même glorifiée. Après les élections du 23 octobre 2011, le mouvement social, fort de cette parole reconquise, s’est amplifié mais n’a pas trouvé d’écho auprès de la classe politique au pouvoir qui était sourde aux revendications des différentes catégories sociales et aux mouvements de contestation qui ont essaimé partout dans le pays.

16La deuxième hypothèse consiste dans le fait que la culture du web 2.0 à présent largement diffusée, s’appuie sur la force de prégnance de l’image, où l’individu n’est plus seulement spectateur des événements mais qu’il en devient lui-même l’acteur. Ainsi, tout un chacun peut prétendre devenir une vedette, un héros, ne serait-ce que virtuellement, en se filmant dans une posture insolite ou théâtralisée, où le corps est mis en avant. Rappelons nous, Bouazizi n’aurait jamais été considéré comme un héros de la révolution si sa photo prise au moment de l’immolation n’a pas circulé à une vitesse prodigieuse sur les réseaux sociaux un certain 17 décembre.

17Sur Twitter et Facebook , la théâtralisation n’est plus le propre du pouvoir « qui se donne à voir », elle s’est en quelque sorte « démocratisée » et a permis à tout un chacun de se donner en spectacle. C’est souvent le simple citoyen, qui met en scène, par son corps, par ses gestes, le message qu’il veut faire entendre, comme si nous assistons à la résurgence de l’« individu » selon Nietzsche, qui se distingue de l’« homme collectif » en affirmant sa singularité, rejoignant par là la dimension universelle. L’individu « sorti du troupeau » s’ouvre plus facilement à l’universel, puisqu’il transcende les frontières culturelles en allant à la rencontre d’autres singularités.

18Ainsi, devant la surdi-mutité des autorités, et afin de faire entendre leurs voix, beaucoup de contestataires ont usé d’un moyen de lutte insolite jusque là : le corps comme moyen ultime de révolte. Le corps dans sa dimension symbolique devient donc le point d’articulation d’un lien nouveau entre individu et espace public. Il y eut d’abord une véritable déferlante de grèves de la faim qui ont été conduites individuellement ou collectivement dans différentes catégories sociales (diplômés en chômage, parents de détenus ou d’immigrés clandestins, détenus politiques, ouvriers menacés d’exclusion, journalistes de Dar Assabah luttant contre la tentative de main mise de l’état sur la presse, députés de la constituante en solidarité avec les contestataires de leurs régions...).

19La grève de la faim, cette nouvelle forme de lutte, a laissé les gouvernants indifférents jusqu’à la survenue en novembre 2012, du décès en prison de deux jeunes détenus salafistes suite à une grève de la faim anarchique. Depuis cet incident, les grévistes de la faim bénéficient d’un suivi médical plus rigoureux.

20Une deuxième expression du corps consiste en l’immolation par le feu. Sur les pas de Bouazizi, quelques jeunes, complètement désabusés ont usé du même moyen. Le silence de la mort comme expression de l’échec irrémédiable de la parole. Le corps qui se consume par le feu serait une forme de sublimation de la parole. L’ultime et dernier cri. La mise au pas du dit par le non-dit.

21L’auto-immolation d’un jeune chômeur le 12 mars 2013 sur les marches du théâtre municipal en pleine avenue Habib Bourguiba, souligne avec force, la dimension symbolique de ce moyen de lutte. Cet acte « interprété » d’une manière « théâtrale » signe l’échec de la parole comme moyen de médiation.

Le corps féminin qui se donne à voir

22Un autre acte non moins significatif est celui d’Amina, la « femen ». On se situe là dans un autre registre, celui du corps féminin. Amina, la femen tunisienne, une jeune fille de 19 ans, a posté courant 2013 sa photo, les seins nus, où était inscrite la phrase « mon corps m’appartient ». Cette photo a suscité l’indignation de très larges franges de l’opinion publique. De plus, les « apparitions » de Amina dans l’espace public « réel » suscitent à chaque fois des réactions passionnées : colère, agressivité, menaces de mort. Le défi le plus grand fut, sans aucun doute, son apparition à Kairouan, ville emblématique de l’islam, lors du congrès du groupe extrémiste religieux Ansar Al-Chariâ. L’apparition d’Amina – quoiqu’habillée ce jour là – a été perçu par les extrémistes comme un défi sans pareil. Plus qu’une provocation, c’était un acte éminemment symbolique où le corps féminin est brandi comme une arme, ce corps fantasmé que les islamistes veulent complètement exclure de l’espace public, en le cachant derrière des voiles opaques, le niqab. L’acte d’Amina n’est pas perçu comme une provocation, mais comme une menace, une menace à l’ordre public. Il y a chevauchement dans l’inconscient collectif des islamistes de deux images, l’une réelle et l’autre virtuelle. L’image d’Amina aux seins nus diffusée sur Facebook et celle d’Amina habillée qui a déambulé dans les rues de Kairouan. Il y a donc au niveau de l’inconscient comme un amalgame entre la nudité partielle qui a seulement été représentée dans la sphère virtuelle, et la présence réelle, tout à fait anodine, de cette jeune fille prés de la mosquée où elle a peint sur un muret proche d’un cimetière le mot « Femen ». Cette confusion entre réel et virtuel a été instrumentalisée à des fins politiques : Amina fut arrêtée le 19 mai à Kairouan et risque à présent six mois de prison pour détention d’un spray d’auto-défense. Elle pourrait aussi être poursuivie pour profanation de cimetière, délit passible de deux ans de prison.

23Des formes d’expression similaires se sont produites dans plusieurs autres pays arabes. Le corps féminin dévoilé, dénudé, tatoué, devient l’emblème d’une résistance politique féministe à l’islamisme radical que cela soit en Egypte, en Syrie ou en Tunisie. Les images relayées sur les réseaux sociaux suffisent à elles seules à exprimer le combat, la révolte contre le code islamiste voire traditionnel dominant.

24Alia Meddeb, une blogueuse algérienne qui a bien analysé le sens de ce phénomène, assez surprenant dans les pays arabes, écrit : « Certes, au-delà du message de la réappropriation du corps, la nudité exprime la volonté pacifiste de mener un combat d’idées. Un corps dénudé signifie qu’il ne porte pour seule arme que le message qu’il transmet. » Souvenons-nous, la liberté a souvent été représentée par l’image d’une femme à moitié dénudée (Jeanne d’Arc, la Statue de la Liberté…).

25Ce mouvement révèle aussi que l’espace virtuel est un espace de liberté où le corps féminin peut se déployer, transgressant les codes et les tabous sociaux de plus en plus rétrogrades. On assiste actuellement, avec la prise de pouvoir des intégristes musulmans, à une véritable résurgence de pratiques moyenâgeux en rapport avec le corps des femmes (voile intégral, niqab, mariage non civil, polygamie, voire excision).

26On a l’impression que ces féministes expriment une nouvelle façon d’être, un nouveau rapport au corps. Hélé Beji (2013), romancière tunisienne, va jusqu’à considérer qu’elles ont su retrouver la sagesse profonde de l’habeas corpus – cette évidence originelle, que la conscience de soi est liée à la souveraineté du corps. On dirait que le corps féminin s’émancipe du statut du corps-objet dans lequel les islamistes veulent le cantonner au statut de corps – sujet, acteur à part entière dans l’espace public (virtuel et/ ou) réel.

27Ainsi, le geste d’Amina (geste réel et geste fantasmé) est une des expressions de cette « culture de l’extrême », qui a proliféré en Tunisie après la révolution. Il exprime le rejet « épidermique » de la phobie obsessionnelle des islamistes de voiler à tout prix le corps féminin, voire d’effacer son individualité à travers le voile intégral qui fait d’elle une « femme typifiée » d’après l’expression de David Le Breton… « Une femme qui se situe hors du jeu de la sociabilité. Privée de visage, dit-il, elle perd la face » (Le Breton, 2013). Dans cette culture de l’extrême, la mise en spectacle du corps est poussée à son paroxysme : de l’effacement voire de l’annihilation de soi (niqab, auto-immolation) à l’exhibitionnisme (acte d’Amina).

Du corps individuel au corps social : nouveau type de dissidence

28En novembre 2012, des milliers de manifestants s’étaient rassemblés devant le gouvernorat de Siliana, ville déshéritée, de l’intérieur du pays, pour réclamer le départ du gouverneur suite aux affrontements violents qui se sont produits et à la vague de répression sans précédent qui a fait plus de 200 blessés (certains étaient gravement atteints aux yeux suite aux tirs à la chevrotine).

29Les habitants de cette petite ville, des milliers de femmes, enfants et hommes ont fait corps dans une marche symbolique. Ils ont entrepris de quitter la ville, laissant le gouverneur, comme le roi sans sujets du Petit Prince, seul dans la ville : « Tu peux bien gouverner, mais tu gouverneras seul », semblaient-ils lui dire.

30Une forme de protestation similaire a eu lieu dans les îles Kerkennah: Départ des habitants avec femmes et enfants dans des petites barques vers l’Italie en guise de protestation contre la non application de la loi interdisant la pêche sans discernement : « 100 chalutiers sont partis le lundi 31 décembre à midi malgré les avertissements des autorités de ne pas dépasser les eaux territoriales. »

31Cette masse qui fait corps semble incarner la notion de corps social. Ce mouvement n’aurait pas pris une telle ampleur s’il n’y avait pas cette force de prégnance de l’image relayée avec force sur les réseaux sociaux, frappant les esprits des internautes et marquant à jamais leur mémoire.

32Un autre phénomène insolite est révélateur du même type de dissidence. La danse du « Harlem shake » en Tunisie en fin février 2013 a été une expression libre à la fois du corps individuel et du corps collectif. Elle est la manifestation la plus extravagante de l’alliance entre la contestation sociale et le burlesque, entre la représentation artistique du corps et le politique. Mais elle est surtout la mise en forme d’un rapport inédit et singulier entre la sphère réelle et la sphère virtuelle. Ici, c’est le réel qui se met au service du virtuel. La danse exécutée dans un lieu public (généralement dans les lycées et facultés) n’acquiert d’intérêt réel que si elle est postée et partagée, vidéos à l’appui, le plus largement possible sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter...). Parti du lycée Imam Moslem dans le quartier de Menzah 6, elle s’est vite propagée dans les grands lycées et facultés des principales villes du pays. Si au départ, elle n’était qu’une manifestation tout à fait anodine d’un phénomène de mode touchant de larges franges de la jeunesse mondiale, elle est vite devenue le symbole de la résistance d’une partie importante de la jeunesse tunisienne.

  • 2 « Le Harlem shake s’est développé après la circulation de quelques vidéos sur une reprise musicale (...)

33Le choix de la danse du Harlem shake s’explique par la charge subversive qu’elle charrie. En effet, si elle a connu un véritable succès à l’échelle planétaire c’est parce qu’elle a permis aux jeunes de différentes cultures d’exprimer leur ras le bol de l’ordre mondial établi2. Très vite, cette danse a gagné les différentes régions du pays et a pris l’allure d’une révolte politique qui a atteint son paroxysme lorsque des centaines de jeunes, défiant le mauvais temps, ont exécuté la danse devant le ministère de l’éducation pour protester contre les mesures prises à l’encontre des initiateurs de cette danse... Le caractère à la fois politique et burlesque de Harlem shake nous laisse encore une fois penser qu’il y a rupture de frontières entre les catégories classiques des représentations sociales : L’expression artistique, l’expression ludique, l’expression politique.. Le jeu de corps dans un effort de théâtralisation poussé à l’extrême, mobilise apparats, déguisements, port de masques et dénudement. Son message est tout à la fois artistique et politique.

34Autre signe distinctif de ce phénomène, son caractère éphémère : comme une grosse vague qui frappe fort puis s’estompe rapidement et disparait, cette danse a eu un effet spectaculaire qui n’a duré qu’environ une semaine. Comme une flamme qui se consume rapidement puis s’éteint, le Harlem shake devait s’exécuter dans la semaine même. Plus tard, la danse n’aurait eu presque plus de sens. Ce caractère fugace est le propre de cette nouvelle culture du web 2.0 qui se rapproche de la culture orale, laquelle, contrairement à l’écriture, ne prétend pas à une certaine pérennité... La culture du buzz sur les réseaux sociaux – dont les adultes ont souvent du mal à s’accoutumer – participe de ce phénomène.

Conclusion

35Nous sommes tentée de dire que le geste d’Amina ainsi que Harlem shake sont les manifestations, d’une culture proprement post-moderne congruente à la prolifération des réseaux sociaux. Ils sont l’expression de la rupture avec la tendance d’uniformisation identitaire très rigoureusement codifiée qui ne laisse aucune place à l’expression singulière et libre de l’individu. Cette politique d’identitarisme pratiquée par les islamistes prône l’obéissance de tous à un même code social qui réglemente non pas seulement la vie sociale mais aussi la vie privée et surtout le rapport au corps, particulièrement au corps féminin (habits, voiles, mariage, rapport sexuel…).

36Les phénomènes autour d’Amina et du Harlem shake ont en commun d’incarner une culture nouvelle, riche des singularités individuelles, à forte charge subversive, où le corps est mis en avant. Cette culture serait une expression du « syncrétisme post-moderne » dont parle Michel Maffesoli. L’espace public virtuel mais aussi réel devient un défouloir, un lieu de catharsis collective où le corps dans son expression la plus dérangeante, occupe le devant de la scène. C’est un peu la revanche de Dionysos contre l’ordre établi, uniforme, où tout doit être conforme à la volonté d’un chef suprême.

37Ne l’oublions pas, ces expressions sont dans l’air du temps, puisque l’une comme l’autre s’inscrivent dans un mouvement mondial qui transcende les frontières territoriales, un mouvement transculturel, qui gagne un peu partout la jeunesse du monde entier (Femen, Harlem shake…) Le corps se déploie dans une forme de théâtralisation qui rappelle celle de la mise en scène du politique, tout en étant plus percutante, plus dérangeante, mais aussi plus humaine.

38Cette montée de la subjectivité qui imprègne la sphère publique est un des signes marquants de la seconde modernité qui se caractérise par l’autonomisation accrue des individus par rapport aux institutions et aux collectivités. Nicole Aubert(2006, 2011) parle de l’émergence d’un nouveau type d’individus, affranchis en partie du poids de la tradition et des institutions, qui marquent par l’expression libre de leurs subjectivités, la sphère publique. Dans un tout autre contexte que la France, pouvons-nous dire que nous assistons en Tunisie, à l’émergence de comportements du même type ? Je pense que même si la tradition en Tunisie est plus vivace que jamais et que des institutions comme la famille, structurent d’une manière forte le champ social, l’affirmation de la subjectivité individuelle, notamment grâce au web 2.0 devient percutante et joue un rôle incontestable dans la reconfiguration du champ social.

Haut de page

Bibliographie

Beji H., 2013, « Amina, l’histoire en marche », Le Monde.fr, 15 juin.

Fenniche R., dir., 2010, Lecture et usages du Web. Tunis, Institut supérieur de documentation.

Beck U., 2001, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Aubier.

Galinon-Mélénec B., Martin-Juchat F., dir., 2007, Le corps communicant. Le xxie siècle, civilisation du corps ?, L’Harmattan, coll. Le corps en question.

Le Breton D., 2013, « Visage et communication », conférence de clôture, colloque international Visages, identités et cultures, Bibliothèque nationale de Tunis, 14-24 juin.

Aubert N., 2006, L’individu hypermoderne, Toulouse, érès, coll. Sociologie clinique.

Aubert N., Haroche C., 2011, Les tyrannies de la visibilité : être visible pour exister ?, Toulouse, érès, coll. Sociologie clinique.

Haut de page

Notes

1 « Espace public », <http://www.wolton.cnrs.fr/spip.php?article67> (au 15 mars 2012).

2 « Le Harlem shake s’est développé après la circulation de quelques vidéos sur une reprise musicale de « Con los terroristas », qui signifie « avec les terroristes ». Cette danse commence par une personne masquée qui danse seule dans une foule et qui est suivi par la suite par le groupe où les personnes se sont déguisées de façon burlesque ou parfois dénudées en utilisant des objets détournés et parfois en mimant des rapports sexuels. Le tout est posté sur internet, pour que ces vidéos puissent être vues par le plus grand nombre » (« Harlem shake », Wikipedia).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raja Fenniche, « Les réseaux sociaux à l’épreuve du mouvement populaire tunisien : quel rôle dans la reconfiguration du champ social ? », Sciences de la société, 91 | 2014, 150-161.

Référence électronique

Raja Fenniche, « Les réseaux sociaux à l’épreuve du mouvement populaire tunisien : quel rôle dans la reconfiguration du champ social ? », Sciences de la société [En ligne], 91 | 2014, mis en ligne le 16 avril 2015, consulté le 24 mars 2017. URL : http://sds.revues.org/1385 ; DOI : 10.4000/sds.1385

Haut de page

Auteur

Raja Fenniche

Professeur d’enseignement supérieur, Université de la Manouba (Tunisie).
rajafenniche yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sciences de la société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org